Navigation – Plan du site

Cosandey C., Robinson M., 2000, Hydrologie continentale

Armand Colin, Paris, 2000, 368 p.
André Weisrock
Référence(s) :

Cosandey C., Robinson M. — Hydrologie continentale, Armand Colin, Paris, 2000, 368 p.

Texte intégral

1La collection U-Géographie dirigée par Ph. Pinchemel s’enrichit d’un bon traité d’hydrologie continentale destiné aux étudiants et aux praticiens de l’environnement. Son plan procède d’une démarche naturaliste très logique qui prend le cycle de l’eau comme fil conducteur : une première partie sur la phase aérienne du cycle de l’eau (trois chapitres sur les précipitations, les interceptions de celles-ci, l’évaporation et l’évapotranspiration, soit 111 pages), une deuxième partie sur la phase souterraine du cycle de l’eau (deux chapitres sur l’eau du sol et les réserves hydriques, l’eau des nappes et les réserves hydrologiques : 73 pages), une troisième partie sur les transferts à l’échelle des versants et des bassins versants, les processus, les me­sures et la modélisation (deux chapitres sur « de l’eau qui tombe à l’eau qui s’écoule : processus des transferts à l’échelle des versants et du bassin versant », et « mesure et modélisation des écoulements », soit 64 pages). La quatrième partie est consacrée aux conséquences des activités humaines sur le cycle de l’eau, examinant en trois chapitres la gestion des barrages-réservoirs et la modification des écoulements, les conséquences sur le cycle de l’eau des changements d’usages dans l’espace du bassin versant, le rôle hydrologique de la végétation : afforestation, défores­tation, en 64 pages.

2Ce livre a l’avantage de proposer sous une forme relativement condensée une mise au point très claire des nouveautés acquises depuis une trentaine d’années dans le domaine de l’hydrologie continentale, sans tomber dans l’écueil d’un exposé scientifique trop pointu : on y trouvera rapidement des rappels précis de définitions, de même que les formules les plus essentielles, grâce à un index thématique très utile. L’ouvrage fait une part essentielle aux méca­nismes et aux dynamiques : il se nourrit en grande ­partie des résultats de recherches menées par le Laboratoire de Géographie physique Pierre Birot, particulièrement en ce qui concerne les transferst sur les versants et dans les bassins versants, le rôle du couvert forestier, l’influence des activités humaines sur le cycle de l’eau. Les trois premières parties, qui entrent dans le détail des processus naturels, se situent à l’amont de toute préoccupation environnementale et sont de ce fait fondamentales. Il convient de plus de souligner la modestie des auteurs, qui estiment que leur ouvrage est axé sur la zone dite tempérée du globe : ils donnent cependant de multiples exemples qui dépassent largement cette limite. Enfin, bien que les auteurs soient très au fait de la modéli­sation, ils en soulignent les limites et insistent sur la complexité et la difficulté de mesure des processus initiaux, donnant ainsi encore aux « naturalistes » quelque raison d’espérer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Weisrock, « Cosandey C., Robinson M., 2000, Hydrologie continentale », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 42 / 4 | 2002, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rge/2715

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals