Navigation – Plan du site
Race, Culture, Communauté : une lignée de transferts germano-russes

Quelques errances de la notion de culture. Humboldt – Jakobson – Lévi-Strauss

Michel Espagne
p. 185-195

Résumés

La contribution montre que le concept anthropologique de culture, tel qu’il est employé par les structuralistes, a recours à une science russe du langage dont les racines allemandes, par exemple chez les jeunes grammairiens, sont encore largement à redécouvrir. Par d’autres chemins le même héritage indirect de Humboldt a fécondé l’anthropologie américaine représentée par l’œuvre de Franz Boas.

Haut de page

Texte intégral

1Pour parler des relations intellectuelles ou artistiques entre pays, disons entre la Russie, l’Allemagne et la France, il est nécessaire de présupposer à chacun d’entre eux un certain nombre de traits distinctifs et pour désigner globalement ces traits distinctifs on emploiera volontiers le terme de culture. Certes cette démarche fait déjà problème car elle pose de façon arbitraire une différence là où l’on pourrait aussi soutenir l’existence d’une continuité. Elle est dictée par la nécessité de définir en termes de systèmes les pôles d’un échange, puis de décrire également en termes de système les modalités d’un échange où les déplacements dans l’espace, les voyages ou les migrations, la circulation des livres et des lettres peuvent jouer un rôle. L’échange rapproche les éléments culturels mis en présence mais peut aussi contribuer à les distinguer : l’importation de biens culturels peut aider à souligner une différence à la manière dont les élites françaises de la troisième république, voyageaient en Allemagne pour observer l’organisation universitaire et en tirer les lignes directrice d’une rénovation d’esprit parfois revanchiste de la science nationale.

  • 1 François Dosse, Histoire du structuralisme, 2 vols., Paris, 1991.
  • 2 Joachim Mugdan, Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929) Leben und Werk, Munich, 1984 ; Mario di Selvo (...)
  • 3 Manfred Ringmacher, Organismus der Sprachidee. H. Steinthals Weg von Humboldt zu Humboldt, Munich, (...)

2 Un premier moment où, dans la définition du concept de culture, un mouvement s’opère de l’est vers l’ouest, de la Russie vers l’Europe occidentale, est lié à la genèse du structuralisme. Or il s’agit de la définition dominante de la culture dans les sciences humaines au xxe siècle. Le structuralisme1 tire ses origines de la pensée linguistique et est souvent mis en relation avec le Cours de linguistique générale de Saussure et ses oppositions entre signifiant et signifié, entre langue et parole qui aboutiront à étudier un objet comme le langage à partir de ses oppositions internes, indépendamment de ses réalisations empiriques. Mais l’apport de Saussure ne saurait estomper une réflexion russe sur le langage dont les protagonistes sont notamment les spécialistes de phonologie. Le prince Troubetzkoy qui quittera la Russie pour la Bulgarie puis pour Prague développe dans ses Principes de phonologie un système des sons reposant sur des oppositions internes et permettant une analyse du langage indépendante de la relation au sens. Une des personnalités les plus intéressantes dans ce contexte est celle de Jan Baudouin de Courtenay2, Polonais d’origine, mais professeur à Kazan et à Saint-Pétersbourg. Même si sa pensée ne saurait se résumer à cette découverte, Baudouin de Courtenay avait mis au point, dès les années 1870, une notion de phonème qui annonce le formalisme de la phonologie. Il différenciait notamment l’étude des sons comme objets physiques et comme signaux permettant la communication linguistique. À vrai dire on ne saurait trop opposer Baudouin de Courtenay et Saussure. Ils ont tous deux fait leurs études de linguistique à l’Université de Leipzig auprès de l’École des Jeunes grammairiens (Osthoff, Brugmann) qui se caractérise par un renouveau du formalisme linguistique contre le comparatisme philologique de stricte obédience. Le slaviste leipzigois August Leskien, auprès duquel Baudouin suivit notamment un enseignement sur la morphologie comparée des langues slaves, fut le rapporteur de Saussure lors de sa procédure de promotion. Saussure et Baudouin sont héritiers d’une tradition d’étude allemande du langage. Baudouin avait en outre été marqué durant son séjour à l’université de Iéna, où il suivit l’enseignement de Haeckel, par une sorte de darwinisme populaire associant le développement de l’individu et les étapes d’une évolution globale de l’espèce. Baudouin a pu connaître l’idée humboldtienne des formes linguistiques internes (innere Sprachformen) à travers les cours de Steinthal qui l’a aussi initié à la naissante « psychologie des peuples ». Assez floue chez Humboldt, la notion de « innere Sprachform » est au fond une réaction de Steinthal désireux de montrer contre les positions des linguistes contemporains, que la conscience de soi est à l’origine du langage3. Chez Humboldt, plusieurs dimensions de la pensée linguistique et virtuellement anthropologique pouvaient se trouver confortées : la langue était une activité (energeia) à distinguer des modèles figés, elle était l’organe d’une pensée spécifique – les mots des langues nationales étant les véritables composantes du sens, ces éléments n’avaient de sens que par rapport à la totalité qu’ils formaient. Baudouin semble bien avoir en outre lu Herbart, sans doute par l’intermédiaire de Steinthal, et avoir été frappé par son logicisme. Il y a aussi du logicisme dans le système général des langues comme développement de l’idée de langue tel que tente de l’établir Steinthal. La médiation de Baudouin de Courtenay s’inscrit naturellement dans le cadre d’une curiosité plus vaste pour la science linguistique allemande de la fin du xixe et il faudrait nommer au moins ici Veselovskij et Potebnja.

3Il est singulier d’observer que durant toute la période de constitution de la phonologie l’École des Jeunes grammairiens sera désignée comme ce qui par excellence doit être dépassé, comme une accumulation de données pointillistes méprisant toute vue d’ensemble. La phonologie est censée prospérer principalement dans les endroits où la tradition néo-grammairienne est faible. Pourtant aussi bien Saussure que Baudouin en sont très directement issus. Certes les Jeunes grammairiens considèrent que les faits de langues ne peuvent s’expliquer seulement dans la synchronie mais qu’une dimension historique du langage doit être impérativement prise en considération.

  • 4 Jacqueline Fontaine, Le Cercle linguistique de Prague, Mame, 1974, p 157.

« Mais à y regarder de près, la pensée relationnelle est à l’œuvre dans les études néo-grammairiennes, tout au moins dans les études de premier plan, tout comme elle le sera dans les travaux synchroniques ultérieurs. C’est dire que la polémique pragoise contre “l’empirisme rampant” des maîtres vise les épigones de cette école (…)4. ».

  • 5 Patrick Sériot, « L’origine contradictoire de la notion de système : la genèse du structuralisme pr (...)

4Saussure lui-même était porté à reconnaître chez Schleicher, la principale référence des néo-grammairiens, de fortes tendances systématiques5. Comme les Jeunes grammairiens, Baudouin de Courtenay défendait déjà l’idée selon laquelle la langue dépendait d’états de conscience et ne menait pas une vie indépendante extérieurement au locuteur. À l’inverse on doit observer que Troubetzkoy ou Jakobson se sont beaucoup intéressés à l’histoire des formes linguistiques et ont eu des centres d’intérêt qui relèvent de la philologie. Le clivage structurant qu’ils soulignent pour s’opposer aux néo-grammairiens dissimule finalement une grande proximité de la linguistique russe et de ses ancrages germaniques.

  • 6 J. Baudouin de Courtenay, Versuch einer Theorie phonetischer Alternationen. Ein Capitel aus der Psy (...)

5Saussure et Baudouin de Courtenay se sont rencontrés à Paris dès le début des années 1880 à l’occasion d’un voyage de ce dernier auprès de la Société de linguistique de Paris. Dans l’introduction à son Essai d’une théorie des alternances phonétiques (Versuch einer Theorie phonetischer Alternationen. Ein Capitel aus der Psychophonetik) qui paraît en allemand à Strasbourg en 1895, Baudouin de Courtenay cite Saussure : « Les langues italiques ont trop uniformisé la flexion verbale pour qu’on puisse s’attendre à retrouver chez elles l’alternance des formes faibles et des formes fortes6. » Il est vrai que Saussure n’était à l’époque connu que pour son Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes et éventuellement pour sa thèse sur Le génitif absolu en sanscrit, alors que le cours de linguistique générale ne parvint à Moscou qu’au début des années 1920. Lorsqu’ils eurent l’occasion de le lire, les jeunes linguistes russes eurent l’impression d’avoir déjà pris connaissance de ses positions en écoutant Baudouin de Courtenay.

  • 7 Vladimir Ja. Propp, Morphologie du conte, traduit du russe par Claude Ligny, Paris, 1970, p. 156.
  • 8 Victor Erlich, Russian Formalism. History – Doctrine, Gravenhage, 1955. Pour l’Allemagne il faut ci (...)

6En dépit de sa culture allemande, Baudouin de Courtenay doit être impérativement rattaché au contexte russe. C’est là qu’il eut ses élèves comme ses détracteurs. Polivanov, Šklovskij, Eichenbaum font partie des plus célèbres étudiants de Baudouin. C’est dans le cercle de ses étudiants que se recrutèrent en 1916 les membres de la société pour l’étude de la langue poétique, OPOJAZ, soucieux de trouver une définition formaliste, indépendante des significations, de ce qu’est la langue littéraire. Cette application poétique du formalisme linguistique de Baudouin présente un double intérêt. D’une part, elle annonce l’aptitude qu’aura le structuralisme à traverser toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, à devenir une sorte de méthode fédératrice dont on trouve les traces jusque dans l’école mathématique de Bourbaki. D’autre part elle inscrit les origines dans un contexte national bien spécifique, celui de la Russie et de sa littérature. On a affaire à une perspective théorique intimement liée à une pratique esthétique, à une théorie qui fait coïncider l’avant-garde artistique russe, des importations allemandes et, de manière encore floue au début, un projet anthropologique. L’idée selon laquelle le mot doit être pris comme tel, indépendamment de toute connotation psychologique, préside aux tentatives de l’OPOJAZ et du Cercle linguistique de Moscou, de Jakobson, Tynianov, Šklovskij, Eichenbaum et Žirmunskij, de comprendre la littérature comme structure. Le mot et ses intonations, sa substance phonique plus que sa valeur sémantique, sont dépositaires à la fois d’un contenu poétique et d’une identité collective. Jakobson est au début de sa carrière au moins aussi attaché à comprendre la spécificité de la poésie que les lois linguistiques. Il y a sans doute une dimension herdérienne dans cette reconnaissance du groupe à travers la poésie qu’il produit. Jakobson a consacré l’un de ses premiers écrits à Khlebnikov, poète dont il restera toute sa vie un admirateur. Libéré du lien à la chose fondé sur la signification le mot chez Khlebnikov devient l’objet de l’intentionnalité de la conscience et pour ainsi dire s’ouvre. La représentation d’une substance linguistique reposant moins sur la relation entre les mots et leur sens que sur les contiguïtés phoniques, va servir de point de départ aussi bien à une théorie du langage qu’à une poétique. Cette perspective se reconnaît dans les travaux de type linguistico-poétique consacrés par Jakobson à la différence entre les poésies russe et tchèque. Fondé en 1915, le Cercle linguistique de Moscou, qui existera jusqu’en 1924, fut fréquenté par les principaux poètes de l’époque Maiakovski, Pasternak, Mandelstam. De façon générale, les courants artistiques futuristes sont attachés à une même approche formaliste des œuvres qui situe le structuralisme naissant dans la sensibilité esthétique d’une époque. L’article de Jakobson publié en 1929 sous le titre Über die heutigen Voraussetzungen der russischen Slavistik [Sur les présupposés actuels de la slavistique russe] est un plaidoyer en faveur d’une science des structures fonctionnelles. L’art est le résultat d’une confrontation technique avec le matériau linguistique, il est processus (priem). Il est aussi instauration d’une distance (ostranenie). Le sujet qui disparaît de l’espace poétique disparaît aussi virtuellement de l’espace social. S’intéressant au genre bien particulier du conte, Šklovskij et surtout Propp ont déplacé les théories qui présidaient à l’OPOJAZ dans l’espace des études folkloristes, dans un domaine traditionnellement réservé aux approches ethnologiques, dessinant progressivement les contours de ce système des systèmes auquel le structuralisme cherche à aboutir. On peut au passage noter à quel point le texte de la morphologie du conte de Propp est nourri de références allemandes. Tout d’abord Propp part d’une typologie des contes proposée par Wilhelm Wundt dans sa Psychologie des peuples. Certes il la critique mais il y puise aussi un modèle. Ensuite plusieurs chapitres sont précédés en exergue d’un texte de Goethe et en particulier le chapitre 9 consacré au « conte dans son ensemble » avec un extrait du Voyage en Italie 1787 : « L’Archéplante (Urpflanze) sera la plus merveilleuse créature du monde ; la Nature elle-même me l’enviera. Armé de ce modèle et de la clef qui permet de le comprendre, il deviendra possible d’inventer un nombre infini de plantes, de plantes logiques, c’est-à-dire susceptibles d’exister même si elles n’existent pas. Ce ne seront pas des fictions de poète ou de peintre, mais elles possèderont une vérité et une nécessité intrinsèques. La même loi pourra s’appliquer à tout le monde vivant7. » Le formalisme va jouer le rôle d’une référence à laquelle on peut, dans les études littéraires, avoir recours lorsqu’une opération de renouvellement des références littéraires s’engage. On pense au travail de Victor Erlich sur le formalisme russe dans le monde anglophone8 qui précède la redécouverte en Allemagne du même formalisme dans l’École de Constance (Striedter). On pense aussi à l’importation du formalisme par Tzvetan Todorov dans la France des années 1970.

  • 9 Patrick Sériot, « Des éléments systémiques qui sautent les barrières des systèmes », in Cahiers de (...)

7Liée à la poésie, la genèse du structuralisme à travers la phonologie est aussi le véhicule d’une idéologie, l’eurasisme. Cette construction due notamment à Troubetzkoy et au musicologue Souvtchinski tendait à donner à l’Empire russe devenu URSS la valeur de totalité naturelle fondée sur des caractéristiques linguistiques. Les langues étaient censées pouvoir être rassemblées sur la base de caractéristiques communes d’ordre simplement phonologique, indépendamment de l’étymologie des mots ou des formes. La notion d’union de langues permettait à Jakobson de rassembler dans un vaste territoire allant de la Pologne au Japon, un ensemble donc fondamentalement eurasiatique, toutes les langues marquées par une mouillure. L’idée selon laquelle des caractéristiques phonologiques pouvaient transcender les limites des systèmes remettait d’une part en cause le schéma indoeuropéaniste et génétique d’analyse des langues et d’autre part révélait des associations possibles entre la réflexion sur la substance phonique et les constellations politico-ethniques. La dimension eurasienne de la phonologie, la relation entre phonologie et espace géographique prépare certainement la voie à l’application de sa structure à l’anthropologie et à l’analyse des aires culturelles. Même si la notion de phonème se substantialise et si la totalité telle que la conçoit Jakobson, lorsqu’il est question d’union de langues, n’a plus qu’un rapport lointain avec la notion saussurienne de système9 on ne peut qu’observer le passage de la linguistique à des formes d’analyse sociale qui s’opère, sur l’arrière-plan d’investigations déjà consacrées en Allemagne au mélange des langues, à leur imbrication, aux phénomènes de voisinage.

  • 10 Jan M. Broekman, Strukturalismus Moskau-Prag-Paris, Fribourg et Munich, 1971.
  • 11 Jacqueline Fontaine, Le Cercle linguistique de Prague, op. cit., p. 38.
  • 12 Sur le moment tchèque dans le structuralisme voir Felix Vodi©ka, Die Struktur der literarischen Ent (...)
  • 13 La même année Carnap était également venu parler devant le cercle de Prague.
  • 14 Voir Edmund Husserl, Gesammelte Werke, t. XXIX, 1993, p. 103-139.
  • 15 « Vor allem ging es um den Nachweis der seltsamen Verklammerung des schließlichen Versagens der Tra (...)
  • 16 Krystina Pomorska, Russian Formalist Theory and its Poetic Ambiance, The Hague, 1968 ; Maryse Denne (...)

8En se déplaçant d’est en ouest, de Russie vers l’Europe occidentale10, le structuralisme connaît une étape très importante à Prague où se sont réfugiés dans les années 1920 nombre de protagonistes du formalisme, de Jakobson, qui a d’abord été employé de l’ambassade soviétique, jusqu’à Troubetzkoy. Roman Jakobson, qui enseignait alors à Bratislava, rédigea pour le premier congrès international des linguistes de La Haye en 1928 un manifeste dont le style même tient compte des antécédents poétiques des linguistes russes réfugiés à Prague. L’organisateur du cercle fut toutefois un Tchèque Mathesius, et parmi les membres du cercle on trouvait des Français comme Tesnière, Martinet ou Benvéniste. Le cercle insistait, on le sait, sur le fait que la langue est un système fonctionnel dont aucun élément ne pouvait être réellement compris sans égard au système global auquel il appartenait. Le Cercle de Prague, comme celui de Moscou, accordait beaucoup d’importance à la poésie comme clef d’une exploration du langage. La phonologie trouvait l’un de ses principaux champs d’application dans l’étude de l’organisation des vers : « Le rythme est le principe organisateur avec lequel se combinent les différents éléments phonologiques pour donner naissance à la rime, à l’allitération, etc. appelés “procédés canoniques du vers.” Le rythme ne peut être analysé que sur une base phonologique indispensable aux études de rythmique comparée11. » L’épisode pragois dans la translation structuraliste12 n’est pas seulement une occasion d’enrichir le formalisme d’une dimension de sémiologie esthétique qu’incarne en particulier Mukarovsky. Il permet de mettre en évidence un apport allemand, plus particulièrement husserlien. Membre d’honneur du Cercle linguistique de Prague, l’auteur des Recherches logiques vint parler dans divers lieux de Prague en 1935 et y rencontra un large succès13. Jakobson qui connaissait son œuvre depuis Moscou et les leçons transmises par Špet rencontrait dans la théorie de l’expérience eidétique un secours bienvenu. Si l’on ne dispose peut-être pas de la version exacte de la conférence prononcée par Husserl devant le Cercle linguistique de Prague – il s’agissait d’une conférence sur la psychologie dans la crise de la science européenne14 – il semble qu’elle soit étroitement apparentée à son dernier grand travail sur la crise des sciences européennes. Citons un passage conclusif d’un texte lié à cette conférence : « Il s’agissait avant tout de démontrer l’étrange imbrication entre l’échec final de la philosophie transcendantale et l’échec de la psychologie, non parce qu’elles étaient liées et devaient connaître le même sort, mais précisément parce qu’elles étaient séparées. Comprendre cela c’était immédiatement se donner pour tâche d’émanciper la psychologie de l’objectivisme naturaliste et engager la philosophie transcendantale dans la méthode analytique d’interrogation et d’interprétation concrète de la subjectivité, telle qu’on peut la constituer à partir d’une subjectivité réformée15. » Julius Landgrebe à l’Université Charles et Pato©ka, tous deux élèves de Husserl, pouvaient servir de relais à une pensée à laquelle les préparait l’œuvre du maître autrichien de Husserl lui-même, Franz Brentano. Sans doute faut-il compléter ce moment husserlien en signalant une curiosité des formalistes à l’égard du néokantisme allemand et notamment de Windelband ou Rickert qui remettaient en cause les interprétations de type génétique16.

  • 17 Le premier volume des Recherches logiques a été traduit en russe en 1909 et en 1911 par le philosop (...)
  • 18 Voir notamment Maryse Dennes, « Husserl et les émigrés russes de Prague », in Cahiers de l’ILSL 9/1 (...)
  • 19 Baudouin de Courtenay lui-même avait été initié à la psychologie par sa lecture de Herbart et était (...)

9Un moment husserlien dans la genèse du structuralisme ou plutôt dans sa translation d’est vers l’ouest est également lié à l’œuvre du disciple russe de Husserl Špet, lui-même proche des cercles formalistes qu’il essaya d’initier aux Recherches logiques17. Il développa en particulier l’idée d’une grammaire pure, telle que les faits de langage ne soient plus les porteurs de caractéristiques psychiques, des stratifications de couches sémantiques mais des entités, objets d’une intentionnalité. Après des études chez Husserl à Göttingen, Špet était revenu à Moscou en 191318 et la phénoménologie rencontre alors en Russie un terrain très favorable. Lorsque Jakobson s’y intéressa, s’attachant surtout à la lecture de la première, de la troisième et de la quatrième recherche logique, il la percevait principalement à travers l’ouvrage de Špet Le phénomène et le sens (1914). Dès ce premier ouvrage Špet privilégie en effet la question du langage et de la signification, esquisse des clefs pour la compréhension phénoménologique des relations entre le signifié et le signifiant. Špet fut personnellement membre du Cercle linguistique de Moscou et il y aurait exercé une influence non négligeable. Toujours est-il que ses Fragments esthétiques (1922-1923) tentent de montrer la place de l’intentionnalité husserlienne dans l’esthétique, analysant les œuvres en termes d’opposition entre des niveaux de conscience. L’un des derniers travaux de Špet est consacré à la théorie humboldtienne, développée par Heymann Steinthal, des formes internes du langage (innere Sprachformen), qui lui permettent de tenir compte aussi bien du mot comme visée intentionnelle que du mot poétique à la Khlebnikov. Ajoutons que Špet fit aussi un pas en direction de l’ethnologie en s’intéressant à la théorie de la psychologie ethnique19. Il est particulièrement frappant de constater l’étroite contiguïté des éléments à partir desquels va se développer le structuralisme et des importations dans le contexte russe d’éléments de la philosophie du langage de tradition humboldtienne et husserlienne. Projet global de description de la culture dans ses diverses manifestations, le structuralisme, s’il se déplace bien de la Russie vers l’Europe occidentale, est aussi l’héritier de moments allemands que sont les tendances préformalistes des Jeunes grammairiens ou la phénoménologie husserlienne.

  • 20 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale (1958), Paris, 2000, p. 34.
  • 21 Michael Walitschke, Im Wald der Zeichen. Linguistik und Anthropologie. Das Werk von Claude Lévi-Str (...)
  • 22 Karl Bühler (1879-1963) émigra en 1940 aux USA. Il avait fondé en 1922 l’institut de psychologie de (...)
  • 23 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, op. cit., p. 100.

10C’est durant la seconde guerre mondiale que Lévi-Strauss, réfugié aux États-Unis, rencontra Roman Jakobson et cette rencontre eut une incidence décisive sur la suite de l’évolution du structuralisme français. Les traces les plus marquantes sont dispersées à travers le recueil d’essais intitulé Anthropologie structurale. Lévi-Strauss y défend la thèse selon laquelle la linguistique serait un paradigme dans le processus de scientifisation des sciences sociales, aurait un champ d’application particulièrement fécond dans l’étude des formes élémentaires de la parenté. Elle permet de ranger la réalité en couples d’oppositions dont les éléments tirent leur valeur non d’un sens intrinsèque mais de la différence : « Des mots, le linguiste extrait la réalité phonétique du phonème ; de celui-ci la réalité logique des éléments différentiels20. » C’est de la phonologie de Troubetzkoy et Jakobson que Lévi-Strauss se réclame pour refuser un atomisme des significations, pour montrer que du sens social peut naître d’éléments qui en sont intrinsèquement dépourvus21. Il rapproche au demeurant le structuralisme linguistique d’une appréhension immédiate des constellations d’objets telle qu’elle est présentée dans la théorie de la Gestalt et rappelle que Jakobson était un lecteur de Karl Bühler22. Le passage de la structure linguistique à la société dans son ensemble est lié à la conviction que le fonctionnement de celle-ci résulte d’un processus de communication dont les échanges de biens dans les relations économiques ou les échanges de femmes dans le construction de réseaux de parenté ne sont que des exemples : « Sans réduire la société ou la culture à la langue, on peut amorcer cette “révolution copernicienne” qui consistera à interpréter la société, dans son ensemble, en fonction d’une théorie de la communication23. » Une sorte de logique directe conduit de l’étude des langues naturelles à la linguistique générale et, de là, à la communication en général qui est la substance même du social, ce qui explique la pertinence des différences phonologiques pour l’ethnologie structurale.

  • 24 Georges Davidovitch Gurvitch (1894-1965). Il quitte la Russie en 1920, enseigne à Prague de 1921 à (...)
  • 25 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, op. cit., p. 96.
  • 26 Ibid., p. 100-101.
  • 27 Ibid., p. 107.

11Lévi-Strauss est en butte à des polémiques venant notamment du sociologue d’origine russe Georges Gurvitch24 qui tantôt lui reprochent d’appliquer à l’analyse du social un formalisme excessif, tantôt au contraire d’admettre dans cette même analyse des schémas alternatifs. Le structuralisme n’élimine pas la pluralité et la complexité du réel et Lévi-Strauss se souvient d’une conférence de Jakobson lors de laquelle celui-ci avait observé en se fondant sur les études des langues indo-européennes, un décalage entre la forme, les règles reconstituées et la substance, c’est-à-dire les exceptions, la liberté de choix du langage. Il en va de même pour la structure sociale dont les réalisations sont comparables à la relation entre les langues indo-européennes concrètes et le système des règles25. La linguistique permet aussi de reconnaître la pluralité du réel et sert en cela de modèle à l’analyse structuraliste des sociétés : « Nous voulons seulement extraire d’une richesse et d’une diversité empiriques qui déborderont toujours nos efforts d’observation et de description, des constantes qui sont récurrentes en d’autres lieux et en d’autres temps26. » Le reproche visant la juxtaposition de plusieurs interprétations structurales possibles est également réfuté grâce à une référence à Jakobson et au principe de la solution unique qu’il aurait emprunté aux physiciens27. La pluralité des structures est liée à un problème que rencontre l’étude structurale des sociétés, celui des relations entre statique et dynamique. Cette relation contradictoire est particulièrement sensible dans l’analyse du lien qui associe les mythes et les rituels. Jakobson lui-même, rappelle Lévi-Strauss, s’est à plusieurs reprises intéressé à la mythologie et au folklore mais la relation entre synchronie et diachronie est aussi au centre de sa pensée linguistique :

  • 28 Ibid., p. 267.

« Enfin, il s’est toujours montré lui-même particulièrement attentif au lien intime qui existe entre l’analyse structurale et la méthode dialectique ; il concluait ses célèbres Principes de phonologie historique en disant : “La liaison de la statique et de la dynamique est une des antinomies dialectiques les plus fondamentales qui déterminent l’idée de langue28.” »

  • 29 Ibid., p. 275.
  • 30 Ibid., p. 73.
  • 31 John P. Muller et William J. Richardson, Lacan and Language. A Reader’s Guide to Ecrits, New York, (...)

12Troubetzkoy et Jakobson sont en particulier sollicités pour étayer une théorie des affinités linguistiques, de l’influence des proximités historiques et géographiques sur les structures linguistiques elles-mêmes, donc du diachronique, du dynamique sur le synchronique et le statique29. Un élément d’explication de la pluralité des structures et de leur enchaînement dans des ensembles englobants tient à l’existence de métastructures. Lévi-Strauss en perçoit l’existence chez Jakobson : « Jakobson a récemment proposé une hypothèse selon laquelle une seule langue pourrait comporter plusieurs structures phonologiques différentes, chacune intervenant pour un certain type d’opérations grammaticales. Il doit y avoir une relation entre toutes ces modalités structurales de la même langue, une “métastructure” qu’on peut considérer comme la loi du groupe considéré par les structures modales30. » La représentation des différences binaires composant des structures et tirant leur sens ou leur valeur fonctionnelle de leur opposition se retrouve également chez Lacan qui comme Lévi-Strauss, et à peu près à la même période, s’est efforcé d’appliquer la phonologie russe non pas à la société mais au psychisme abordé par le biais de la psychanalyse31.

13Le structuralisme linguistique, c’est acquis pour Lévi-Strauss, débouche sur un structuralisme global et applicable notamment au social. Gurvitch, toujours lui, avait reproché à Lévi-Strauss d’extrapoler à partir d’une méthode d’analyse qui ne dépasse pas le strict domaine de la phonologie. Les travaux de Jakobson (mais aussi de Hjemslev et de Benvéniste) sont convoqués pour démontrer qu’il n’en est rien mais que la grammaire, la syntaxe et le vocabulaire sont également concernés par une méthode qui tend en permanence à faire éclater le cadre du langage.

  • 32 Roman Jakobson, « Franz Boas’ Approach to Language », in Selected Writings II, Word and Language, T (...)
  • 33 Ibid., p. 480.

14On pourrait certes se demander ce que le Jakobson américain a de proprement russe au-delà de son origine. Répondre à cette question, ce serait reprendre à l’envers l’itinéraire intellectuel qui conduit de l’OPOJAZ ou du Cercle linguistique de Moscou à Paris puis aux États-Unis. Au point de départ est l’explosion esthétique qu’accompagne la réflexion formaliste. La rencontre de Jakobson et de Lévi-Strauss qui permet l’application du modèle de la phonologie à l’étude des formes de parenté et progressivement à l’ensemble des phénomènes de la communication sociale s’opère elle-même dans un cadre, celui de l’anthropologie américaine, qui est largement déterminé par la personnalité de Franz Boas et de ses disciples. Franz Boas est un émigré juif allemand originaire de Minden qui, après des études de physique puis de géographie, après une expédition chez les esquimaux de la terre de Baffin, s’est progressivement attaché à une science non pas nouvelle – il faudrait au moins citer avant lui Tylor – mais du moins en voie d’organisation disciplinaire, l’anthropologie. Or l’un des traits dominants de la méthode utilisée par Franz Boas et de ses principaux disciples, comme Edward Sapir par exemple, mais aussi d’autres germano-américains comme Robert Lowie ou Alfred Kroeber, tient à l’analyse des langues. À cette fin, il renonce au demeurant au modèle traditionnel de dérivation des langues par rapport à une langue originelle selon le modèle de l’indo-européen, pour privilégier les mécanismes de contamination entre structures parallèles. Boas est un anthropologue parce qu’il est d’abord linguiste, et il semble préfigurer par cette double appartenance à lui seul la relation de Jakobson à Lévi-Strauss. Dans un article de 195932 Jakobson lui aussi montre qu’il connaît bien Franz Boas dont il a suivi les cours et avec lequel il a mené de longues conversations. Mieux, Jakobson reconnaît la genèse de la pensée de Boas et note qu’il a suivi dans sa jeunesse les cours de Steinthal. Boas apparaît à Jakobson comme un linguiste dont les premiers travaux ont été dédiés à la structure des langues indiennes. Le langage est une voie particulièrement adéquate pour atteindre à la compréhension des sociétés dans la mesure où ses structures restent inconscientes. Cela n’empêche pas l’anthropologue de tenter la reconstitution d’un lieu central du langage où se rencontrent sa dimension sociale et sa dimension formelle. Quand il décrit l’apport de Boas, Jakobson en vient à utiliser la terminologie de Humboldt dans l’Introduction à l’œuvre sur le kavi : « Dans ses descriptions de diverses langues indiennes il s’efforce de saisir leur Innere Form et d’atteindre le niveau le plus objectif, le plus littéral ; et la traduction la moins déformée de leurs catégories inconscientes dans le langage des formulations scientifiques33. » Cette filiation humboldtienne le conduit, selon Jakobson, à proposer des modes de description des langues et des ethnies qui les véhiculent, répondant non à des catégories indoeuropéanistes, mais à des taxinomies issues des langues elles-mêmes. On pourrait dire qu’une anthropologie moderne paraît à Jakobson impensable sans ce recours au modèle humboldtien perdu. Cette attention à d’autres formes de logique linguistique permet, comme le relève Jakobson, de relativiser la portée de catégories indoeuropéennes, comme par exemple l’emploi du pronom « nous » qui confond les configurations « moi et toi » et « moi et lui ». Ce qu’admire aussi Jakobson dans le modèle boasien d’analyse du langage, c’est qu’en expliquant les langues par des phénomènes de contamination, d’assimilation, de diffusion, d’échange, il déconnecte la notion floue de race et celle de langue ou de culture. Au fond, l’indoeuropéanité n’est-elle pas elle-même un creuset d’influences diverses ? Comprendre les interactions dissimulées qui ont provoqué une homogénéité trompeuse, ce serait dès lors simplement faire l’histoire de ce creuset.

  • 34 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, op. cit., p. 32.

15Lévi-Strauss a lui-même reconnu l’importance de Boas dont l’apport en matière proprement linguistique comme en matière d’extrapolation des apports de la linguistique, l’emporte à ses yeux sur celui de Saussure : « C’est à Boas que revient le mérite d’avoir, avec une admirable lucidité, défini la nature inconsciente des phénomènes culturels, dans des pages où, les assimilant de ce point de vue au langage, il anticipait sur le développement ultérieur de la pensée linguistique, et sur un avenir ethnologique dont nous commençons à peine à entrevoir les promesses34. » Son œuvre consiste notamment en collections de textes en langues vernaculaires, en analyses de ces langues à partir d’une tradition écrite créée ex nihilo, en organisation de ces langues en grammaires, en réflexion sur leur distribution dans l’espace et sur les relations historiquement constatables entre des langues relevant d’aires culturelles proches. Cette relation entre langue et société, entre communication linguistique et définition d’un ensemble social, Boas la doit aussi tout simplement à sa culture d’étudiant allemand, héritier d’une Bildung humboldtienne. À vrai dire il faudrait mentionner une fois encore la médiation de Steinthal, qui dans l’Europe du xixe siècle a popularisé l’œuvre de Humboldt. Boas a transposé aux tribus américaines sa conception de la relation entre langue et nation. Or on sait que Humboldt par sa théorie des Innere Sprachformen, telle qu’elle est notamment développée dans le chapitre 21 de l’Introduction à l’œuvre sur le kavi a aussi marqué la linguistique russe avant son exportation dans le structuralisme anthropologique. Non seulement on peut reconnaître une homologie entre la rencontre Jakobson – Lévi-Strauss et le contexte boasien dans lequel elle s’opère, mais les deux formes d’approche de la culture, les deux définitions même du concept de culture qui s’ébauchent sont à des titres divers héritières d’une tradition humboldtienne inconsciente. La notion de culture loin d’être une donnée fixe définissable de manière univoque apparaît ici encore comme le résultat d’une errance, d’une circulation où l’anthropologie structurale française se retrouve héritière de représentations développées en Russie ou en Allemagne.

Haut de page

Notes

1 François Dosse, Histoire du structuralisme, 2 vols., Paris, 1991.

2 Joachim Mugdan, Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929) Leben und Werk, Munich, 1984 ; Mario di Selvo, Il pensiero linguistico di Jan Baudouin de Courtenay, Venise, 1975.

3 Manfred Ringmacher, Organismus der Sprachidee. H. Steinthals Weg von Humboldt zu Humboldt, Munich, 1996.

4 Jacqueline Fontaine, Le Cercle linguistique de Prague, Mame, 1974, p 157.

5 Patrick Sériot, « L’origine contradictoire de la notion de système : la genèse du structuralisme pragois », in Cahiers de l’ILSL 5/1994, p. 19-58.

6 J. Baudouin de Courtenay, Versuch einer Theorie phonetischer Alternationen. Ein Capitel aus der Psychophonetik, Strasbourg, 1895, p. 3.

7 Vladimir Ja. Propp, Morphologie du conte, traduit du russe par Claude Ligny, Paris, 1970, p. 156.

8 Victor Erlich, Russian Formalism. History – Doctrine, Gravenhage, 1955. Pour l’Allemagne il faut citer également le travail de J. Striedter, Russischer Formalismus, Munich, 1969.

9 Patrick Sériot, « Des éléments systémiques qui sautent les barrières des systèmes », in Cahiers de l’ISLSL 9/1997, p. 213-236. Sur l’eurasisme voir Marlène Laruelle, L’Idéologie eurasiste ou comment penser l’empire, Paris, L’Harmattan, 1999.

10 Jan M. Broekman, Strukturalismus Moskau-Prag-Paris, Fribourg et Munich, 1971.

11 Jacqueline Fontaine, Le Cercle linguistique de Prague, op. cit., p. 38.

12 Sur le moment tchèque dans le structuralisme voir Felix Vodi©ka, Die Struktur der literarischen Entwicklung, Munich, 1976.

13 La même année Carnap était également venu parler devant le cercle de Prague.

14 Voir Edmund Husserl, Gesammelte Werke, t. XXIX, 1993, p. 103-139.

15 « Vor allem ging es um den Nachweis der seltsamen Verklammerung des schließlichen Versagens der Transzendentalphilosophie mit dem Versagen der Psychologie, nicht weil sie verbunden waren und so dasselbe Los erfahren mußten, sondern gerade weil sie getrennt waren. Mit dieser Einsicht war eo ipso die Aufgabe gestellt, die Psychologie vom Banne des naturalistischen Objektivismus zu lösen und die Transzendentalphilosophie in der analytischen Methode konkreter Befragung und Auslegung der Subjektivität, wie sie zunächst von einer reformierten Psychologie auszubilden ist, in Gang zu bringen. », ibid., p. 135.

16 Krystina Pomorska, Russian Formalist Theory and its Poetic Ambiance, The Hague, 1968 ; Maryse Dennes (« Bakhtine philosophe », in Catherine Depretto (éd.), L’Héritage de Mikhaïl Bakhtine, Presses de l’université de Bordeaux, 1997) a montré comment une strate néokantienne dans la formation de Bakhtine allait de pair avec une application de la théorie de l’intentionnalité au domaine esthétique.

17 Le premier volume des Recherches logiques a été traduit en russe en 1909 et en 1911 par le philosophe russe S. Frank. Suivit la traduction de Die Philosophie als strenge Wissenschaft dans le n° 1 de la revue Logos. Une première monographie décrivant la philosophie de Husserl parut en 1913 sous la plume de Jakovenko. Un an plus tard Gustav Špet, qui venait de passer deux ans à Göttingen, publiait son livre Erscheinung und Sinn qui développe une herméneutique phénoménologique. Dans son ontologie de la parole, Špet se réclame volontiers de la notion de structure. On trouve dans son œuvre les traces de la théorie humboldtienne des formes intérieures qui le situent, par l’intermédiaire de Steinthal, dans la postérité de Humboldt. Voir Alexander Haardt, Husserl in Rußland. Phänomenologie der Sprache und Kunst bei Gustav Špet (1878-1937) und Aleksej Losev (1893-1988), Munich, 1993.

18 Voir notamment Maryse Dennes, « Husserl et les émigrés russes de Prague », in Cahiers de l’ILSL 9/1997, p. 47-68.

19 Baudouin de Courtenay lui-même avait été initié à la psychologie par sa lecture de Herbart et était familiarisé avec les tendances de la Völkerpsychologie, préfigurant déjà la relation entre théorie linguistique et théorie du social.

20 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale (1958), Paris, 2000, p. 34.

21 Michael Walitschke, Im Wald der Zeichen. Linguistik und Anthropologie. Das Werk von Claude Lévi-Strauss, Tübingen, 1995.

22 Karl Bühler (1879-1963) émigra en 1940 aux USA. Il avait fondé en 1922 l’institut de psychologie de Vienne. Il est l’auteur de travaux sur la psychologie du langage et de la Gestalt.

23 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, op. cit., p. 100.

24 Georges Davidovitch Gurvitch (1894-1965). Il quitte la Russie en 1920, enseigne à Prague de 1921 à 1924, puis s’installe à Paris en 1925. Il contribue à la fondation de l’École libre des Hautes études à New York (1940).

25 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, op. cit., p. 96.

26 Ibid., p. 100-101.

27 Ibid., p. 107.

28 Ibid., p. 267.

29 Ibid., p. 275.

30 Ibid., p. 73.

31 John P. Muller et William J. Richardson, Lacan and Language. A Reader’s Guide to Ecrits, New York, 1982.

32 Roman Jakobson, « Franz Boas’ Approach to Language », in Selected Writings II, Word and Language, The Hague/Paris, 1971, p. 477-496.

33 Ibid., p. 480.

34 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, op. cit., p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « Quelques errances de la notion de culture. Humboldt – Jakobson – Lévi-Strauss », Revue germanique internationale, 3 | 2006, 185-195.

Référence électronique

Michel Espagne, « Quelques errances de la notion de culture. Humboldt – Jakobson – Lévi-Strauss », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/128 ; DOI : 10.4000/rgi.128

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals