Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Laurent Davezies, 2012, La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale

Paris, Seuil/La République des idées, 128 p.
Jérémy Ramos-Lamoise
Référence(s) :

Laurent Davezies, 2012, La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale, Paris, Seuil/La République des idées, 128 p.

Texte intégral

1Dans un ouvrage paru en 2012, Laurent Davezies aborde la thématique de l’impact des crises sur les territoires français. L’approche originale revendiquée par l’auteur consiste non pas à analyser les problèmes et les dynamiques économiques afin d’en déduire les éventuelles conséquences sur les territoires, mais plutôt à analyser les spécificités et les différences existant entre territoires afin de comprendre comment ceux-ci résistent ou non aux effets des crises.

2Selon l’auteur, la France fait actuellement face à une combinaison de trois crises majeures : une crise environnementale, une crise des matières premières et une crise financière. Toutefois, l’impact de ces crises ne serait pas uniforme sur l’ensemble du pays. En effet, celles-ci vont avoir, en fonction des spécificités locales, des effets sensiblement différents. Ainsi, comme l’observe l’auteur, certaines régions apparaissent mieux « armées » pour faire face aux crises, alors que d’autres en subissent les effets de plein fouet.

3Concernant la crise de 2008 et ses effets, Davezies constate que, par rapport aux autres pays de l’OCDE, la France a été moins affectée. De telle sorte que si l’on adopte un point de vue global, le choc semble avoir été sur l’ensemble du pays relativement amorti. Pourtant, en déplaçant la focale au niveau de territoires d’échelle supérieure, on constate, sur de nombreux points, un écart considérable entre certains d’entre eux.

4En effet, des régions ont été frappées plus durement que d’autres. Notamment le Nord-Est, le long de la « diagonale du vide », en Bourgogne, au Nord de l’Auvergne, dans le Limousin et jusqu’aux Hautes-Pyrénées. Le Sud, l’Ouest et la majorité des grandes villes ont été relativement épargnés et font même preuve d’un certain dynamisme. Le projet de Davezies, à travers les chapitres de l’ouvrage, est ainsi d’essayer de comprendre les raisons d’un tel décalage entre ces régions.

5Dans son analyse, l’auteur esquisse une typologie des territoires français, identifiant ainsi quatre France en fonction de différents facteurs tels que la création d’emplois, la création d’entreprises, le dynamisme économique, le type de territoire (urbain, péri-urbain) etc. Selon lui, ces quatre France ne bénéficient clairement pas des mêmes atouts pour faire face aux crises et aux enjeux.

6La typologie de Davezies répartit donc les territoires français entre les quatre catégories suivantes :

  • les territoires « marchands dynamiques », qui représentent 36% de la population, et 16% de la superficie totale de la  France ;

  • les territoires « non-marchands dynamiques », avec 44% de la population et 57% de la superficie ;

  • les territoires « marchands en difficulté », avec 8% de la population et 7% de la superficie ;

  • enfin, les territoires « non-marchands en difficulté », avec 12% de la population et 20% de la superficie.

7L’auteur identifie ainsi, d’une part des territoires « gagnants » avec un fort potentiel de développement économique, une attractivité, un dynamisme, et qui sont favorisés par leur intégration dans les divers « flux » mondiaux ; d’autre part, il met en lumière l’existence de des territoires moins chanceux, qui stagnent, sont marqués par une forte récession économique et ne bénéficient plus des amortisseurs que constituaient les aides de l’État, considérablement réduites par l’impératif imposé de réduction des déficits publics. Le phénomène de concentration des atouts et des richesses dans certains espaces, alors que d’autres sont relégués et parfois stigmatisés, contribue à faire émerger une nouvelle fracture dans la société française, une fracture que l’on pourrait qualifier de spatiale ou de géographique. Cette fracture est génératrice d’inégalités sociales et, comme le fait remarquer l’auteur, c’est chez les habitants de ces territoires en difficulté que le Front National réalise ses meilleurs scores et est par ailleurs en constante progression.

8La « nouvelle fracture territoriale » décrite par l’auteur est ainsi celle qui existe entre quatre France, inégalement pourvues en atouts et, la « crise qui vient », est celle de la fin de l’égalité des territoires et donc des individus qui y vivent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Ramos-Lamoise, « Laurent Davezies, 2012, La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 54 / n°3-4 | 2014, mis en ligne le 28 février 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rge/5361

Haut de page

Auteur

Jérémy Ramos-Lamoise

Doctorant en sociologie - Université de Lorraine - Laboratoire 2L2S - 23, boulevard Albert 1er BP 3397 54015 Nancy CEDEX

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals