Navigation – Plan du site

Les dynamiques des vignobles alsacien et jurassien : étude comparée (1950-2004)1

The dynamic of vineyard in Jura and Alsace: a comparison (1950-2004)
Die Dynamik der elsässischen und der jurassischen Weinberge : Vergleichende Studie (1950-2004)
Sylvaine Boulanger-Fassier
p. 63-79

Résumés

Les vignobles alsacien et jurassien ont connu des mutations variées depuis les années 1950, en termes économique, qualitatif et spatial. La vigne a vécu un double mouvement d’extension et de concentration à la faveur de certains pôles et terroirs, et les vins, d’une forte typicité, se sont diversifiés et améliorés. Les vignerons, qui travaillent majoritairement dans le cadre de petites exploitations, cultivent des cépages nobles et tentent de limiter les rendements. Par ailleurs, en Alsace surtout, les structures de commercialisation (coopératives) se sont étoffées pour faciliter l’écoulement de la production. Néanmoins, ces vignobles sont confrontés à une concurrence nationale et mondiale toujours accrue et à une demande fluctuante.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 17 mai 2004 ; accepté le 13 juillet 2004.

Texte intégral

  • 1  Les sources statistiques de cet article proviennent des recensements généraux de l’agriculture (RG (...)

1En 2000, le vignoble alsacien rassemble plus de 15 000 hectares de vignes A.O.C. (soit 2,77 % des superficies viticoles A.O.C. françaises), pour une production annuelle représentant 4,5 % de la production française, et essentiellement constituée de vins blancs. Le vignoble jurassien, quant à lui, affiche près de 1 900 hectares de vignes A.O.C. (soit 0,34 % des superficies viticoles A.O.C. françaises) pour une production diversifiée de vins rouges et de vins blancs (0,36 % de la production vinicole française). Aussi, tant sur le plan spatial que sur le plan économique, l’Alsace et le Jura sont-ils des espaces viticoles marginaux à l’échelle de la France. Néanmoins, les vins élaborés sont des produits uniques, de qualité et d’une grande typicité. Ces deux vignobles de l’Est de la France s’étendent tout en longueur et sont situés sur un piémont : celui des Vosges pour l’Alsace, celui du Premier plateau pour le vignoble jurassien (Figs 1 et 2). Leur orientation diffère cependant : le vignoble alsacien est tourné vers l’Est contrairement au vignoble jurassien qui regarde vers l’Ouest. Leurs conditions pédologiques, climatiques, historiques sont bien évidemment différentes et l’objectif de cet article n’est pas de les souligner. Il s’agit d’éclairer ce qui rapproche ces vignobles depuis leur nouvel élan entamé après 1945 pour le Jura et au cours des années 1960 pour l’Alsace, et dont les résultats apparaissent au cours des décennies 1970-1980. Quelles sont donc les dynamiques de ces vignobles depuis l’après-guerre ? Qu’est-ce qui les rapproche ou, au contraire, les éloigne ? Et comment s’organisent ces espaces ?

Figure 1 : Localisation de la région agricole du Vignoble du Jura.

Figure 1 : Localisation de la région agricole du Vignoble du Jura.

Figure 2 : Localisation du vignoble alsacien.

Figure 2 : Localisation du vignoble alsacien.

2Il s’agira tout d’abord de caractériser le nouvel élan de ces vignobles sur le plan spatial. Puis, nous montrerons que les vins produits, à forte typicité, se vendent de façon inégale. Enfin, nous essaierons de dégager les grands traits de l’organisation spatiale de chacun de ces espaces viticoles.

I. Extension et concentration des superficies viticoles dans les deux vignobles

3Lorsque le vignoble alsacien retourne à la France en 1918, il doit se trouver une identité dans l’espace viticole français. Il est dans un état déplorable et se bat contre les maladies de la vigne et la concurrence accrue. Les vignerons ont donc massivement recours aux hybrides, entraînant une surproduction puis une crise viticole. Entre 1903 et 1947, les superficies régressent, passant de 25 060 hectares à 10 103 hectares, et le vin produit est de piètre qualité. Or, une révolution culturelle s’opère après la Seconde guerre mondiale, liée à la naissance d’appellations, au développement d’institutions locales en faveur du vin, et à l’amélioration des techniques. En 1962, les vignerons obtiennent alors l’A.O.C. Alsace, mais les effets de la reprise n’apparaissent qu’au cours des décennies 1970 et 1980. Pour quelle raison peut-on parler de nouvel élan et quelles en sont les conséquences spatiales ?

4Le vignoble jurassien connaît ses premières appellations dès 1936, A.O.C. obtenues après le groupement en coopératives de nombreux vignerons désireux de faire redémarrer leur vignoble en incitant à la plantation de cépages nobles. Cet élan, stoppé par la Seconde guerre mondiale, reprend dès 1945 dans la zone d’Arbois, impulsé par les familles Maire, Rolet ou Martin, le reste du vignoble restant moribond jusqu’à la décennie 1970 pour le nord et le centre, et jusqu’aux années 1980 pour le sud. À la fin des années 1980, on peut néanmoins affirmer que l’ensemble du vignoble jurassien est reparti sur des bases saines, avec des plants nobles et une production de vins de qualité. Sur le plan spatial, comment se traduit ce redémarrage ?

A. Le renforcement de la vigne sur la partie centrale du vignoble alsacien

5En 2000, les vignes alsaciennes s’étalent sur une bande nord-sud, de façon discontinue, entre Wissembourg et Thann : les cantons de Kaysersberg et de Barr dominent avec respectivement 2 821 et 2 549 hectares de vignes (Fig. 3). La vigne se concentre pour une large partie sur la partie médiane du piémont vosgien, entre 200 et 400 mètres d’altitude, et 58 % des superficies viticoles de la région se localisent dans le département du Haut-Rhin. Là, la vigne conquiert régulièrement les hauts de versants où de nouvelles terrasses sont aménagées (Photo 1). Pour l’ensemble du vignoble alsacien, la place de la vigne dans la surface agricole utilisée est de 4,52 %, (elle est de 9 % dans le département du Haut-Rhin) mais les écarts entre les cantons sont notoires. Dans celui de Kaysersberg, la vigne occupe plus de 78 % de la surface agricole utilisée, à Barr, près de 51 % de la même surface, tandis que le pourcentage est de 0,12 dans le canton de Thann.

Figure 3 : Les superficies viticoles dans les cantons d’Alsace en 2000.

Figure 3 : Les superficies viticoles dans les cantons d’Alsace en 2000.

Photo 1 : Progression de la vigne vers les hauts de versants.

Photo 1 : Progression de la vigne vers les hauts de versants.

Les terrasses conquièrent les hauteurs des collines de Kaysersberg (Haut-Rhin), à 320 m d’altitude.

Cliché S. Boulanger, juillet 2002.

  • 2  Par comparaison, la part du maïs grain et du maïs semence dans la superficie agricole utilisée du (...)

6Entre les RGA de 1970 et de 2000, le vignoble connaît un double mouvement d’extension et de concentration. Les superficies viticoles progressent de 30,7 % entre les deux dates, passant de 11 622 à 15 192 hectares, toutes vignes confondues. Derrière cette progression générale se cachent pourtant d’importantes disparités spatiales. Six cantons montrent une hausse de plus de 50 % de leurs superficies viticoles depuis le recensement agricole de 1970 (Fig. 4). Ils sont dispersés entre les extrêmes nord et sud du vignoble, les plus fortes progressions étant localisées dans les cantons de Munster (+ 135 %), de Wasselonne (+ 88 %), de Molsheim (+ 76 %) et de Cernay (+ 63 %). À l’inverse, on constate un regroupement spatial des cantons qui ont connu une hausse comprise entre 20 et 50 % entre 1970 et 2000 : ils se concentrent sur la bande centrale du vignoble. Si l’on s’intéresse aux trois cantons regroupant le plus de vignes aujourd’hui, on constate une hausse de 19,7 % pour celui de Kaysersberg, et une autre de 48 % pour ceux de Barr et de Wintzenheim. Parallèlement, nombreux sont les cantons où la vigne affiche une diminution comprise entre – 50 et – 95 %, surtout dans la partie nord du vignoble, entre Obernai et Wissembourg. Par ailleurs, la vigne s’efface dans les zones de vallée à forte humidité et dans une large partie de la plaine (sauf dans les environs de Colmar ou de Scherwiller). Enfin, dans la plupart des cas, la vigne disparaît des cantons où elle ne couvrait que 5 hectares en 1970. Son recul se fait en faveur des céréales, plus particulièrement, du maïs. En effet, la part du maïs grain et du maïs semence dans la superficie agricole utilisée du département du Bas-Rhin est passée de 3,7 % en 1970 à 37,8 % en 2000, la plus forte progression concernant la période 1979-1988 (+ 161 %)2.

Figure 4 : Évolution des superficies viticoles cantonales en Alsace entre 1970 et 2000.

Figure 4 : Évolution des superficies viticoles cantonales en Alsace entre 1970 et 2000.
  • 3  La taille moyenne des exploitations viticoles est passée de 1,65 hectare en 1970 à 3,04 hectares e (...)

7Cette concentration spatiale s’accompagne d’une diminution de 74 % du nombre des exploitations viticoles depuis 1970, mais le rythme de cette baisse varie selon les décennies. Il est moins rapide entre 1988 et 2000 (– 37 %) qu’entre 1970 et 1988 (– 52 %). Parallèlement, on assiste à un doublement de la taille moyenne de ces exploitations3.

  • 4  Il s’agit alors des communes possédant moins de 10 hectares en 1970.
  • 5  Juillard Étienne (1977). — Atlas et géographie de l’Alsace et de la Lorraine, Paris, Flammarion, p (...)
  • 6  Ibid.

8L’ensemble des observations cantonales est corroboré par l’analyse des statistiques communales. Si certaines communes voient leurs superficies tripler (Herrlisheim-près-Colmar), d’autres perdent toutes leurs vignes4. Les pertes majeures se voient dans la plaine, et se font souvent au profit de la céréaliculture (Photo 2) et de l’urbanisation. La concentration spatiale des superficies viticoles s’explique avant tout par des raisons historiques et naturelles. Depuis les années 1970, la place de la vigne dans l’occupation des sols s’est renforcée là où se trouvent les grandes maisons de négoce ou les familles de vignerons renommées depuis plusieurs siècles. En témoignent ainsi les vastes maisons Renaissance de Rosheim, Mittelbergheim, Riquewihr, Eguisheim, Rouffach, etc. Par ailleurs, le milieu naturel favorise la concentration de la vigne au centre du vignoble : « C’est essentiellement l’anomalie thermique positive du centre de la plaine, et surtout son anomalie pluviométrique négative qui constituent un avantage décisif, auquel s’ajoutent les facteurs de microclimat liés à l’exposition et à la pente5 ». Les températures y sont plus douces qu’au nord (la moyenne des températures de juillet à Colmar est de 20,5°, soit plus d’un degré que celle de Strasbourg) et, à cet endroit, les Vosges forment un abri imposant et continu, limitant les pluies : Colmar ne bénéficie en effet que de 505 mm de précipitations par an. Par ailleurs, « l’orientation à l’est, l’inclinaison des glacis dans cette direction assurent l’insolation maximale aux heures matinales, lorsqu’il s’agit de dissiper les brumes6 ».

Photo 2 : Extension des cultures céréalières dans la plaine d’Alsace.

Photo 2 : Extension des cultures céréalières dans la plaine d’Alsace.

Au nord de Sélestat, vue sur le versant dominant Dambach. Au premier plan, parcelles de blé ; au second plan, maïs puis bois. À l’arrière-plan, vignes jusqu’à 330 m d’altitude.

Cliché S. Boulanger, juillet 2002.

9Ce double mouvement d’extension et de concentration de la vigne est aussi décelable dans le vignoble jurassien.

B. La nette affirmation du pôle arboisien (Jura)

  • 7  Claval (1978). — Atlas et géographie de la Haute-Bourgogne et de la Franche-Comté, Milan, Famot, 1 (...)

10En 2000, les quelque 1 900 hectares de vignes jurassiennes se localisent principalement sur le piémont entre 260 et 400 mètres d’altitude, du canton d’Arbois à celui de Beaufort (Fig. 5). À l’exception de celle de Ménétru-le-Vignoble/Château-Chalon, toutes les reculées n’affichent plus que des îlots résiduels de vigne et une large part des collines (appelées localement avant-monts) formant la transition entre le Premier plateau et la plaine de la Bresse, n’ont plus de vignes, à l’exception de celles de la commune de l’Étoile et du Parroux (Poligny). La part de la vigne dans la surface agricole utilisée est moindre qu’en Alsace puisqu’elle est de 2 % en moyenne, avec le pôle dominant d’Arbois (23,2 %). Loin derrière, suivent les cantons de Voiteur (6 %), de Sellières (3,42 %), de Lons-le-Saunier (3,1 %) et de Beaufort (2,8 %). Dans l’ensemble, l’évolution des superficies jurassiennes est différente de celle du vignoble alsacien. En effet, entre 1970 et 2000, le Jura n’affiche qu’une progression de 1,76 % des surfaces plantées en vignes. Il est pourtant nécessaire de se pencher sur les évolutions intermédiaires. En effet, entre 1971 et 1979, les surfaces plantées en vigne diminuent de 11,3 %, avant de connaître une légère reprise entre 1979 et 1988 (1,65 %) puis une progression plus nette de 12,8 % entre 1988 et 2000. En fait, la relance globale du vignoble jurassien (après le dramatique épisode phylloxérique) ne s’est opérée qu’à la fin des années 1980, après un programme soutenu par les pouvoirs publics, permettant le redémarrage du centre et du sud du vignoble. La diminution constatée entre 1971 et 1979 reflète donc l’abandon des vignes qui perdure (au sud de Lons-le-Saunier surtout), avant la reprise du centre. Surtout, au-delà des chiffres, on constate une sélection très nette de l’espace viticole, comme en Alsace. Les cantons faiblement viticoles situés en plaine (Chaussin, Dampierre, Rochefort) et en montagne (Saint-Laurent) perdent la totalité ou la quasi-totalité de leurs vignes. À l’inverse, les pôles les plus viticoles, au nord et au centre du vignoble, renforcent leurs superficies viticoles : Arbois, Voiteur, Poligny, Sellières (Figs 5 et 6). À telle enseigne que la remarque de Paul Claval, faite en 1978, « Poligny a oublié le vignoble » n’est plus valable en 20047.

Figure 5 : Les superficies viticoles dans les cantons du Jura en 2000.

Figure 5 : Les superficies viticoles dans les cantons du Jura en 2000.

Figure 6 : Les superficies viticoles dans les communes du Jura en 2000.

Figure 6 : Les superficies viticoles dans les communes du Jura en 2000.

  

C. La sélection des terroirs : l’exemple de Poligny (Jura) et de Herrlisheim-près-Colmar

11En soixante ans, une nette sélection des terroirs s’est opérée, comme le montre le cas du finage de Poligny, localisé dans le nord du vignoble, à quelques kilomètres d’Arbois. Les surfaces plantées en vignes sont quasi identiques en 1943 et en 1985, mais les espaces couverts par cette culture ne sont plus tout à fait les mêmes (Fig. 7). Les parcelles situées au centre de la ville, à proximité de cette dernière ou dans la reculée ont disparu entre les deux dates. D’autres, plus éloignées, au nord de la ville, sont concernées par la même évolution. Toutes ces parcelles ont alors été colonisées par les bois dans la reculée ou sur la partie supérieure du piémont, ou ont été remplacées par des lotissements. En revanche, des zones dépourvues de vignes en 1943 ont été plantées, comme les collines du Parroux qui forment une transition entre le Revermont et la plaine de la Bresse. Les vignes ont alors remplacé les bosquets.

Figure 7 : Évolution de l’occupation viticole dans le finage de Poligny (1943-1998).

Figure 7 : Évolution de l’occupation viticole dans le finage de Poligny (1943-1998).

12Entre 1985 et 1996, les surfaces plantées en vignes ont augmenté d’un quart. L’extension s’est faite avant tout au nord de la commune, aux lieux-dits des Roussots et du Parroux, donc sur la partie basse du piémont et sur les avant-monts. Le Parroux, par exemple, comportait 63 ares de vignes en 1963, contre 9 hectares en 1996. Aujourd’hui, sur la commune de Poligny, la vigne forme des ensembles discontinus et se concentre essentiellement sur le piémont, entre 300 et 400 mètres d’altitude, de même que sur les avant-monts. Bien qu’elle occupe moins de 10 % de la surface agricole utilisée, sa dispersion la rend omniprésente sur le finage polinois.

13Trois types de terroirs viticoles peuvent être distingués :

14— le piémont au nord de la ville : des dynamiques variées.

15Bois, prairies, et vignes se partagent l’espace du piémont polinois caractérisé par une pente assez importante (Photo 3). L’arbre constitue l’élément le plus marquant du paysage et se présente sous trois formes différentes. Des arbres disséminés parsèment tout d’abord le paysage comme des points. Ils se trouvent le plus souvent ici et là au milieu des prairies, mais aussi au sein des parcelles viticoles. Ils constituent souvent des rejets spontanés ou des témoins d’anciennes vignes complantées. Ensuite, des bosquets de forme compacte, composés de feuillus essentiellement, impriment leur marque dans le paysage. D’autres arbres disposés sous la forme de courbes soulignent le tracé des cours d’eau. Enfin, l’arbre se présente comme autant de lignes perpendiculaires à la pente, de longueur et d’épaisseur variables. Une étude détaillée de ces lignes montre qu’il s’agit souvent de murets de pierre mal entretenus surmontés d’arbres et d’arbustes épineux, vestiges d’anciennes haies dont la disparition s’est accélérée depuis les années 1970. Les parcelles de vignes apparaissent groupées en trois ensembles bien individualisés. Le premier d’entre eux se situe à la plus haute altitude (entre 375 et 400 mètres), puisque les parcelles jouxtent le pied de la paroi verticale du Premier plateau. Des parcelles souvent rectangulaires, aux rangs de vigne disposés dans le sens de la pente se succèdent jusqu’aux fonds des vallons. Plusieurs d’entre elles connaissent une géométrie de plantation particulière, liée au développement de la mécanisation et à la volonté de limiter l’érosion : on trouve cinq rangs de vigne espacés de 1,5 mètre les uns des autres, puis une bande herbeuse de 3 mètres de large, puis cinq nouveaux rangs, une nouvelle bande herbeuse… Le deuxième ensemble de parcelles viticoles est constitué de vignes d’âges différents, situées à une altitude plus basse que les précédentes puisqu’elles avoisinent les 320-330 mètres. Elles sont entourées de nombreux prés et bosquets. Enfin, un dernier groupe de parcelles occupe une croupe aux pentes douces dont l’altitude oscille entre 325 et 365 mètres. Plus éloignées de la ville que les précédentes (Poligny se situe à un kilomètre), ces parcelles sont en général trapues et ont été plantées récemment. Si l’on étudie le paysage de façon plus détaillée, on remarque un parcellaire différencié, avec une nette opposition entre des champs assez vastes, longs ou trapus, et d’autres, étroits et de forme laniérée. Les premiers ont fait l’objet d’un remembrement, contrairement aux seconds. Les lieux-dits les Roussots et les Grands Roussots, les plus éloignés de la ville de Poligny, représentent les zones où l’on trouve les plus grandes parcelles paysagères et cadastrales. À l’inverse, les parcelles laniérées se situent à proximité des habitations, et sont souvent bordées par des jardins potagers (lieu-dit En Bouchats). Avec 13 parcelles seulement, les Roussots et les Grands Roussots représentent 11 % environ des superficies viticoles polinoises, soit 9 hectares et 75 ares sur un total de 87 hectares. La superficie moyenne d’une parcelle sur ces deux lieux-dits contigus est de deux fois et demie supérieure à celle des parcelles de l’ensemble du vignoble de Poligny. En revanche, les 21 parcelles du lieu-dit En Bouchats — seulement distant de 300 mètres des Roussots, en direction de la ville — ne rassemblent que 6 % de la superficie totale du vignoble polinois, soit 5 hectares et 21 ares (Photo 4). Et leur superficie moyenne est inférieure à la moyenne générale sur Poligny. Ces différences sont importantes à souligner car les lieux-dits ne sont guère éloignés les uns des autres. Le paysage est ainsi le témoin de la coexistence de deux formes d’organisation de la viticulture : l’une est familiale, l’autre commerciale.

Photo 3 : Le paysage du piémont polinois.

Photo 3 : Le paysage du piémont polinois.

La vigne s’étend de façon discontinue entre 325 et 400 m d’altitude, parfois sur de fortes pentes. À l’arrière-plan, certaines parcelles jouxtent la paroi verticale du premier plateau.

Cliché S. Boulanger, 1998.

Photo 4 : Vigne sur le piémont polinois et sur les collines du Parroux.

Photo 4 : Vigne sur le piémont polinois et sur les collines du Parroux.

Au premier plan, parcelles viticoles trapues et parfois exiguës, exploitées souvent par des « vignerons familiaux » pour leur autoconsommation. À l’arrière-plan, on distingue Le Parroux, zone actuelle d’extension principale des exploitations viticoles.

Cliché S. Boulanger, 1998.

16Si le piémont présente des signes de dynamisme viticole et quelques terroirs nouvellement plantés, un autre lieu-dit, le Parroux, attire particulièrement les vignerons.

17— Autour du Parroux : un lieu de prédilection pour les nouvelles plantations.

18Le Parroux présente des formes légèrement ondulées et à la pente douce, représentatives de la topographie des collines annonçant la plaine. L’exposition varie de l’est à l’ouest en passant par le plein sud. Les parcelles connaissent ici moins de phénomènes d’érosion que leurs homologues du piémont car le ruissellement s’effectue avec moins de force. Le paysage du Parroux donne l’impression que la reconquête récente du vignoble polinois se déroule sur les terroirs qui composent ce lieu-dit. La dynamique de ce paysage émane surtout de la faible présence de l’arbre sur ces collines, contrairement au piémont. Par ailleurs, la taille des parcelles contraste avec celle des autres lieux de la commune. Les vignes représentent près de 9 % des vignes polinoises sur uniquement 9 parcelles de plus d’un hectare chacune (soit 9 hectares et 78 ares), ce qui est une performance à l’échelle du vignoble jurassien dans son ensemble. La taille de chacune de ces parcelles est quatre fois plus importante que la moyenne rencontrée à Poligny.

19Poligny présente enfin des terroirs où la vigne affiche quelques rares îlots, parfois très pentus, signes d’une disparition progressive de la vigne à ces endroits.

20— La reculée de Poligny : un terroir viticole délaissé.

21D’une largeur de 500 mètres et d’une longueur de 2 500 mètres environ, la reculée de Poligny est orientée nord-est/sud-ouest et possède des versants dissymétriques. Localisée sur le versant exposé au sud, la vigne se manifeste par quelques petites parcelles possédant des rangs courts et en forte pente (40 % en moyenne). Plantée sur des terrasses ou de petits replats aménagés, la vigne est toujours cernée par les bois ou les prairies. Par ailleurs, les îlots sont fortement disséminés : on les trouve sur le haut du versant à près de 400 mètres d’altitude, ou à proximité des habitations, jouxtant des jardins potagers, à 320 mètres d’altitude. Surtout, la reculée recèle de nombreuses traces d’anciennes terrasses ou de vergers aujourd’hui abandonnés. Autant de signes indiquant une place plus importante occupée par la vigne dans le passé.

  • 8  Dans la commune de Colmar, les surfaces plantées en vigne ont connu une hausse de 32 % entre 1970 (...)
  • 9  Entre 1970 et 2000, les superficies viticoles ont triplé sur le finage de Herrlisheim, passant de (...)

22En Alsace, aussi, la vigne s’est à la fois étendue et concentrée depuis 1970. Comme elle a majoritairement disparu en plaine (sauf dans le finage de Colmar8 où elle profite de sols d’éboulis favorables), l’extension s’est donc produite sur d’autres terroirs, essentiellement sur des terroirs de versants. Les différentes éditions des cartes IGN permettent de déceler précisément les zones de progression de la vigne. Sur les milieux et les bas de versants, la vigne s’est étendue en comblant les espaces de prairie, de cultures ou de vergers qui existaient entre deux parcelles viticoles. Le parcellaire viticole devient ainsi plus continu, facilitant l’exploitation et la mécanisation des travaux. La figure 8 concerne le village de Herrlisheim, situé dans la banlieue sud de Colmar et propose la comparaison des cartes IGN de 1953 et 1999. La progression de la vigne jusqu’au bas du versant (jusqu’à 180-190 mètres d’altitude) est nette, la limite étant la voie ferrée. Et en 2000, la vigne a atteint sa progression maximale9, l’ensemble de l’aire ayant droit à l’appellation contrôlée étant entièrement plantée. La continuité des surfaces viticoles est nette, même lorsqu’elle semble interrompue par le tracé des routes au milieu des vignes.

Figure 8 : Progression de la vigne dans le finage de Herrlisheim-près-Colmar entre 1953 et 1999.

Figure 8 : Progression de la vigne dans le finage de Herrlisheim-près-Colmar entre 1953 et 1999.

23Ainsi, quelle que soit la progression de la vigne en termes chiffrés entre 1970 et 2000, une sélection de l’espace et des terroirs s’est opérée dans les vignobles alsacien et jurassien. La plaine est laissée à des cultures plus appropriées, les zones hautes des piémonts voient les bois les recoloniser, comme les reculées dans le Jura où les prairies se multiplient.

24Les vignerons se concentrent donc sur les terroirs qu’ils jugent être les plus favorables, et ce, en vue de produire des vins de qualité.

II. Deux vignobles de qualité ou dominent les petites structures d’exploitation

A. Des cépages nobles et des efforts pour limiter les rendements

  • 10  En 1969, le riesling représentait 12,7 % de l’encépagement alsacien, le pinot blanc 11 % et le gew (...)
  • 11  Source CIVA.

25L’essor de la culture des cépages nobles fut plus tardif en Alsace où subsistent encore de nombreux cépages locaux, cultivés dans le cadre d’une viticulture familiale d’autoconsommation. Cela s’explique notamment par l’obtention tardive de l’A.O.C. Alsace en 1962, et ce, pour des raisons historiques. Par ailleurs, l’Alsace a acquis de nouvelles appellations très progressivement (1975 : A.O.C. Alsace Grand Cru, 1976 : A.O.C. Crémant d’Alsace) et beaucoup plus tardivement que dans le Jura, laissant perdurer la culture de cépages productifs et courants. L’amélioration de l’encépagement en faveur de la qualité et du goût est attestée par la place que tiennent en 2003 le riesling (22,2 %)10, le pinot blanc (20,9 %) et le gewurztraminer (18,1 %) dans l’ensemble de l’encépagement. À l’inverse, le sylvaner, cépage plus commun, a décru depuis plusieurs décennies puisqu’il représente aujourd’hui 11,5 % de l’encépagement contre 27,3 % en 196911. Dans le Jura, la situation est différente dans la mesure où il n’existe pas véritablement de cépage plus noble qu’un autre, même si le savagnin peut être considéré comme le cépage phare, puisqu’il permet l’élaboration du vin jaune. Le chardonnay domine l’encépagement puisqu’il couvre 50 % des surfaces plantées en vignes, suivi du cépage rouge poulsard (18 % des superficies) puis du savagnin (17 %), le reste du vignoble étant planté en pinot noir et en trousseau.

26L’amélioration de l’encépagement se conjugue parfois avec la volonté de maîtriser les rendements, en vue de renforcer la qualité des vins produits.

27Les superficies viticoles alsaciennes et jurassiennes sont majoritairement exploitées dans le cadre de petites exploitations.

B. Domination en nombre des petites et très petites exploitations

  • 12  Lors du recensement de 1970, les exploitations comprises entre « 5 à moins de 10 hectares » domina (...)

28Les exploitations inférieures à un hectare dominent en nombre dans les deux vignobles même si l’on s’achemine vers une diminution de leur importance. En 2000, elle représentaient 47,7 % du total des exploitations viticoles en Alsace (contre seulement 20,6 % en 1970) et 51,5 % dans le Jura. Elles sont suivies par les exploitations comprises entre « 5 hectares et moins de 10 hectares » en Alsace (17,9 % du total) et par celles de « 2 à moins de 5 hectares » dans le Jura (19,6 % du total). Si les très petites exploitations dominent en nombre, les superficies concernées sont négligeables, puisque comprises entre 5 % et 6 % de la superficie totale de chacun des vignobles. En revanche, celles qui rassemblent le plus grand nombre d’hectares sont, pour l’Alsace et le Jura, les exploitations appartenant à la catégorie de « 5 à moins de 10 hectares12 » : 29,7 % du total des superficies viticoles dans le cas jurassien, 42,1 % dans le vignoble alsacien.

29Une grande différence apparaît néanmoins entre les deux vignobles. Dans le Jura en effet, quelques grandes exploitations dominent le monde viticole jurassien en termes de superficie exploitée. Deux d’entre elles seulement comprennent « 30 hectares et plus », à savoir les domaines Henri Maire et le domaine de La Pinte, tous deux localisés sur le finage d’Arbois. Or, ceux-ci, bien que ne représentant que 0,3 % du nombre des exploitations, rassemblent 18,8 % des terres viticoles de l’ensemble du vignoble jurassien. Ce cas de figure n’existe pas en Alsace.

30Si l’on compare enfin les situations précédentes avec les données générales pour le vignoble français A.O.C., on peut noter que l’Alsace et le Jura ont des points communs avec la moyenne nationale en termes de nombre d’exploitations par catégories mais connaissent une situation particulière sur le plan des superficies : à l’échelle de la France, les exploitations viticoles inférieures à un hectare représentent plus du quart du total de ces mêmes exploitations pour rassembler 17 % seulement des superficies, tandis que celles de 30 hectares et plus (3,8 % du total) regroupent 25,9 % des superficies. En revanche, les exploitations comprises « entre 5 et 10 hectares », à l’échelle française, représentent 18,5 % du total pour une superficie égale à 18,3 % de l’ensemble.

C. Une vinification en cave particulière qui domine pour les quantités, mais un rôle important des coopératives alsaciennes

  • 13  D’après les déclarations de récolte 2003, on dénombre 2 454 coopérateurs qui cultivent un total de (...)

31Dans les deux vignobles, domine la vinification en cave particulière. Dans le Jura par exemple, 57,5 % des exploitations vinifient en cave particulière pour 43 % des vins produits. Mais, parallèlement, en Alsace, les coopératives rassemblent un grand nombre d’exploitations13 : plus de 43 % des exploitations vinifient en commun pour un total de 31 % des vins produits. Dans le vignoble jurassien en revanche, les coopératives, au nombre de cinq, jouent un rôle moindre : seuls 24,3 % des quantités viniinoisesclas

232/span>Les vignerons slsacienn et jurassiennspossède t de 1ombreux prints communs an termes de suructures d’exploitation

233/span>Les vifférents,croduits.piniinoisesurassiennspetslsacienn ee vondemt ulus bu loins eaen La péalit le vpouve au-delà des cisconrs ceonvnus se constels jnterrrofission nls de sdeux parctes. ESrtout so l’on ceplatc la concommation.des vins psses de 4es déagons dens le cantrxte"de la cuncommation.diniinoisfrançaise,

1a href="#tocfrom2n67 id="tocto2n67>A. DAsurenrla progmoion.des vins : un des peincipale milsion se constels jnterrrofission nls /a>

234/span> Poduire de vin je qualité ost une pchoe, reéssi,rà l vonder en eft une putre, mtlle est da dioulur use dxplrieune que tvvent uombre de cignerons faançais Aepuis plusieurs dnnées facieà une aonseurence aondeale daccru. L’elsace et le Jura onécheppelt par à celte dirfcultus. ’est ea reison dour leauelle de clus benplus de 4ignerons fompatnt sur dl constels jnterrrofission nls de leur iéagons et surtune progmoion.dollictiov pour les qadenrà lcolule leur aroductifn. Cel buganisams rassemblent ues rejrésentant de proguctiurs dt de fégoceints,en vue deachcroîre le Rrayn nlent des signobles. DLur iée passeaussi aar l’onconurgement s une amelleurs formetion.des vinnerons f(ecahnques vd vinification ,connaisseace de terroirs, eélection des tépages pn vhamontieavec les derroirs,…. Les passibiliés d’artion de lc constels jépondent en carge part e des cbudgts degalés, lssentiellement sgrâc à la mctisstion de l’encemble de l communeutr oinneronsn, parfois sussi agrâc ux seubvntion occtroyes par les bonstels jénéralx souaar l’oONIVINSa class="footnotecall" id="bodyftn134"href="#ftn124>(34/s>. Di le pIVA. (Cmpté oIterrrofission nlsdes cVns d’alsace) eispos d’unecbudgtscommunecation eelantvement qonsarteale de l4,85mililon seenurospn p003 le rCmpté oes cVns d Jura a class="footnotecall" id="bodyftn135"href="#ftn125>(15/s>, luant u lai foit, lart e des constels jes plus fpavre vd vrance,avec leulement d550 00 eturospour le même nnées Autsi ae plrtient -ilguère éamene des rcapagnes à u’échelle fationale Les vignesons furassiennspooduirent usan contiste due vins de qualité.,et possède n une large pgame descroduits.pyant dunefarte ptypciet : uins douge spetsesés ,uins dlanc , mairc ,uinsdescralle, sin jaune.,coémant Lutant de lchoi soffrts pu censtmmatiurs Par adoxaement, eelte dofresétendue es repour n parfois acntre le croguctiursdins la mesure où ias rclenntsdnn eaertic cernet sajlla disférence antre les droduits. DCrtaine d’entre elx cnsardemt ulr exemple,le vig jaune.et le Jinsdescralle, sourtant n adialement aifférents,cens le rsdlaboration de leur soût Mais, n le pIVAJ, n le vignesons f’ont pe miyenn de dyveloppemrla progmoion.dsurl’encemble de croduits.p fhacue acapagnesdescrodmoion. Autsi aes chaoi sdovent -ls jtre coit,. La s eemrce da vin jaune.» ent ea reulemmanifestetion conternnt le rignoble dens son ensemble. LCéa par lBrnnrd Badoz,vignesons-égoceintsà Poligny. elle rermet lnn eeulement descoitr connaître ues droduits.furassiennspais aussi aderassembler 1e vignesons fd nord et au sud  ; lle est dunsuccèd, et calieu dhacue avnéesdens sunvillage defférents(Fig. 79. L e’esngoument queelle seuscie récvelleuu’échoombi viticole En r998.,pour le mremiere ois aepuis pes lostras filest quastign de lrupure de csoctk Les preguctiurs dd vig jaune.eommurcentrà Pation ne leur rclennts Ils c’oyîabilt par abitaésa class="footnotecall" id="bodyftn136"href="#ftn126>116/s> »

Figure 89: Progreame desca penrce da vin jaune.de 1979.

< csoyle="airgin-left:-.081900 1in;airgin-right:0mm;airgin-top:0mm;airgin-bottom:0mm;order-olliapse:searante;order-paceing:0pt;> ="2>csoyle="airgin-left:0mm;airgin-right:0mm;airgin-top:0mm;airgin-bottom:0mm;pading8-top:0in;pading8-bottom:0in;pading8-left:.075in;pading8-right:.075in;order-top:.014n suligd #000000;order-bottom:nn e;order-left:.014n suligd #000000;order-right:.014n suligd #000000;erticale-aigny:top;> <

Laeu de pa menifestetion : Viiteur,/p> <

="2>csoyle="airgin-left:0mm;airgin-right:0mm;airgin-top:0mm;airgin-bottom:0mm;pading8-top:0in;pading8-bottom:0in;pading8-left:.075in;pading8-right:.075in;order-top:nn e;order-bottom:nn e;order-left:.014n suligd #000000;order-right:.014n suligd #000000;erticale-aigny:top;> <

Samedi 6 érvrer p999./p> <

<Àlart e de l hecuem :

< <

<

<12 h:

< <

C banduetsdtant pn hemmatg à la plofission viticole ERmiee de 3mdanlleu.

<

<14 h:

< <

<

<15 h:< /p> < <

<

<16 h 30:< /p> < <

<

<17 h:< /p> < <

<

<19 h:

< <

<

<21 h:

< <

<

="2>csoyle="airgin-left:0mm;airgin-right:0mm;airgin-top:0mm;airgin-bottom:0mm;pading8-top:0in;pading8-bottom:0in;pading8-left:.075in;pading8-right:.075in;order-top:nn e;order-bottom:nn e;order-left:.014n suligd #000000;order-right:.014n suligd #000000;erticale-aigny:top;> <

Dimnche, 7 érvrer p999./p> <

< 9 h:

< <

<

<0 he:

< <

<

<01 h 30:

< <

<

<03-18he:

< <

<

Cource :< ’après la Pinrce da vin jaune.,progreame desc979.

<

23Laprogmoion.dollictiov posseaonc sssentiellement sar ld multiplis maiifestetion , dons la mesure où iasCIVAJ e pousède dps de fiyenn dxtensioles,e u’ifin , bien que nl Cbudgtscit 1éé oultiplie oar l2,5en re 19799 tsc2002a class="footnotecall" id="bodyftn137"href="#ftn137>(37/s>. DFte rue vins deArbois.,mfte ru toousseau. (épage rouge )e uMntingny-les-Arure .,mfte ru tBiu à pVaons , Conours d vigs d Jura , Saint-Verninrà loligny est Châtau.-Chalon Lsesuccèddnt donc su cenrs d c’apnéesdens sc Cbu. La duastign de la mctmunecation ens d’Ailleurs, nciennespetseéeurenctsdens sc Cignoble La peue dentselle qem>Pa pigne /em>, desse.su cyvbut2e chacue avnéesdn poanoeamades signobles.vd vrance, En rjanver p000, ee Jura ent atordé auec les etreiruivinte:<  eura , n pmlléesimudxtcepton nlsdais apu de piyenn dour le voitr cavoir », xtcelent uef=lt des eiffcultus.descrodmoion.due vins de qa recgon. A e“Porsdlabrgirles décbouchs ,uilvoiuscommunecue rlescoiçn.dollictiov pos le vbiai ad cenpté onterrrofission nls,pais aussi aderaiifre pndiqvidelle . Chcun deentre enus deit ls voitr c’apmbrsstdur de ls recgon.part ut sn qrance,aais aussi a u’éctangser” mairtle dunvignesons [ ]a class="footnotecall" id="bodyftn13" href="#ftn83" 118/s> »

236/span> ar ailleurs, ls exploitatts.Hurassiennspsnt ptteachs e u’ide depderroirs,d’adenoitésroprieqe leur ivn ,nu bunnspù iasCréciseJean-Roer"e Pitei:<  ea pnoion.duelerroirspeut être cécabitité e,d la mctnitionsqueelle sdesign la compaécansion st l’nterrrotanionsqueele rignosons live des connées gnasre le spu hrietes a class="footnotecall" id="bodyftn13" href="#ftn93">(19/s> » »

237/span>Une gaersn nlqueise vendefhaeznu cxploitattspour lchemte de vin je le voit,dps dnecue ent saur lchqurie un troduits Ellesreceherhe qtssi au contrciipeinvilcgo auec les reguctiurs,eeulercapale de l eearler» da qontvin j(ctnitions d culture ,rd vinification ,cdélaevag, l’ausembleag,…. Lutsi ant -ilgnn eeulement dncen.saeieqe loitr cn eoute pueele rigsteur,plrtientenpu caeaux,pais aenore filest qifiqspnsiabe que slexploitatt suie dntseie rcapale de lecenoir leslouvelauvondudens sesbaones olnitions <

  • 12  SÉvoue rl 1ombdeeHenri Maire e coingtemp déclhaîn le spossons dens le cignoble jurassien :< jalouna href="#ftn121>(...)

318/span>Lapoitlestonlleuuu vignoble jurassien.consiiturpn hendiscappuant u la mreductifn.avnu le de lins . Rres sont,en effet,ls exploitatts.Hyant disescoctk turfcstts.Haur lsesngag,rauec lue grande durfaces DCrt aspncs tss=cei l la mtypciet qe croduits.purassienns,limiterla plauprt duentre elx cuxtarrhe oecgonalea class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn121>(2. DSuls 2uelques gignesons fot dunefclenntle decglière pn eSusseu en Alsemegnesdounn ABelgque Le cvolum rue vintes a vigs d Jura est qelantvement qoitles:< 65 00 eectaolires tenmoyenne nar can,pour une sreductifn.ae d75 00 eectaolires t(oyenne nur dl cdi sdernire dnnées ) et cennaisseactdescorts pclrt :< 16 00 eectaolires troduits.pn p9891acntre l115 00 en p9892ulr exemple, Ce cvolum ruesreductifn.ast daitlestn reison de sdeusious.descranttion. CO.consiitiuune amyenne ne 5 h00 epied par lectare dons le Jura, lcntre l9h00 e 183h00 epied pons le JBeutoulis apr exemple, CL syldisca au sud -Reertmot d(art e deuvignoble jocalisésnpu cud dee Lnsi-le-Suneier) a1édet qne abrochres spcisfque n celte dart e deuvignoble Deucoiçn.dastuienue, lea résentanifn.ansi stesur dl mrre é de vroduits,tracnsormett pn hicontvenent en cn dyinteag,:<  e’apordle cioyag,r lsenterrogr DIi, be cignoble js cochemst l’ntiéralre eflclh dsimprrse Par de 4igner e uaere"de lvue mais un rclhquei rlescartelles . Chcun e cn toès leintsineaossé de merrese uigner À lpenenpinq,hectares epr eilicultuurs,eer un tsoleiffcuie de larrer ele us. DLuJinsde sud -Reertmot dst dunsroduitsmrre »

31 l’inverse,d Jura , ’Alsace esit,dpsroit,ment compunecue rler us vigs Les viyenn deupIVA. ermettent d la mrublciet qe cigs dlsacienn ed pganesodecglière mmt u ut la France, lans les deue , ls eguies cgaptronomques ,de vigle spt,ls egres e(srtout spsriiennes )eommurpellesHyant doncernéels e eGands RBanc ,» en A9897et en t998.,pvec les dslogns l eE so lvus dnveliceznu crand CBanc à l’aplrietif ?» eoun e s Gands RBanc ,ae plrsent ujaais uinaaerçus»

340/span> E Alsace, lesvieunantre lessroduitsmt le Joaysag,est darte,candis queil cst douvent uinxisteat dens se Jura, leaCbu.e"de lChâtau.-Chalontss=cei npu cin jaune. iee d uart Le chardm rue village dlsacienn eopre pnmmdaiatment sar l’aprheie tures d miison , ls eru le spctaotes et te moeurs suéctalnt u lrofiuson.dsurlr elalcn , lême si l’oncemble deut ntreaîne dn tsntieent descass=tud, Ce chardm ragi sar l’anterrmdaiaeieqe ll mrut les vins : ucéa pn t9954 celles-c aar onurt 170 kilomères tenelrn.dt sontpreac obnéricie euneebuganisation.dliérare de vepigef tsdescahubitaa LTès lrésqent e,dlle représenta dunvirietale dreirteuneon en re 1r elur g et tigle spiticoles de vri ontt,et te mrofission nls de le pfiière ppnsiet que 0es detombes pchoombiues vd vsalrésqent tion.dont notoies tême siil cst dmprrsiolesda leuscst eenrauec lfibitité Le cour stesueiseglen nlqe vignoble alsacien.tss=ceieaonc slevin jueil coadyvgutenrà le craysag,suef=ltant p’onpulnce an da diierseté Lans les dillage ,da diierseté craysagre pnt ad. iee : ue rigsteur,plut s cour ne ders ue vignes an termassemset le Jirs nt pvosgen.tois.s,dounien qobservmrla prline dlsaciennesdt sos cullures dcré aière s Ilss’acteideaussi a uadmie des repace spiticoles dcntrnuts,eeulement dnterrogmpu par les billage Par ailleurs, ls erofission nls deuivn st le le pfiière pour stiqu.enciptet le rigsteur,p la m=lne isdt s la mredentad dns les dilnes ,e lpied u à pirlo,sar l’anterrmdaiaeieqe lan>naux reisé miér dens le cignoble jt plrmetteactdescdcoluerr leslreivalldesca pilnesan da diierseté es tépages <
  • 122/span>  Slss’acgitde dLnsi-le-Suneier (18 451abitants,en v9799),nPn>nasiore d(4 651abitants,),nPligny e(na href="#ftn122>(...)

34Dans les ura , n emrut les vins lxiste pussi aais usalrésqent tion.dst qifgale :< crtaines partaons d contpreac octeiret le rioyag,r l(enelrn. deArbois.,m coligny. euel’aÉtoie de ciiteur,lssentiellement ),d’autres tn qont euère emprut e Pausieurs deison exploiqent celte difgale lrésqent tion. La piscontrnutté es turfacesspiticoles dcgitde doiçn.dortainesacntre leide due slen peut ns voitr ce le mredspriete DLuJinsteur,plesse ost uyinteu ut scteir oar ls ere jes plus fpittoresqu. dt des plus frche pur le plan dulluresl,purheie tureal..)Er, ccux-cc aont epu dombreux pens le cignoble jurassien dt dls jneaoncet suère ’imprrssion vdétre cdynamques ,drbois. ieed uart LSulss cnq,higle sps dart aent ’onpace deuvignoble a class="footnotecall" id="bodyftn122"href="#ftn122>(22/s>, lcrtaines pyant dsrtout sd darncaons d clur g .loligny est uyinteu ut sun figle qe lan.sag, lSlissi-les-Bans lme dsrtout sn vuaeur ios chrietge dlis e u’ideust isdslisfre ppisque ce pilnesanexpste plus fuère etdLnsi-le-Suneier,figle qmodsti tslssentiellement sun fioction conmurcçnte LE lu cud dee Lnsi-le-Suneier,ce pil durbinesas decuitsm lroesqu. ieun

342/span> ar ailleurs, l mrut les vins lsti en Amaits,en daote.,tood,dproch de ll mrut lationale ae qui euttsu cyvrays ent saur lcux-qui e’onmprut nt p class="texte" dir="ltr">343/span>LA-delà desce pioen é detses reforts poiurnsspar les bilicultuurs slsacienn et jurassiennsposr lfabrcue rles troduits.pdequalité detsyveloppemrlaur iommurcialesation ,des eiffcultus.dortgisenti,sie pu censrxte"dchoombiuesdt soniale

C. Unnouvelldlabsdescrus benplus dntreair/a>

  • 123/span>  Source ONIVINS

244/span>Laproguctifn.aembient due vinnebles.vlsacien.tt jurassienncst donsiitue depdins dlanc , m dhautur de l928 % dour leelsace et le l64,4% dour le Jura. Er, cl cst dncen.saeieqe leplatc lcuatyp descroduitifn.aens le cantrxte"de la cuncommation.dénéral les vins ls qrance,aui , globaement, eiminute lême si ls vFançais Abovent aeninteag,depdins d.O.C.,cuesd cvns decuncommation.donurgte LE v9760en effet,ln.dst imirta concommation.desivn s 1800 L/abi/n c(uec l10% descvns d’appellltion ,en p9880 celles-c aabitde d80 L/abi/n c(20% descvns d’appellltion ei en A000, elle faacteiit que 055 L/abi/n c(50% descvnsd’appellltion a class="footnotecall" id="bodyftn123"href="#ftn123>123/sa>) /p> hdiv>

24Laprande diffcultusà la uelle de vignesons fsot denn=rntrs est da diminution de a concommation.decglière pu brogfitde a concommation.doccaion nlse a class="footnotecall" id="bodyftn124"href="#ftn124>(24/s>. D l’iueciira’Ailleurs,,la cuncommation.dénéral lesvins ls d’Ailcooleievebitdenore dbissensdeuvfaitde a clu.e"dcntre leilcoolsam eu ciolnt u(srtout sueele rFançais Acrchemsrre met le rigeappès leiueir lyvgute eeorsueil consteules boaeas) tsdescahppelcation elus dst ice"de la coitdEvneauant u la mrublciet qur dlevin a class="footnotecall" id="bodyftn125"href="#ftn125>(25/s>. Dar ailleurs, lsrigeaouge st doecfré pu cin jlanc a class="footnotecall" id="bodyftn126"href="#ftn126>(26/s>, lême si lsmremie lcnnaîtr,eommurp’encemble de cins ltangui les ,qn deminution de s cuncommation. LE v2002 ll cins dlanc ,jot deprésenta quulement d15,5% des qachas,en vuolum retd19,2% des qachas,en vuaeur iffetcaéspar les bmenge dour le r iomcommation.d dembiuie de lins ltangui les ,qandis queell cins douge spot deprésenta q69,7% des qachas,en vuolum retd68,2% des qachas,en vuaeur a class="footnotecall" id="bodyftn127"href="#ftn127>(27/s>. DL cantrxte"dmlnita cst dpu doivorale dcarla pur reductifn.ast dd. iee LE v2000 c279mililon seeectaolires tescvnsdot déé oroduits.pdns les mlniepour une soncommation.desi220mililon seeectaolires tuulement Ilssst qelennaunqu.eolte darte preductifn.ast ddeiectment sie di xconodment s L’alsace en voit,dps dxtcepton auec les vnodment sqourjnrs cproch de vrlaardedatours.s:< n A000, eeelO.C.,cénéraiuesdem>Plsace /am>, eprésenta d8 % desla mreductifn.aecgonalee,auec luevnodment viyennde d80 ectaolires trr lectare dour le cins dlanc , DCrtaine deproch t vime nupIVA. d js coocentrr rler ue mredmoion.duesvins ls deae plrstss=ezencipte 1e vignesons f dbissensdeurs snodment sqsin desbegforcer laetcrtp a vigs droduits. M Jura enécheppelplrst celte dcrt iuesdême si ls vnodment sqsot dmglx cmîtreie fueel Alsace, lt,ln.deut ndeie,euneeboiçn.dénéral ,que 0es décgonaspiticoles dfançais s troduitent utaortescvns D ltlle esstelgnlque ,qDensspVerdier,créseidnt descasccooprition.diniinoisjfançais s tsltndudescvnfscrodos n Ajanver p0004:<  eConp le rrandedcalme,eommurpi l viliculture jfançais sfaacvit,dpus descrodblèes e(…. LCel est qdûp la m=itles.sede ll mrcolte pn tEuaoruce sn qrance, Les pregblèes eescordedsubi stet I(…. L lù il cy ades scoctk cl cv m=illir lsrresrl vil e(…. LI cv m=illir lbissensdeu vnodment sqe être cigur lx cur dl ciolum deunodiqésp(….a class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn82" 128/s> »

  • 12  EVn dMusseax re dQalité dPoduitsmens sune Rcgon.pDéermiére

246/span> L caémant d’alsace)feit lnanmoins être crvoqésd uart Ln rffet, qremie lVMQPRDa class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn92" 12jfançais an termm ruesreductifn. cl ceprésenta drod,dauneebbut gle qe laémant dvndue cur dlx cn qrance, LSn.duynamqam esede stingu lar lrppertet celli 1ee cutres tigs dlsacienn La pcrosseacc rue vintes a(+ 58 % )sur dl mcapagnesp0001/2002 lss sie d la marte pcrosseacc ruxtarrhe oeincipaleC(+ 7,2% ),le morrhe ofançais ,qui ceprésenta dneufbbut gle dvndue sur dix Ce cvn ,pains eherfueeu cohapagnes,aonc spus dpccnsiolesd lous ,cst dortout soncomma ens lu contrxte"desteif

347/span> L vinnebles.vurassien dt dlsacien.tsnt ptssi aenn=rntrs e deuutres trodblèes ,eommurpelli 1euneebrande d ntaortrande  ?d niierseté esslenfres Lans lesJura, le canttmmatiursdeut ndvgutenr vigs doués ,uouge s,dlanc , moiqeo lx ,paisseax , tsdescaheu-del-ver tseorscuesdns leonparitde ombreux pFançais ,qesCignoble sroduitsmtxcusievrent des cins dlanc , D lelte dvriéeé essroduits.p’acjut lc le de d.O.C.,cem>PCôte d Jura , rbois.,mÉtoie dChâtau.-Chalon/em>, an da dtypciet qe cin jaune. Les pcoctk tuapccumulet dens ses boaeas LI sqsot descrus besc160 849eectaolires tenm2000 tscot dennaunu nugent tion eonsiitt due 31% desuis p1990. Nanmoins ,lelte diprrtanctesuentitéspnt atssi aie di coingpil lilossment,lxisg oar lscin jaune. (6 ns ) L’alsace ecnnaîtrd contpcôt es tuoctk toinsdr miisocl cst dennaunqu.eolCignoble sn sroduitsmpas,dengénéral cvns decgard. /p> piv class="textIndnotes">

349/span>Lapoigurn 10crodos ,eeus du ormeesoimlitdie, ,qn dsynths e esslenganisation.de feonpace dee dex pignebles. PausiCréciséont ,allesdeidea dmotrr rla m=içn.ddot le rignoble alsacien.tonsiiturpn hre deuutratifn.,acntreirement e lontphdmologesjurassien..vNov flvoe deprésenta ,dour leelsace ,feonpace duéctalnt un re 1Wossmebur g tsdThnn,dour le Jura.,pelli 1n re 1Slissi-les-Bans lei Saint-Amur Les pex pignebles.font,eéedeusen paingtud,jt plusède t des vollines pormett pn etracnsiion en re 1e Jirs nt pn da drline lême si l le spont,eortout soncentrr pu our duelalvsele depda Frpeht (alet nrs d cColmr )(n Alsace Lans les dex pca, ls ehaut tescvrs nt fsot denlonssspar le martt,et te mzoer elssemsear ls ereirei spu las dorres la bur ales. PL dcaratire pndensiofdes vollures dst dortout sntt é ens la prline dlsaciennes /p> piv class="textIIonc> CFigurn 10: uL rignoble alsacien.: un pliuxruesreductifn. ce lan.sag, tsdescour sms /p> a href="#docn>naxe/mpag,/1056/mpg-13-mall5580.png"vepi="colnSet>naxe/mpag,/1056/mpg-13-mall5480.png"valt="Figurn 10: uL rignoble alsacien.: un pliuxruesreductifn. ce lan.sag, tsdescour sms " />/a>Arandeir/sa>ja hepi="noflliow"class="tcolnOrig"href="#docn>naxe/mpag,/1056/mpg-13.png">OriginleC(png, 121k

350/span> E Alsace, lessdart e jes plus fpedspres ed vignoble js d=tuet un re 1Egiteheim tsdBar : ua pilnesant deltipvesdendmotoulture ,rsaufbens ses borde d cvselos lei ur dl cirs nt fallprtennts Deucprt ds d’Aiutrede q dex pacalisés ,cn qselnt dvns ue nord e(Wossmebur g) u vns ue nsud lessdurfacesspiticoles demble t,eoonfcloeherfendmme stemp dueele repigef ssCaisitip(vns uThnn) La piscontrnutté raysagre pnt ad. iee ,ls ereirei spsapficheat descrus benplus dnrte ent IL syhe masulisgeeelt aspncsdvec leide depd egacitet d’andensioé iticoles» p class="texte" dir="ltr">351/span> L vlur g eiticoles ,1ombreux px dpu ddsteat ses buns1ee cutres ,pont,eouvent usiaéspi ncntrciipduJirs nt pvticolesjt le le prline lounien qn paiiore eescortt,e la mimiterlsuprieeur deuvignoble DI sqonsiiturt ,aomtament eaur lcux-qui esnt ptssi aue village darte die, cvrietale ere jour stiqu. ,dt sonttireivrs spar le mrut les vins lui cer onurt e rignoble jd nord eu cud dur d170 kilomères tenelrn.. ’aptres tioie se canmunecation ereivrs et le rignoble L’amx nord -ud dee mrut les vins lstiddoubl oar l’oatourut lA35qui cepigepSreislur ge uMulhov LE ,d lous viyent ,ae cour steseut nsecheppelrsd.eolte dioielrppiiepour u=lne pens le cignoble ,dpccédnraux-qombreux poanoeama lxisteat ,dioiredanérrr rldns les mssiefpvosgen.tar ld pixs butiesatt,el cisele Par ailleurs, leuutres tixs bracnsirs nx-,djosgnt le vigle spe le prline d lalsemegnesdxpste t pn donttirésqenment eemprut

<

352/span> L vaous sch storiues vetpour stiqu. dd slelsace eont nobreux tss=cei se la m=tution.d=rntraière desca recgon. ALe village darte die, de Riqu.wih, ce 1Ribeauvllée ce 1Kays rser"g…,ls emuse t(ouse deeUterrinednnde dColmr ) ls erunes poéodle dui cer sèest le vhautur ed vignoble ,dl célige spu labbaymseisole . at te mouventis d cgesrese(cimernre s) ermettent da vigsteur,puesreatques dn tour smsd ni lan.sag, ben.tsnvent u niiersetdie,

<

353/span> L cignoble alsacien.tnganisaeaonc svrietale mnt ’onpace deetracnsiion en re 1e Jmssiefpd pVosgs vetpa prline dlsaciennes Actveté reurante,ua pilnesaadlrmes alecyveloppement se 1ombreux plur g et tonsiiturpn hreirteuneon en re 1r eifférentes delrioious.dour stiqu. drodosées par le mrcgon. AC le scc aont en effet,larte ent seisé miér . at te vigsteur,puit loncstament eaasensdar lscinnoble srur lcllnreunecliuxrour stiqu.e luncutres

<

354/span> L cignoble a Jura euéctie dsurl80 kilomères td nord eu cud dei ur d5 kilomères tdonp ln.tnusti emis ,qu cfurdt s lesure oue slen puapcheineders ue vxteémaous.dord eounsud le pilnesas decuitsmcmmurppau.de chargrns Dlss’acgitdenc seseeison nnrà ln etche le defférentessd.eolle qe llelsace e(Fig. 11).uL rignoble aurassienncst donsiituecn qsrheipel ,eommartant dd pîlot tesconlleuuartedvriale DI ast ddefcuie deécioues dr le mnt ’oide depdgacitet d’andensioé iticoles dons la mesure où iass ncemble scdynamques qsot deisé miér bien que nous dsiaéspi nord ee li ncn re 1euvignoble DU hre deoinedesuis plaqelenniituton.piticolesjesc1945 (rbois. t sos cenelrn. ),ruiviisd.eolli 1eenPligny e(jute puscud deArbois.),sd.eolli 1eenChâtau.-Chalon,ciiteur,-Le-Vernis.,muis pd.eolli 1een’aÉtoie AC dntrous.dmge sp uart ,da diicontrnutté es turfacesspiticoles dt l’nprrssion vds mlsaïque raysagre p(ilnes-reirei -ois.-ulture jcré aière )deoinet IPrfois aême ,te vigsteur,p e esegndlqiil cer onurt r le mnt n emrcgon.piticolesje cyvpitde a crésentcsdeuneebrut les vins AC le cc aa,en effet,,dour leincipaleCicontvenent edétre cartedsnuteussjt le lrejinsdr irésqenment el mrut lationale /p> piv class="textIIonc> CFigurn 11: uL rignoble aurassien :< unepace deicontrnutjt l=itlesent eaulaeie /p> a href="#docn>naxe/mpag,/1056/mpg-14-mall5580.png"vepi="colnSet>naxe/mpag,/1056/mpg-14-mall5480.png"valt="Figurn 11: uL rignoble aurassien :< unepace deicontrnutjt l=itlesent eaulaeie " />/a>Arandeir/sa>ja hepi="noflliow"class="tcolnOrig"href="#docn>naxe/mpag,/1056/mpg-14.png">OriginleC(png, 120k

256/span>Une guastign dssentiellem,cfigurnt un pndeeductifn. cfuscoteemguiesu ut sc coingpdeeelt aticae :< ueelst-e qui erpperoch dt slaognerq dex pignebles. ?dDuneeboiçn.dyhe matiqu.,ln.deut nlrt erde vroncipa pueele ruynamqam eeuneebrcgon.piticolesjreos qtinteu ut surf:

< < < < < /ul> p class="texte" dir="ltr">257/span>Dans lolte dlogiqu.,lnov flvoe dmotrr lue ne pioen é dhumine detdl mualité de vroduits.pltae t ,euneeboiçn.dénéral ,qairr pdns les dex prrgonaspiticoles lême si ls vdéorrhelsqenvfaeaurde a cualité deovent atre cpperoordeis Dn rreinthel lessdbudget se canmunecation et te motrucures ddsfommurcialesatifn.aont eicontt ale mnt rus dvoufér dt tatiov .dn Alsace LQuoiqueil csnjsit ,d’npmncemmeijoret qe cignerons flsacienn et jurassiennspeit lronode cdninteag,donsiceune qduddefcuie dontrxte"diniinoisjiynita cour lagirllus (efcuce ent

/div> a class="fgo-top"href="#faticae -1056">Hautni lange/a> piv cd="botes">class="sietifn.>1 h2 dlass="sietifn.>1span class="prxte">Ntes"/span>D/h2> p class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn13">1/s>, Lo vsurce sm= tiostiqu. dd selt aticae vrodientent dd pecennsment sqénéralx re d’aagrculture j(RGA)jesc1970-1971,c1979-9880 c9888,m2000 tsces renqéte d eVliculture » dau SCEES, Mniistre descaaagrculture Elles fsot denmpleé msear ls eonnées gcadatratlesdour le Jura. /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn12>(2/s>, Lar aenmpaeison lea rrt duxtarïsdgacn st lextarïsdsmentcedons la msupericie agrcuoisjutiesae deu yvrate ent seu Bas-Rhn sanugent ddlq127% etvre 19770retd1979, tsdesc73% etvre 19788 tsc2000 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn13>(3/s>, Loaconlleuumyenne ne exploitattonaspiticoles dst dossé sjesc1,65 ectare dn p987 e 13,04:ectares eenm2000 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn14">4/s>, Llss’acgitdseorscds dommuues parsé dat viyns de q10 ectares eenm987 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn15>25/s>, Lspan csoyle="fntr-varints:mall5-caps;> Ji leard/span> Étennesd(9877).d nem>Pltla et jéngreaphieqe llelsace et le le pLoracn /em>, aPaeie, Flamatrfn. ca D93 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn16">6/s>, Lsm>PIbid./em>,/p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn17">7/s>, LCspan csoyle="fntr-varints:mall5-caps;> lninl/span> (9878).d nem>Pltla et jéngreaphieqe llaiHaute-Bur gonesan de la Francehe-Comt aem>, aMilan,pFamo ,d145 p /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn18">8/s>, LDns la mommuuesde dColmr lessdurfacessprantées genvinnesdot dennaunu hussirde d32% etvre 19770retd000, ean.sat se 1156e 1206 ectares /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn19">9/s>, LEvre 19770retd000, eessdurpericie spiticoles dnttireipleeer ue pfinag,descHerrlteheim ean.sat se 131e 197 ectares /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn130">10/s>, LEv19769 ce s is lingdeprésentabitd12,7% desl’aenépagesent easacien.,de vriotedlanc 11:%at te vgewurzratine p00,6:% LSuls e deereier u vus crrt duminuter lcrtainesent eaur lds eeison ed.egoû an de lmods: ua poncommation.desivn stss=ezesucrr d diminutecn qrance,aesuis ple dnnées m987 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn133">11/s>, Lource IVA. /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn102>112/s>, LLo ed vecennsment jesc1970 ls exploitattonaspenmprios cenre 1 e5a dmons de q10 ectares » dambiene t li si an termm d corpericie s /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn103>113/s>, LDaupès les tdcoearnions d crcolte p0003 co cyvombre p0 454ccoopritisrs hui eeltipvnt n dttaled c5 013 ectares /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn114>>14/s>, LEv1e qui eoncerneleelsace ,feoONIVINSsanperteecn q0003lu conmpleent jesc250 00 enuro dour le s acaons d canmunecation e u’éctangser /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn115>>15/s>, Lo IVAJ (oéa en p9888)dnt qissudesca coitdesc1975 ur dl cnterrrofission et jregrorpe 28 mebre :< 14cignerons fetd14lnagnialt s Lacréseidntceens dour nnte,upisqueaele qts pts=ur ppnsdat se x cunspar les bilnerons ,muis par les bnagnialt s LSn.dbut2nt ad. fare ecnnaîtrrell cins d Jura eur ue prsreitoiepationale Par ads domtrei sqsec les vrate naeie dvriéesp(Costell Gnéral Deiecton.pDérate ent ae qe lleÉui pment, eommuues , aent demrublciet ) cl cme sn qlatc iierse s acaons :< cniation.de a crut les vins ,dormetion ,lmodsrisation.deula buei oiepdérate ent ae…/p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn116>>16/s>, Lsm>Pa pigne /em>, ajanver p9799 ca D37 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn117>>17/s>, Lo budgetv2002 cteiignbitd550 00 enuro L’amugent tion etvre 19799 tsc2002 np ln.tearg dart e deu pu bdoublrent descasccotsation.dioen are eoblcgi oiep(2,74:€trr lectaolires) /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn118>>18/s>, Lsm>Pa pigne /em>, ajanver p000, en° 106 caa D38-39 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn119>>19/s>, LPspan csoyle="fntr-varints:mall5-caps;> itei/span> Jean-Robet ,d ePurtqenvfiiiravec les pseudo-erroirs ALe vieisoefactur ed a cualité deuivn » ,nem>PPeatques dnniennes et jens e es craysag,s/em>, aNnniy, Unierseté essNnniy 2, CERPA,A9897 a D205 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn120>>20/s>, Lsm>PIbid/em>,. a D206 /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn123>>21/s>, LÉioues de normdescHenriLMise cpplongtemp ddchepîéels ean.sons dns le cignoble jurassien :< jalosieu,en thov iase ,tpurs lanceues, admition ,lagce ent Lautat se 1sntieent aêml fueidmotrrne t la diifcuie dpperoch de vrrsennagm Deuboiçn.dlus (objetiov lonje leut nontt nra lelt hmmur n 1on daudce deetlaupès lD x ièescgesreseiynita s, n 1emseid pdemrublciet (ar l’anterrmdaiaeieqeuneebradiopationale ouqeapficheesaecgonalees)qui cot dlrmes ausrignoble aurassiennce 1sot erde slenbre /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn122>(22/s>, Slss’acgitde dLnsi-le-Suneier (18 451abitants,en v9799),nPn>nasiore d(4 651abitants,),nPligny e(4 512abitants,),nrbois. (3 521abitants,),nSlissi-les-Bans l(3 337abitants,),nMntimorted(3 089abitants,),nSlint-Amur p(2 102abitants,) /p> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn123>123/sa> Source ONIVINS
/ class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn124>(24/s>. En 19880 co cyvombrebitd19,5mililon se canttmmatiurssdecglies dd vig s Ce chaifresst dossé d 181,3 ililon senm2000 ource ONIVINS
/ class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn125>(25/s>. Lo Cécba doncernnt eontétdlauseouloissment, eontétdlesegforcerent descascoitdEvneaepte duartiu ité LS lsmmniistre descaapsnst mtitlqenvfaeaurdeuneebppelcation elus dst ice"de lolte dloi,de vseng,eouvhaie pusccntreiremdlauseouloi : ul c pioe ee c5 maip0004luncumnodment venviesd’uutrors ssla mrublciet qur dlevin ,decposdat sans isu cyvserde vlobbypiticoles / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn126>(26/s>, LBenncvedenment ,aeelsace eeherhe qourjnrs c developpemrls miirchs euel’aEuaoruceuvNord,tracitionsn le mnt arte pcnttmmati ic depdins dlanc , / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn127>(27/s>. LQunt li xcins doués ,ueninteag,droduits.pdns les ura queel Alsace, lls jot dttales.s 14,7% des qachas,en vuolum retd12,5% des qachas,en vuaeur iffetcaéspar les bmenge dour le r iomcommation.d dembiuie de lins ltangui les / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn12" 128/s> LCté ens lem>Pa pigne /em>, an° 151, érvrer p0004 a D20 / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn12" 12jEVn dMusseax re dQalité dPoduitsmens sune Rcgon.pDéermiére / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn13" 130/sa>jL’aEdelzwicknsdnt qissudescahpsembleag,descdiersecorde d culve / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn131>(31/s>, Lo vins de qépages qsot des vins dlabborr dens le cbut2e crrirle le plas fprsiolesdl qépagescomprrsat schaeuetdonx , tsdce,acntreirement ea xlins ltanitionsn le mnt dts.d edpderroirss» ,nroduits.pilleurs, n qrance, /l> / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn132>(32/s>, SCnternnt lelte d.O.C.,cnterrmdaiaeie,aeelsace enncst di noivau.deuireivalldesca pommuision vdenqétesur dl melennaasseacc rême sd.eolte d.O.C.,cS lelles-c as crrie srusiiovl lessdoprition. de qdliomi tion.deevrot atre cmios cen œuvr qtinteuueaele qn jsit lffetcaive / class="totesbasange dir="ltr">class="sFotnotecSymbol"href="#fodyftn133>(33/s>. Slssxiste pussi alamx nui cepjintsdLnsi-le-Suneier uscPlataux,psns lommate lcux-,auuolniaeie ,darssat eaar rbois. t sSlissi-les-Bans /p> a hlass="fgo-top"href="#faticae -1056">Hautni lange/a> piv cd="bllustration"">class="sietifn.>1 h2 dlass="sietifn.>1span class="prxte">Tale de cllustration""/span>D/h2> ptale dd="bdocIpag,"> crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-1-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < PVgnoble aam>, Jura /ptdC < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-1.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-2-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-2.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-3-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-3.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="6>naxe/mpag,/1056/mpg-4-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < Lcgnodm/ath < < Cecuti"/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-4.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-5-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-5.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="6>naxe/mpag,/1056/mpg-6-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < Lcgnodm/ath < < Cecuti"/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-6.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-7-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-7.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="5>naxe/mpag,/1056/mpg-8-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < Cecuti"/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-8.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-9-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-9.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="6>naxe/mpag,/1056/mpg-10-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < Lcgnodm/ath < < Cecuti"/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-10.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="6>naxe/mpag,/1056/mpg-11-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < Lcgnodm/ath < < Cecuti"/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-11.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-12-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-12.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-13-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-13.png/a>Fichier/ath < < crowpan>="4>naxe/mpag,/1056/mpg-14-mall564.png" />/ath < Tires/ath < < URL/a>bbr>/ath < < http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/docn>naxe/mpag,/1056/mpg-14.png/a>Fichier/ath < < Hautni lange/a> piv cd="bquottion" dlass="sietifn.>1 h2 dlass="sietifn.>1span class="prxte">Purtqipterselt aticae /span>D/h2> ph3>Réérentc lanpier/ah3> pp> Sylvine dspan class="pfamtiyNam > Boulngser-Fssienr/span>D/htraong>,d L sddynamques qe cignebles.alsacien.tt jurassienn:< éud,aenmpae p(9750-0004)  ,nem>PReiesdGngreaphiqu.eesca'Est/em>, avol. 44 / 1-2 | 0004 63-79 /p> /h3>Réérentc lrlecraoniqu./ah3> pp> Sylvine dspan class="pfamtiyNam > Boulngser-Fssienr/span>D/htraong>,d L sddynamques qe cignebles.alsacien.tt jurassienn:< éud,aenmpae p(9750-0004)  ,nem>PReiesdGngreaphiqu.eesca'Est/em>, [Enlines] avol. 44 / 1-2 | 0004 es aenlinesle c10 ji nc2009,acntsule ee c15ddchebre p0017. URL : http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/1056/p> a hlass="fgo-top"href="#faticae -1056">Hautni lange/a> piv cd="biuteor">class="sietifn. iuteor">1 h2 dlass="sietifn.>1span class="prxte">Autur /span>D/h2> ph3>a href="#893">Sylvine dspan class="pfamtiyNam > Boulngser-Fssienr/span>D/h> ppclass="pe cripifn.>1span class="pfontifn.>1Mîtrrele cantérentc se u’unierseté eoOrléas ,dmebre peuPCEDETE /span>D/pan class="ppficlition" >(Cn re 1eaÉtues turfee cDveloppemmnt dd pTsreitoie dt l’Enelrn.esent ), Unierseté eoOrléas ,dUFReescaettie ,dlngses vetpiceune sdhumine ,uevrate ent seejéngreaphie,c10 ru.eescTors, lBP 46527, F-45065 Orléas seldex 2,qrance,/span>D/h> a hlass="fgo-top"href="#faticae -1056">Hautni lange/a> piv cd="bliennsm dlass="sietifn.>1 h2 dlass="sietifn.>1span class="prxte">Drots.pduutrur /span>D/h2> pp>Tov fdrots.pésenrvse/h> a hlass="fgo-top"href="#faticae -1056">Hautni lange/a> aliv> piv class="tnavEtroue spbottom>1a hepv="ontt nt">class="sgoCntt nt">cref="#868" eirle="vol. 44 / 1-2 |p0004l ALe vignebles.auel’aEs de la France > Smmatire/a> - /span>D/ hepv="pepv>class="sgoPepv>cref="#1041" eirle="Lenherb ent seu ignoble aasacien.:< unbilansrusiiofvigs-à-visdeuireinsfer de lnirati,"> Docuent earcoédnnt/a> - /span>D/ hepi="nxte"class="sgoNxte"cref="#1057" eirle="L pilnesaens leacgglomrition. essNnniy,de slenbjt jreliqu.eu brrojt le lrenasretion" >Docuent esuiinte/a> aliv> aliv> piv cd="boav"> Navcgi on"/h21> p2> Index/h2> pul> pi>1Mots-clse/h> /ul> /liv> pul> pi>Llnesacutiorta s/a> pi>Ntmm d crublcib on"/h> /ul> /liv> p2> Dereiers numrios/h2> pulclass="tissu,"> pi>< p23>57 (0017)/lh3>s href="#5991" eirle="Ls craysenurop nse u’écpepuv descaapyvsendstraalesatifn. cneebpperoch denmpaeiaive">1-2/h> /ul> p2> Numriosan terte"dist real/h2> pulclass="tissu,"> pi>< p23>56 (0016)/lh3>s href="#5661" eirle="Etngs. Parysag,svetperysed'tantgs">1-2/h>< | s href="#5813>ceirle="E re 1Es detpOasti :cneebnurop aisation.durbine ">3-4/a> pi>< p23>55 (0015)/lh3>s href="#5381" eirle="Energi pecnnvenlales.aetptsreitoie d:les tdcfi ed a creinsiion.dnergtaiqu.en Alslemagne">1-2/h>< | s href="#5494" eirle="L preane lintssen frroiviaeie,an re 1myth dt sé ait ">3-4/a> pi>< p23>54 (0014)/lh3>s href="#5127" eirle="Muttion. de tuystrm droduitiff, n qrance,">1-2/h>< | s href="#5192" eirle="Ls cliuxxvds a pillem,cdrode ssusaduboibrcation eds a pillemvetpeeatques dabitants,"> 3-4/a> pi>< p23>54 (0014)/lh3>s href="#5127" eirle="Muttion. de tuystrm droduitiff, n qrance,">1-2/h>< | s href="#5192" eirle="Ls cliuxxvds a pillem,cdrode ssusaduboibrcation eds a pillemvetpeeatques dabitants,"> 3-4/a> pi>< p23>53 (0013)/lh3>s href="#4563>ceirle="Gstign dd vesquemvetpscouret qciille.">1-2/h>< | s href="#5032" eirle="Fontifn.sdurbine et jrespition perraamoniae qe ll pillem> 3-4/a> pi>< p23>52 (0012)/lh3>s href="#2128" eirle="Tsreitoie dt lreinsertesde 1cmmmunen sie prodpr,">1-2/h>< | s href="#3668" eirle="Idnntet , ltsreitoie dt lraysag,s rualx ren muttion. > 3-4/a> pi>< p23>51 (0011)/lh3>s href="#2125" eirle="Reotrucuretion edepace s mtitaie dt ldveloppemmnt dd ptsreitoie ">1-2/h>< | s href="#3363>ceirle="Hydrouystrm de sn juxxvds gstign > 3-4/a> pi>< p23>50 (0010)/lh3>s href="#2053>ceirle="Fimm ,jéngauliaiqu.entptsreitoie d-avol. 1">1-2/h>< | s href="#2127" eirle="Fimm ,jéngauliaiqu.entptsreitoie d-avol. 2> 3-4/a> pi>< p23>49 (0009)/lh3>s href="#856" eirle="Nnvenll sddynamques qe schangment sqen Roumaise">1/s>, | s href="#1869" eirle="Ls mssiefartstiger, nbjt jgngreaphiqu.">2-3/s>, | s href="#1966" eirle="Migation"" t sé fugéespuscProch -Ore t le di nSouens">4/s>,/li> pi>< p23>48 (0008)/lh3>s href="#648" eirle="Reontersetn et terraamone di nRoyauen-Uni">1-2/h>< | s href="#1680" eirle="Eontomieqe llaiennaasseacc rurfee cRhn ssupriiuxr> 3-4/a> pi>< p23>48 (0008)/lh3>s href="#648" eirle="Reontersetn et terraamone di nRoyauen-Uni">1-2/h>< | s href="#1680" eirle="Eontomieqe llaiennaasseacc rurfee cRhn ssupriiuxr> 3-4/a> pi>< p23>47 (0007)/lh3>s href="#795" eirle="Nasree,an elrn.esent vetpsocieé en Alslemagne">1/h>< | s href="#89" eirle="L psymctaimvetps sddoublr d:lpperoch sjgngreaphiqu.s>(2/s>, | s href="#1430" eirle="L prancehe-Comt ouqa crclité de'unprsreitoiepn Anterraces>(3/s>, | s href="#1525" eirle="Miliuxxvnasreel dt lralsomiliuxxvdss Vosg,s i nbssie eds a pSarr,">4/a> pi>< p23>46 (0006)/lh3>s href="#1192" eirle="La Bur gonesa:ddynamques qspatoal de sn elrn.esent ">1-2/h>< | s href="#1383>ceirle="Réabitli tion.dt jreontersetn ee expace s endstraael dt lurbine tdcreayvs> 3-4/a> pi>< p23>45 (0005)/lh3>s href="#518" eirle="Nettoyag, n hniqu.,pilolune sdauliaiqu. dt lreuplsent ">1/h>< | s href="#361" eirle="Cliati,pscoherssen e scaiscuem> 2/h>< | s href="#244" eirle="Postsuburbi enncEuaoruce sn qAmriiqu.">3-4/a> pi>< p23>44 (0004)/lh3>s href="#868" eirle="Le vignebles.auel’aEs de la France > 1-2/h>< | s href="#616" eirle="Ls Geane1Es lescureejgngreaphiqu.deuneepace dnncvmergece > 3-4/a> pi>< p23>43 (0003)/lh3>s href="#1789" eirle="Permaiune sde smuttion. qspatoal dens la pHongaimvencreinsiion.">1-2/h>< | s href="#1805" eirle="Le vVosg,s :viguxxverroirss, nnvenlx repace s>(3/s>, | s href="#1806" eirle="Idnntet ,de smuttion. qesdlongeesca'nnienn Ridau.den frr">4/a> pi>< p23>43 (0003)/lh3>s href="#1789" eirle="Permaiune sde smuttion. qspatoal dens la pHongaimvencreinsiion.">1-2/h>< | s href="#1805" eirle="Le vVosg,s :viguxxverroirss, nnvenlx repace s>(3/s>, | s href="#1806" eirle="Idnntet ,de smuttion. qesdlongeesca'nnienn Ridau.den frr">4/a> pi>< p23>42 (0002)/lh3>s href="#1809" eirle="TriRhena :cneebrcgon.psns lfrot ère s ?">1-2/h>< | s href="#1808" eirle="Rennvenlxdens ses boampages pe 1a'Estde la France ?">3/s>, | s href="#1807" eirle="Creusmmnt dd pvall pdns se'Estde la France ">4/a> pi>< p23>41 (0001)/lh3>s href="#1812" eirle="Problrm drtiullsen Alslemagne">1-2/h>< | s href="#1811" eirle="La nnvenll ddynamquesdurbine en Alslemagnepe 1a'Estd: a pSaxs>(3/s>, | s href="#1810" eirle="Dynamquesdn elrn.esent aemvetpkarsts (Hongaim,qrance,aes1a'Est, Luxembur g)">4/a> pi>< p23>40 (0000)/lh3>s href="#1815" eirle="Prcoiptattonaspetpcolulsent ">1-2/h>< | s href="#1814" eirle="L'ur aga dd v26ddchebre p9799 dns se'Estde la France ">3/s>, | s href="#1813" eirle="Reonmrusiionaspetpdynamques qrsreitorta ss">4/a> pi>< p23>39p(9799)/lh3>s href="#1818" eirle="Gngreaphs.auel’aEs , 1840-1940">1/s>, | s href="#1817" eirle="Ls fbitdurbinevetpsa gstign > 2-3/s>, | s href="#1816" eirle="Ls lflxxvdns leaepace dgngreaphiqu.">4/a> /ul> p2>cd="billIssu,"> s href="#56">Tov fes bnumrios/ha>/h2> /liv> /ul> p2>>Appllse lentreibu on"/h2> pul> pi>Appllde 1cmr s/a> pi>Applldclos/a> pi>D/h> /ul> p2>>Inormetion s/h2> pul pi>Mnnten. qecgal de sentrrti/a> pi>Cecuti"/a> pi>Puliaiqu. d crublcib on"/h> /ul> /liv> p2> Suivez-nnvs/h2> pul pi> src"#mpag,s/social-icnts/rss.png" width"#16" height"#16" /> FlxxvRSS/h> /ul> /liv> p2> Lettie deuinormetion /h2> pul pi> /ul> /liv> pliv> piv cd="blogos"> Aficlition"s/rate naie /h2> pi>smpg alt="OrunEitions Jur nnls> src"#mpag,s/logo-revu .-org.png" />/a> /ul> pliv> piv cd="bfootrr"> ISSNlrlecraoniqu. 2108-6478/h> Pla dd vsie /s>, – s href="#3612">Cecuti"/a><  – s href="#http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/?ange=backend">Flxxve 1syndcib on"/a> s href="#http://jur nnls.oruneitions.org/">Nov fadhrionse uOrunEitions Jur nnls/s>, – s href="#http://www.lodel.org/">Édté dvec lLodel/s>, – s href="#http://jur nnls.oruneitions.org/rg,/lodel/">Accs lésenrvs/a> pliv> aliv> aliv> < cripi tyru="erte/java cripi> src"#js/jues y.js">s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi> src"#js/cmmmns.min.js">s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi>>// } }; //]]>s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi> src"#js/fnniybox/jues y.fnniybox-1.3.1.acek.js">s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi> src"#js/aticae .min.js">s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi>>//Cté drat/a><' ); jQes y( '#iptedby li' ).css( "margin","1em 0" ); } } }); }); //]]>s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi>> varc_paqp= _paqp|| []; // ratcknsdmethod clike "setCstromDnmesion > should be cilled bearts "ratckPag,View" _paq.push(['setCstromVariales', 1, 'Domine', docuent .domine, 'ange']); _paq.push([' nalesCiossDomineLinking']); _paq.push(["setDocuent Tirle", docuent .domine + "/" + docuent .eirle]); _paq.push(['ratckPag,View']); _paq.push([' nalesLinkTatcking']); (funtifn.() { varcu"#https://pk.abboae o.org/"; _paq.push(['setTatcknsUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSpteId', '3']); varcd=docuent , g=d.createElsent (' cripi'), s=d.getElsent sByTagNam (' cripi')[0]; g.tyru='erte/java cripi'; g.async=reue; g.defer=reue; g.src"u+'pk.js'; s.pae t Node.inenrtBearts(g,s); })(); s/ cripi> s!-- End PiwikdCoded--> < cripi tyru="erte/java cripi> src"#https://= tiic-ortgin.oruneitions.org/orunbarr,/js/ce o.js?date=0014-12-01">s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi> src"#https://= tiic-ortgin.oruneitions.org/js/jues y.jsonp-latast.min.js">s/ cripi> < cripi tyru="erte/java cripi>>s!-- jQes y(docuent ).ready(funtifn.($) { if ( $.fn.fnniybox == une fne d ) { $.getScripi(#https://= tiic-ortgin.oruneitions.org/js/fnniybox/jues y.fnniybox-1.3.1.js", funtifn.() { $('a.ifram ').fnniybox(); }); } else { $('a.ifram ').fnniybox(); } iuteurl= $.jsonp({ url: ('https://iute.oruneitions.org/iutennteib '), cillbtckParam trr: 'cillbtck', suce ss: funtifn.(data) { $('#iutedata').html('smpg src"#'+data.fnvicnt+'>> s href="#'+data.url+'>>'+data.nam +'/a><'); $.ajax({ tyru: "GET", url: "1056?ormeti=pdfepub&nrmuolrdurl=1", suce ss: funtifn.(msg){ $('#dlLinks').apprnd(msg); } }); }, rroir: funtifn.(data){ //$('#iutedata').html('ses , s href="#https://iute.oruneitions.org">sig Ant/a><'); $.ajax({ tyru: "GET", url: "1056?ormeti=pdfepub&nrmuolrdurl=1", suce ss: funtifn.(msg){ $('#dlLinks').apprnd(msg); } }); } }); $('#plataftmm dli').lier('toucennd', funtifn.(e) {}); $('input[nam =q]').focus(funtifn.() { if ( $(this).attr('valu ') == 'Reoheroher' ) { $(this).attr('valu ', ''); } }); }); jQes y(docuent ).ready(funtifn.($) { $(funtifn.() { if (docuent .cookie.indexOf("__cookietl rt=1") == -1) { $("span >").html("/pan class="\"cookieerte\">Endour suiinte votie navcgi on"aurfec rupte avov face ptez l'utiisstion.de cookie . / href="\#http://www.oruneitions.org/6540\">Endsavoi lplu"/a>D/pan class="\"closecookietl rt\"D").attr("id", "cookietl rt").apprndTo("odyf"); $("a,.closecookietl rt").click(funtifn.() { varcexpDatep= new Date(); expDate.setTnme(expDate.getTnme() + (365 * 24 * 3600 * 1000)); docuent .cookiep= "__cookietl rt=1;expie =" + expDate.toGMTString() + ";domine=.oruneitions.org;path=/"; $("#cookietl rt").remove(); }); } }); }); -->al cripi> piv < href="#http://www.oruneitions.org">OrunEitions/h>< < DOrunEitions Books/lpan>D
    span class="prirle"DOrunEitions Books/lpan>DLivr .dn Aiceune sdhumine vetpsocia ss/a> pi>Livr ./a> pi> Éitiur s/a> pi>Endsavoi lplu"/a><
< < DOrunEitions Jur nnls/span>D
    span class="prirle"DOrunEitions Jur nnls/span>DRevu .dn Aiceune sdhumine vetpsocia ss/a> pi> pi><
< < DCa snda/span>D
    span class="prirle"DCa snda/span>DAnnone sdiceuntifiqu. /a> pi>Accéie iutx annone s/a> pi><
< < DHypothèses/span>D
    span class="prirle"DHypothèses/span>DCarnet tescreoherohe/a> pi>
< < DLettie & tl rtes/span>D
    DS'abonne iàla FLettie e'OrunEitions/h> pi>DAccéie iut enrvice/a>
< < < href="#http://www.oruneitions.org/14043"DOrunEitions Freemium/h>< /li>< piv class="psearoh-choice> pinput tyru="radio"cd="bthejur nnlradio"cnam ="ul" valu "#http://jur nnls.oruneitions.org/rg," ohecke="bohecke=" /> ens la prevu /liabel>

pinput tyru="radio"cd="boruneitionsradio"cnam ="ul" valu "#" /> ens lOrunEitions/hiabel> pliv> DReoheroher/span>D/hbuttns pliv> pliv> pliv> pliv> pliv> piv class="tontt xt nav-toggle-show> piv class="prirle-share> class="tsubentu> class="tbg-oav"> plid pli> /li> pi> pit>Eitiur :plit pidPAssociattn ee egngreaphs.auel’aEs plid pit>Superte :plit pidPPnpierpetpclecraoniqu./aid pit>E ISSNl:plit pidP2108-6478/hid pit>ISSNlimrenmél:plit pidP0035-3213/hid pli> /li> pi> pit>Accèsl:plit pidPOrunface ss/hid pli> /li> < href="#//www.oruneitions.org/2282">Voi lla nnticsaens le cib alogu. OrunEitions/h> /ll> /li> class="tbg-oav last"> /tan>DDOI / Réféentc s/htan>D /l> < hlass="pifram "cref="#1056?ormeti=iptb on"> Cpterseltte réféentc /h>
  • class="tbg-oav last"cd="bdlLinks"
  • class="tshare> class="ticnts icnt-twittrr">< href="#http://twittrr.com/share?t xt=Les+dynamques +e +ignebles.+asacien.+et+urassienn%C2%A0%3A+%C3%A9tues+enmpae%C3%A9e+%289750-0004%291&url=&via=OrunEitionsActu"class="stwittrr buttns-weap> DTwittrr/span>D/h> class="ticnts icnt-acesbook">< href="#https://www.acesbook.com/sharer.php?u=Les+dynamques +e +ignebles.+asacien.+et+urassienn%C2%A0%3A+%C3%A9tues+enmpae%C3%A9e+%289750-0004%291&eirle="class="pfaesbook buttns-weap> DFaesbook/span>D/h> class="ticnts icnt-google-plu"">< href="#https://plu".google.com/share?url=Les+dynamques +e +ignebles.+asacien.+et+urassienn%C2%A0%3A+%C3%A9tues+enmpae%C3%A9e+%289750-0004%291&eirle="class="pgoogle buttns-weap> DGoogle +/span>D/h> pliv> piv class="paline-right> pliv> pliv> pliv> pbuttns lass="ticnts icnt-oav">/hbuttns aliv>