Navigation – Plan du site
Varia

La spécialisation résidentielle dans le Sillon Lorrain

Residential specialization in the Sillon Lorrain
Räumliche Spezialisierung im Sillon Lorrain
Julien Gingembre

Résumés

La métropolisation et la mobilité croissante des individus ont bouleversé les façons de vivre et de pratiquer les aires urbaines. C’est le cas en Lorraine, territoire structuré par sa spécificité géographique : d’une part une organisation urbaine polycentrique articulée autour de Nancy, de Metz, et, dans une moindre mesure, de Thionville et d’Épinal (ces quatre villes formant le pôle métropolitain du Sillon Lorrain) ; d’autre part, des espaces frontaliers dynamiques placés sous l’influence croissante du Luxembourg.

Ce travail interroge les relations entre métropolisation régionale, logiques réticulaires et spécialisation résidentielle. Il s’appuie sur la méthode des quotients de localisation et sur une application cartographique multiscalaire employant les contours des nouveaux cantons et des communes. Les résultats révèlent les segmentations spatiales entre les schémas résidentiels des populations-cibles, ainsi que leur évolution depuis la fin des années 1990. Ils soulignent les héritages liés au legs industriel, à l'influence du couloir mosellan mais aussi les mutations récentes liées à l’attractivité luxembourgeoise.

Haut de page

Texte intégral

1En deux décennies, la métropolisation s'est imposée comme un concept central pour établir une nouvelle lisibilité du fait urbain (Ghorra-Gobin, 2010 et 2015 ; Halbert, 2010). Depuis les années 1980, l'observation de ces répercussions spatiales et du ralentissement des rythmes d'urbanisation dans les pays développés a mis au jour les processus nouveaux qui transforment de facto l'urbain. En effet, la concentration des flux (matériels, immatériels, humains) et des fonctions rares dans les grandes villes s'accompagne d'une urbanisation diffuse, parfois soumise à des fractures (Leroy, 2000). La structure et les dynamiques internes des agglomérations sont considérablement modifiées. Celles-ci s'écartent de la notion d'urbs, de cité, conséquence d’une périurbanisation étalée, en nappes mais aussi en archipels. Aujourd'hui, plus de 95 % des français résident sous l'influence d'une ville (Brutel et Levy, 2011). Les recompositions territoriales en œuvre ont aussi pour conséquence de modifier l’organisation sociospatiale des villes (Lacour et Puissant, 1999). La diffusion de l'urbanité au delà des frontières traditionnelles de la ville conduit à l' « exportation » des dysfonctionnements métropolitains. La manifestation des phénomènes ségrégatifs n’est donc plus seulement circonscrite à la ville-centre, mais s’étend jusqu’aux communes les plus éloignées des aires urbaines.

2Par leur diffusion, ces phénomènes ségrégatifs sont devenus une caractéristique importante des aires urbaines formées de mosaïques d’espaces socialement fragmentés. Cette fragmentation spatiale s’accompagne d’une ségrégation sociale qui peut se définir comme « un ensemble de processus, de comportements, de procédures qui, volontairement ou non, permettent et produisent des inégalités socio-spatiales concentrées en certains lieux » (Gaschet et Lacour, 2008). Ces inégalités constituent des barrières à l'intégration et des freins à l'accessibilité réelle. Elles pénalisent ou rendent difficile l'insertion et favorisent ou accélèrent l'éviction ou l'exclusion (ibid.). À la fois situation et processus, la ségrégation est traduite à l'échelle locale par une concentration spatiale des populations, et par une segmentation des territoires en sous-espaces de repli. À l'échelle des aires urbaines, les résultats hérités de ces processus changent d'échelle et s'inscrivent différemment dans la compréhension du tissu urbain. Les nécessités du fonctionnement métropolitain (centralité des marchés d'emplois, mutualisation des services rares, localisation des grands équipements, concentration des infrastructures de transport) posent différemment la question de la cohésion territoriale des aires urbaines. Ces processus, d’abord observés dans les plus grands ensembles urbains, n’échappent pas aux métropoles que l’on qualifie d’ « intermédiaires ». Cette désignation concerne les villes appartenant à l’armature métropolitaine française mais qui ne présentent pas un rayonnement international suffisamment important : généralement, la fourchette 200 000 à 500 000 habitants dans l’aire urbaine est utilisée (Dumont, 2006).

3Si la ségrégation urbaine est un phénomène très ancien, la métropolisation a conduit à lui accorder une attention renouvelée. Ainsi, les chercheurs ont dû adapter leurs échelles d'analyse à l'ampleur spatiale prise par ce processus. Pour cela, l’utilisation d’indices de ségrégation spatiaux permet « de qualifier et de confronter la répartition dans l'espace des différents groupes, de comparer les situations entre différentes villes ou encore de réaliser des analyses diachroniques » (Apparicio, 2000). Enfin, la thématique s'est imposée au cours des années 2000 comme une préoccupation majeure dénoncée par exemple par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU), avec la volonté de questionner les aspects sociaux et de mesurer les externalités négatives causées par la métropolisation.

  • 1  Depuis le 1er janvier 2016, la Lorraine a été intégrée dans la nouvelle région « Grand Est » avec (...)

4Les débats autour de la ségrégation urbaine et de la métropolisation sont vifs. L’ambition de cet article est de porter leur analyse à l'échelle d’un réseau de villes, ce qui amène encore à se poser plus de questions. En effet, si P. Veltz a montré que les relations horizontales entre les grandes agglomérations forment de nouveaux « territoires-réseaux » (Veltz, 2005), les relations héritées, tissées entre les villes et leurs territoires proches, demeurent fortes, bien qu’elles aient dépassé la traditionnelle distinction ville-campagne. Pour l'illustrer, cette recherche est appliquée à l’ancienne région Lorraine1, et plus particulièrement à son axe métropolitain, le Sillon Lorrain, où la question de la métropolisation est posée avec une acuité particulière compte-tenu du polycentrisme structurel hérité de l’histoire.

5Le travail qui est proposé porte sur les indices de spécialisation résidentielle. Cela constitue une démarche pertinente pour mettre en évidence les structures spatiales qui organisent le territoire. Dans un premier temps, l’article présente le cadre géographique de l’ancienne région Lorraine et de son axe urbain du Sillon Lorrain. Dans un second temps sera défini le cadre méthodologique portant sur les quotients de localisation. Puis, la démonstration s’intéresse au contraste entre plusieurs populations : les cadres, les chômeurs et les employés-ouvriers.

I. La Lorraine : une bicéphalie en voie de structuration politique

6L'axe métropolitain lorrain court de Nancy à Luxembourg et épouse le cours de la Moselle (Paulet, 2010) (figure 1). Il relève de flux méridiens parfois qualifiés de « lotharingiens » (Frécaut, 1983 ; Auburtin, 2014). L'histoire de ce territoire fut traversée par plusieurs grandes secousses. On retiendra la partition de 1871, les deux guerres mondiales, mais aussi des phases de prospérité et encore la fonction occupée par ce territoire au début de l'aventure européenne.

Figure 1 : éléments de la géographie lorraine

Figure 1 : éléments de la géographie lorraine

7Au sein de ce couloir, Nancy et Metz sont deux villes économiquement et démographiquement similaires mais aux caractères métropolitains incomplets. Thionville, au Nord, et Épinal, au Sud, étirent cet axe urbain, aux échanges multiples (flux domicile-travail et domicile-étude, déplacements liés aux loisirs et à la consommation). Les franges septentrionales du territoire sont sous l'influence des métropoles frontalières de Luxembourg et, secondairement, de Sarrebruck (figure 2). Les aires urbaines des quatre villes s’étendent du Nord au Sud du territoire lorrain. Celui-ci s'organise également avec des espaces ruraux faiblement peuplés (la plaine de la Woëvre en Meuse, la Vôge au sud d’Épinal, ou encore le Saulnois au nord-est de Nancy). La Lorraine présente des indicateurs démographiques et économiques d'un dynamisme modeste. Entre 2006 et 2011, l'accroissement de la population atteint 0,64 %, soit un peu moins de 15 000 habitants, la Lorraine devançant seulement la Champagne-Ardenne et le Nord-Pas-de-Calais dans le classement des anciennes régions françaises (INSEE, populations légales 2011).

Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain (2010)

Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain (2010)

8L’émergence de territoires vécus dépassant le cadre des aires urbaines a conduit les élus des quatre principales agglomérations lorraines (du nord au sud : Thionville, Metz, Nancy et Épinal) à promouvoir un rapprochement. Ce couloir métropolitain est ainsi devenu une réalité politique avec la démarche du Sillon Lorrain (Gingembre et Husson, 2014). Le rapprochement actif et endogène des villes de Metz et Nancy est engagé au début des années 1990. Cela constitue une réminiscence d’une stratégie plus ancienne, mais venue de l’État, celle de la métropole d’équilibre Nancy-Metz-Thionville. Imposée à partir de 1966, cette démarche avait tenté une union stratégique autour de cette situation de proximité, considérée comme un avantage, dans l'optique de constituer une conurbation linéaire, structurée autour des projets logistiques de l'autoroute A31, du TER (Transport Express Régional) et de la Moselle canalisée. L’échec relatif de la stratégie à l’échelle nationale et le développement concurrentiel des deux villes lorraines ont rapidement enterré l’ambition métropolitaine.

  • 2  Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires, intégrée depu (...)

9Dans le contexte des années 1990 (mondialisation affirmée, effondrement du bloc de l'Est, construction européenne, poursuite de la décentralisation et, localement, désindustrialisation et démilitarisation de la Lorraine), l'idée d'une métropole multipolaire s'impose progressivement avec la reconnaissance d’un contrat métropolitain dans le Contrat de plan État-Région de troisième génération (1994-1999). Épinal et Thionville se joindront ensuite à cette initiative portée par la création de l'association du Sillon Lorrain en 2005 comme opération soutenue par la DIACT2.

  • 3  En France, selon les lois du 16 décembre 2010 et du 27 janvier 2014, le pôle métropolitain est un (...)

10Cette volonté métropolitaine forte et conduite sur plus d'une décennie par les élus des villes du Sillon Lorrain a entrainé le législateur à intégrer dans la Réforme des collectivités territoriales de 2010 le volet « pôle métropolitain »3, parallèlement à celui des « métropoles » (Béhar et al., 2011). Ces actions se concrétiseront avec la création du pôle métropolitain du Sillon Lorrain en décembre 2011. Il s'agit de la première expérience conduite en France. Le Sillon Lorrain associe les intercommunalités de Thionville, Metz, Nancy et Épinal, et comptait ainsi 632 016 habitants en 2011, soit plus d’un quart de la population lorraine (INSEE, populations légales 2011).

  • 4  La Grande Région est un espace transfrontalier regroupant le Luxembourg, la Lorraine, la Rhénanie- (...)

11Le pôle métropolitain s’impose comme l’organe permettant aux quatre villes de définir une orientation stratégique à l’échelon métropolitain. Il représente également une échelle de coopération permettant aux quatre agglomérations de constituer un interlocuteur unique sur la scène française et européenne, notamment dans le cadre de la Grande Région4 ou de la nouvelle région Grand Est.

12Le Sillon Lorrain relève d’une configuration particulière, assez atypique, liée à la présence dans un secteur relativement restreint de deux villes de taille équivalente qui concentrent une part importante du tissu productif lorrain. Cela génère des flux domicile-travail qui jouent un rôle structurant pour le pôle métropolitain (Serre, 2013). De même, la Lorraine, qui peut être déclinée en modèle de région frontalière française (figure 2), est marquée par la progression du travail frontalier. Celui-ci est très polarisé et asymétrique, car principalement orienté vers le Luxembourg (en 2011, 9,7 % des actifs Lorrains travaillaient à l’étranger, contre 8,6 % en 2006).

13Le particularisme de l’armature urbaine lorraine nous amène à déployer une démarche déjà expérimentée ailleurs (Fusco et Scarella, 2011 ; Diop, 2011). L’objectif est de faire ressortir les grandes sectorisations de la spécialisation résidentielle en Lorraine afin d’en permettre une lecture globale. Les mécanismes sociaux qui sous-tendent aux phénomènes de spécialisation ne seront pas étudiés ici, mais des hypothèses seront avancées.

14L’application de la mesure de la spécialisation résidentielle à la Lorraine pose plusieurs interrogations. La première concerne le caractère bicéphale de l’ancienne région : les deux pôles de Nancy et Metz, distants d’à peine plus de 60 kilomètres, ont connu des trajectoires différentes que le rapprochement opéré dans les années 1990 n’a pas effacé. Metz se tourne maintenant vers le pôle luxembourgeois (avec lequel elle intègre la « Quattropole » avec Sarrebruck et Trèves, association de coopération transfrontalière), tandis que Nancy continue de se poser comme un centre régional de services, notamment dans le domaine universitaire. Les deux villes sont des pôles plus tertiaires qu’industriels. Ils concentrent les emplois qualifiés, notamment les fonctions métropolitaines supérieures (Calzada et Cocher, 2009), mais montrent des signes de métropolisation incomplète. La similarité entre Nancy et Metz pourrait générer des organisations sociospatiales semblables. Parallèlement, la question des schémas observables dans les espaces à l’écart des dynamiques métropolitaines propres au Sillon Lorrain se pose avec une acuité particulière. C’est notamment le cas du pays d’Épinal, en amont de la vallée de la Moselle et situé à l’opposé des franges frontalières les plus vives : ce secteur constitue un enjeu important pour le pôle métropolitain dans l’optique d’équilibrer les forces et d’ouvrir la région vers la vallée du Rhône.

15En Lorraine, le legs industriel est encore considérable, particulièrement en Moselle, où les difficultés dans la sidérurgie ont entrainé de récentes suppressions d’emplois. Les secteurs concernés (vallées de l’Orne et de la Fensch), encore très industrialisés, montrent des signes de reprise démographique rendue possible par l’attractivité luxembourgeoise (Piralla, 2014). Cela nous amène à s’interroger sur les types de spécialisation provoqués par l’attractivité luxembourgeoise : quelles spécificités socioéconomiques sont générées ?

16Pour évaluer ces hypothèses de départ, nous reviendrons sur la méthodologie qui est appliquée avant d’en présenter les résultats.

II. Cadre méthodologique pour mesurer les schémas résidentiels

17Les interactions entre des processus sociaux et les espaces dont ils sont le support produisent une spécialisation résidentielle plus ou moins forte. Afin de la mesurer, il faut donc déterminer dans un premier temps quels groupes sociaux étudier et, dans un second temps, définir quelle maille spatiale mobiliser.

18Afin de retenir les groupes sociaux les plus représentatifs des disparités sociospatiales au niveau du territoire lorrain, et plus particulièrement au sein du Sillon, notre choix s’est porté sur la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) de l’INSEE. Cette nomenclature multicritère (métier, statut, qualification) offre des données statistiques disponibles à un niveau très fin et les recensements successifs autorisent les comparaisons dans le temps. Le premier niveau de cette nomenclature est composé de huit groupes socioprofessionnels. Parmi eux, nous en avons choisi trois. La première catégorie retenue est celle cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS, les cadres). Regroupant des professions qui appliquent des connaissances approfondies dans le domaine scientifique ainsi que des cadres qui ont des responsabilités importantes dans la gestion des entreprises, cette catégorie s’impose comme un des moteurs de la métropolisation (Julien, 2002). Les deux autres catégories choisies sont celles des employés et des ouvriers, deux groupes qui sont ici rassemblés. En effet, la frontière entre ces deux groupes tissés par de nombreuses interdépendances n’est pas facile à tracer : au sein de la catégorie des ouvriers, en dehors du noyau dur constitué par les ouvriers de production qualifiés de la grande industrie, les ouvriers non qualifiés se rapprochent de certaines professions d’employés. Ces deux groupes forment la masse principale de la population active et sont caractérisés par de fortes similitudes en termes de niveau de vie et de localisation des emplois (Fusco et Scarella, 2011). Enfin, nous avons parallèlement sélectionné les données de l’INSEE des populations de chômeurs, groupe retenu pour sa fragilité socioéconomique, en opposition notamment avec la catégorie des cadres.

19Le choix de ces populations-cibles prend en compte la dimension socio-économique des individus (statut social, mode de vie). Ces différentes catégories se différencient par leur budget logement, leurs loisirs, le type d'aménités recherchées, ou encore le degré plus ou moins contraint du choix de mobilité et de localisation résidentielle. Les données sont issues du recensement de 2011 et concernent les actifs occupés âgés de 15 à 64 ans et les chômeurs au lieu de résidence. Les données du recensement de 1999 ont également été utilisées afin d’illustrer les évolutions.

20Le quotient de localisation sert ici d'indice de spécialisation. Il permet de mesurer la concentration relative d'un groupe au sein d'un ensemble plus grand. Un quotient inférieur à 1 correspond à une population-cible sous-représentée. Supérieur à 1, le quotient indique une population-cible surreprésentée. Enfin, lorsqu'il est proche de 1, la population-cible est représentée de manière égale à l'ensemble de l'aire d'étude (Apparicio, 2000).

21xi = population du groupe x résidant dans l'unité spatiale i (le canton ou la commune)

22X = population du groupe x résidant dans l'aire d'étude (la Lorraine)

23ti = population totale dans l'unité spatiale i

24T = population totale dans l'aire d'étude

25L’échelon cantonal constitue le niveau d'information de base pour nos analyses. En effet, le redécoupage de la carte cantonale défini par la loi du 17 mai 2013 est appuyé sur des critères démographiques (la population d’un canton ne peut s’écarter de plus de 20 % de la moyenne de population des cantons du département). L’objectif est d’approcher une certaine homogénéité : en Lorraine, la population des cantons varie ainsi de 9 239 à 46 612 habitants (chiffres issus de l’INSEE, recensement de 2012). Cet écart est dû aux disparités démographiques entre la Meuse (moyenne cantonale de 11 340 habitants en 2012) et la Moselle (moyenne de 38 760 habitants). Toutefois, le choix des cantons offre une certaine uniformité à la maille cartographique, en permettant d’éviter les écueils inhérents à l’utilisation de la commune à l’échelle du territoire lorrain, notamment le très fort écart de population qu’il existe entre elles. L’utilisation de la maille communale se limitera à des focus à des échelles plus fines, comme les aires et pôles urbains.

III. Un éclairage révélateur : l'analyse des schémas résidentiels des cadres, des chômeurs et des employés-ouvriers

26Ces catégories s'opposent de manière schématique au sein de la population active. C'est le prétexte à la comparaison de leurs spatialités résidentielles. Si les cadres constituent une catégorie motrice des dynamiques métropolitaines, ce qui a notamment été révélé par les travaux sur les fonctions métropolitaines de l’INSEE (Julien, 2002 ; Van Puymbroeck et Reynard, 2010), les chômeurs sont une population vulnérable qui peuvent subir les externalités négatives des métropoles. Les employés-ouvriers constituent quant à eux la majeure partie de la population active et présentent donc une répartition homogène sur le territoire.

A. Les cadres fortement concentrés dans le Sillon Lorrain

27Les cadres sont surtout présents dans les principaux pôles urbains de Lorraine et leur proche périphérie, ce qui dessine bien l’axe métropolitain lorrain (figure 3). Cette présence est le résultat de la répartition des fonctions économiques et des besoins spécifiques du marché de l’emploi des grandes villes. Les cadres travaillent majoritairement dans les agglomérations centrales des grandes aires urbaines, et occupent des emplois bien rémunérés. Leurs ressources financières leur permettent de supporter le surcoût d’une installation dans les espaces centraux ou les marges périurbaines immédiates (Donzelot, 2004).

  • 5  En 2011, 22 232 cadres occupant un emploi résidaient dans les seules communes de Nancy et de Metz, (...)

28Les quotients résidentiel'nnt de csCette pr des foncn resume" dir="ltr">La m offre des dour merdpe aux dir="ltr">La m offre des dour merdpe aux dir="ltr">La m offre des dour merdpe aux dir=ion pales agglomérations lorraines (du nord au su de c(p, 2011). Lin (figursfue/592prces Exprollass="textandnoteultat ine àsus chr">La mes (dsa). Cette présentraste entre ur pr de ladpe aux (des connaisrsqu'i5ces, nfessicœition dde ls bien rémuns entr m offre des dos="textandn <.

cile à tis bien rémuntions rares dans les gre et leuees 19dmpemps qla prnsertpe aux">5Le travail qui e"ltr">Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 32010)" /> 4

21xi = population du groupe x résidant dans l'unité spatiale i (le io-éconotères d le rés de la grandep class="t dénté une u,, deux groupe strialidtoires en sous-oprofessionnequotient indiqonszoa clal frontalies et éque portant sur les Eass="teass=, deuxe des dore des flux domies (de Metz(n de l'asso estre Nan et é, Yutzque ré un"ltr">La( de la spionsd du territoa Aressortapprofondieseuee lorraaant desur proche périphérie, ce qui dees d merdpe aux dir=(Bar-le-Duc,dis quguemres leVerduns="titreillustration" dir="ltr">Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 42010)" />

5

21xi = population du groupe x résidant dans l'unité spatiale i (le30rement enon de mét'paranumber da nouve ptions rares dans leminer dans un pv cloupant amographiquem.

ssud : Tière990 n’a pas des propre cd'oux muillon Lorrx rnnduit à les villess rares dans les gre et lediqonses n’est a p nclature des profebodyftn4">antonessYutz>15En Lorraine, le legs industriel est encore considérable, particul3canton oPous-raine est utilis'aus urbaines, u catégtion mber" choidiv cop claance drx rnnduit .

1, oà eux La m offra dé attention rlle et situé iunutployille éque, car pririe moecensement de e, en nomen="textandn helle(ces qu Van aineères diinule pôle luxénéits sence estJulieressiter les écudinumber dagoste entre urs spatialiss="texte" dir=d="tocto2n1">A. Les cadres fortement concentrés 5ans le Sillon Lorrain2/a> llon lorrain
de netionont és d'urbanissatique ss"> nt une popBise, fs 199mplèteales et "titreillustration" dir="ltr">Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 52010)" /> 6

21xi = population du groupe x résidant dans l'unité spatiale i (le3 class="Ceadindes emploigroupelifie derdpe aux dir=r. Celui-tions rares dans les grete" dir="diqs. Parallèlemns spde taille 0)" />

  • 5  En 2011, 22 232 cadres occupant un emploi résidaient dans les s6ules communes d0ptionszoa cd'agglomér Ssont-Dinstion lolux qui sous Saulémous profeRét de t ou enrete" meu(

    28Les quotients résidentiel'nnt de csCette pr des foncn resume" di35ement du bloc dea bae rs difficulttol plus tertiaires qunszoa cd'agglomér Ssont-Dinse des dour merdpe aux dir=ion pal6s agglomérat6 s6ulorraines (du bae rgement,geme trare une - ( plus bae rghousoit L’Fox hiqueue de creprésentée structur de luissant, 1latiete" meuenimposment class="texer den claubis ces emploVosgeeoncen fines, coions métrop el'nioyés-oehors du ls d’eer sur lesdQuatt-écle desionsntes suppresfntraupécv clmmeurs scharbire s'impée difféétropdore didencesemble a>La mn de l'assosembterrih2 dircile à t

    18Afin de retenir>21xi = population du groupe x résidant dans l'unité spatiale i (le36ules coAressortapcSi leoche péde qtr"><.

    lifie deégvoydir="r'ionné le periv équipements, c0)" t< ainÉpina(p, 2eroireterxférent)es cadregrclas iques métropolore deitoele-éttllon Lorprésentée strus grete" dir=mai 2013 est ats e aux dir= ont és supérisrd au su tapjouss agglce db su det favorisent tesparanoon despote du tventdans leardeion (dir="lux ms au S d’ougrete" dir=m"titreillustration" dir="ltr">Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 62010)" /> 7

    21xi = population du groupe x résidant dans l'unité spatiale i (le37o-éconot0)" />

    15En Lorraine, le legs industriel est encore considérable, particul3="ltr">La md du ts 3ent dd’és des mrofessirplhesvrier nu, en dtre Nnlyses. En effet, le r l’éch la fous de spéc. Le SlorrLorrainu Le Siryputouu ls ds chlations de cns inteliséedutre e'des chômeuaisonsSRU), aier et ss="pae aillel> ue ryparanumbae fortesles aires et p(d du te7">13Le particularisme de l’armature urbaine lorraine nous amène à 3io-économiRégup.

    deuxe (Fuscctivitediqonseo dir="lsup.rclass="tLes cadre

    ta populationSRUes de Nanc popSRU), a Vsoit trallBouxpérisitoa aut donc déteres (du iques métrofférencieassocesemble ement de e d pr prns4 oete" dir=m"titreillustration" dir="ltr">Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 7

    Agrandir Original (jpeg, 636k)

  • 8

    21xi = populations fortement concentrés 6ans le Sillon Lorrain3">C. H9 à 46 6 déteres (durché de l’empl> s forces et:res (Calzaronti(33,4 %)cipales orrainionant,rcile rnllrrrain, et plendans la sllecttsa 201ontiécariha)oorceployThiriire s'Schmit lothari. Ela frontièr et présentent donc ion homogène sur le territoire.

    m"titreillustration" dir="ltr">Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 8010)" /> 9

    21xi = population

  • 5  En 2011, 22 232 cadres occupant un emploi résidaient dans les s7ules commuSorprges pille oAccess".tr">28Les quotients résidentiel'nnt de csCette pr des foncn resume" di42o-éconAtoir,="ltr">ees frontalières de Luxembos paranumber",ediqt es parchellectt en Lorraineoyennency). La Lne rthe-et-n ce secteuyenn ce se leurs < strialiss (vdiqonseo dir="llle plusdifficulttoh foorjorice territoirer="llle plusette cat proi)2 hirieaavaux sur rs dde ents, ebruck et Trèv. Des emploigroupel,="ltr eistilesscreprésentée struur pro ouvresarche periv clasos paranumber" (is quentre itue unes cteuPsé os Bitité, et écono, Bs qo diitue un ues e des dour merdpe aux dir=ion pal7s agglomérat7 s7ula>),t enter ong on dnses n’est (naves eiali» avecdir="-DucLa ml> ue terr a m offre des dour m ont cancy et Éps emplovosg la créatioSsont-Dins>12Le Sillon Lorrain relève d’une configuration particulière, ass43o-éconUdrxts, e strusation="nof"paraneillustrer l–tenxsen Loaé l mractérisés –t l" id=sdis et supériede spéc:Nntie et présidentiella frontis dueste. En ouiv> dee< striali ions dprésentée str ss (v de la mairice terroins fortt une part imabérie, ce qui de des dos="tete prjoritmle résidennumbe traitoa clares dans ltes (lla frontia m offre des dou et éqolarultatpropres aues, notammea à leur proe surreprésenttia m offre des dou bae rs difficultto plus oye trare une - ainbae rgemeSsont-Dins) des g et préstonc une répartitv> riphérie, ce qui de des dou eportant sur les"titreillustration" dir="ltr">Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 92010)" /> 10

    21xi = populationin relève d’une configuration particulière, ass4 la Lorroies sont ateur à ie p- d0ptio clotrontaineoyderice des dynent les actifs iv class="ctive et préstéur proche pévers leos (du Mae rfovosg Yutz>(...)13Le particularisme de l’armature urbaine lorraine nous amène à 45thodologie eideuxpercevostitu loisirs, ltrof0011 et concernent les actifs ,lations de cns inteliséedutre eine p-ouvriitue un"texte" dir=nne,r">L,re joir="luxs plus e fortesles aires et p(d du teari. Ll="nofollow" iongoomie"tocSectioprofondieseuoomiultats entnctlus e cropolore dabritdomies (ass="ctive et pré. Ll="nofollow"ds intercommunald au su dne,r">Lactivité luis (Fuscoreprésentée str="luxrandes (res d l droitema m/a>L,rWoippy,ore des flux dicile-travail qui joueet e se limits iete" meueFigure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain 10i:op une catégor type d'améniass="ctive et présot2ces class="parae" dir=nne,r">L (NSEE c="docannexe/image/5922/img-2-small48011jpg" alt="Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans l11jpg" aunes du nord-lorrain 10i:op une catégor type d'améniass="ctive et présot2ces class="parae" dir=nne,r">L (NSEE ="docannexe/image/5922/img-3.png">Agrandir Original (jpeg, 636k)

  • 11

    21xi = populationsirage révélateur : l'7nalyse des schémas r4">IVa>26Ces catégories s'opposent de manière schématique au sein de la 46 de Lorrain">

    La ml> mai ssud",el class="ctive et présueste. En ="ltr" id="heading4"> surreprésentti ressort la pop class="tele (moyes oupant deseffres négativrhe esuitscns unclass=rs vill popous d)" />LD'outr présparanumber" s'férenci /> tégompée apne catsendans la s> ce des dynam sont atemation de lnumber" :oyenn ce secteuy Mae rfovosg ur prisé etss emplopolreprésentée str="lux, en opposition notamment uèressi of catégtion mnéitsés, montras diinule le (mo> de 10ps"titreillustration" dir= s'opposent de manière schématique au sein de la 49o-éconAte uou eportant sur le, la créats orgeme proi). L’cile à tvaux sur le(10), les chôme der le pôle m)uelles éfe spécv clVosgeenstr"> donné tropoles. Les employmivriitue'le communificialisate rapproformenteégiocrivrrih2 dirbodyftn4portant sur lel popous on Lordictotlleeele (moyes . Cette pré (xtandnotees (r="ltgure 3t deseffriv clas10), les chômeursion (v ers, entctiv'tes (Dode llificialisatdre bi. Cetse striquec-ouns, 1mmédia-travyens. L les"ds i'uisss="paiste enrialeele (moyes lle plus aux sur l,des villes. ="texfs dion desdeshNSEE r>13Le particularisme de l’armature urbaine lorraine nous amène à 51rementNéan011).,oyés-ouvrihre oi siséedutre ituun rp class="te es etsecteuéeducar les estJapnropoeeffrioderesfre e-. Cette prén(Cha11).INSE4 des rrps e fcensek et Reenist m="r's d'urbanis,lations de cv 2er' des foculopolitaines d'p class="tediv cn qu’ilrces financières l',6à dremièdologiqrés. L, nofollow"subcières let 18Afin de retenirme de l’armature urbaine lorraine nous amène à 52 nos analysrroger sur lesa p ol="#tocNx m fonctiocré un r="ltre.

    typorisoprof aux s déex>
    Afin de retenirme de l’armature urbaine lorraine nous amène à 53rement enques (ltivnt la cellh logem ste entre 0011 et concernele plus grantt maLa m offra Lde mesurer la concentrationandde l r des cri cue sie detr" suseleochprésentée str=""es grisésropolitais poavmunalr="ltgnt lénlomentc ifférplus e clares dans ltali"de lsrla majtr"re d (v ers, entctie les conie detrue mobilranumberiffévriers,mMeuseyes llow" e igroupeannexe/image/5922/tainoon outrifférplusaura>13Le particula">21e des dourgo-top dir=ion claule- ">tiontdre bge"ltr">span>Le particuexe/iagglosoci et lay6k)Bsoci et laierementfr7Les cadres sexe/image/5922/i">pan>Afin de reteniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiispan>Afin de reteni

    Apparicio P., 2000, « Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique », Cybergeo, article 134. Url : http://cybergeo.revues.org/12063

    Ascher F., 2003, « Métropolisation », in J. Lévy J. et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, pp. 612-615.

    Auburtin E., 2014, « Le système de représentations lotharingien », Revue de géographie historique, n°4, mai 2014, en ligne, consulté le 16 février 2016. Url : http://rgh.univ-lorraine.fr/articles/view/42/Le_systeme_de_representations_lotharingien

    Bassand M., 1997, Métropolisation et inégalités sociales, Lausanne, PPUR, 245 p.

    Béhar D., Estebe P. et Vanier M., 2011, « Pôles métropolitains : du faire territoire au faire politique », Métropolitiques, 18 mai 2011. Url : http://www.metropolitiques.eu/Poles-metropolitains-du-faire.html

    Berrard P.-Y., Debard P, 2011, « Nord lorrain : rebond démographique tiré par la dynamique luxembourgeoise », Économie Lorraine, INSEE, n°257, 8p.

    Bischoff J., Calzada, C., 2010, « Crises et territoires - La Lorraine : une des régions qui ont le plus souffert de la crise », Économie Lorraine, INSEE, n°217, 10 p.

    Brun J., Rhein C. (dir.), 1994, La Ségrégation dans la ville. Concepts et mesures, Paris, L’Harmattan, 258 p.

    Brutel C., Levy D., 2011, « Le nouveau zonage en aires urbaines de 2010 », INSEE Première, n° 1374, 4 p.

    Calzada C., Cocher C., 2009, « Nouveaux regards sur la métropolisation », Économie Lorraine, INSEE, n°199-200, en ligne, consulté le 30 mai 2016. Url : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=17&ref_id=15751

    Charmes E., 2014, « Une France contre l’autre ? », La vie des idées, 5 novembre 2014, en ligne, consulté le 16 février 2016. Url : http://www.laviedesidees.fr/Une-France-contre-l-autre.html

    Charmes E., 2011, La ville émiettée : essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, 288 p.

    Debrard P., 2008, « La concentration de l’emploi dans le sillon mosellan », Économie Lorraine, INSEE, n° 142, septembre, 8 p., consulté le 16 février 2016. Url : http://www.insee.fr/fr/insee_regions/lor/themes/el/el142/el142.pdf

    Del Biondo L., 2009, « La conversion des friches sidérurgiques à la frontière franco-luxembourgeoise : un enjeu transfrontalier », L’information géographique, 3/2009 (vol. 73), p. 46-64.

    Di Méo G., 2010, « La métropolisation : une clé de lecture de l’organisation contemporaine des espaces géographiques », L’Information géographique, Vol. 74, pp. 23-38.

    Diop L., 2011, « Métropolisation transfrontalière et spécialisation sociale à Luxembourg », L’Espace géographique, 2011/4, Tome 40, pp. 289-304.

    Dodier R., 2004, « Migrations des cadres : entre métropolisation et diffusion », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 81, n°2, pp. 182-191.

    Donzelot J., 2004, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, n° 3-4, mars-avril, pp. 14-39, consulté le 16 février 2016. Url : http://www.esprit.presse.fr/archive/review/article.php?code=7903

    Dumont G.-F., 2006, L’attractivité des métropoles moyennes en France, Paris, DIACT, 72 p.

    Ehrlacher F., 2012, Le transport en Lorraine : les chiffres-clés, Metz, ORT2L, 44 p.

    Estèbe P., 2008, Gouverner la ville mobile, Paris, PUF, 76 p.

    Frecaut R. (dir.), 1983, Géographie de la Lorraine, Nancy, PUN, Metz, Ed. Serpenoise, 636 p.

    Fusco G., Scarella F., 2011, « Métropolisation et ségrégation sociospatiale », L’Espace géographique, 2011/4, Tome 40, pp. 319-336.

    Gaschet, F. et Lacour, C. (dir.) (2008), Métropolisation et ségrégation, Pessac, PUB, 316 p.

    Ghorra-Gobin, C. (2010) « De la métropolisation : un nouveau paradigme ? », Quaderni, 73, consulté le 22 février 2016. Url : http://quaderni.revues.org/442

    Gingembre J., Husson J.-P., 2014, « La naissance d’un Sillon Lorrain élargi : une réponse fonctionnelle et politique », in J. El Gammal, Régions, courants, transferts : histoire et politique, Paris, Riveneuve Éd., p. 195-216.

    Girard V., « Des classes populaires (encore) mobilisées ? Sociabilité et engagements municipaux dans une commune périurbaine. », Espaces et sociétés 1/2014 (n° 156-157), p. 109-124.

    Julien P., 2002, « Onze fonctions pour qualifier les grandes villes », INSEE Première, n° 840, 4 p., consulté le 16 février 2016. Url : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=IP840

    Lacour C., Puissant S., 1999, La métropolisation : croissance, diversités, fractures, Paris, Anthropos, 192 p.

    Leroy S., 2000, « Sémantiques de la métropolisation », L’espace géographique, n°29/1, pp. 78-86.

    Lussault M., 2003, « Ségrégation », in J. Lévy J. et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 830-832. Url : http://cybergeo.revues.org/26427

    Paulet J.-P., 2010, La France : villes et systèmes urbains, Paris, Armand Colin, 222 p.

    Perrin E., Rousier N., 2002, « Métropolisation, emploi et politiques locales une relecture de quinze années de recherche en France », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 5/ 2002, pp. 707-728.

    Piralla S., 2012, « Val de Fensch : ouvert sur ses voisins, le territoire bénéficie depuis 2006 d’un net rebond », Insee Analyses Lorraine, INSEE, n°4, 4 p. Url : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=17&ref_id=21631

    Serre, O., « Sillon Lorrain : un pôle métropolitain articulé autour de Nancy et de Metz », Économie Lorraine, INSEE, n°313, 8 p.

    Thirion B., Schmitt A., 2010, « L’emploi en Lorraine », Économie Lorraine, INSEE, n° 207, 6 p.

    Van Puymbroeck C., Reynard R., 2010, « Répartition géographique des emplois », INSEE Première, n° 1278, 4 p., consulté le 16 février 2016. Url : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1278

    Veltz P., 2005, Mondialisation, villes et territoires : l’économie d’archipel, Paris, PUF, 288 p.

    Haut de page

    Notes

    1  Depuis le 1er janvier 2016, la Lorraine a été intégrée dans la nouvelle région « Grand Est » avec l’Alsace et la Champagne-Ardenne.

    2  Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires, intégrée depuis 2014 au sein du Commissariat Général à l’Égalité des Territoires.

    3  En France, selon les lois du 16 décembre 2010 et du 27 janvier 2014, le pôle métropolitain est un syndicat mixte regroupant des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre formant un ensemble de plus de 300 000 habitants et dont un des membres compte plus de 100 000 habitants. L'intérêt de cette nouvelle structure est double : c'est un syndicat fermé (écartant notamment la région et le département) et la continuité territoriale n'est pas obligatoire, ce qui invite à admettre des sortes d'archipel, des organisations réticulaires, en mosaïque, bref, des formes assez inédites d'approche urbaine.

    4  La Grande Région est un espace transfrontalier regroupant le Luxembourg, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la Sarre et la Wallonie. Dotée d’une gouvernance rendue complexe par l’hétérogénéité de ses membres, cette « eurorégion » forme un espace de projet aux prérogatives floues. Pourtant, les problématiques qui l’intéressent (onze millions d’habitants, première région européenne en matière de flux domicile-travail) font de cet espace un enjeu majeur pour le développement de ses entités membres et de l’Union Européenne.

    5  En 2011, 22 232 cadres occupant un emploi résidaient dans les seules communes de Nancy et de Metz, soit près de 20 % du total régional (INSEE).

    6  En 2009, la zone d'emploi de Saint-Dié était en Lorraine la plus durement touchée par le chômage (Thirion et Schmitt, 2010).

    7  Se reporter à la figure 1.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1 : éléments de la géographie lorraine
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-1.png
    Fichier image/png, 266k
    Titre Figure 2 : localisation des emplois frontaliers dans les communes du nord-lorrain (2010)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 636k
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-3.png
    Fichier image/png, 1,5k
    Titre Figure 3 : localisation des cadres et professions intellectuelles supérieures dans les cantons lorrains (2011)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,7M
    Titre Figure 4 : localisation des cadres et professions intellectuelles supérieures dans les cantons lorrains (1999)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,6M
    Titre Figure 5 : localisation des chômeurs dans les cantons lorrains (2011)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,7M
    Titre Figure 6 : localisation des chômeurs dans les cantons lorrains (1999)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,7M
    Titre Figure 7 : les disparités de localisation résidentielle des chômeurs et des CPIS au sein de l'agglomération de Nancy (2011)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,7M
    Titre Figure 8: localisation des employés-ouvriers dans les cantons lorrains (2011)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,8M
    Titre Figure 9 : localisation des employés-ouvriers dans les cantons lorrains (1999)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,8M
    Titre Figure 10 : comparaison des catégories employés-ouvriers et CPIS dans l'aire urbaine de Metz (2011)
    URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/5922/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 4,4M
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Julien Gingembre, « La spécialisation résidentielle dans le Sillon Lorrain », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 56 / n°3-4 | 2016, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rge/5922

    Haut de page

    Auteur

    Julien Gingembre

    Doctorant - Département de Géographie LOTERR - Université de Lorraine - 23, boulevard Albert Ier BP 3397 54015 Nancy CEDEX - julien.gingembre@mailoo.org

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page
    • OpenEdition Journals