Navigation – Plan du site

Friedrich August Wolf, un modèle philologique et ses incidences européennes

Sandrine Maufroy
p. 27-40

Résumés

Friedrich August Wolf est entré dans les mémoires comme une figure fondatrice de la philologie allemande. Àl’horizon des controverses dont sa personnalité et son apport scientifique firent l’objet se trouvait la question de la définition et de l’ancrage national et social de la philologie. C’est ce que montrent clairement la réception des Prolégomènes à Homère (1795), creuset et point de départ de transferts disciplinaires décisifs pour le développement des idéologies nationales en Europe. Par cet ouvrage, par son enseignement et par son Tableau systématique de la science de l’Antiquité (1807), F.A. Wolf dressa le programme d’une discipline scientifique qu’il établit dans la tension entre la glorification néo-classicisante de son objet et l’exigence d’une méthode historique rigoureuse. L’importance de F.A. Wolf dans l’histoire de la philologie tient sans doute aux multiples implications d’une œuvre dont l’étude ouvre des perspectives sur l’ensemble du champ littéraire et scientifique européen au XIXesiècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Hermann Muchau, « Einleitung », in : Friedrich August Wolf, Friedrich August Wolfs Prolegomena zu (...)
  • 2  « Une nouvelle ère commence avec le nom de Friedrich August Wolf » (John Edwin Sandys, A History o (...)
  • 3  La bibliographie concernant Friedrich August Wolf a été répertoriée par Reinhard Markner, « Friedr (...)

1Friedrich August Wolf est entré dans les mémoires comme « le fondateur de génie de la science moderne de l’Antiquité, le père de la philologie allemande »1 célébré de manière dithyrambique dans nombre d’histoires de la philologie2. Maître de Wilhelm von Humboldt pour les études grecques, professeur dont les étudiants essaimèrent dans les diverses universités d’Allemagne, auteur d’une œuvre qui féconda aussi bien la réflexion créatrice de Goethe et des néo-classicistes de Weimar que celle de romantiques comme Friedrich et August Wilhelm Schlegel, Friedrich August Wolf (1759-1824) apparaît comme un héros national, l’un des pères de la Bildung et l’un des inspirateurs de la littérature allemande. Sa conception des chants homériques comme le reflet du déploiement de toute une culture, exposée dans les Prolégomènes à Homère (1795), contribua à modifier en Europe la représentation des épopées fondatrices, moment important de la construction internationale des nationalités culturelles. Son Tableau systématique de la science de l’Antiquité (Darstellung der Altertumswissenschaft, 1807) fit date par son caractère programmatique et par sa définition systématique de l’objet, des limites et des fins d’une discipline scientifique qui connaîtrait un développement exceptionnel au cours du XIXesiècle et féconderait de nombreux autres domaines. Mais F.A. Wolf est moins connu que ne le suggère sa réputation. Le discours sur le grand homme requiert une analyse historique qui n’a pas encore été menée. Ses deux œuvres majeures sont assez bien connues, mais le reste de sa production scientifique et son activité d’enseignement le sont beaucoup moins. Les relations de Wolf avec Humboldt ou Goethe ont été étudiées, mais on en sait beaucoup moins sur ses autres correspondants, collègues et élèves3. Il s’agira donc ici, comme première étape d’une étude plus vaste, de poser quelques jalons en mettant en lumière certains aspects du discours sur Wolf comme héros fondateur de la philologie et en évoquant la dimension européenne et les prolongements scientifiques et littéraires de ses œuvres.

Le « héros éponyme » de la philologie allemande4

  • 4  L’expression « héros éponyme » est attribuée à Niebuhr (F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unter (...)
  • 5  Friedrich August Wolf, « Entwurf einer Selbstbiographie », in : Siegfried Reiter (éd.), Friedrich (...)
  • 6  Michel Espagne, « De Heyne à Lachmann. Biographies héroïques de philologues allemands », in : Chri (...)
  • 7  Cette vision bipartite de la vie de Wolf est évoquée très clairement dans la brochure anonyme Erin (...)
  • 8  Michel Espagne, op.cit., p.134-136.

2Les étapes de la biographie de F.A. Wolf, relatées d’abord par lui-même, puis par son gendre Wilhelm Körte et par des philologues, forment d’emblée les éléments d’une légende qui s’est formée et consolidée en Allemagne dans la seconde moitié du XIXesiècle et qui requiert d’être analysée avec distance critique5. Elle comprend les caractéristiques fondamentales d’une biographie héroïque de philologue6 : de sa naissance en 1759 dans un petit village de Saxe à son inscription mémorable à l’université de Göttingen où il s’était rendu à pied (1777), de son emploi d’enseignant à Ilfeld (1779) à sa fonction de recteur à Osterode (1781) puis à sa chaire universitaire à Halle (1787) et son activité savante à Berlin (1807-1824), la vie de F.A. Wolf est le récit d’une ascension sociale réalisée à la force du poignet et au prix de longues nuits de travail solitaire. Son talent d’enfant prodige à la mémoire exceptionnelle, le zèle et la confiance en soi de l’autodidacte font aussi partie des topoi attendus dans un portrait de grand homme. Mais le parcours et la personnalité de F.A. Wolf ont aussi leurs faces moins lumineuses que les biographes tantôt condamnent, tantôt déplorent, tantôt s’efforcent de compenser par la mention de qualités exceptionnelles. On trouve ainsi régulièrement évoqué son « mauvais caractère » apparu au grand jour dans diverses circonstances, en particulier dans ses relations avec les institutions politiques et scientifiques prussiennes et dans ses attaques contre son étudiant Heindorf, qui à la fin de sa vie, éloignèrent de lui plusieurs de ses amis. On retient souvent une vision en deux temps de son évolution : à la période productive et glorieuse de son enseignement à Halle s’opposerait le déclin de ses années berlinoises où, membre de l’Académie des Sciences et rattaché seulement de manière informelle à l’université, il n’exerça pas toute l’influence qu’il aurait souhaité7. Chez Wilhelm Körte, gendre et premier biographe de Wolf, les tendances excessives du personnage satisfaisant avec autant de fougue les impulsions de sa nature physique que ses passions intellectuelles forment l’image d’une personnalité faustienne hors du commun dont la quête incessante s’acheva à Marseille, l’antique colonie des Phocéens8.

  • 9  Voir les références citées par Pascale Hummel, op.cit., p.111, note 27.
  • 10  Pascale Hummel, op.cit., p.96-97 et p.111-115.
  • 11  Manfred Fuhrmann, op.cit., p.206-208.

3Le portrait contrasté transmis à la postérité correspond à une vision controversée du philologue comme héros fondateur de sa discipline. F.A. Wolf accumule les titres de gloire qui font de lui un initiateur. On retient qu’il fut le premier à s’être fait inscrire comme studiosus philologiae à l’université de Göttingen malgré les réticences du recteur adjoint Baldinger et de son maître Ch.G. Heyne et qu’il fut le créateur du séminaire philologique à l’université de Halle, distinguant ainsi nettement la formation du professeur de celle du théologien et contribuant à donner son indépendance à la philologie. On lui reconnaît d’avoir défini l’objet, le but et les méthodes d’une discipline formant désormais un tout organique et de lui avoir donné le nom nouveau d’Altertumswissenschaft, et l’on voit dans les Prolégomènes à Homère l’œuvre instigatrice de la question homérique. Mais aucun de ses titres de gloire n’est incontesté. Plusieurs auteurs se sont attachés à montrer que Wolf ne fut pas le premier étudiant à s’être inscrit exclusivement en philologie9 ; le séminaire philologique de F.A. Wolf, qui pour la première fois avait un caractère permanent et s’adressait exclusivement à de futurs philologues et professeurs, n’était pas une création ex nihilo, mais s’inspirait de ceux qui existaient déjà à Göttingen et à Leipzig ; l’introduction du terme Altertumswissenschaft ne s’imposa pas exclusivement et la façon dont il la définit suscita des réticences10 ; l’originalité des thèses de F.A. Wolf sur Homère fut contestée dès la parution des Prolégomènes11.

  • 12  Wolf lui-même insista sur sa préférence pour la parole orale et pour l’enseignement par rapport à (...)
  • 13  Rudolf Hahnhart, op.cit., p.4 ; sur Friedrich Thiersch, voir Hans Martin Kirchner, Friedrich Thier (...)

4Au discours laudatif et magnifiant fit ainsi concurrence, dès le vivant de Wolf, un discours de contestation et de remise en cause des mérites du philologue. Une biographie de Wolf n’est jamais neutre, chaque élément de sa vie, de sa personnalité et de son œuvre se trouve d’emblée intégré à une apologie, une défense ou une attaque. Ainsi, si la prédilection de Wolf pour l’enseignement est traditionnellement donnée comme une caractéristique de sa personnalité, c’est régulièrement dans le cadre d’une opposition entre parole orale et parole écrite, et la mention de ses qualités de professeur et de son dévouement pour ses étudiants sert de réponse au reproche d’avoir relativement peu publié et d’avoir mérité les inimitiés par son caractère capricieux et difficile12. Le talent pédagogique et le dévouement de professeur font aussi partie du portrait idéal du philologue accompli : loin d’être un rat de bibliothèque occupé à des recherches poussiéreuses, le philologue a une place dans le monde, un rôle à jouer qui est de nature sociale, politique et morale, puisqu’il s’agit d’instruire le peuple, d’éduquer la nation et de former des hommes. De même que l’un de ses anciens élèves compare Wolf à Philipp Melanchthon et le désigne comme « le professeur de l’Allemagne et d’autres pays encore », de même le philologue Friedrich Thiersch, qui joua un rôle important dans l’organisation du système éducatif bavarois sur un modèle néo-humaniste, reçut le qualificatif de « Praeceptor Bavariae » par analogie avec Philipp Melanchthon, « Praeceptor Germaniae »13. Ici encore, Wolf apparaît comme une figure fondatrice, du moins dans une lignée de fondateurs, le fait d’être un initiateur pouvant sans doute être considéré comme une partie intégrante de toute biographie de « grand » philologue.

  • 14  Victor Bérard, Un mensonge de la science allemande. Les « Prolégomènes à Homère de Frédéric-August (...)
  • 15  Max Pohlenz, « Un mensonge de la science allemande ? », Neue Jahrbücher für das klassische Altertu (...)
  • 16  Pascale Hummel, op.cit., p.113.

5Le personnage de Friedrich August Wolf et son apport à l’évolution de la philologie et de l’enseignement se trouvent donc, tout au long du XIXesiècle et jusqu’au XXesiècle, au centre de controverses. Il s’agit d’un véritable terrain de bataille où ne se joue pas seulement l’évaluation de l’apport scientifique et pédagogique du philologue, mais la définition de sa discipline scientifique dans ses dimensions épistémologique et sociale ainsi que son ancrage national. La question de l’originalité des thèses de Wolf sur Homère, enjeu d’une querelle avec Heyne et avec Herder dès la parution des Prolégomènes à Homère, prit même la dimension d’une polémique franco-allemande dans le contexte de la Première Guerre Mondiale. Si la brochure publiée par Victor Bérard en 1917 et intitulée Un mensonge de la science allemande contribuait à étayer l’idée du poème homérique qui sous-tendait sa recherche inlassable de correspondances entre le texte épique et la réalité géographique, il s’agissait surtout d’une attaque violente contre « la science allemande » dans son ensemble. Wolf y est décrit comme un plagiaire pusillanime d’auteurs français et présenté comme un exemple typique des travers allemands, occasion d’une harangue incitant les Français à ne pas s’en laisser conter et à montrer avec fierté ce dont ils sont capables14. La réponse allemande à cette négation de la nouveauté et de la validité des thèses de Wolf consista à renverser l’accusation et à réaffirmer avec force la nouveauté méthodologique des Prolégomènes, leur valeur initiatrice de la méthode historique et critique d’approche des textes anciens dans laquelle les Allemands excellèrent15. Ce débat, dans lequel les appels à plus de mesure et de bienveillance dans le jugement porté sur Wolf ne furent pas l’exclusivité des Allemands, représente un exemple de plus de la participation de certains scientifiques aux dérives nationalistes de la Première Guerre Mondiale. Il s’agit aussi d’un cas extrême, symptomatique de la difficulté et de la nécessité de « trouver un équilibre entre une dévalorisation excessive et une surestimation inadéquate » de l’apport de Wolf, suivant l’expression de Pascale Hummel16.

  • 17  Pascale Hummel, op.cit., p.115.

6Sans doute faut-il voir dans les discours contrastés, contradictoires et passionnés qui entourent Wolf un reflet du tournant que représente son époque pour la philologie, un symptôme de l’inadéquation entre la tendance simplificatrice à créer des héros fondateurs et la réalité plus complexe de liens personnels multiples et une conséquence de la dimension idéologique des questions que soulevèrent les écrits de Wolf en dehors du cadre strict de la philologie. Comme le souligne Pascale Hummel, Wolf est le symbole d’un moment de redéfinition de la philologie qui n’est pas l’œuvre d’un seul homme, il éclaire une ligne de partage dans une histoire de la philologie ressentie comme ayant deux parties17. On peut éclairer la manière dont s’est opéré ce tournant, dont Wolf a pu en devenir le symbole et dont son œuvre a pu acquérir la portée considérable que l’on sait en étudiant les contacts personnels de Wolf avec ses contemporains et en observant les échanges d’idées dont ses œuvres furent l’aboutissement et le point de départ. Il s’agira alors non plus de faire porter l’accent sur l’individu lui-même et ses œuvres les plus célèbres, mais sur les réseaux de relations dont il fit partie et sur l’ensemble de sa production scientifique et pédagogique comme lieux de dialogues et d’emprunts.

Les Prolégomènes à Homère : thèses débattues, méthodes inspiratrices

  • 18  Friedrich August Wolf, Prolegomena ad Homerum sive De operum homericorum prisca et genuina forma v (...)

7Les Prolegomena ad Homerum publiés en 1795 sont l’œuvre de Wolf qui eut le plus grand retentissement en Allemagne et dans le reste de l’Europe, et qui suscita les controverses les plus vives18. Wolf y affirmait que les poèmes homériques n’étaient pas de même nature que les épopées de Virgile ou du Tasse et qu’elles correspondaient à des conditions culturelles toutes différentes. Le caractère formulaire des poèmes homériques, les incohérences et l’hétérogénéité de certaines de leurs parties l’amenaient à conclure que l’Iliade et l’Odyssée n’avaient pas été rédigées d’un seul jet par un poète unique, mais composées à partir de chants indépendants et transmis d’abord oralement par des rhapsodes itinérants jusqu’au VIesiècle avant J-C. L’argumentation de Wolf tirait sa force de la rigueur avec laquelle il tentait de reconstituer l’histoire du texte homérique et de la manière dont il liait la question homérique avec celle de l’apparition et de l’utilisation de l’écriture en Grèce. Selon Wolf, l’usage de l’écriture s’était répandu en Grèce trop tardivement pour permettre la rédaction immédiate des épopées homériques. Or l’ampleur de l’Iliade et de l’Odyssée excédait les limites de la mémoire humaine. Il s’ensuivait donc qu’elles étaient constituées de parties qui avaient d’abord été créées oralement de manière indépendante, puis réunies en un tout à une époque tardive. L’étude des scholies montrait en outre que dans leur effort pour donner une version satisfaisante du texte homérique, les érudits alexandrins n’avaient pas recherché l’authenticité historique, mais avaient adopté un point de vue esthétique et moral. Une bonne édition moderne de l’Iliade et de l’Odyssée ne pouvait donc pas prétendre restituer le texte originel de ces chants, mais tout au plus une version prenant en compte les choix opérés par les Alexandrins.

  • 19  Voir Friedrich August Wolf, Briefe an Herrn Hofrath Heyne von Professor Wolf. Eine Beilage zu den (...)
  • 20  Johann Gottfried Herder, « Homer : ein Günstling der Zeit », Die Horen 9, 1795, p.53-88 [= Johann (...)
  • 21  Sur les débuts de la question homérique et les prédécesseurs de Wolf, voir Manfred Fuhrmann, op.ci (...)
  • 22  Sur les emprunts de Wolf aux études bibliques, voir les articles d’Anthony Grafton cités dans la n (...)

8En remettant en question la personnalité d’Homère et l’unité indivisible de l’Iliade et de l’Odyssée, Wolf fit scandale. Pourtant, il existait toute une tradition mettant en doute la paternité de ces épopées. Wolf lui-même reconnut sa dette envers ses prédécesseurs, à commencer par les érudits alexandrins, mais aussi des hommes de lettres français comme Charles Perrault ou anglais comme Robert Wood. Dès la parution des Prolégomènes, certains lecteurs ont nié l’originalité de la pensée de Wolf, voire crié au plagiat, comme l’ancien professeur de Wolf à Göttingen Christian Gottlob Heyne19 et Johann Gottfried Herder20. De fait, on peut lui trouver des prédécesseurs en Europe : outre ceux qu’il nomme lui-même, on peut évoquer les écrits de l’Abbé d’Aubignac et de Blackwell et rappeler la manière dont Wolf utilisa les scholies du manuscrit vénitien de l’Iliade récemment découvert et publié par l’érudit français D’Ansse de Villoison21. Mais l’originalité de l’ouvrage de Wolf résidait dans la perspective historique adoptée, opposée aux considérations esthétiques d’un D’Aubignac qui plaçait les textes homériques dans une sorte d’intemporalité. Sa méthode d’argumentation donnait une force nouvelle à des thèses suggérées antérieurement et contraignait leurs détracteurs à un examen approfondi du problème, inaugurant ainsi une longue suite d’études et de débats consacrés à la « question homérique ». Tout en s’inspirant de l’approche historique du texte biblique pratiquée par le théologien Eichhorn et en abordant la question de la composition et de l’établissement du texte homérique en relation avec celle de la tradition mosaïque, Wolf offrait un modèle pour l’étude des textes anciens et contribuait à la définition de la discipline qu’il présentait dans ses cours magistraux sur l’« encyclopédie de la science de l’Antiquité »22.

Prolongements méthodiques et théoriques

  • 23  Sebastiano Timpanaro, La genesi del metodo del Lachmann, Turin, UTET, 42003.

9Développées et débattues durant tout le XIXesiècle, les idées de Wolf sur les poèmes homériques et sa méthode d’étude de l’histoire d’un texte trouvèrent des prolongements dans les philologies modernes en voie de constitution et d’institutionnalisation. Karl Lachmann (1793-1851), qui insistait sur sa double compétence de spécialiste de la littérature antique et de germaniste, suivit la voie ouverte par Wolf pour l’étude de l’Iliade et tenta de restituer les chants séparés à l’origine de ce poème. Il appliqua la même méthode au Nibelungenlied, et la genèse de sa méthode célèbre de reconstitution de l’histoire d’un texte s’inspire ainsi en partie des écrits de Wolf23. Les Prolégomènes à Homère contribuèrent ainsi indirectement à poser les bases méthodologiques permettant d’éditer et d’étudier les textes fondateurs de la littérature nationale allemande.

  • 24  Friedrich August Wolf, Vorlesung über die Geschichte der griechischen Literatur, éd. I.D. Gürtler, (...)
  • 25  La biographie de référence sur Fauriel est celle de Jean-Baptiste Galley, Claude Fauriel. Membre d (...)
  • 26  Bibliothèque de l’Institut de France, Paris, Archives Fauriel, Ms.2365.1, f.100.
  • 27  Fauriel développe ses réflexions dans ses notes de cours sur les origines de la poésie grecque, le (...)
  • 28  Sur les différents éléments constitutifs des identités nationales et le rôle des épopées dans cet (...)

10Cette forme de transfert disciplinaire fondateur ne fut pas limitée à l’Allemagne. En France, les papiers de Claude Fauriel (1772-1843) attestent que celui qui fut le premier professeur de littératures étrangères à la Sorbonne avait lu attentivement non seulement les Prolégomènes à Homère, mais d’autres écrits de Wolf, en particulier ses lettres à Christian Gottlob Heyne, sa Vorlesung über die Geschichte der griechischen Literatur et ses Vorlesungen über die vier ersten Gesänge der Ilias24. En 1835-1836, Fauriel présenta à ses auditeurs de la Sorbonne une récapitulation de la question homérique en Allemagne. Il évoqua les prédécesseurs de Wolf, consacra des développements précis à son argumentation et commenta les prises de position des philologues allemands de la parution des Prolégomènes aux années 183025. Non seulement Fauriel fit connaître les idées de Wolf en France, mais il s’en inspira pour développer ses propres théories sur des productions poétiques qu’il estimait comparables aux poèmes homériques par le « degré de culture » dont elles témoignaient. Selon Fauriel, les « Poèmes Homériques ne peuvent plus être regardés comme les seuls de leur genre. / Les particularités, les singularités tant intrinsèques qu’extérieurs [sic] qui les caractérisent se rencontrent dans d’autres poèmes, d’autres fragments épiques appartenant à des temps et à des lieux fort divers »26. En comparant et en mettant en relation les chants homériques, des épopées anciennes de grande ampleur comme le Ramayana et le Mahabharata hindous, le Shah-Nameh perse et le chant des Nibelungen, mais aussi des ballades, des chants épiques espagnols et les poèmes ossianiques, Fauriel déduisit une loi générale de formation de ce qu’il appelait les épopées « primitives ». Selon lui, celles-ci avaient toujours leur source dans un ensemble de chants d’abord indépendants qui conservaient le souvenir d’événements historiques et reflétaient les mœurs et l’état de culture d’un peuple particulier. Longtemps transmis oralement et diffusés dans le peuple par des rhapsodes ambulants, ces « matériaux épiques » étaient enfin compilés par écrit de manière à former une véritable épopée qui possédait sa propre unité, mais conservait des particularités de son origine orale (caractère formulaire, motifs récurrents, contradictions entre différentes parties)27. Dans les années 1830, les idées de F.A. Wolf sur les poèmes homériques débouchaient ainsi dans la pensée de Fauriel sur une théorie générale des épopées primitives dont les enjeux n’étaient pas purement scientifiques, les épopées fondatrices représentant l’un des éléments fondamentaux de l’élaboration des identités nationales28.

Des épopées homériques aux littératures nationales

  • 29  Sur l’étude des chants populaires grecs, voir Miodrag Ibrovac, Claude Fauriel et la fortune europé (...)
  • 30  Sur Bartholomäus Kopitar et les chants serbes, voir notamment Miodrag Ibrovac, op.cit. ; Antonia B (...)
  • 31  « Nirgends gibt es noch heut zu Tage treffendere Pendants zu Ihren Homeriden, als in Serbien und B (...)

11L’exemple des chants populaires grecs et serbes montre la portée idéologique des conséquences qui paraissaient découler des Prolégomènes à Homère. L’idée d’une relation étroite entre chants populaires et épopées avait déjà été reprise par Fauriel dans le « Discours préliminaire » de ses Chants populaires grecs (1824-1825), publié dans le contexte du mouvement philhellène que la guerre d’indépendance grecque avait suscité en Europe29. De telles idées avaient aussi été énoncées dans les années 1810 par Bartholomäus Kopitar, érudit personnellement engagé dans l’élaboration du recueil de chants serbes de Vuk Stefanovi Karadži30. Kopitar avait rencontré Friedrich August Wolf à Berlin en 1811, et il échangea avec lui des lettres largement consacrées à la question des origines de l’épopée grecque comparée avec les chants épiques serbes. En mars 1819, il fit part à Wolf de sa conclusion : « Nulle part ailleurs qu’en Serbie et en Bosnie ne se trouvent aujourd’hui encore de meilleurs pendants de vos Homérides. »31. Ces rapprochements conféraient aux productions poétiques grecques et serbes le caractère et la dignité de littératures nationales naissantes égalant potentiellement les chefs d’œuvres antiques. Ils contribuaient ainsi à doter ces nations des attributs fondamentaux d’une identité nationale. C’est ce que montre clairement le cas grec : dans les années de la guerre d’indépendance et de la création de l’État grec parurent, principalement en Allemagne, des recueils qui se comprenaient comme une continuation de celui de Fauriel, en reprenaient les thèmes principaux et instauraient des parallèles entre Grecs anciens et modernes. Ces ouvrages se trouvent au point de départ de l’étude du folklore en Grèce, discipline scientifique durablement marquée par les exigences d’une idéologie nationale qui voyait dans les productions populaires des preuves de l’unité de la nation grecque et de sa continuité avec le glorieux passé de la Grèce antique. La généralisation des idées de Wolf sur la genèse des épopées homériques et leur transposition de la philologie antique aux philologies modernes posait ainsi les fondements d’idéologies nationales constituées de manière commune en Europe sur la base de transferts culturels entre différents pays et entre différents domaines d’activité.

Entre néoclassicisme et historicisme : le Tableau systématique de la science de l’Antiquité (Darstellung der Alterthumswissenschaft) et la définition d’une discipline

  • 32  Friedrich August Wolf, « Darstellung der Alterthums-Wissenschaft nach Begriff, Umfang, Zweck und W (...)
  • 33  Voir la dédicace du Museum der Alterthums-Wissenschaft et la lettre de Goethe à Wolf du 28 novembr (...)
  • 34  Michael Bernays (éd.), op.cit., p.1 et passim. Sur les relations entre Wolf et Goethe, voir aussi (...)
  • 35  Lettre de Goethe à Wolf du 26 décembre 1796, in : Michael Bernays (éd.), op.cit., p.91.

12L’ouvrage dans lequel F.A. Wolf définit l’objet, les méthodes et le champ d’extension de sa discipline, le Tableau systématique de la science de l’Antiquité, est lui-même le résultat et le point de départ d’échanges multiples32. Résultant de ses cours sur l’« encyclopédie de la science de l’Antiquité », cette brochure qui fit date fut rédigée à la demande de Goethe, qui l’avait encouragé à compenser par l’écriture l’absence d’auditoire dont il souffrait depuis la fermeture de l’université de Halle consécutive à l’occupation napoléonienne33. Le Tableau systématique de la science de l’Antiquité représente ainsi une étape dans des relations fécondes que Michael Bernays, éditeur de la correspondance entre Goethe et Wolf, a présentées comme une incarnation exemplaire des relations entre poésie et philologie34. On peut rappeler ici la collaboration de Wolf à l’essai Winckelmann und sein Jahrhundert [Winckelmann et son siècle], son article sur le sculpteur grec Polygnote rédigé pour les Amis de l’art de Weimar et la composition par Goethe de l’épopée Hermann et Dorothée, que l’auteur lui-même présenta comme une conséquence des Prolégomènes à Homère : en mettant fin à sa croyance en un poète unique, génial et inégalable, les thèses de Wolf auraient eu un effet libérateur sur le poète de Weimar et lui auraient donné le courage d’entreprendre, en s’inspirant aussi des tentatives poétiques de Voß, une épopée allemande35.

  • 36  Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf. (Im Anhang : Humboldts Mitschrift der Ilias (...)
  • 37  Manfred Fuhrmann, op.cit., p.197 et p.204-205.

13Le Tableau systématique de la science de l’Antiquité, marqué par un grand enthousiasme pour la Grèce antique comme modèle d’accomplissement culturel, doit aussi beaucoup à l’écrit de jeunesse de Wilhelm von Humboldt « Über das Studium des Altertums, und der Griechen insbesondere » [De l’étude de l’Antiquité, et des Grecs en particulier]. Il s’agit là d’un aspect des relations entre Wolf et Humboldt, dont l’amitié durable est attestée par une longue correspondance largement dédiée à la lecture des Anciens36. Si Wolf puisa chez Humboldt certaines des idées développées dans le Tableau systématique de la science de l’Antiquité, son essai intitulé « Grenzbestimmung zwischen dem Unterrichte auf den Schulen und auf den Universitäten » [Détermination de la frontière entre l’enseignement dans les écoles et l’enseignement dans les universités] fournit inversement au fondateur de l’université de Berlin des éléments pour rédiger son plan de création de cette institution37. Par sa collaboration avec Wilhelm von Humboldt, qui lui procura un poste à Berlin après la fermeture de l’université de Halle, et par ses principes d’enseignement, qui rejoignaient les idées de Humboldt sur la science comme dialogue sans cesse renouvelé, F.A. Wolf contribua à la conception d’ensemble de l’université humboldtienne et à l’élaboration de la théorie de la Bildung comme base pour la formation de la nation allemande.

  • 38  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.16.
  • 39  Sur les rapports entre philologie antique et orientalisme, voir en particulier, dans le présent vo (...)

14Tout en posant les fondements d’une approche historique de l’Antiquité, le Tableau systématique de la science de l’Antiquité réaffirme le dogme néo-humaniste de la supériorité de l’étude des Grecs anciens pour la formation harmonieuse de l’être humain. Cette œuvre se caractérise par la coexistence entre une perspective historique et une vision normative de l’Antiquité. Sa définition même de l’objet de sa discipline découle de cette ambivalence et de la glorification des Grecs et des Romains : seuls ces derniers auraient atteint « la véritable culture élevée de l’esprit », qui se distingue par l’exercice gratuit des facultés humaines et le goût du savoir développé pour lui-même, alors que les peuples de l’Orient antique – Égyptiens, Hébreux, Persans – ne seraient parvenus qu’au stade de la « civilisation », où le progrès culturel reste largement subordonné à l’utilité et à la satisfaction des besoins matériels38. Ce faisant, Wolf contribue, par l’exclusion des études hébraïques, à séparer la philologie des études bibliques, et, par l’exclusion plus générale de tout un pan de l’Antiquité, à tracer une limite, fondée encore chez lui sur une hiérarchie de valeurs, entre philologie antique et orientalisme39.

  • 40  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.19 : « (…) es wird erlaubt seyn, im Geiste der Alten, di (...)
  • 41  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.124-125 : « Es ist aber dieses Ziel kein anderes als die (...)
  • 42  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.19-22. Mais Wolf incite son lecteur à ne pas mésestimer (...)
  • 43  Wilhelm von Humboldt, « Über das Studium des Alterthums, und des griechischen insbesondere », in : (...)

15Si Wolf restreint explicitement l’objet de sa discipline, l’Antiquité, aux « deux peuples les plus raffinés par la culture de l’esprit, l’érudition et l’art »40, c’est parce que leur étude offre une voie d’accès privilégiée pour comprendre et former l’homme. La science de l’Antiquité est une science de l’homme, qui a pour objectif « la connaissance de l’humanité antique elle-même, connaissance qui découle de l’observation, déterminée par l’étude des restes antiques, d’une culture nationale d’une grande importance qui s’est développée de manière organique »41. Le peuple grec occupe une place privilégiée, car il fut le premier à développer ses facultés les plus élevées avec tant de passion, donnant ainsi naissance à un ensemble d’arts et de connaissances particulièrement achevé42. On retrouve ici l’idée de Wilhelm von Humboldt selon laquelle les Grecs avaient développé au mieux et de la manière la plus harmonieuse les facultés humaines, et méritaient à ce titre d’être pris comme objet d’étude privilégié et comme base fondamentale pour l’éducation de la jeunesse43.

16Ainsi, l’universel est atteint par l’étude approfondie d’une « nation » particulière, d’où la vaste extension du champ à explorer, qui englobe toute une culture. Les documents à étudier, œuvres écrites et œuvres artistiques et techniques, s’étendent sur plus de deux millénaires répartis en trois grandes époques. Ils sont susceptibles d’être considérés de deux façons : soit comme « monuments et témoignages de situations passées », soit comme objets « beaux esthétiquement » et leur exploitation relève de sous-disciplines interdépendantes, dont Wolf dresse un tableau systématique. L’exposé de Wolf établit ainsi le programme d’une discipline dont l’objet est largement déterminé par une hiérarchie de valeurs plaçant la Grèce (et Rome) au sommet du développement humain, et qui, à l’intérieur du cadre ainsi tracé, se définit comme une histoire culturelle et anthropologique globale. Il annonce le plan conceptuellement plus achevé qu’August Böckh présentera dans l’Encyclopédie et la méthodologie des sciences philologiques (1819), et prépare les conditions de développements ultérieurs, par exemple en direction de l’anthropologie ou des philologies modernes.

17Les éléments récurrents du discours sur F.A. Wolf, la fortune de ses Prolégomènes à Homère, de son enseignement et de son Tableau systématique de la science de l’Antiquité font apparaître l’imbrication étroite entre la formation d’une figure de grand homme, la constitution d’une discipline scientifique et la formation des idées nationales en Allemagne comme dans le reste de l’Europe. Les portraits contrastés du philologue correspondent aux polémiques provoquées par son œuvre, dont l’enjeu peut devenir, dans des cas extrêmes, la valeur et la dignité d’un modèle scientifique conçu comme un élément de l’identité nationale allemande. Les thèses de Wolf sur les poèmes homériques tirent toute leur force d’une méthode d’argumentation historique et critique qui deviendra un emblème de la rigueur philologique allemande ; elles concourent à l’évolution des représentations des littératures dites populaires, inspirent la création littéraire et contribuent à l’émergence de philologies modernes marquées par de forts enjeux idéologiques. Les cours de Wolf sur l’« encyclopédie philologique » et son Tableau systématique de la science de l’Antiquité dressent le programme d’une discipline scientifique et l’établissent dans la tension entre la glorification néo-classicisante de son objet et l’exigence d’une méthode historique rigoureuse. L’importance de Wolf dans l’histoire de la philologie tient sans doute aux multiples implications d’une œuvre dont l’étude ouvre des perspectives sur l’ensemble du champ littéraire et scientifique autour des années 1800.

Haut de page

Notes

1  Hermann Muchau, « Einleitung », in : Friedrich August Wolf, Friedrich August Wolfs Prolegomena zu Homer, trad. Hermann Muchau, Leipzig, Reclam, 1908, p.9 (« der geniale Begründer der neuern Altertumswissenschaft, der Vater der deutschen Philologie »).

2  « Une nouvelle ère commence avec le nom de Friedrich August Wolf » (John Edwin Sandys, A History of Classical Scholarship, Vol. III. The eighteenth century in Germany, and the nineteenth century in Europe and the United States of America, New York, Londres, Hafner Publishing Company, 1908, 31967, p.51). L’autre auteur principal de référence pour l’histoire de la philologie, Rudolf Pfeiffer, prononce un jugement plus nuancé (Rudolf Pfeiffer, History of Classical Scholarship from 1300 to 1850, Oxford, Clarendon Press, 1976, p.173-177), mais Hermann Funke écrit encore : « Friedrich August Wolf est le fondateur de l’Altertumswissenschaft, l’étude scientifique de l’Antiquité classique » (Hermann Funke, « F.A. Wolf. 15 February 1759-8 August 1824 », in : Ward W. Briggs, William M. Calder III (éd.), Classical Scholarship.A biographical Encyclopedia, New York, Londres, Garland Publishing, Inc., 1990, (p.523-528), p.523). Un échantillon chronologique des formules les plus frappantes employées pour caractériser et célébrer F.A. Wolf est donné par Pascale Hummel, Histoire de l’histoire de la philologie. Étude d’un genre épistémologique et bibliographique, Genève, Droz, 2000, p.107-110.

3  La bibliographie concernant Friedrich August Wolf a été répertoriée par Reinhard Markner, « Friedrich August Wolf, 1759-1824. Eine Bibliographie », in : Reinhard Markner, Giuseppe Veltri (éd.), Friedrich August Wolf. Studien, Dokumente, Bibliographie, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1999 [Palingenesia. Monographien und Texte zur Klassischen Altertumswissenschaft 67], p.102-144). Malgré quelques publications récentes, cet article reste largement d’actualité. Sur l’enseignement de F.A. Wolf et la pratique du séminaire philologique, on peut consulter : Carlos Spoerhase, Mark-Georg Dehrmann, « Die Idee der Universität. Friedrich August Wolf und die Praxis des Seminars », Zeitschrift für Ideengeschichte 5/1, 2011, p.105-117.

4  L’expression « héros éponyme » est attribuée à Niebuhr (F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts auf den deutschen Schulen und Universitäten vom Ausgang des Mittelalters bis zur Gegenwart, 2e édition, t. 2, Leipzig, Veit, 1897, p.208, cité par Pascale Hummel, op.cit., p.110).

5  Friedrich August Wolf, « Entwurf einer Selbstbiographie », in : Siegfried Reiter (éd.), Friedrich August Wolf. Ein Leben in Briefen, t. 2, Stuttgart, J.B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1935, p.337-345 ; Wilhelm Körte, Leben und Studien Friedrich August Wolfs des Philologen, 2 vol., Essen, G.D. Bädeker, 1833. Pour les références d’autres biographies et documents biographiques, voir Reinhard Markner, op.cit., p.127-132.

6  Michel Espagne, « De Heyne à Lachmann. Biographies héroïques de philologues allemands », in : Christoph König, Denis Thouard (éd.), La philologie au présent : pour Jean Bollack, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, p.127-139.

7  Cette vision bipartite de la vie de Wolf est évoquée très clairement dans la brochure anonyme Erinnerungen an Friedrich August Wolf, Berlin, Ludwig, Oehmigte, 1836, p.1-2. Sur les jugements négatifs concernant la personnalité de Wolf, voir Manfred Fuhrmann, « Friedrich August Wolf. Zur 200. Wiederkehr seines Geburtstages am 15. Februar 1959 », Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte 33, 1959, (p.187-236), p.188-191.

8  Michel Espagne, op.cit., p.134-136.

9  Voir les références citées par Pascale Hummel, op.cit., p.111, note 27.

10  Pascale Hummel, op.cit., p.96-97 et p.111-115.

11  Manfred Fuhrmann, op.cit., p.206-208.

12  Wolf lui-même insista sur sa préférence pour la parole orale et pour l’enseignement par rapport à l’écrit (lettre à Ruhnken du 25 mars 1796, in : Siegfried Reiter, op.cit., t.1, p.203 et lettre à J. von Müller du 9 décembre 1802, ibid., t. 2, p.22) et Goethe conseilla à Wolf de coucher par écrit le contenu de ses cours sur l’« encyclopédie de la science de l’Antiquité » (lettre de Goethe à Wolf du 28 novembre 1806, in : Michael Bernays (éd.), Goethes Briefe an Friedrich August Wolf, Berlin, Reimer, 1868, p.110-111). L’argumentation qui consiste à rappeler les mérites de Wolf comme professeur et pédagogue pour répondre aux critiques qui lui sont faites se retrouve dans deux brochures rédigées par d’anciens étudiants de Wolf (Erinnerungen an Friedrich August Wolf, Berlin, Oehmigte, 1836, p.2, et Rudolf Hahnart, Erinnerungen an Friedrich August Wolf. Ein Beitrag zu seiner Lebensgeschichte mit angefügten Belegen und literarischen Nachwirkungen, Bâle, Wieland, 1825, p.8-9).

13  Rudolf Hahnhart, op.cit., p.4 ; sur Friedrich Thiersch, voir Hans Martin Kirchner, Friedrich Thiersch. Ein liberaler Kulturpolitiker und Philhellene in Bayern, Munich, Hieronymus, 1996 [Veröffentlichungen des Instituts für Geschichte Osteuropas und Südosteuropas der Universität München 16].

14  Victor Bérard, Un mensonge de la science allemande. Les « Prolégomènes à Homère de Frédéric-Auguste Wolf, Paris, Hachette, 1917.

15  Max Pohlenz, « Un mensonge de la science allemande ? », Neue Jahrbücher für das klassische Altertum, Geschichte und deutsche Literatur 22, 1919, p.340-374. Il faut cependant remarquer que si Victor Bérard attaquait violemment la « science allemande », ajoutant ainsi un texte de plus à la production belliqueuse d’un certain nombre de scientifiques, les réponses de réfutation ne furent pas l’apanage des Allemands (voir les articles répertoriés par Reinhard Markner, op.cit., p.137-138).

16  Pascale Hummel, op.cit., p.113.

17  Pascale Hummel, op.cit., p.115.

18  Friedrich August Wolf, Prolegomena ad Homerum sive De operum homericorum prisca et genuina forma variisque mutationibus et probabili ratione emendandi, Halle, a libraria Ophanotrophei, 1794-1795. Une traduction allemande parut au début du siècle dernier : Friedrich August Wolf, Friedrich August Wolfs Prolegomena zu Homer, trad. Hermann Muchau, Leipzig, Reclam, 1908. Voir aussi la traduction anglaise plus récente : Friedrich August Wolf, Prolegomena to Homer 1795, éd. et trad. Anthony Grafton, Glenn W. Most, James E. G. Zetzel, Princeton (New Jersey), Princeton University Press, 1985. L’histoire de la genèse et de la réception des Prolegomena ad Homerum a été étudiée dès la seconde moitié du XIXesiècle : Richard Emil Volkmann, Geschichte und Kritik der Wolfschen Prolegomena zu Homer : ein Beitrag zur Geschichte der homerischen Frage, Leipzig, Teubner, 1874.

19  Voir Friedrich August Wolf, Briefe an Herrn Hofrath Heyne von Professor Wolf. Eine Beilage zu den neuesten Untersuchungen über den Homer, Berlin, G.C. Nauk, 1797.

20  Johann Gottfried Herder, « Homer : ein Günstling der Zeit », Die Horen 9, 1795, p.53-88 [= Johann Gottfried Herder, Sämtliche Werke, éd. Bernhard Suphan, t. 18, Berlin, 1883, p.420-446]. F.A. Wolf répondit à Herder dans son article « Ankündigung eines deutschen Auszugs aus Prof. Wolfs Prolegomenis ad Homerum und Erklärung über einen Aufsatz im IX. Stücke der Horen », Intelligenzblatt der Allgemeinen Literatur-Zeitung 122, 24 octobre 1795, p.979-982 (reproduit dans Michael Bernays (éd.), op.cit., p.124-126).

21  Sur les débuts de la question homérique et les prédécesseurs de Wolf, voir Manfred Fuhrmann, op.cit., p.206-216 ; Anthony Grafton, « Prolegomena to Friedrich August Wolf », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 44, 1981, p.101-129 [article repris dans Anthony Grafton, Defenders to the Text, Cambridge (Mass.)-Londres, Harvard University Press, 1991, p.214-243 et p.308-319] ; Anthony Grafton, « Juden und Griechen bei Friedrich August Wolf », in : Reinhard Markner, Giuseppe Veltri (éd.), Friedrich August Wolf. Studien, Dokumente, Bibliographie, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1999 [Palingenesia. Monographien und texte zur Klassischen Altertumswissenschaft 67], p.9-31. Sur Jean-Baptiste Gaspard d’Ansse de Villoison, voir Charles Joret, D’Ansse de Villoison et l’hellénisme en France pendant le dernier tiers du XVIIIesiècle, Paris, Honoré Champion, 1910.

22  Sur les emprunts de Wolf aux études bibliques, voir les articles d’Anthony Grafton cités dans la note précédente. Les cours de Wolf sur l’« encyclopédie de la science de l’Antiquité » ont été publiés plus tard : S.M.S. Stockmann (éd.), Friedrich August Wolf’s Encyclopädie der Philologie. Nach dessen Vorlesungen im Winterhalbjahre von 1798-1799, Leipzig, 1831 ; J.D. Gürtler (éd.), Fr. Aug. Wolf’s Vorlesungen über die Alterthumswissenschaft. Erster Band. Vorlesung über die Encyclopädie der Alterthumswissenschaft, Leipzig, Lehnhold, 1831.

23  Sebastiano Timpanaro, La genesi del metodo del Lachmann, Turin, UTET, 42003.

24  Friedrich August Wolf, Vorlesung über die Geschichte der griechischen Literatur, éd. I.D. Gürtler, Leipzig, Lehnhold, 1831 ; id., Vorlesungen über die vier ersten Gesänge der Ilias, éd. Usteri, Berne, 1830.

25  La biographie de référence sur Fauriel est celle de Jean-Baptiste Galley, Claude Fauriel. Membre de l’Institut. 1772-1843, Saint-Étienne, Imprimerie de la « Loire Républicaine », 1909. Sur les théories et l’enseignement de Fauriel sur les littératures étrangères, voir aussi Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXesiècle, Paris, Les Éditions du Cerf, 1993, p.19-34. L’exposé des théories de Friedrich August Wolf compris dans le cours de Fauriel sur Homère se trouve dans les archives Fauriel de l’Institut de France (Bibliothèque de l’Institut de France, Paris, Archives Fauriel, Ms.2335.2, f.303-353). Sont conservées en outre des notes de lecture de Fauriel intitulées « Fragments extraits du discours préliminaire de Wolf, à la tête de son édition d’Homère » (Bibliothèque de l’Institut de France, Paris, Archives Fauriel, Ms.2335.3, f.948-979). Fauriel rapprochait les thèses de F.A. Wolf de celles de Giovanni Battista Vico (voir en particulier : Bibliothèque de l’Institut de France, Paris, Archives Fauriel, Ms.2335.3, f.303, f.340-346, f.596 sq.).

26  Bibliothèque de l’Institut de France, Paris, Archives Fauriel, Ms.2365.1, f.100.

27  Fauriel développe ses réflexions dans ses notes de cours sur les origines de la poésie grecque, les chants populaires épiques et les poèmes homériques (Bibliothèque de l’Institut de France, Paris, Archives Fauriel, Ms.2335 et Ms.2365.1). Voir aussi Jean-Baptiste Galley, op.cit., p.342.

28  Sur les différents éléments constitutifs des identités nationales et le rôle des épopées dans cet ensemble, voir Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXesiècle, Paris, Seuil, 22001, en particulier p.113-131.

29  Sur l’étude des chants populaires grecs, voir Miodrag Ibrovac, Claude Fauriel et la fortune européenne des poésies populaires grecque et serbe. Étude d’histoire romantique suivie du Cours de Fauriel professé en Sorbonne (1831-1832), Paris, Librairie Marcel Didier, 1966 ; Alexis Politis, I anakalypsi ton ellinikon dimotikon tragoudion, Athènes, Themelio, 1999 ; Sandrine Maufroy, Le philhellénisme franco-allemand (1815-1848), Paris, Belin, 2011, p.113-189.

30  Sur Bartholomäus Kopitar et les chants serbes, voir notamment Miodrag Ibrovac, op.cit. ; Antonia Bernard, Jernej Kopitar et les débuts de la slavistique européenne, thèse de doctorat, Université Paris 3 (Sorbonne nouvelle), 1992 ; Antonia Bernard, « J. Kopitar, lien vivant entre la slavistique et la germanistique », in : Michel Espagne, Michael Werner (éd.), Philologiques III. Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1994, p.191-210 ; W. Lukan (éd.), Bartholomäus (Jernej) Kopitar. Neue Studien und Materialien anläßlich seines 150. Todestages, Vienne, Böhlau, 1995 ; J. Poganic, Bartholomäus Kopitar : Leben und Werk, Munich, Trofenik, 1978.

31  « Nirgends gibt es noch heut zu Tage treffendere Pendants zu Ihren Homeriden, als in Serbien und Boßnien ». (Max Vasmer, Bausteine zur Geschichte der deutsch-slavischen geistigen Beziehungen I., Berlin, de Gruyter, 1939 [Abhandlungen der Preußischen Akademie der Wissenschaften, Jahrgang 1938, Philosophisch-historische Klasse Nr.6], p.113).

32  Friedrich August Wolf, « Darstellung der Alterthums-Wissenschaft nach Begriff, Umfang, Zweck und Wert », in : Friedrich August Wolf, Phillipp Buttmann (éd.), Museum der Alterthums-Wissenschaft, t.1, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1807 [reprint : Berlin, Akademie-Verlag (« Dokumente der Wissenschaftsgeschichte »), mit einem Nachwort von Johannes Irmscher, 1985]. Nous reprenons ici le titre de la traduction française de 1812 (« Tableau systématique de la science de l’Antiquité », trad. Nicolas Maximilien Sidoine Séguier de Saint-Brisson », Magasin encyclopédique 5, 1812, p.78-116, et 6, 1812, p.112-145).

33  Voir la dédicace du Museum der Alterthums-Wissenschaft et la lettre de Goethe à Wolf du 28 novembre 1806, in : Michael Bernays (éd.), op.cit., p.110-111.

34  Michael Bernays (éd.), op.cit., p.1 et passim. Sur les relations entre Wolf et Goethe, voir aussi Manfred Riedel, « Zwischen Dichtung und Philologie. Goethe und Friedrich August Wolf », Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte 71, 1997, p.92-109 ; Johannes Irmscher, « Friedrich August Wolf e Goethe », in : Salvatore Cerasuolo (éd.), Friedrich August Wolf e la scienza dell’antichità. Atti del Convegno Internazionale (Napoli 24-26 maggio 1995), Naples, 1997 [Pubblicazioni del Dipartimento di Filologia Classica dell’Università degli Studi di Napoli FedericoII, 14], p.171-176.

35  Lettre de Goethe à Wolf du 26 décembre 1796, in : Michael Bernays (éd.), op.cit., p.91.

36  Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf. (Im Anhang : Humboldts Mitschrift der Ilias-Vorlesung Christian Gottlob Heynes aus dem Sommersemester 1789), éd. Philip Mattson, Berlin, New York, de Gruyter, 1990. Sur les relations entre Wilhelm von Humboldt et Wolf, voir Johannes Irmscher, « Friedrich August Wolf und Wilhelm von Humboldt », in : Friedrich Ebert, Hans-Dieter Zimmermann (éd.), Konferenz zur 200. Wiederkehr der Gründung des Seminarium Philologicum Halense durch Friedrich August Wolf am 15.10.1787. „Innere und äußere Integration der Altertumswissenschaften“, Halle (Saale), Abteilung Wissenschaftspublizistik der Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, 1989 [Wissenschaftliche Beiträge 1989/36 (C47)], p.79-84.

37  Manfred Fuhrmann, op.cit., p.197 et p.204-205.

38  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.16.

39  Sur les rapports entre philologie antique et orientalisme, voir en particulier, dans le présent volume, la contribution de Suzanne Marchand.

40  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.19 : « (…) es wird erlaubt seyn, im Geiste der Alten, die auf die Barbari als auf unedlere Menschengattungen mit Stolz herabsahen, sogar den Namen Alterthum in ausnehmendem Sinne auf die beiden durch Geistescultur, Gelehrsamkeit und Kunst verfeinerten Völker einzuschränken ».

41  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.124-125 : « Es ist aber dieses Ziel kein anderes als die Kenntniss der alterthümlichen Menschheit selbst, welche Kenntniss aus der durch das Studium der alten Ueberreste bedingten Beobachtung einer organisch entwickelten bedeutungsvollen National-bildung hervorgeht. »

42  Friedrich August Wolf, « Darstellung », p.19-22. Mais Wolf incite son lecteur à ne pas mésestimer les mérites des Romains, certes imitateurs, mais d’une manière si particulière et avec des créations originales (par exemple dans la théorie du droit), qu’ils méritent d’être associés aux Grecs comme objet de la science de l’Antiquité.

43  Wilhelm von Humboldt, « Über das Studium des Alterthums, und des griechischen insbesondere », in : Wilhelm von Humboldt, Werke in fünf Bänden, éd. Andreas Flitner, Klaus Giel, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, t.2 [Schriften zur Altertumskunde und Ästhetik], 1969, 52002, p.1-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Maufroy, « Friedrich August Wolf, un modèle philologique et ses incidences européennes », Revue germanique internationale, 14 | 2011, 27-40.

Référence électronique

Sandrine Maufroy, « Friedrich August Wolf, un modèle philologique et ses incidences européennes », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1274 ; DOI : 10.4000/rgi.1274

Haut de page

Auteur

Sandrine Maufroy

Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris4)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals

ésebarre/ipt e=o#js?d|te=>La -12-002

type="text/jonp-lar", "text/javascript">//

typjs">