Navigation – Plan du site
Les sources allemandes du formalisme russe

De l’« affinité élective » à la « convergence ». Un exemple du substrat morphologique allemand du formalisme russe

Serguei Tchougounnikov
p. 127-141

Résumés

L’article examine l’origine des deux axes fondamentaux – convergence et divergence – dans la réflexion du formalisme russe. Introduit par E. Polivanov et affirmé par R. Jakobson, ce couple conceptuel relatif à l’évolution du langage remonte à la tradition morphologique allemande où il est conceptualisé en termes de polarité. L’article s’applique à restituer les implications aussi bien biologiques que philosophiques de cette paire notionnelle déterminée par sa relation originelle à la métaphore organique issue du courant romantique allemand.

Haut de page

Texte intégral

1À Saint-Pétersbourg les étudiants influencés par le cercle formaliste avaient composé durant les années 1920 une chanson badine avec les paroles suivantes :

« Et la passion du point de vue formel
N’est qu’une convergence de procédés… »

2Ces lignes ne témoignent pas seulement de l’importance du « gai savoir » des formalistes dans le contexte russe post-révolutionnaire. Elles mettent aussi en valeur les deux axes fondamentaux de la réflexion formaliste, convergence et divergence, dont il sera question ici. La pensée formaliste définit l’évolution des systèmes sémiotiques – qu’ils soient linguistiques ou littéraires – comme l’interaction de deux axes fondamentaux, l’axe de convergence et l’axe de divergence. En examinant le statut réciproque de ces deux axes chez des linguistiques comme Polivanov et Jakobson on peut constater que c’est l’axe de convergence qui se trouve toujours mis en valeur. De fait, c’est la convergence qui se donne comme le procédé – maître de l’évolution des systèmes signifiants. Cette prédilection pour la convergence, héritée de la notion d’affinité, repose sur les liens étroits qui unissent le romantisme allemand et le formalisme russe.

Polivanov, inventeur de la convergence

  • 1 I. Tynianov, Poetika. Istorija literatury. Kino [Poétique. Histoire de la littérature. Cinéma], op. (...)

3Dans les années 1920 le problème de l’évolution, de la théorie de l’évolution historique, est d’intérêt commun. Les termes « divergence » et « convergence », qui proviennent des sciences biologiques, pénètrent en philologie. Evguenij Dmitrievitch Polivanov (1891-1938), un des membres du cercle formaliste, élabore la théorie des convergences phonétiques pour l’historiologie linguistique, en utilisant le terme d’« historiologie » introduit par le professeur russe Kareev. Ce terme signifie la théorie des faits du processus historique, dans ce cas il s’agit des changements historiques dans la langue1. Selon Polivanov, il existe une distinction nette entre le processus de convergence, qui embrasse l’ensemble des processus de communication, et celui de divergence qui embrasse tout ce qui n’est pas la communication. Ces deux processus sont à l’œuvre dans le système, mais c’est la convergence qui est réellement pertinente pour son développement. Les sous-systèmes non-communicationnels, et donc privés de visées sociales, productives et dialogiques, sont des systèmes marginaux ou plutôt des systèmes négatifs, par rapport aux tendances positives de l’évolution réelle des systèmes.

  • 2 E. Polivanov, Trudy po vostočnomu i obšemu jazykoznaniju [Travaux en linguistique orientale et géné (...)
  • 3 Ibid., p. 442.

4Le terme de divergence signifie selon Polivanov (Dictionnaire des termes linguistiques, 1935-1937), « établissement de la différence » ou « devenir de la différence » (stanovlenije različenija). Il peut être transmis par le terme de « différentiation ». On utilise ce terme quand il s’agit de la différenciation de deux sons ou de deux formes morphologiques2. Polivanov utilise en outre la notion de « morcellement dialectique » (dialektičeskoje droblenije) et le terme d’« assimilation » (upodoblenije)3.Ce dernier terme est défini par Polivanov à partir de assimilatio en latin et compris comme « assimilation d’un objet à un autre ». L’occurrence linguistique de ce terme est présentée par Polivanov comme « assimilation phonétique » c’est-à-dire comme rapprochement (upodoblenije) d’un son vers un autre son. Polivanov trouve un exemple d’assimilation dans le terme même d’« assimilation » : dans le mot latin le son d du préfixe ad (vers) similis (pareil) s’est transformé en s. Il s’est assimilé au son suivant, le premier son dans le morphème de simil, cette transformation étant produite sous l’influence de ce même son « s ». Pour Polivanov c’est un exemple d’une assimilation linguistique complète (d-sss). De même Polivanov distingue des cas d’« assimilation morphologique » définie comme un changement par analogie. Il regroupe sous cette rubrique des changements historicomorphologiques comme :

  1. l’assimilation d’une variante d’un morphème lexical à une autre variante d’une même unité lexicale

    • 4 Ibid., p. 338.

    l’assimilation d’un type de formation de mot à un autre type de formation de mot (selon d’autres modèles de formation caractéristiques pour d’autres mots)4.

  • 5 Ibid., p. 338-341.

5Au niveau phonétique Polivanov distingue assimilation progressive et assimilation régressive. La première se définit comme un cas particulier de l’assimilation phonétique où le son assimilant précède le son assimilé : le son précédent assimile le son suivant. Cette assimilation agit en avant ou sur le mode progressif, c’est un phénomène typique pour l’histoire phonétique des langues turques. Polivanov classifie le « synharmonisme » (l’harmonie des voyelles) comme un cas d’assimilation phonétique progressive. Il appelle « assimilation régressive » l’assimilation phonétique où le son assimilé précède le son assimilant qui le suit immédiatement ou qui est séparé de lui par un ou plusieurs sons. Polivanov en donne des exemples dans l’histoire phonétique du russe : kedegde (où ?) ; et de la phonétique historique du latin : adsimil + ationassimilatio (assimilation). Il distingue en outre l’assimilation bilatérale qui agit dans les deux sens, c’est-à-dire réunit des moments régressif et progressif. Dans la majorité des cas l’assimilation phonétique tantôt progressive, tantôt régressive se présente comme assimilation de sons contigus (smežnye zvuki). Mais on trouve aussi des cas d’assimilation phonétique à distance quand le son assimilé et le son assimilant sont séparés par un ou plusieurs autres sons5.

  • 6 E. Polivanov, Selected works. Articles on general linguistics, The Hague, Paris, 1974, p. 76.
  • 7 Polivanov rappelle que le cas de « divergence pure » isolée de tout processus de convergence qui l’ (...)

6Dans l’article de 1928 « Facteurs de l’évolution phonique du langage comme processus productif » Polivanov décrit la convergence dans la langue à partir de la prémisse suivante : l’apprentissage du langage par la génération montante est un processus de travail, un processus productif. Il a recours aux phénomènes convergents pour minimaliser son activité psychologique ou réduire ses tâches. Cela apparaît à l’évidence dans le cas de l’apprentissage linguistique qui copie dans tous ses détails le système phonétique de la génération précédente sans recourir aux convergences. L’économie de la maîtrise du système de langage par la jeune génération se manifeste sous deux formes. D’abord par l’omission dans l’apprentissage des « images sonores » (phonèmes) difficiles, que cette difficulté provienne des propriétés phonétiques générales ou de la rareté statistique dans le vocabulaire de la langue considérée. Ensuite par l’omission du travail de différenciation de deux représentations phonétiques, quand les principes phonétiques généraux montrent que la différenciation sonore est plus difficile que d’autres différenciations ayant lieu dans des convergences6. La divergence, deuxième type de changement phonétique, influence, selon Polivanov, la structure même du système des images sonores. Ce processus s’oppose à celui de la convergence. Il consiste en ceci que diverses occurrences d’un phonème considéré comme unique par l’ancienne génération sont différenciées par la jeune génération. C’est-à-dire que ces occurrences sonores sont distribuées par la conscience linguistique de la génération montante entre deux « images sonores », entre deux phonèmes différents7.

  • 8 Ibid., p. 66.

7Selon Polivanov, le processus d’apprentissage d’une langue est non seulement un processus productif mais aussi un processus de type copiage ayant pour but de copier des dessins de la langue maternelle. Il y a deux types de dessins : ceux qui relèvent de la langue de la génération adulte et ceux qui appartiennent à la langue de la jeune génération. Les dessins du premier type servent à corriger des déviations par rapport à l’original copié, à savoir par rapport à la langue des adultes. Les dessins du second type permettent des écarts créatifs par rapport aux normes du système. Ils conditionnent par conséquent le caractère collectif de la créativité introduite par cette nouvelle génération. Ces innovations linguistiques sont dictées par la nécessité de communiquer et par conséquent de créer une unité de moyens de communication, c’est-à-dire par une tendance convergente dans le système. Pour Polivanov c’est précisément ce deuxième modèle – la langue de la jeune génération – qui est un moteur de l’évolution. Il canonise ou reconnaît comme légitimes les innovations réalisées dans le travail individuel des jeunes gens d’une tranche d’âge donnée. Ces innovations s’installent dans le modèle de la langue des adultes et l’élargissent. S’il n’existait qu’un seul modèle dominant, alors ces innovations apparues dans la jeune génération seraient dépassées en faveur du modèle dominant. Une fois reconnues, ces innovations constituent l’unité de langue d’un groupe donné. Du fait qu’elles ne détériorent pas la communication, but fondamental de la langue, elles reçoivent une validation sociale au sein de la jeune génération. Pour pouvoir s’enraciner dans le système, ces innovations doivent être réalisées sur un mode parallèle par le plus grand nombre des enfants d’une génération donnée. Si cela n’arrive pas, cette innovation sera dépassée sous la pression de la génération adulte d’une part et sous celle de la majorité de la génération montante, pour lesquelles cette déviation semblera « étrange » et n’aura que le statut d’anomalie individuelle8.

  • 9 Ibid., p. 296-297.
  • 10 Ibid., p. 67.

8Même si elle provient généralement des doctrines néo-grammairiennes, l’idée de l’influence de la langue des enfants sur l’évolution de la langue est empruntée par Polivanov à son maître Jan Baudouin de Courtenay. Selon Baudouin de Courtenay, l’enfant en maîtrisant sa langue maternelle capte l’avenir du système en prédisant dans son parler individuel les étapes futures de la langue. Ces traits particuliers s’effacent par la suite sous la pression des normes du milieu langagier ambiant. Mais ces « stimuli » ne disparaissent pas sans laisser de traces. L’accumulation de ces traces de stimuli dans une série de générations mène aux changements réels et définitifs du système de la langue advenus dans l’histoire9. Polivanov suppose que le tempo de l’évolution de la langue dépend à un certain degré des diverses formes du mode de vie des enfants, par exemple, du type de leurs entraînements à l’usage de la langue – entraînement collectif ou au contraire entraînement « fermé » dans le cercle de la famille restreinte10. Cette remarque explicite les connotations « progressistes » et « futuristes » de cette conception « formaliste » de l’évolution du langage.

  • 11 Ibid., p. 70. Polivanov distingue deux possibilités à cet égard : 1) deux images phoniques fondamen (...)

9Les représentations phoniques élémentaires qui existent dans la conscience linguistique d’une génération adulte ne sont pas transférées facilement à la jeune génération. Celle-ci doit construire son propre système de représentations phoniques ou de phonèmes par la recherche et l’identification des éléments similaires, éléments semblables du point de vue des jeunes dans la structure de mots transmise par les adultes. Dans la majorité des cas les mêmes sons sont équivalents dans la structure de divers mots qui contiennent la même représentation phonique ou le même phonème. Ces cas sont perçus comme équivalents, à savoir comme représentant le même phonème également pour la conscience de l’ancienne génération. Mais dans certaines conditions objectives ou physiques, l’équation de sons entrés dans divers mots comme constituants a pris pour la jeune génération une orientation différente de ce qu’elle était pour la conscience de la génération adulte11.

  • 12 A. Leontjev, Evgenij Polivanov i ego vklad v obšee jazykoznanie [E. Polivanov et sa contribution à (...)

10Ainsi, dans la réflexion linguistique de Polivanov on a affaire au niveau de la phonétique à deux types essentiels d’évolution : identification de ce qui a été différent (convergence), et distinction de ce qui a été commun (divergence). Ces constructions ou ces modèles conceptuels des processus phonématiques ont permis à Polivanov de faire quelques pronostics concernant le développement futur des langues réelles. Pour le russe, Polivanov a prédit la chute des voyelles non-accentuées et la neutralisation de la distinction des consonnes palatalisées – non-palatalisées. Aux yeux de Polivanov, la poésie de Majakovskij présage, par l’engagement « futuriste » de l’auteur, cet état futur du système linguistique du russe12. C’est en cela qu’il est, lui aussi, un théoricien « futuriste », théoricien de l’état futur de la langue russe.

  • 13 I. Tynianov, Poètika. Istorija literatury. Kino [Poétique. Histoire de la littérature. Cinéma], op. (...)
  • 14 E. Polivanov, Selected works. Articles on general linguistics, op. cit., p. 342.

11Le couple conceptuel divergence – convergence reflète le mécanisme sous-jacent de l’évolution du système, un mécanisme qui détermine l’imaginaire conceptuel des théoriciens russes. Polivanov revient obstinément sur la question des changements graduels continus et des changements soudains brusques dans le langage. Pour lui les termes d’évolution et de mutation sont de fait rapprochés. Ainsi il utilise le terme « non-évolutionniste » comme synonyme de « non-mutationniste » et comme opposé au terme de « mutation »13. À savoir, l’évolution du système se trouve conçue de façon mutationiste, la mutation est définie comme son dispositif essentiel. Polivanov souligne que les termes progressif et régressif appliqués au phénomène de l’assimilation ne doivent pas être confondus avec des significations « journalistiques » ou « culturelles et politiques », où « progressif » est lié au sens de « progrès social ». C’est un emploi dépouillé de valeur sociopolitique où les termes ne fixent que la place occupée par les sons dans le cadre d’un mot donné dans le processus d’assimilation14.

  • 15 A. Bielyj, Petersbourg, Lausanne, 1967, p. 55.

12Il n’en demeure pas moins que cette acception du terme d’évolution correspond à l’opposition traditionnelle « évolution – révolution » largement populaire dans la société russe du début du xxe siècle. Andreï Belyj évoque ces débats typiques de la société russe du début du siècle dans son roman Pétersbourg lorsqu’il décrit le salon de Sophia Pétrovna Likhoutina : « Et les hôtes […] disputaient à l’envi. Revenaient sans arrêt “révolution – évolution”, “révolution – évolution”. Cette jeunesse-là n’était ni dorée ni même argentée, mais une pauvre jeunesse de quat’sous qui avait fait ses études à la force du poignet et qui se gargarisait de mots tels que “révolution sociale” ou encore “évolution sociale”15. »

La convergence selon Jakobson

  • 16 Jakobson écrit en 1929 dans l’étude « Remarques sur l’évolution phonologique du russe comparée à ce (...)
  • 17 Jakobson dit au sujet de l’emprunt du phonème et des changements phonétiques dans le système : « La (...)
  • 18 Jakobson écrit : « […] l’idiome emprunteur s’efforce, par égard pour un autre idiome, d’en reprodui (...)
  • 19 Ibid., p. 106 – 107.

13La pensée de la convergence16 apparaît constamment dans la réflexion linguistique de Jakobson. Cette pensée de la convergence va chez lui toujours de pair avec la conviction téléologique17 qui détermine son intérêt pour le but ou une tendance intrinsèque des phénomènes linguistiques et littéraires. Dans cette optique, Jakobson conceptualise l’emprunt linguistique18 selon le mode du mimétisme, comme un cas particulier d’hybridation. Pour Jakobson, « renvoyer à l’emprunt ne peut être l’explication complète d’un fait ayant lieu dans la vie d’un système linguistique », il considère le cas de l’emprunt comme « purement imitatif » (l’exemple cité par lui est l’« akan’e » des parlers blancs russes sud-occidentaux )19.

  • 20 On lit dans le même texte de 1929 sur l’évolution phonologique du russe : « La contagion est possib (...)
  • 21  Jakobson écrit : « Cette union de l’emprunt et de la convergence rappelle beaucoup le mimétisme da (...)
  • 22 Jakobson remarque : « Ce qui est vrai pour l’extension des innovations linguistiques communes à l’e (...)
  • 23 Ibid., p. 108.

14Il arrive à Jakobson d’associer la « convergence » à la « contagion »20 ainsi qu’au phénomène du mimétisme21 biologique. Jakobson – poéticien articule ce rapprochement opérationnel entre la convergence, l’affinité et la structure du texte poétique. Ainsi, pour lui le système poétique individuel se fonde sur les tendances « naturelles », « intrinsèques » du système linguistique22. Jakobson souligne le rôle des « innovations individuelles » qui influencent le système quand elles sont « organiques », à savoir quand elles correspondent aux tendances internes du système : « En particulier le rôle de précurseur peut être joué par un des types fonctionnels (“styles”) de la langue, puis “la forme dépasse la fonction”, […] la particularité originaire du style se communique aux autres “styles” […]23. »

  • 24 Ibid., p. 108.
  • 25 Jakobson écrit : « cette conception historique conventionnelle de l’unité de langue ne peut pas êtr (...)

15Le motif de « convergence » en tant que procédé opérationnel resurgit chez Jakobson dans le contexte du problème de la « langue commune ». Selon lui, la « totalité » a comme critère la capacité de plusieurs systèmes autonomes de « subir des faits communs » car par cette résonance inter-systémique, ces systèmes découvrent les mêmes tendances intrinsèques. Jakobson écrit : « Dans ces conditions, les débats concernant la dislocation d’une “langue commune”, par exemple du protoslave ou du protorusse, perdent leur acuité. Le critère de la dislocation est l’incapacité de certains parlers à subir les faits communs. Nous ne sommes pas toujours à beaucoup près en mesure de déterminer ce qui est au fond de cette notion de « commun », et de dire si c’est la convergence seule ou si c’est la convergence soutenue par la contagion. S’il y a prédominance des convergences sur les divergences, il y a lieu d’employer la notion de langue commune »24. La convergence est considérée par lui comme solidification, comme une instance qui assure l’équilibre du système25.

  • 26 Ibid., p. 109.
  • 27 Ibid., p. 110.
  • 28 Ibid., p. 110.
  • 29 Lev Berg (1876-1950), géographe et biologiste russe, auteur du livre Nomogenez [La nomogénèse ou év (...)

16La figure de convergence apparaît sur le mode réitéré dans ses conceptualisations linguistiques : ce terme devient une sorte de mot-clef. Ainsi Jakobson écrit-il au sujet de son étude historique comparative de la phonologie des langues slaves : « Certaines convergences sont trop probantes pour n’être que des coïncidences fortuites »26. Ce programme « convergeant » de Jakobson se fonde sur son rejet du « mécanicisme » dans l’approche du langage. Il perçoit l’approche « mécaniste » comme un danger essentiel pour le développement de la linguistique en tant que « science moderne ». Fait important : ce danger est présenté comme un trait particulier de la science européenne, ou comme dirait N. Troubetzkoy, de la science « romano-germanique ». Jakobson écrit à ce sujet : « Un entassement mécanique dû un peu au hasard ou à des facteurs hétérogènes – telle est l’image favorite de l’idéologie européenne prédominante de la seconde moitié du xixe siècle. L’idéologie contemporaine […] met en relief […] au lieu d’une addition mécanique un système fonctionnel, au lieu d’un renvoi, tout bureaucratique, à une case voisine, des lois structurales immanentes et au lieu d’un hasard aveugle une évolution tendant vers un but »27. Darwin figure lui aussi sur la liste des « idéologies contemporaines » à l’occidentale. Le darwinisme est perçu par Jakobson comme faisant partie de cette optique « mécaniciste » fondée sur le dispositif de divergence qui s’obstine à ignorer les processus convergents ou organiques à l’œuvre dans le système28. Ainsi le débat se porte-t-il de nouveau sur le couple familier et crucial pour la conceptualisation du dispositif de l’évolution : Darwin contre Lamarck et L. Berg29, évolution mécanique ou divergente contre évolution organique ou convergente.

17En outre cette conceptualisation par Jakobson des critères « internes » « organiques » d’une « langue commune » permet semble-t-il de situer sur le plan historique l’idée de la « langue de classe » fondamentale dans la « nouvelle linguistique » de Nikolaï Marr (1864-1934). En effet cette dernière est fondée sur des critères « internationalistes », « de classe » donc « externes » aux systèmes de langues et non-génétiques, elle est volontairement non-organique, occidentalisée et refusant la téléologie intrinsèque de systèmes autonomes. Par conséquent Jakobson et Marr proposent deux conceptions rivales d’une « langue commune », fondées sur des critères opposés de la définition de la réalité socio-linguistique de cette langue. Il y a pourtant un point commun entre le « darwiniste » en linguistique, Marr, et le « lamarckiste » en linguistique qu’est Jakobson. Les deux modèles proposés de l’évolution des systèmes linguistiques sont « non-génétiques », c’est-à-dire fondés sur des critères hors – systémiques, dépassant les limites d’un système linguistique clos et par conséquent débouchant sur l’ouverture des systèmes.

La notion d’affinité dans la pensée phonologique russe

  • 30 Le roman Les Affinités électives (1808-1809) est fondé philosophiquement sur une loi chimique perti (...)
  • 31 R. Jakobson, Selected writings I, Phonological studies, The Hague – Paris, 1962.
  • 32 R. Jakobson, K. Pomorska, Dialogues, Paris, 1980, p. 87. En raisonnant sur les principes de choix d (...)
  • 33 Lisant le roman de Goethe non comme œuvre symbolique mais comme un roman sur le symbolisme, Benjami (...)
  • 34 Si traditionnellement chez Humboldt le langage est un produit spontané, arbitraire de l’entendement (...)
  • 35 Le Cercle eurasiste a été fondé en 1920 à Sofia par des émigrés russes, Troubetzkoy et Jakobson pou (...)

18Ce lien entre le romantisme allemand et le formalisme russe est très important. R. Jakobson est profondément influencé par le « sombre génie germanique » qui marque sa linguistique et sa poétique. Jakobson se réfère à maintes reprises au concept d’« affinité » (en provenance des Wahlverwandtschaften de Goethe30), tantôt dans ses études phonologiques31, tantôt dans ses Dialogues avec K. Pomorska32. Dans l’optique organiciste inspirée de la Naturphilosophie le renoncement à ses prédispositions signifie un clivage entre les tendances internes et les conditions externes. C’est un remplacement forcé venu de l’extérieur, remplacement des éléments organiquement nécessaires pour la complétude heureuse de l’organisme par des éléments étrangers aux tendances intrinsèques de l’être vivant. Cette trahison par l’organisme de soi-même conduit à une dégradation par l’absorption des éléments imposés, par le choix d’une forme « mécanique » contre la forme « organique » cristallisant les forces internes à l’œuvre33. Le topos d’affinité courant dans la pensée romantique apparaît également dans la linguistique de W. von Humboldt. Chez lui ce terme désigne un rapport particulier de l’homme au monde par l’intermédiaire du langage34. Ainsi chez Goethe, comme chez d’autres auteurs issus de la tradition morphologique allemande, le terme de Wahlverwandschaft (affinité élective) désigne-t-il un type de relation actif dans le domaine de l’alchimie et de la chimie mais qui s’exerce également dans le champ des passions et des rapports humains, gouvernés par des affinités, ou par la sympatheia. Cette notion couvre l’espace compris entre « l’inclination, la tendance prononcée à l’union, la prédisposition » et la conception d’union de langues (Sprachbund) forgée dans les années 1930 par Troubetzkoy et par Jakobson, en pleine période de réflexion eurasiste35.

  • 36 R. Jakobson, K. Pomorska, Dialogues, op. cit., p. 83-84.
  • 37 Selon Jakobson, « les langues se modifient non seulement par leur mouvement dans l’histoire sur l’a (...)
  • 38 P. Sériot, « The Linguistics of Geographers and the Geography of Linguistics », in Roman Jakobson, (...)

19 La conception d’union de langues postule « l’existence d’une vaste alliance de langues eurasiennes » englobant le russe et les autres langues d’Europe de l’Est, ainsi que la plupart des langues ouraliennes et altaïques, langues caractérisées par la présence et l’absence de palatalisation des consonnes en tant qu’opposition phonologique36. Elle introduit l’espace comme facteur topologique de l’« explosion phonique des langues » et décrit l’influence de l’espace géographique et des frontières politiques sur les traits phonologiques des systèmes linguistiques génétiquement autonomes37. Cette pensée linguistique s’articule à partir d’une dominante spatiale et à partir du principe métonymique qui participe à la formation linguistique. Troubetzkoy a avancé pour la première fois la notion d’union de langues, d’alliance linguistique (Jazykovoj sojuz, Sprachbund) dans l’article « La tour de Babel et la confusion des langues » paru en 1923. Ce terme a commencé à être en usage dans la linguistique internationale à partir de 1928 quand Troubetzkoy l’emploie dans son rapport au Premier congrès linguistique de La Haye. Pour lui, l’union de langues se manifeste par des affinités au niveau des relations syntaxiques, par des principes d’organisation des structures morphologiques, par la présence de termes culturels communs38.

  • 39 P. Sériot, Structure et totalité. Les origines intellectuelles du structuralisme en Europe centrale (...)
  • 40 Ibid., p. 90.
  • 41 Ibid., p. 94.
  • 42 Ibid., p. 101.
  • 43 Ibid., p. 102.

20Jakobson reprend le terme en 1929 pour l’appliquer à la description de la structure sonore des langues composant l’alliance. Selon lui, « plusieurs familles de langues, non apparentées entre elles, mais répandues sur une zone géographique et historico-culturelle commune, sont unies par toute une série de traits communs et forment une union de familles de langues »39. Jakobson établira ultérieurement les trois traits fondamentaux en fonction desquels s’unissent toutes les langues parlées en Eurasie : la corrélation de mouillure, l’absence de polytonie et la continuité spatiale40. Avec ces « traits intrasystémiques » qui « dépassent les limites des systèmes » et font « taches d’huile »41, Jakobson introduit la notion d’affinité (srodstvo)qui met en jeu « le débat entre l’inné et l’acquis ». Dans son aperçu historique du terme d’affinité chez Jakobson, Patrick Sériot souligne que l’affinité est décrite comme « le résultat d’une évolution convergente », la convergence de développement est pour Jakobson le problème essentiel « de la comparaison de langues contiguës »42. L’union de langues définie à partir d’affinités supposées conduit à l’idée de « développement parallèle », « d’acquisitions communes ». Dans le projet structuraliste russe « le terme clé est la convergence, comme processus d’intégration de phénomènes linguistiques et comme acquisition conjointe de caractéristiques nouvelles »43.

  • 44 P. Sériot, The Linguistics of Geographers and the Geography of Linguistics, op. cit., p. 352-353.
  • 45 Ibid., p. 350-351.

21Selon Patrick Sériot, le terme « anti-causal » d’affinité lié aux débats biologiques sur la convergence et le mimétisme, vise à rendre compte de la réalité plus profonde et cachée qui précède toute recherche. Il a pour mission de faire converger des séries séparées de phénomènes. L’objet de recherche exprimé par ce terme se trouve dans la réalité même et il doit être mis en lumière par un chercheur attentif à des correspondances de type téléologique44. Jakobson fonde son objet sur des relations géométriques entre le centre et la périphérie et il organise ces relations autour de l’axe double de symétrie. Sériot voit dans cet « empirisme géométrique » de Jakobson l’héritage de la tradition de la philosophie de la nature allemande. Selon elle, il était nécessaire, pour révéler l’essence cachée des phénomènes, d’attribuer un sens aux relations géométriques afin d’aboutir à l’« ontologie géométrique de l’objet de recherche ». Dans la pensée linguistique de Jakobson « la symétrie se donne comme principe d’ordre : c’est un principe d’harmonisation de l’univers »45.

22Commentant l’usages des termes « idéologiques » d’atomisme, de relativisme, d’absolutisme, d’égocentrisme par les « Russes de Prague », Georges Mounin souligne en 1972 l’« arrière-plan idéologique à dominante hégélienne » du projet phonologique de Troubetzkoy, spécialement à propos de l’opposition entre, selon lui, « le phonéticien nécessairement atomiste et individualiste » et la « phonologie, universaliste par sa nature » :

  • 46 G. Mounin, La linguistique du xxe siècle, Paris, 1972, p. 102. En encore : « Maurice Leroy a bien s (...)

« On sent le poids des grandes idées d’époque dans l’utilisation de certains mots de passe. Atomisme et atomiste, dont Troubetzkoy paraît être l’introducteur en linguistique pour désigner péjorativement la méthode des “poussières d’explications” dont parlait Meillet à propos des Néogrammairiens, se révèlent des maîtres mots ambigus, liés aussi chez Troubetzkoy, et plus tard chez Jakobson, à l’image méliorative de Mendeleïev et de sa classification universelle des éléments atomiques : Troubetzkoy rêve peut-être d’abord de donner la table universelle des phonèmes. Rien ne dut lui faire plus plaisir, alors, que l’appréciation de Karl Bühler selon qui […] Troubetzkoy avait produit pour les voyelles “l’équivalent de la table de son compatriote pour les atomes”46. »

23C’est ainsi que s’articule cette géométrie virtuelle singulière qui a fondé la réflexion linguistique de Troubetzkoy et de Jakobson et qui subsiste toujours comme un noyau obscur de la théorie du langage et de la littérature construite par eux.

Affinité et téléologie, secret du système linguistique

  • 47 R. Jakobson, Selected writings I, Phonological studies, op. cit., p. 144.

24Le mécanisme de l’évolution par convergence prise en affection par la pensée formaliste implique une instance fondamentale conçue comme moteur intrinsèque de ce processus. Cette instance s’appelle la téléologie du système en train d’évoluer : c’est le problème du but ou de l’orientation de l’évolution. Dans son texte de 1931 Sur la caractéristique de l’alliance eurasiste de langues (K kharakteristike evrazijskogo jazykovogo sojuza) Jakobson exprime comme suit ses convictions téléologiques : « Au lieu des données caractéristiques génétiques, l’autodétermination qui devient un trait distinctif (priznak) du caractère populaire (narodnost’), l’idée de la classe remplace l’idée de la caste ; tantôt dans la vie sociale tantôt dans les constructions scientifiques l’origine commune se retire à l’arrière plan en comparaison avec le caractère commun de la fonction, s’efface devant l’unité de la tendance à l’unité. Le but, cette Cendrillon de l’idéologie du passé récent, se réhabilite petit à petit partout47. »

  • 48 R. Jakobson, Linguistics and Natural Sciences, op. cit., p. 46.
  • 49 Ibid., p. 47.

25Dans un texte de 1970 extrêmement révélateur de la réflexion linguistique de Jakobson, la faculté du langage est conceptualisée selon le mode organiciste, c’est-à-dire en termes de convergences et de prédispositions internes. Le motif de l’innéité, des rapports « interne – externe » est ici d’une grande importance. Ainsi selon Jakobson dans l’acquisition du langage par un enfant, la nature et la culture sont entrelacées : l’innéité, la prédisposition interne constitue la base nécessaire à l’acquisition de la culture48. Jakobson met en relief la « nature adaptative de la communication ». Cette nature inclut deux principes corrélés : autorégulation à l’égard de l’environnement, et ajustement ou transformation du milieu par un être vivant en vue de ses propres besoins. Jakobson définit comme « souci vital de la linguistique contemporaine » ce « processus similaire dans la vie du langage et dans la communication animale ». Les points d’intersection ou de correspondance entre ces deux disciplines sont les deux aspects de l’évolution : rayonnement ou radiation adaptative (radiation adaptive) et évolution convergente. Jakobson parle dans ce contexte de la « convergence » du concept biologique de « mimétisme » analysé par les biologistes en tant que mode de communication. Le mimétisme biologique est défini par lui comme un « sociolecte à l’intérieur de l’espèce »49.

  • 50 Ibid., p. 47.

26La force polaire opposée à la force d’attraction, donc la force de divergence, se trouve sur la liste des facteurs de l’évolution. Selon Jakobson, le développement divergent qui s’oppose à la tendance convergente dans l’expansion de la communication et qui agit comme facteur important de diffusion préoccupe de plus en plus tantôt les sciences du langage, tantôt la biologie. Jakobson souligne que les « dialectes locaux » qui distinguent les animaux d’une espèce particulière, « dialectes » étudiés par les biologistes, trouvent des « équivalences étiologiques remarquables » dans les cas de « non-conformisme » ou de « particularisme » linguistique (esprit de clocher dans le langage de Saussure). Ainsi les deux sub-espèces voisines et apparentées de luciole ou de lampyre diffèrent par leurs lueurs à la période des fiançailles. Par la suite, en se référant aux témoignages de nombreux observateurs des vocalisations dissemblables (dissimilar vocalization) produites par la même espèce d’oiseau dans diverses «régions dialectales », Jakobson maintient que « ce sont de vrais dialectes qui ne sont pas basés sur des discontinuités génériques ». Cette remarque n’est pas sans rappeler le phénomène que Vološinov alias Bakhtine appellent les « genres du discours », les sociolectes qui se distinguent selon le critère « pragmatique », c’est-à-dire relatif au « mode d’emploi » et en fonction des situations « hors-textuelles ». Le modèle organique au fondement de cette approche se manifeste pour Jakobson dans la postulation de rapports entre les traits structuraux des langues et les capacités innées des enfants de les maîtriser graduellement dans le processus de l’acquisition linguistique50. Son argumentation se fonde sur la coïncidence ou sur la correspondance des capacités innées donc internes avec les structures externes du langage humain.

  • 51 Ibid., p. 47.
  • 52 Ibid., p. 47-48.

27Selon Jakobson, parmi les innombrables langues du monde, aucune ne saurait présenter des traits structuraux qui entreraient en conflit avec les capacités innées des enfants de les maîtriser dans le processus graduel de l’acquisition linguistique. La langue humaine se donne – si on suit la définition biologiste – comme spécifiante pour l’espèce humaine51. Pour Jakobson cela signifie qu’il y a dans chaque enfant des dispositions innées à apprendre la langue de son environnement. Pour appuyer cette affirmation, Jakobson a recours à une citation de Goethe : « Ein jeder lernt nur, was er lernen kann » (chacun n’apprend que ce qu’il est capable d’apprendre). D’où sa conclusion : « Aucune loi philologique ou grammaticale ne dépasse les capacités innées de l’être humain. » Pour Jakobson, il est évident que les modèles innés et acquis sont étroitement reliés entre eux : ils interagissent et ils se complètent les uns les autres. Dans ce contexte Jakobson cite un autre exemple « organique » : comme tout autre système modélisant social qui aspire à maintenir son équilibre dynamique, le langage joue ostensiblement de ses propriétés auto-régularisantes ou autogouvernantes. Pour Jakobson, les lois qui constituent la charpente d’universaux phonologiques et grammaticaux se manifestent essentiellement dans la logique interne des structures linguistiques et ne supposent pas nécessairement d’« instructions génétiques spéciales »52.

  • 53 Ibid., p. 48.
  • 54 Ibid., p. 48-49. L’affirmation de Bakhtine alias Vološinov sur le caractère parfaitement social, id (...)
  • 55 R. Jakobson, K. Pomorska, Dialogues, op. cit., p. 88.

28C’est ainsi que Jakobson reste fidèle à une conviction formaliste sur la tendance intrinsèque du système du langage à maintenir son équilibre dynamique par une série de modifications. Pour Jakobson les limitations ou les restrictions sur la variation ne sont plus valables dans des « jargons privés ». Ces contraintes, dont l’exemple cité est l’ensemble des contes magiques russes analysés par V. Propp en 1928, sont liées à l’instance de « consensus collectifs et à l’obéissance à la censure commune subliminale ». Ce phénomène provient de l’appartenance à des types strictement socialisés du comportement humain53. Pour Jakobson la « nature adaptative de la communication » se manifeste dans le comportement des organismes supérieurs et inférieurs qui se gouvernent de manière autonome et s’ajustent par rapport à leur environnement ou au contraire ajustent cet environnement à leurs besoins. Jakobson cite comme exemple le plus frappant d’un tel ajustement et d’une telle autorégulation l’apprentissage de la langue par les enfants. C’est un apprentissage imitatif et par conséquent créatif. Il se fait à partir du modèle des parents et d’autres adultes. L’essentiel dans ce processus est « une certaine adaptation superficielle à la structure de leur comportement »54. Chez Jakobson le principe d’affinité, conçu comme un système d’équilibre supplémentaire entre les systèmes autonomes ou comme une dimension intersystémique par rapport aux systèmes fermés, se caractérise par la capacité organique propre à l’être vivant de réagir aux stimulus extérieurs. Ainsi, selon Jakobson, « si les alliances de langues sont une manifestation extrême du conformisme linguistique, c’est encore dans les rapports interlinguistiques que l’on observe le phénomène inverse du non-conformisme. Les langues qui risquent de se voir submergées par des langues limitrophes développent parfois des traits spécifiques qui les distinguent de manière frappante de la structure de ces dernières55 ».

  • 56 Ibid., p. 88.

29Par conséquent la notion d’affinité implique chez Jakobson un rapport à la « volonté » qui est propre au système du langage. Jakobson trouve un exemple de cette résistance à l’assimilation ou de cette volonté particulière à se conserver dans les langues sorabe et slovène qui, devant le risque de germanisation ou d’« italianisation », sont les seules langues slaves à avoir conservé la catégorie du duel. Le système de langue se comporte donc en système autosuffisant en effectuant une autorégulation et en veillant à sa conservation, comportement dont le prototype est fourni par l’organisme vivant. Et Jakobson de conclure : « Toutes les tentatives passées et présentes d’extirper de l’étude du système linguistique les questions de temps et d’espace appauvrissent et anéantissent le principe vital du système lui-même, qui réunit effectivement la vaste thématique du temps et de l’espace56. » C’est dans le temps et dans l’espace que se cristallise cette singulière géométrie d’affinités dont la stratification détermine le développement de cette pensée « essentiellement moderne » qu’est la pensée russe phonologique et structuraliste.

Haut de page

Notes

1 I. Tynianov, Poetika. Istorija literatury. Kino [Poétique. Histoire de la littérature. Cinéma], op. cit., p. 525.

2 E. Polivanov, Trudy po vostočnomu i obšemu jazykoznaniju [Travaux en linguistique orientale et générale], Moscou 1991, p. 363.

3 Ibid., p. 442.

4 Ibid., p. 338.

5 Ibid., p. 338-341.

6 E. Polivanov, Selected works. Articles on general linguistics, The Hague, Paris, 1974, p. 76.

7 Polivanov rappelle que le cas de « divergence pure » isolée de tout processus de convergence qui l’accompagne, est essentiellement théorique, et qu’en pratique il est difficile d’en fournir des exemples (ibid., p. 77-78).

8 Ibid., p. 66.

9 Ibid., p. 296-297.

10 Ibid., p. 67.

11 Ibid., p. 70. Polivanov distingue deux possibilités à cet égard : 1) deux images phoniques fondamentalement différentes dans la langue de la génération adulte sont rendues équivalentes dans la jeune génération. Polivanov appelle ce processus la « convergence phonétique ». 2) à l’inverse, divers cas d’une image phonique qui est unique du point de vue de la vieille génération sont dissimilés par la jeune génération en deux images phonétiques fondamentalement différentes. À cause de cela le nombre d’images phonétiques différenciées dans la langue augmente. Polivanov appelle « divergence phonétique » ce processus opposé à celui de « convergence phonétique » (E. Polivanov, Selected works. Articles on general linguistics, op. cit., p. 70).

12 A. Leontjev, Evgenij Polivanov i ego vklad v obšee jazykoznanie [E. Polivanov et sa contribution à la linguistique générale], Moscou, 1983, p. 53-54.

13 I. Tynianov, Poètika. Istorija literatury. Kino [Poétique. Histoire de la littérature. Cinéma], op. cit., p. 510-511.

14 E. Polivanov, Selected works. Articles on general linguistics, op. cit., p. 342.

15 A. Bielyj, Petersbourg, Lausanne, 1967, p. 55.

16 Jakobson écrit en 1929 dans l’étude « Remarques sur l’évolution phonologique du russe comparée à celle des autres langues slaves » : « L’analyse de l’évolution phonologique des parlers russes au cours des xiie et xiiie siècles montre que la tendance à un développement convergent restait encore prédominante. On n’observe pas de séparatisme phonologique, il n’y a pas à la dite époque une seule divergence intentionnelle dans l’histoire des dialectes ukrainien, blanc russe et grand russe ; en d’autres termes, il n’y a pas de phénomènes qui, subis par l’un des trois dialectes en cause et capable d’être adoptés et utilisés par les autres, ne soient pas actuellement acceptés » (R. Jakobson, Selected writings, I, Phonological studies, The Hague – Paris, 1962, p. 105-106).

17 Jakobson dit au sujet de l’emprunt du phonème et des changements phonétiques dans le système : « La relation d’une loi diachronique à une loi synchronique […] peut être définie comme la relation du moyen au résultat obtenu. Nous disons au résultat, et non au but, non pas que nous niions le caractère de tendance, l’esprit téléologique des lois diachroniques, mais parce que, mainte fois la réalisation ne coïncide pas avec le problème posé ; de même que dans les autres domaines de l’activité humaine, collective en particulier, le but n’est pas toujours atteint » (ibid., p. 106).

18 Jakobson écrit : « […] l’idiome emprunteur s’efforce, par égard pour un autre idiome, d’en reproduire plusieurs particularités ; c’est un exemple caractéristique d’hybridation linguistique ; toutefois, quelque variées que soient les formes d’hybridation, lorsque le système de l’idiome A “imite” le système de l’idiome B, la sélection et la révision des valeurs fonctionnelles des éléments adoptés a toujours lieu du point de vue du système A, en correspondance avec les possibilités d’évolution et les penchants de ce dernier ; dans le cas contraire, on est en présence d’une simple substitution du système B au système A, de l’extinction du système A. L’hybridation est un processus de synthèse et non une soudure mécanique » (ibid., p. 107).

19 Ibid., p. 106 – 107.

20 On lit dans le même texte de 1929 sur l’évolution phonologique du russe : « La contagion est possible sans prédisposition à une évolution convergente, et la convergence est possible sans contagion, mais cela ne nous donne pas encore le droit d’opposer l’une à l’autre contagion et convergence. Dans la majorité des cas, la propagation d’une innovation phonologique ne peut pas être ramenée à une simple imitation […] » (ibid., p. 107).

21  Jakobson écrit : « Cette union de l’emprunt et de la convergence rappelle beaucoup le mimétisme dans la conception de la biologie moderne […] les facteurs de ressemblance existaient dès le début chez l’imitateur aussi bien que chez le modèle, et il n’est besoin que d’une certaine impulsion pour les faire se manifester » (R. Jakobson, « Linguistics and Natural Sciences », in Roman Jakobson, Main Trends in the Science of Language, London, 1970, p. 224). Ou encore quand il parle de « la  théorie convaincante des biologistes » qui dit que « le mimétisme est un des cas particuliers de la convergence, et que l’on n’est pas fondé à lui attribuer une origine ou une signification particulière […] trouve son pendant dans la linguistique […]. La présence d’une recette au point pour un cycle de mutation permet au parler – imitateur d’adopter un ordre d’innovation modifié et plus rationnel […] » (R. Jakobson, Selected writings I, Phonological studies, op. cit., p. 107).

22 Jakobson remarque : « Ce qui est vrai pour l’extension des innovations linguistiques communes à l’ensemble du pays, peut s’appliquer aussi à la généralisation d’innovations individuelles qui apparaissent dans le domaine de la parole : la préhistoire de certaines mutations linguistiques consiste en des emprunts faits par la collectivité à quelques-uns de ses membres particuliers. Dans ce cas également, ce qui est essentiel, ce n’est pas le fait même de l’emprunt, mais c’est sa fonction du point de vue du système qui emprunte ; ce qui est essentiel, c’est que précisément pour l’innovation en question il existe une demande et que cette innovation soit sanctionnée par le système comme répondant aux possibilités et aux besoins de l’évolution de celui-ci. Le rôle des initiateurs individuels d’un phénomène consiste uniquement à “hâter la phylogenèse”, pour employer un terme de la biologie moderne, où il est question de processus similaires : en d’autres termes, ici, “l’ontogenèse anticipe pour ainsi dire sur la phylogenèse”. […] Mais, même sans cette condition, une innovation peut être réalisée par la voie d’une pure convergence » (ibid., p. 108).

23 Ibid., p. 108.

24 Ibid., p. 108.

25 Jakobson écrit : « cette conception historique conventionnelle de l’unité de langue ne peut pas être transposée dans la synchronie. Dans cette dernière, il n’y a pas de critère interne objectif permettant de répondre à la question de savoir si l’on a affaire à une ou plusieurs langues. La réponse est déterminée par l’attitude de la collectivité des sujets parlants. La critique de cette attitude doit tenir compte de la notion de conformité au but, et non de celle de phonologie historique. Seule, une science provinciale peut trancher entre la question de la légitimité de tel ou tel séparatisme linguistique à la lumière de problèmes purement génétiques. Sur le plan social, la notion de classe a depuis longtemps remplacé celle de caste ; sur le plan national la libre disposition de soi fait reculer la question de l’origine ; de même dans les questions linguistiques d’actualité ce qui nous préoccupe en premier lieu ce n’est pas la genèse, mais la fonction » (ibid., p. 108-109).

26 Ibid., p. 109.

27 Ibid., p. 110.

28 Ibid., p. 110.

29 Lev Berg (1876-1950), géographe et biologiste russe, auteur du livre Nomogenez [La nomogénèse ou évolution orientée et réglée par des lois] paru à Saint-Pétersbourg en 1922 était très admiré par Jakobson. Concernant l’influence de Berg sur Jakobson voir P. Sériot, Structure et totalité, Paris, p. 195-196.

30 Le roman Les Affinités électives (1808-1809) est fondé philosophiquement sur une loi chimique pertinente aussi pour les rapports interpersonnels que Goethe lui-même expose comme suit : « Imaginez un A intimement uni à un B dont on ne peut le séparer par de multiples tentatives de force ; imaginez un C qui se comporte de même à l’égard d’un D. Mettez maintenant les deux couples en contact. A se portera vers D, C vers B, sans qu’on puisse dire qui a le premier quitté l’autre, qui s’est le premier de nouveau uni à l’autre » (cité dans : J. Ancelet-Hustache, Goethe par lui-même, Paris, Seuil, 1965, p. 147).

31 R. Jakobson, Selected writings I, Phonological studies, The Hague – Paris, 1962.

32 R. Jakobson, K. Pomorska, Dialogues, Paris, 1980, p. 87. En raisonnant sur les principes de choix des « traits qui vont établir l’expansion, l’alliance », sur les lois de « l’évolution génétiquement dissemblable, mais structurellement commune des éléments prosodiques », Jakobson écrit : « Le fait de cette sélection, la direction que prend l’expansion et les limites de cette dernière – voilà un nœud de problèmes qui doit inciter la linguistique, mais aussi bien les autres disciplines, à progresser, à établir de nouveaux critères dans leur analyse des exemples d’affinités linguistiques secondaires (les Wahlverwandschaften), qui viennent toujours plus nombreux au jour » (ibid., p. 86-87).

33 Lisant le roman de Goethe non comme œuvre symbolique mais comme un roman sur le symbolisme, Benjamin démontre dans son essai que le sujet réel du roman est la soumission au pouvoir du symbole des gens qui ont perdu leur autonomie en tant qu’êtres humains. La puissance symbolique des objets dont l’interférence dans la vie humaine est un critère de l’univers mythique s’accroît au fur et à mesure que la conscience des hommes perd son autonomie. Le symbole soumet la vie humaine et agit à son détriment (F. Jameson, Marxism and Form, Princeton Univ. Press, 1974, p. 67). Les parallélismes et les symboles de ce roman gardent un mystère de correspondance, une sorte de signification hantée, oubliée mais familière. L’expérience est socialement conditionnée en ce qu’elle dépend d’un certain rythme de récurrences et de similarités dans les événements qui sont à l’origine proprement culturelles. La décadence de la société écarte de plus en plus les individus de ces rythmes récurrents de l’expérience. Ces parallélismes contiennent la valeur morale, la vision de réconciliation du passé et du présent devenu traditionnel dans la culture allemande. L’idée de Lebensweisheit est une synthèse de l’idée classique du caractère fixe de la nature humaine avec sa liste de types psychologiques stables et de l’idée moderne de l’historicité pure, de l’influence déterminante de la situation ou de l’environnement (ibid., p. 63). Cette idée de Goethe fait écho à la pensée historique de Hegel : la signification générale est immanente à l’intérieur d’un moment particulier de l’histoire. Les deux projets sont basés sur la vision du développement complet de l’individu. L’expérience psychologique individuelle est pensée comme quelque chose qui contient intrinsèquement les germes de son propre développement (ibid., p. 64-65).

34 Si traditionnellement chez Humboldt le langage est un produit spontané, arbitraire de l’entendement comme signe matériel lié à des concepts généraux, le tournant proprement humboldtien, selon Trabant, consiste à postuler le langage comme un intermédiaire actif et formateur entre l’homme et le monde. Dans une lettre de Humboldt à Schiller en 1800 le langage est présenté comme un médiateur qui opère entre l’entendement et la réceptivité comme « miroir du monde » et « organe de l’homme » en même temps. Le langage crée la possibilité d’une union plus intime avec le monde. Le monde est produit avec et par les sons. Le langage est posé comme un ensemble systématique présenté en terme d’organisme et un produit du travail de l’esprit. Il en ressort que la synthèse au même titre que l’analyse constitue l’essence de la création linguistique de la pensée (J. Trabant Humboldt ou le sens du langage, Liège, 1992, p. 26-27). Le motif formaliste du rôle actif formateur de la substance de l’expression se trouve lui aussi préfiguré dans la linguistique de Humboldt. Selon Humboldt, « le langage est donc sinon absolument, du moins physiquement le moyen par lequel l’homme se forme lui-même et forme en même temps le monde, ou par lequel il devient conscient de lui-même en séparant le monde de lui-même » (cité par J. Trabant, ibid., p. 25).

35 Le Cercle eurasiste a été fondé en 1920 à Sofia par des émigrés russes, Troubetzkoy et Jakobson pour la linguistique, Savickij pour la géographie, d’autres encore. Les membres de ce cénacle voulaient conceptualiser la « rupture radicale » qui s’était ouverte au début du siècle entre ce « monde du milieu » qu’ils appelaient le continent « Eurasie », monde à part dénommé aussi « L’Empire russe » ou « URSS », et le reste de l’univers.

36 R. Jakobson, K. Pomorska, Dialogues, op. cit., p. 83-84.

37 Selon Jakobson, « les langues se modifient non seulement par leur mouvement dans l’histoire sur l’axe des liens génétiques, mais encore par le fait que le facteur espace peut jouer entre elles le rôle de médiateur dans le procès de changement. Le voisinage remplace la parenté […]. Le facteur espace prend essor à partir de la distance entre deux interlocuteurs [comprise comme] fonction de la personne à laquelle s’adresse le discours […]. Des faits caractéristiques d’un système linguistique pouvaient se diffuser au-delà des limites de cette langue, et ce faisant, atteignaient très souvent des langues éloignées par leur structure et leur origine » (ibid., p. 79).

38 P. Sériot, « The Linguistics of Geographers and the Geography of Linguistics », in Roman Jakobson, Teksty, Issledovanija, Dokumenty [Roman Jakobson : Textes, Documents, Études] Moscou, 1999, p. 349.

39 P. Sériot, Structure et totalité. Les origines intellectuelles du structuralisme en Europe centrale et orientale, Paris, 1999, p. 86.

40 Ibid., p. 90.

41 Ibid., p. 94.

42 Ibid., p. 101.

43 Ibid., p. 102.

44 P. Sériot, The Linguistics of Geographers and the Geography of Linguistics, op. cit., p. 352-353.

45 Ibid., p. 350-351.

46 G. Mounin, La linguistique du xxe siècle, Paris, 1972, p. 102. En encore : « Maurice Leroy a bien souligné la caractère idéologique d’époque de cet “universalisme” et de cet “atomisme” en faisant remarquer que “par un curieux paradoxe – surtout si l’on songe à l’intention des fondateurs de la phonologie – la science phonique conçue de cette manière a perdu le caractère d’universalité qu’elle avait […] En effet, chaque langue a son système phonique propre et le jeu des oppositions qui en forme la structure est très différent de l’un à l’autre. On peut dresser un tableau phonétique des sons du langage humain – tableau auquel chaque langue emprunte des éléments qui forment son système mais on doit dresser autant de tableaux phonologiques qu’il existe de parlers différents dans le monde […] Les phonèmes ne sont pas des atomes universels” » (ibid., p. 102).

47 R. Jakobson, Selected writings I, Phonological studies, op. cit., p. 144.

48 R. Jakobson, Linguistics and Natural Sciences, op. cit., p. 46.

49 Ibid., p. 47.

50 Ibid., p. 47.

51 Ibid., p. 47.

52 Ibid., p. 47-48.

53 Ibid., p. 48.

54 Ibid., p. 48-49. L’affirmation de Bakhtine alias Vološinov sur le caractère parfaitement social, idéologique et par conséquent conscient de ce que Freud définit comme « inconscient » participe, semble-t-il, des dispositifs d’une conceptualisation des phénomènes langagiers où il n’y a pas de place pour l’inconscient. Rappelons dans ce contexte l’article de Iouri Lotman sur la psychanalyse des enfants (« La réduction et le déploiement des systèmes sémiotiques (Introduction au problème : le freudisme et la culturologie sémiotique) » dans École de Tartu. Travaux sur les systèmes de signes. Textes choisis et présentés par Y. Lotman, B. Ouspenski, Bruxelles, 1976, p. 44-51) qui s’insère dans le même paradigme. La genèse des constructions langagières est perçue dans le champ sémiotique russe comme reliée aux jeux sociaux et socialisant avec des codes, elle suit des règles préexistantes de la codification.

55 R. Jakobson, K. Pomorska, Dialogues, op. cit., p. 88.

56 Ibid., p. 88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serguei Tchougounnikov, « De l’« affinité élective » à la « convergence ». Un exemple du substrat morphologique allemand du formalisme russe », Revue germanique internationale, 3 | 2006, 127-141.

Référence électronique

Serguei Tchougounnikov, « De l’« affinité élective » à la « convergence ». Un exemple du substrat morphologique allemand du formalisme russe », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/120 ; DOI : 10.4000/rgi.120

Haut de page

Auteur

Serguei Tchougounnikov

Maître de conférences en linguistique générale à l’Université de Bourgogne à Dijon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals