Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Yves Lacoste, 2003, De la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie

Paris, A. Colin, 413 p.
Michel Deshaies
Référence(s) :

Yves Lacoste, 2003, De la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie, A. Colin, 413 p.

Texte intégral

1Que l’un des géographes français les plus connus fasse paraître un nouveau dictionnaire de la géographie constitue une initiative qui ne peut être que suivie avec attention par la communauté géographique et à ce titre, l’ouvrage de Yves Lacoste a fait l’objet d’une présentation au FIG de Saint Dié à l’automne 2003.

2A première vue, il faut dire que l’intitulé de l’ouvrage, « De la géopolitique aux paysages » peut surprendre dans la mesure où l’on a rarement l’occasion d’associer ces deux notions qui relèvent de champs de la géographie généralement éloignés l’un de l’autre. Yves Lacoste s’en justifie dans le préambule en soulignant que, pour lui, « les paysages et les enjeux géopolitiques forment deux façades » de la géographie. Ainsi, Yves Lacoste dont on connaît évidemment l’œuvre majeure comme promoteur de la géographie politique en France, proclame aussi son attachement à la géographie des paysages. Il y voit notamment l’occasion d’affirmer l’importance de la géographie physique comme composante essentielle de la géographie, dans la mesure où les paysages sont « principalement constitués par les formes de relief ».

3A travers ce dictionnaire, ou plutôt cette promenade au sein des mots de la géographie, Yves Lacoste défend bien sûr la conception qu’il se fait de notre discipline et il est certain que beaucoup s’y retrouveront. Mais l’auteur ne se contente pas de défendre avec force cette conception somme toute classique de la géographie. Il utilise les occasions que lui donnent les définitions de géographie, d’espace, de chorématique ou d’épistémologie pour condamner une certaine vision de la géographie consistant à exclure l’étude des données naturelles pour limiter son champ aux sciences sociales. A ce titre, la géographie des « théoriciens », la « production d’espace » et la « chorématique » sont l’objet des foudres d’Yves Lacoste qui affirme par contre l’attachement d’un « fils de géologue prématurément disparu » à « l’étude des rapports des hommes avec les phénomènes naturels ». L’article « physique » en particulier est une vigoureuse défense de la géographie physique et par contraste une virulente dénonciation des « géographes théorisateurs ». On l’aura compris, l’ouvrage d’Yves Lacoste n’est pas seulement un dictionnaire, mais aussi et surtout un plaidoyer pour une géographie réunifiée intégrant de nouveau ses composantes traditionnelles.

4Le livre, de belle facture, réussit à condenser sous un volume encore relativement maniable (413 pages) 1950 définitions empruntées à tous les champs de la géographie. Les géographes ruralistes, urbanistes, géomorphologues, climatologues ou biogéographes y trouveront, au même titre que les spécialistes de géographie politique l’essentiel du vocabulaire qu’ils utilisent, avec des définitions toujours très claires et pour la plupart des mots, une petite explication étymologique. Mais, ce qui fait incontestablement l’originalité de cet ouvrage, c’est qu’aux définitions de termes communs, l’auteur a ajouté des articles de géopolitique sur les grandes puissances (Amérique, Russie, Chine), les aires culturelles (monde indien, musulman, anglophone, francophone, hispanique, allemand), des ensembles géopolitiques (Mitteleuropa, Balkans, Moyen-Orient) ou des grands espaces (Europe, Sahara, Antarctique, Andes, Himalaya). On trouve aussi dans cet ouvrage des articles sur l’enseignement de la géographie ou l’agrégation, ainsi que des termes paraissant quelque peu incongrus comme libertés, géométrie, communisme et même histoire. La lecture des définitions de ces différents termes nous renseigne sur les raisons de leur présence dans ce dictionnaire de géographie. Ils permettent à l’auteur d’y argumenter sa conception de la géographie.

5Évidemment, faire entrer des termes ressortant à des champs aussi variés n’est pas sans danger car cela pose la question des limites de l’ouvrage et des choix à faire en ce qui concerne les termes qui doivent figurer et ceux qui n’y sont pas. Le lecteur peut ainsi se demander pourquoi Sibérie par exemple ne figure pas dans le dictionnaire alors qu’Indochine et Mezzogiorno y sont. De même, on s’étonnera de constater qu’un certain nombre de termes relativement connus des géographes comme ponor, lavaka, épirogénique, noria, ou tout simplement encaissement n’aient pas été retenus. Enfin, on regrettera que l’illustration soit presque totalement absente, notamment pour permettre aux non géographes d’appréhender plus facilement un grand nombre de définitions. Ce manque se fait particulièrement sentir concernant beaucoup de termes de géographie physique. Comment en effet visualiser une cuesta, une combe, un crêt, un relief appalachien en l’absence de coupes géologiques ou mieux encore de bloc-diagramme. De la même façon, de nombreux termes de géographie humaine comme conurbation, ou irrigation, bocage, openfield auraient pu bénéficier d’une illustration sous forme de croquis ou d’un extrait simplifié de carte. Cela nous semble d’autant plus important que la réalisation de belles illustrations et de croquis clairs constitue une des qualités essentielles des géographes. Aussi, un ouvrage qui ne comporte pas ces éléments donne, dans une certaine mesure, une fausse image de ce qu’est la géographie.

6Mis à part ce manque peut-être dû aux contraintes des coûts d’édition, il n’en reste pas moins que ce dictionnaire de la géographie est un ouvrage de référence tout à fait remarquable et intéressant que tout lecteur géographe ou non lira non seulement avec profit, mais avec plaisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Deshaies, « Yves Lacoste, 2003, De la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol 43 / 3 | 2003, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rge/2418

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals