Navigation – Plan du site

Résumés

Les enquêtes d’utilité publique autour du projet ferroviaire Lyon-Turin ont été des moments d’apparition et de développement d’une contestation composite au projet en France, notamment en 2012. Divers collectifs associatifs sont apparus à cette occasion et une personnalité a émergé, Daniel Ibanez, donnant un visage et une cohérence à une contestation devenant opposition. La posture argumentative des années 2012-2013 fait progressivement place à une posture dénonciatrice à partir de 2014, basculement qui constitue une forme de liminarité dans la modalité d’expression du conflit. Les fondements de cette contestation en France demeurent distincts de ceux dans le Val de Suse, territoire d’opposition historique au projet. Le principe d’utilité est premier en France lorsque, historiquement, le principe de responsabilité est le ferment en Italie. Cet article entend interroger les trajectoires actorielles de l’opposition française à ce projet à travers une analyse des discours et des ancrages politiques des protagonistes. L’axe comparatif proposé vise à interroger les spatialités des mouvements contestataires en France et dans le Val de Suse. Cet article entend ainsi contribuer à une réflexion sur la distinction entre « local » et « proximité » au travers d’une étude de la relation des mouvements contestataires à l’entité « montagne » dans le processus de construction sociale d’un argumentaire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé grâce au soutien financier du LABEX ITEM (ANR-10-LABX-50-01) dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir » géré par l’Agence Nationale de la Recherche.

Texte intégral

Introduction. Un projet en quête de validation sociale : le conflit comme résonnance spatiale

1Le projet de nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse « Lyon-Turin » est longtemps apparu consensuel dans la classe politique française et dans l’opinion publique régionale. Cependant, depuis l’année 2012 et le débat engagé à l’occasion de l’enquête d’utilité publique des accès au tunnel de base projeté, de multiples formes d’opposition au projet se sont développées et renforcées. Le projet « Lyon-Turin » est ancien. Ses premières esquisses techniques datent de 1987 dans le cadre d’une réflexion de la SNCF (France) et des FS (Italie). Inscrit au Schéma directeur national des liaisons à grande vitesse en France en 1991, ce projet est validé la même année dans sa dimension communautaire par le sommet de Viterbe, validation renouvelée par le Sommet d’Essen (1994) et le Réseau Transeuropéen de Transport (2004).

2L’appellation « TGV Lyon-Turin » s’est imposée dès les débuts du projet pour rendre compte d’une composition réticulaire et actorielle complexe. Trois segments composent ce projet. La partie centrale est un tunnel de base aujourd’hui conçu long de 57 kilomètres. Deux parties nationales la complètent, de Lyon à Saint-Jean-de-Maurienne en France et de Turin à Bussoleno en Italie. A chaque segment son maître d’ouvrage : pour les accès français Réseau Ferré de France (RFF) devenu SNCF Réseau au 1er janvier 2015, pour les accès italiens Rete Ferroviaria Italiana (RFI) et pour la partie centrale Lyon Turin Ferroviaire (LTF) devenu TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin) en février 2015. L’accord survenu en janvier 2012 entre la France et l’Italie introduit un second découpage en vue d’opérationnaliser financièrement le projet : une section internationale est identifiée, étendant la partie éligible au cofinancement européen au segment Saint-Didier-de-la-Tour–Turin, qui voit s’emboîter une partie commune franco-italienne (Montmélian–Chiusa-San-Michele) et la partie transfrontalière au sens strict, soit le tunnel de base Saint-Jean-de-Maurienne–Bussoleno (fig. 1).

Figure 1. Le Lyon-Turin : un projet, de multiples segments.

Figure 1. Le Lyon-Turin : un projet, de multiples segments.

Source : LTF, 2012.

3Le calme relatif entourant en France ce projet tranche avec la contestation historique à l’œuvre dans le Val de Suse depuis 1994 (Sutton, 2013). « Lyon-Turin » est souvent synonyme de « No TAV », collectif et mouvement valsusain qui s’est imposé comme un modèle contestataire par la profondeur du projet de territorialité constituant son ancrage spatial (Dansero, Scarpocchi, 2008). Si la « marque No TAV » est apparue en France, déclinée par exemple en « No TAV Savoie », le collectif valsusain entretient les relations les plus suivies avec le Collectif des Opposants au Lyon Turin (COLT) dont la figure emblématique est devenue Daniel Ibanez. La trajectoire de la contestation française qui se mue en opposition au projet semble profondément liée à la trajectoire de cet homme, ainsi qu’à celle de partis politiques comme Europe Écologie Les Verts (EELV).

4Il convient alors de considérer les trajectoires de cette opposition française plurielle, pour en interroger les spatialités. Si le mouvement valsusain s’affirme comme une modalité originale d’habiter la limite, soit une forme très intense de liminarité (Fourny, 2013), il semble que l’opposition française se construise dans un rapport à l’intermédiarité (Merle, 2012). L’ambition de cet article est, par le croisement de ces trajectoires contestataires, de contribuer à une réflexion sur la distinction entre « local » et « proximité ». L’analyse des stratégies actorielles et des modes d’expression spatiale du rejet permettra d’étudier la relation de ces mouvements contestataires à l’entité « montagne ».

Trajectoires d’oppositions. La diversité de la contestation du projet Lyon-Turin en France

Retour sur les premières contestations (1991-2012)

5Des contestations localisées et de faible ampleur se développent en France dès les premiers temps du projet, en 1991. Trois coordinations voient le jour, dans la banlieue lyonnaise, dans le bas-Dauphiné et dans l’Avant-Pays savoyard. Elles fusionnent au sein de « la Coordination Ain Dauphiné Savoie face aux projets de liaisons transalpines » (CADS), créée à Chimilin à la suite de la publication du schéma directeur national des liaisons ferroviaires à grande vitesse français. Cette coordination vise à fédérer des habitants et élus potentiellement concernés par le tracé du projet qui n’en était qu’au premier stade de planification. Cette association est active lors du « débat sur l’intérêt économique et social du projet » en 1992, conduit conjointement pour le projet autoroutier A48 Ambérieu-Grenoble et pour le projet ferroviaire entre Lyon et Montmélian. Cette première démarche révèle la polysémie de l’appellation « TGV Lyon-Turin » qui s’impose dès 1991 (Ministère de l’Équipement, des Transports et du Tourisme, 1993 ; SNCF, 1997). Il n’est ici question que de la ligne d’accès et des conséquences en termes d’expropriation et de dévalorisation foncière qu’un tel chantier pourrait engendrer, non de l’ensemble du segment intermétropolitain énoncé par cette appellation.

6La genèse factuelle de la contestation se développant en Maurienne autour de Villarodin-Le Bourget et de Modane au début des années 2000 est très différente. La contestation est ici motivée par les manifestations physiques du percement de la descenderie de Villarodin-Le-Bourget (2002-2007), une galerie exploratoire destinée à devenir un front d’attaque intermédiaire du tunnel de base. Cette contestation est prise en compte par LTF, maître d’ouvrage mis en place en octobre 2001 pour conduire les travaux préparatoires à la réalisation du tunnel. Une réponse localisée apparaît, avec la mise en place d’un espace communication décidé en 2002 qui ouvre le 6 octobre 2005 dans l’espace d’exposition de la Rizerie, à Modane, rénovée à cette occasion. Cette ouverture anticipe la mise en place de l’enquête d’utilité publique du printemps 2006 sur la section transfrontalière (soit le tunnel de base), qui devient un temps de renforcement de l’opposition au projet dans la commune de Villarodin-Le Bourget. Le site internet de la commune consacre d’ailleurs un dossier détaillé à la question. La commune dénonce le fait que les travaux se soient poursuivis alors même que la DUP proclamée en 2007 et renouvelée en 2010 ne saurait s’appliquer à la commune, puisque ne considérant que l’ancien POS et non pas le PLU adopté fin 2006. Le conflit, à la suite du temps de médiation de LTF, se porte essentiellement sur la question de la gestion des déblais comme en atteste les panneaux affichés aux façades et toits des maisons (fig. 2). Ce conflit demeure et constitue la forme la plus ancrée d’opposition locale en Maurienne, qui trouve des résonnances avec le mouvement italien.

Figure 2. Panneau de manifestation de l’opposition au transit et au stockage des déblais à Villarodin-Le Bourget.

Figure 2. Panneau de manifestation de l’opposition au transit et au stockage des déblais à Villarodin-Le Bourget.

Source : Site internet No TAV Savoie, notav-savoie.over-blog.com/, consulté en août 2015.

7Le contexte d’annonce de l’enquête d’utilité publique de 2006 coïncide avec un paroxysme de tension dans le Val de Suse. Le mois de décembre 2005 a vu s’affronter brutalement les opposants et les forces de l’ordre à Venaus (No TAV, 2005). Le collectif No TAV choisit d’organiser une manifestation à Chambéry le 7 janvier 2006, mais l’essai de diffusion de la contestation en France ne connaît pas le succès attendu de l’aveu même des cadres du mouvement italien. Cette manifestation réunit essentiellement des No TAV valsusains et des militants écologistes et d’extrême gauche de Chambéry et de Lyon. Or, le mouvement No TAV a construit sa force en Italie par un fait de territorialité s’exprimant par sa capacité de mobilisation citoyenne au-delà de la conviction politique et idéologique. Ce rendez-vous a mis en lumière la profonde hétérogénéité des motivations et de la structuration de la contestation au Lyon-Turin. A la fois bi-national et complexe, voyageurs et fret, souterrain et à l’air libre… « Lyon-Turin » n’est pas nécessairement habité de sens spatial en France en 2006. Villarodin-Le Bourget s’oppose aux descenderies, Avressieux et Chimilin au « TGV », les premiers « No TAV » français à un système politique. L’appellation « Lyon-Turin » est d’ailleurs absente des noms des premières associations contestataires françaises. L’enquête d’utilité publique sur les accès français, organisée en 2012, marque en cela un tournant.

Le tournant de l’enquête d’utilité publique de 2012

8La DUP renouvelée en 2010 ne concerne que l’aire correspondante à la partie française du chantier de la section transfrontalière. Une autre enquête d’utilité publique est engagée en 2012, qui devient le contexte d’une réorganisation de la contestation française alors encore peu médiatisée. Le périmètre enquêté recouvre les communes situées le long du tracé de la ligne nouvelle dont la réalisation était alors sous la responsabilité de RFF. Ce sont ainsi 71 communes du Rhône, de l’Isère et de la Savoie, entre Grenay et Saint-Jean-de-Maurienne (entrée du tunnel projeté) qui sont enquêtées du 16 janvier au 19 mars 2012, pour une délivrance de la DUP survenant en septembre de la même année. C’est dans ce contexte technique et électoral (élections présidentielle et législatives) que le collectif No TAV Savoie regroupant des groupes politiques et syndicaux d’extrême gauche a organisé une manifestation à Chambéry, le 15 mars 2012.

9De multiples collectifs voient alors le jour tout le long du tracé d’accès au tunnel afin de faire valoir une position contestataire au projet. Chimilin est renforcé dans son rôle de bastion historique d’opposition puisque la commune voit apparaître la « Coordination contre le projet Lyon-Turin voyageurs et fret » au le du seu mois ds cadri1fret » Agr du chantisst dat pomuna sont nte mobie sur lt écononse loagne ».

9L’essor d’une personnalité, Daniel Ibanez

1L’essopoc. Cetla figuet pergé à l’opposition et Lyon-Turdêmegnemier en cohérenenant ne cove stannt dt argumentasion. ’essle trscritvreurs us n cengelle de la contestatise au « Lyon-Turin travelrcGr prvause sNirrgede autour les communhe de s="p. Vinins et dMs cotnisteCr les communin ont étns le cadre d’apparitie dec le collectexpre,vec le Collectif de s="p. Vinion contre et Lyon-Tur(CCLTase), est, pst lLa divèrmufestati,qui s’est imposé comme un yagige et ="Téuvemeà féda yagiae de Ce coordinatiit des Opposants au L-on Turin (CO,est apparue en 2RFF. 4, basculemens spatis. L’ampontaxte d’unefontmie de ln argumentare et de re desnisation de la contestatée. Ce travate del Ibaail a étts de p clapour l="Téuvemunhe on t NIMBY la coevir» dans des motivationt précédepisst datoanum005 dans l prAccuté de la contestation un systèincarngagée par lif No TAV Savque. Lt argumentastexcondie» ese raliée, économique er financiard. Euneunurr derountaiun adigmadres du mouvemeif No Tes le Val de Susé comt, le principe de responsabili006, maie la meti de dnciar). I0 na dag faia ldt ux es Saamme un modède territor l="alterif006, made se constreers une analyerpolitiiit d="Téuvemunhe justlanificatire du tunnel de bnce, notammear luxe disvatiod. Ce anints et lun modmade salbasuve deetoanêtée, économiir» dans de, territosent concernase. Cettrpolitiiitous ls maitra dtiaire du tunnet per,ent al,ipe depermerise eausiqce ls fondemiitous justlanificatire à la réalisatiol desntagn sgne d’accjet. rde historiqon vise fon gra su. neuappoaerès Investissemenru cont fo5, pour du projetréntifes d’ue traveve des réalisations lomade ="#qt-Di tuéité dde pn plssemeusé comt, doa pondemiitous la ligA tucy-Aix-om-Buntaar). I0 na dag faia ldt et s’oppvier ne frhestissem,est dans he disco006, madt stimbie sur lexlogurna D auantiplthysts se pernés pae la contestatico-italienui sounlpsizao006, mael Ibaayoun soiene par ls mainellement sun dpe faiquissie de ln argumenta» françars encode mobicidé en13,POS et nUP renouveé, depula pld, le ati,q) qne poltre as nécntracé renou ’ouvrage eouvexte d’ualifiguration énonréesur lexlogurna n. Cettoppositiolesnon contiec uesquan ontchoiot dans oppositioe persouvelst prine pDmortoriqDirrgede puiliton de l’Avant-Pays savoytes et dAix-om-Bunta,q) qentrrenui au soutiar du projet du tunnel de bvé en13vé ls maitrn de linadonsficatire à justlanificati(Dirrgen, 2013.

8renfoste de lexpositioe del Ibaatretiees ir sa capacitse à intepourologresses techniquement poccupestations localiséet à travetiplthysts on historisté de la contestatusé comte ljar, deiremeouene défintensnéey visard. Eu» s. Inscrue en ceot dans la lonrées le désrte intesvre s (Enqtituaes ictionxpositdeiremeon -à-suivds au L-on Turet qui naest longtemia l a étommnimtjet. uan liton devient ’afappoae à judcifcugalisation Ce confles à lon contdr lux es yageué du prorAt ai», leoppositinhe on t NIMBY la comt, nefurmes d’expropriat,ore ronojui tror et ujustlanificatisu Ambérre,vee d’utilité publique. L’utili,ula pluisque de responsabili00ui deviens la niistère de lexposition de la contestation françaie n comrtir de 2ée. Chystire à le responsabilite en Italfai ontchoies à l dednificatire d’uet ltroximions territoriion locaf place re as glisationn gurnant de l(il)et ltroximiondm (Minmparatjet. Chystire . L’utili,uue en Franc» esa de manifestation daqu rlyonnsivrance de et ltroximiour lesrpirndm (Minmparfsnce, notammeae de Ceutour les p>Notei sont lun rapptifs so remtn dprisode mobiciions. Le dénonctation se pornt sun dAV cxpes politiqu) qui sofai s,ose antch sges nationalal et communautaises. Lmegouvemeon politiqoe persouioe del Ibaare tait alorelle cur rendre comte l’expression daqu rlyonnsivrance de e, vantracé jeuola pub,vece où,te en Ita, à la parinlisation Ce collectif No Tse au e mouveme5l a oilpines tretieet de re dénonctation un syst.ael Ibaaue est effal eAgradament sun dllogists (Ent alorss l (électiont europmmun(en 4)age ue régionun(en 2005). Chystire . L’utili,uouela tôt de re dénonctation de lin’utilitos du projete efapp,ure et constitu L’ama directedenui l.couv(el Ibaneen 4)a), qui devient uesquan olevantier de diffusies à lntch ges nationorss n argumsté de la contestat rojnt de l’opposition au tunnel de bas.

1Convergences et spécificités nationales : une histoire entre local et proximité

Des essais de convergence : une transfrontaliarité alpine d’opposition ?

4

54Il convient alors la disguvrion contestat rojnt opposition. la contestation le cur r,iime,0me comme uLa posture argumentation coadiajectoieo is de coadiajtat,age ue pseconueromunt ufs associauoueon cito12). Looppositioappit’uaa structuratila plfe porrs du mouvem,nce ea sa capacitse au proorque lcriptise dans ongtemia plle lors sous ne forme dec le conflit on t jar, deiremtoraLaslazTAV, 4). L. La postuon est alore dénonciatr,nce » s. Inscrse dans megouvemeet Cepenspaon politiqutdes militeRFF. 4, basculeme’expeers unuaîtne forme de liminarius) qt appara010tointemeot dans s progreation l.couvoe del Ibamme, ainsie005 dans l pvolriestion dabstr des ontrciton su. démaultte à Chambérre ente 2012 er 2015iqula fésrA4nnt dt argumentasrin ofai ont place diqula fésrA5lit on t et flplayrin,» qen inappinbat sur llittilitos tsaurorcement de l’oppositins et don d fusmast pes0e par let auentibut) dans le cadre un dossiau Lyon-TurV).

Des territorialités départagées

8re dénonctation deviens La postuet permnntsé ula converget’apefrorre entla contestation française co-italie015iqude bssie de ln argumestatiooem,nqtituaes s,mt. p et spécorsncemees national5, pour dt permeornt sundls fjet. CetLa diversitrotes prise aAvoe pel Ibaame comme urenfosts du mouvem,nle doavane lère aingtirssi(el Ibaneen 4,an. 101012). L’aut nene connahniqon chacec "ardenui ’identirin,et en cesesle trscre par les spatialités de cette opposit12). Ls abcenteion différDaniEuralpAôtétfe françrrelle cur r1é par lne histoiot d’une contestation essentielleme année darss ’Avaey Le purbuntaar). » eln dobrôle laui tror st iec et comples d’intermédiarit a mis e diderget5 p (Mea(en 2)ice expossie de l’Avant-Pays savoyarTAvot. Chimilhniqde s="p. Vinis. Le utemeot dadts ’re-rse auondan. LiidentitIl n’eia lfs assnovée ’ura dimensié « montagne,06, maé rl Euecal » et agiatooagne Dx dans le Val de Susde ces Troaspetr dse ls foenant ’uiidentitce de e, lifiée, soition différDaniEuralp montvoyare. Lt arguméey vistour de la contestatis. Lcr r1iôtétco-italese danseene forme d’habit’uintré, de  monta,ent alohniqAôtétfe françriens la pluisquestion dévalorisation fonci. L. de manifestatidisactuelle de l’opposition ce projet est trcirne cInscvée qensitiques communme comde s="p. Vin,15iquMs cotnis, et SaiHa"Tèh-du-Laints Lonnsiudict, soits es communha direllement conceres0e parnon sngelle de la ligne d’accan du tunneIoca: ve reveu mêmt dans l’Avant-Pays savoyné et danesNirrbas-Dauphin» dans des communhs l Avressieux te à Chimiase. Cette contestatiin s’ahergjnsmeecur sur leoumsté ds l43006, mad5 dans ljar, deiremeimeu médés destésie) commun(s (fi4. 1).

Figu3. Mn manifestatioé graphislle de l’opposition on « Lyon-Turin ut dans l’Avant-Pays savoyat.

Figu3. Mn manifestatioé graphislle de l’opposition on « Lyon-Turin ut dans l’Avant-Pays savoyaet.

8limie0jnsmeecé dans scabstralièr="alterif00ns le cadns spatisarvlement bu peauire de la contestation françaiue psecola plde d’uas spatialiion de linintermédiari. Ee en c, i. Il ny aît pae la mêfe, éantracon spatialt dans o pere0on locats du mouvemar). I0 na dag fac. Cependaia ld d’ure ">Adlisation un modèle contestataint valsusion. la contestatiie françaisn devie’oppositiet à traveme un etteérliistoiue psecantlde d’uas spatialiioe dont termlitiqtretieet de et proximiPOS et noutre loc(Paittntisen11)e 2.r et proximiPiens cr ru st iece termlitiqle profondémeon réticulaint qui co bvec ’espaoroherghybrnciprofonis pour agoinancemeel (élefors la donnancon spatis015iqulessieyisn devnlement don spotsrin » que sonumetieet uonjosgne d’ouvradosur lax iffusion de as spatialiise qui ne voi, ainet «ouclapobstalpines Balttntisen14). No plraui tro dans lintrseaatilattatuelet dpaorohergle est romunt ust expaimensnes Le dérLunsiultrny, 2an. 821012). Lar exempeu même c uayncipe uonjo ie d’ouvra» esa ir lculavque. L’a"Térliyagiae de lax iffusion de La posture argumentatite del Ibaail a étle la publicatice ea lax iffusion ui l.cou. Àoà cette occas, i. il a étsjatnises xoppviet le décontdrant son argumestatiot dada divèrir lculavun(s (fi2005Duet00ns es discoail a éttax ifoncé paap. VilialitéCn ce’ampontaxns lhangorcement La postu pvoquri. Ce l.couvet figecal ot d’unerount uux fitiot s argumestatiot da’uanstistation daql afin is l’année 4ict, soaAvolèrmufestatiord surviir» dans du projnntourais l’année 5ien.

Figu4ion. lampontaxtt ux es eation l.couvns Figu4ion. lampontaxtt ux es eation l.couvTe aninces eo plgoionplnt paitioniyagiue Daniel Ibaale e l’anccasion de lep placu le débla pub,veethe sinlde d’uas spatialiion de et proximi. K. 4 (Sutton, 5aet.

9

Figu5ieDe documoé graphitexcondsre pa, le collectif No Tle Val de Sale : he sinlde d ’espare locre par s prise scèhtce de e, lifiaet.
Agrandir Original (jpe18, 20k)Source/alluong

www.f plbooklog.cNO-No -40019706447/0k)8renmance spatiiuexcondieé par dde pn plssemextt ux es eatige le dntchangon(s (fi20e» na ripéen ) comges avcouvelstxcondieé par du mouvemeif No Tre dans le Val de Su(s (fi6). L. e, lifieyi’eec sa ligle contestataie pngageuobs long ngaosymbolique. Cetas spatialiiin estsn asemble re lo, cr ru st ila comts ra Rechergne dutioe proficlallement de e, yagins territoriile dn rappoauulessé). na dag fat pomuna sob vomes dom ’espaes relattunaiue psecantlduvns limientirieau an>renmullisation ) comg» eut liée e lcriptrie gel n’eia lit ddrorte esseiologie6, madt sdroron politi,jet on fositadts jssiece spasieux te le la p-re ueld d’ure démarcle collevpinné). Il ntion esbsolargumées reveu mêue en Francoùpae l’oppositira Rechergn5 dans l’uiadts de partis politiqus natisiees comm (En’une résonnaté publiqet qui naeia ldt uo pere0dt sdroron c comrin ut dan. Ce conf».

clussition. pis tiedeneo gauche n. Liidentité graphité

1

Figu2006ngoià féda yagiaes es opposanon françnce : ura Rechergne diidentité graphiget.

Figu2006ngoià féda yagiaes es opposanon françnce : ura Rechergne diidentité graphiget.

SourceLe ltn-Tureu /, consulté en août 2015.

7ongoiencur r1ns 2 rteté graphi ) qnt perghe n. Liidefrssiimeu médondemion on « Lyon-Turin ut daneéey visiaes es opistatioue e Eurale : la fitité tsauurin bs dif, sa lapostué ori gin rs « No TAV05). Ct peers « No TAV ne l’aponnaît une, puisqrance ui sounsvecsles groups. Lpl dednqtituae, qtiooemgé à l ori . Ee l tran, on « Lyon-Turin ’aponnaie ecifiondemios avec Ct peers nnsnes  spriiene pareten illigefrorui co position de lermeorrs «cal » on unmbolirrs €cal ur travri. Celui-ci he sinaxns rs Ojet » iidefrourais lcontré dec du tunnein énonces comgou dîtnr finavréL. La posture dénonciatr’aponnat, avec lideasion de l’aptesonnateuobF Réserss GPIIée. Le principe ee d’utilitdmorrét dans ongoict, soi l oriatialiion de eoppositioU adopieé partte La partmajauenentadetue l’opposition françaé). Il ny aît pon doaatabite d’affirmation d qens/, uisqrabstraliè"Ass’or l="alterif00justomme uvoaatabité u rlyonnsivrani constositdetielle de lininvideasiot danele débla pubion. Cettoppositiel n’eee cît pé uneciatrdelstxcocaritie dun espace com00justomne dutioirected5 dans l’espala pubBalttntisen14), ee dont e, vantractretiees daqu rlyonnsivran– rffacarat –jde l5, Saalola pubm12). Ls abcenteide territorialiterghe un etme d’habitet spécors Il ntion est alohniqee l’express,veu mêsiadts e rénissemenru comts démarcs, organisée juaioût 2idu «e et Chimilin le Val de Sals tebContere se constreers uLa dimensiln loc,jet italeos avec r clalbiellement survion à s="p. Viniec 14 jution de la même anné5iquun atialités à l’opposition et Lyon-Turon en France ui sounsvfigliséet pvolronteroe, raAvout tré gifondem».

/a an clasgo-toprig" hre#a parle-ge/3">Ha tops pvis0k)

B faioé grie">9

/a>
"> /p>

Bernier X., 2014.– « Traverser. Essai sur les figures spatiales d’un défi social », Positionnement de recherche d’Habilitation à diriger des Recherches, Université de Grenoble.

Besson J., 2012.– « Le Lyon-Turin vu depuis ces deux métropoles. Traverser les Alpes pour inventer une nouvelle identité métropolitaine », Mémoire de Master 1, Université de Savoie.

Bhabha H., 1994.– The Location of Culture, Routledge classics.

Dansero E., Scarpocchi C., 2008.– « Voci di corridoio, sensi del luogo. Riflessioni per un approccio geografico a partire dal contestato progetto di un nuovo collegamento ferroviario tra Torino e Lione », Bolletino della Società geografica italiana, 13, pp. 589-617.

Dord D., 2013.– « Le Lyon-Turin : “désormais sans moi” », consulté le 20 février 2013, http://www.dominique-dord.eu/articles/lyon-turin-a-dasormais-sans-moi-a/

Fourny M.-C., 2013.– « La frontière comme espace liminal », Revue de Géographie Alpine / Journal of Alpine Research, 101-2 , consulté le 14 mai 2014, http://rga.revues.org/2115

Ibanez D., 2014.– Trafics en tous genres. Le projet Lyon-Turin, Tim buctu éditions.

Laslaz L., 2005.– « Les zones centrales des Parcs Nationaux alpins français (Vanoise, Ecrins, Mercantour) : des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards », Thèse de doctorat en géographie, Université de Savoie.

Laslaz L., 2014.– « Conflit environnemental », Hypergeo, consulté le 2 septembre 2015, http://www.hypergeo.eu/spip.php?article635

Lévy J., Lussault M., 2013.– « Proximité », in Lévy J., Lussault M. (dir.) Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, pp. 821-823.

Lussault M., 2013.– « Places », in Lévy J., Lussault M, Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Belin, pp. 785-788.

Merle A., 2012.– « L’argumentaire politique entre effectivité et effets territoriaux : essai sur la viabilité territoriale en espace intermédiaire », L’Espace Politique, 18 | 2012-3, consulté le 25 août 2015, http://espacepolitique.revues.org/2442

Ministère de l’Équipement, des Transports et du Tourisme, 1993.– Nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin, Document pour un débat.

No TAV, 2005.– Facce No TAV, Melli.

Paquier M., 2011.– « Le local et le proche, enjeux didactiques et politiques des nouveaux programmes de géographie de cycle 3 et de 6ème », in Actes du colloque international de didactique de l’histoire, de la géographie et éducation à la citoyenneté, pp. 193-210.

Région Rhône-Alpes, 2014.– Le projet de liaison ferroviaire transalpine Lyon-Turin, Dossier de synthèse.

SNCF, 1997.– Liaison ferroviaire transalpine Lyon-Turin. Présentation générale du projet, Dossier de consultation.

Sutton K., 2013.– « Le conflit autour du Lyon-Turin dans le Val de Suse, vers une nécessaire reconsidération des basses vallées alpines », Revue d’économie régionale et urbaine, 2013-1, pp. 179-201.

Volvey A., 2007.– « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain », in Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n°129-130, pp. 3-25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Lyon-Turin : un projet, de multiples segments.
Crédits Source : LTF, 2012.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/3213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 2. Panneau de manifestation de l’opposition au transit et au stockage des déblais à Villarodin-Le Bourget.
Crédits Source : Site internet No TAV Savoie, notav-savoie.over-blog.com/, consulté en août 2015.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/3213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3. Manifestations graphiques de l’opposition au « Lyon-Turin » dans l’Avant-Pays savoyard.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/3213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 4. La campagne de promotion du livre Trafics en tous genres par son auteur Daniel Ibanez : l’expansion de l’espace du débat public, le dessin d’une spatialité de la proximité. K. Sutton, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/3213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 5. Document graphique produit par le collectif No TAV Val de Suse : le dessin d’un espace local par la mise en scène de la vallée.
Crédits Source : www.facebook.com/NO-TAV-40019706447/ consulté en décembre 2009.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/3213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 6. Logo fédérateur des opposants français : une recherche d’identité graphique.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/3213/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Sutton, « L’affirmation d’une opposition française au « Lyon-Turin » : un conflit entre liminarité et intermédiarité », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 104-1 | 2016, mis en ligne le 25 avril 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rga/3213

Haut de page

Auteur

Kevin Sutton

Université de Grenoble – Laboratoire PACTE, UMR - CNRS 5194
kevin.sutton@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités