Navigation – Plan du site

La ré-industrialisation d’un territoire désindustrialisé : l’exemple des nouveaux Länder (Allemagne)

Reindustrialization of a desindustrialized territory: the example of the New Länder (Germany).
Zusammenfassung: Die Reindustrialisierung von einer deindustrialisierten Region: Die neuen Länder (Deutschland).
Michel Deshaies

Résumés

À la suite de la réunification allemande, les nouveaux Länder ont connu une désindustrialisation massive qui en a fait la région aujourd’hui la moins industrialisée d’Allemagne. Face aux conséquences économiques et sociales de cette désindustrialisation, le gouvernement fédéral a impulsé une ré-industrialisation, s’appuyant en partie sur un héritage d’activités particulièrement riche dans les Länder du sud, la Saxe et la Thuringe. Depuis 2000, l’emploi industriel à l’est a même progressé, alors qu’il diminuait à l’ouest. Les nouveaux Länder ont ainsi retrouvé un niveau d’industrialisation supérieur à celui de la plupart des pays européens. Mais les contrastes géographiques sont marqués entre les noyaux industriels autour des grandes villes du sud et les anciens bassins miniers qui sont restés désindustrialisés. Cette nouvelle industrie créée par des investissements en provenance principalement de l’ouest de l’Allemagne, se caractérise par sa dépendance de décisions extérieures.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La réunification de l’Allemagne en 1990 a déclenché une désindustrialisation de ce que l’on appelait désormais les nouveaux Länder d’une ampleur et d’une rapidité exceptionnelles. Le territoire de l’ex-RDA qui était alors l’un des espaces les plus industrialisés au monde, a perdu en quelques années les trois-quarts de ses emplois industriels. C’est l’une des conséquences du choc de la réunification qui a condamné à la fermeture la plupart des usines, des mines et des centres de production énergétique du pays, transformant une grande partie des anciens centres industriels en friches symbolisant un ordre révolu. Pourtant, s’il y a bien eu un effondrement industriel faisant des nouveaux Länder la région aujourd’hui la moins industrialisée d’Allemagne, l’activité manufacturière n’a pas pour autant disparu, bien au contraire. Au moment même où s’effondraient les piliers industriels de la RDA, des investissements massifs dans de nouvelles activités jetaient les bases d’une ré-industrialisation des nouveaux Länder qui est aujourd’hui consolidée.

2Après avoir montré les causes et les conséquences de la désindustrialisation des années 1990, l’article présentera les fondements et les caractéristiques de la ré-industrialisation des nouveaux Länder et ses conséquences territoriales. Cette ré-industrialisation qui est largement un succès et constitue actuellement un cas unique en Europe, présente cependant des limites intrinsèques en partie liées aux caractéristiques actuelles des nouveaux Länder.

I. Causes et conséquences de l’effondrement industriel de la RDA

3Avec l’entrée en vigueur du traité d’unification entre les deux Allemagnes le 3 octobre 1990, l’irruption de l’économie de marché dans les nouveaux Länder a provoqué un choc qui, en quelques années, a bouleversé leur économie, provoquant des pertes massives d’emplois et une montée rapide du niveau du chômage (Schmidt, 2001). Dès le milieu des années 1990 le nombre de chômeurs dans les nouveaux Länder dépassait 1,5 million, soit 15% de la population active pour culminer en 2005 à un taux de 20,6%. Les causes profondes de ce choc sont à rechercher dans la structure de l’économie planifiée qui a prévalu pendant les 40 ans de la RDA (Paqué, 2009). Elle laissait en héritage un appareil de production vieilli, voire vétuste, fabriquant des produits qui, en grande partie, ne pouvaient plus trouver preneur dans une économie concurrentielle, à l’image de la désuète Trabant, la voiture emblématique de la RDA.

Figure 1 : évolution de la part (%) de l’industrie dans le PIB des nouveaux Länder de 1991 à 2014 (source Destatis)

  • 1 La Treuhandanstalt ou Treuhand est une agence fiduciaire créée par le parlement est-allemand le 17 (...)

4La faiblesse de la productivité de l’industrie est-allemande, quatre fois plus faible que celle de l’Allemagne de l’Ouest, la condamnait, à partir du moment où l’union monétaire réalisée le 1er juillet 1990 alignait les salaires et les prix dans l’ensemble du pays ; ce qui revenait à renchérir de 300 à 400% les coûts de production dans les nouveaux Länder. Incapable de rivaliser avec l’industrie ouest-allemande sur le marché de l’Union européenne, l’industrie est-allemande s’est aussi trouvée privée de ses débouchés traditionnels dans les anciens pays communistes d’Europe centrale par le renchérissement brutal de ses productions (Paqué, 2009). Dès 1991 la valeur de la production industrielle des nouveaux Länder n’atteignait plus que 30% de son niveau de 1989 et continuait à se réduire jusqu’en 1993 où elle ne représentait plus que 10% du PIB (Figure 1). Il allait en résulter des fermetures en cascade des anciennes entreprises d’Etat que la Treuhandanstalt1 était chargée de privatiser en trouvant des repreneurs. L’état de délabrement et d’inefficacité de la plupart des entreprises industrielles a transformé leur privatisation en une sorte de braderie conduisant le plus souvent les repreneurs (des entreprises ouest-allemandes ou étrangères) à fermer les usines et à se séparer de la plupart des employés pour ne garder que le personnel employable dans de nouveaux locaux modernes. Rien que dans la phase pilotée par la Treuhand de 1990 au 1er avril 1992 le nombre d’emplois des entreprises privatisées est passé de 4,1 millions à 1,24 million.

5L’ampleur de la saignée qu’a subie la main d’œuvre industrielle en Allemagne de l’est est sans équivalent dans les autres pays communistes européens soumis à une transformation tout aussi radicale de leur économie (Labrousse, 2002). C’est pourquoi certains auteurs ont considéré que la fermeture des entreprises avait été souvent faite sans discernement. Aussi ont-ils mis en cause l’action de la Treuhand et de certains investisseurs ouest-allemands qui auraient saisi l’occasion de supprimer une concurrence potentielle (Laabs, 2012). Si les motivations des décisions de la Treuhand sont restées souvent obscures, un des points de discussion essentiel porte sur les alternatives possibles dans une situation où les conditions de la production étaient totalement bouleversées (Herbert, 2014) : augmentation massive du coût de la main d’œuvre et donc du prix de vente des produits, perte de l’essentiel du marché des anciens pays communistes d’Europe centrale et orientale qui représentaient en 1989 l’essentiel des débouchés de l’industrie est-allemande.

Figure 2 : évolution de la part (%) de l’emploi industriel dans la population active des nouveaux Länder de 1991 à 2014 (source Destatis)

6La conséquence principale de ces transformations est qu’entre 1990 et 1999 l’emploi dans l’industrie des nouveaux Länder est passé de plus de trois millions à moins d’un million ; si bien que la part de l’industrie dans la population active s’est effondrée, passant d’un taux exceptionnel de 48% à seulement 14% (figure 2). Il est vrai que cette diminution considérable s’explique aussi en partie par le fait qu’une partie importante de la main d’œuvre au temps de la RDA était employée dans des activités de réparation d’équipements vétustes et de services non directement productifs qui ont disparu, ou ont été extériorisés à la suite de la restructuration des entreprises. Néanmoins, la plupart des emplois du secteur strictement productif a été aussi supprimée (Braun et al., 2013).

7

Figure 3 : carte de l’industrie en RDA en 1985 (M. Deshaies, d’après Bender, 1989, modifié)

8Toutes les branches de l’industrie ont été fortement affectées en conséquence de la restructuration profonde de ce secteur. Mais ce sont en particulier les branches industrielles les plus développées au temps de la RDA qui ont connu les plus fortes baisses. La construction de machines, fer de lance de l’industrie de la RDA, a connu un effondrement de l’emploi, qui est passé de 560 000 en 1989 à seulement 65 000 en 2001 (Braun et al., 2013). La chimie, deuxième branche industrielle du pays, a perdu plus de 80% de ses 180 000 emplois entre 1990 et 1999, tandis que l’industrie textile, traditionnellement très importante en Saxe et en Thuringe (Roth, 2006), ne conservait plus en 1993 que 10% des emplois de 1989 (Braun et al., 2013).

9L’extraction du lignite qui fournissait l’essentiel de l’énergie de la RDA, avec une production de plus de 300 millions de tonnes en 1989, a vu ses effectifs passer de 140 000 emplois à moins de 15 000 en 2001, pour une production elle-même ramenée à moins de 80 millions de tonnes (Deshaies, 2007). C’est d’ailleurs l’ensemble de l’industrie extractive qui a connu les plus fortes baisses en conséquence de la fermeture, après la réunification, de toutes les mines métallifères que seules des motivations politiques maintenaient en activité, malgré l’absence de rentabilité. Le plus emblématique était l’extraction de l’uranium, exploité en Saxe et en Thuringe par une société germano-soviétique, la SDAG Wismut, dont la production était réservée aux besoins militaires de l’URSS. La fermeture complète des mines d’uranium le 1er janvier 1991 a fait disparaître la quasi-totalité des 42 000 emplois que comptait encore cette activité en 1990 (Deshaies, 2006). Transformée en société de réhabilitation des terrains miniers, la Wismut GmbH n’employait plus que 3000 personnes au début des années 2000. De la même façon, la fermeture des mines et des fonderies de cuivre du Mansfelder Land, près de Eisleben, à l’ouest de Halle, a provoqué le licenciement des 48 000 employés du combinat de Mansfeld (figure 3).

10En quelques années, des régions entières se sont désindustrialisées et ont changé d’autant plus fondamentalement de physionomie que l’industrie était à l’origine d’une pollution désastreuse de l’air, de l’eau et des sols (figure 3). Les procédés de production et toujours extrêmement polluants, les locaux industriels inadaptés et vétustes rendaient la plupart du temps impossible de conserver un appareil de production qui n’avait pas été modernisé depuis plusieurs décennies (Paqué, 2009 ; Braun et al., 2015). À Bitterfeld par exemple, un tiers des installations industrielles étaient antérieures à la seconde guerre mondiale. Les effets de cet effondrement industriel ont été d’autant plus dramatiques que la plus grande partie de l’industrie est-allemande était concentrée en grands combinats rassemblant jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’employés dans des usines géantes (Oelke, 1997). La plus représentative de ce gigantisme était l’industrie chimique concentrée autour de la ville de Halle. Au sud, les usines chimiques de Buna et de Leuna près de Merseburg, qui employaient plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers ont été fermées et une grande partie des anciens locaux ont dû être détruits. De même, les usines chimiques et les centrales à lignite de Wolfen et de Bitterfeld qui rassemblaient plus de 45 000 employés dans quatre combinats, ont été fermées au lendemain de la réunification pour des raisons à la fois économiques et environnementales et ont été ensuite en grande partie démantelées (Oelke, 1997).

11Le sort des industries présentant une structure beaucoup plus morcelée et diffuse sous forme de petites usines et d’ateliers comme c’était le cas de l’industrie textile en Saxe (Roth, 2006) n’a pas été meilleur puisque la très grande majorité de ces unités ont dû aussi fermer leurs portes à la suite de la réunification. Ce sont ainsi des dizaines d’usines insérées dans le tissu urbain des grandes villes comme à Leipzig ou à Chemnitz qui ont été fermées et détruites, ou parfois conservées comme patrimoine industriel pour être transformées en musée (photo 1), ou encore reconverties pour de nouveaux usages comme des activités commerciales ou le logement. Plus largement, l’industrie a aussi complètement disparu de la plupart des centaines de petites villes ayant conservé des usines héritées du XIXè s., ou dans laquelle avait été implantée une usine au temps de la RDA. En quelques années, le territoire des nouveaux Länder s’est couvert de friches industrielles et minières, avec une multitude de bâtiments plus ou moins délabrés, représentatifs de toute l’histoire industrielle du pays.

Photo 1 : le musée saxon de l’industrie à Chemnitz (M. Deshaies, 2009). Il a été installé dans l’ancienne fonderie de l’usine de machines-outils Hermann und Alfred Escher. Fermée en 1982, cette fonderie qui devait être détruite, a finalement été sauvée par la réunification et la décision d’en faire un musée de l’industrie qui a ouvert en 2003.

  • 2 Deux villes industrielles ont eu des évolutions particulièrement dramatiques : Hoyerswerda, une des (...)

12Une conséquence directe de cette désindustrialisation est le déclin démographique qui concerne l’ensemble du territoire des nouveaux Länder et est particulièrement marqué dans les régions où l’industrie a le plus diminué. L’une des régions les plus marquées par ce déclin est le bassin de lignite de Basse Lusace qui a perdu en vingt ans plus du quart de sa population de 1989. Certaines villes mono-industrielles ont rétréci de manière dramatique, nécessitant la démolition de milliers de logements afin d’ajuster le cadre urbain à une population devenue deux ou trois fois moins nombreuse2.

13Si la RDA était l’un des pays les plus industriels du monde en ce qui concerne la part de la population active employée, l’ampleur et la brutalité de cette désindustrialisation en ont fait la région la plus faiblement industrialisée d’Allemagne (Braun et al., 2013). Au milieu des années 1990 l’industrie n’employait plus que 14% de la population active des nouveaux Länder, contre 28% en Allemagne de l’Ouest, restée d’ailleurs l’un des pays européens où l’industrie a la plus grande importance (figures 4 et 5). La production industrielle de l’est de l’Allemagne ne représentait plus alors que 7% de la valeur de celle de l’ouest. Pourtant, c’est aussi à ce moment-là que s’est amorcé un processus de ré-industrialisation.

Figure 4 : évolution de la part de l’emploi industriel au lieu de résidence dans la population active des différentes régions d’Allemagne de l’est de 1988 à 2011 (source Destatis, 2013)

Figure 5 : part de l’emploi industriel au lieu de résidence dans la population active des Kreise en Allemagne en 2010 (source Schürmann, 2015, Destatis, 2013)

II. Une ré-industrialisation impulsée par l’état fédéral

14Face à l’ampleur de la désindustrialisation et de la crise économique et sociale qu’elle a provoquée dans les années qui ont suivi la réunification, le gouvernement fédéral a réagi en multipliant les actions afin de restructurer l’économie des nouveaux Länder. L’un des instruments de cette action est la mise en place dès 1990 de l’initiative Aufbau Ost (Ragnitz, 2004) destinée à remettre à niveau les infrastructures des nouveaux Länder qui, après 40 ans de régime socialiste, étaient de qualité très inférieure à celles de l’ouest. La priorité a donc été de moderniser toutes les infrastructures, à commencer par les infrastructures de transport pour lesquelles a été créé le programme Unité allemande (Verkehrsprojekte Deutsche Einheit), destiné à rétablir les connections entre les deux parties du pays. Ce programme de près de 40 milliards d’euros a permis de remettre aux normes les autoroutes vétustes et surtout de construire de nouvelles autoroutes, ainsi que des voies ferrées, condition indispensable pour assurer une bonne desserte du territoire et accroître la qualité du site de production. Cette politique de modernisation des infrastructures a été largement soutenue par l’utilisation des fonds structurels européens, puisque les nouveaux Länder ont fait partie des régions bénéficiant prioritairement de ces fonds, pour un total de 34 milliards d’euros de 1991 à 2008.

15À ces actions se sont ajoutées des interventions beaucoup plus directes de l’Etat fédéral afin de favoriser l’investissement industriel dans les nouveaux Länder. C’est ainsi que sous la pression du gouvernement fédéral, la Treuhand a été contrainte d’infléchir sa politique. Elle a dû par exemple financer elle-même l’assainissement de certains grands sites industriels afin d’intéresser des investisseurs et pouvoir ainsi conserver des « noyaux industriels » (Heimpold, 2010 ; Heimpold, 2015) dans certaines régions à structure mono-industrielle. En effet, la privatisation de certains grands combinats, tels que l’aciérie EKO-Stahl de Eisenhüttenstadt, les usines chimiques Buna à Halle, ou les chantiers navals de la Baltique n’était pas possible en l’état, dans la mesure où le coût de l’assainissement de ces entreprises aurait absorbé les bénéfices éventuels pendant de nombreuses années. Aussi a-t-on répété dans les nouveaux Länder les mesures de soutien financier public qui avaient été appliquées dans les années 1960 au secteur charbonnier dans les bassins de la Sarre et de la Ruhr afin d’empêcher l’effondrement complet de ces régions. L’entreprise Carl Zeiss à Jena a ainsi pu bénéficier de 3,6 milliards de Marks d’exonérations afin de pouvoir conserver 10 000 emplois. Dans le cas des usines chimiques Buna, le repreneur Dow Chemical a même récupéré 10 milliards de Marks de subventions pour 5600 emplois (Herbert, 2014). C’est d’ailleurs cette politique de prise en charge par la Treuhand de la restructuration des entreprises, ainsi que de l’assainissement écologique des régions industrielles qui expliquent qu’au moment de sa dissolution en 1994, elle affichait une perte de 275 milliards de Marks.

  • 3 Sur fond de scandale politico-financier, l’affaire la plus importante est celle du rachat en 1990-1 (...)

16Enfin, divers instruments destinés à encourager les investissements dans les nouveaux Länder ont été mis en place. C’est ainsi que pour un investissement à l’est d’un million de Marks, une entreprise pouvait recevoir jusqu’à 230 000 Marks de subventions. De plus, une partie des investissements réalisés par l’entreprise dans les nouveaux Länder était exonérée d’impôts. Une grosse entreprise ayant investi à l’est pouvait ainsi voir sa contribution à l’Etat réduite de manière substantielle ; ce qui a d’ailleurs parfois donné lieu à des dérives3. Fortement encouragés par ces dispositions financières, les investissements industriels en Allemagne de l’est ont aussi été attirés par le coût de la main d’œuvre, sensiblement moins élevé qu’à l’ouest, alors qu’elle était plutôt bien formée, et par sa relative docilité du fait de son faible taux de syndicalisation.

17C’est donc grâce à la création par l’Etat fédéral d’un cadre financier favorable que des investissements considérables dans l’industrie ont amorcé un redressement et une ré-industrialisation d’une partie de l’est de l’Allemagne, avec l’objectif de reconstituer des « noyaux industriels » (Heimpold, 2010 ; Heimpold, 2015). De 1991 à 1995, ce sont l’équivalent de plus de 55 milliards d’euros qui ont été investis par les acteurs privés dans la construction de nouvelles capacités de production industrielle dans les nouveaux Länder (Braun et al., 2013). Les grands groupes de la construction automobile (Volkswagen, BMW, Porsche, Opel), de la chimie (BASF) ou de l’électronique (Siemens) ouest allemands ont été les premiers investisseurs, auxquels sont venus s’ajouter de nombreux grands groupes étrangers comme Vattenfall (Suède) pour l’électricité, ou Dow Chemical (USA) pour la chimie. En quelques années, plusieurs des usines les plus modernes d’Europe ont été implantées à Bitterfeld, Merseburg, Zwickau, Eisenach, Leipzig et Dresde (figure 6), permettant de reconstituer une base industrielle performante (Schmidt, 2001).

18Cette véritable renaissance de l’industrie s’est traduite rapidement par une forte croissance de la valeur de la production industrielle des nouveaux Länder à partir de 1993, à un rythme moyen de plus de 5% par an jusqu’à la crise économique de 2008. La production de l’industrie manufacturière est ainsi passée de moins de 25 milliards d’euros en 1991 à 60 milliards en 2008 (Kowalski, 2010). Après une chute brutale comme dans l’ensemble de l’Allemagne en 2008 et 2009, elle est ensuite repartie à la hausse pour atteindre plus de 66 milliards d’euros en 2014. L’industrie a même été le secteur le plus dynamique de l’économie des nouveaux Länder puisque sa part dans le PIB est passée d’un minimum de 10,6% en 1993 à 19% en 2007, avant de chuter à 16% lors de la crise et de remonter à 17,5% en 2014 (figure 1).

19Si la croissance de la production industrielle s’est faite dans un premier temps en continuant à supprimer des emplois dont le nombre a atteint un minimum en 1997, depuis lors, près de 100 000 emplois nouveaux ont été créés dans l’industrie manufacturière, soit une progression de 16% de l’emploi entre 1997 et 2014 (Braun et al., 2013). Le plus remarquable est qu’après avoir supprimé 30 000 emplois lors de la crise de 2008-2009, l’industrie manufacturière a réussi à retrouver son niveau d’avant crise dès 2011. Elle a depuis lors créé 30 000 emplois supplémentaires pour atteindre 674 000 emplois en 2014. La part de la population active employée dans l’industrie a ainsi légèrement augmenté, passant de 13,8% en 1999 à 15,8% en 2014 (figure 2).

20Cette ré-industrialisation peut à juste titre paraître relativement modeste, surtout si on la met en regard avec l’évolution dans plusieurs anciens pays communistes d’Europe centrale où l’industrie est beaucoup plus importante En République tchèque, la part de l’industrie dans le PIB atteint encore 27%, tandis qu’en Hongrie elle est de 23% (Eurostat). La moyenne des nouveaux Länder est par contre proche de celle d’un pays comme la Pologne où l’industrie ne pèse plus que 18% du PIB. En fait, l’évolution dans les nouveaux Länder est à mettre en perspective avec l’évolution simultanée en Europe, marquée par une sévère désindustrialisation. Depuis 2000, un emploi industriel sur six a été supprimé en Europe et l’industrie ne représente plus que 15% du PIB dans la zone Euro. Dans les pays d’Europe du sud (Italie, Espagne, Grèce, Portugal), ainsi qu’en France, au Royaume-Uni et au Danemark, la part de l’industrie dans le PIB varie entre 9,5% et un maximum de 15% en Italie. En France par exemple, les années 2000 à 2014 ont été marquées par une accélération de la désindustrialisation qui a fait disparaître un million d’emplois, soit un quart du secteur productif. La part de la main d’œuvre salariée employée dans l’industrie manufacturière est ainsi passée de 18% en 2000 à 13% en 2014 et dans le même temps la part de l’industrie dans le PIB s’est abaissée de 16,6% à 12,4%, soit nettement moins que dans les nouveaux Länder considérés comme moins industrialisés par rapport à l’Allemagne de l’Ouest.

  • 4 La densité d’emplois industriels est le rapport entre le nombre d’emplois dans l’industrie et le no (...)

21Mais, même dans le contexte allemand, où l’industrie a beaucoup mieux résisté (part dans le PIB en 2014 : 22,3%) que dans la plupart des autres pays européens, les nouveaux Länder ont connu une évolution de l’emploi industriel plus favorable que celle des anciens Länder qui depuis 2000 ont perdu plus de 500 000 emplois industriels, soit 8% du total (Braun et al., 2013). La Rhénanie du Nord-Westphalie, Land le plus peuplé où se trouve la Ruhr avec la plus grande concentration industrielle d’Allemagne, a perdu plus de 350 000 emplois, soit 20% du total ! Bien qu’il existe encore un fort gradient entre les deux parties de l’Allemagne, la tendance depuis la fin des années 1990 a été au rapprochement que l’on peut mesurer à travers l’évolution de la densité d’emplois industriels4. Alors qu’en 2000 l’écart était de 40‰ entre l’Ouest et l’Est (sans Berlin), l’écart s’est réduit à 22‰ en 2014 du fait de l’abaissement de la densité d’emplois industriels dans les anciens Länder et de sa croissance à l’Est (tableau 1). Si elle a augmenté dans tous les nouveaux Länder sauf Berlin, la progression a été particulièrement importante en Saxe et surtout en Thuringe qui, en 2014, était le quatrième Land d’Allemagne pour la densité d’emplois industriels (tableau 2, figure 6), derrière la Sarre, mais devant tous les Länder du nord de l’Allemagne de l’ouest.

Emplois industrie 2000 (en 1000)

Population 2000 (en 1000)

Densité d’emplois industriels 2000 (‰)

Emplois industrie 2014 (en 1000)

Population 2014 (en 1000)

Densité d’emplois industriels 2014 (‰)

Evolution% du nbre d’emplois industriels

Allemagne

7 214

82 183

87,8

6 691

80 925

82,7

-7,2%

Anciens Länder

6 285

64 895

97

5 755

64 995

88,5

-8,4%

Nouveaux Länder

786

13 904

56,5

831

12 488

66,5

5,8%

Berlin

143

3 383

42,2

105

3 440

30,6

-26,6%

Tableau 1 : évolution du nombre d’emplois et de la densité d’emplois industriels (rapport entre le nombre d’emplois dans l’industrie et le nombre d’habitants) dans les anciens et les nouveaux Länder de 2000 à 2014 (source Destatis)

Emplois industrie 2000 (en 1000)

Population 2000 (en 1000)

Densité d’emplois industriels 2000 (‰)

Emplois industrie 2014 (en 1000)

Population 2014 (en 1000)

Densité d’emplois industriels 2014 (‰)

Evolution% du nbre d’emplois industriels

Allemagne

7 214

82 183

87,8

6 691

80 925

82,7

-7,2%

Bade-Wurtemberg

1 392

10 498

132,6

1 296

10 672

121,4

-6,9%

Bavière

1 359

12 183

111,6

1 348

12 636

106,7

-0,8%

Sarre

112

1 069

105,1

99

989

100,2

-11,6%

Thuringe

173

2 441

70,9

190

2 157

88,1

9,8%

Brême

67

662

100,8

54

658

82,7

-19,4%

Rhénanie-Palatinat

345

4 028

85,6

318

4 001

79,6

-7,8%

Basse-Saxe

642

7 912

81,1

604

7 813

77,3

-5,9%

Rhénanie du Nord-Westphalie

1 695

17 996

94,2

1 354

17 591

76,9

-20%

Saxe

286

4 444

64,5

310

4 046

76,6

8,4%

Hesse

525

6 057

86,7

441

6 065

72,8

-16%

Saxe-Anhalt

134

2 634

51

145

2 238

64,6

8,2%

Hambourg

120

1 708

70

100

1 749

57

-16,7%

Schleswig-Holstein

163

2 781

58,6

141

2 821

49,9

-13,5%

Brandebourg

124

2 601

47,8

121

2 451

49,4

-2,4%

Mecklembourg-Poméranie

68

1 784

37,9

66

1 597

41,1

-2,9%

Berlin

143

3 383

42,2

105

3 440

30,6

-26,6%

Tableau 2 : évolution du nombre d’emplois et de la densité d’emplois industriels (rapport entre le nombre d’emplois dans l’industrie et le nombre d’habitants) par Land de 2000 à 2014 (source Destatis)

Figure 6 : densité d’emplois industriels par Land en 2014 et évolution du nombre d’emplois industriels de 2000 à 2014 (M. Deshaies)

III. Les contrastes géographiques de la ré-industrialisation des nouveaux Länder

22La ré-industrialisation des nouveaux Länder a été cependant très inégale suivant les régions, en partie en lien avec d’anciens contrastes géographiques (figure 6). Il existe ainsi un fort gradient industriel entre le nord des nouveaux Länder (Brandebourg, Mecklembourg-Poméranie occidentale, à faible densité industrielle et le sud (Saxe, Thuringe et sud de la Saxe-Anhalt) dont la densité d’industrialisation est revenue à un niveau proche de la moyenne allemande (tableau 2 et figure 6). La Saxe par exemple a désormais une densité d’emplois industriels presque équivalente à celle de la Rhénanie du Nord-Westphalie (tableau 2). C’est la conséquence de la stratégie qui a été suivie dans les années 1990 pour réindustrialiser les nouveaux Länder. En effet, l’une des particularités de cette ré-industrialisation, principalement impulsée par des grandes firmes occidentales, elles-mêmes incitées par les politiques de soutien de l’Etat fédéral, est que l’on a cherché à renouer avec le passé et les spécialisations industrielles qui existaient déjà avant 1990 et même souvent avant la seconde, ou la première guerre mondiale : l’industrie chimique, l’automobile et la microélectronique.

23C’est dans l’industrie chimique que le lien est le plus fort avec l’héritage du passé dans la mesure où les principales nouvelles implantations industrielles se sont faites sur plusieurs des plus importants anciens sites de production, notamment dans les bassins de lignite, ressource qui, à l’origine, servait à la fois de matière première et de source d’énergie. La ville de Merseburg au sud de Halle, qui était au temps de la RDA au cœur de la plus grande concentration d’industries chimiques du pays, sur l’un des deux principaux bassins de lignite, a bénéficié dans les années 1990 des plus gros investissements dans cette branche (Oelke, 1997). Cela est d’autant plus remarquable que cette nouvelle industrie chimique n’utilise plus le lignite, mais les hydrocarbures importés. La société pétrolière Total a ainsi inauguré en 1997 une nouvelle raffinerie à Leuna, au sud de Merseburg, à l’emplacement d’une des principales raffineries de RDA qui a été démolie. Juste à côté, le site de l’ancienne usine chimique, entièrement détruite, a été transformé en zone d’activités, le Chemiepark Leuna, qui a accueilli une trentaine d’entreprises fabriquant une palette très large de produits chimiques et de gaz industriels. Leuna est ainsi resté un des principaux centres de production chimique dans les nouveaux Länder. De la même manière, le site de l’ancienne usine de caoutchouc synthétique Buna, au nord de Merseburg, a été en partie repris par la société américaine Dow-Chemical pour installer son usine de fabrication de produits chimiques de base à partir des produits pétroliers raffinés à Leuna. Une filiale de Dow Chemical, la société Styron Deutschland GmbH fabrique d’ailleurs du caoutchouc synthétique. Enfin, une centrale thermique au lignite ultra-moderne a été aussi construite et mise en service en 1996 par Eon à Schkopau, à proximité de l’usine de Dow Chemical.

Figure 7 : la nouvelle industrie dans les nouveaux Länder (M. Deshaies, d’après Braun et al., 2013)

  • 5 Wolfen est connu entre autres pour avoir été le lieu de fabrication des premières pellicules couleu (...)

24Autre pôle majeur de l’industrie chimique est-allemande, Bitterfeld-Wolfen5, qui était depuis un siècle un centre de production électrochimique et de matières plastiques, a accueilli également un Chemiepark occupant l’emplacement d’une partie de ses anciennes usines détruites après la réunification (figure 8). Le Chemiepark de Bitterfeld-Wolfen regroupe plus de 360 entreprises, dont une soixantaine d’entreprises productives et notamment de grandes sociétés comme Bayer, Akzo-Nobel, Linde Gas Produktion GmbH, Dow Chemical ou Evonik (Heimpold, 2015). Toutes les entreprises chimiques du site sont connectées entre elles par des conduites permettant d’échanger les différents produits de base comme le chlore ou l’acide chlorhydrique, de la même façon qu’il existe aussi un système de pipe-lines reliant Bitterfeld-Wolfen à Leuna et à Schkopau (photo 2).

Photo 2 : le Chemiepark de Bitterfeld-Wolfen6 vue de la partie sud du parc montre les contrastes existant entre les nouvelles implantations industrielles et des espaces inoccupés, ainsi que le système de pipe-lines (au premier plan) reliant les différentes unités de production.

Figure 8 : évolution du site chimique de Bitterfeld-Wolfen de 1989 à 2009 (M. Deshaies, d’après Haack Atlas, 2007 modifié)

25En dehors de ce triangle de la chimie de Leuna-Schkopau-Bitterfeld, il n’existe qu’un seul autre centre important de production situé également sur un bassin de lignite, celui de basse Lusace. Là aussi, la permanence des sites de production se retrouve avec un centre principal à Schwarze Pumpe, à côté d’une centrale thermique à lignite aussi moderne que celle de Schkopau et un centre secondaire à Schwarzheide où la BASF a repris l’ancien site de l’usine de carburant synthétique fondée en 1935.

26Ainsi, après la fermeture de toutes les usines chimiques vétustes et extrêmement polluantes du temps de la RDA, les nouveaux investissements des années 1990 ont permis de reconstituer un ensemble de centres de production chimique dans la région autour de Halle. On constate ainsi une permanence des sites de production principaux. La différence est qu’au lieu d’employer des dizaines de milliers de personnes, comme c’était le cas en 1989, les trois parcs chimiques rassemblent seulement une vingtaine de milliers d’emplois (environ 9000 à Leuna et 11 000 à Bitterfeld-Wolfen) et fonctionnent avec une productivité et suivant des normes environnementales qui sont sans communes mesures avec celles de la RDA.

  • 7 C’est en effet à Zwickau qu’a été fondée l’une des toutes premières sociétés de fabrication automob (...)

27L’industrie automobile implantée dans les nouveaux Länder, dans les années qui ont suivi la réunification s’inscrit également dans le prolongement d’une des traditions industrielles locales puisque la Saxe en particulier a été l’un des deux berceaux de l’automobile en Allemagne7. Au temps de la RDA, la construction automobile est restée une branche industrielle importante, concentrée en Saxe occidentale autour de Chemnitz et de Zwickau où était fabriquée la célèbre Trabant, ainsi qu’en Thuringe, notamment à Eisenach où se trouvait l’usine de la Wartburg, la voiture « haut de gamme » de la RDA (Kowalke, 2000). Très rapidement après la fermeture des usines automobiles est-allemandes produisant des modèles désuets, les constructeurs d’Allemagne de l’Ouest ont investi dans de nouvelles usines ultramodernes.

28La différence avec l’industrie chimique est que si ces nouvelles implantations industrielles se sont d’abord fixées sur des localisations traditionnelles, les anciens sites de production proprement dits n’ont pas pu être réutilisés et les nouvelles usines ont été installées dans de nouvelles zones d’activités en périphérie des villes, afin de profiter de vastes surfaces disponibles et d’un accès aisé aux infrastructures de transport. L’usine d’assemblage automobile Opel à Eisenach a été implantée à l’ouest de la ville, à près de trois km du site des anciennes usines AWE (Automobilwerk Eisenach) qui fabriquaient la Wartburg. De la même façon, l’usine de construction automobile fondée par Volkswagen en septembre 1990 se trouve à Mosel, à plus de 6 km de Zwickau et du site de Sachsenring qui construisait la Trabant. D’autres usines ont été créées par Volkswagen autour de Chemnitz, prolongeant aussi une tradition industrielle locale (Kowalke, 2000).

29Par contre, dans un deuxième temps, entre 2000 et 2005, une seconde vague de création d’usines automobiles a investi des sites nouveaux, sans lien traditionnel avec ce secteur (Günther et Bochow, 2005). Il s’agit de l’implantation de Volkswagen à Dresde pour construire son modèle haut de gamme dans la « manufacture transparente », et de l’installation de Porsche et de BMW à Leipzig (figure 7). Avec plus de 5000 emplois actuellement, l’usine BMW de Leipzig (photo 3) est devenue la deuxième plus importante usine automobile dans les nouveaux Länder, après celle de Mosel.

Photo 3 : l’usine BMW de Leipzig8 : située en périphérie nord de Leipzig, l’usine est emblématique des nouveaux investissements industriels réalisés dans les nouveaux Länder. Ces nouvelles usines ultramodernes sont situées à proximité des axes autoroutiers, en dehors du tissu urbain.

  • 9 La valeur de la production de l’industrie automobile des nouveaux Länder atteignait 23 milliards d’ (...)

30La renaissance de l’industrie automobile en Saxe et en Thuringe renoue avec une solide tradition industrielle et peut être considérée comme l’un des plus grands succès de la politique de ré-industrialisation des nouveaux Länder. Alors que l’emploi dans l’industrie automobile des nouveaux Länder était tombé de 50 000 en 1991 à 22 000 en 1996, il est remonté à 65 000 en 2013. Plus impressionnant encore est l’accroissement de la valeur de la production qui a été multipliée par plus de vingt9 depuis 1991, avec une part à l’exportation de plus de 50% ; ce qui en fait l’un des secteurs les plus fortement exportateurs des nouveaux Länder (Braun et al., 2013).

31Une autre grande réussite de la politique de ré-industrialisation de l’Allemagne de l’Est est la création, dans la région de Dresde, du plus grand cluster de la microélectronique en Europe, devenu depuis 2000 la « Silicon Saxony ». Avec environ trois cents entreprises et plus de 40 000 emplois, la Silicon Saxony occupe par exemple une place essentielle dans la fabrication des semi-conducteurs dont elle produit environ un cinquième du total mondial. Une fois encore, l’héritage industriel et scientifique a été un élément décisif dans l’implantation et le développement de ces activités de haute technologie dans la capitale saxonne (Kowalke, 2000 ; Schmidt, 2001). Si Dresde était depuis la fin du XIXè s. un centre majeur d’intégration de la recherche et de l’industrie, c’est au temps de la RDA que se développèrent les activités électroniques, puis la microélectronique avec la constitution dans les années 1980 du Centre de Recherche sur la technologie et la microélectronique devenu ZMD (Zentrum für Mikroelektronik) en 1986. L’implantation du combinat Robotron à Radeberg près de Dresde qui fabriquait des calculatrices et des machines de bureau complétait cette base d’industries technologiques (Revilla-Diez, 2010).

32Démantelées à la suite de la réunification, ces activités n’ont pas pour autant disparu et ont même connu une renaissance spectaculaire. Celle-ci résulte de l’implantation en 1993 de l’usine de fabrication de semi-conducteurs de Siemens, puis de l’installation en 1997 de la société américaine AMD, l’un des deux principaux producteurs mondiaux de microprocesseurs qui y implante sa principale usine de fabrication de tranches de silicium (Plattner, 2003 ; Revilla-Diez, 2010). Si à la suite de la crise financière de 2008, les activités de fabrication de microprocesseurs d’AMD ont été en partie cédées à des fonds d’investissement du golfe persique pour constituer une filiale appelée Globalfoundries, le site de Dresde n’a pas été remis en cause et s’est même considérablement développé. Toutefois, au cours des derniers mois, le ciel s’est assombri sur la Silicon Saxony avec l’annonce faite en octobre 2015 par le PDG de Globalfoundries, de la suppression de 800 des 3700 emplois de l’usine afin d’augmenter la rentabilité du site de production.

33Un des secteurs qui a connu le plus grand essor depuis 2000 est celui des industries des énergies renouvelables qui s’est particulièrement développé dans l’est de l’Allemagne, profitant notamment du coût de la main d’œuvre moins élevé qu’à l’ouest. Cet essor est la conséquence directe de la loi sur les énergies renouvelables (EEG, 2000) qui a permis de quadrupler la production d’électricité issue de sources renouvelables. La multiplication des éoliennes, des cellules photovoltaïques et des centrales à biomasse installées dans le pays a favorisé le développement de tout un secteur de fabrication, d’installation et de maintenance des infrastructures qui comptait plus de 375 000 emplois en 2012. Les nouveaux Länder rassemblaient environ 97 000 emplois soit une part de 26% du total, sensiblement supérieure à leur part dans l’emploi en Allemagne (18%).

34La concentration de l’emploi à l’est était particulièrement marquée dans les activités du photovoltaïque qui comptaient 40 000 emplois sur un total de 100 000 en 2012 dans l’ensemble de l’Allemagne. Les activités de fabrication de cellules photovoltaïques y étaient particulièrement importantes avec plusieurs grosses usines des principaux constructeurs allemands, Q-Cells et Solarworld, ainsi que des fabricants étrangers comme First Solar. Ces nouvelles implantations industrielles se sont faites principalement dans le sud des nouveaux Länder, sur des sites fortement désindustrialisés dans les années 1990. Q-Cells s’est ainsi implanté dans ce qui a été alors baptisé la « Solarvalley », à Talheim près de Bitterfeld, à proximité des anciens sites de l’industrie chimique, tandis que Solarworld a construit plusieurs usines à Freiberg, ancien centre de fonderie de métaux non ferreux.

35Ce boom des activités du solaire a cependant été de courte durée car la concurrence de l’industrie chinoise a entrainé le dépôt de bilan de la plupart des fabricants allemands en 2012-2013. L’emploi dans le solaire s’est ainsi effondré, passant d’un maximum de 130 000 en 2010/2011 à 38 000 en 2014. Plusieurs sites de fabrication des nouveaux Länder ont dû ainsi fermer, notamment l’usine de First Solar à Francfort-sur-Oder. Quant à Q-Cells, après son dépôt de bilan, la société a été reprise par le fabricant sud-coréen Hanwha Solar avec lequel elle a fusionné pour devenir Hanwha Q-Cells. Mais la production de cellules photovoltaïques a été délocalisée en Malaisie et a complètement cessé sur le site allemand de Thalheim.

IV. Les limites de la ré-industrialisation des nouveaux Länder

36Les déconvenues de l’industrie du photovoltaïque illustrent l’une des faiblesses et des limites de la ré-industrialisation des nouveaux Länder. Celle-ci s’est faite essentiellement à partir d’investissements venus de l’ouest ou de l’étranger, si bien que les entreprises industrielles installées dans l’est de l’Allemagne ne sont, la plupart du temps, que des filiales de firmes dont la direction est extérieure à la région, voire même à l’Allemagne. Cela ressort très bien dans le fait qu’aucune des plus grandes entreprises industrielles allemandes n’a son siège dans les nouveaux Länder et notamment à Berlin, pourtant redevenue la capitale du pays après la réunification. Parmi les 160 sociétés allemandes cotées sur l’un des marchés boursiers (DAX, MDAX, SDAX et TecDAX), six ont leur siège social à l’est et parmi elles on trouve seulement deux entreprises industrielles, Jenoptic et Carl Zeiss Meditec implantées à Iéna (Braun et al., 2013). La quasi absence de siège social à l’est montre la dépendance presque totale de cette industrie de centres de décisions extérieurs. Que ce soit dans l’automobile ou la chimie, deux des branches les plus importantes à l’est, comme d’ailleurs dans l’ensemble de l’Allemagne, les grandes firmes ouest-allemandes ont créé des usines de fabrication ou d’assemblage qui ne jouent qu’un rôle secondaire et sont d’ailleurs de petite taille par rapport aux plus grandes usines de l’ouest (Kowalski, 2010). Seul le centre de microélectronique de Dresde occupe une place majeure dans l’ensemble de l’Allemagne et même en Europe ; mais les centres de décision des principales entreprises (Siemens, Globalfoundries) ne sont pas non plus à Dresde.

Nouveaux Länder

Anciens Länder

Nouveaux Länder/ anciens Länder (100)

Nbre d’emplois/entreprise

172

250

68,8

C. A./employé (1000 €)

265,7

315,6

84,2

C. A./entreprise (1000 €)

45 661

79 106

57,7

Salaire/employé (1000 €)

36,154

49,894

72,5

Exportation/entreprise (1000 €)

16 720

39 156

42,7

Exportation/employé (1000 €)

97,29

156,21

62,2

Part des salaires/C.A.

13,6

15,8

86

Tableau 3 : comparaison ouest-est des données structurelles sur les entreprises de l’industrie manufacturière en Allemagne en 2014

37C’est pourquoi les entreprises industrielles implantées dans l’est de l’Allemagne sont en moyenne nettement plus petites que celle de l’ouest, tant pour le nombre d’employés que pour le chiffre d’affaire qui n’atteint que 57,7% du niveau des anciens Länder (tableau 3). Dans tous les nouveaux Länder la proportion de grandes entreprises employant plus de 1000 personnes est d’ailleurs beaucoup plus faible que dans les anciens Länder (Kowalski, 2010). La faiblesse du secteur des grandes entreprises a de multiples conséquences qui expliquent pourquoi les entreprises industrielles est-allemandes sont en moyenne moins performantes, moins productives et moins exportatrices que celles de l’ouest. Une des conséquences de cette situation est que le montant des salaires par employé n’est que 72,5% de la moyenne occidentale; d’où également une part moindre de la masse salariale dans le chiffre d’affaire.

38Le faible nombre de grandes entreprises dans les nouveaux Länder explique la moindre importance des activités de recherche-développement qui sont beaucoup plus développées dans les entreprises de plus grande taille. En 2008 le nombre d’emplois dans les activités de recherche–développement était en proportion deux fois plus faible dans les nouveaux Länder (Paqué, 2009 ; Kowalski, 2010). Or ces activités sont essentielles pour la mise au point de nouveaux produits innovants et pour l’exportation qui représente une part beaucoup moins importante qu’à l’ouest avec un taux d’exportation par entreprise atteignant à peine 43% du niveau occidental (Kowalski, 2010).

39Si l’on regarde le secteur des petites et moyennes entreprises qui dominent le marché de niche sur lequel elles sont présentes (les « champions cachés » de Simon, 2007) et qui constituent véritablement le fer de lance de l’économie allemande à l’exportation, elles sont également beaucoup moins nombreuses dans les Länder de l’est. Sur les 1174 « champions cachés » recensés en Allemagne par Hermann Simon, seules 65, soit 5% du total ont leur siège social dans l’un des Länder de l’est (tableau 4). Alors que dans les Länder de l’ouest (Hambourg, Bade-Wurtemberg, Hesse, Bavière) où elles sont les plus nombreuses, on en compte de 17 à 29 par million d’habitants, dans les nouveaux Länder ce taux varie de 1 à 4 par million d’habitants, sauf pour Berlin qui se détache sensiblement avec un taux de 9,4 supérieur à celui de la Basse Saxe (tableau 4).

40Cette situation est en grande partie un héritage de l’histoire dans la mesure où la plupart de ces entreprises familiales ont été créées entre la deuxième moitié du XIXè siècle et les années qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale (Simon, 2007). Dans les Länder de l’est comme la Saxe où elles étaient nombreuses, elles ont disparu pendant la période communiste. Beaucoup de ces sociétés se sont exilées à l’ouest, notamment dans les Länder du sud de l’Allemagne (Bade-Wurtemberg, Bavière) où l’on trouve précisément la plus grande densité de ces entreprises. La société d’optique Carl Zeiss fondée à Iéna, a ainsi été transférée en Souabe (à Heidenheim an der Brenz, Bade-Wurtemberg) après la deuxième guerre mondiale. Néanmoins, depuis 1990, certains Länder de l’est comme Berlin, la Saxe et la Thuringe ont montré une dynamique de création de nouvelles entreprises leaders de leur marché, supérieure à celle des champions allemands de l’ouest. La ville de Berlin elle-même a vu naître un peu plus de ces nouvelles entreprises que Hambourg.

Land

Nbre de « champions cachés »

Population (en millions d’habitants)

Nbre de « champions cachés » par million d’hab.

Hambourg

50

1,7

29,4

Bade-Wurtemberg

277

10,7

25,9

Hesse

119

6,1

19,5

Bavière

211

12,5

16,9

Rhénanie du Nord-Westphalie

293

18,1

16,2

Rhénanie-Palatinat

59

4,1

14,4

Schleswig-Holstein

30

2,8

10,7

Sarre

10

1

10

Berlin

32

3,4

9,4

Brême

5

0,7

7,1

Basse-Saxe

55

8

6,9

Saxe

17

4,3

4

Thuringe

9

2,3

3,9

Saxe-Anhalt

3

2,5

1,2

Brandebourg

3

2,6

1,2

Allemagne

1174

82,4

14,2

Anciens Länder

1110

67,3

16,5

Nouveaux Länder

64

15,1

4,2

Tableau 4 : nombre et densité de « champions cachés » par Land (Simon, 2007)

41Si l’on fait le bilan de la désindustrialisation et de la ré-industrialisation de l’Allemagne de l’est, on constate qu’au total l’industrie a beaucoup diminué et s’est fortement contractée géographiquement. Elle a réoccupé un nombre limité des anciens espaces industriels autour des principales villes, en particulier Dresde, Leipzig, Chemnitz et Halle, alors que Berlin a été la grande ville la plus désindustrialisée avec une densité d’emplois industriels (30‰ en 2013) qui est de loin la plus faible de tous les Länder, y compris Hambourg (57‰ en 2013).

Photo 4 : la cheminée « Hohe Esse » de l’ancienne fonderie de Halsbrücke, près de Freiberg (M. Deshaies), 2013Malgré la fermeture et la destruction de l’usine, la cheminée de 140 m de hauteur, construite en 1889, domine encore aujourd’hui toute la région de Freiberg, constituant un landmark symbolique du passé industriel.

42Un certain nombre de concentrations industrielles se sont ainsi reconstituées suivant une spécialisation régionale souvent en lien avec le passé : la chimie autour de Halle, l’optique à Iéna, l’automobile et la construction de machines en Saxe occidentale autour de Zwickau et de Chemnitz, l’électronique à Dresde. De nouvelles localisations industrielles se sont aussi développées le long de certains axes autoroutiers, comme celui de l’autoroute entre Eisenach et Iéna. Plusieurs des Kreise (Wartburgkreis, Eisenach, Gotha, Ilm-Kreis) qu’elle traverse ont parmi les plus fortes proportions de population active employée dans l’industrie (figure 4). D’une manière plus générale, les Kreise situés le long de l’ancienne frontière intérieure allemande, comme ceux du sud de la Thuringe (Sonneberg, Saale-Orla Kreis), ou de l’ouest de la Saxe-Anhalt (figure 4), ont aussi beaucoup d’employés dans l’industrie. Cela est dû en partie à l’importance des migrants pendulaires allant travailler dans les usines des villes voisines de Bavière ou de Basse-Saxe, mais aussi à la présence de zones industrielles installées le long des axes de communication, à proximité de l’ancienne frontière intérieure allemande.

43Par contre, l’industrie encore si importante en 1989, a quasiment disparu dans les vallées « textiles » ou dans les bassins d’extraction des métaux des Monts métallifères et du Harz, ainsi que sur les bassins de lignite d’Allemagne centrale (Halle-Leipzig) et de Basse-Lusace. Les fonderies dont les hautes cheminées dominaient les paysages du bassin cuprifère du Mansfelder Land, sur le rebord oriental du Harz, ou de la région de Freiberg, ont pratiquement toutes été détruites, sauf lorsqu’elles ont été préservées en tant que monument historique, telle que la « Hohe Esse » de l’ancienne fonderie de Halsbrücke près de Freiberg (photo 4). Dans les bassins de lignite, toute la filière de transformation de ce combustible qui jouait un rôle si essentiel au temps de la RDA a été fermée. Il ne reste plus que des centrales thermiques ultramodernes et quelques vestiges industriels ayant survécu à la désindustrialisation, ou encore quelques rares nouvelles usines de nouveaux secteurs comme celui des énergies renouvelables.

Thuringe

Saxe-Anhalt

Campanie

Sicile

Lorraine

Franche-Comté

2000

75

76

73

75

95

102

2004

77

78

68

69

92

96

2007

78

80

66

68

88

89

2010

82

85

65

67

84

86

2013

85

86

63

61

80

82

Tableau 5 : évolution du PIB/hab. en parité de pouvoir d’achat par rapport à la moyenne européenne dans différentes régions de 2000 à 2013 (Eurostat, 2015)

Conclusion

44Malgré ses fragilités intrinsèques et ses inégalités géographiques, il n’en reste pas moins que les nouveaux Länder ont connu une véritable ré-industrialisation, évolution pour le moins inespérée au début des années 1990, lorsque rien ne semblait pouvoir arrêter l’effondrement de l’emploi et des activités de production (Möller, 1996). Certains parlaient alors d’un « Mezzogiorno à l’Est » (Siebert, 1992 ; Sinn & Westermann, 2000), c’est-à-dire d’une région condamnée à stagner à un niveau économique et social très inférieur à celui de l’ouest, malgré des transferts financiers colossaux. Si la densité d’emplois industriels des nouveaux Länder n’atteint que 75% du niveau de l’ouest, elle a nettement progressé depuis 2000 où elle n’était que de 58%. Au cours des années 2000, l’emploi industriel a même progressé en Allemagne de l’est, alors que dans le même temps il se réduisait en Allemagne de l’ouest. Les Länder à plus forte tradition industrielle de l’est (Thuringe, Saxe) dépassent désormais le niveau des Länder les moins industrialisés de l’ouest. L’Allemagne de l’est a retrouvé un niveau d’industrialisation supérieur à celui de la plupart des pays de l’ouest et du sud du continent européen. Il ne s’agit pourtant pas d’un nouveau miracle économique ; mais des résultats d’une politique volontariste de ré-industrialisation dans un contexte devenu favorable au cours des années 2000, grâce aux réformes du marché du travail (Agenda 2010) qui ont permis d’abaisser le coût de la main d’œuvre. Cette ré-industrialisation n’est pas non plus partie de rien dans la mesure où elle s’est largement appuyée sur les qualités de la main d’œuvre et sur un héritage d’activités industrielles particulièrement riche dans les Länder de Saxe et de Thuringe.

  • 10 Selon la Bundesagentur für Arbeit, le taux de chômage moyen à l’est atteignait en juin 2017, 7,3% d (...)

45Cette ré-industrialisation a été à la base de la création de richesse qui a vu au cours des années 2000 les nouveaux Länder connaître une croissance plus rapide que le reste de l’Allemagne. Le PIB/hab. en parité de pouvoir d’achat en Allemagne de l’est est ainsi passé de 64% de la moyenne nationale en 2002 à 69% en 2013. L’écart reste certes très important avec les régions de l’ouest de l’Allemagne et à ce rythme on peut douter de ce que les nouveaux Länder puissent jamais rattraper ceux de l’ouest. Néanmoins, en ce qui concerne le chômage, l’écart avec l’ouest s’est aussi réduit et la Thuringe et la Saxe ont désormais un taux de chômage moins élevé que celui de Brême ou de la Rhénanie-du Nord-Westphalie10. De plus, si on replace l’évolution de l’Allemagne de l’est dans un cadre européen, en la comparant avec celle des régions qui étaient au même niveau de PIB au début des années 2000, la performance des nouveaux Länder apparaît alors d’autant plus remarquable (tableau 5). Alors qu’au début des années 2000 les Länder est-allemands avaient un PIB/hab. proche de celui des provinces du Mezzogiorno, ces dernières étaient en 2013 à 20 points en dessous. Plus spectaculaire encore est la comparaison avec les régions de tradition industrielle du nord et de l’est de la France (Nord-Pas de Calais, Lorraine, Franche Comté) dont le PIB/hab. est aujourd’hui largement dépassé par celui des nouveaux Länder, alors qu’en 2000 elles avaient un PIB/hab. de 20 à 25 points supérieur à celui de l’Allemagne de l’est (tableau 5). La comparaison avec les vieilles régions industrielles d’Angleterre du nord ou du Pays de Galles est également à l’avantage des Länder de l’est de l’Allemagne qui ont donc plutôt mieux réussi leur reconversion que la plupart des autres régions de tradition industrielle, en recréant une industrie performante.

46En fait, le principal handicap qui pèse sur les perspectives futures de cette industrie et par là même de l’économie des nouveaux Länder est en lien avec les conséquences de l’évolution démographique. Depuis la réunification allemande, les nouveaux Länder ont perdu plus de deux millions d’habitants, soit environ 12% de leur population, pour moitié à cause des migrations vers l’ouest et pour l’autre moitié en raison du déclin de la natalité et d’un solde naturel négatif. L’une des conséquences les plus importantes de cette évolution est la diminution dramatique du nombre de jeunes dont la proportion dans la population totale a été divisée par deux depuis le début des années 1990. Du fait du vieillissement de la population, le solde naturel est devenu de plus en plus négatif ; si bien que les nouveaux Länder, hors migrations, perdent 50 000 habitants par an et devraient voir leur population diminuer de 14% d’ici à 2030. L’un des enjeux d’avenir pour l’industrie, comme d’ailleurs pour les autres secteurs de l’économie, sera de pouvoir trouver suffisamment de main d’œuvre qualifiée à employer ; ce qui paraît bien incertain dans un tel contexte démographique.

Haut de page

Bibliographie

Bender H.- U., 1989, Fundamente, Stuttgart, Klett.

Braun G., Güra T., Henn S., Lang T., Schürmann C., Voβ K., Warszycki P., 2013, Atlas der Industrialisierung der Neuen Bundesländer, Hanseatic Institute for Entrepreneurship and Regional Development an der Universität Rostock : https://www.beauftragte-neue-laender.de/BNL/Redaktion/DE/Standardartikel/atlas_der_industrialisierung_der_neuen_bundeslaender.html

Deshaies M., 2006, La reconquête des anciens bassins uranifères en Allemagne orientale ; L’Information géographique, 2006, vol. 70, p. 41-56.

Deshaies M., 2007, Réaménagement et réhabilitation des anciennes exploitations de lignite en Allemagne orientale, in Travail et paysages, Editions du CTHS, p. 321-340.

Fuchs G., Kümmerle U., Richter H., Schmidt H., 1992, Deutschland, Stuttgart, Klett.

Günther J., Michelsen C., Titze M., 2009, Innovationspotenzial ostdeutscher Regionen: Erfindergeist nicht nur in urbanen Zentren zu Hause. In: Wirtschaft im Wandel, nr 4, p. 181-192: http://www.iwh-halle.de/d/publik/wiwa/4-09-7.pdf

Günther J., Bochow A., 2005, Die Automobilindustrie in den neuen Bundsländern : http://iwh-halle.de/d/abteil/STWA/jgr/VDA_Studie_.pdf

Heimpold G., 2015, Im Fokus: Industrielle Kerne in Ostdeutschland und wie es dort heute aussieht – Das Beispiel des Chemiestandorts Bitterfeld-Wolfen, IWH, Wirtschaft im Wandel, Jg. 21 (6), 2015, S. 110-113 : http://www.iwh-halle.de/d/publik/wiwa/6-15-5.pdf

Heimpold G., 2010, Zwischen Deindustrialisierung und Reindustrialisierung. Die Ostdeutsche Industrie –ein Stabilitätsfaktor regionaler Wirtschaftsentwicklung, Information zur Raumentwicklung, Heft 10/11, 2010 : http://www.bbsr.bund.de/BBSR/DE/Veroeffentlichungen/IzR/2010/10_11/Inhalt/DL_Heimpold.pdf?__blob=publicationFile&v=2

Herbert U., 2014, Geschichte Deutschlands im 20. Jahrhundert, Verlag C. H. Beck, 1451 p.

Kowalke H., 2000, Sachsen, Perthes Länderprofile, Klett-Perthes Verlag.

Kowalski R., 2010, Die Industrie in Ostdeutschland, Situation und Perspektive : http://www.memo.uni-bremen.de/docs/m1010.pdf

Krätke S. & Scheuplein C., 2001, Produktionscluster in Ostdeutschland. Methoden der Identifizierung und Analyse. Eine Studie im Auftrag der Otto Brenner Stiftung, 224 p.

Kulke E, 2010, Wirtschaftsgeographie Deutschlands, 2 Auflage, Spektrum Verlag, 360 p.

Laabs D., 2012, Der deutsche Goldrausch, die wahre Geschichte der Treuhand, Pantheon Verlag, 385 p.

Labrousse A., 2002, L’économie est-allemande entre transfert institutionnnel, dépendance du sentier et hybridation, Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 33, 2002, n°2. Dossier: Les nouveaux Länder: un cas atypique de la transition? pp. 137-168.

Möller K. P., 1996, Nicht produzieren und trotzdem gut leben. Standort Deutschland ohne Industrie? Hannover.

Oelke E., 1997, Sachsen-Anhalt, Perthes Länderprofile, Klett Perthes Verlag, 424 p.

Paque K.-H., 2009, Die Bilanz. Eine wirtschaftsanalyse der deutschen Einheit, Hanser Verlag.

Plattner M., 2003, Cluster-Evolution im Produktionssystem der ostdeutschen Halbleiterindustrie, Reihe Wirtschaftsgeographie 21, LIT Verlag.

Ragnitz J., 2004, Der Aufbau Ost als Gegenstand der Forschung, Untersuchungsergebnisse seit 1990, Institut für Wirtschaftsforschung Halle (IWH): http://www.iwh-halle.de/d/publik/presse/16-05L.pdf

Revilla Diez J., 2010, High-Tech-Industrien und die Herausbildung regionaler Innovationssysteme in Deutschland, in Kulke E., Wirtschaftsgeographie Deutschlands, p. 183-216.

Roth H., 2006, Espaces intermédiaires en recomposition – Les campagnes industrielles allemandes en région de frontières, thèse de doctorat, sous la direction de V. Rey, ENS Lettres et Sciences Humaines, Lyon, 190 p.

Roth H., 2008, Dynamiques industrielles et mutations des espaces ruraux en Allemagne, Géocarrefour, vol. 83/4, p. 285-292.

Schmidt H., 2005, Auf dem Weg zur deutschen Einheit. Bilanz und Ausblick. Reinbeck bei Hamburg.

Schmidt H., 2001, Mutations en Saxe – potentialités de développement et disparités régionales, RGE, vol. 41, n°3, p. 81-92 : https://rge.revues.org/2844

Siebert, Horst. 1992. Das Wagnis der Einheit: Eine Wirtschaftspolitische Therapie. Stuttgart: Deutsche Verlags-Anstalt.

Simon H., 2007, Hidden Champions, Campus Verlag, 452 p.

Sinn H.-W., Westermann F., 2000, Two Mezzogiornos, CE-Sifo Working Paper No.37 : http://www.hanswernersinn.de/dcs/2001_RivistaFin60_cesifo_wp378_2000.pdf

Haut de page

Notes

1 La Treuhandanstalt ou Treuhand est une agence fiduciaire créée par le parlement est-allemand le 17 juin 1990 afin de privatiser les biens de la RDA. De 1990 à 1994, la Treuhand a ainsi privatisé 8500 entreprises qui occupaient initialement plus de 4,1 millions de personnes.

2 Deux villes industrielles ont eu des évolutions particulièrement dramatiques : Hoyerswerda, une des principales villes du bassin de lignite de Basse Lusace, a vu sa population passer de 69 000 habitants en 1989 à 34 000 en 2014 ; Eisenhüttenstadt, ville créée par le gouvernement de la RDA autour d’une usine sidérurgique, est passée de 53 000 habitants en 1989 à 27 000 en 2014.

3 Sur fond de scandale politico-financier, l’affaire la plus importante est celle du rachat en 1990-1991 de la raffinerie Leuna par Total (à l’époque Elf-Aquitaine) qui a ensuite investi sur le site plus de 4 milliards d’euros et a bénéficié de 1,4 milliard de subventions de l’Etat fédéral.

4 La densité d’emplois industriels est le rapport entre le nombre d’emplois dans l’industrie et le nombre d’habitants.

5 Wolfen est connu entre autres pour avoir été le lieu de fabrication des premières pellicules couleur AGFA, ainsi que des premiers PVC en 1936.

6 Source photo : http://www.wfv-sachsen-anhalt.de/?page_id=105.

7 C’est en effet à Zwickau qu’a été fondée l’une des toutes premières sociétés de fabrication automobile allemande, celle d’August Horch, intégrée ensuite dans l’Auto Union AG implantée à Chemnitz. Comme beaucoup d’entreprises allemandes après la seconde guerre mondiale, l’Auto Union GmbH a quitté la zone d’occupation soviétique pour être recréée à l’ouest et plus précisément à Ingolstadt en Bavière, où elle est devenue au cours des années 1960 la société Audi, une des marques automobiles les plus prestigieuses.

8 Source photo : http://www.bimmertoday.de/2014/08/08/bmw-werk-leipzig-lean-green-management-award-2014/bmw-werk-leipzig-beste-fabrik-europas-2013-auszeichnung-award-produktion-2/

9 La valeur de la production de l’industrie automobile des nouveaux Länder atteignait 23 milliards d’euros en 2013.

10 Selon la Bundesagentur für Arbeit, le taux de chômage moyen à l’est atteignait en juin 2017, 7,3% de la population active contre 5,1% en Allemagne de l’ouest. Les taux de chômage les plus élevés étaient ceux de Brême (10,2%) et de Berlin (8,8%), suivis par la Saxe-Anhalt (8,1%) et le Mecklembourg-Poméranie occidentale (8%). Mais le taux de chômage était plus élevé en Rhénanie-du Nord-Westphalie (7,3%) qu’en Brandebourg (6,7%), en Saxe (6,4%) et surtout qu’en Thuringe qui, avec 5,8 %, faisait mieux que la Sarre (6,5%) et Hambourg (6,7%). En fait, en ce qui concerne le chômage, le contraste est-ouest, encore prédominant, tend à s’effacer au profit d’un gradient nord-sud observable dans les deux parties de l’Allemagne.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Figure 1 : évolution de la part (%) de l’industrie dans le PIB des nouveaux Länder de 1991 à 2014 (source Destatis)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Légende Figure 2 : évolution de la part (%) de l’emploi industriel dans la population active des nouveaux Länder de 1991 à 2014 (source Destatis)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 3 : carte de l’industrie en RDA en 1985 (M. Deshaies, d’après Bender, 1989, modifié)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-3.png
Fichier image/png, 264k
Légende Photo 1 : le musée saxon de l’industrie à Chemnitz (M. Deshaies, 2009). Il a été installé dans l’ancienne fonderie de l’usine de machines-outils Hermann und Alfred Escher. Fermée en 1982, cette fonderie qui devait être détruite, a finalement été sauvée par la réunification et la décision d’en faire un musée de l’industrie qui a ouvert en 2003.
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Figure 4 : évolution de la part de l’emploi industriel au lieu de résidence dans la population active des différentes régions d’Allemagne de l’est de 1988 à 2011 (source Destatis, 2013)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-5.png
Fichier image/png, 228k
Légende Figure 5 : part de l’emploi industriel au lieu de résidence dans la population active des Kreise en Allemagne en 2010 (source Schürmann, 2015, Destatis, 2013)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-6.png
Fichier image/png, 391k
Légende Figure 6 : densité d’emplois industriels par Land en 2014 et évolution du nombre d’emplois industriels de 2000 à 2014 (M. Deshaies)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-7.png
Fichier image/png, 178k
Légende Figure 7 : la nouvelle industrie dans les nouveaux Länder (M. Deshaies, d’après Braun et al., 2013)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-8.png
Fichier image/png, 203k
Légende Photo 2 : le Chemiepark de Bitterfeld-Wolfen6 vue de la partie sud du parc montre les contrastes existant entre les nouvelles implantations industrielles et des espaces inoccupés, ainsi que le système de pipe-lines (au premier plan) reliant les différentes unités de production.
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Figure 8 : évolution du site chimique de Bitterfeld-Wolfen de 1989 à 2009 (M. Deshaies, d’après Haack Atlas, 2007 modifié)
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-10.png
Fichier image/png, 203k
Légende Photo 3 : l’usine BMW de Leipzig8 : située en périphérie nord de Leipzig, l’usine est emblématique des nouveaux investissements industriels réalisés dans les nouveaux Länder. Ces nouvelles usines ultramodernes sont situées à proximité des axes autoroutiers, en dehors du tissu urbain.
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Photo 4 : la cheminée « Hohe Esse » de l’ancienne fonderie de Halsbrücke, près de Freiberg (M. Deshaies), 2013Malgré la fermeture et la destruction de l’usine, la cheminée de 140 m de hauteur, construite en 1889, domine encore aujourd’hui toute la région de Freiberg, constituant un landmark symbolique du passé industriel.
URL http://journals.openedition.org/rge/docannexe/image/6295/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Deshaies, « La ré-industrialisation d’un territoire désindustrialisé : l’exemple des nouveaux Länder (Allemagne)  », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol.57 / 1-2 | 2017, mis en ligne le 26 octobre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rge/6295

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

LOTERR, Université de Lorraine, CLSH, 23, boulevard Albert Ier, 54000 NANCY <michel.deshaies@univ-lorraine.fr>

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals