Navigation – Plan du site
Humboldt et humboldtisme(s) en Russie

La réception de Humboldt dans la pensée linguistique russe, de Potebnja à Vygotskij

Brigitte Bartschat
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 13-23

Résumés

Le représentant le plus important de la philosophie du langage russe s’inscrivant dans la lignée de Wilhelm von Humboldt, est Aleksandr Afanas’evi Potebnja (1835-1891). Il poursuivit les réflexions sur la « forme interne » et appliqua ce concept à un matériau très riche issu des langues slaves. À côté de travaux sur la philosophie du langage et sur la grammaire, il fit également des recherches sur les rapports entre œuvre d’art verbale et œuvre d’art en général et livra ainsi des impulsions notables aux études littéraires. Ses élèves poursuivirent ses études de la syntaxe, mais surtout ses amorces d’une poétique et d’une théorie littéraire fondées sur la psychologie. La philosophie du langage de Potebnja donna également une impulsion non négligeable à la « psychologie historico-culturelle » de L.S. Vygotskij et aux travaux concernant le complexe « pensée-parole » qui en découlèrent chez les psycholinguistes russes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wilhelm von Humboldt, Über die Verschiedenheit des menschlichen Sprachbaues und ihren Einfluss auf (...)

1La recherche linguistique du xixe siècle voyait en Wilhelm von Humboldt le « père de la linguistique générale » (allgemeine Sprachwissenschaft), même si son système de pensée intégrait aussi toute la pensée philosophique, de l’antiquité jusqu’au xviiie siècle, et tout particulièrement les œuvres d’Immanuel Kant et d’Étienne de Condillac. Parmi les œuvres de Humboldt qui concernaient les problèmes théoriques de la recherche linguistique, c’était surtout le traité pionnier La Différence de construction du langage dans l’humanité et l’influence qu’elle exerce sur le développement spirituel de l’espèce humaine (Über die Verschiedenheit des menschlichen Sprachbaues und ihren Einfluss auf die geistige Entwicklung des Menschengeschlechts), publié en 1836 comme introduction à son œuvre sur le kavi1, qui exerça une influence déterminante sur les philosophies du langage allemandes et russes. Après une brève présentation du développement en Allemagne des théories de la forme interne, que l’on faisait remonter à cette œuvre de Humboldt, nous passerons à l’amplification que ce concept connut en Russie, historiquement tout d’abord avec Potebnja, puis chez ses élèves et jusqu’à Vygotskij.

De Steinthal à Potebnja

  • 2 Heymann Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie. Ihre Principien und ihr Verhältnis zueinander, (...)

2La thématique centrale de la philosophie du langage du xixe siècle était l’explication de la naissance du langage en liaison étroite avec la question de son être. H. Steinthal résumait cette problématique de la manière suivante : « L’être véritable du langage est destiné sans doute à rester inconnu si son origine ne peut être éclaircie, et l’origine ne se laisse percer que si l’on a une connaissance approfondie de l’être2. »

3Steinthal lui-même ne concevait tout son livre sur la grammaire, la logique et la psychologie que comme une interprétation de la notion humboldtienne de « forme interne d’une langue » (innere Sprachform). D’après Humboldt deux « principes constitutifs » étaient à l’œuvre dans le langage : le son articulé et la « formation interne » (innere Formung) comme principe d’ordre et force organisatrice (gestaltende Kraft). Pour cette dernière Humboldt n’utilisait toutefois pas encore de manière régulière dans ses travaux la désignation de « forme interne » qui devint ensuite un terme établi. Elle apparaît chez lui aussi comme « sens interne du langage » (innerer Sprachsinn) ou comme « signification originaire » (Urbedeutung) pour la sphère imagée des mots ou encore comme « forme de la langue » (Sprachform) pour les rapports syntaxiques. La « forme interne » est le propre d’une langue prise isolément, dans sa spécificité, elle exprime l’esprit de la langue/du peuple (Sprach-/Volksgeist) et contredit ainsi l’équation entre les catégories linguistiques et les catégories logiques. Ces dernières sont universelles, tandis que les catégories linguistiques prennent en compte les données de chaque langue différente. Ici, comme dans beaucoup d’autres domaines, Humboldt perçut intuitivement des problèmes théoriques sans les formuler jusqu’au bout de manière conséquente.

  • 3 Voir Manfred Ringmacher, Organismus der Sprache. H. Steinthals Weg von Humboldt zu Humboldt, Paderb (...)
  • 4 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, op. cit., p. XXII.
  • 5 Ibid., p. 314.
  • 6 En 1855 Steinthal désignait cette troisième étape comme celle du « temps historique », dans son Abr (...)
  • 7 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, op. cit., p. 314.

4C’est en ce point que Steinthal entama sa systématisation3. Comme Humboldt, Steinthal voyait dans la forme interne le principe individuel d’une langue, d’après lequel sont formés d’une part la structure sonore de la langue, d’autre part le système des représentations et des rapports entre ces représentations qui lui est propre4. Mais de manière plus systématique que Humboldt et avec une certaine logique historique, Steinthal supposait trois étapes dans le développement de la forme interne. La première est l’étape « pathognomique » où s’expriment les sentiments. La deuxième est l’étape « caractérisante » où agit l’étymologie, puisque « c’est l’étymologie qui nous révèle le sens de la forme interne de la langue, l’idée de la conscience de soi instinctive5 ». Dans la troisième n’apparaît rien de nouveau, mais l’ancien se transforme6. Le son et la signification sont à présent liés sans la médiation de la forme interne car celle-ci a été effacée de la conscience des locuteurs : « La forme interne de la langue n’est désormais plus que le point où le son et la signification se touchent, un point sans étendue et sans contenu7. »

5Alors qu’il est impossible de savoir si Humboldt part de l’ensemble de la langue ou du mot isolé lorsqu’il parle de la forme interne, Steinthal reliait explicitement la forme interne au mot isolé, au phénomène grammatical isolé. De plus il reliait la forme interne à l’etymon et plus précisément à l’étape caractérisante, mettant ainsi en même temps en évidence le fait que pour lui la forme interne dans son ensemble n’était pas identique à l’etymon. Comme Humboldt, Steinthal tenait compte exclusivement de la naissance et du développement de la forme interne, historiquement, et il travaillait lui aussi avec très peu d’exemples linguistiques.

  • 8 Anton Marty, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie I, Hall (...)
  • 9 Otto Funke, Innere Sprachform. Eine Einführung in Anton Martys Sprachphilosophie, Prager Deutsche S (...)
  • 10 Voir Brigitte Bartschat, Anton Marty (Zur Einordnung seines sprachphilosophischen Werkes), in Zeits (...)

6Les linguistes qui étudièrent ensuite de manière approfondie la forme interne dans l’aire germanique, furent le sinologue et théoricien du langage Hans Georg C. von der Gabelentz (Die Sprachwissenschaft, ihre Aufgaben, Methoden und bisherigen Ergebnisse, Leipzig, 1891) et le philosophe Anton Marty (Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik, Halle, 1908)8. C’est surtout ce dernier qui donna des impulsion importantes au développement de la théorie du langage liée à cette thématique, en cherchant à préciser plus nettement la notion de forme interne9. Il posa l’existence d’une forme dérivée de la forme interne de l’autosémantique également pour la synsémantique et intégra ainsi la syntaxe à sa réflexion. Il introduisit une distinction supplémentaire dans la forme interne entre forme interne « figurée » et forme interne « constructive », cette dernière étant conçue comme une représentation accompagnatrice qui se forme peu à peu lors de l’élaboration d’une construction dans l’actualité du discours10. Historiquement il faut cependant placer avant ces deux chercheurs la réception de Humboldt en Russie,dont Potebnja fut sans doute le représentant le plus important.

  • 11 Vera Jur’evna Franuk, Oleksandr Opanasovič Potebnja, Kiev, 1985 ; et de la même, A. A. Potebnja, Mo (...)
  • 12 A. A. Potebnja, Mysl’ i jazyk [La Pensée et le Langage], Žurnal Ministerstva narodnogo prosvešženij (...)
  • 13 L’intérêt du ministère de l’Éducation russe pour le système éducatif allemand se révèle, en plus de (...)

7Aleksandr Afanas’evič Potebnja (en réalité il faudrait écrire son nom en ukrainien : Oleksandr Opanasovič Potebnja, car Potebnja était un patriote ukrainien)11 vécut de 1835 à 1891. Ses œuvres les plus importantes sont La Pensée et le Langage (Mysl’ i jazyk) paru en 1862, les Notes sur la grammaire russe (Iz zapisok po russkoj grammatike), quatre volumes qui parurent à partir de 1874, et les Notes sur la théorie de la littérature (Iz zapisok po teorii slovesnosti) parues de manière posthume en 1905. La Pensée et le Langage12, sa première grande œuvre, était une adaptation grandiose de l’œuvre (linguistique) maîtressse de Humboldt La différence de construction du langage dans l’humanité et l’influence qu’elle exerce sur le développement spirituel de l’espèce humaine. Potebnja avait lu Humboldt dans l’original, avant même que ne paraisse, en 1859, la traduction russe de l’Introduction à l’œuvre sur le kavi. Il n’est pas vrai qu’il ait pris connaissance des œuvres de Humboldt seulement à travers l’interprétation de Steinthal, ses citations renvoient directement au texte de Humboldt. Il lut aussi dans l’original Grammatik, Logik und Psychologie (Grammaire, logique et psychologie) de Steinthal, qui ne parut en russe qu’en 1865, trois ans après la publication de La Pensée et le Langage. Entre 1862 et 1863 Potebnja disposa d’une bourse du ministère de l’Éducation russe pour étudier le sanscrit en Allemagne et se préparer ainsi à devenir professeur en Russie13. Il séjourna aussi à Berlin mais il n’existe aucune preuve qu’il y ait rencontré Steinthal. Dans son rapport adressé au ministère russe il n’en dit rien et insiste au contraire sur le fait qu’il consacre tout son temps à l’étude du sanscrit. Potebnja ne rédigea pas d’introduction pour la traduction russe de Grammaire, logique et psychologie en 1865, sans doute parce que son propre ouvrage La Pensée et le Langage livrait depuis 1862 une interprétation très approfondie de Humboldt et de Steinthal. Mais Potebnja ne se contenta pas de reprendre à son compte la théorie du langage de Humboldt, il la développa et fournit ainsi une contribution autonome à la fondation d’une linguistique générale. Malheureusement, à l’étranger, ses œuvres n’ont pas été connues de ses contemporains et n’ont donc pas été discutées et appréciées comme elles le méritaient, surtout parce qu’elles ne furent éditées qu’en russe et chez des éditeurs russes.

8Et pourtant le déséquilibre entre la linguistique générale et la linguistique historique comparée ne fut jamais aussi net en Russie qu’en Allemagne ou en Europe occidentale en général, et ceci est dû en partie à l’influence de Potebnja. Son éventail de spécialités, élaborées sur un fondement théorique commun, humboldtien précisément, était si large et son autorité scientifique si grande, qu’il n’y eut pas de scission dans le développement scientifique entre les deux courants. Nous verrons combien ses théories ont été reprises et poursuivies sans rupture par les générations suivantes, alors qu’en Allemagne il n’y eut pas de renaissance de la théorie linguistique humboldtienne avant le xxe siècle.

Petite digression sur Baudouin de Courtenay

  • 14 Jan Baudouin de Courtenay, Izbrannye trudy po obščemu jazykoznaniju [Essais choisis de linguistique (...)

9On ne peut passer sous silence dans ce chapitre russe de l’histoire des sciences le linguiste Jan Baudouin de Courtenay, de dix ans plus jeune que Potebnja, qui fut d’une certaine manière à la fois un représentant et un critique du mouvement des nouveaux grammairiens. Il occupe lui aussi une place éminente dans les recherches historico-comparatives en Russie. Ce sont surtout sa théorie des phonémes et ses travaux en typologie, en sociologie du langage et dans d’autres domaines encore qui, du point de vue de l’histoire des méthodes, ont eu une influence décisive et durable et ont contribué à fonder la linguistique du xxe siècle. Baudouin a enseigné dans différentes universités (Saint-Pétersbourg, Kazan, Tartu, Cracovie, Varsovie) et dans différents pays (Russie, Autriche et Pologne) ; il a publié dans différentes langues et, contrairement à Potebnja, également chez des éditeurs étrangers. Il soulignait lui aussi, et ce dès 1870 dans sa leçon inaugurale à Saint Pétersbourg Quelques remarques générales sur la linguistique et le langage publiée en 1871, son appartenance à la tradition humboldtienne : il voulait étudier les rapports entre la langue et les locuteurs, l’influence de la vision du monde d’un peuple sur le développement spécifique d’une langue et inversement l’influence de la langue sur la vision du monde de ses locuteurs. Son credo en la matière était le suivant : « Pour beaucoup de linguistiques ces questions font partie de l’anthropologie et de la psychologie ; à moi il me semble pourtant qu’elles se rapportent au langage, qu’elles doivent être envisagées aussi par la linguistique, d’autant plus que pour les résoudre il faut recourir à des faits […] issus de l’histoire des langues14. »

Potebnja et la forme interne du mot

  • 15 Brigitte Bartschat, Ideengeschichtliche Bezüge zwischen Hajim Steinthal und Aleksandr Afanas’evič P (...)

10En quoi consistait le traitement tout à fait particulier que donnait Potebnja aux thèmes humboldtiens ? Comme pour Steinthal, l’une des thèses centrales, si ce n’est la thèse centrale de Potebnja était la distinction entre signification et forme interne de la langue15. Chez Humboldt cette dernière était fondée théoriquement puisqu’il voulait expliciter la nature du langage à partir de la forme interne. Mais Humboldt n’utilisa que très peu d’exemples pour illustrer la forme interne. Dans le cas de la sphère imagée il cite simplement l’exemple de l’éléphant que le sanscrit nomme « celui qui boit deux fois », ou « celui qui a deux dents » ou « celui qui a une main » ; dans le cas des rapports syntaxiques, simplement le mode dans différentes langues.

11Steinthal de son côté avait surtout ajouté à ce concept fondateur l’idée de forme interne du mot et tout particulièrement les trois étapes du développement de la forme interne. Potebnja ne développa pas cette théorie des trois étapes. Sa propre contribution au concept de forme interne consiste bien plutôt en une application de cette méthode scientifique au domaine de la philosophie du langage, à celui de la théorie grammaticale et à l’étude de thèmes philologiques spéciaux. La thèse principale de sa première grande œuvre, La Pensée et le Langage, fut conservée telle quelle dans tout son programme scientifique, et des Notes sur la grammaire russe jusqu’aux Notes sur la théorie de la littérature il s’y réfère de la même manière. Mais ce sont surtout ses recherches empiriques qui lui permirent d’obtenir une conception originale et complexe des rapports entre le son, la signification et la forme interne de la langue. Il utilisa également la poésie populaire, les dialectes et le langage enfantin comme sources très riches pour comprendre la manière dont agissait la forme interne.

  • 16 Par exemple, pour le russe Belok [blanc d’œuf] cette marque distinctive était belyj [blanc].
  • 17 Potebnja sépare très nettement cette « division » du couple formé par la signification d’origine et (...)

12Tout d’abord, ce n’est pas selon lui le mot qui a une forme interne mais celle-ci lui est attribuée par l’homme. Pour Potebnja la forme interne d’un mot, prononcé par un locuteur, donne à la pensée de celui qui l’écoute une direction, mais elle ne fait qu’éveiller cette pensée sans toutefois déterminer l’acte de comprendre. La forme interne n’est donc pas pour Potebnja la signification d’une unité linguistique, mais une marque distinctive (Merkmal) qui soit est objectivement ce qui ressort le plus, soit est subjectivement évaluée ainsi par le locuteur. Cette marque sert donc de tertium comparationis, de lien entre une unité linguistique et une autre qui est dérivée à partir d’elle16. Au cours de l’évolution linguistique un tel lien peut être perdu, de telle sorte qu’un grand nombre, si ce n’est la plupart, des attributions son-signification ne peuvent plus être reconstituées parce que leur forme interne est obscurcie. Pour toute une série de telles chaînes de formes linguistiques, cet obscurcisemment est même nécessaire, car sinon le mot devrait comprendre, outre ses propres significations, également toutes les significations des mots qui l’ont précédé dans la dérivation17, ce qui surchargerait totalement le langage. Mais ces rapports restent conservés selon Potebnja comme un principe actif au sens humboldtien, par exemple dans les symboles poétiques, et pour cette raison, la forme interne peut toujours être « ramenée à la vie ». L’avantage est qu’un mot avec une forme interne conservée est imagé et donc poétique en lui-même.

13Ce champ conceptuel son-sens-forme interne, seulement esquissé ici, s’exprime également dans la théorie psychologique du mot développée par Potebnja. Pour lui il n’y a toujours qu’un seul mot qui puisse être relié à un contenu de pensée. Il n’y a pas par conséquent d’après lui de mots qui disposeraient de plusieurs sens, seulement des mots identiques du point de vue sonore, chaque petite modification de sens transformant un mot en un autre mot. Il n’y a pas de modification du sens, mais seulement la dérivation d’un mot à partir d’un autre. Cela vaut pour le lexique comme pour la formation grammaticale.

14Exemple :

(i) versta [unité de mesure de longueur, 1,06 km] – versta [pierre indiquant une verste] – versta [série, disposition] = sémantique ;

(ii) versta – versty – verste – cas nominatif, génitif, datif = grammatical

(iii) versta = mesure de longueur < sillon < virage dans le labour = historique.

Les chaînes (i) et (ii) sont encore actives aujourd’hui, (iii) accomplit étymologiquement les étapes du développement historique. Puisque la forme interne se réfère aux trois chaînes, elle ne doit pas être confondue avec la signification étymologique.

  • 18 Aleksandr Afanas’evič Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. I et II, Voronež Kharkov, 18 (...)
  • 19 Brigitte Bartschat, Grammatikographie der slavischen Sprachen, in Peter Schmitter, (éd.), Geschicht (...)
  • 20 Exemple : le genre des adjectifs est dérivé du genre des substantifs.

15La deuxième grande œuvre de Potebnja, qui porte le titre bien trop modeste Notes sur la grammaire russe18 traite en quatre volumes, publiés à partir de 1874 et dont les derniers parurent de manière posthume, le fonctionnement de la forme interne dans la grammaire à travers l’évolution de la morphologie, la théorie des classes de mots et surtout la syntaxe. Cet ouvrage représente une application aux langues slaves des thèses de philosophie du langage développées dans La Pensée et le Langage19. L’intention principale de Potebnja, qui consiste à mettre en évidence la naissance et la transformation des catégories grammaticales comme catégories psychologiques fondamentales de la pensée, est surtout démontrée à travers les catégories de « substantif » et de « verbe » et leurs fonctions dans la phrase. La linguistique est pour lui surtout syntaxe, l’insistance sur cette dernière s’expliquant à son tour par sa définition du mot : d’après Potebnja le mot ne fonctionne que dans la phrase, lorsqu’il est entouré d’autres mots. La forme interne est alors le rapport à des significations grammaticales déjà existantes, lorsque les éléments morphologiques qui s’y rattachent sont inscrits dans de nouvelles liaisons et combinaisons20. En raison de cet arrière-plan philosophique, les Notes sur la grammaire russe sont plus qu’une grammaire historique des langues slaves et surtout du russe.

  • 21 Aleksandr Afanas’evič Potebnja, Iz zapisok po teorii slovesnosti [Notes sur la théorie de la littér (...)

16Quelques mots à présent concernant le troisième ouvrage de Potebnja évoqué, les Notes sur la théorie de la littérature21. Ce dernier rassemble ses nombreux travaux préparatoires concernant la poésie populaire, les niveaux de style, la prose et la poésie, les dialectes ukrainiens, le langage enfantin, etc. Doué de sens artistique tout comme Humboldt, Potebnja tira de manière conséquente un trait d’union entre œuvre de langage et œuvre d’art, et traitait en parallèle de la forme interne du mot et de la forme interne du texte artistique. De manière générale il apparaît de manière évidente que Potebnja fut aussi bien un philosophe du langage d’inspiration humboldtienne qu’un linguiste et un grammairien, qui insérait ses découvertes en philosophie du langage dans des recherches linguistiques empiriques et inversement. En cela, il occupe une place particulière dans l’histoire des sciences du xixe siècle.

La poursuite des amorces de Potebnja :
de Charciev et Ovsjaniko-Kulikovski à Vygotskij

  • 22 V. I. Charciev, « Osnovy potiki A. A. Potebni (po lekcijam A. A. Potebni) », in Voprosy teorii i ps (...)

17A. A. Potebnja n’a pas véritablement fondé une « École », bien qu’il ait été décrit comme un excellent professeur qui savait enthousiasmer ses étudiants. Son élève et collaborateur Charciev insiste cependant sur le fait qu’il avait bien créé toutes les conditions pour une telle École, il aurait suffi que l’occasion soit saisie22. Il est vrai que son programme de travail très étendu a été poursuivi dans des directions très diverses. Citons simplement les collègues de Kharkov, les symbolistes et les formalistes russes, la psychologie et la psycholinguistique soviétiques.

18À Kharkov ce fut par exemple V. I. Charciev qui poursuivit les recherches grammaticales de Potebnja. Lors de la publication du troisième volume des Notes sur la grammaire russe en 1899, il rédigea un hommage et un commentaire détaillé de l’ouvrage. Par la suite il chercha à se rattacher à la poétique de Potebnja. Ce fut le cas également d’un autre élève de Potebnja, Dmitrij Nikolaevič Ovsjaniko-Kulikovskij (1853-1920). Ce dernier avait fait ses études à Saint-Pétersbourg et à Odessa, puis avait séjourné pendant cinq ans en Europe occidentale (Genève, Prague, Paris) tout comme Potebnja pour se préparer à devenir professeur en Russie. Après un passage par Kazan, il arriva à Kharkov en 1888, où il commença tout de suite à assister aux conférences de Potebnja. Il faut dire qu’il avait déjà brièvement rencontré celui-ci précédemment en 1884, alors qu’il soutenait un premier travail universitaire à Kharkov, dont Potebnja fut un des rapporteurs. Ovsjaniko-Kulikovskij admirait chez lui l’efficacité méthodologique avec laquelle il savait, tout à fait dans l’esprit de Humboldt, rendre transparent derrière les faits la nature, l’être profond du langage.

  • 23 Nikolaj Vasil’evi Os’makov, Psichologieskoe napravlenie v russkom literaturovedenii. D. N. Ovsjanik (...)
  • 24 Dmitrij Nikolaevi Ovsjaniko-Kulikovskij, Teorija pozii i prozy (Teorija slovesnosti) [Théorie de la (...)
  • 25 Voir note 23.
  • 26 Rainer Grübel, « Entwürfe der poetischen Sprache in der Russistik », in Helmut Jachnow (éd.), Handb (...)
  • 27 Jakobson s’opposa cependant à la théorie potebnienne du mot.

19Potebnja mourut en 1891, alors que Ovsjaniko-Kulikovskij n’était à Kharkov que depuis trois ans. Ce dernier rédigea une nécrologie, Aleksandr Afanas’evič Potebnja kak jazykoved i myslitel’ [A. A. Potebnja linguiste et penseur] qui parut dans un journal de Kiev mais aussi sous forme de petite brochure. À partir de 1892, Ovsjaniko-Kulikovskij travailla intensivement sur la syntaxe historico-comparée des langues slaves « d’après la méthode et dans l’esprit des idées de Potebnja », comme il l’écrivait en 1923 dans ses Mémoires : « S’approprier la méthode scientifique de Potebnja était le plus important, sans elle on ne pouvait espérer aboutir dans ce domaine à un travail autonome23. » Par la suite les intérêts d’Ovsjaniko-Kulikovskij se déplacèrent continuellement vers une science littéraire fondée psychologiquement24, mais il resta ici aussi fidèle aux hypothèses fondamentales de Potebnja qui, avec ses études parallèles de la forme interne du mot et du texte artistique, avait donné une impulsion décisive dans ce domaine. Dans le livre de Nikolaj Vasil’evič Os’makov sur Ovsjaniko-Kulikovskij25, Potebnja est désigné comme fondateur de la poétique linguistique. C’est ensuite Roman Osipovič Jakobson (1896-1982) qui contribua à donner à cette discipline une envergure internationale26. Jakobson connaissait naturellement les travaux de Potebnja, il travaillait lui-même en tant que linguiste et slaviste, mais était aussi un lecteur et un producteur de textes artistiques. Dans ses propres travaux sur la poétique, il développa durant des décennies, en Russie, en Tchécoslovaquie, en Suède et aux États-Unis, les amorces de Potebnja, auxquelles il se référait explicitement27.

  • 28 Sur cette question voir tout particulièrement les contributions de J. Fontaine et M. Dennes dans ce (...)

20Le postulat de Potebnja selon lequel « la nouvelle théorie littéraire doit s’appuyer sur les faits de la linguistique moderne, elle doit avoir les mêmes fondements que la théorie du langage » fut très important pour la suite du développement de la théorie littéraire, mais n’a pas toujours été retenu. Pour Ovsjaniko-Kulikovskij ce postulat devint non seulement le point de départ de ses recherches littéraires, mais il le conduisit également à une compréhension plus profonde de l’activité langagière humaine en elle-même, aussi bien dans l’utilisation quotidienne que dans l’œuvre d’art linguistique. Ses travaux ultérieurs devinrent cependant de plus en plus des analyses psycho-littéraires détaillées des grands écrivains russes, avec parfois des visées et des exigences plus journalistiques. Le traitement parallèle du mot et du texte artistique développé par Potebnja fut également repris par les théoriciens du symbolisme russe autour d’Andrej Belyj (de son vrai nom Boris Nikolaevič Bugaev, 1880-1934) et certains formalistes russes, surtout dans le cadre du cercle linguistique de Moscou fondé en 1915 et de l’ OPOJAZ de Saint-Pétersbourg fondé en 191628.

  • 29 Voir Peter Keiler, Lev Vygotskij – ein Leben für die Psychologie, Weinheim et Bâle, 2002, p. 17.
  • 30 Après les éditions en partie falsifiées parues à partir de 1934, on dispose aujourd’hui d’une nouve (...)

21Je voudrais, enfin, étendre la perspective jusqu’à la deuxième moitié du xxe siècle. Aussi bien dans le domaine de la psychologie que dans celui de la linguistique, les théories de Potebnja restèrent vivaces dans la science russo-soviétique grâce à Lev Semenovič Vygotskij (1896-1934), l’un des psychologues les plus importants du xxe siècle. Vygotskij était un psychologue de l’évolution, un psycholinguiste, un psychologe et un pédagogue de la réhabilitation, mais surtout un théoricien et un méthodologue. Il développa la « théorie historico-culturelle » de la psychologie soviétique et dans sa pensée le rapport entre pensée et parole constitue une thématique centrale. D’après le témoignage d’un ami d’école29, Vygotskij aurait lu La Pensée et le Langage de Potebnja alors qu’il était encore un écolier. L’association de problématiques linguistiques et psychologiques par Potebnja, son interprétation de Humboldt et de Steinthal ont déterminé la carrière scientifique de Vygotskij de manière décisive. Quelques mois seulement après sa mort précoce en 1934, parut Penser et parler [Myšlenie i reč’], une publication qui rassemblait des travaux menés par Vygotskij dans les années 1929-1930 et 1932-193430, et dont l’article théoriquement central « Myšlenie i reč’«  (Penser et parler) renvoie de par son titre au « Mysl’ i jazyk » (La Pensée et le Langage) de Potebnja. Nous ne dirons rien ici du destin ultérieur peu glorieux de la théorie psychologique de Vygotskij, tout à fait typique de l’Union soviétique de l’époque stalinienne. Lorsque Vygotskij fut redécouvert à partir des années 1960 à l’étranger par des linguistes, une réception plus large, intégrant d’autres disciplines, devint également possible en Union soviétique à l’ère du « dégel ».

  • 31 Voir Lev Semenovi Vygotskij, Psichologija iskusstva [Psychologie de l’art], Moscou, 1965 ; en franç (...)

22Alors que plus tard dans la vie de Vygotskij, la psychologie de l’évolution et les programmes de réhabilitation prirent de plus en plus de place, il était surtout intéressé durant les premières années de son activité scientifique par la théorie du langage et de l’art31. Comme Humboldt, Steinthal et Potebnja, il considérait la forme interne, à côté de la forme sonore (Lautform) et de la signification, comme la troisième étape dans l’évolution du mot et comme sa composante actuelle. Comme ces chercheurs il cherchait à dégager les parallèles entre forme linguistique et texte artistique. En 1925 il acheva son livre Psichologija iskusstva (Psychologie de l’art), qui ne put toutefois paraître qu’en 1965. Ce livre révèle un Vygotskij historien de l’art et psychologue. Notons ici qu’il s’y réfère sur plus de trente pages à Potebnja. Il reprend à ce dernier sa méthode en théorie linguistique et aussi l’incitation à ne pas seulement préciser le domaine d’investigation de la psychologie, mais à l’étendre aussi à des domaines voisins, principalement à l’art et à la théorie littéraire. Il reprend par conséquent aussi la thèse de Potebnja qui veut que si l’on prend une série de synonymes, la forme interne de chacun d’entre eux oriente la pensée de manière différente. Il cite l’exemple suivant : mesjac et luna signifient tous deux » lune », mais ont des formes internes différentes. Mesjac se rapporte à la mesure du temps d’après les phases de la lune, luna renvoie à l’inconstance, l’instabilité de notre satellite terrestre ; ce qui veut dire que nous aboutissons au même résultat du point de vue du contenu, mais au moyen de processus de pensée différents.

  • 32 A. N. Leont’ev, Probleme der Entwicklung des Psychischen, Berlin, 1964.
  • 33 A. N. Leont’ev, Dejatel’nost’ – Soznanie – Linost’, Moscou, 1975 ; en allemand : Tätigkeit – Bewuss (...)
  • 34 A. A. Leont’ev, Slovo v reevoj dejatel’nosti. Nekotorye problemy obščej teorii reevoj dejatel’nosti(...)
  • 35  T. R. Kijak, O ‘vnutrennej forme’ leksičeskich edinic [La ‚forme interne’ de l’unité lexicale], in (...)
  • 36 Dans la préface de l’édition allemande de Pensée et langage de 2002 est évoqué le projet d’un « dic (...)

23Du point de vue de la psychologie linguistique, c’est la psychologie historico-culturelle de Vygotski qui est importante, parce qu’elle fonde le développement du psychisme humain d’un point de vue historico-culturel, comme mécanisme d’appropriation de formes et de types d’activité sociales, constitués dans la vie en société. Dans les décennies qui suivirent son décès, ces recherches furent poursuivies, dans une optique beaucoup plus étroite, principalement par ses collègues Aleksandr Romanovič Lurija (1902-1977), et plus encore Aleksej Nikolaevi Leont’ev (1903-1979)32, qui placèrent l’accent exclusivement sur des recherches concernant l’activité linguistique. A. N. Leont’ev publia en 1975 Activité – conscience – personnalité (Dejatel’nost’ – Soznanie – Linost’)33. Cette idée d’une analyse psychologique de l’activité d’après des actions à visée précise qui la réalisent devint le programme dominant de la psychologie linguistique soviétique auquel se rattacha également Aleksej Alekseevi Leont’ev, le fils de A. N. Leont’ev34. Il faut également évoquer dans ce contexte un article de T. R. Kijak, proche de la psycholinguistique de Leont’ev. Kijak tire ses arguments de la notion de « forme interne » chez Potebnja, mais travaille de manière rigoureusement synchronique et réduit la forme interne au niveau lexical. La forme interne est envisagée comme l’image sur laquelle se fonde la dénomination dans les différentes activités linguistiques de l’homme. Cette image sert à l’auditeur de repère pour la compréhension, ne fixe toutefois cette dernière que de manière plus ou moins contraignante. La fonction psycholinguistique de la forme interne consiste selon lui à permettre à notre mémoire de stocker des unités lexicales à l’aide de représentations aperceptés35. Cette théorie de l’activité linguistique (Teorija rečevoj dejatel’nosti) renvoie directement aux travaux de Vygotskijs sur la structure générale de l’activité. Ce concept extrêmement influent ne fut complété que durant les dernières décennies par la reprise de toutes les autres facettes de l’œuvre de Vygotskij et ce faisant aussi, par une appréciation élargie de ses sources et tout spécialement de l’œuvre de Potebnja36.

Haut de page

Notes

1 Wilhelm von Humboldt, Über die Verschiedenheit des menschlichen Sprachbaues und ihren Einfluss auf die geistige Entwicklung des Menschengeschlechts (1836), History of Linguistics, 18th and 19th Century German Linguistics, vol. V, Londres, 1995. En français : W. von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, trad. par P. Caussat, Paris, 1974.

2 Heymann Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie. Ihre Principien und ihr Verhältnis zueinander, Berlin, 1855, p. 229.

3 Voir Manfred Ringmacher, Organismus der Sprache. H. Steinthals Weg von Humboldt zu Humboldt, Paderborn, 1996.

4 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, op. cit., p. XXII.

5 Ibid., p. 314.

6 En 1855 Steinthal désignait cette troisième étape comme celle du « temps historique », dans son Abriss der Sprachwissenschaft (1871) elle apparaît sous le nom d’« usage linguistique » (Sprachgebrauch).

7 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, op. cit., p. 314.

8 Anton Marty, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie I, Halle/Saale, 1908.

9 Otto Funke, Innere Sprachform. Eine Einführung in Anton Martys Sprachphilosophie, Prager Deutsche Studien 32/1924, Reichenberg [Fac-similé Hildesheim, 1974]; et Otto Funke, « Zur Frühgeschichte des Terminus “(Innere) Sprachform”. Beiträge zur Einheit von Bildung und Sprache im geistigen Sein », in Gerhard Haselbach et Günter Hartmann (éds.), Festschrift zum 80. Geburtstag von Ernst Otto, Berlin, 1957.

10 Voir Brigitte Bartschat, Anton Marty (Zur Einordnung seines sprachphilosophischen Werkes), in Zeitschrift für Sprachwissenschaft und Kommunikationsforschung 43/1990, p. 397-411.

11 Vera Jur’evna Franuk, Oleksandr Opanasovič Potebnja, Kiev, 1985 ; et de la même, A. A. Potebnja, Moscou, 1986. Voir également Chrestomatija po istorii russkogo jazykoznanija, Pod red. Fedota Petrovia Filina, Moscou, 1973 ; V.A. Greko, Semantieskaja terminologija A. A. Potebni kak sistema (K strukture leksieskogo znaenija), in V. J. Franuk (éd.), Naukova spadšina O. O. Potebni i suasna filologija, Kiev, 1985 ; Karl Gutschmidt, Forscherpersönlichkeiten in der sprachwissenschaftlichen Russistik, in Helmut Jachnow (éd.), Handbuch der sprachwissenschaftlichen Russistik, Wiesbaden, 1999, p. 1136-1137.

12 A. A. Potebnja, Mysl’ i jazyk [La Pensée et le Langage], Žurnal Ministerstva narodnogo prosvešženija [Revue du ministère de l’Instruction nationale], Saint-Pétersbourg, 1862. [1913, 1922, Odessa].

13 L’intérêt du ministère de l’Éducation russe pour le système éducatif allemand se révèle, en plus de l’envoi régulier de jeunes chercheurs dans les universités allemandes, également dans la fondation du séminaire philologique russe impérial à Leipzig en 1873, une institution de formation pour les bacheliers russes financée par le ministère de l’Éducation depuis Saint-Pétersbourg. Ce séminaire exista jusqu’en 1890, reprit ses activités en 1913 puis fut interrompu par la Première Guerre mondiale.

14 Jan Baudouin de Courtenay, Izbrannye trudy po obščemu jazykoznaniju [Essais choisis de linguistique générale]I et II (éd. V. P. Grigor’ev et A. A. Leont’ev), Moscou, 1963, p. 74.

15 Brigitte Bartschat, Ideengeschichtliche Bezüge zwischen Hajim Steinthal und Aleksandr Afanas’evič Potebnja, in: Werner Bahner, Joachim Schildt, Dieter Viehweger (éds.), Proceedings of the Fourteenth International Congress of Linguists, Berlin/RDA, 10-15 août 1987, vol. III, Berlin, 1987, p. 2607-2610.

16 Par exemple, pour le russe Belok [blanc d’œuf] cette marque distinctive était belyj [blanc].

17 Potebnja sépare très nettement cette « division » du couple formé par la signification d’origine et la signification dérivée. Dans cette dernière c’est selon lui toujours la signification du mot dans son ensemble qui est concernée et non seulement une marque distinctive comme dans le cas de la « forme interne ».

18 Aleksandr Afanas’evič Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. I et II, Voronež Kharkov, 1874. Le volume III (d’après des cycles de conférences datant de 1885-1890), édité par la femme de Potebnja et préfacé par V. I. Charciev, parut à Kharkov en 1899.

19 Brigitte Bartschat, Grammatikographie der slavischen Sprachen, in Peter Schmitter, (éd.), Geschichte der Sprachtheorie, vol. 6; Sprachtheorien der Neuzeit III. Sprachbeschreibung und -Sprachunterricht, Tübingen, 2005.

20 Exemple : le genre des adjectifs est dérivé du genre des substantifs.

21 Aleksandr Afanas’evič Potebnja, Iz zapisok po teorii slovesnosti [Notes sur la théorie de la littérature], Kharkov, 1905 (première édition à Kharkov en 1894 sous le titre : Iz lekcij po teorii slovesnosti. Basnja, poslovica, pogovorka [Extraits des leçons sur la théorie de la littérature. Fable, proverbe, dicton]).

22 V. I. Charciev, « Osnovy potiki A. A. Potebni (po lekcijam A. A. Potebni) », in Voprosy teorii i psichologii tvorčestva [Questions de théorie et de psychologie de l’art], t. 2, Saint-Pétersbourg, 1910.

23 Nikolaj Vasil’evi Os’makov, Psichologieskoe napravlenie v russkom literaturovedenii. D. N. Ovsjaniko-Kulikovskij [Le courant psychologique dans la critique littéraire russe. D.N. Ovsjaniko-Kulikovskij], Moscou, 1981.

24 Dmitrij Nikolaevi Ovsjaniko-Kulikovskij, Teorija pozii i prozy (Teorija slovesnosti) [Théorie de la poésie et de la prose (Théorie de la littérature)], Moscou-Pétrograd, 51923.

25 Voir note 23.

26 Rainer Grübel, « Entwürfe der poetischen Sprache in der Russistik », in Helmut Jachnow (éd.), Handbuch der sprachwissenschaftlichen Russistik, Wiesbaden, 1999, p. 1245-1273.

27 Jakobson s’opposa cependant à la théorie potebnienne du mot.

28 Sur cette question voir tout particulièrement les contributions de J. Fontaine et M. Dennes dans ce volume.

29 Voir Peter Keiler, Lev Vygotskij – ein Leben für die Psychologie, Weinheim et Bâle, 2002, p. 17.

30 Après les éditions en partie falsifiées parues à partir de 1934, on dispose aujourd’hui d’une nouvelle traduction allemande à partir du manuscrit original : voir L. S. Vygotskij, Denken und Sprechen. Psychologische Untersuchungen, édité et traduit du russe par Joachim Lompscher et Georg Rückriem, avec une postface d’Alexandre Métraux, Weinheim et Bâle, 2002. Édition française : La Pensée et le Langage, trad. de Françoise Sève, 3e éd. fr., Paris, 1997.

31 Voir Lev Semenovi Vygotskij, Psichologija iskusstva [Psychologie de l’art], Moscou, 1965 ; en français : Psychologie de l’art, trad. de Françoise Sève, Paris, 2005.

32 A. N. Leont’ev, Probleme der Entwicklung des Psychischen, Berlin, 1964.

33 A. N. Leont’ev, Dejatel’nost’ – Soznanie – Linost’, Moscou, 1975 ; en allemand : Tätigkeit – Bewusstsein – Persönlichkeit, Berlin, 1979.

34 A. A. Leont’ev, Slovo v reevoj dejatel’nosti. Nekotorye problemy obščej teorii reevoj dejatel’nosti [Le mot et l’activité linguistique. Quelques problèmes de la théorie de l’activité linguistique], Moscou, 1965.

35  T. R. Kijak, O ‘vnutrennej forme’ leksičeskich edinic [La ‚forme interne’ de l’unité lexicale], in Voprosy jazykoznanija [Questions de linguistique] 3/1987.

36 Dans la préface de l’édition allemande de Pensée et langage de 2002 est évoqué le projet d’un « dictionnaire Vygotskij », qui serait en cours de réalisation à Moscou sous la direction de A. A. Leont’ev.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Bartschat, « La réception de Humboldt dans la pensée linguistique russe, de Potebnja à Vygotskij », Revue germanique internationale, 3 | 2006, 13-23.

Référence électronique

Brigitte Bartschat, « La réception de Humboldt dans la pensée linguistique russe, de Potebnja à Vygotskij », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/103 ; DOI : 10.4000/rgi.103

Haut de page

Auteur

Brigitte Bartschat

Professeur émérite d’histoire de la linguistique à l’Université de Leipzig

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals