Navigation – Plan du site
Vers une histoire anthropologique des transferts culturels

L’anthropologie dans l’œuvre américaine d’Alexandre de Humboldt

Christian Helmreich
p. 121-132

Résumés

Dans la présente contribution, nous nous intéressons aux observations anthropologiques qu’Alexandre de Humboldt (1769-1859) a faites au cours de son voyage en Amérique du Sud, au Mexique et à Cuba (1799-1804). Après avoir souligné les limites du regard anthropologique d’Alexandre, l’analyse porte sur deux points centraux du discours du voyageur. D’abord, Humboldt s’inscrit en faux contre l’idée d’une faiblesse physique, intellectuelle ou orale des Amérindiens ; il n’hésite pas à comparer les Caribes à des statues d’Hercule en bronze. Dans un second temps, nous étudions la perception de l’« homme sauvage » par Humboldt : l’explorateur cherche à rendre compte de la diversité des Amérindiens et se refuse à tenir un discours général qui serait valable pour tous « les Indiens », tandis que, par un mouvement inverse, par sa méthode comparative, il réintroduit simultanément les perspectives larges en inscrivant résolument les indigènes de l’Amérique espagnole dans le tableau général de l’humanité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur le mythe Humboldt, cf. Jürgen Osterhammel, Alexander von Humboldt, « Historiker der Gesellscha (...)
  • 2  L’aspect encyclopédique du voyage d’Alexandre de Humboldt est mis en lumière par Jean-Marc Drouin, (...)
  • 3  Jean-Antoine Chaptal, Mes souvenirs sur Napoléon, Paris, E. Pion, Nourrit et Cie, 1893, p. 383.

1Le grand voyage d’Alexandre de Humboldt (1769-1859) en Amérique espagnole entre 1799 et 1804 a souvent été considéré comme une espèce de seconde découverte de l’Amérique. Un certain nombre de gestes et d’événements mémorables expliquent la célébrité de l’explorateur à son retour en Europe. Voilà en effet un homme qui semble se mouvoir avec une facilité déconcertante au cœur de la forêt amazonienne aussi bien que sur les versants du Chimborazo, que l’on prenait alors pour le sommet le plus élevé de la planète ; près de Quito, il gravit les pentes de volcans en activité, au Pérou, il donne des nouvelles des vestiges incas, au Mexique, il se plonge dans les archives et analyse les ressources minières du pays, et quand, sur le chemin du retour, il s’arrête aux États-Unis, il y rencontre le président Jefferson. Le voyage de Humboldt a donc un impact quasi mythologique1. Cela n’ôte rien cependant à la valeur scientifique de l’expédition. La considération dont le voyageur jouit auprès des hommes de sciences qui lui sont contemporains tient notamment à l’ampleur des matières embrassées2. A Napoléon qui, comme on sait, n’aimait guère Alexandre de Humboldt, Chaptal explique : « M. de Humboldt possède toutes les sciences, et lorsqu’il voyage, c’est toute l’Académie des sciences qui marche. »3 Parti pour étudier avant tout la géographie physique, la géologie, la flore et la faune de l’Amérique équinoxiale, Humboldt rapporte du Nouveau Monde non seulement une somme considérable d’observations qui relèvent de l’histoire naturelle ; il fait de surcroît œuvre d’archéologue, d’historien, d’économiste, d’observateur de la situation sociale et culturelle de l’Amérique espagnole.

  • 4  Cf. sur ce point Sergio Moravia, Im Scienza dell’Uomo nel Settecento, Bari, Laterza, 1970 ; Jean C (...)
  • 5  Il convient de souligner que les trois volumes de la Relation historique, parus entre 1814 et 1825 (...)

2Parmi toutes les matières traitées par Humboldt dans son œuvre américaine, il arrive que l’on passe sous silence ce qui relève de ce qu’on appelle alors « l’observation de l’homme »4. Tout au long de son voyage, Humboldt ne manque pas d’étudier attentivement les modes de vie, les coutumes et l’histoire des peuples amérindiens. Ces observations jouent un rôle fondamental dans le récit que Humboldt donne de son voyage après son retour d’Amérique, c’est-à-dire dans les trois volumes de la Relation historique qui forment en quelque sorte la partie narrative du monumental Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent en 30 volumes que Humboldt fait paraître – à Paris et en français — entre 1807 et 18375.

  • 6  Alexander von Humboldt, Lateinamerika am Vorabend der Unabhängigkeitsrevolution. Eine Anthologie v (...)

3C’est cet aspect-là de l’œuvre américaine de Humboldt que je tenterai d’éclairer dans les développements qui suivent. Je m’appuierai pour ce faire sur la Relation historique, mais aussi sur les journaux de voyage de Humboldt dont de larges extraits ont été publiés ces vingt dernières années6. Dans un premier temps, il me semble utile de mettre en lumière les limites de ce qu’on peut appeler l’« anthropologie » de Humboldt ; en second lieu j’analyserai le traitement humboldtien de ce que le xviiie siècle appelle la « faiblesse » des Indiens, avant de me consacrer enfin à la façon dont il cherche à rendre compte de l’« étrangeté » de l’homme sauvage.

Limites de « l’anthropologie » humboldtienne

  • 7  Sur Aimé Bonpland, cf. Nicolas Hossard, Aimé Bonpland, 1773-1858. Médecin, naturaliste, explorateu (...)

4La première limite des recherches anthropologiques de Humboldt est à chercher dans la part restreinte que l’étude des hommes a, au départ, dans le projet d’Alexandre. En effet, l’expédition qu’entreprend Humboldt est destinée en premier lieu, dans l’esprit d’Alexandre lui-même, à apporter des données nouvelles dans le domaine de la géologie et de la minéralogie, celui de la géographie physique et de la cartographie, dans le domaine de la botanique, de la zoologie, de l’étude des climats, etc. Ce qui semble avant tout avoir intéressé les contemporains, ce sont les relevés astronomiques de Humboldt qui permettent de corriger les cartes très fautives de l’époque, mais aussi les spécimens et les observations minéralogiques et botaniques. Le compagnon de Humboldt lors de cette expédition, Aimé Bonpland7, est un botaniste, élève de Jussieu. Humboldt et Bonpland reviennent d’Amérique avec des herbiers contenant près de 6 000 espèces, dont 3 600 étaient auparavant inconnues.

  • 8  Pascal Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1988 ; Jean-Marc Drouin, L’Ecologie et son histoi (...)

5Même constat si nous nous tournons vers les publications issues du voyage américain. Le premier ouvrage que Humboldt publie à son retour est l’Essai sur la géographie des plantes (1807), considéré comme l’un des ouvrages fondateurs de l’écologie scientifique8. En revanche, Alexandre n’a publié aucun ouvrage qui soit spécifiquement consacré à l’anthropologie. On le voit : les observations « ethnologiques » — pour employer ici un adjectif inexistant en 1800 – ou anthropologiques ne sont en quelque sorte que les produits collatéraux de son voyage. Humboldt souligne d’ailleurs lui-même ce point dans son journal :

  • 9  Lateinamerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122].

À cause de la grande diversité des objets, il est difficile de tout noter. On se dépêche de noter tous les faits, les mesures, les descriptions de la nature – et toutes les observations plus générales et plus intéressantes précisément sur la culture des hommes, sur leur vie sociale se trouvent écartées. On croit que ces observations resteront davantage gravées dans notre souvenir, et l’on désire recueillir plus de matériaux. [...] Ainsi, ce qu’il y a de meilleur ne se trouve pas dans le manuscrit9.

6Cette remarque témoigne à quel point Alexandre lui-même était conscient des limites matérielles de son travail sur les habitants indigènes des pays qu’il traverse. Mais elle est simultanément le signe de l’attention extrême que l’explorateur porte néanmoins à cet aspect de son voyage. Etonné par le grand nombre et par l’extrême diversité des Amérindiens, Humboldt sera très rapidement attentif à leur mode de vie, à leurs usages, leurs coutumes, leurs traditions.

  • 10  Pendant son voyage, Humboldt a notamment utilisé – en ne citant ici que les sources les plus célèb (...)
  • 11  Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour ser (...)
  • 12  Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des (...)
  • 13  Charles-Marie de La Condamine, Relation abrégée d’un voyage fait dans l’intérieur de l’Amérique mé (...)
  • 14  Humboldt cite dans ses journaux notamment Joseph Cassani, Historia de la Provincia de la Compania (...)

7Ce faisant, Humboldt ne s’inscrit pas dans un champ vierge, et ce sera là la seconde observation que je désire faire ici afin de marquer les limites de son œuvre. En effet, si Humboldt a été comparé à Christophe Colomb, il faut bien noter qu’à la différence de ce dernier, il a toujours (ou presque toujours du moins) foulé un sol déjà connu et – surtout – déjà décrit par les Européens. Pendant son voyage et a fortiori après le voyage, Humboldt ne cesse de se référer aux écrits de ses prédécesseurs : citons en premier lieu les ouvrages des historiens de la colonisation espagnole10, les ouvrages « philosophiques » de Cornélius de Pauw11 et de l’abbé Raynal12, mais aussi les récits de voyage comme ceux de La Condamine (qui fut l’un des premiers voyageurs scientifiques à traverser la forêt amazonienne), de Jorge Juan et de Antonio de Ulloa13, ainsi que les ouvrages, moins connus mais fort utiles, des religieux espagnols qui donnent des descriptions détaillées des régions où ils sont implantés14. Humboldt dispose donc d’une masse documentaire considérable.

8Dans son récit de voyage, il distingue trois sources : ce qu’il a vu lui-même, ce qui lui a été raconté soit par les missionnaires espagnols soit directement par les Indiens eux-mêmes, et enfin ce qu’il a lu. Voir de ses propres yeux : il faut là encore insister sur les limites du travail anthropologique de Humboldt. Notre explorateur est en effet une espèce de nomade : il voit les différentes tribus, mais ne s’attarde guère dans les villages indiens, et ses observations sont faites pour ainsi dire en passant. Certes, Alexandre cherche à recueillir des informations de première main ; c’est à cet effet aussi qu’il compose des lexiques qui lui permettent d’acquérir quelques connaissances sur la langue des primitifs rencontrés au cours de son voyage. Pour autant, il ne faut pas s’attendre à voir Humboldt se transformer, un siècle avant Malinovski, en une espèce de « participant observer » qui pratiquerait la technique de l’immersion.

  • 15  Antonello Gerbi, The Dispute of New World, translated by Jeremy Moyle, Pittsburgh, University of P (...)

9De surcroît, il n’est pas toujours facile de faire le départ entre les trois types de sources que j’ai distingués. Les informations de seconde main recueillis par l’explorateur – ce qu’il lit et ce qui lui est raconté – contaminent d’une manière ou d’une autre ce qu’il observe de ses propres yeux. La question de la prétendue faiblesse des peuples amérindiens est une bonne illustration de cette imbrication entre choses vues et choses lues. Car si cette thématique joue un rôle important dans les observations d’Alexandre de Humboldt, c’est bien parce qu’elle a donné lieu à un traitement littéraire intense dans la seconde moitié du xviiie siècle15.

De la faiblesse des indiens

10En Amérique, écrit l’abbé Raynal,

  • 16  Raynal, Histoire philosophique [cf. ci-dessus n. 3, p. 124], t. IX, p. 22, cité par Charles Min-gu (...)

les hommes [...] sont moins forts, moins courageux, sans barbe et sans poil ; dégradés dans tous les signes de virilité, faiblement doués de ce sentiment vif et puissant, de cet amour délicieux qui est la source de tous les amours, qui est le principe de tous les attachements, qui est le premier instinct, le premier nœud de la société, sans lequel tous les autres liens factices n’ont point de ressort ni de durée16.

  • 17  La Condamine, Relation abrégée [cf. ci-dessus n. 4, p. 124], p. 53.

11En 1745, La Condamine notait déjà que les Indiens « passent leur vie sans penser et vieillissent sans sortir de l’enfance, dont ils conservent tous les défauts »17. Face à ces jugements relativement proches émanant d’un polygraphe qui fait, à Paris, la synthèse d’images assez répandues sur l’homme américain et d’un voyageur qui a vu les habitants du nouveau continent, quelle est l’attitude de Humboldt ? Il note d’abord les faits qui ne concordent pas avec les descriptions des voyageurs et des philosophes. Le récit qu’il fait de son premier contact avec les habitants du nouveau continent est de ce point de vue significatif : placé à un endroit stratégique du récit, au moment où les voyageurs (et, avec eux, les lecteurs du récit de voyage) brûlent de quitter le navire après un périple en mer assez long et pénible, cette première impression possède la valeur d’un signe. Le navire espagnol sur lequel Humboldt et Bonpland ont embarqué à La Corogne s’approche du port vénézuélien de Cumaná :

  • 18  Alexandre de Humholdt, Relation historique du Voyage au Nouveau Continent, t. I, Paris, F. Schoell (...)

Au moment où nous nous disposions pour aller à terre, on aperçut deux pirogues qui longeaient la côte. [...] Il y avait sur chacune d’elles 18 Indiens Guayqueries, nus jusqu’à la ceinture, et d’une taille très élancée. Leur constitution annonçoit une grande force musculaire, et la couleur de leur peau tenoit le milieu entre le brun et le rouge cuivré. A les voir de loin, immobiles dans leur pose et projetés sur l’horizon, on les auroit pris pour des statues de bronze. Cet aspect nous frappa d’autant plus, qu’il ne répondoit pas aux idées que nous nous étions formées, d’après le récit de quelques voyageurs, des traits caractéristiques et de l’extrême foiblesse des naturels18.

12Cette première impression sera confirmée bien plus tard. À propos des Caribes, Humboldt note dans son journal :

  • 19  Alexander von Humboldt, Reise durch Venezuela [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 342 ; cf. aussi p.  (...)

Les Caribes sont la race d’hommes la plus grande, la mieux formée, la plus belle que j’ai jamais vue. [...] Tous, presque tous mesurent six pieds, ils sont minces, leurs membres bien proportionnés, avec une petite tête comme dans les statues anciennes, et des muscles si beaux que l’on croit voir le dos d’un Jupiter olympien en bronze. Dans toute l’Europe, il n’y a pas de nation qui puisse se comparer à eux pour la taille et pour leur merveilleuse beauté19.

13Dans sa relation de voyage imprimée, Alexandre modère quelque peu son enthousiasme, mais n’en souligne pas moins la ressemblance des Indiens Caribes avec des statues de bronze de l’Antiquité, une comparaison qui vient assez fréquemment sous sa plume. Dans cette affaire, on voit donc Humboldt inscrire son propos dans une double référence. Ses observations s’inscrivent de façon polémique contre les récits de voyage de ses prédécesseurs et contre les « philosophes » de Pauw et Raynal. Simultanément, pour valoriser les Caribes ou les Guayqueries, Alexandre compare certains des corps indiens qu’il aperçoit aux statues grecques ou romaines.

14Allieurs, Humboldt souligne d’autres qualités des Amérindiens qu’il rencontre, notamment leurs connaissances botaniques ou encore l’acuité de leur vue — qualités qui contrastent avec l’ignorance des choses de la nature et la méconnaissance de leur environnement que le voyageur croit constater chez les Européens établis en Amérique du Sud :

  • 20  Alexander von Humboldt, Lateinamerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 181. Le contras (...)

L’homme sauvage est l’Observateur de la Nature le plus fidèle, le plus exact. Il connaît les branches des arbres de ses forêts, les Singes tête par tête. Il voit et observe en même tems les Serpens rampant dans l’herbe et le chat tigre qui voltige d’arbre en arbre. Cet instinct d’observer la nature, cet aiguisement des sens se conserve même chez les Indiens qui vivent dans les Établissemens européens, et qui ne diffèrent des Sauvages que par la lâcheté de se faire gouverner par un moine20.

  • 21  Ibid., p. 128.

15Enfin, déplorant souvent l’incompétence de l’administration espagnole ou encore l’ignorance des missionnaires et des colons installés pourtant depuis plusieurs générations, il souligne que, pour peu qu’ils aient gardé leur indépendance, « les Indiens sont les seuls Géographes des Indes »21.

  • 22  Relation historique, t. I [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 458 s. (liv. III, chap. 9).
  • 23  Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, 2 vol (...)

16Ce faisant, Humboldt ne bouleverse pas fondamentalement les schémas que l’on rencontre chez ses contemporains : on est frappé par la permanence de l’opposition entre l’homme civilisé et primitif Dans la Relation historique, Humboldt cherchera à préciser ce point et soulignera sa réticence à employer le terme de « sauvage ». Ce terme ne doit pouvoir s’appliquer qu’aux peuplades nomades. Partant, il ne saurait désigner les Indiens d’Amérique du Sud sédentaires et agriculteurs22. Si Alexandre conserve néanmoins l’idée d’une gradation des civilisations, il la nuance de deux manières. D’abord, 0 souligne l’importance du point de vue de l’observateur : il n’y a pas de critères objectifs capables de fonder l’opposition entre civilisés et non civilisés. Les Mexicains et les Péruviens « ne sauraient être jugés d’après des principes puisés dans l’histoire des peuples que nos études nous rappellent sans cesse »23. Cette remarque permet notamment de mettre en doute la validité du jugement de valeur moral lorsque l’on cherche à établir la place réelle des civilisations américaines – précision particulièrement utile pour l’étude des civilisations mexicaines qui ont pratiqué les sacrifices humains (ou encore pour juger le cannibalisme). Un haut degré de culture dans certains domaines peut coexister avec, dans d’autres secteurs de la vie sociale, des pratiques jugées barbares :

  • 24  Vues des Cordillères, t. II, p. 99, cité par Charles Minguet, p. 439.

Les progrès de la civilisation ne se manifestent pas à la fois dans l’adoucissement des mœurs publiques et privées, dans le sentiment des arts, et dans la forme des institutions. Avant de classer les nations, il faut les étudier d’après leurs caractères spécifiques24.

17En second lieu, Alexandre note le caractère profondément anhistorique de l’opposition entre l’homme civilisé et l’homme sauvage. Une vision statique de l’homme américain, souligne-t-il, est à proscrire. En d’autres termes : les Indiens ne sont précisément pas les enfants que les observateurs fort nombreux ont décrits, ce ne sont pas des peuples qui ne seraient pas encore civilisés, mais des hommes qui viennent après, longtemps après un stade de civilisation élevée. Les peuples de la forêt amazonienne sont retournés à la barbarie.

  • 25  Relation historique, t. 1 p. 458.

18L’état dans lequel nous voyons ces peuples est le résultat de circonstances précises : « L’isolement, la misère, des migrations forcées, ou les rigueurs du climat effacent jusqu’aux traces de la civilisation. »25 Le premier terme de cette énumération est peut-être le plus important dans l’esprit d’Alexandre : le progrès de la civilisation est tributaire avant tout de facteurs démographiques. Les régions densément peuplées sont presque ipso facto aussi les plus civilisées : le regroupement d’un grand nombre d’hommes sur un territoire limité présuppose en effet une organisation sociale et économique complexe. Alexandre tente donc d’expliquer à la fois l’état présent des peuples indigènes et l’idée erronée des premiers Européens qui croyaient avoir affaire à des peuples restés dans l’enfance :

  • 26  Ibid., p. 459 (liv. III, chap. 9). La métaphore du naufrage est fondamentale pour comprendre l’his (...)

Dans le Nouveau-Monde, au commencement de la conquête, les indigènes ne se trouvoient réunis en grandes sociétés que sur le dos des Cordillères et sur les côtes opposées à l’Asie. Les plaines, couvertes de forêts et entrecoupées de rivières, les savanes immenses qui s’étendent vers l’est et bornent l’horizon, offraient à l’œil du spectateur des peuplades errantes, séparées par la différence du langage et des mœurs, éparses comme les débris d’un vaste naufrage26.

19De ce naufrage, la colonisation est en partie responsable, et Humboldt ne manque pas de souligner dans son journal à quel point l’intrusion étrangère a eu, sur les nations amérindiennes, un effet dévastateur, – un effet qui se poursuit à l’heure où il écrit :

  • 27  Lateinamerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 231. Ce n’est pas ici le lieu de discut (...)

On dit que les Indiens sont oisifs et paresseux. Tout homme l’est qui ne jouit pas du fruit de son travail. [...] Changez la situation de l’Indien, faites-le jouir du fruit de son travail et il cessera d’être oisif. Voyez le Pérou, ses ruines d’édifices, des chemins somptueux de 3-400 lieues de long, des canaux pour arroser les terres — les hommes qui ont laissé ces monuments n’étaient certainement ni oisifs ni abrutis. C’est l’esclavage et ce qui est pire que l’esclavage, cet esprit de tutelage dans lequel une fausse pitié a mis l’Indien et qui a ouvert la porte à toute sorte de vexation qui ont abruti l’Indien. Les Indiens doivent être regardés comme les Juifs que la persécution et le Fanatisme a rendu d’une Nation belliqueuse et industrieuse qu’ils étaient, vils, lâches et oisifs27.

20Si Humboldt tend à réhabiliter les civilisations américaines et à fixer les caractères spécifiques des peuples qu’il rencontre au cours de son voyage, il n’en reste pas moins, sur certains points, prisonnier de sa propre conception du progrès des civilisations. Ainsi, dans ses analyses, le regard historique pré-historiciste que revendique le voyageur se trouve souvent infléchi par une vision plus téléologique des progrès de l’humanité. Alexandre réintroduit dans le même mouvement les valeurs morales et esthétiques européennes qu’il semblait vouloir relativiser pour le besoin de son analyse. Cela confère à son texte un caractère parfois ambigu : ainsi, les indigènes de l’Orénoque représentent-ils l’enfance de l’humanité ou au contraire un stade bien plus tardif, un état de barbarie après la civilisation ? Alexandre semble parfois ne pas décider, ne pas vouloir résoudre la contradiction :

  • 28  M. de Volney [note de Humholdt ; il s’agit d’une allusion ami Tableau du climat et du sol des Etat (...)
  • 29  Relation historique, t. II [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 258 (liv. VII, chap. 19).

Le rassemblement des Indiens à Pararuma nous offroit de nouveau cet intérêt qui attache partout l’homme cultivé à l’étude de l’homme sauvage et du développement de nos facultés intellectuelles. Qu’on a de peine à reconnaître, dans cette enfance de la société, dans cette réunion d’Indiens mornes, silencieux, impassibles, le caractère primitif de notre espèce ! On ne voit point ici la nature humaine sous les traits de cette douce naïveté dont les poètes ont tracé, dans toutes les langues, des tableaux si ravissant. Le sauvage de l’Orénoque nous parut aussi hideux que le sauvage du Mississipi décrit par le voyageur philosophe28 qui a su le mieux peindre l’homme sous les climats divers. On aime à se persuader que ces indigènes, accroupis près du feu ou assis sur de grandes carapaces de tortues, le corps couvert de terre et de graisse, fixant stupidement leurs yeux, pendant des heures entières, sur la boisson qu’ils préparent, loin d’être le type primitif de notre espèce, sont une race dégénérée, les faibles restes de peuples qui, après avoir été long-tems dispersés dans les forêts, ont été replongés dans la barbarie29.

Le primitif comme étranger

21On s’aperçoit bien, à la lecture de ces textes, qu’il convient de creuser davantage encore la définition de l’homme sauvage chez Alexandre de Humboldt. Je tenterai de distinguer ici deux aspects à l’intérieur de cette problématique centrale. J’analyserai d’abord ce qu’on pourrait appeler la mise en évidence de l’altérité de l’autre, avant d’examiner l’usage, chez Humboldt, de la méthode comparative.

221 / Humboldt reconnaît toute la distance qui le sépare des Amérindiens — une distance qu’on ne saurait effacer et qu’il est inutile de vouloir nier. À cette thématique se rattachent de façon manifeste toutes les notations qui, à l’intérieur des textes humboldtiens, concernent les difficultés de la communication entre lui-même et les indigènes. L’auteur de la Relation historique met notamment en garde contre le recours aux interprètes : « ils entendent plutôt le castillan qu’ils ne sont capables de le parler », note-t-il. « Dans leur indolente indifférence, ils répondent comme au hasard, mais toujours avec un sourire officieux : oui, mon père, non mon père à toutes les questions qu’on leur adresse. » La présence de l’interprète est déjà le signe du rapport de domination entre l’Européen et le colonisé. Car les propos de l’indigène doivent être traduits pour devenir audibles. En revanche,

  • 30  Ibid., t. II, p. 277-278 (liv. VII, chap. 19).

dès que l’indigène s’aperçoit que l’on ne veut pas employer d’interprète, dès qu’on l’interroge directement en lui montrant des objets, il sort de son apathie habituelle, et déploie une rare intelligence pour se faire comprendre. Il varie les signes, il prononce les mots avec lenteur, il les répète sans y être engagé. Son amour-propre paroît être flatté de la considération qu’on lui accorde en se laissant instruire par lui30.

  • 31  Sur cette diversité, cf. par exemple Humboldt, Reise durch Venuezuela [cf. ci-dessus, n. 3, p. 122 (...)

23Par ailleurs, à la suite de certains missionnaires espagnols, Humboldt ne cherche pas à réduire l’Amérindien à son statut de sauvage. Il n’y a pas d’Indien chez Humboldt, mais une grande diversité d’Indiens31. Il rejette toute généralisation et s’applique tout particulièrement à donner une image fidèle de cette multiplicité. Multiplicité des cultures, des types humains, des tribus ; multiplicité aussi des langues, notamment en Guyane espagnole où « des peuples de races différentes sont mêlés dans un même village » :

  • 32  Relation historique, t. II [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 279 (liv. VII, chap. 19).

Il n’y suffiroit point encore d’avoir appris le caribe ou carma, le guamo, le guahive, le jaruro, l’ottomaque, le maypure, le saliva, le marivitain, le maquiritare et le guaica, dix langues dont il n’existe que des grammaires informes, et qui sont moins rapprochées les unes des autres que ne le sont le grec, l’allemand et le persan32.

  • 33  Cf. par exemple l’énumération des 14 tribus présentes dans les seules provinces de Nouvelle-Andalo (...)
  • 34  Ibid., p. 464.
  • 35  Vues des Cordillères, t. I, p. 22, cité par Charles Minguet, Alexandre de Humboldt [cf. ci-dessus (...)

24Tout se passe, dans le texte humboldtien, comme si cette foisonnante diversité ne se laissait guère transcrire que sous la forme de l’énumération33. L’énumération possède en effet une valeur démonstrative chez un auteur qui est convaincu que la diversité des peuples constitue une « source féconde de mouvement et de vie dans le monde intellectuel »34. Dans ses Vues des Cordillères, Alexandre note que « les peuples indigènes du nouveau continent [...] offrent dans leurs traits mobiles, dans leur teint plus ou moins basané et dans la hauteur de leur taille des différences aussi marquantes que les Arabes, les Persans et les Slaves qui appartiennent tous à la race caucasienne »35.

  • 36  Cf. Amerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 241. Ce rapprochement n’est pas seulement (...)
  • 37  Cela conduit d’ailleurs à une situation paradoxale, puisque, pour convoquer l’Antiquité, il faut l (...)

252 / Cette dernière citation m’amène à évoquer un second point, à savoir le constant travail de comparaison qui sous-tend l’écriture d’Alexandre de Humboldt. Ici, les Indiens sont comparés aux Arabes, aux Persans, aux Slaves, ailleurs – nous en avons vu des exemples — on trouve des allusions au peuple juif, ailleurs encore des références grecques ou romaines, etc. Il s’agit, dira-t-on, d’un procédé courant éminemment pédagogique : il est toujours bon de ramener l’inconnu (par exemple la différence entre les Chaymas et les Caribes) à du connu (la différence entre Arabes et Slaves). Cette pédagogie se rencontre non pas seulement dans les œuvres imprimées d’Alexandre, mais aussi dans ses notes privées : on voit donc apparaître, dans ses journaux américains, les Hébreux, les Basques (modèle par excellence, surtout dans un environnement espagnol, du peuple dont l’origine demeure mystérieuse), les Bohémiens... La constitution des différentes sous-tribus caribes est comparée au mode d’organisation des Germains36. La pratique de la comparaison renvoie par ailleurs à une hiérarchisation sous-jacente des civilisations et des peuples américains (et de leurs corps !). Sur le plan rhétorique, chaque comparaison met les Amérindiens au niveau des peuples et des civilisations du Vieux Continent. Mais chacune inscrit aussi les indigènes américains dans une hiérarchie implicite et préexistante des peuples européens : ainsi, comparer les Caribes à des Hercule en bronze ou à des Jupiter olympiens, ce n’est pas seulement apporter une appréciation extrêmement positive. La comparaison indique simultanément que toutes les nations sont jugées par rapport à ce qui, pour Alexandre, constitue manifestement un modèle absolu : la civilisation gréco-romaine37.

26Cette tendance à transporter l’Amérique en Europe, et singulièrement vers l’Europe méditerranéenne, est cependant contrebalancée par des efforts de décentrement dont les écrits de Humboldt portent la trace. L’auteur franco-prussien applique à l’Europe ce qui serait le regard d’un anthropologue non européen – un dispositif qui s’inscrit d’ailleurs dans une longue tradition européenne au moins depuis le célèbre chapitre sur les cannibales dans Montaigne. Humboldt demande : la grande quantité de mendiants que l’on rencontre actuellement à Mexico permet-elle de juger du degré de maturité intellectuelle de la civilisation aztèque aujourd’hui disparue ? Non, car

  • 38  Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, 2 vol. , Paris, Fr. Schoell, 1811, t. 1, p. (...)

si de la nation française ou allemande il ne restait un jour que les pauvres agriculteurs, lirait-on dans leurs traits qu’ils appartenaient à des peuples qui ont produit les Descartes, les Clairaut, les Képler, les Leibnitz ?38

27Ailleurs, Humboldt met en doute ce qu’un auteur espagnol dit de la coutume des Indiens Chaymas de noircir leurs dents ; cette coutume relève – rait, selon le P. Gómara, de conceptions esthétiques. L’auteur de la Relation historique souligne au contraire qu’il convient d’être prudent sur ce chapitre :

  • 39  Relation historique, t. I [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 467, n. 1 (liv. III, chap. 9). Même pré (...)

En Europe, l’usage immodéré du tabac à fumer jaunit et noircit aussi les dents. Seroit-il juste de conclure de là que l’on fume chez nous parce que l’on trouve les dents jaunes plus belles que les dents blanches ?39

  • 40  « Les peuples attachent l’idée de la beauté à tout ce qui caractérise particulièrement leur confor (...)
  • 41  Ibid., p. 484. L’idée du « lien intime entre les langues, le caractère et la constitution physique (...)

28Le recours à la méthode comparative permet par ailleurs à Humboldt de réintroduire des vues générales, comme par exemple lorsqu’il évoque les canons de la beauté chez les différents peuples40 ou encore « la structure générale des langues », reflet de « ce qu’il y a de commun à l’organisation de l’homme »41. Ces généralisations ne renvoient pas les Indiens à leur statut de barbares ou de sauvages, mais à celui d’homme.

  • 42  Cette question est développée de façon extensive dans les dernières pages du premier volume du Cos (...)

29Ainsi donc, par-delà la diversité des formes humaines, Alexandre de Humboldt postule l’unité de l’humanité. En ce sens, l’anthropologie humboldtienne a partie liée avec l’idée que le xviiie siècle se faisait de cette science nouvelle. Ce qu’en effet il s’agit de connaître, dans les hommes et dans leur diversité, c’est l’homme. Ce postulat explique par ailleurs pourquoi Humboldt ne cesse dans tous ses écrits de rejeter tout racisme scientifique et politique42. La diversité des hommes n’est pas originaire, mais le résultat de circonstances et de déterminations historiques, géographiques et politiques. Après avoir lu l’Essai sur l’inégalité des races humaines, paru en 1853, Humboldt écrit à Gobineau :

  • 43  Lettre du 24 décembre 1854 reproduit dans Jean Théodoridès, « Humboldt et Gobineau. À propos d’une (...)

J’ai été surpris du peu d’influence que vous attribuez au genre de gouvernement et à la forme des institutions sur le développement des facultés intellectuelles. Vous savez qu’on m’inculpe d’y tenir outre mesure43.

Haut de page

Notes

1  Sur le mythe Humboldt, cf. Jürgen Osterhammel, Alexander von Humboldt, « Historiker der Gesellschaft, Historiker der Natur », in Archiv für Kulturgeschichte, 81 (1999), 1, p. 105-131.

2  L’aspect encyclopédique du voyage d’Alexandre de Humboldt est mis en lumière par Jean-Marc Drouin, « Analogies et contrastes entre l’expédition d’Egypte et le voyage d’Humboldt et Bonpland », in História, Ciências, Saude – Manguinhos, vol. VIII, suppl, 2001, p. 839-861.

3  Jean-Antoine Chaptal, Mes souvenirs sur Napoléon, Paris, E. Pion, Nourrit et Cie, 1893, p. 383.

4  Cf. sur ce point Sergio Moravia, Im Scienza dell’Uomo nel Settecento, Bari, Laterza, 1970 ; Jean Copans, Jean Jamin (éd.), Aux origines de l’anthropologie française. Les mémoires de la Société des observateurs de l’homme, Paris, Jean-Michel Place, 1994.

5  Il convient de souligner que les trois volumes de la Relation historique, parus entre 1814 et 1825, ne retracent en vérité qu’une partie du voyage de Humboldt : la traversée de l’Atlantique avec l’escale à Ténériffe et l’ascension du Pic du Teide, l’exploration des régions côtières du Venezuela, le voyage sur le cours supérieur de l’Orénoque, enfin, la navigation sur la Mer des Caraïbes, de Cumanà à La Havane, puis de La Havane à Carthagène des Indes. Humboldt a par ailleurs livré deux monographies spécialisées consacrées à Cuba et au Mexique. En revanche, il n’a pas donné de récit suivi de sa remontée du Rio Magdalena et de son voyage à travers les Andes, c’est-à-dire de la traversée de la Colombie, de l’Equateur et du Pérou actuels, depuis Cartagène des Indes jusqu’à Lima.

6  Alexander von Humboldt, Lateinamerika am Vorabend der Unabhängigkeitsrevolution. Eine Anthologie von Impressionen und Urteilen, aus seinen Reisetagebüchern, zusammengcstellt und erläutert durch Margot Faak, Berlin, Akademie-Verlag, 1982 ; Reise auf dem Rio Magdalena, durch die Anden und Mexico. Aus setmien Reisetagebücheni, zusammengcstellt durch Margot Faak, 2 vol. , Berlin, Akademie-Verlag, 1986-1990 ; Reise durch Venezuela. Auswahl aus den amemikanischen Reisetagebüchem, hg. von Margot Faak, Berlin, Akademie-Verlag, 2000.

7  Sur Aimé Bonpland, cf. Nicolas Hossard, Aimé Bonpland, 1773-1858. Médecin, naturaliste, explorateur en Amérique du Sud, préf. de Bernard Lavallé, Paris, L’Harmattan, 2001, ainsi que Ernest Théodore Hamy, Aimé Bonpland, médecin et naturaliste, explorateur de l’Amérique du Sud, sa vie, son œuvre, sa correspondance, Paris, Guilmoto, 1906 ; René Bouvier, Edouard Maynial, Der Botaniker von Malmaison. Aimé Bonpland, ein Freund Alexander von Humboldts, Neuwied, Lancelot Verlag, 1948.

8  Pascal Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1988 ; Jean-Marc Drouin, L’Ecologie et son histoire. Réinventer la nature, 2e éd., Paris, Flammarion, 1993 (11991) ; Alberto Castrillon, « Alexandre de Humboldt et la géographie des plantes », in Revue d’histoire des sciences, 45 (1992), p. 419-433.

9  Lateinamerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122].

10  Pendant son voyage, Humboldt a notamment utilisé – en ne citant ici que les sources les plus célèbres – les écrits de Christophe Colomb et de son fils, les ouvrages de Bartolomé de Las Casas (Brevissima relación de ta destrución de las Indias, 1542), de Antonio de Herrera (Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y Tierra firme del mar Océano, 1606-1615), de Garcilaso de la Vega (Comentarios reales, 1609 ; Historia general del Perú, 1617), de Pedro Simón (Primera parte de las Noticias Historiales de las conquistas de Tierra Firme en las Indias Occidentales, 1626), de José de Oviedo y Baños (Historia de la Conquista y Población de la provincia de Venezuela, 1723), de Francisco Antonio de Lorenzana (Historia deNueva España escrita por su esclamecido conquistador Hernán Cortés, 1770), de Francisco Clavijero (Storia antica del Messico cavata da’migliori storici spagnoli, 1780), etc.

11  Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l’histoire de l’espèce humaine, 2 vol. , Berlin, G.-J. Decker, 1768.

12  Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, 1re éd., 6 vol. , Amsterdam, 1770.

13  Charles-Marie de La Condamine, Relation abrégée d’un voyage fait dans l’intérieur de l’Amérique méridionale, Paris, 1745 ; Jorge Juan, Antonio de Ulloa, Relación histórica del viaje a la América Meridional, 4 vol. , Madrid, 1748.

14  Humboldt cite dans ses journaux notamment Joseph Cassani, Historia de la Provincia de la Compania de Jesús del Nuevo Reyno de Granada en la America, Madrid, 1741 ; Joseph Gumilla, El Orinoco illustrado, Madrid, 1741 ; Antonio Caulin, Historia coro-graphica, natural y evangelica de la nueva Andalucía, si, 1779.

15  Antonello Gerbi, The Dispute of New World, translated by Jeremy Moyle, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1973 (trad. La disputa del Nuovo Mondo. Storia di una polemica, 1750-1900, Milano, Ricciardi, 1955).

16  Raynal, Histoire philosophique [cf. ci-dessus n. 3, p. 124], t. IX, p. 22, cité par Charles Min-guet, Alexandre de Humboldt historien et géographe de l’Amérique espagnole, Paris, Maspero, 1969, p. 340.

17  La Condamine, Relation abrégée [cf. ci-dessus n. 4, p. 124], p. 53.

18  Alexandre de Humholdt, Relation historique du Voyage au Nouveau Continent, t. I, Paris, F. Schoell, 1814, p. 220 (liv. I, chap. 3).

19  Alexander von Humboldt, Reise durch Venezuela [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 342 ; cf. aussi p. 341 la comparaison des Caribes avec des statues d’Hercule !

20  Alexander von Humboldt, Lateinamerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 181. Le contraste est saisissant avec ce que Humboldt dit de l’ignorance géographique des Espagnols dans la suite du texte. Cf. de même Reise durch Venezuela, p. 236, 295, 319, 377.

21  Ibid., p. 128.

22  Relation historique, t. I [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 458 s. (liv. III, chap. 9).

23  Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, 2 vol. , Paris, F. Schoell, 1810, t. I, p. 40, cité par Charles Minguet [cf. ci-dessus n. 2, p. 125], p. 439. Par « peuples que nos études nous rappellent sans cesse », Humboldt, on l’aura remarqué, désigne les Grecs et les Romains. On peut d’ailleurs noter que l’exhortation à ne pas convoquer sans cesse le paradigme de la Rome et de l’Athènes anciennes s’adresse peut-être de façon ironique à Alexandre lui-même qui – nous y reviendrons un peu plus loin — est convaincu de la valeur exemplaire de l’Antiquité classique.

24  Vues des Cordillères, t. II, p. 99, cité par Charles Minguet, p. 439.

25  Relation historique, t. 1 p. 458.

26  Ibid., p. 459 (liv. III, chap. 9). La métaphore du naufrage est fondamentale pour comprendre l’histoire de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud que tente de reconstituer Humboldt. La même image revient au chapitre 25 de la Relation historique, rédigé et publié environ dix ans après le passage que nous venons de citer.

27  Lateinamerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 231. Ce n’est pas ici le lieu de discuter de la problématique de l’anticolonialisme humboldticn. Cf. la récente mise en perspective de Michael Zeuske, « Vater der Unabhängigkeit ? Alexander von Humboldt und die Transformation zur Moderne im spanischen Amerika », in Ottmar Ette et al. (éd.), Alexander von Humboldt. Aufbruch in die Moderne, Berlin, Akademie-Verlag, 2001, p. 179-224. Cf. aussi Richard Konetzke, « Alexander von Humboldt als Geschichtsschreiber Amerikas », in Historische Zeitschrift, 188 (1959), p. 526-565 ; Charles Minguet. Alexandre de Humboldt [cf. ci-dessus n. 2, p. 125] ; Michael Zeuske, Bernd Schröter (éd.), Alexander von Humboldt und das neue Geschichtsbild von Lateinamerika, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1992 ; Frank Holl, « Alexander von Humboldt. « Geschichtsschreiber der Kolonien » », in Ottmar Ette, Walther L. Bernecker (éd.), Ansichten Amnerikas. Neuere Studien zu Alexander von Humboldt, Frankfurt a. M., Vervuert, 2001, p. 51-78.
Il conviendrait par ailleurs de mettre en lumière les sources livresques des critiques humhold-tiennes du colonialisme l’Histoire philosophique de l’abbé Raynal joue ici un rôle important, de même que les écrits de Georg Forster ou encore les récits de voyage comme celui de Jorge Juan et de Antonio de Ulloa [cf. ci-dessus n. 4, p. 124].

28  M. de Volney [note de Humholdt ; il s’agit d’une allusion ami Tableau du climat et du sol des Etats-Unis d’Amérique que Volney avait fait paraître en 1803].

29  Relation historique, t. II [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 258 (liv. VII, chap. 19).

30  Ibid., t. II, p. 277-278 (liv. VII, chap. 19).

31  Sur cette diversité, cf. par exemple Humboldt, Reise durch Venuezuela [cf. ci-dessus, n. 3, p. 122], p. 341 s., ainsi que Relation historique, t. I [cf. n. 4, p. 125], p. 462 (liv. III, chap. 9).

32  Relation historique, t. II [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 279 (liv. VII, chap. 19).

33  Cf. par exemple l’énumération des 14 tribus présentes dans les seules provinces de Nouvelle-Andalousie et de Barcelone, au Venezuela les Chaymas, les Guaiqueries, les Pariogotes, les Quaquas, les Aruacas, les Caribes, les Guaraunos, les Cumanogotes, les Palenques, les Piritus, les Tomuzas, les Topucuares, les Chacopatas et les Guarives (Relation historique, t. I [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 462).

34  Ibid., p. 464.

35  Vues des Cordillères, t. I, p. 22, cité par Charles Minguet, Alexandre de Humboldt [cf. ci-dessus n. 2, p. 125], p. 375.

36  Cf. Amerika am Vorabend [cf. ci-dessus n. 3, p. 122], p. 241. Ce rapprochement n’est pas seulement à mettre au compte de l’origine allemande d’Alexandre. Il faut également tenir compte du statut de la Germanie de Tacite qui constitue sans doute, entre le xvie et le xixe siècle, l’une des références « classiques » de l’anthropologie : Tacite offre l’un des récits paradigmatiques de la rencontre du « civilisé » et du « sauvage ». C’est à la lumière de la Germanie que les Européens peuvent tenter de saisir ce qui se joue dans leur rencontre avec les habitants du Nouveau Monde. On ne s’étonnera donc pas de voir Humboldt, dans sa Relation historique, citer l’ouvrage de Tacite (t. I, p. 468).

37  Cela conduit d’ailleurs à une situation paradoxale, puisque, pour convoquer l’Antiquité, il faut là aussi franchir une distance. Il arrive donc à Humboldt de comparer des cultures exotiques ou lointaines à des cultures géographiquement assez proches de lui, mais éloignées dans le temps.

38  Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, 2 vol. , Paris, Fr. Schoell, 1811, t. 1, p. 370-371 (liv. II, chap. 6).

39  Relation historique, t. I [cf. ci-dessus n. 4, p. 125], p. 467, n. 1 (liv. III, chap. 9). Même précédé par exemple ibid., p. 473 (sur le plaisir de la chasse chez les peuples civilisés) ou p. 476 (sur le système décimal des Européens), ou encore Amerika am Vorabend, p. 186 (dire que les langues indiennes sont pauvres relève d’un préjugé comparable à celui des Français qui estiment pauvres le danois, le polonais, le russe), etc.

40  « Les peuples attachent l’idée de la beauté à tout ce qui caractérise particulièrement leur conformation physique, leur physionomie nationale » (ibid., p. 472, avec une noté dans laquelle Humboldt remarque que « les Grecs exagéraient, dans leurs plus belles statues, la forme du front »).

41  Ibid., p. 484. L’idée du « lien intime entre les langues, le caractère et la constitution physique » (ibid., p. 464) est sans cesse réaffirmée. C’est là, on le sait, le fondement de la pensée linguistique du frère d’Alexandre, Guillaume de Humboldt.

42  Cette question est développée de façon extensive dans les dernières pages du premier volume du Cosmos (1845) qui constituent en quelque sorte une réfutation par anticipation des thèses défendues par Gobineau.

43  Lettre du 24 décembre 1854 reproduit dans Jean Théodoridès, « Humboldt et Gobineau. À propos d’une lettre », in Revue de littérature comparée, 36 (1962), p. 443-447.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Helmreich, « L’anthropologie dans l’œuvre américaine d’Alexandre de Humboldt », Revue germanique internationale, 21 | 2004, 121-132.

Référence électronique

Christian Helmreich, « L’anthropologie dans l’œuvre américaine d’Alexandre de Humboldt », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1185 ; DOI : 10.4000/rgi.1185

Haut de page

Auteur

Christian Helmreich

Maître de conférences à l’Université de Paris VIII et chercheur associé à l’UMR 8547 – Pays germaniques / Transferts culturels

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals