Navigation – Plan du site

Franz Grillparzer – un second Schiller ? : la visite du classique autrichien à Weimar (1826) et sa contribution au centenaire de la naissance de Schiller (1859)

Anne Wagniart
p. 175-194

Résumés

Après Schiller et Goethe, Franz Grillparzer, dans la première moitié du xixe siècle, haussa lui aussi la tradition renaissante allemande à un niveau classique. Il porta à son apogée la tradition impériale qui seule peut être qualifiée de suprarégionale. L’article étudie la relation du classique autrichien au classicisme weimarien. Schiller et Goethe furent pour Grillparzer des modèles de référence à partir desquels il orienta dès sa jeunesse sa propre création. Une visite à Weimar le confirma dans sa vocation de poète : Goethe l’accueillit comme un second Schiller, la cour lui offrit la direction du théâtre de Weimar. Mais pour Grillparzer, seule Vienne, en achevant la tradition renaissante autrichienne, donnait à l’Allemagne la possibilité de créer un théâtre classique véritablement universel. Aussi, lors du tendancieux jubilé Schiller de 1859, joua-t-il un rôle plutôt piteux. Le comité célébra Schiller comme un hardi partisan du libéralisme et de l’unité nationale. Le rêve de l’achèvement par l’Autriche de la tradition renaissante allemande se révéla être intempestif à l’ère des nationalismes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lettre de Catharina Elisabeth Goethe à son fils du 25 décembre 1807 : “ Und du und Schiller ihr se (...)

1Si en dehors de l’Allemagne, on a longtemps nié l’existence d’un classicisme allemand et si on continue à avoir quelque difficulté à situer ce dernier venu dans l’histoire culturelle européenne, les Allemands considérèrent en revanche, dès le début du xixe siècle, Goethe et Schiller comme leurs classiques, comme les représentants de l’âge d’or de leur littérature moderne. Deux ans déjà après la mort de Schiller, l’espiègle Catharina Elisabeth Goethe prédit ainsi à son fils que les dioscures de Weimar partageraient le sort des classiques latins, Horace, Ovide et Tite-Live, et qu’ils seraient disséqués comme eux au grand dam de la jeunesse1.

  • 2  Classique était pour eux une œuvre qui était soit exemplaire par sa qualité, soit obéissait à l’id (...)

2Goethe et Schiller gardèrent certes leurs distances face à l’idolâtrie des contemporains qui ne pouvait qu’entraver leur créativité, mais ils étaient conscients du progrès qu’ils avaient fait accomplir aux lettres allemandes après plus de deux cents ans de patriotisme culturel et d’efforts renaissants. Aussi utilisaient-ils le terme classique librement et dans toutes ses acceptations, lui donnant tour à tour un sens normatif, stylistique, historique ou chronologique2. Quant à leur propre classicité, si la modestie leur imposait de ne pas la revendiquer, ils n’en doutaient point.

3Le dramaturge autrichien Franz Grillparzer (1791-1872) eut également dès ses débuts la conviction – parfois chancelante – d’être un des plus grands poètes allemands. Il eut la malchance d’écrire à une période creuse, juste après les classiques de Weimar. Les critiques étaient alors souvent persuadés que la littérature ne pouvait plus atteindre l’apogée antérieur, et les hommes de lettres commencèrent aussi à préférer l’engagement politique au travail esthétique. Mais Grillparzer avait la certitude d’être le successeur des Weimariens et de compter un jour comme eux parmi les grands noms de la culture allemande.

  • 3  Sur Grillparzer et la musique, cf. Jean-François Candoni et Stéphane Pesnel, Der Arme Spielmann ou (...)

4Grillparzer a en effet été accueilli par Goethe comme un deuxième Schiller en 1826 et sacré poète classique par Heinrich Laube, alors directeur du Burgtheater, lors de la célébration du centenaire de la naissance de Schiller à Vienne en 1859. On n’a cependant plus guère l’habitude aujourd’hui de placer le poète autrichien aux côtés des dioscures de Weimar et de comparer son « classicisme » au leur. Ce qu’on appelle « classicisme viennois » ne désigne qu’un apogée musical, les œuvres de Mozart, de Haydn, et de Beethoven – dont Grillparzer était un grand admirateur3. L’historiographie culturelle a en cela été fidèle au préjugé qui veut que l’Autriche ait délaissé la culture du verbe au profit de celle de l’image et de la musique. Aussi le mouvement renaissant allemand, dont le classicisme de Weimar constitue le principal aboutissement, déboucha-t-il du temps de Grillparzer déjà sur le nationalisme littéraire qui mit les grands auteurs au service de l’unité politique à venir de l’Allemagne autour de la Prusse. Rejetant cette tendance sans pouvoir l’empêcher, Grillparzer partagea le sort de son pays et fut écarté de l’histoire culturelle allemande – de la Kulturnation à laquelle il était autant attaché qu’à la nation politique autrichienne – pour être cantonné dans le rôle d’un classique autrichien.

  • 4  Der habsburgische Mythos in der österreichischen Literatur, Salzburg, 1966.
  • 5  Sur ce sujet cf. Hilde Haider-Pregler, “ König Ottokars Glück und Ende – Ein “Nationales Festspiel (...)
  • 6  C’est aussi l’avis d’Alfred Doppler, “ Eine österreichische Variante der deutschen Literatur. Fran (...)

5Par une partie de sa production dramatique (La fortune et la mort du roi Ottokar, Un fidèle serviteur de son maître et Les Frères ennemis dans la maison de Habsbourg), il prolonge la deuxième tradition renaissante spécifique de l’Allemagne, la seule qui put se réclamer d’une dimension suprarégionale, celle d’une littérature impériale. Grillparzer devint ainsi le fondateur moderne de ce que Claudio Magris a appelé le mythe habsbourgeois4 et mérite d’être qualifié de classique autrichien, parce que son œuvre couronne les efforts d’un Wolf Helmhard von Hohberg et d’un Johann Christian Hallmann au xviie siècle, puis ceux des frères von Collin juste avant lui, pour ne nommer que quelques représentants de cette tradition patriotique encore méconnue. Or, en faisant de Grillparzer le chantre de l’État des Habsbourg, on a précipité son œuvre dans l’oubli, à mesure que les occasions de glorifier l’Autriche se faisaient rares sur les scènes de théâtre5. En négligeant ses relations avec les classiques de Weimar, on tend à oublier qu’au-delà des différences régionales dues au morcellement politique et à la scission confessionnelle, les grands écrivains allemands se nourrirent jusqu’à Grillparzer d’un patrimoine culturel renaissant commun au Saint-Empire et à la Confédération germanique. La rupture n’est intervenue que du temps de Grillparzer. Pour lui, l’Autriche était encore une région culturelle allemande comme une autre6, une région à laquelle il était certes « viscéralement » attaché comme il le disait lui-même, mais dont il espérait rien moins que le prochain apogée culturel du monde germanique.

  • 7  Avec Hallmann et Lohenstein, le premier théâtre national né dans la Silésie protestante du xviie s (...)
  • 8  “ Deutsches Theater ”, in Goethes Sämtliche Werke. Jubiläumsausgabe, vol. 37, Schriften zur Litera (...)

6Durant la période renaissante et classique, les échanges entre Vienne l’impériale, considérée comme la capitale politique de l’Empire, mais traditionnellement hostile à la littérature vernaculaire, et les autres centres de la culture littéraire allemande qu’ont été successivement la Silésie, la Saxe, Hambourg et Weimar avaient toujours existé7. Encore en 1813, Goethe rappela que la vraie patrie du théâtre était l’Allemagne du Sud8. Croyant qu’après Weimar c’était à présent à Vienne et à lui de donner leur grand théâtre aux Allemands, Grillparzer se plaçait donc à la fin d’une longue tradition. L’Histoire a ruiné cet espoir du vivant de l’auteur – si bien qu’on ne sait plus aujourd’hui que Grillparzer passait de son vivant pour un deuxième Schiller et que ce rôle ne lui aurait pas déplu s’il n’avait préféré être lui-même.

7En concentrant notre étude sur deux moments décisifs dans la vie de Grillparzer, la visite chez Goethe à Weimar en 1826 et sa participation au centenaire de la naissance de Schiller en 1859, on essaiera de définir les liens qui unissaient Grillparzer aux dioscures de Weimar. Il sera aussi question des moments de rupture dus à l’originalité esthétique du classique viennois et au changement de paradigme historique, la transition de l’époque renaissante et de l’Ancien Régime à l’ère des nationalismes et de la littérature universelle.

Grillparzer, Schiller et Goethe

  • 9  On citera en général l’œuvre de Grillparzer d’après l’édition historique et critique d’August Saue (...)

8Après s’être formé à la lecture de Schiller – son premier essai dramatique, Blanche de Castille, et son premier succès, L’Aïeule, sont fortement influencés par Don Carlos et La Fiancée de Messine – Grillparzer découvre l’œuvre de Goethe vers 1810 avec les Souffrances du jeune Werther. Cette lecture provoque ce que Grillparzer à appelé sa « conversion » : de schillérien, il devient goethéen. Quand la présence des troupes napoléoniennes en 1809 rendit possible la publication des œuvres de Goethe à Vienne, Grillparzer les acquit au plus vite pour « plonger ses regards avec un désir indescriptible dans les profondeurs d’un esprit indiciblement délicat »9. La lecture du Faust finit par détourner l’adolescent de son ancienne idole, Schiller, dont l’idéal formel – la tragédie classique en iambes – contraste avec les libertés prises par Goethe dans Faust. La forme schillérienne a donné à l’adolescent un modèle pour la création, mais la thématique des drames de Goethe, en particulier la problématique du sujet moderne et du poète, le fascine. L’emprise est totale. Il s’identifie à Faust et au Tasse – l’influence du dernier drame est d’ailleurs sensible dans sa Sappho :

  • 10  Ibid.

[Faust], cet homme audacieux et intéressant dans lequel je me retrouvais si souvent moi-même, ou du moins croyais me retrouver, [...] détourna mon âme pour toujours des grossières et grotesques esquisses de Schiller et décida de mon amour pour Goethe. Mais ce qui lui donna son assise inébranlable, ce fut la découverte du Tasse. Comment cette nature de poète aurait-elle pu être étrangère à un poète ? Je croyais que c’était moi-même qui parlait, agissait et aimait à travers le Tasse ; il me semblait que Goethe avait simplement mis en mots mes propres sentiments, je me retrouvais dans chaque sentiment, dans chaque discours, dans chaque parole. Iphigénie, Clavigo, Frère et Sœur, Egmont portèrent à son comble l’admiration que m’avaient inspirée les premières pièces et j’idolâtrais Goethe10.

9En s’identifiant au Tasse, Grillparzer s’identifie aussi à Goethe en qui il a ainsi trouvé son idéal absolu du poète ; un idéal dont il comprend cependant qu’à la différence du modèle schillérien, il condamne celui qui serait trop influencé par lui à la condition d’épigone. Dès 1810, Grillparzer avait daté sa « mélancolie » de la découverte de l’œuvre de Goethe, qui lui paraissait en tout supérieure à ses propres productions :

  • 11  Ibid., p. 50 sq.

Et néanmoins de cette époque date aussi le début de ma tristesse, de ma mélancolie [...]. Au début, je lisais Schiller tout en écrivant ma Blanche de Castille et jamais il ne me vint à l’idée de douter de l’excellence de ce drame et de mon grand talent de poète, car Schiller était mon idole, mon modèle et j’avais l’impression (peut-être par vanité) que j’étais en bonne voie de l’atteindre. Tout naturellement cela m’exaltait et me donnait du courage et des forces, mais Goethe me transporta dans un tout autre univers. Là, je ne me proposais plus d’imiter des traits, certes vigoureux, mais larges, mon modèle n’étaient plus [...] des fresques, mais de délicates miniatures et – je sentais ma main trop faible ! [...] Bref, tout ce que j’avais écrit jusque-là me paraissait insupportable, maladroit et informe... [...] Mon orgueil s’en trouva sérieusement affecté11.

  • 12  Journal 1836, HKA I, 14, p. 87, no 3251 a.

10Cette vue fort personnelle des choses ne changera jamais. En 1836 encore, le poète affirme que si Schiller peut être un modèle pour les jeunes talents parce que son œuvre est exemplaire dans le genre dramatique, Goethe est trop individuel pour pouvoir être imité sans danger12.

11Ce jugement tient au fait que Goethe investit jusqu’au fond de sa pensée, alors que Schiller lui fournit seulement un moule formel dans lequel il peut couler ses propres idées. Dans une note de journal du 30 juin 1810, Grillparzer décrit la lecture différente, plus ou moins « productive », qu’il fait des œuvres de Schiller et de Goethe :

  • 13  Journal du 30 juin 1810 HKA II, 7, p. 56 sq.

Je lisais récemment La Pucelle d’Orléans de Schiller et elle m’émut véritablement beaucoup. [...] Tout d’abord je regrettais presque d’avoir été injuste envers Schiller, mais en réfléchissant plus longuement, à tête reposée, je m’aperçus d’un phénomène qui n’est pas nouveau, mais dont je ne m’étais jamais rendu vraiment compte. [...] J’ai l’habitude de réciter des vers à haute voix, du moins ceux de qualité, et il se produit quelque chose de bizarre. La mélodie des vers, le rythme ascendant et descendant, l’expression douce, suave ou impérieuse de la voix mettent en route mon imagination, des images passées, à moitié effacées revivent dans mon esprit, des idéaux attrayants se forment, je m’enthousiasme, mais non pas pour ce que je lis, non pas pour les idées qu’exprime ma bouche, mais pour d’autres, bien plus belles [...] ; il naît des images souvent totalement étrangères et ce sont elles que mon esprit récite, si je puis dire, sur les vers que je lis, à peu près de la même manière que j’ai souvent chanté des paroles sur une partition que j’avais devant les yeux, mais qui n’était pas du tout destinée à être chantée ; les vers que je lis ne sont pour moi que l’accompagnement du texte que j’ai dans ma tête. Cela m’arrive (à certains moments) avec tous les poètes, Goethe mis à part [...] – et c’est ce qui m’arriva récemment à la lecture de La Pucelle d’Orléans13.

  • 14  Journal du 19 juin 1810, HKA II, 7, p. 48 sq.

12Grillparzer lit Schiller comme un palimpseste, en découvrant sous la prosodie schillérienne ses propres vers. C’est qu’il apprécie peu la critique sociale présente dans Intrigue et Amour et rejette l’œuvre spéculative de Schiller, « sa manie ridicule et maladroite de vouloir faire le philosophe »14. Mais il a aussi du mal à accepter l’influence de Schiller sur Goethe – il a osé introduire une scène dans Egmont ! – et sur ses propres débuts dramatiques.

  • 15  Cf. le journal du 12 avril 1834 (HKA II, 9, 56).
  • 16  Journal 1827, HKA II, 8, no 1674.
  • 17  Cf. son autobiographiede 1853, HKA I, 16, p. 214 sq. Fut-ce seulement l’amour de la boutade qui fi (...)

13Si Grillparzer a toujours désigné Goethe comme le plus grand poète allemand, il n’a, après sa défection de jeunesse, toutefois jamais omis de rendre aussi justice à Schiller. Il ne négligeait pas l’idéal formel dont il lui était redevable et qui comptait autant pour lui que le fond15. Schiller présentait selon lui le compromis idéal entre l’idéal formel trop strict du théâtre classique français et la trop grande liberté de Shakespeare. De même, Grillparzer célébrait en Schiller « le dernier véritable poète populaire »16, le grand dramaturge qui fascinait et élevait les sentiments de la nation. Par ailleurs, il était plutôt critique par rapport au Bildungstheater élitiste de Weimar17. Lorsque le poète autrichien fut nommé d’abord membre de l’association Schiller de Leipzig (1855), puis docteur de l’Université de cette ville (et de Vienne) en l’honneur du jubilé de 1859, il en fut fort honoré et remercia ces institutions en soulignant qu’il était le plus grand admirateur de Schiller en Allemagne et qu’il avait toujours suivi son exemple.

  • 18  Grillparzer calquait le schéma de la littérature classique allemande sur le poètes du siècle d’or (...)
  • 19  Cf. HKA I, 14, p. 96 sq.

14Schiller et Goethe ont ainsi été les deux plus grands modèles poétiques allemands de Grillparzer qui a par ailleurs puisé son inspiration dans les sources multiples de la « littérature universelle » alors disponible, notamment chez Shakespeare, Calderon et Lope de Vega18. Il a toujours mis la lecture des classiques weimariens à profit pour sa propre création. S’il n’a pas manqué de les critiquer, il n’a jamais remis en question leur prédominance dans les lettres allemandes. Le règne de Schiller et de Goethe sur le Parnasse allemand était pour le poète de l’Ancien Régime aussi incontestable dans son principe que celui des Habsbourg en Autriche. Critiquer les deux phares de sa nation, comme il devint à la mode après les guerres de libération de 1813-1814, une tendance qui fut prolongée par les écrivains de la Jeune Allemagne, relevait pour Grillparzer d’une pulsion séditieuse et autodestructrice19.

  • 20  Cité d’après l’édition de Stefan Hock, Grillparzers Werke in 16 Teilen, Berlin alibi, 1911, XIII,  (...)
  • 21  HKA I, 14, p. 119 et 169 sq.
  • 22  HKA II, 11, journal no 4077, 1852-1853.

15Or, s’il rejetait la littérature politique née à la suite des guerres anti-napoléoniennes, il n’acceptait pas non plus le culte inconditionnel du classicisme allemand – ni le Dalai-Lama-Dienst des Goethéens – qui étouffait la créativité de sa génération. Pour Grillparzer, il s’agissait avant tout de trouver une voie pour créer lui-même et de prolonger ainsi l’héritage de Weimar. Les deux tendances de la littérature allemande moderne qu’il distingua en 1836, la « poésie en robe de chambre » (Schlafrockpoesie) cultivée par les imitateurs du vieux Goethe et la « poésie politique » (radikale Poesie)20 qui pouvait se réclamer de Schiller et qui prônait l’unité allemande et le libéralisme politique, étaient ainsi pour Grillparzer également fausses. L’Histoire de la littérature nationale allemande de G. G. Gervinus, dont il commente les quatre éditions entre 1835 et 1856, agace Grillparzer en raison de sa tendance nationaliste, anti-classique et libéralo-populaire. Quand Gervinus conseille aux poètes de son temps d’arrêter d’écrire pendant cinquante ans, puisque la littérature allemande avait été portée à sa perfection par Goethe, Grillparzer réplique que les critiques littéraires devraient laisser cinquante ans de répit aux poètes pour se remettre de leurs exigences déplacées21. En 1849, Gervinus juge l’époque de l’esthétique révolue. Selon lui, elle devait céder la place à une période politique – un comble d’absurdité pour le libéral conservateur autrichien Grillparzer qui ne saurait se résoudre à faire de la littérature la propédeutique de la liberté politique et de Goethe et Schiller les précurseurs bornés des professeurs libéraux de Göttingen : Gervinus et Dahlmann22.

16Si Goethe et Schiller devaient avoir une descendance, Grillparzer est sûr que ces descendants seraient des poètes et qu’ils éliraient domicile à Vienne. À la fin de sa critique de Gervinus, il souligne donc que les classiques de Weimar pourraient encore être égalés, voire supplantés :

  • 23  Ibid.

Car bien qu’il soit très probable que des siècles passeront avant que naisse en Allemagne un poète qui puisse être comparé à Goethe et à Schiller ou bien même leur être préféré parce qu’il aurait accompli un progrès par rapport à eux, il n’y a toutefois aucune raison de tenir pour impossible qu’aujourd’hui déjà vit un poète encore inconnu qui, par une œuvre paraissant dès demain, dépassera ces deux poètes et tous les autres qu’il y a eu jusqu’à maintenant23.

  • 24  Cf. la lettre écrite en mai 1850 au frère libéral de François-Joseph. Grillparzer demandait aussi (...)

17C’est que Grillparzer n’a pas abandonné l’espoir – du moins pas jusqu’au centenaire de la naissance de Schiller en 1859 – que la tradition littéraire de l’Allemagne du Sud donnerait son grand théâtre aux Allemands. Cette perspective proprement renaissante transparaît dans les adresses du poète à l’archiduc Max et au roi Maximilien II de Bavière24. L’entreprise classique du théâtre de Weimar lui paraissant artificielle et isolée, Grillparzer croyait que seule Vienne et son public cosmopolite étaient capables de soutenir une scène d’envergure nationale et d’inspirer une production dramatique susceptible de rivaliser avec celle de Shakespeare, de Lope de Vega et des Français. Le petit discours que Grillparzer projetait de prononcer en 1859 à la mémoire de Schiller se termine ainsi :

  • 25 Entwurf eines Trinkspruches zur Schillerfeier, HKA I, 14, p. 153.

L’Autriche aurait la vocation d’occuper une position importante – non pas immédiatement dans les sciences – mais dans les arts, car nous avons conservé ce que nos voisins ont en partie perdu par leur sérieux spéculatif erroné : un cœur ardent, de l’ouverture d’esprit et du naturel25.

18Grillparzer s’est toujours senti appelé à prolonger l’œuvre des classiques de Weimar, parce qu’il se savait l’héritier de cette importante tradition dramatique. Son admiration pour Goethe et, dans un moindre degré, pour Schiller tenait de la piété filiale. Mais c’était une piété qui n’admettait pas la soumission de l’épigone.

La visite à Weimar (1826)

  • 26  August Sauer, “ Zu Goethes Gesprächen ”, in Goethe-Festschrift zum 150. Geburtstag des Dichters. H (...)

19La recherche s’est tôt penchée sur la visite de Grillparzer à Weimar et à rassemblé les sources qui permettent de reconstituer l’événement26. Grillparzer a décrit la rencontre avec Goethe dans son autobiographie de 1853 et aimait s’en souvenir devant ses contemporains qui notaient scrupuleusement les dicta du poète vénéré. On possède également les notes de Goethe et de son entourage sur l’événement. Grillparzer a en effet été fort bien accueilli par Goethe à Weimar. Mais il répondit aux prévenances du vieux « roi des poètes » par un comportement négligent qu’on a mis au compte de son manque de sociabilité notoire. Or, le malentendu entre Goethe et Grillparzer tenait avant tout à des raisons poétologiques, au besoin du cadet de se faire reconnaître, mais aussi de se démarquer de son aîné.

  • 27  Cf. le journal du 17 juillet 1826 (HKA II, 8, p. 206). La tentation du suicide doit être prise au (...)
  • 28  Cf. son autobiographie HKA I, 16, p. 193.
  • 29 HKA I, 16, p. 201.

20Grillparzer entreprit son voyage en Allemagne à un moment de profond découragement, dans une crise existentielle qui l’avait mené au bord du suicide27. Après avoir visité les villes les plus importantes sur son chemin – Prague, Dresde, Berlin, Leipzig – Grillparzer descendit le vendredi 29 septembre 1826 à l’auberge L’éléphant, « l’anti-chambre du Walhalla vivant de Weimar »28. Il n’est plus un inconnu. Après le succès de L’Aïeule (1817), Grillparzer est devenu le poète attitré du Burgtheater que dirige son mentor Joseph Schreyvogel. Y sont représentés sa Sappho (1818), la trilogie de La Toison d’or (1821) et La fortune et la mort du roi Ottokar (1825). D’autres sujets politiques, Un fidèle serviteur de son maître et Libussa, sont en gestation. Aussi les habitants de Weimar accueillent-ils le poète autrichien avec autant d’enthousiasme que de curiosité – si bien que Grillparzer constate retrospectivement dans son autobiographie : « J’étais alors une célébrité allemande. »29 Il est invité le soir même à prendre le thé chez Goethe. Grillparzer vécut la réception, quelque brillante qu’elle fût – le jeune poète y rencontra du beau monde et s’entretint fort agréablement avec la fille d’un professeur de philosophie de Berlin, Therese Albertine Jakob, qui se fera plus tard un nom d’écrivain sous le pseudonyme de Talvj – comme une désillusion :

  • 30 HKA I, 16, p. 194

De voir l’idéal de ma jeunesse, le poète du Faust, de Clavigo et d’Egmont transformé en ministre empesé qui gratifiait ses invités de paroles édifiantes à l’heure du thé me fit tomber de très haut30.

  • 31  Ibid.
  • 32  Ibid.

21Le jeune poète accablé par l’hypochondrie attendait beaucoup trop de cette première rencontre pour ne pas être déçu. En fait, Goethe l’a d’emblée pris assez au sérieux pour entamer avec lui une conversation poétologique. Le vieux « roi des poètes » posa de but en blanc une question centrale, qui lui permettait d’évaluer la situation et le potentiel de Grillparzer. En demandant « si la littérature italienne était fortement cultivée chez nous [sc. en Autriche] »31, il sondait Grillparzer sur une littérature qu’il aimait depuis sa jeunesse, mais aussi sur l’état de la littérature nationale en Autriche. La cour de Vienne s’était-elle enfin résolue à renoncer à sa prédilection pour la littérature italienne, un goût qui datait du début du xviie siècle et avait si longtemps fait obstacle à l’épanouissement de la littérature vernaculaire ? Grillparzer répondit de façon évasive que le modèle culturel dominant qui déterminait « l’état actuel de la culture allemande »32 était la littérature anglaise. En fait, il est vexé par toute critique de sa patrie. Il sait qu’elle passe pour incorrigiblement arriérée et peu patriotique depuis qu’elle a déçu les espoirs des patriotes par la Restauration instituée par le Congrès de Vienne. Mais, par ailleurs, il a lui-même quitté l’Autriche exaspéré par le climat d’oppression qui y régnait.

22Plusieurs incidents ont ébranlé sa conviction de pouvoir devenir un grand poète dans son pays. Après deux années de démêlés avec la censure, la représentation retardée d’Ottokar provoque l’indignation des nationalistes tchèques. Le 19 avril 1826, il est réveillé à six heures du matin par la police secrète qui saisit tous ses écrits. On le soupçonne de conspiration pour avoir participé depuis peu aux divertissements de la Ludlamshöhle, une auberge où se réunissait un groupe de poètes. Traiter des sujets politiques au théâtre semble impossible dans ces conditions. Un mois plus tard, Grillparzer chante l’heureux rétablissement de François Ier après une grave maladie, pour se protéger contre ceux qui le détractent et intriguent contre lui à la cour, « les chiens qui espionnent chacun de mes pas et qui, tôt ou tard, auront le dessus sur moi ». Mais il déplaît au plus haut point à l’impératrice pour avoir mentionné la présence de la belle-mère de l’impératrice, Caroline de Bavière, au chevet du malade, alors que l’impératrice revendiquait le mérite d’avoir seule veillé son époux. Cette dernière mésaventure arrache un cri du désespoir au malheureux poète impérial, et il ne sera pas le dernier :

  • 33  Cf. le journal du 21 mai 1826 (HKA II, 8, p. 205).

Ô poésie, où es-tu ? Et où se trouve le pays où elle s’épanouit et où on la supporte33 ?

23Dans son autobiographie, Grillparzer explique les sentiments qui le poussèrent à faire le voyage de Weimar :

  • 34 HKA I, 16, p. 180.

Que dans ces conditions il n’y avait pas de place dans l’Autriche de l’époque pour un poète, je m’en apercevais de plus en plus. Je tombais dans une humeur hypochondriaque, dans laquelle aucun sujet déjà préparé ne m’incitait à tenter une représentation, mais aussi où aucun nouveau sujet ne se présentait. [...] Un voyage est un excellent remède aux états embrouillés. Cette fois, il devait me mener en Allemagne. Les grands noms de l’Allemagne avaient à peu près tous pris congé, mais un parmi eux restait en vie, Goethe, et l’idée de lui parler ou seulement de le voir me rendait heureux d’avance. [...] En dehors de ce culte des reliques authentiquement catholique, m’attirait en Allemagne aussi l’idée quasi inconsciente d’aller voir s’il n’y avait pas éventuellement un endroit où l’on était moins molesté en s’adonnant à la poésie que dans la Vienne de l’époque34.

  • 35  Cf. HKA II, 8, p. 230.
  • 36  Cf. dans l’autobiographie (HKA I, 16, p. 182) la citation empruntée à l’évangile de Marc, 5, 39, “ (...)

24S’il a analysé en 1810 la supériorité de Goethe comme étant à l’origine de sa « mélancolie », ce même Goethe était en 1826 encore le seul écrivain allemand auquel Grillparzer daignait se mesurer35. Dans les affres de ses doutes qui touchent son pouvoir créateur et le sens de toute son existence, Grillparzer est peu apte à communiquer réellement avec le vieux ministre et poète austrophile qu’est Goethe. Comme le geste christique qu’il attend36 ne survient pas à la première rencontre, il commande les chevaux pour repartir le surlendemain.

25Le samedi 30 septembre, Grillparzer reçoit les visites des citoyens de Weimar, notamment celles du chancelier Müller et de son compatriote viennois, le chef-d’orchestre Hummel qui est aussi, comme Grillparzer le note dans son journal, un des derniers élèves de Mozart. Il visite Weimar en compagnie de ce dernier. Cherchant toujours à se revivifier au contact de ceux qu’il nomme les « matadors » ou les « héros » de la culture allemande, la plus grande attraction touristique après Goethe est pour Grillparzer la maison de Schiller :

  • 37 HKA I, 16, p. 196.

Ce qui m’intéressait le plus fut la maison de Schiller, surtout le fait que dans le cabinet de travail du poète, une petite mansarde au deuxième étage, un vieillard dont on disait qu’il était employé au théâtre comme souffleur encore du temps de Schiller apprenait à lire à un petit garçon, le petit-fils du poète. L’expression ouverte et vive du garçonnet donnait l’illusion que du bureau de Schiller pourrait bientôt sortir un nouveau Schiller ; ce qui, bien sûr, n’arriva pas37.

  • 38 Die Ordnung des Lebens, op. cit., p. 113-118.

26Arno Dusini a souligné le fait que la visite de Grillparzer à Weimar était tout entière placée sous le signe de la relation père-fils ou encore roi-sujet38. Si Grillparzer entretient une relation filiale avant tout avec Goethe, qu’il découvre d’ailleurs au moment de la mort de son propre père en novembre 1809, il voit aussi Schiller à travers une perspective filiale.

  • 39  Cf. la lettre de Goethe à Zelter du 11 octobre 1826 (A. Sauer, Grillparzers Gespräche und die Char (...)

27Grillparzer finit ensuite sa journée sous les auspices de Schiller, en regardant le jeu d’un de ses acteurs, Graff, le premier Wallenstein, au théâtre de Weimar en compagnie du chancelier Müller, sans cependant qu’il apprécie le spectacle. Le dimanche 1er octobre, le poète autrichien est invité à déjeuner chez Goethe. Le chancelier Müller avait pris la peine d’amadouer Grillparzer en l’assurant que la réserve de Goethe ne tenait qu’à une nécessaire prudence. Lorsque Goethe s’ouvre lors de ce déjeuner au jeune poète venu d’Autriche, dont les manières naturelles et modestes lui plaisent et dont il entrevoit le talent poétique39, Grillparzer, qui a tout de même 35 ans, fait réellement l’enfant :

  • 40 HKA I, 16, p. 197.

Mais quand on passa à table et que l’homme qui était pour moi l’incarnation de la poésie allemande, qui, dans l’éloignement et dans l’immense distance, était devenu pour moi une figure quasi mythique, me prit par la main pour me mener dans la salle à manger, l’enfant réapparut en moi et j’éclatai en sanglots. Goethe se donna bien du mal pour masquer ma niaiserie40.

  • 41 HKA I, 16, p. 197 sq.
  • 42  Cf. HKA I, 16, p. 182 : Goethe est nommé “ der Vater unserer Poesie ”.

28Le jeune poète se met à émietter son pain sur la nappe41, pour se faire aussitôt corriger par celui qu’il semble prendre non seulement pour le « père de la poésie allemande »42, mais pour son père tout court.

29Avant de donner congé à son convive, Goethe lui demande de revenir le lendemain matin pour se faire portraiturer – une invitation réservée aux invités de marque dont les portraits étaient destinés à orner un temps la salle des visiteurs. C’est donc au matin du lundi 2 octobre que Grillparzer a l’occasion de rencontrer son idole dans l’intimité. Le dessinateur n’est pas encore arrivé, et Goethe l’attend dans son jardin. Ici, à la lumière du jour, Grillparzer peut enfin enlever les lunettes de son hypochondrie et de son exaltation poétique, décerner l’être profondément humain qu’est Goethe et faire la synthèse entre les deux facettes du ministre et du père sous lesquelles Goethe lui est apparu jusqu’alors :

  • 43 Ibid., p. 198.

L’âge l’avait marqué. À le voir se promener dans le jardin, on voyait bien que son buste, sa tête et son cou étaient penchés en avant. C’est ce qu’il voulait cacher aux étrangers – d’où cette manière de se tenir exagérément droit qui faisait une impression désagréable. Dans cette attitude naturelle, vêtu d’une longue robe de chambre, une petite casquette sur les cheveux blancs, il avait un air infiniment émouvant. Il ressemblait pour moitié à un roi, pour moitié à un père43 !

  • 44 HKA I, 16, p. 198 sq..

30Goethe continue à l’entretenir de questions poétiques en mentionnant Sappho, ce drame de l’artiste que Grillparzer avait composé sous l’influence du Tasse. Quand Grillparzer lui dévoile enfin son désarroi et son isolement à Vienne, Goethe se montre compréhensif. Il connaît lui aussi la solitude depuis la mort de Schiller et cherche, non pas un mécène, mais un poète ami de son rang. Fort probablement, il espère un moment que son convive autrichien se révélerait être un deuxième Schiller. En tout cas, Goethe tente de consoler Grillparzer en lui rappelant la fécondité de son amitié avec Schiller, lui donne accès à son intimité en lui montrant ses « trésors » – la correspondance avec Lord Byron, et tout ce qui touche à l’Autriche ainsi qu’à ses relations avec le couple impérial – et le congédie avec affection44.

  • 45  Joachim Müller, Grillparzer und Goethe,op. cit., p. 40.
  • 46 HKA I, 16, p. 199 sq.
  • 47  Cf. HKA II, 7, p. 106.

31Au cours de la journée, après avoir été reçu à la cour par le grand-duc Charles-Auguste, Grillparzer est invité par Goethe à venir passer la soirée en tête à tête avec lui. Joachim Müller a signalé le fait que l’amitié entre Goethe et Schiller débuta également par une entrevue nocturne, le 23 juillet 1794 à Iéna, et que Grillparzer aurait très bien pu prendre la place de Schiller auprès de Goethe – s’il était venu au rendez-vous45. Or, Grillparzer fuit et va voir à la place une pièce insignifiante (Pauvreté et Générosité) d’August Kotzebue, l’auteur dramatique à succès de l’époque. Dans son autobiographie, Grillparzer ne mentionne pas sa soirée au théâtre, mais tente de justifier ce qu’il appelle, après les sanglots du déjeuner, sa « seconde bêtise weimarienne »46. Tout en mettant son faux-pas au compte de son complexe d’infériorité et de ses doutes concernant son pouvoir créateur, Grillparzer fait aussi état d’un désaccord poétique. Il rejetait le « quiétisme » de Goethe et l’austérité élitiste du théâtre classique de Weimar et préfèrait une dramaturgie plus poignante, qui tenait plus compte du besoin de divertissement du public. Dans ce contexte, la visite de la pièce de Kotzebue, prend tout son sens, comme rejet d’un culte de l’art devenu stérile, d’un théâtre sans public. Grillparzer a plus tard souligné qu’à la différence de Kotzebue Goethe écrivait ses pièces en opposition au goût de son public et qu’il avait peu de talent réellement dramatique47. Or, voulant créer des œuvres de qualité qui loin d’ennuyer le public seraient plébiscitées par lui, il se situera lui-même dès 1828 à mi-chemin entre Goethe et Kotzebue :

  • 48  Journal du 5 mars 1828 (HKA II, 8, p. 296). En 1835, il établit la dichotomie suivante entre Goeth (...)

Je sens que je suis justement ce compromis entre Goethe et Kotzebue dont le drame a besoin. Les Allemands pourront peut-être enfin avoir un théâtre, si mes efforts sont couronnés de succès48.

  • 49  Cf. le commentaire de Grillparzer dans son journal du 28 février 1828 (HKA II, 8, p. 293 sq.)
  • 50  Grillparzer recopie dans son journal l’extrait d’une lettre de Goethe à Zelter du 26 octobre 1831 (...)

32De fait, la pièce suivante de Grillparzer, Un fidèle serviteur de son maître, fit la part belle aux coups de théâtre et fut un beau succès public49. En 1834, Grillparzer comprit de surcroît à la lecture de la correspondance de Goethe qu’en se réclamant de Kotzebue, il marchait sur les traces du grand expert en coups de théâtre Schiller. Ce dernier appréciait également le savoir faire de l’auteur à succès et le préférait de loin au frères Schlegel50 !

  • 51  Dans les conversations avec les contemporains, cette divergence apparaît encore plus nettement. Cf (...)

33Si Grillparzer n’est néanmoins pas devenu un deuxième Schiller pour Goethe, c’est qu’il eut la politesse de ne pas exposer au grand homme une esthétique dont il pensait qu’elle lui déplaisait. Le jeune dramaturge avait ses propres conceptions et refusait de rallier l’entourage trop soumis du vieux « roi des poètes »51. On comprend que Goethe fut quelque peu déçu dans ses espoirs d’amitié. Il dépêcha donc seulement son fils au banquet d’adieu donné le 3 octobre par la société de Weimar avant le départ de Grillparzer et le fit prier de lui écrire.

34On pourrait croire Grillparzer atterré par le fait d’avoir déplu à son idole. Mais curieusement, quelque ressentiment mis à part, il retourna tout joyeux en Autriche. La crise était surmontée, et il entra dans une nouvelle et fertile période de création qui dura jusqu’en 1838, date à laquelle il se retira définitivement de la scène après l’échec de la comédie Malheur à celui qui ment. La rencontre avec Goethe a donc paradoxalement comblé le poète autrichien.

  • 52 HKA I, 16, p. 198.
  • 53 HKA II, 8, p. 240.
  • 54  Cf. Westöstlicher Divan, Noten und Abhandlungen. Dichterkönige, in J. W. von Goethe, Hamburger Aus (...)
  • 55  Arno Dusini, Die Ordnung des Lebens [cf. n. 26], p. 113 sq., a rassemblé plusieurs passages qui vo (...)

35Ce qui fut « quasiment le moment le plus important de [s]a vie »52 lui a en effet permis de s’émanciper et de reprendre confiance en lui. La visite fut du début à la fin placée sous le signe de l’émancipation. « Je veux aller à Weimar voir le vieux roi des poètes parmi les sujets duquel je comptais jadis », note Grillparzer dans son journal le 6 septembre 1826 à Berlin53. Le prétérit de la relative exprime la révolte du jeune écrivain qui revendique son originalité. Mais le terme de roi des poètes est lui-même emprunté à Goethe qui l’a utilisé dans les notes de son Divan oriental-occidental à propos du poète persan Ansari54. En Orient, la charge de roi des poètes était fort honorifique et comparable à celle d’un vizir. Elle était confiée au poète le plus éminent qui devait examiner et juger le talent des autres poètes et les inciter à créer selon leurs dons respectifs. En évoquant Goethe comme un roi, ce qu’il a fait à maintes reprises55, Grillparzer indiquait qu’il attendait de lui exactement la même chose : être sacré poète et inspiré dans sa création littéraire. C’est précisément ce qui arriva. À la fin de sa visite, Grillparzer put se situer sans complexe dans l’histoire littéraire de l’Allemagne :

  • 56  HKA I, 16, p. 201.

[Goethe] ne m’a pas rendu justice par la suite non plus, dans la mesure où tout de même je pense, malgré toute la distance qui me sépare d’eux, être le meilleur de ceux qui sont venus après lui et Schiller56.

  • 57  Collin avait envoyé à Goethe sa tragédie Régulus, en lui demandant de la brûler aussitôt si elle n (...)

36Goethe n’entendit plus parler de Grillparzer. Au lieu d’écrire des lettres qui auraient forcément été trop humbles – comme l’avait fait Heinrich Joseph von Collin, le dramaturge impérial qui l’avait précédé à Vienne57 – Grillparzer s’était promis de dédier à Goethe sa prochaine pièce. Mais comme celle-ci obéissait à l’esthétique du coup de théâtre et était de surcroît intitulée Un fidèle serviteur de son maître, cela se révéla impossible, et Grillparzer omit de reprendre contact.

37Sans probablement s’en rendre compte, Goethe avait accompli le geste, christique ou royal, susceptible de réveiller Grillparzer à la création. La conviction que le public de Vienne n’avait pas son pareil pour accueillir un grand théâtre et qu’il n’était pas l’épigone de Goethe était le seul remède à la grave dépression dans laquelle le poète autrichien avait quitté Vienne.

  • 58  Cf. HKA I, 14, p. 169. Dans son autobiographie, Grillparzer avait noté à propos de l’acteur schill (...)
  • 59  Cf. son autobiographie, HKA I, 16, p. 201.

38Dans son austrophilie, Goethe lui avait confirmé que l’Autriche était la vraie patrie du théâtre. En fréquentant la scène provinciale de Weimar, Grillparzer avait compris la supériorité du Burgtheater, de ses acteurs et de son public, qui était pour lui le seul juge de la qualité d’une pièce58. Aussi Grillparzer déclina-t-il sans regret l’offre de prendre la direction du théâtre de Weimar que lui avait faite la cour59. Quelques soient les déboires que Grillparzer aura par la suite avec les Habsbourg et avec la censure, il ne cherchera plus à s’établir en dehors de Vienne :

  • 60  HKA I, 16, p. 214.

Les événements qui étaient survenus à l’occasion de mon Ottokar et du Fidèle serviteur m’avaient appris qu’il était fort dangereux de traiter des matières historiques en Autriche. Or, des tragédies fondées uniquement sur les sentiments et les passions perdent leur intérêt au fur et à mesure que le poète avance en âge. On peut m’objecter que j’aurais pu faire abstraction de la situation étriquée en Autriche et écrire pour le monde ou du moins pour l’Allemagne. Mais c’est que j’étais un Autrichien invétéré et que je pensais à chacune de mes pièces à la représentation, et cela dans ma ville natale60.

39La rencontre avec le plus grand poète allemand alors vivant avait aussi révélé à Grillparzer son originalité « autrichienne » : son don naturel de divertir le public sans l’abaisser par une dramaturgie triviale. En refusant de devenir un deuxième Schiller au service de Goethe, Grillparzer avait doublement récusé un statut d’épigone : il ne serait ni Schiller, ni Goethe, mais lui-même. Grillparzer avait entrevu quelques faiblesses dans la cuirasse de la figure de proue des lettres allemandes. Il avait compris que le grand écrivain mythique n’existait pas et que la littérature devait être inventée à chaque époque.

40Le pouvoir créateur n’était pas mort en Goethe en 1826, mais Grillparzer avait-il entièrement tort quand il affirmait que, sans la collaboration de Schiller, Goethe ne serait pas devenu ce qu’il était, alors que Schiller aurait peut-être été encore plus productif sans son amitié pour Goethe ? En tout cas c’est en solitaire, en refusant de servir le talent d’un autre, que Grillparzer décida de faire son chemin par la suite. L’amitié lui est venue contre son gré, en la personne de Heinrich Laube qui, lui, a accepté de se mettre à son service, pour le sacrer une deuxième fois poète – toujours sous les auspices de Schiller.

Le centenaire de la naissance de Schiller (1859)

  • 61  Hebbel commente cet “ embrigadement ” dans une lettre à Dingelstedt du 5 oc­tobre 1859, in A. Saue (...)
  • 62 Allgemeine Zeitung, Augsburg, 24. Oktober 1859 (cf. A. Sauer, Grillparzers Gespräche und Charakteri (...)
  • 63 Die Presse, Abendblatt, Donnerstag, den 3. November 1859, Nr. 283 (cf. A. Sauer, ibid., no 1072, p. (...)
  • 64 Die Presse. Abendblatt, Wien, Mittwoch den 9. November 1859, Nr. 289 (cf. A. Sauer ibid., no 1075, (...)
  • 65  Cf. A. Sauer ibid., no 1070, p. 158, d’après le récit de Müller-Guttenbrunn.
  • 66  A. Sauer ibid., no 1076, p. 62 sq.
  • 67 Die Presse, Wien, 14. November 1859, Nr. 294, Das Bankett im Sofiensaale (cf. A. Sauer ibid., no 10 (...)

41Ce deuxième sacre de Grillparzer comme poète a eu lieu dans des circonstances quelque peu paradoxales. Heinrich Laube, figure de proue de la Jeune Allemagne et membre du parlement de Francfort de 1848-1849, fut malgré la divergence de vues politiques un admirateur inconditionnel du théâtre de Grillparzer qu’il inscrivit à nouveau au répertoire du Burgtheater quand il en devint le directeur en 1849. En 1859, Laube présidait aussi le comité qui préparait la célébration du centenaire de la naissance de Schiller. À Vienne, plus que nulle part ailleurs en Allemagne, on attribue de l’importance à cet événement. Après les défaites de Magenta et de Solférino, la première décennie autoritaire du règne de François-Joseph, la période du « néo-absolutisme » et du concordat « obscurantiste » avec l’église catholique (1855) est officiellement déclarée révolue en juillet 1859. L’Autriche est isolée sur le plan extérieur, et l’unité allemande sous hégémonie prussienne commence à se dessiner. Les esprits progressistes relèvent la tête : le jubilé de Schiller leur paraît l’occasion idéale pour renouer avec les revendications de 1848 et pour réclamer les libertés fondamentales, un régime parlementaire et la réalisation de l’unité allemande. Schiller sera donc célébré par le comité comme un classique national et un chantre de la liberté. Pour que la fête ait du prestige, il faut y associer de grands noms. Friedrich Hebbel et Grillparzer sont plus ou moins forcés d’y participer. Or, tous deux apprécient peu le caractère tendancieux du jubilé et ne donnent leur accord qu’à la condition expresse qu’on ne leur fasse pas exprimer des convictions qui ne sont pas les leurs61. Grillparzer se refusant d’écrire le discours officiel, c’est donc Laube qui s’en charge. Mais les paroles ou les silences de Grillparzer font désormais l’objet d’un débat public et seront commentés dans les journaux de toute l’Allemagne. Un quotidien fortement diffusé, la Augsburger Allgemeine Zeitung du 24 octobre, ouvre le feu en annonçant le désaccord du poète avec l’orientation donnée à l’événement et son refus de prononcer le discours62. Le 3 novembre, La Presse écrit que Grillparzer ne veut pas faire faux bond et contribuera tout de même au banquet par un toast63. Quelques jours plus tard, le 9 novembre, le journal a son scandale : Grillparzer s’est vu refuser son toast parce qu’il allait à l’encontre de la tendance générale du jubilé – et conclut que le poète a vieilli au point de perdre le contact avec son époque64. On imagine sans peine l’ennui de Grillparzer quand il se rendit au banquet du 12 novembre dans la Sofienbadsaal. À ce qui aurait dû être sa première glorieuse apparition en public depuis longtemps, il semblait jouer un rôle ridicule : un classique à qui on avait cloué le bec pour qu’il ne pût pas dire de bêtise. En 1848 déjà, Grillparzer s’était fait estampiller comme réactionnaire par la publication de son poème en l’honneur du maréchal Radetzky, le vainqueur de l’insurrection nationale italienne. Laube ne voulut pas que cela se répétât65. Si Grillparzer accepta néanmoins de participer au banquet, ce fut comme simple convive. Mais on ne pouvait pas honorer Schiller à Vienne sans évoquer son plus important successeur. Heinrich Laube prononça donc un toast en l’honneur de Grillparzer (et de Heinrich von Kleist) en célébrant en lui le grand poète classique et l’épigone – dans le sens positif du mot – de Schiller66. Grillparzer put s’enfuir à temps pour ne pas assister à un hommage devenu quelque peu grotesque. Rendue publique, l’instrumentalisation du poète encensé pour une cause à laquelle il ne souscrivait pas tournait à l’offense. Aussi le commentaire de l’événement dans La Presse du 14 novembre fut-il acide67. Le journaliste constate que quasiment tous les poèmes et toasts de circonstance provenaient du comité et que toute parole originale avait été exclue du banquet. Dans ces circonstances, il omettait « par gentillesse » de contredire le sacre du poète Grillparzer. Le Morgenblatt für gebildete Stände du 4 décembre 1859 soulignait de façon plus explicite le tour peu flatteur qu’avait pris le jubilé de Schiller pour son émule viennois :

  • 68 Morgenblatt für gebildete Stände, Stuttgart, 4. Dezember 1859, Nr. 49 (cf. A. Sauer, ibid., no 1079 (...)

Je ne sais pas s’il est vrai que le comité du jubilé a corrigé à l’encre rouge la copie de notre premier poète dramatique vivant. Recalcitrant selon son habitude, Grillparzer n’a pas daigné répondre à notre demande de renseignement. En tout cas, on a su que Grillparzer a désapprouvé les tentatives d’abuser du nom du grand poète au profit d’agitations séditieuses. L’offense que la jeune génération a faite au poète a été profondément ressentie par ses nombreux admirateurs, même par ceux d’entre eux qui ont par ailleurs plutôt des sympathies pour la gauche68.

  • 69 Entwurf eines Trinkspruches zur Schillerfeier, HKA I, 14, p. 153.

42Quel toast Grillparzer entendait-il prononcer en l’honneur de Schiller ? Il y critiquait les auteurs de son époque qui, en sacrifiant à la spéculation théorique et politique, avaient « à moitié détruit la littérature en Allemagne » et affirmait vouloir « célébrer Schiller pour ce qu’il a été : un grand poète, un excellent écrivain et ne pas seulement le prendre comme prétexte pour exprimer je ne sais quelles idées politiques et nationales »69. Grillparzer privilégiait donc une lecture apolitique de Schiller et n’acceptait pas de voir l’idole de ses années d’apprentissage de poète transformé en « agitateur » politique.

43Comme Goethe, il était politiquement un homme de l’Ancien Régime que les nouvelles idées d’unité nationale et de libéralisme menaçaient de détruire. Il approuvait le morcellement politique de l’Allemagne. Grillparzer avait aussi composé un théâtre habsbourgeois et exprimé des idées politiques qui allaient à l’encontre de celles propagées par le comité du jubilé. Souligner l’unité de la nation culturelle au détriment de l’unité politique, c’était défendre la base même de son projet esthétique : le poète impérial ne pouvait plus s’inscrire dans la continuité de Goethe et de Schiller et devenir à son tour un classique allemand à partir du moment où les traditions culturelles de l’Autriche et de l’Allemagne divergeaient. Après avoir porté à sa perfection la variante autrichienne de la tradition renaissante allemande, la littérature impériale, Grillparzer vit le sens de son sacerdoce esthétique anéanti par l’Histoire qui reléguait l’Autriche au second plan et la coupait de ses racines culturelles allemandes.

  • 70 Handschreiben des Kaisers Franz Josef I. Über den Tantièmenbezug Wien, 8. November 1859 (cf. A. Sau (...)
  • 71 Allgemeine Zeitung, Augsburg, 14. November 1859, Nr. 318 (cf. A. Sauer ibid., no 1074, p. 160 sq.).
  • 72 Worin unterscheiden sich die österreichischen Dichter von den übrigen ?,HKA I, 14, p. 96-98.
  • 73  Sur cet aspect de l’esthétique théâtrale de Grillparzer, cf. Wolfgang F. Bender, “ Das Drama lügt (...)

44Le jubilé viennois de Schiller fit prendre conscience à Grillparzer qu’il était témoin d’un changement de paradigme historique et culturel qui allait modifier sa propre position dans l’histoire littéraire allemande. Alors même que Heinrich Laube lui désignait sa place sur « les chaises dorées de l’immortalité » aux côtés de Schiller et de Goethe, un siège qu’il avait convoité depuis sa jeunesse, Grillparzer se voyait à la fin de sa vie propulsé vers un avenir incertain où l’on ne pouvait plus être à la fois un classique allemand et un classique autrichien. Pour enrayer le courant nationaliste allemand et encourager un patriotisme autrichien, l’empereur François-Joseph accorda après le centenaire de Schiller aux dramaturges autrichiens le droit de percevoir des tantièmes pour leurs pièces anciennes70. On commença alors à s’interroger dans les journaux sur ce qu’était un « écrivain autrichien »71, une interrogation à laquelle Grillparzer avait lui-même fourni une première réponse en 1837, tout en comptant encore l’école poétique autrichienne parmi les autres membres de la nation culturelle allemande, l’école souabe par exemple72. Dans ce sens « régionaliste », les écrivains autrichiens ont selon Grillparzer l’avantage d’avoir « de la modestie, du bon sens et une réelle sensibilité ». Par « modestie », il faut entendre qu’ils ne remettent pas en question les autorités politiques ou littéraires comme le font les hommes de lettres allemands depuis les guerres de libération contre Napoléon. L’amour de la réalité – qui est selon Grillparzer particulièrement important au théâtre où il s’agit de produire un effet de réel, de « mentir une réalité »73, et non pas de mettre en scène des spéculations théoriques ou des idées politiques – remplace chez les poètes autrichiens leur manque de formation et de culture intellectuelles. Et puisque la manie théorique et politique en vogue dans l’Allemagne moderne n’est pas productive en littérature, le simple bon sens des Autrichiens est bénéfique pour guérir un milieu littéraire malade d’un excès d’information.

  • 74 HKA I, 14, p. 162 sq.

45Vers 1860, Grillparzer reprend sa thèse selon laquelle les guerres anti-napoléoniennes et la mort de Schiller ont définitivement marqué un tournant dans l’histoire littéraire et culturelle allemandes. À présent, la littérature allemande est reconnue, la période renaissante est terminée, et on assiste à une nouvelle époque que Grillparzer voit comme une décadence esthétique – celle du nationalisme et de la littérature universelle, i.e. universellement disponible, et qui n’est plus l’apanage d’une élite74. L’époque du classicisme était révolue, celle de la littérature impériale l’était aussi. Une génération après les dioscures de Weimar, Grillparzer avait porté à son apogée la deuxième tradition renaissante allemande. Or, la littérature autrichienne allait à présent être détachée de la culture allemande.

46Le poète de L’Aïeule avait-t-il rééllement autant vieilli que l’annonçait La Presse ?

47La dimension politique et habsbourgeoise de son théâtre semblait d’ores et déjà condamnée à devenir inactuelle. On peut dire que le jubilé de Schiller a contribué à transformer Grillparzer en « ruine », dans le sens que Walter Benjamin a donné au terme. L’instrumentalisation de son grand modèle pour les tendances politiques et esthétiques dominantes avant 1870 avait fait comprendre à Grillparzer qu’une rupture était en train de se produire entre lui et les classiques de Weimar. Mais en marquant son désaccord avec les idées du temps, il avait rappelé à ses contemporains que tant qu’il était en vie, le souvenir de l’Ancien Régime et de sa culture élitiste, celui aussi de l’importance de la tradition théâtrale de l’Allemagne du Sud, n’était pas mort. Il espérait que le témoignage du passé pouvait tout autant façonner le présent que les incertaines promesses des nationalistes libéraux :

  • 75 HKA I, 14, p. 159 sq.

Au fond, l’histoire du présent est un paradoxe. Le présent est un moment, un maintenant qui l’instant d’après se transforme en un avenir dont nous ne savons rien, mais qui d’autre part est lié au passé proche qui, sous le nom du présent, peut bel et bien s’étendre à une génération humaine : ce passé coïncide avec les souvenirs qu’en ont ceux qui vivent actuellement, et surtout si cette période inclut un tournant historique qui marque une époque. Un tel tournant a certes eu lieu dans la poésie allemande et il correspond très probablement à la mort de Schiller75.

48C’est dans ce sens que Grillparzer espérait après la mort de Schiller passer à la postérité le flambeau du classicisme allemand : en lui rappelant les exigences esthétiques et la prudence politique des dioscures de Weimar.

  • 76  Cf. A. Sauer, ibid., no 1088, p. 190, Zu W. v. Wartenegg Wien, 1. März 1860.
  • 77  Cf. A. Sauer, ibid., no 1082, p. 169-174.

49La célébration tendancieuse de Schiller et l’évolution historique avaient cependant profondément ébranlé la foi du prêtre des muses qu’était Grillparzer. L’encensement des classiques et des poètes illustres parut désormais fort suspect à l’admirateur fervent des grands hommes. Il ne savait guère où placer dans son appartement la copie de la statue de Schiller par Thorwaldsen qu’on lui avait offerte pour son 69e anniversaire le 15 janvier 186076. Cet anniversaire lui-même fournit à Grillparzer l’occasion de se venger quelque peu de son ami Laube. Quand les « Chevaliers de l’île verte », une association d’artistes fondée en 1853 par l’écrivain Joachim Kaiser et à laquelle appartenait aussi Laube, invitèrent le poète le 15 janvier 1860 à fêter parmi eux le jubilé de son 70e ( !) anniversaire, il passa une soirée fort agréable, quoique un peu ridicule. Pour le convaincre d’assister à la soirée donnée en son honneur, Kaiser fit jouer un argument de poids : il avait déjà célébré le (faux) cinquantenaire de Grillparzer en 1840. Ce n’est que quand Heinrich Laube porta un toast au vrai poète, impavide face aux coups du destin, que Grillparzer lui opposa un « non » catégorique qui jeta un froid dans l’assemblée77. C’en était trop. Deux jours plus tard, il écrivit au romancier Adalbert Stifter qu’il vivait l’ère des nationalismes et les nouvelles tendances esthétiques comme la faillite de tous ses espoirs de poète et d’homme :

  • 78  Lettre du 17 janvier1860 (citée d’après l’édition de S. Hock, XVI, p. 184 sq.).

Je considère comme un malheur commun la décadence de notre patrie et celle des idées saines en littérature, la patrie des esprits. [...] La poésie m’a abandonné [...] et je ressemble à un homme auparavant aisé qui a perdu sa fortune à la Bourse. C’est ça, à la Bourse ! Le cours baisse et on est ruiné, et même s’il remonte plus tard, on n’est plus en vie. Les coquins n’ont aucun mal avec le progrès, mais que doit faire celui qui pour son malheur a des convictions ? Même si la vérité de nos pensées et de nos sentiments les plus sublimes n’a pas besoin de l’accord des autres hommes – leur pertinence en dépend bel et bien. Seul un fou peut être sûr de lui au point d’affirmer que le vacarme de son époque ne menace pas son équilibre intérieur78.

  • 79  A. Sauer, Grillparzers Gespräche und Charakteristiken (1848-1863), no 1128, p. 278.

50Par la suite, Grillparzer railla de toutes les manières le monumentalisme grossier de l’époque historiste et, se sachant lui-même menacé de devenir le sujet de quelque monument, il demanda qu’on le représentât à cheval79. Rester debout le fatiguait, dit-il.

Haut de page

Notes

1  Lettre de Catharina Elisabeth Goethe à son fils du 25 décembre 1807 : “ Und du und Schiller ihr seid hernach Classische Schriftsteller – wie Horaz Lifius Ovid und wie sie alle heissen... was werden alsdann die Professoren Euch zergliedern – auslegen – und der Jugend einpleuen ” (cité d’après Dieter Borchmeyer, Weimarer Klassik. Portrait einer Epoche, Weinheim, 1998, p. 35).

2  Classique était pour eux une œuvre qui était soit exemplaire par sa qualité, soit obéissait à l’idéal stylistique d’une harmonieuse composition d’ensemble, soit appartenait aux époques classiques de l’Antiquité ou encore aux autres périodes historiques qui avaient entretenu un rapport privilégié avec les classiques anciens. Voir sur ce sujet D. Borchmeyer, op. cit., p. 13-40, chap. “ Weimar und das Klassische ”.

3  Sur Grillparzer et la musique, cf. Jean-François Candoni et Stéphane Pesnel, Der Arme Spielmann ou la quête du son absolu. Esthétique musicale et écriture littéraire dans le récit de Franz Grillparzer, in Recherches sur le monde germanique. Regards, approches, objets, sous la dir. de M. Grimberg, M.-Th. Mourey et al., p. 185-208. Sur son idéal poétique et sa relation à Goethe et à Schiller, voir aussi Roger Bauer, “ Grillparzers Aufklärung ”, in Sieglinde Klettenhammer (hrsg.), Zwischen Weimar und Wien. Grillparzer, Innsbruck, 1992, p. 13-30. Les actes du colloque parisien consacré à Grillparzer ont été publiés dans Études germaniques, 47, 2 (1992).

4  Der habsburgische Mythos in der österreichischen Literatur, Salzburg, 1966.

5  Sur ce sujet cf. Hilde Haider-Pregler, “ König Ottokars Glück und Ende – Ein “Nationales Festspiel” für Österreichs “Nationaltheater” ”, in H. Haider-Pregler, Stichwort Grillparzer, Wien alibi, 1994, p. 195-222, et Evelyn Deutsch-Schreiner, “ Die Österreicher und ihr Grillparzer ”, ibid., p. 181-194.

6  C’est aussi l’avis d’Alfred Doppler, “ Eine österreichische Variante der deutschen Literatur. Franz Grillparzers Literaturverständnis anhand der Tagebücher ”, in S. Klettenhammer, Zwischen Weimar und Wien. Grillparzer, op. cit., p. 103-120. Selon A. Doppler, Grillparzer se considéra comme appartenant à la nation culturelle allemande et à la nation politique autrichienne. La référence au classicisme de Weimar lui permit de faire abstraction du nationalisme politique prusso-allemand.

7  Avec Hallmann et Lohenstein, le premier théâtre national né dans la Silésie protestante du xviie siècle devint “ autrichien ” à partir de 1669. Le réformateur saxon Gottsched lui-même brigua vers 1740 le poste de précepteur des archiducs à la cour impériale. Klopstock convainquit Lessing, le père du théâtre national de Hambourg, de la nécessité de fonder une république d’érudits à Vienne et l’idée même d’un théâtre national se réalisa finalement dans la Vienne de Joseph II, en 1776.

8  “ Deutsches Theater ”, in Goethes Sämtliche Werke. Jubiläumsausgabe, vol. 37, Schriften zur Literatur, Stuttgart, Berlin, 1906, p. 8-10.

9  On citera en général l’œuvre de Grillparzer d’après l’édition historique et critique d’August Sauer et al., parue à Vienne entre 1908 et 1948 (= HKA), en indiquant le tome et la page ou le numéro de l’extrait. Journal du 20 juin 1810, HKA II, 7, p. 50.

10  Ibid.

11  Ibid., p. 50 sq.

12  Journal 1836, HKA I, 14, p. 87, no 3251 a.

13  Journal du 30 juin 1810 HKA II, 7, p. 56 sq.

14  Journal du 19 juin 1810, HKA II, 7, p. 48 sq.

15  Cf. le journal du 12 avril 1834 (HKA II, 9, 56).

16  Journal 1827, HKA II, 8, no 1674.

17  Cf. son autobiographiede 1853, HKA I, 16, p. 214 sq. Fut-ce seulement l’amour de la boutade qui fit écrire à Grillparzer : “ Ich ehre die deutsche Literatur, wenn ich mich aber erfri­schen will, greife ich doch zu einer fremden ” (ibid., p. 220) ?

18  Grillparzer calquait le schéma de la littérature classique allemande sur le poètes du siècle d’or espagnol, en comparant Calderon à Schiller et Lope de Vega à Goethe (HKA II, 8, p. 255).

19  Cf. HKA I, 14, p. 96 sq.

20  Cité d’après l’édition de Stefan Hock, Grillparzers Werke in 16 Teilen, Berlin alibi, 1911, XIII, p. 370 (1836). Cf. aussi vers 1860 Zur deutschen Literatur (HKA I, 14, p. 163) : “ Ich habe mich in dem Bisherigen so ziemlich als ein Freund des Alten [sc. Goethe] dargestellt ; demungeachtet aber muß ich bekennen, daß der Dalai = Lamadienst der damaligen Goetheaner nicht so absurd, aber bedeutend abgeschmackter war, als die Burschikosität unserer heutigen Feuer- und Wassermänner ”.

21  HKA I, 14, p. 119 et 169 sq.

22  HKA II, 11, journal no 4077, 1852-1853.

23  Ibid.

24  Cf. la lettre écrite en mai 1850 au frère libéral de François-Joseph. Grillparzer demandait aussi la protection de Maximilien II de Bavière pour le mouvement renaissant de l’Allemagne du Sud (cf. An die Ordenskanzlei des bayrischen Maximilians-Ordens, 28 avril 1854, et l’édition de S. Hock, op. cit., XVI, p. 135 sq. et 162).

25 Entwurf eines Trinkspruches zur Schillerfeier, HKA I, 14, p. 153.

26  August Sauer, “ Zu Goethes Gesprächen ”, in Goethe-Festschrift zum 150. Geburtstag des Dichters. Hg. von der Lese- und Redehalle der deutschen Studenten in Prag. Prag, 1899 [Grillparzers Besuch bei Goethe p. 158-167] ; Frank D. Horvay, “ Goethe und Grillparzer ”, in Germanic Review, 25, 1950 ; Joachim Müller, “ Grillparzer und Goethe ”, in Jahrbuch des Wiener Goethe-Vereins, 74, 1970, p. 30-57 ; Éric A. Blackall, “ Grillparzer und Goethe ”, in Jahrbuch des Wiener Goethe-Vereins, Wien, 86-88, 1982-1984, p. 261-273 ; Arno Dusini, Die Ordnung des Lebens. Zu Franz Grillparzers Selbstbiographie, Tübingen, 1991 [p. 99-119 sur la visite à Weimar].

27  Cf. le journal du 17 juillet 1826 (HKA II, 8, p. 206). La tentation du suicide doit être prise au sérieux : la mère et le plus jeune frère de Grillparzer avaient mis fin à leurs jours. Le 19 mars 1826 Grillparzer avait aussi noté : “ So viel ist gewiß : ist einmal der Dichter über Bord, sende ich ihm den Menschen auch nach ” (ibid., p. 196).

28  Cf. son autobiographie HKA I, 16, p. 193.

29 HKA I, 16, p. 201.

30 HKA I, 16, p. 194

31  Ibid.

32  Ibid.

33  Cf. le journal du 21 mai 1826 (HKA II, 8, p. 205).

34 HKA I, 16, p. 180.

35  Cf. HKA II, 8, p. 230.

36  Cf. dans l’autobiographie (HKA I, 16, p. 182) la citation empruntée à l’évangile de Marc, 5, 39, “ dormit puer, non mortuus est ” : le Christ réveille à la vie un enfant qu’on a cru mort. Grillparzer a aussi composé un poème sur sa rencontre avec Goethe qui est intitulé : Der Scheintodte (HKA II, 8, S. 278).

37 HKA I, 16, p. 196.

38 Die Ordnung des Lebens, op. cit., p. 113-118.

39  Cf. la lettre de Goethe à Zelter du 11 octobre 1826 (A. Sauer, Grillparzers Gespräche und die Charakteristiken seiner Persönlichkeit durch die Zeitgenossen. 2. Abteilung. Gespräche und Charakteristiken (1791-1831), Wien, 1905, p. 312).

40 HKA I, 16, p. 197.

41 HKA I, 16, p. 197 sq.

42  Cf. HKA I, 16, p. 182 : Goethe est nommé “ der Vater unserer Poesie ”.

43 Ibid., p. 198.

44 HKA I, 16, p. 198 sq..

45  Joachim Müller, Grillparzer und Goethe,op. cit., p. 40.

46 HKA I, 16, p. 199 sq.

47  Cf. HKA II, 7, p. 106.

48  Journal du 5 mars 1828 (HKA II, 8, p. 296). En 1835, il établit la dichotomie suivante entre Goethe et Kotzebue : “ Dem Publikum aufzudringen was es nicht wollte, war [sc. Goethes] Streben. [...] Kotzebue gab ihm, was es wollte ” (journal no 2848, 1835-1836, HKA II, 9, p. 352).

49  Cf. le commentaire de Grillparzer dans son journal du 28 février 1828 (HKA II, 8, p. 293 sq.)

50  Grillparzer recopie dans son journal l’extrait d’une lettre de Goethe à Zelter du 26 octobre 1831 : “ Schiller sagte von den Schlegels : Kotzebue ist mir respektabler in seiner Fruchtbarkeit, als jenes unfruchtbare, im Grunde immer nachhinkende und raschfortschreitende zurückrufende und hindernde Geschlecht ” (HKA II, 9, p. 74).

51  Dans les conversations avec les contemporains, cette divergence apparaît encore plus nettement. Cf. la conversation de Grillparzer avec le poète Josef Pollhammer du 23 mars 1863, in A. Sauer, Grillparzers Gespräche und die Charakteristiken seiner Persönlichkeit durch die Zeitgenossen (1848-1863), Wien, 1910, p. 270 sq.

52 HKA I, 16, p. 198.

53 HKA II, 8, p. 240.

54  Cf. Westöstlicher Divan, Noten und Abhandlungen. Dichterkönige, in J. W. von Goethe, Hamburger Ausgabe,Band 2, Gedichte und Epen II, p. 151 sq.

55  Arno Dusini, Die Ordnung des Lebens [cf. n. 26], p. 113 sq., a rassemblé plusieurs passages qui vont dans ce sens.

56  HKA I, 16, p. 201.

57  Collin avait envoyé à Goethe sa tragédie Régulus, en lui demandant de la brûler aussitôt si elle ne trouvait pas grâce à ses yeux (cf. A. Sauer, Goethe und Österreichap. Briefe mit Erläuterungen, 1. Theil Weimar, 1902).

58  Cf. HKA I, 14, p. 169. Dans son autobiographie, Grillparzer avait noté à propos de l’acteur schillérien Graff : “ Um wieviel größer wäre der große Dichter [sc. Schiller] geworden, wenn er je ein Publikum und echte Schauspieler gekannt hätte ” (HKA I, 16, p. 196).

59  Cf. son autobiographie, HKA I, 16, p. 201.

60  HKA I, 16, p. 214.

61  Hebbel commente cet “ embrigadement ” dans une lettre à Dingelstedt du 5 oc­tobre 1859, in A. Sauer, Grillparzers Gespräche und Charakteristiken (1848-1863), no 1068, p. 153 sq.

62 Allgemeine Zeitung, Augsburg, 24. Oktober 1859 (cf. A. Sauer, Grillparzers Gespräche und Charakteristiken (1848-1863), no 1071, p. 159).

63 Die Presse, Abendblatt, Donnerstag, den 3. November 1859, Nr. 283 (cf. A. Sauer, ibid., no 1072, p. 160).

64 Die Presse. Abendblatt, Wien, Mittwoch den 9. November 1859, Nr. 289 (cf. A. Sauer ibid., no 1075, p. 161).

65  Cf. A. Sauer ibid., no 1070, p. 158, d’après le récit de Müller-Guttenbrunn.

66  A. Sauer ibid., no 1076, p. 62 sq.

67 Die Presse, Wien, 14. November 1859, Nr. 294, Das Bankett im Sofiensaale (cf. A. Sauer ibid., no 1077, p. 163 sq.).

68 Morgenblatt für gebildete Stände, Stuttgart, 4. Dezember 1859, Nr. 49 (cf. A. Sauer, ibid., no 1079, p. 165, Wilhelm von Chezys anonymer Bericht).

69 Entwurf eines Trinkspruches zur Schillerfeier, HKA I, 14, p. 153.

70 Handschreiben des Kaisers Franz Josef I. Über den Tantièmenbezug Wien, 8. November 1859 (cf. A. Sauer, Grillparzers Gespräche und Charakteristiken (1848-1863), no 1073, p. 160).

71 Allgemeine Zeitung, Augsburg, 14. November 1859, Nr. 318 (cf. A. Sauer ibid., no 1074, p. 160 sq.).

72 Worin unterscheiden sich die österreichischen Dichter von den übrigen ?,HKA I, 14, p. 96-98.

73  Sur cet aspect de l’esthétique théâtrale de Grillparzer, cf. Wolfgang F. Bender, “ Das Drama lügt eine Gegenwart ”, in H. Haider-Pregler, E. Deutsch-Schreiner, Stichwort Grillparzer [cf. n. 5], p. 97-106. Le titre de l’article est une citation empruntée à un essai de 1834, Über den gegenwärtigen Zustand der dramatischen Kunst in Deutschland. (HKA I, 14, p. 73).

74 HKA I, 14, p. 162 sq.

75 HKA I, 14, p. 159 sq.

76  Cf. A. Sauer, ibid., no 1088, p. 190, Zu W. v. Wartenegg Wien, 1. März 1860.

77  Cf. A. Sauer, ibid., no 1082, p. 169-174.

78  Lettre du 17 janvier1860 (citée d’après l’édition de S. Hock, XVI, p. 184 sq.).

79  A. Sauer, Grillparzers Gespräche und Charakteristiken (1848-1863), no 1128, p. 278.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Wagniart, « Franz Grillparzer – un second Schiller ? : la visite du classique autrichien à Weimar (1826) et sa contribution au centenaire de la naissance de Schiller (1859) », Revue germanique internationale, 22 | 2004, 175-194.

Référence électronique

Anne Wagniart, « Franz Grillparzer – un second Schiller ? : la visite du classique autrichien à Weimar (1826) et sa contribution au centenaire de la naissance de Schiller (1859) », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1037 ; DOI : 10.4000/rgi.1037

Haut de page

Auteur

Anne Wagniart

Maître de conférences à l’Université d’Artois (Arras)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals