Navigation – Plan du site

La biographie intellectuelle de Peter Szondi et la postérité de son œuvre

Christoph König
p. 13-27

Résumés

Peter Szondi (1929-1971) est une grande figure de la science de la littérature. Dans cette courte biographie intellectuelle, on s’interrogera sur ce qui a fait la force de ses interprétations, sur le style de ses essais, sur la tradition méthodologique dans laquelle il se situait, et, enfin, sur les perspectives ouvertes par son œuvre pour les philologies d’aujourd’hui. Au fondement de son travail, on trouve une rigueur dans la forme qu’il avait aussi instaurée dans sa vie ; elle s’exprime dans les lettres et dans le modèle d’essai scientifique qu’il a inauguré. Construite à partir de Friedrich Schlegel et de Schleiermacher, son « herméneutique littéraire » défend le principe d’une nécessité du texte qui permet seule d’appréhender la particularité des oeuvres littéraires. Les œuvres de Hölderlin et de Paul Celan jouent ici un rôle central ; l’appel de Celan à Szondi, qui l’avait exhorté à adopter une méthode consciente de son judaïsme, est entendu par Szondi dans ses dernières études, demeurées pour une part à l’état de fragment. La particularité de Szondi demeure une lecture philosophiquement réfléchie, qui n’accepte ni la partialité du marxisme ni celle de la déconstruction.

Haut de page

Texte intégral

Esquisse biographique

  • 1 Cf. Christoph König, Engführungen. Peter Szondi und die Literatur [Strettes. Peter Szondi et la lit (...)

1Au XXe siècle, Peter Szondi est une figure centrale de la science de la littérature1. Né le 27 mai 1929 à Budapest, il était le fils de Leopold Szondi, psychiatre et fondateur de la « Schicksalsanalyse », et de Lili Szondi, née Radványi. La famille, d’origine juive, échappa de peu à l’assassinat des juifs hongrois par les nationaux-socialistes : elle fut d’abord conduite au camp de Bergen-Belsen par le « train Kasztner » puis, cinq moins plus tard, elle trouva refuge en Suisse. En 1948, Peter Szondi obtint son baccalauréat à l’école cantonale de Trogen ; jusqu’en 1954, il fit des études à l’université de Zurich auprès d’Emil Staiger, Theophil Spoerri, Max Wehrli, Hans Barth mais aussi Paul Hindemith. Il découvrit trois livres marquants : la Philosophie de la nouvelle musique d’Adorno, la Théorie du roman de Georg Lukács et L’origine du drame baroque allemand de Walter Benjamin. Il prit résolument parti contre la philosophie de Martin Heidegger, qui était diffusée à Zurich par Emil Staiger. Au semestre d’hiver 1950/51, il vint étudier à Paris où il rencontra sa tante Anna Seghers, épouse de son oncle Lásló Radványi.

  • 2 Les textes de Peter Szondi sont cités d’après les Schriften, avec le sigle S suivi du tome ; ici S1 (...)
  • 3 S1, p. 14.

2Szondi soutint sa thèse La Théorie du drame moderne2 sous la direction de Staiger. Elle fut publiée en 1956 par Peter Suhrkamp, et fit la célébrité de l’auteur : la version de poche (1963) en est à sa 27e édition. En dix-huit chapitres, Szondi analyse la crise du drame à partir d’Ibsen et les tentatives pour sauver ce genre et résoudre ces conflits. D’un point de vue méthodologique, il investit la dialectique hégélienne de la forme et du contenu : la disparition de la capacité de dialogue de l’homme bourgeois se reflète dans des formes épiques du drame moderne, comme le stage manager dans Our Town de Thornton Wilder. Du point de vue de la philosophie de l’histoire, Szondi restreint le champ de l’interprétation en se donnant pour règle de s’en tenir à l’historicité accessible dans l’œuvre ; ce n’est qu’à partir de la crise du genre, souligne-t-il, que l’interprète peut découvrir ce qu’il y a de permanent (« l’inquestionné »3) dans la forme de celui-ci.

  • 4 S1, p. 149-260.
  • 5 S1, p. 153.

3Parce qu’il introduit le point de vue contemporain, qui est celui de la crise, Szondi oppose à la théorie de l’histoire et à la poétique des genres une approche sceptique et une critique de la connaissance. L’antagonisme entre la permanence de la forme et les différentes méthodes d’accès à l’œuvre marque tout son travail. Dans son habilitation (dont Wilhelm Emrich et Walther Killy furent les rapporteurs à la Freie Universität de Berlin), l’Essai sur le tragique (19614), non seulement l’histoire mais aussi la lecture se trouvent reléguées au second plan. Pour Szondi, la référence à la dialectique comme trait structurel des œuvres littéraires répond alors à une exigence scientifique. Commentant des textes philosophiques, de Schelling à Scheler, il s’emploie à élaborer un « concept général du tragique »5 à l’aide duquel il analyse des tragédies de Sophocle, Calderón, Shakespeare, Gryphius, Racine, Schiller, Kleist et Büchner. La double orientation du livre – philosophique et littéraire – conduit Szondi à tester la puissance interprétative de sa théorie et aboutit au choix de cette formule : le héros connaît la chute au moment précis où il cherche à y échapper. Dans le choix d’auteurs de la thèse d’habilitation, le Schauspielhaus am Pfauen de Zurich joue un rôle important – c’est le théâtre où Szondi a vu presque tous les drames dont il est question dans le texte. Il était lié d’amitié avec Kurt Hirschfeld (1902-1964), metteur en scène de ce théâtre depuis 1933, date de son émigration en Suisse, et responsable des programmes (défensifs) de cette salle de 1946 à 1961.

  • 6 Sous le titre « Über philologische Erkenntnis », le texte figure in S1, p. 263-286.
  • 7 Cf. Christoph König, « Reflections of Reading. On Paul Celan and Peter Szondi », in : Telos 140, 20 (...)
  • 8 S1, p. 289-314.
  • 9 S2, p. 319-398.
  • 10 En français dans le texte [N.d.T.].
  • 11 Peter Szondi, Briefe, éd. par Christoph König et Thomas Sparr, Francfort/Main, 19942, p. 326 (cité (...)
  • 12 S2, p. 106-130, ici p. 106.

4Un an plus tard (1962), dans le traité La problématique de la connaissance dans la science de la littérature6, Szondi se confronte à la difficile exigence de conceptualiser l’autonomie poétique dans l’énoncé lapidaire d’une formule du tragique tout en développant, à chaque fois, une compréhension de l’œuvre littéraire dans sa singularité ; il critique l’approche courante en germanistique, fondée sur l’étude des parallèles, des variantes et des équivalences, et défend l’idée que les passages d’un texte, les différentes versions, les ouvrages et même les œuvres ne doivent pas être abordés comme des cas particuliers d’un modèle général. À l’origine de ce tournant, on trouve Paul Celan, auquel Szondi était lié depuis 1959 par une amitié précaire mais jamais rompue – placée sous le signe du judaïsme partagé. Ce tournant obéit à une motivation éthique, la défense publique de Celan dans ce qu’on a appelé « l’affaire Goll ». Le poète déplora cependant que Szondi n’ait exclu la possibilité d’un plagiat qu’en se référant à une analyse des processus historiques et génétiques, et non en saluant la singularité de ses poèmes7. Avec ce traité, Szondi pose les bases de son herméneutique littéraire. C’est sans doute celle-ci qui inspire son intérêt pour la critique de la connaissance poétique dans les poèmes de Hölderlin (L’autre flèche, 19638) ; elle est également au fondement de ses Études sur Celan9 (composées en 1970/71), qui explorent de manière expérimentale le mode de saisie du sens des poèmes : l’interprète relève (dans « Poetry of Constancy – Poétique de la constance ») que les « intentions envers le langage » (W. Benjamin) varient en fonction des époques historiques ; il reconstruit la textualité dans sa progression, c’est-à-dire les fonctions que certains passages remplissent par rapport aux suivants (sans se focaliser sur la signification historique du poème Strette (Engführung), qui se réfère à l’extermination des juifs) ; ou bien il esquisse une ‘lecture10 (« mi Szondi, mi Derrida », comme il l’écrit11), à partir des realia, demeurée fragmentaire, pour l’interprétation du poème Tu es couché dans la grande ouïe (Du liegst im großen Gelausche) (« Eden »). Cette pratique de compréhension trouve son expression aboutie dans l’essai L’Herméneutique de Schleiermacher aujourd’hui (1970), dédié par Szondi « à la mémoire de Paul Celan »12.

  • 13 Peter Szondi, Über eine « Freie (d.h. freie) Universität ». Stellungnahmen eines Philologen, éd. po (...)
  • 14 Cf. ibid., p. 120-125 (« Brief über die Lernfreiheit » [« Lettre sur la liberté d’apprendre »]) et (...)
  • 15 Lettre de Peter Szondi à Gershom Scholem, 3 mai 1969, Briefe, p. 267.

5Szondi est rapidement nommé professeur de science de la littérature générale et comparée à la Freie Universität de Berlin et il y fonde le séminaire du même nom. En « 1968 », il débat des fondements institutionnels et politiques de sa science, avec des rapports et des lettres de lecteur écrits dans une langue précise et élégante (ils seront publiés à titre posthume en 1973, sous le titre À propos d’une « Université Libre (c.a.d. libre) »13). Il s’élève contre une réforme de l’enseignement supérieur inspirée par des motivations économiques (défendue selon lui par le Conseil scientifique allemand) et prend fait et cause pour la liberté d’apprendre des étudiants – pendant de la liberté d’enseigner des professeurs – tout en rejetant la revendication étudiante de politisation des disciplines et de mise en place d’un système parlementaire et démocratique dans les universités : pour Szondi, il faut laisser sa liberté à la théorie14. En 1968, il est professeur invité à Jérusalem, mais il décline l’offre de Gershom Scholem qui lui proposait une chaire permanente à la Hebrew University (Szondi se désigne lui-même comme « self displaced person »15 et ne peut concrétiser le sentiment d’être « chez lui » qu’il éprouve là-bas). Il devait succéder en 1972 à Paul de Man à Zurich, mais il se suicide à l’automne 1971 (sans doute le 18 octobre).

Faculté de l’âme

6Le cœur intellectuel de l’engagement et des recherches de Szondi se situe à l’extérieur – de l’institution, de l’Allemagne ou de sa famille. À elle seule, la correspondance en témoigne : d’abord avec Ivan Nagel et Bernhard Böschenstein dans les années 1950, plus tard avec Scholem, Adorno et Celan mais aussi, sur une longue période, avec Mayotte et Jean Bollack, l’helléniste, traducteur et philosophe français. C’est une extériorité choisie, dont la littérature l’aide à énoncer les présupposés internes.

  • 16 Paul Valéry, Windstriche. Aufzeichnungen und Aphorismen [Rhumbs], traduits par Bernhard Böschenstei (...)
  • 17 Ibid., p. 124.

7Dans la traduction allemande des Cahiers de Paul Valéry, parue sous le titre Windstriche [Rhumbs16], Szondi fait sien, en ce sens, l’aphorisme « La syntaxe est une faculté de l’âme », qu’il traduit : « Die Syntax ist ein Vermögen der Seele »17. L’idée touche sa personne au plus profond, et il donne raison à Valéry en faisant le choix de ce qui le touche. L’âme peut trouver une expression poétique parce qu’elle a en propre la rigueur de la syntaxe : elle peut être régie par les conditions instaurées par celle-ci dans son « monde » artistique. Dans ce cas, la réflexion lui appartient en propre et s’accorde à la composition, sans se confondre avec elle. Si la syntaxe régit l’ordre des mots dans la phrase, elle définit ainsi, en particulier, le rapport du sujet et de l’objet – une situation de connaissance, en d’autres termes. L’aphorisme reconnu par Szondi reflète donc son talent à le reconnaître. Lorsque des citations le « touchent » ainsi, il les consigne sur la feuille qu’il a sous la main. Les archives Szondi du Deutsches Literaturarchiv de Marbach conservent une liasse complète de notes de ce type. Elles aussi sont sa vie. La science est gagnée sur le travail poétique et sur la vie au contact desquels elle se forme.

  • 18 Briefe, p. 17.
  • 19 Voir la lettre de Szondi à Bernhard Böschenstein, 20 septembre 1953, Briefe, p. 35.

8C’est surtout aux capacités de connaissance de son « âme » que réfléchit Szondi. « Tu sais », écrit-il dès 1952 à Mario von Ledebur, « en un sens, je ne m’occupe jamais que de moi »18. Il ne songeait pas à une plongée en lui-même ni à une méditation, mais à un effort pour aiguiser ses sens, par l’examen de lui-même dans l’objet. La discrétion de Szondi, devenue proverbiale chez ses lecteurs et ses amis, se charge ainsi d’un sens prégnant, inhabituel, réflexif. Tous se rappellent le raffinement de son attitude. Szondi ne se donnait à connaître que dans la réflexion sur un objet. Mais c’était précisément dans cette distance, comme personne « objectivée », que Szondi se rapprochait de lui-même. Très tôt, déjà, il observait que, dans la poésie française antérieure à l’époque moderne, l’alexandrin était le mode d’élocution naturel des personnages – naturel parce que la distance était leur forme d’existence19.

  • 20 Cf. lettre de Szondi à Böschenstein, 23 septembre 1957, typoscript, carte postale, copie, Archives (...)
  • 21 Cf. Peter Szondi, « Albert Camus. Der Verstand und das Schafott. Über den französischen Roman » [Al (...)
  • 22 Peter Szondi, « Zeit und Raum in der Lyrik Apollinaires » [Temps et espace dans la poésie d’Apollin (...)

9Szondi souhaitait se cultiver sur ce mode artistique contrôlé et cathartique, mais pas au contact de n’importe quel objet. Ne se prêtaient à cet usage que les « objets » qui avaient choisi une procédure stricte d’accès à leur loi propre : certaines musiques (celle d’Alban Berg, par exemple) mais surtout la littérature et le théâtre, auxquels il se consacre. Sa préférence allait aux œuvres françaises, de Racine au symbolisme français et à Proust, ce qui créa d’emblée un lien avec Walter Benjamin. En 1968, à l’Université Hébraïque de Jérusalem, premier professeur allemand invité, il donna une grande leçon sur l’Hérodiade de Mallarmé, qu’il rédigea en français. Il lut plusieurs fois dans sa vie À la recherche du temps perdu de Proust20. Dans un de ses premiers articles scientifiques (qui portait sur Camus), Szondi citait Camus employant le « nous » – du point de vue du présent – pour parler des romans français : « Ce qu’ils ont en propre, c’est l’unité de l’intention et l’on chercherait en vain parmi ces romans l’équivalent des interminables aventures d’un Wilhelm Meister ; ce n’est pas que nous soyons étrangers au pédantisme – mais nous avons le nôtre qui, heureusement, n’est pas celui de Goethe. […] On peut mettre ainsi au centre du roman français une certaine obstination »21. Szondi se demanda très tôt comment une telle poétique interne des œuvres pouvait être connue. Dans le mémoire qu’il consacra, en 1952, pour le séminaire du romaniste Spoerri, au poème « Zone » des Alcools d’Apollinaire, il soulignait le lien entre ses propres facultés et la concentration des textes. Il citait en français une phrase de Spoerri : « Le critique ne peut suivre une autre voie, pour parvenir à la connaissance de l’œuvre, que celle de la re-création »22. En d’autres termes : la logique rigoureuse de l’âme peut devenir un instrument de connaissance de l’entêtement artistique.

  • 23 Le terme figure dans l’aphorisme « Profondeur, profonde pensée », in : Valéry, Windstriche, p. 102 (...)

10Au lieu de dissimuler une intériorité, Szondi forge une objectivité qui est le soi – avec la certitude de pouvoir ainsi mieux voir. Tout au long de sa vie, son objectif sera de garantir la validité scientifique de cette connaissance acquise par l’engagement de la subjectivité. Il ne s’agit pas seulement de transposer les exigences de la littérature dans celles de la science, mais aussi – au bénéfice de la littérature – celles de la philosophie. De Budapest et de la vie intellectuelle qui régnait dans cette ville avant la Deuxième Guerre mondiale, il a gardé une familiarité avec la connaissance du sujet dans l’objet : là-bas, une culture épistémologique de part en part philosophique portait la marque de Hegel et de Georg Lukács. Dans cette optique, la proximité proprement corporelle que le savant entretient avec son œuvre n’est pas un tabou, pas davantage que la domestication de ses sens. Mais Szondi n’accomplit pas la séparation voulue par Lukács entre philosophie et science. À la place, il fait du « point d’existence » subjectif (le terme, que Szondi traduit par « Existenzpunkt »23, est de Valéry) un instrument d’expérimentation : il cherche à l’imposer dans le texte aussi longtemps que possible, jusqu’à l’échec puis à de nouvelles tentatives. Le genre de l’essai scientifique qu’il choisit et déploie – plutôt que l’essai philosophique – est sa méthode pour plier expérimentalement son propre « entêtement » à la logique de pensée littéraire, rigoureuse elle aussi.

L’essai scientifique

  • 24 Cf. S2, p. 108.

11Szondi a créé une forme singulière d’essai à fondement scientifique. Cette forme est fondée en méthode : le nécessaire, la matérialité et le particulier comptent parmi les caractéristiques que Szondi élabore dans différents domaines. En se référant à la théorie romantique de l’art, il scinde ses objets et relie ce qui est ainsi scindé par le moyen d’une idée et, en ce sens, avec nécessité. C’est surtout dans la fréquentation d’objets fragmentaires sélectionnés, étroitement délimités, que cette méthode fait ses preuves – et conduit au-delà de ces objets mêmes. Szondi retourne l’herméneutique de Schleiermacher et ses dimensions de matérialité grammaticale contre l’herméneutique philosophique de Gadamer24. Au final, le sujet particulier s’affirme au sein des apories propres à la théorie critique d’Adorno, fondée sur le marxisme. Szondi réalise d’abord personnellement le rôle que joue la littérature dans ce processus. Il est ainsi capable de séparer les domaines et de les mettre en relation les uns avec les autres – ce qui donne à toute son œuvre sa tenue et son ton incomparables.

  • 25 Szondi 1952 sur Friedrich Schlegel, S2, p. 20.
  • 26 Peter Szondi, Studienausgabe der Vorlesungen [Edition de travail des cours], 5 t., éd. par Jean Bol (...)

12Au cœur de l’essai figure l’élaboration du fragment, qui marque le style de Szondi, y compris sa manière de travailler, avec l’emphase de la libération : il ne cesse de noter des citations remarquables dans ses carnets de travail, renonce le plus souvent à l’esquisse pour se lancer immédiatement dans l’écriture. Il écrit, justement, en épousant les phrases qu’il cite longuement. Dans ses trouvailles, il décèle une concentration qui, pour ainsi dire, dramatise la situation. C’est en ce sens que le fragment peut se déployer. « Le fragment est conçu comme un projet »25. Szondi a recours au genre du cours magistral, qui vit dans le rythme du texte et du commentaire. Il prépare soigneusement tous ses cours – qui occupent une place centrale dans son œuvre26. Non seulement ses articles, conférences et allocutions radiophoniques en sont le plus souvent issus, mais il a pris appui sur ces cours pour permettre aux productions universitaires d’intégrer le domaine littéraire. Les étudiants, qui peuvent difficilement suivre, sont confrontés à l’exigence de réflexivité que les cours développent à partir de fragments sélectionnés avec intelligence.

  • 27 Cf. lettre de Szondi à Böschenstein, 11 septembre 1953, Briefe, p. 29.
  • 28 Typoscript avec corrections manuscrites. Archives Szondi.

13Souvent, Szondi fait éclater des concepts figés, les saisit par le biais d’adjectifs qu’il forge ad hoc, et traque leur nécessité : leur dialectique, en son sens. Il a découvert cette direction de pensée dans le romantisme, qui voit dans le comique le modèle d’un tel jeu. Si Szondi, dans sa science de la littérature, rencontre pour la première fois le comique dans la théorie de l’art du romantisme, le comique lui appartient cependant d’emblée en propre. Ses amis rapportent qu’il avait justement le don de saisir les rôles joués dans les relations humaines : de décrire ces relations comme un jeu. L’obscurcissement est pour lui un moyen d’écourter le jeu et de trancher – c’est le côté impatient du jeu, souvent contraint politiquement. Le comique contient la tragédie et, par là, le dramatique en soi (Platon en parle déjà dans Le Banquet), car il est marqué par la déchéance de la vie qui sombre dans la nostalgie et le pragmatisme27. Pour Szondi, il présuppose l’abîme. Dans le jeu, le comique conquiert une unité précaire ; même les sarcasmes que lui inspire la résolution par le jeu créent un jeu de mots intellectuel, au second degré : entre la « dislocation » et la « nécessité ». Szondi se voit tragiquement livré à l’objet même de sa traque et il reconnaît que le type de traque dépend de ce qui est disloqué (du caractère de ce qui est partial, à chaque fois). Dans sa forme raccourcie, le jeu devient une « tournée théâtrale », pour reprendre le titre que Szondi donne à une esquisse en prose fin mars 1949 : « Sa vie fut une tournée théâtrale. Une étape de sa carrière d’acteur »28. L’idée est portée à sa pointe aphoristique : dès que la vie et le théâtre ne peuvent plus se distinguer et que la vie apparaît comme un théâtre, sa fin devient une fin provisoire, à laquelle succède l’utopie d’une « carrière d’acteur » complète.

  • 29 Peter Szondi, « Friedrich Schlegel und die romantische Ironie » [Friedrich Schlegel et l’ironie rom (...)

14En 1952, Szondi rédige son premier essai scientifique sur la structure désespérée du comique : Friedrich Schlegel et l’ironie romantique29. L’idée qui est au cœur de ce texte est la suivante : si la réflexion divise, sa finalité est la réunion, et on n’échappe au désespoir que si la division apparaît comme provisoire. En 1952, ce principe s’applique encore davantage à la poétique qu’au matériau artistique. Dès lors, le regard se renforce. Dans la littérature et dans la musique, il est attiré par l’artificiel. La problématique de la méthode se démultiplie avec le devenir concret des sens. La matérialité emplit toujours davantage les essais de Szondi. À présent, il ne s’agit pas seulement de parler de poétique, mais aussi de l’œuvre concrète, et surtout de la forme que revêt sa dialectique. La nécessité associée à la réflexion se retrouve aussi bien dans l’art que dans la pensée sur l’art, sans pour autant désigner les différences ni expliquer comment l’une (la nécessité esthétique) doit être traduite dans l’autre (la nécessité philologique). Il s’agit de retrouver, dans un argument logique qui est déjà à lui seul une traduction de la causalité en textes, la nécessité avec laquelle l’artiste unifie différents objets.

  • 30 Theodor W. Adorno, « Valérys Abweichungen » [Les écarts de Valéry], in : du même, Gesammelte Schrif (...)
  • 31 Peter Szondi, Studienausgabe, t. 4 : Das lyrische Drama des Fin de Siècle [Le drame lyrique fin de (...)
  • 32 Ibid., p. 18. Le drame lyrique est spécifique, dans la mesure où il ne possède pas une histoire par (...)
  • 33 Ibid., t. 3 : Poetik und Geschichtsphilosophie II. Von der normativen zur spekulativen Gattungspoet (...)

15Avec Adorno, Szondi désigne cette causalité en usage dans la science de l’art comme la « logique de l’être-produit »30. Cependant, à la différence d’Adorno, qui songe davantage à une manière d’être qu’à une réalisation, Szondi pense à un processus, la genèse de l’œuvre singulière telle que la décrit la philologie. Au demeurant, il ne s’intéresse pas comme les généticiens et les spécialistes de l’édition à une logique de la production susceptible d’être reconstruite à partir des manuscrits, mais au cheminement de pensée qui est à l’œuvre dans le texte lui-même (et qui peut parfaitement être analysé aussi dans les manuscrits). Szondi transpose cette représentation aux lois de composition et aux lois linguistiques des genres, dont la nécessité, au demeurant, est plus difficile à justifier. Il explique, par exemple, la succession des drames lyriques d’Hofmannsthal par une alternance de questions et de réponses31. En fin de compte, cependant, c’est dans l’œuvre elle-même qu’il faut situer l’origine de toutes les dynamiques de ce type : « Même l’histoire des genres doit, par conséquent, se tourner pour ainsi dire vers l’intérieur des œuvres d’art, l’histoire du genre se reflète dans les œuvres d’art, comme une dialectique de la forme et du contenu, de la tradition et de l’intention »32. Étant donné que les genres sont soumis à des changements historiques, cette logique même doit se retrouver dans l’histoire, en particulier dans le passage de l’antiquité à la modernité. Par suite, jusqu’à son dernier cours, au semestre d’hiver 1970/71, « De la poétique des genres normative à la poétique des genres spéculative »33, Szondi n’a cessé de revenir sur le lien qui unit poétique et philosophie de l’histoire, notamment à partir de l’exemple des fragments de Schlegel et de l’œuvre tardive de Friedrich Hölderlin.

  • 34 Cf. Martin Heidegger, Erläuterungen zu Hölderlins Dichtung, Frankfurt am Main, 1981 (Gesamtausgabe (...)
  • 35 Peter Szondi (S1, p. 400) tire sa citation de l’édition de Friedrich Hölderlin, Gedichte nach 1800, (...)
  • 36 Le poème singulier qui prend parti contre ses versions antérieures livre une expression manifeste d (...)
  • 37 S1, p. 367-412, ici p. 388.

16Si de la dislocation elle-même découlent les moyens qui permettent de la surmonter, mais qu’il en résulte une contrainte qui menace de rompre avec les motivations de la dislocation, à savoir la recherche d’un affranchissement par rapport aux contraintes, le vieux rêve de l’individuel doit s’imposer dans cela même qui est traqué, avant ce processus. Dans la lignée de la dialectique du sujet d’Adorno – Szondi se situe complètement à l’opposé de Heidegger, qui bâtit à partir du retour de Hölderlin au « natal » (Heimatliches)34 – les études théoriques que Szondi consacre à Hölderlin partagent avec celles qui sont davantage tournées vers l’interprétation et la matérialité du texte une même orientation dans le développement de leurs objets. Celle-ci découle de l’idée hölderlinienne d’« apriorité de l’individuel par rapport au tout »35. Szondi voit dans l’individuel pur et simple qui est en un sens reconquis le point de fuite utopique d’une « histoire originelle de la modernité » et se fonde, pour le montrer, aussi bien sur le matériau poétique (notamment l’hymne inachevé Comme, lorsque au jour de fête [Wie wenn am Feiertag]36) que sur la théorie des genres : l’analyse de la théorie hölderlinienne de « l’alternance des tons » (« Wechsel der Töne ») fait apparaître le primat du poème dans la modernité37. Sa tonalité fondamentale naïve, en effet, tire sa dignité du primat de l’individuel. Dans son essai, Szondi peut objectiver sa forme de vie propre comme contribution à sa science.

L’herméneutique littéraire

  • 38 Cf. Christoph König, Engführungen, p. 70 sq.

17Très tôt, Szondi a défendu une science de la littérature fondée en théorie : dans sa thèse, comme application d’une théorie à composante sociale ; dans l’Essai sur le tragique, comme réflexion sur la théorie (du tragique) et ses limites en matière d’interprétation (notamment dans le chapitre intitulé « Transition », ajouté après coup) ; enfin, il a réfléchi sur l’histoire et sur la problématique de connaissance associée à cette dernière. Dans les Études sur Hölderlin, il s’engage dans deux voies. D’un côté, il construit une mécanique d’après laquelle les genres se succèdent historiquement : il est alors du côté de la théorie. D’un autre côté, il développe parallèlement, à partir de la compréhension des textes et des mots, une herméneutique littéraire qui tente de comprendre l’individualité historique du discours : il se situe alors du côté de la lecture. Cette alternative est-elle née du constat (au demeurant jamais formulé par lui) d’une différence entre lecture et exégèse, qui applique ce qui est lu à son propre temps ? Szondi observe-t-il que la lecture est au fondement des analyses théoriques, qui sont en ce sens une forme d’exégèse ? Dans les Études sur Celan, il cherche au sein même de la lecture l’objectivité affirmée par la théorie mais que celle-ci ne peut garantir seule. Sans succès pour l’instant : par exemple, dans le poème Tu es couché, Celan crée, dans le cheminement de sa pensée, un langage idiomatique (une sorte de système de signification associé à un langage individuel) qui décide de la pertinence des différents realia38. Cependant, Szondi part de la grammaire et non du langage idiomatique ; il souhaite oublier les realia qu’il connaît et ne sait quelle voie emprunter. L’essai s’interrompt là.

  • 39 Szondi, Studienausgabe, t. 5 : Einführung in die literarische Hermeneutik, éd. par Jean Bollack et (...)

18La méthode de Szondi peut être prolongée dans deux interrogations qu’il a anticipées. Comment saisir au sein de l’œuvre un système qui lui corresponde ? Comment trouver des arguments scientifiques objectifs à l’appui d’une interprétation ? Dans ses « Observations sur l’état des recherches en herméneutique littéraire », rédigées comme document de réflexion pour un colloque qui se tint à Zurich en 1970, Szondi explique quelle orientation serait souhaitable à l’avenir : « La compréhension du conditionnement langagier de la littérature et la défense de la thèse du conditionnement de la connaissance historique par l’historicité de la connaissance. »39 La première partie de ce programme découle de sa vision de Schleiermacher, la seconde est inspirée de Walter Benjamin.

  • 40 Ibid., p. 135-191 ; S2, p. 106-130.
  • 41 Cf. S2, p. 126-129.
  • 42 Szondi cite ici Schleiermacher, cf. S1, p. 16.

19Szondi décrit à plusieurs reprises40 comment Schleiermacher explique la possibilité d’une compréhension du discours individuel ; il associe l’individualité à la nécessité. Schleiermacher distingue deux totalités auxquelles l’individualité peut se rapporter : le langage (Schleiermacher désigne sous le nom de « grammaire » la généralité qui le fonde) et, d’autre part, la pensée comme savoir et comme réflexion qui dépassent le contenu exprimé dans le discours de chaque individu. À ces deux options de création d’individualité correspondent deux méthodes herméneutiques et, par suite, l’interprétation grammaticale et l’interprétation technico-psychologique (associée à la « pensée ») se font face, au sens où elles se conditionnent l’une l’autre. Le langage est délimité par le style (« technique ») – ou le genre, comme le souligne Szondi41 – et par la « totalité du moment de vie »42 (« psychologique »). En ce sens, la pensée demeure attachée au langage et l’herméneutique littéraire que Szondi souhaite élaborer se distingue aussi bien des conceptions philologiques d’un August Boeckh que de l’histoire des idées d’un Wilhelm Dilthey.

  • 43 Pater Szondi, Studienausgabe, t. 5, p. 406 ; ibid., p. 164 ; S2, p. 113.
  • 44 S2, p. 126.
  • 45 Cf. Jean Bollack, Poésie contre poésie. Celan et la littérature, Paris, P.U.F., 2001 (Paul Celan. P (...)

20À l’individuel est associée la nécessité, et Szondi cite souvent une phrase de Schleiermacher datant des années 1805-1806 : « Je ne comprends rien si je n’en saisis pas la nécessité et ne peux la reconstruire »43. La compréhension est attachée à la contrainte qui a marqué la genèse de l’individuel. Cette contrainte est créée par une volonté de composition et de style qui s’affirme au sein de la pensée associée au langage. Cependant, ni la grammaire ni le libre cours des idées ne produisent d’eux-mêmes cette contrainte. Aussi bien d’un point de vue technique que d’un point de vue psychologique, Szondi évite le concept de subjectivité, entendu comme une intervention du sujet posant le sens contre la tradition : « Même à la fin de sa vie, dans le discours à l’Académie, lorsque [Schleiermacher] parle du “processus psychique original de création et d’association d’idées et d’images” qui fait l’objet de l’interprétation psychologique, cette expression implique le moment objectif du langage comme médium de cette création et de cette association »44. Le médium se voit attribué ici une forme d’activité. Pour expliquer l’individualité de l’œuvre, son postulat de départ, Szondi devrait introduire – contre Schleiermacher – un élément de généralité créant l’oeuvre et représentant cette volonté (par exemple, un idiome spécifique dans les poèmes de Celan)45. C’est seulement en ce sens que l’herméneutique littéraire peut devenir critique : les œuvres créent leur propre exigence et la réalisation individuelle effective de cette dernière. La compréhension peut se réclamer de ce niveau moyen d’abstraction (entre grammaire/pensée et particularité).

  • 46 Ou bien, pour reprendre les mots de Szondi lui-même et non plus ceux d’Adorno : « en reproduisant s (...)
  • 47 S2, p. 408 ; les citations de Benjamin sont extraites de Walter Benjamin, « Die Aufgabe des Überset (...)
  • 48 Cf. Jean Bollack, L’Œdipe roi de Sophocle, 4 t., Villeneuve d’Ascq, 1990.
  • 49 Cf. Christoph König, « Hintergedanken. Zu einer Wissenschaftsgeschichte der Textlektüre » [Arrières (...)

21À la conception herméneutique selon laquelle la compréhension est possible dans une répétition du processus de production de l’œuvre (de sa « logique d’être-produit »46), Szondi ajoute la thèse du continuum historique, afin de pouvoir prendre là encore cette re-création comme point de départ dans la confrontation avec l’historicité de la connaissance et avec l’inscription temporelle du lecteur. Dans la « maturation » historique « ultérieure » des œuvres, l’interprète a aussi sa place. Ce qui présuppose à nouveau une utopie de la philosophie de l’histoire : le processus de maturation conduit au mot « pur » – dans ce processus, œuvre et lecteur sont associés. Szondi écrit : « Dans l’article [de Walter Benjamin] La tâche du traducteur, écrit au début des années 1920, l’historisme est dépassé par une théorie de la “survie” des œuvres, de la “maturation ultérieure” qui affecte même “les mots figés”. Il revient à la traduction, comme forme sui generis, de faire porter l’attention sur cette “maturation ultérieure du mot étranger” »47. Cette exigence n’est compatible ni avec l’ouverture dogmatique de l’esthétique de la réception, qui refuse de faire des choix, ni avec l’agressivité de la critique des idéologies qui se diffuse après « 1968 », et dont Szondi eut connaissance avant sa mort. Il formule un problème et rencontre peu d’écho. D’autant que, dans sa tentative pour saisir l’historicité de la connaissance des œuvres particulières, il exclut aussi l’herméneutique philosophique de Gadamer (et sa thèse du flux commun des traditions). Il faut mentionner ici Jean Bollack et sa confrontation agonale des interprétations, radicalisées jusqu’au heurt polémique48, ou ma propre vision critique du « contenu philologique » non discursif des différentes interprétations49. L’histoire des sciences constitue l’horizon de ces voies de recherche.

L’écho international

  • 50 Lettre privée appartenant à Jean Bollack.

22Le 23 juin 1977, Lili, la mère de Peter Szondi, écrit à Jean Bollack : « Je le vois encore il y a bien, bien longtemps, dans ma chambre, debout devant le divan, me disant : “J’aurai une petite œuvre” »50. L’ironie de Szondi, clairement perceptible, visait une œuvre à fondement systématique mais ne pouvant se réaliser dans une totalité. Après la mort de Szondi, ses parents nommèrent légataires des écrits posthumes Hellmuth Becker, directeur du Max-Planck-Institut für Bildungsforschung, et Jean Bollack ; Becker laissa toujours à ce dernier les décisions scientifiques et relatives au droit d’auteur. Bollack choisit de faire paraître sans plus attendre les textes prévus pour la publication. Ensuite, il ne fut pas seulement fidèle aux écrits de son ami, mais aussi à ses idées, qu’il entreprit de prolonger, en philologue, dans un dialogue fictif avec Szondi. En 1988, Becker et Bollack déposèrent les archives de Peter Szondi au Deutsches Literaturarchiv de Marbach.

  • 51 Lettre de Siegfried Unseld à Jean Bollack, 24 janvier 1972, document privé.
  • 52 Lettre de Jean Bollack à Siegfried Unseld, 9 avril 1972, document privé appartenant à Jean Bollack.
  • 53 Cf. Briefe ; Paul Celan et Peter Szondi, Briefwechsel. Mit Briefen von Gisèle Celan-Lestrange an Pe (...)
  • 54 Cf. la bibliographie des traductions in König, Engführungen, p. 91-97.

23L’œuvre de Szondi s’est diffusée depuis Paris et hors de l’université. L’intérêt qu’elle suscite est d’emblée international, conformément à l’ambition universaliste de son auteur. Siegfried Unseld résume ainsi une longue discussion qu’il eut avec Bollack le 20 janvier 1972 et qui fut décisive pour l’histoire des publications de Szondi jusqu’à aujourd’hui. Dans un premier temps parurent les Études sur Celan (Celan-Studien) dont Szondi avait prévu la publication et le volume des Lectures et leçons (Lektüren und Lektionen) (1972). Unseld rapporte au sujet de cette rencontre parisienne : « Vous avez considéré comme une priorité la mise en place d’une édition des œuvres complètes de Peter Szondi. [...] Cette édition des œuvres devrait être organisée en deux volets : a) une édition de travail des cours, b) une réunion de tous les travaux de science de la littérature publiés et encore inédits. [...] L’édition de travail des cours vous a semblé prioritaire »51. Bollack réunit, pour mener à bien ce projet, des élèves de Szondi orientés vers l’approche historique et philologique : Henriette Beese, Wolfgang Fietkau, Hans-Hagen Hildebrandt, Gert Mattenklott, Senta Metz et Helen Stierlin. Avec eux, il édite les cours entre 1973 et 1975, les « Prises de position d’un philologue », en 1973, sous le titre Sur une « Université Libre (c-à-d. libre) » (Über eine “Freie (d.h. freie) Universität”), puis deux volumes d’Écrits (Schriften) en 1978, dont l’édition est confiée à Wolfgang Fietkau. Peu de temps après la rencontre avec Siegfried Unseld, Bollack ajoute un volet nouveau au projet de publication : « De mon côté, ces dernières semaines, j’ai passé en revue la correspondance, et je projette de publier une sélection de lettres qui forment une part importante des archives »52. Il commence alors à collecter les lettres de Szondi de manière systématique et pose très tôt les bases de l’édition des Lettres (Briefe) parues en 1993, ainsi que de la Correspondance (Briefwechsel) entre Szondi et Celan, parue en 200553. Tous les titres sont de multiples fois réédités et traduits en vingt langues54 ; ils figurent en bonne place aux côtés de la Théorie du drame moderne, qui fait depuis longtemps partie du canon de la science de la littérature et a été traduit en quatorze langues.

  • 55 En français dans le texte [N.d.T.].
  • 56 Peter Szondi, Poésie et poétique de l’idéalisme allemand, éd. par Jean Bollack, avec la collaborati (...)
  • 57 Cf. Cesare Cases, « Introduzione », in : Peter Szondi, Teoria del dramma moderno [Théorie du drame (...)
  • 58 Cf. Lessing e il suo tempo, éd. par Marino Freschi, Cremone, 1972, p. VII-XII.

24En France, dans la proximité de la « science des œuvres »55 telle que l’envisageaient Pierre Bourdieu et Jean Bollack, associant les dimensions littéraires et sociales, Szondi chercha à se faire une position avec l’aide de ses amis, par-delà la publication d’articles isolés. Deux volumes d’essais en témoignent : Poésie et poétique de l’idéalisme allemand (1975), un choix de textes préparé par Szondi lui-même en 1969, et Poésies et poétiques de la modernité (1980), un volume édité par Mayotte Bollack56. Mais nulle part la présence de Szondi n’est aussi vivante que dans l’Italie intellectuelle marxiste, où son œuvre fut traduite plus tôt que partout ailleurs – et presque intégralement –, au prix il est vrai de quelques malentendus : Cesare Cases, qui avait déjà ouvert la voie à la réception de l’École de Francfort en Italie, déploie dans son introduction à la Teoria del dramma moderno (1962) le potentiel de critique de la culture selon lui inhérent, dans l’œuvre de Szondi, à la dialectique hégélienne de la forme et de la thématique ; cependant, il critique le « formalisme » qui le contraint à demeurer en-deçà d’une critique de son temps57. Szondi suscite une large sympathie en Italie : par exemple, l’éditeur des actes du colloque Lessing e il suo tempo (1972) lui dédie ce volume à titre posthume et demande à Gert Mattenklott d’évoquer sa mémoire. Porté vers la critique sociale de la littérature, ce dernier accompagne très tôt et sans difficulté la réception italienne de son professeur58.

  • 59 Hans Georg Gadamer, « Was muß der Leser Wissen ? Aus Anlaß von Peter Szondis “Zu einem Gedicht von (...)
  • 60 Cf. les notes prises par Szondi, Archives Szondi ; cf. Szondi, Studienausgabe, t. 5 (note 38), p. 4 (...)
  • 61 Peter Szondi, Introduction to Literary Hermeneutics, trad. de Martha Woodmansee, avec une préface d (...)
  • 62 Peter Szondi, Estudios sobre Celan, trad. par Arnau Pons, Madrid, 2005.

25L’intérêt philosophique – qu’il s’inspire du marxisme, de l’herméneutique ou de la déconstruction – est prédominant dans la réception internationale de l’œuvre de Szondi. Lorsque Werner Weber publia dans la Neue Zürcher Zeitung, le 15 octobre 1972, le manuscrit « Eden », tiré des archives de Szondi, Hans Georg Gadamer répondit peu de temps après dans les mêmes colonnes59 : il récusa l’expérience consistant à tirer parti de connaissances biographiques dans l’interprétation. L’herméneutique philosophique s’oppose à l’herméneutique littéraire de Szondi. Le conflit demeuré inexprimé dans le colloque de Zürich de 1970 sur l’herméneutique, qui fut l’occasion d’une rencontre amicale entre Szondi et Gadamer60, se prolongea par la suite. Il marque encore l’édition en langue anglaise de l’Introduction à l’herméneutique littéraire (Cambridge University Press, 1995), planifiée depuis 1981, qui peut être « lue avec profit comme une critique polémique et subversive de Vérité et méthode » – ainsi que le note Joel Weinsheimer dans sa préface61. Weinsheimer émet cependant un regret : si Gadamer ne donne pas de règles du comprendre, Szondi renonce lui aussi à livrer les règles d’une herméneutique avec suffisamment de particularité pour que la compréhension esthétique puisse être distinguée de la compréhension historique. À l’évidence, Weinsheimer était en quête d’instruments de lutte très précis contre la déconstruction. Grâce à la place qu’elle réserve à la lecture et à l’effort intellectuel, celle-ci a préparé la réception de Szondi aux États-Unis. L’intérêt pour Szondi s’y est éveillé, par suite, plus tard qu’en Italie et en France – comme l’observe Michael Sprinkler dans le Times Literary Supplement du 9-15 octobre 1987 – mais il n’a pas faibli jusqu’à aujourd’hui, tout comme en Europe. En 2003, les Celan Studies de Szondi ont été publiées dans la série Meridian-Crossing Aesthetics dirigée par Werner Hamacher et David E. Wellbery (Stanford University Press). De fait, Szondi a livré, sous la forme de l’essai scientifique, les instruments de lutte que Weinsheimer appelait de ses vœux. Enfin, en 2005, Arnau Pons a édité en espagnol chez Trotta (Madrid) les Estudios sobre Celan afin de faire valoir l’importance de Szondi pour l’interprétation des poèmes de Celan62.

  • 63 Gert Mattenklott, « Der seins Lebens Faden hält. Disziplinierte Utopie : Über den Philologen Peter (...)
  • 64 Dieter Henrich, « Elegie und Einsicht. Zum Tode von Peter Szondi » [Elégie et compréhension. Sur la (...)
  • 65 Cf. plus haut les parties sous-titrées « Faculté de l’âme » et « L’essai scientifique ».

26À l’intérêt pour la théorie s’ajoute l’attention portée à la pratique et au style de Szondi, dont la discrétion révèle une personnalité : celui-ci « soumit sa profession et vocation pour la science aussi bien que sa conduite de vie à l’idée que la forme était un condensé d’énergies »63. Dans un texte écrit à la mémoire de Peter Szondi, Dieter Henrich évoque lui aussi son « renoncement à l’objectivité »64. Mais celui-ci ne garantit et n’implique pas encore la force de connaissance du sujet ni de son style. Ce mode de connaissance n’a pas encore été appréhendé jusqu’ici en tant que tel. Il n’est guère possible de s’en remettre à l’esthétique seule, à la transposition dans une forme, car il existe trop de conceptions du beau pour que toutes puissent être convoquées, et la question de savoir comment s’opère le passage du point de vue esthétique au point de vue scientifique n’est pas facile à résoudre65.

  • 66 Les actes du colloque sont parus en France en 1985 sous le titre L’Acte critique ; ils ont été trad (...)
  • 67 Rainer Nägele, « Texte, histoire et sujet critique. Remarques sur la théorie et la pratique de l’he (...)
  • 68 Ibid., p. 63.

27Jean et Mayotte Bollack ont choisi de donner pour titre « L’acte critique » au premier grand colloque consacré à Szondi, à Paris, en 197966. C’est sous ce signe que les différentes positions purent se rencontrer. Rainer Nägele, de la Johns Hopkins University, s’intéressa à la pratique de Szondi. Il se donna pour objectif de saisir, dans les textes de ce dernier, la « subjectivité critique » que Szondi avait substituée à la théorie parce que celle-ci menaçait de détruire les dimensions esthétiques. Le fait caractéristique était une pratique permanente de la réflexivité, analogue à celle de tous les textes modernes : se reconnaître soi-même dans l’objet, et donc parler de soi. C’est à ce type d’auto-réflexivité que peut, selon Nägele, se rattacher celle de l’interprète, car tous deux obéissent à la même loi de réflexion, qui les pousse à détruire et, par là, à être instables : « le travail d’une réflexion critique tend naturellement vers la révolution et la déconstruction »67. La subjectivité de Szondi est ainsi soumise à une théorie du langage qui, de surcroît, ne reconnaît pas la place du sujet. Dans la discussion, Bollack objecta à Nägele que seule l’intention permettait de savoir comment la dialectique d’une œuvre se déployait dans la genèse de celle-ci : « Contre la suffisance, l’auto-satisfaction de la lecture immanente (que Staiger représente de façon paradigmatique), l’introduction du sujet est un acte de démystification – un préalable »68. De fait, sans se perdre pour autant, la subjectivité que Szondi a placée au fondement de ses essais scientifiques soumet à un examen critique les impulsions personnelles comme les impulsions théoriques, dans l’analyse de la particularité esthétique. Ce point de vue pourra encore être défendu à l’avenir.

Haut de page

Notes

1 Cf. Christoph König, Engführungen. Peter Szondi und die Literatur [Strettes. Peter Szondi et la littérature], Marbach, 2004, 2e éd. 2005 (Marbacher Magazin 108) ; le livre comprend un chapitre et une chronique d’Andreas Isenschmid, ibid., p. 99-112.

2 Les textes de Peter Szondi sont cités d’après les Schriften, avec le sigle S suivi du tome ; ici S1, p. 9-148.

3 S1, p. 14.

4 S1, p. 149-260.

5 S1, p. 153.

6 Sous le titre « Über philologische Erkenntnis », le texte figure in S1, p. 263-286.

7 Cf. Christoph König, « Reflections of Reading. On Paul Celan and Peter Szondi », in : Telos 140, 2007, p. 147-175.

8 S1, p. 289-314.

9 S2, p. 319-398.

10 En français dans le texte [N.d.T.].

11 Peter Szondi, Briefe, éd. par Christoph König et Thomas Sparr, Francfort/Main, 19942, p. 326 (cité Briefe dans ce qui va suivre).

12 S2, p. 106-130, ici p. 106.

13 Peter Szondi, Über eine « Freie (d.h. freie) Universität ». Stellungnahmen eines Philologen, éd. posthume de Jean Bollack et al., Francfort/Main, 1973.

14 Cf. ibid., p. 120-125 (« Brief über die Lernfreiheit » [« Lettre sur la liberté d’apprendre »]) et p. 88-105 (« Rundfunkgespräch mit Adorno über die “Unruhe der Studenten” » [« Dialogue radiophonique avec Adorno sur “l’agitation étudiante” »).

15 Lettre de Peter Szondi à Gershom Scholem, 3 mai 1969, Briefe, p. 267.

16 Paul Valéry, Windstriche. Aufzeichnungen und Aphorismen [Rhumbs], traduits par Bernhard Böschenstein, Hans Staub et Peter Szondi, Wiesbaden, 1959 (en 1971, nouvelle édition, Bibliothek Suhrkamp 294).

17 Ibid., p. 124.

18 Briefe, p. 17.

19 Voir la lettre de Szondi à Bernhard Böschenstein, 20 septembre 1953, Briefe, p. 35.

20 Cf. lettre de Szondi à Böschenstein, 23 septembre 1957, typoscript, carte postale, copie, Archives Szondi.

21 Cf. Peter Szondi, « Albert Camus. Der Verstand und das Schafott. Über den französischen Roman » [Albert Camus. L’intelligence et l’échafaud. Sur le roman français], typoscript avec corrections manuscrites, incomplet, sans doute 1953, Archives Szondi. Cf. Albert Camus, « L’intelligence et l’échafaud » (1959), dans : Théâtre, récits, nouvelles, éd. Roger Quilliot, Paris, Pléiade, 1962, p. 1896.

22 Peter Szondi, « Zeit und Raum in der Lyrik Apollinaires » [Temps et espace dans la poésie d’Apollinaire], typoscript, copie, p. 14, Archives Szondi.

23 Le terme figure dans l’aphorisme « Profondeur, profonde pensée », in : Valéry, Windstriche, p. 102 sq.

24 Cf. S2, p. 108.

25 Szondi 1952 sur Friedrich Schlegel, S2, p. 20.

26 Peter Szondi, Studienausgabe der Vorlesungen [Edition de travail des cours], 5 t., éd. par Jean Bollack et al., Francfort/Main, 1973-1975.

27 Cf. lettre de Szondi à Böschenstein, 11 septembre 1953, Briefe, p. 29.

28 Typoscript avec corrections manuscrites. Archives Szondi.

29 Peter Szondi, « Friedrich Schlegel und die romantische Ironie » [Friedrich Schlegel et l’ironie romantique], S2, p. 11-31.

30 Theodor W. Adorno, « Valérys Abweichungen » [Les écarts de Valéry], in : du même, Gesammelte Schriften, t. 11, Francfort/Main, 1974, p. 159 ; cité par Szondi in : S1, p. 286.

31 Peter Szondi, Studienausgabe, t. 4 : Das lyrische Drama des Fin de Siècle [Le drame lyrique fin de siècle], éd. par Henriette Beese, 1975, p. 160-332.

32 Ibid., p. 18. Le drame lyrique est spécifique, dans la mesure où il ne possède pas une histoire particulière comme genre, mais réagit aux problèmes du drame de son temps.

33 Ibid., t. 3 : Poetik und Geschichtsphilosophie II. Von der normativen zur spekulativen Gattungspoetik. Schellings Gattungspoetik [Poétique et philosophie de l’histoire II. De la poétique des genres normative à la poétique des genres spéculative. La poétique des genres de Schelling], éd. par Wolfgang Fietkau, 1974.

34 Cf. Martin Heidegger, Erläuterungen zu Hölderlins Dichtung, Frankfurt am Main, 1981 (Gesamtausgabe I/4) ; trad. fr. Approche de Hölderlin, traduit par F. Fédier et al., Gallimard, 1961.

35 Peter Szondi (S1, p. 400) tire sa citation de l’édition de Friedrich Hölderlin, Gedichte nach 1800, éd. de Friedrich Beißner, Stuttgart, 1951 (Große Stuttgarter Ausgabe, t. 2), p. 339 ; cf. Bernhard Böschenstein, « Les études sur Hölderlin de Peter Szondi. Un trajet exemplaire », in : L’acte critique. Sur l’œuvre de Peter Szondi (Actes du colloque de Paris, M.S.H., 1979), éd. par Mayotte Bollack, Villeneuve d’Ascq, 1985 (Cahiers de Philologie 5), p. 193-211.

36 Le poème singulier qui prend parti contre ses versions antérieures livre une expression manifeste de la « différence » du sujet : cf. Peter Szondi, S1, p. 289-314.

37 S1, p. 367-412, ici p. 388.

38 Cf. Christoph König, Engführungen, p. 70 sq.

39 Szondi, Studienausgabe, t. 5 : Einführung in die literarische Hermeneutik, éd. par Jean Bollack et Helen Stierlin, p. 404-408, ici p. 405 (trad. fr. : Introduction à l’herméneutique littéraire, trad. par Mayotte Bollack et précédé d’un essai de Jean Bollack, Paris, Cerf, 1989).

40 Ibid., p. 135-191 ; S2, p. 106-130.

41 Cf. S2, p. 126-129.

42 Szondi cite ici Schleiermacher, cf. S1, p. 16.

43 Pater Szondi, Studienausgabe, t. 5, p. 406 ; ibid., p. 164 ; S2, p. 113.

44 S2, p. 126.

45 Cf. Jean Bollack, Poésie contre poésie. Celan et la littérature, Paris, P.U.F., 2001 (Paul Celan. Poetik der Fremdheit, traduit du français par Werner Wögerbauer, Vienne, 2000).

46 Ou bien, pour reprendre les mots de Szondi lui-même et non plus ceux d’Adorno : « en reproduisant son être-écrit » (Szondi, Studienausgabe, t. 4, p. 16).

47 S2, p. 408 ; les citations de Benjamin sont extraites de Walter Benjamin, « Die Aufgabe des Übersetzers », in : Gesammelte Schriften, t. 4, éd. par Tillman Rexroth, Francfort/Main, 1991, p. 9-21, ici p. 11-13. Trad. fr. : « La tâche du traducteur », trad. M. de Gandillac, in : Œuvres, t. 1, Gallimard, Folio Essais, 2000.

48 Cf. Jean Bollack, L’Œdipe roi de Sophocle, 4 t., Villeneuve d’Ascq, 1990.

49 Cf. Christoph König, « Hintergedanken. Zu einer Wissenschaftsgeschichte der Textlektüre » [Arrières-pensées. Pour une histoire des sciences de la lecture de textes], in : Geschichte der Germanistik 39/40, 2011, p. 38-42.

50 Lettre privée appartenant à Jean Bollack.

51 Lettre de Siegfried Unseld à Jean Bollack, 24 janvier 1972, document privé.

52 Lettre de Jean Bollack à Siegfried Unseld, 9 avril 1972, document privé appartenant à Jean Bollack.

53 Cf. Briefe ; Paul Celan et Peter Szondi, Briefwechsel. Mit Briefen von Gisèle Celan-Lestrange an Peter Szondi und Auszügen aus dem Briefwechsel zwischen Peter Szondi und Jean und Mayotte Bollack [Correspondance. Avec des lettres de Gisèle Celan-Lestrange à Peter Szondi et des extraits de la correspondance entre Peter Szondi et Jean et Mayotte Bollack], éd. par Christoph König, Francfort/Main, 2005.

54 Cf. la bibliographie des traductions in König, Engführungen, p. 91-97.

55 En français dans le texte [N.d.T.].

56 Peter Szondi, Poésie et poétique de l’idéalisme allemand, éd. par Jean Bollack, avec la collaboration de B. Cassin, I. et J. Michot, H. Stierlin, Paris, 1975 ; du même, Poésies et poétiques de la modernité, éd. par Mayotte Bollack, Villeneuve d’Ascq, 1980.

57 Cf. Cesare Cases, « Introduzione », in : Peter Szondi, Teoria del dramma moderno [Théorie du drame moderne] 1880-1950, Turin, 1962, p. IX-XXXIV, ici p. XIV.

58 Cf. Lessing e il suo tempo, éd. par Marino Freschi, Cremone, 1972, p. VII-XII.

59 Hans Georg Gadamer, « Was muß der Leser Wissen ? Aus Anlaß von Peter Szondis “Zu einem Gedicht von Paul Celan” » [Que doit savoir le lecteur ? À partir du texte de Peter Szondi « Sur un poème de Paul Celan »], Neue Zürcher Zeitung, 5 novembre 1972, p. 53.

60 Cf. les notes prises par Szondi, Archives Szondi ; cf. Szondi, Studienausgabe, t. 5 (note 38), p. 406 et 408 ; en revanche, S2, p. 108.

61 Peter Szondi, Introduction to Literary Hermeneutics, trad. de Martha Woodmansee, avec une préface de Joel Weinsheimer et une postface de Jean Bollack, Cambridge, 1995 ( = Literature, Culture, Theory 9), p. XI-XXII, ici p. XVII.

62 Peter Szondi, Estudios sobre Celan, trad. par Arnau Pons, Madrid, 2005.

63 Gert Mattenklott, « Der seins Lebens Faden hält. Disziplinierte Utopie : Über den Philologen Peter Szondi aus Anlaß der Veröffentlichung seiner Briefe » [Celui qui tient les fils de sa vie. Une utopie disciplinée : sur le philologue Peter Szondi, à l’occasion de la publication de sa correspondance], Frankfurter Allgemeine Zeitung, 19 mars 1994.

64 Dieter Henrich, « Elegie und Einsicht. Zum Tode von Peter Szondi » [Elégie et compréhension. Sur la mort de Peter Szondi], Die Zeit, 18 novembre 1971.

65 Cf. plus haut les parties sous-titrées « Faculté de l’âme » et « L’essai scientifique ».

66 Les actes du colloque sont parus en France en 1985 sous le titre L’Acte critique ; ils ont été traduits en anglais dès 1983 in : Boundary 2, 11, 1983, no 3.

67 Rainer Nägele, « Texte, histoire et sujet critique. Remarques sur la théorie et la pratique de l’herméneutique chez Peter Szondi », in : L’Acte critique, p. 40-72, ici p. 57.

68 Ibid., p. 63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph König, « La biographie intellectuelle de Peter Szondi et la postérité de son œuvre », Revue germanique internationale, 17 | 2013, 13-27.

Référence électronique

Christoph König, « La biographie intellectuelle de Peter Szondi et la postérité de son œuvre », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1370 ; DOI : 10.4000/rgi.1370

Haut de page

Auteur

Christoph König

Christoph König est professeur de littérature allemande à l’Université d’Osnabrück, fellow en 2008-2009 au Wissenschaftskolleg de Berlin ainsi qu’au Forscherkolleg à l’Université d’Erlangen en 2011-2012. Il est l’éditeur de la revue Geschichte der Germanistik (Göttingen). Auteur de plusieurs ouvrages sur la littérature allemande, il a notamment publié Engführungen. Peter Szondi und die Literatur, 2004 et a édité, avec Thomas Sparr, la correspondance de Szondi (Suhrkamp, 1993).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals