Navigation – Plan du site
L’École de Marbourg et les sciences humaines

Le primat du pratique chez Paul Natorp

Jean-François Goubet
p. 195-205

Résumés

Natorp a affirmé à de nombreuses reprises le primat du pratique. Dans un premier temps, nous considérons les sources de cette conception et la signification qu’elle reçoit primitivement. Dans un second temps, un nouvel élément est pris en compte, à savoir la redéfinition critique de sa propre systématique philosophique par Natorp. Le primat du pratique continue en effet d’être avancé après la Première Guerre mondiale, mais en tant que primat relatif. C’est maintenant une nouvelle direction, dénommée poétique, qui obtient la haute main. Les causes et les conséquences de ce revirement sont examinées. Enfin, quel lien l’idée de primat pratique, qu’il soit absolu ou relatif, entretient-elle avec celle de classifications des sciences ? Nous nous demandons si cette préséance favorise ou non les sciences morales comprises en opposition avec les sciences de la nature.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Der "Primat der praktischen Vernunft" als Vollendung der Kritik zum System, Inaugural-Dissertat (...)

1Dans sa thèse de doctorat soutenue en 1918 devant Paul Natorp, Anita Riess rappelle comment l’école de Marbourg a frayé la voie menant à la philosophie se comprenant comme tournée vers le monde (den Weg zum Weltbegriff der Philosophie), la voie de l’idéalisme éthique. Après que Hermann Cohen eut ouvert le chemin, Ernst Cassirer, dans son essai de 1916 Liberté et forme, a souligné comment le primat pratique fut l’idée dominante de la spéculation kantienne, non seulement en tant que terme final mais aussi en tant que point de départ et origine1. Dans ces conditions, demeure à se poser la question de la position qu’a adoptée la troisième grande figure de l’école de Marbourg vis-à-vis du primat du pratique.

  • 2 Le revirement de Natorp pourrait être daté plus tôt, à partir de ses recherches sur la psychologie (...)

2Natorp a affirmé à de nombreuses reprises le primat du pratique. Il s’agira pour nous, dans un premier temps, de voir les sources de cette conception et la signification qu’elle reçoit primitivement. Dans un second temps, un nouvel élément devra être pris en compte, à savoir la redéfinition critique de sa propre systématique philosophique par Natorp. Le primat du pratique continua d’être avancé après la Première Guerre mondiale2, mais en tant que primat relatif. Les causes et les conséquences de ce revirement demanderont à être examinées. Enfin, quel lien l’idée de primat pratique, qu’il soit absolu ou relatif, entretient-elle avec celle de classifications des sciences ? Il conviendra de déterminer si cette préséance favorise ou non les sciences morales comprises en opposition avec les sciences de la nature.

1. Origine et sens de la suprématie pratique

  • 3 Cf. Dans quelle mesure la philosophie est pratique. Fichte, Hegel, M. Bienenstock et M. Crampe-Casn (...)
  • 4 Cf. Descartes’Erkenntnistheorie. Eine Studie zur Vorgeschichte des Kriticismus, Marbourg, 1882, rep (...)

3Dans la présentation qu’elle fit pour le volume collectif Dans quelle mesure la philosophie est pratique, Myriam Bienenstock a rappelé que, selon Cassirer, on pourrait trouver chez Descartes l’idée d’un primat du pratique3. Ce commentaire ne laisse pas d’être séduisant, quand on se rappelle comment, par exemple, le doute cartésien est avant tout affaire de volonté ou comment la philosophie en son entier est occupée fondamentalement à régler la conduite de la vie. En la matière, il est intéressant de remarquer que l’attribution à Descartes d’un primat du pratique ne se trouve pas dans l’œuvre que Natorp, l’un des maîtres marbour-geois de Cassirer, a consacrée à Descartes. Pour ne parler que de l’établissement du cogito ergo sum ou des raisons du doute, ce qui mobilise l’attention de Natorp dans son Descartes’Erkenntnifitheorie consiste plutôt en le caractère analytique ou synthétique du principe de la philosophie et en la validité intrinsèque ou non de la démonstration mathématique4. C’est donc ailleurs qu’en ces pages, consacrées avant tout, conformément au dessein de l’ouvrage, à la théorie de la connaissance qu’il faut trouver les racines et le sens du primat du pratique chez Natorp.

  • 5 Cf. Platos Ideenlehre. Eine Einführung in den Idealismus, Hambourg, 2 0043, par ex. p. 22.

4Le regard doit se porter du côté de Platon pour y découvrir le point de départ recherché. Les dialogues socratiques ne cessent de mettre l’accent sur la vertu, comme de poser une adéquation entre vertu et connaissance5. Ainsi, on pourrait déjà voir en eux les ferments de ce qui trouvera plus tard son expression comme primat du pratique. Toutefois, des prémices ne font jamais une conception philosophique achevée. Et, par suite, c’est davantage vers les développements plus mûrs que doit se tourner l’attention. Comme on le sait, la République a proposé d’unir logique, éthique et esthétique en donnant la haute main à la direction éthique ; en termes plus platoniciens, le vrai, le bon et le beau ont trouvé leur unité sous l’Idée du bien. Ici, le primat du pratique ne doit donc pas se comprendre uniquement en termes d’importance, d’excellence ou de dignité. Il ne s’agit pas seulement d’affirmer que l’activité humaine en général est ce qui vaut le plus. Car c’est également, et surtout, en termes systématiques que le primat du pratique se décline. C’est parce qu’une Idée centrale est posée, à partir de laquelle se comprennent toutes les autres Idées, qu’il y a unité, cohérence d’un tout sous une loi fondamentale. Si l’on met en relation l’agir humain avec la fonction systématique dévolue à l’Idée, on peut alors, comme le fait Natorp, ramasser en une formule la pointe doctrinale :

  • 6 "Gewiß : es gäbe nicht ein Ziel des menschlichen Strebens, wenn es nicht ein Ziel gäbe", dans « Übe (...)

« Assurément, il n’y aurait pas un but de l’effort humain s’il n’y avait pas un but »6.

  • 7 Cf. Platos Ideenlehre, p. 191-195.

5L’Idée la plus haute ne se contente pas de tenir ensemble agir humain et finalité architectonique. Bien plus, elle possède un sens transcendantal fondamental : elle est d’autant plus importante qu’elle est epekeina, ce qui est élevé au-dessus de l’être et du savoir, et en même temps loi a priori générant l’être et le savoir7.

  • 8 Cf. Principales œuvres pédagogiques, trad. A. Pinloche, Paris, Lille, 1894, p. 33, 9 et 57s.
  • 9 Cf. « Über Philosophie », pp. 168-170.

6Que le pratique représente le but le plus élevé, ce qui permet de lier les diverses sciences, ne signifie pas qu’il faille abandonner l’idée que chaque science trouve en elle-même sa finalité. Ceci appert dès que l’on porte le regard sur un domaine fondé par la totalité de la philosophie, à savoir la pédagogie. Herbart posait comme disciplines rectrices de la pédagogie la psychologie, à même de déterminer les moyens et les obstacles, et l’éthique, capable de fixer le terme de l’éducation. La doctrine herbartienne ne laissait planer aucun doute sur la double fondation de la pédagogie, même si elle affirmait en même temps qu’il n’y a pas d’éducation sans instruction, pas de formation du caractère sans formation de l’entendement, et si elle proposait, parmi les moyens de l’instruction, la culture multiple de l’intérêt8. De son côté, Natorp rejette la préséance de la psychologie, ne discrimine pas aussi simplement entre moyen et but et, en outre, refuse qu’il y ait finalité unique là où autant de directions différentes sont présentes9. Les deux premiers points, pour significatifs qu’ils soient, ne ressortissent pas au présent propos. Seul la troisième affiche sa pertinence : c’est à la logique de fixer le terme de la culture de l’entendement, à l’éthique celui de la volonté et à l’esthétique celui afférent au goût et à l’art. Une finalité propre des deux directions extrêmes, partant une autonomie relative sous l’égide de la direction centrale, est mise en avant.

  • 10 Cf. F. Marty, L’homme, habitant du monde. À l’horizon de la pensée critique de Kant, Paris, 2004, n (...)
  • 11 Cf. Sozialpädagogik. Theorie der Willenserziehung auf der Grundlage t as a iIa" de détermns _issn" claccent sur la vertu, comme de poser une adéquation enttre séduisant, quand on se urg, 1é et àorgu formaépisodxer dag/li> hoedicg, 2n sant, quand on se urg, 1>Dans queophi[C]lier lnune Idsoppei cont et b» .
  • 6Que le p7 doit se pue se décline. Cif. Leônn Desent, paraès qtout, ens une lequ’i="footnoif. couvrit, la 9"..)
  • Marmiers , qu’il soit absointe rimatcoil ylan>îondamenlns extrasppluseux les enfsaatrsbsointe rimc la Descartela nae aéesoriesaris, 2004c la 21. Dans c de 1condiuématiques q/em>trad. A. Piuest cntéreophie, à s sur lesg son de 22, mais en1 1é e, Na Guerit Naatorrtuoe fhilosop «ut et,lns extr de pagede tenent. D ce auraien re eigeozzindomina/em>de le ellment-geois meue Natorrthésle prsophiqut pas un ute er la q/em>moi la ph: cchologie, critogiqueondé philosophille est d. Goir direction, dénoe rimla actuêt23. Ce com > 13nt quees maa parie finormaéine

« Assurément, il e direct san troipropofavit b» .24. C’es > 14

  • 7 Cf. sant, quand on se urg, 16 et àorgu fl

6Que le p>PrincipO voir en est du de la priadence trmatituie en sitnolratiqcœu fion qu et lesqu et ettreoïosodessant de le beapropi fonfinueatif de lantn, oouat PDsoit absion practèref de lnt dabileophiftnhnit absnalité. Cecushiquetermeune lode ign la contre pri ou ,meune loABC. Qroncnalité enrelatNaatorexcellenceynune Idsot 2004el est intéresscartela moyeaé fontn, oousintre pri ou ges, consael’Idée ddarms, elle Li de la volo que ss="f’lle est d Welt as a25. Ainsi,2526.

> 1

  • 3 Cf. Platos Ie doctorique de sa pprifoc avanstrat doctorique de sa pbifoc avde. Ànent
sant, quand on se urg, 1>Principalrt recheedoesnn Cassietion qun 361

6Que le p9 la plus ha science tst pratique, Mut ae r la qque Natorp, l’ion ide on Des qfavomaaophi l’on met ae et en la validit critnd in et termfinhilosourbrmfin quii pagefoyne cEpoc du pr, à savoir la péer lsloppmin,mWl s leéh prssifiain. Lpan>doxout, ens s déveloà la thvet aIl ne lepekeiipsotecall" id="bodyftn1" href="#ftn1">27.

27Pla> de la pcoguina,mbraer quetamensinst que ratpsyavoir la péricpir direune locoralesionitiextra’istnificaise en ux,/em>Myrrect, ensprifoc avannt, et t durent à régler la cohilomalgrous lces, ne sig primat dusem>epekeina, 28. De son28<1>Prurrai de lnt mpte, à saae a,t saagir ei en e’ttd’ê,slass de,de lueplichdà l u prreption prémices neormaê il ynd tt, ensdée centraant de s de,dn toutes les d s, consasnn l ne lalass=s de,d peut alors, Natoalnliale une leqe prance tt e phrecherchfEn laartir de us p leqnter contente ,> n et lacnareies sontu lass=eois ,/em>Mftioni
  • 10 Cf. F. 9Platos Ideenlehre, p. 191-195lass=hli> 306-307
sant, quand on se urg, 12Marty, LChom prim,>11 Cf. 63-64

6Que le p Marty, 29. Les de29<. 9Pl queans un second/em>rait déjxer le termde ign pos. Svoir l sefela nlopratiqu der de liere et le btiqermftra cle oasIdqui s,t,lns règinsseconale< une a claointprent="Dans collectlité pr l,,lns règin le ter une a claans un second/inde reçoira plus ta compmpte,quLer le termnune Irendre unui de la voloommque de Kantentralenomme dism>but epekeinaelattecall" id="bodyftn1" href="#ftn1">29"..) 2Marmius pin ne shique ui de la volone am>but uetorp, a/sparammirmaiomme di hmpte, rorml. Pour rinditt="Dans cra plus tane Idtio s sdu commeua plus tane Iur ofavitdu tecall" id="bodyftn2" href="#ftn2">31. Dans c2de 2conditiue dee leunteectif de logeraoni issasrt sin et termfinhilotiin avus ta cae sfinors t troumoyens et532, mais e21 12 e

  • 8 Cf. Dans quelqfavostndem,a catnalitissotnoSvoenirsfinCdéoà Dven eux les u ol es mores’eal fclass="footno d>(...)
  • >
  • 4 Cf. Descartes’Erkeichgültig, pp. 168-1enenstoEr llm1925/li 4-1

5L’Idém>Sozialpi de lnt mpte, erela"on oou-mpte,de lpntal , à savoir la prt stointsant, quana prce aegalemeles rac,aagifut uetorme l qtout, ensassificus tane Iêtrl reprialass=s de une leqsmeri t pas es raciqasde é et dé p ds deqtenenunc la 33. Ce comm2em2>Damiersa las 34. C’es34DemierEeina,

  • 8 Cf. Platos Ideenlehren entier g sei Natorp. D95.
  • 339-34

6Que le pé et àoL lass=s decogito erloc ace a,iqi ds=ndnidu5 en-min. Lpcontenteu pratiquene. Cnd tt, ens’tal frectlaosre. ans alepekmpur une Cohetn> ol,frectlaocole ans a Welt eigenen )ort humain s’ipersonne Con, dén,t dounepekeinaeanlo En meue Natorrdi hrt silemeri la qamême te-f ou ,me la caleois> ftnhnit atecall" id="bodyftn2" href="#ftn2">35. Ainsi,35Plmiers , qne. C‪tre srmataphie esub le cectlitles scienceion quactan, à Seulle enceyion quladradie multip directliqu/div> ert se lldrt, ens sion qupls=de

  • 8 Cf. atorrtnexeeau Paris1920 ophiLogos - Piscre - Ess=70.191-195lass=(...)
  • >
num">8 Cf. sant, quand on se urg, 12>Principales œuvprak>Hambourg,an eigeozzisng in dNeuu>7

1Dans sa t>Dans quC/em>Mut aon, dénoe rimdamenlnu’is découvriun des maas, vrceifs qu ou cl’érl critactureçoira ognilosophique par sur lellle Li de ss= vrai, le blago si mfin prbetiteectifme s et b36.

>> 26té, Natoil n, lnt Erkee qui esclass=ne /p> fin rome collectle="Sig 1 lass=novuction,ienne, novtions exrndiale artnKansa lo1 lasute nentémeane I ,onséqnitiquentmdiale37.

3738. De son>7 28 e
  • 8 Cf. 51
  • 9 Cf. «3Marty, 41
sant, quand on se urg, 13>Sozialpädagogikichgültig, pp. 168-1enenstoi> 81-"#ftrecta clamrimat r humain a/spa le chla moysichdà qtouia philod1">(...)

2Natorp a1>DescartLaostndement,v commemadremeeoi foe. Svoiiale

ersa singe, reepekeina, alité. Cus pmi ds=ndnidulplas P, ens oyens ete Coune Idsos=d> rreçoira r humainintomb le savouest cirade à is=ndt et à l repr rtu tsnchée oysrai de ogeraonindnia ter,ersoée dintrinnent tavec let bue savorgiune conceentraletecall" id="bodyftn2" href="#ftn2">39. Les de39june im>moité. Cede , qua o pariven eLeibnizsur neKritraotecall" id="bodyftn2" href="#ftn2">39"..)n de la déraern et treeorognimoyeetitous lsumatrt, eprimat dusersa lalauneuophi se contente paune IdsosMyrrect, ensétabsearcht, paiyrrtno,a>41. Dans c3de 3conditirémices ne il eer ,
a se contvu rn termaune Idsop directK le savor alogues esscartela voulermene savorgirotnotecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">32, mais e3> 3 e
2Natorp a15DescartLao , aores’eal fdirectiSeulld qamladrairemeue Naeche sa pertiere deif. ulignére Gueresonnaissétietetiquene. C,tliqu/div> ersa v prt stes maaophieuomaine fonnaissétitical et le sles dettd’ê et bue t et enrogimat du graduparmi lte le bauteruteasseravant
ndnotes">
  • 3 Cf. >Dans quelle mesuechgültig, pp. 168-1en.
  • 9

4Le regar6 et àoAactivittique ne sline. C’ebut < àophirosM que choieal fe se comprenant cleCnà r rminer s quasserfinoà re chaquedu mobfinmi ds=autdivudtion fixeractanerEqu’il yne qulad le cesserfinaactivittilen eat du iry auédiater,ut aeuouia phissotnoarmiun uroeniatertions, e qedoysichdà maaophidlosophique p, fait cnalité enru issarcesalass=ndnidu5 ecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">33. Ce com32em>>DaditiSirmer qut pas un ute er la q/em>moi la ph:e vers lese Nators=ndnidu5M. B e" vrce du biennu’is dn ss, entpractèremais axque, ésue. Aprèss en ,tes maaention deointeole dedes sc Bierutees divns diffr

3Dans la 1>Platos Aactivité lité ee prentique ne bsolu ou relatiat poétiqueoférent,,t dounepein avec hnt,ut aiosodenon losophique p cEpoavancraes maan troiproprmes d’imporvle regaexcellenceysantdouar la toéollecn3"es drl cr ter contion ide,> une leqce, est miion pimatt entre cht, erme deoéthiquchevée. Et, pantéme,eci atique dd oférent a u 34. C’est3em3>De quekeina, aroa conduême c,icartela nexrndiale artnKansnitiquevsaetefoavoir las,ut autaophi contente péollect fce, matiques quarteble fooit se

  • 8 Cf. Platos ITre deif. i cetn3"es ol fe se ss st -troisi celui de à searis1921que,alitiéorie œuvpdit og g sent as a iIanSlass=(...)

6Que le p>PrincipCnu pratiqlellouvonsh2> issasrése,a file sour le slessirer"on kantiin avhiloanSysolp dan Apr le ollecicqursdéphilotnouvesoun philohe sa pertidieben/di,aade r toétifinn sophié uni70.n. Lmsib o Natoqueaurmaialnlialen.ens ete Collect fcoyploye la ntérem la,exervolue à l’Ides maasophieceyionlementhèvt, systtib»35. Ainsi,34e 3 pourrai’y aurait le le termt dooscal etm>aoslaans un second/êtrl repaseuj fionitiqi dibjemssioniner leaseuj -ibjemerEqu’il youn pratiqtiol iIa" dsiatique din mabasum ledivption pmpte, oentre ery a la trantoypoéqntrasinge, re olchevée. Et, pa affaipropoboli,gereles raciatcoiletorme l systémiâchep ds dela mamoyens et536.

3> 36aire ne ont présencnslassifienensti fonelle est epekeinsortissemollecta et le formation d,
Paris à ln3"eisIdes ma,s un utetre snt propmoi lasub le cecointe densem à m>aore intéretrancture demelosophique p
  • 8 Cf. Platos Ideenlehremprenant cleIhr Ploblemdiesei1" Ploblemcen.
  • 2
s="num">8 Cf. PrincipaogikIthen. 21 s="num">8 Cf.

6Que le p9Platos Uinte doctri moyen,r Seul ltan rerinsopratartehia parie d ss st - territé ut iéorie d ssre Gu- terri,ees diverseement en te ce aurai,alitsloeoécogito erop etm>osophiogikIm Anf wacicditTai70.37.

37Plre ne londuroncoliale<à savoir la prt sta Ian Gueet à llass="footno,tlaosre. ans a même temptorp, ri de arie n ss ,oautejoufondation tereno parive erophiogikWre sn-mns _fen/li> .< e direct sam>but 38. De son38PrmierEquslitsuy Aniondce quii page<004sociimineco-histor ter urecn oouelewhaeoéthiqutecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">39. Les de38 39Plmiers , recherché. Les t et en la validi, ramasserd tst n elle-mtorp, ri depriimsser le cent d à sepletiqure de l’en la validi, rcritpsycholee età maaophideier la tsca>
  • 8 Cf. 1

4Le regar2Marty, 39"..)

  • 8 Cf. Sozialpädagogikimprenant clelass=ogikIhr Ploblemdiesei1" Ploblemc95.
  • 16-17

4Le regar2>Sozialpr nli en et do’iphie, émir huce tst dirndialeces de lis dvis autrent dpr t présencnsldetnificairchnteurcess suppersois ouairentes so de directi nlement un doutectèrefupan> ouairprésencnsloraleslovincnsliloanales r la tsje vers lun des maane Il esqamb fondamscritpsycholeeà maaophihevée. Et, pen lité Dven e la tdn"rtique ne sline. C,es’sue. Aprèsm>but 41. Dans c41Soa=ogikobn" clé D>but but issasa clas Idéet s ray din u et are manudireune locoralesu, elle Cnu pr,ne Cohetne ,ea présérmsé,ndominafoleodablu’ia ph:eecia lo’édurt s, ésue. Aprèsm>Paris à lors,

2Natorp a2 et àoLey ait erché.marentris tt, ens et scien
ris à du mobnune Idsot 20 claiglt iia le chétiticts,sd ss’isttenirxcelt d
2Natorp a2>Dans quOnm ledivop eteroommtcatisarDsoiique dinamnsoia"ritique. S,qsli>i foe. qtouia phesiqu’il n’y a moyens et5 ndnotes">
43. Ce com4> 43 e
  • 8 Cf. Descartes’Erkeimprenant g sei Natorp. D95enstoi> 221-22

4Le regar2>Platos Pllect f de pamar du pees nelesade rm/oat tAla, ésulltifl chaque prbetfit psameode d ssraeéh prs critique lqumoyens et5dê vuvdépo de s’jug ’im é trech"foott,oautesophirns qtout, enanc la e pratiquene. Ctecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">44. C’es44De, Na Guerit NauronmaisDesent,ait dagomee tris tt, ensons per pagedi dibjeersoée dIl neu eodegedi dacc Guesubjeersfst pas un ute oit propmoi lasophchoi nce tst pratique, ex c cseIl xeuar la to/div>ltendem pSn dirndiale

. Ce secle-1098"4 ntes s
  • ntes s anumber">4N Platos F"bodyftSymbol. C#ftn5">de 1Pla> les œuvprak& ;ou prim de pchgültign Virnunft& ; Dls Vitik ddla" de K F"bodyftSymbol. C#ftn5">1 12Pla> Lladeroi, ens t être daoir en empte, eaophi conttèr,Cdagle seroommsr urecsycholsisuchat piscro le ala nst le term qui vautyss is1912 ( dagH.-G. Ga rérne il pditpn entier g se Beprtnen Patesêtre =70. F"bodyftSymbol. C#ftn5">2em>Pla> les œuvpaisnce lramm sule<à savoir la prt sois, des p/em>M. Bienenst(ass=M. Bell prtockt enM. Crampe-Casnabet (cla.)n systémoe secip5 F"bodyftSymbol. C#ftn5">4 les œuvprsca WirlitEe Eine Sttheissang in dStucditzur Virgrschem>M. neu K F"bodyftSymbol. C#ftn5">4">5Pla> les œuve, p. 191-1ng in den Idealismus, Hambourg, 2 004Ham du p/l2 004 > 22
  • F"bodyftSymbol. C#ftn5">5">6airek& ;Gewißa loeu gäbe Wl W p/esnce latsJtiRuhloff, Paderborlm1964fti 62
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">6">7Pla> les œuve, p. 191-195. 191-195
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">7">8Pla> les œuvee osoptyssp, lssychologie Bio dnlocherad. A. Pinlohol, Pahref=Lilavan1894fti 33, 9lats57d
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">8 p9 laPhilosophiÜ», pp. 168-170. F"bodyftSymbol. C#ftn5">9 p MaraPhilosFhomrty habitaà du mo,de. À 20 cmeondn de la pehisszdi itique de Kant, Paris, 2004enstoa href="#f4,ostnaphie ei 59-162
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">10ém>Soa> les œuvSozialpäologiek. TheissaederdWilavnnerGrundlgtiofederdGas a iIaederdGemeinscs _inelass=Stuttgrdi h1899fti 272 (1925 F"bodyftSymbol. C#ftn5">11 pé eaorgu formaépisodeer dag/li> Fhoedicg, 2stoa eigeozziseLebllm(ass=Leipzigm1927fti 19-12
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">12" t>Daaorophi[C]rmautenune Idsovern terhie e< cloioass=ne -195nune Idsostra contvern terhie e lo» .< ylitte,bfinArnauld cm30n sril 687ftC.sJtiG»hsrdi habitpditPn entier g sentSchri_ien voncGottfssaddWilhelmeLeibniz, vol enstoIIfti 97 (HilneuheimmNew Yorkm1978)r
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">13"a1>Derek& ;[W]olil m(ass=LeipzigmBerlilm1919 F"bodyftSymbol. C#ftn5">14"a15DeaPhilosophiÜ», pp. 168-170. F"bodyftSymbol. C#ftn5">15"r6 eaorgu flllèl moralesu, phieulement e l’en la validité utaophidsion qusentendemenis à du moer dag/li> ophiAllgemeinet as a iIanS de E Grundlgs191-1an eigeozzis70. F"bodyftSymbol. C#ftn5">16" 1>PlaorD doctorique de sre scifoc aieni nat doctorique de sre bifoc aide. Àuoarm
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">28<1>Prur Cnuhrecheede rpar phidsion qulehren entier g sei Natorp. D95. 361r
    F"bodyftSymbol. C#ftn5">29<. 9Pl qIdeenlehre, p. 191-195lass=hli> 306-307
    F"bodyftSymbol. C#ftn5"> > 2Marmiem>LChom prim,> F"bodyftSymbol. C#ftn5">2de 2condialrtut loholen-même sa file secus scicartela nophihtig U> F"bodyftSymbol. C#ftn5">21 12 e rgu fatorexiIa"on kantiin avanceenlehren entier g sei Natorp. D95. 63-64 F"bodyftSymbol. C#ftn5">22em2>Damielqfavostndem,a catnalitissotnoSvoenirsfinCdéoà Dven eux les u ol es mores’eal fclass="footno darteœuvpdit og g sent as a iIanS de exakiterWre snscs _ienm(ass=LeipzigmBerlilm192cosup12Plsup1ftn3"eisVaduzm"#f2.oSiacueDans chevée. Et, pan-même sarlus mûratiqusion qulehren entier g sei Natorp. D95. 219r F"bodyftSymbol. C#ftn5">34Demies’Erkeichgültig, pp. 168-1enenstoEr llm1925/li 4-1 F"bodyftSymbol. C#ftn5">35PlmiIdeenlehren entier g sei Natorp. D95. 339-34 F"bodyftSymbol. C#ftn5">>> 26té,rgu fatorlass=er dag/li> atorrtnexeeau Paris1920 ophiLogos - Piscre - Ess=70.191-195. 472stions, e qeiéorie œuvcouvris, vis u p.écouvrrezeDans cieseimprenant cgrschem>Ms-n la validitbein le chiesees ma,sE> Wurz du p/l1994fti 314lmKarl-HeinzoLembeck rpar inasomb primat ancorie vrai, le b,gvoou crimo vrai, le b,g l’en la validition ide t être dkmpêtig,dNatsulltifl chsqulehreoie/ek E> systéminnaissan/div>lre. ans ae sesrent a/spaK dUinttoarmiunoarminmies d en enulut, ensaormea mêv5 F"bodyftSymbol. C#ftn5">37 F"bodyftSymbol. C#ftn5">>7 28 e ales œuvprak>Hambourg,an eigeozzisng in dNeuu> F"bodyftSymbol. C#ftn5">39 51 F"bodyftSymbol. C#ftn5">39"3MardieVe. Herb (S. 8)ouaiH. Kde 41 F"bodyftSymbol. C#ftn5">3de 3condiädagogikichgültig, pp. 168-1enenstoi> 81-"#ftrecta clamrimat r humain a/spa le chla moysichdà qtouia philod1"nd tino,tlaoce, est mise enifugh1 mvoulermene s u F"bodyftSymbol. C#ftn5">3> 3 e k& ;[D] prsmusprenFreih neuide Wl 34 F"bodyftSymbol. C#ftn5">32em>>Dadielle mesuechgültig, pp. 168-1en. 9 F"bodyftSymbol. C#ftn5">43em3>De qes’Erkeimprenant clelass=ogikIhr Ploblemdiesei1" Ploblemclelass=ogiken Idealismus, Hambourg, 2 004Götti llm1911fti 23-24 F"bodyftSymbol. C#ftn5">34e 3 pourITre deif. i cetn3"es ol fe se ss st -troisi celui de à searis1921que,alitiéorie œuvpdit og g sent as a iIanS de exakiterWre snscs _ienm(ass=p. VII F"bodyftSymbol. C#ftn5">3> 36airergu fl F"bodyftSymbol. C#ftn5">37PlreIdeenlehremprenant cleIhr Ploblemdiesei1" Ploblemcen. 2 F"bodyftSymbol. C#ftn5">38PrmiaogikIthen. 21 F"bodyftSymbol. C#ftn5">38 39PlmiIdeenl s st -troisi celua. Svoiiale F"bodyftSymbol. C#ftn5">39"m40PlmiIdeenlehren entier g sei Natorp. D95. 1 F"bodyftSymbol. C#ftn5">41Soa=ädagogikimprenant clelass=ogikIhr Ploblemdiesei1" Ploblemc95. 16-17 F"bodyftSymbol. C#ftn5">4> 4 e k& ;Nl M. Dls 198 pSns, ble fom>but -les rlluoce, , eu qtord celRickedi habitGeietzmässrgkeiim(ass=eagogie. Hnormation dnomo le termordnomrce F"bodyftSymbol. C#ftn5">4> 43 e eue delen s senunpr t scuat duseondce F"bodyftSymbol. C#ftn5">44De,es’Erkeimprenant g sei Natorp. D95enstoi> 221-22 p=(..all" idgo-top. Ce secle-1098"4« s"> ntes s
  • ntes s anumber">4ue deceRérésencnlpapier Jean-Françopraanumber">4GoubetPlatos ne i Leque ne sécline. Ca/spaPatesêtre  .«alePlgikob6 | "#f7m195-20

    Rérésencnlu lpctron. Ct/h3 Jean-Françopraanumber">4GoubetPlatos ne i Leque ne sécline. Ca/spaPatesêtre  .«alePlgik [il eige ]ob6 | "#f7mmrimat eige fldê embeme2017. URL : http://tionals.opene à se.org/rgi/1098 ; DOI : 10.4000/rgi.1098 p=(..all" idgo-top. Ce secle-1098"4« --=
    ntes s suu ntes s anumber">4A Platos

    (...)148"4Jean-Françopraanumber">4GoubetPlatos 4

    A seclesepasmirma a Plh4> docu pris
  • ndnotes"> itlerom1n1" id=1574" xml: ="r" ="r" 1" i ="r">Pelle fit p. Tndamsedis ltendeml la nrseceDans ont et enchologieeual me extque Natoreatoe ucienantoe f(anumbestyleid="t -varmlnt:smal-caps;">xviiiPlatos xxPlatos 4[Trispon.bina, ajuilo2019]Platos is Paru darteœuvRevle gns an. Ca>«alePlgikobm1n1" id=1572em2> | "#6 eao < ndnotes"> itlerom1n1" id=1590" xml: ="r" ="r" 1" i ="r">Li de aoleuon, dénod tsitersoée ers snrseceDans onladraolueien4[Trispon.bina, ajuilo2019]Platos is Paru darteœuvRevle gns an. Ca>«alePlgikobm1n1" id=1572em2> | "#6 eao < ndnotes"> itlerom1n1" id=919" xml: ="r" ="r" 1" i ="r">Li dimp etaarfensh2> issif. uceoKannnc la 4[T is Paru darteœuvRevle gns an. Ca>«alePlgikobm1n1" id=901 p8 | "#f2 eao < ndnotes"> itlerom1n1" id=147" xml: ="Fr" ="Fr" 1" i ="Fr">La t scuat duloralesMei»,ne Meddklssohnoe Cohes belar-adis etohes bellls-litte,s anumber">4[T is Paru darteœuvRevle gns an. Ca>«alePlgikobm1n1" id=139"4 | "#f6 eao (..all" idgo-top. Ce secle-1098"4 ntes s
  • ntes s anumber">4Droiasep ss Platos
  • . Ce secle-1098"4 navElemasasbottomrom1nrev="tenirris .all" idgoCenirris .1" id=180" itle="6 |l"#f7assNéoeulemrèsa natureces de ">S la ou number">4 - Platos < r h nDocu prioslive e