Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Vincent Dubreuil et Jean-Pierre Marchand (éds.), 1997, Le climat, l’eau et les hommes. Ouvrage en l’honneur de Jean Mounier

Presses Universitaires de Rennes, 333 p.
Joël Humbert
Référence(s) :

Vincent Dubreuil et Jean-Pierre Marchand (éds.), 1997, Le climat, l’eau et les hommes. Ouvrage en l’honneur de Jean Mounier, Presses Universitaires de Rennes, 333 p.

Texte intégral

1Avec l’ouvrage intitulé « Le climat, l’eau et les hommes », les Presses Universitaires de Rennes inaugurent une nouvelle collection (« Espace et Territoires »), consacrée à la géographie. En réunissant 18 textes émanant pour l’essentiel de climatologues géographes, V. Dubreuil et J.-P. Marchand proposent un livre de belle facture, édité en l’honneur de J. Mounier. L’introduction retrace la carrière remarquable de ce chercheur, ainsi que son activité scientifique, riche et parfois pionnière, notamment dans les travaux traitant du bilan de l’eau et de sa compréhension à l’échelle régionale, sans oublier son apport à la cartographie climatique.

2Si le titre rappelle celui d’un ouvrage précédent, édité en hommage à R. Frécaut (« L’eau, la terre et les hommes ») par les Presses Universitaires de Nancy, il évoque peut-être de manière abusive l’eau qu’il n’aborde en fait que rarement ou très indirectement. C’est plutôt à travers les travaux de J. Mounier lui-même, dont bon nombre ont abordé le cycle de l’eau en liaison avec les facteurs du climat, que ce titre prend sans doute toute sa signification.

3Assez richement illustré par de nombreuses planches en couleur, et de lecture aisée, ce volume doit être davantage considéré comme un « manuel » de climatologie faisant le point sur quelques questions-clés de la discipline. En effet, la plupart des contributions s’attachent à fournir (en 15-20 pages) un panorama assez général de la thématique abordée, en s’appuyant sur un bibliographie le plus souvent abondante et en illustrant le propos de quelques études de cas tirés de l’expérience du ou des auteurs. Le volume est divisé en deux parties. L’une, intitulée « le climat, la télédétection et les hommes : approche thématique », est orientée vers des aspects généraux de la climatologie en incluant les outils, essentiellement représentés ici par la télédétection et la cartographie. La seconde partie, « l’homme et les climats : approche régionale », permet au lecteur d’évoluer au sein de quelques grands types climatiques de la planète.

4C.-P. Péguy introduit la première partie en retraçant un demi-siècle d’évolution de la climatologie française dont il connaît parfaitement les contours. Il dresse un tableau réaliste de la discipline, en énonçant ses acquis et ses difficultés, tout en insistant sur sa place-charnière entre la science atmosphérique et la science humaine stricto sensu. La place de l’homme que souligne C.-P. Péguy sous-tend d’ailleurs ostensiblement la majeure partie de l’ouvrage, un peu comme s’il fallait réaffirmer une identité… A travers l’article de J.-P. Besancenot « le climat et la santé », on entre dans le monde de la bioclimatologie humaine ou plus exactement de la climatopathologie ; le lecteur découvrira, avec beaucoup d’intérêt, les liens potentiels entre le climat et l’infarctus ou la difficile élaboration de bulletins prévisionnels médico-météorologiques. Cette étroite liaison entre l’homme et le climat apparaît aussi directement dans l’approche ethnoclimatologique que nous livre J. Pérard, révélant l’importance des croyances et des traditions religieuses africaines, leur forte imbrication avec les extrêmes climatiques… c’est peut-être (sans doute ?) là qu’il faut chercher l’une des clés pour assurer le succès, trop souvent compromis, des plans d’aménagement internationaux en Afrique. L’homme est toujours directement présent dans la belle synthèse de A. Hufty sur « les climats urbains »: confort, risques, micro-climats, dôme urbain, architecture, pollutions… autant de mots-clés rappelant la nécessaire interdisciplinarité de la climatologie.

5Les outils ne sont pas oubliés. J. Charre et M.-F. de Saintignon présentent un panorama intéressant et fort utile des « représentations cartographiques du climat ». Par ailleurs, la télédétection, très présente, fait l’objet de quelques bonnes mises au point concernant des thèmes variés. La contribution de R. Bariou présente ainsi, de façon très argumentée, les problèmes liés à l’émissivité et à ses interférences avec l’atmosphère ; le traitement d’images (visible et infra-rouge) comporte bien des difficultés et les multiples corrections apportées doivent encore être améliorées. Les difficultés liées à la correction des données satellitaires sont également très bien exposées dans l’article de V. Dubreuil et L. Le Dû qui font le point sur l’état des recherches actuelles utilisant le satellite NOAA-AVHRR pour cartographier la végétation à l’échelle régionale par le biais d’indices du type NDVI. La télédétection des zones humides est abordée par L. Hubert-Moy et A. Cotonnec qui montrent que l’étude de ces espaces complexes et sensibles nécessite des capteurs à très haute résolution, ainsi qu’une approche à la fois multi-spectrale et multi-temporelle. Par ailleurs, une équipe de chercheurs de l’ORSTOM (B. Guillot et al.) présente quelques résultats concernant l’observation satellitaire des nuages à sommet froid et leur sensibilité aux caractéristiques physiques de l’environnement terrestre.

6Plusieurs contributions traitent par ailleurs d’aspects variés de la climatologie régionale, en faisant le point des acquis sur quelques types climatiques concernant essentiellement le domaine tempéré : façade atlantique de l’Europe (J.-P. Vigneau, H. Delannoy ou encore J.-P. Marchand), bassin méditerranéen (A. Douguedroit). L’intéressante synthèse de C. Kergomard révèle la complexité des climats des hautes latitudes tout en montrant leur importance dans la compréhension des mécanismes planétaires et le caractère privilégié des domaines polaires pour la télédétection. La mosaïque des topoclimats tient également sa place: P. Paul et P. Carrega nous en livrent un aperçu très enrichissant, en faisant ressortir leurs contraintes, leurs potentialités, voire leurs paradoxes, respectivement en domaine tempéré semi-océanique et en milieu méditerranéen.

7Les services de Météo-France Ouest rappellent très utilement au lecteur les différentes procédures utilisées pour la surveillance et la prévision des risques climatiques, en notant la nécessaire « humilité devant les événements »… L’ouvrage comporte aussi, sous forme d’une courte digression, une réflexion de A. Dauphiné sur les modèles de perturbation, s’attachant à montrer les limites du modèle norvégien pour préconiser l’approche fractale.

8Au total, il s’agit là d’un ouvrage utile qui propose un panorama, certes incomplet et parfois inégal, de la climatologie actuelle. Si la modélisation des processus climatiques est rarement présente, le lecteur trouvera en revanche d’intéressantes incursions dans le domaine de la télédétection. Ce recueil de textes a d’autre part le mérite de révéler les multiples facettes de cette discipline, ainsi que la nécessité des approches inter-disciplinaires. On ne peut que le recommander, tant à l’étudiant qu’au chercheur désireux d’élargir ses connaissances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Humbert, « Vincent Dubreuil et Jean-Pierre Marchand (éds.), 1997, Le climat, l’eau et les hommes. Ouvrage en l’honneur de Jean Mounier », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 40 / 1-2 | 2000, mis en ligne le 07 août 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rge/4255

Haut de page

Auteur

Joël Humbert

Université de Strasbourg 1 - UFR géographie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals