Navigation – Plan du site

Les forces anticipatrices de l’œuvre littéraire : sur l’espoir dans le passé

Patricia Lavelle
p. 115-132

Résumés

L’article part de l’interprétation d’Enfance berlinoise donnée par Szondi pour proposer une nouvelle lecture de l’œuvre qui discute, chemin faisant, l’apport de la pensée de Benjamin dans le projet de l’herméneutique littéraire. Le développement de l’hypothèse interprétative de Szondi à la lumière de la problématique des « ressemblances non sensibles », qui joue en rôle très important dans Enfance berlinoise, permet en effet de considérer théoriquement les forces anticipatrices de l’œuvre littéraire en rapport avec la dimension utopique de l’herméneutique littéraire.

Haut de page

Texte intégral

1C’est à partir de l’examen de la réception de Proust en Allemagne que Szondi approche le projet artistique d’Enfance berlinoise. Tout en explicitant les dérives idéologiques qui ont retardé cette réception dans les années 1920 et 1930, il s’intéresse au motif proustien de la remémoration de l’enfance chez Rilke et surtout chez Benjamin. En effet, la lecture et la traduction de la Recherche du temps perdu laisse chez ce dernier des traces profondes, qui demeurent lisibles dans la composition de ses mémoires. Selon Szondi, cette influence implique toutefois une prise de distance par rapport à la problématique proustienne de la mémoire involontaire et du « déjà vu ». Car tandis que chez Proust la rédemption repose sur l’abolition de l’écoulement temporel dans un instant privilégié où le passé rejoint le présent pour fermer un cercle, dans Enfance berlinoise les moments privilégiés de la remémoration sont ceux qui éveillent les germes de l’avenir dans le passé. Ce sont ces anticipations du présent de la remémoration dans le passé remémoré qui suggèrent l’espoir d’une rédemption qui ne serait pas, comme chez Proust, une affaire privée de l’individu. Si l’œuvre de Benjamin accueille l’espoir, comme l’affirme Szondi à la fin de son essai, c’est bien parce qu’elle recèle cette ouverture du présent de la remémoration à la dimension temporelle de l’avenir dans le passé. Se référant aux enjeux singuliers de ces souvenirs d’enfance, conçues comme une constellation d’ « images de pensée », son essai explicite leur dimension utopique à la lumière des travaux théoriques de Benjamin sur l’histoire. Or, au-delà de cette conclusion, l’interprétation de Szondi ouvre des perspectives encore actuelles sur Enfance berlinoise et sur ses enjeux théoriques, des perspectives qui nous amèneront à proposer une nouvelle interprétation de ce texte littéraire. Que ces souvenirs se remémorent-ils quand elles cherchent à éveiller l’avenir dans le passé ? Le développement de l’hypothèse de Szondi à la lumière de la problématique des « ressemblances non sensibles », qui joue un rôle fondamental dans le texte, nous amènera à penser les implications entre le temps et le langage dans la perspective d’une réflexion sur les forces anticipatrices de l’œuvre littéraire.

  • 1 En 1968, Szondi a soutenu le projet de l’édition des écrits de Benjamin en 7 volumes chez Suhrkamp (...)

2L’actualité de l’essai de Szondi n’exclut pas l’écart historique considérable qui nous sépare de son contexte de production. Le texte est marqué par les débats de l’après-guerre en Allemagne qui opposaient l’herméneutique philosophique, d’inspiration heideggérienne et gadamérienne, à la théorie critique représentée par les tenants de l’Institut de Francfort, l’interprétation proposée était limitée par les bases textuelles alors disponibles. Ainsi pour tirer des conséquences de « L’espoir dans le passé », dans la perspective d’une nouvelle lecture d’Enfance berlinoise qui cherchera à indiquer et à prolonger les résonances théoriques de l’œuvre, il est indispensable de situer l’essai de Szondi dans le projet d’une herméneutique matérielle et critique et dans le contexte de la toute première réception de Benjamin, qui avait encore comme référence la première édition en deux volumes de ses écrits1. Il s’agira donc de lire Szondi pour revenir ensuite aux enjeux de sa lecture d’Enfance berlinoise.

Entre Schleiermacher et Benjamin

  • 2 Cf. Christian Berner, « L’herméneutique dans son histoire. À propos de Peter Szondi », Supra. Voir (...)

3Le petit texte intitulé « Quelques remarques sur la situation de la recherche en herméneutique littéraire », de 1970, permet de situer la position de Szondi dans les débats de son époque et d’examiner le rôle clé qu’y joue la référence à Benjamin. Contre le double front représenté par le positivisme d’une philologie attachée uniquement aux « faits » et l’immanentisme relativiste d’une « critique littéraire imprégnée par la philosophie de l’être », ce texte suggère une « critique de la raison littéraire », c’est-à-dire l’interrogation sur les conditions de possibilité du comprendre qui sont à la base de toute interprétation. Bien que la référence à Kant ne soit ni explicitée ni développée, l’argument de Szondi prend ici une tournure kantienne. Car, partant de Boeckh, il indique « deux points de cristallisation d’une nouvelle herméneutique littéraire » qui fonctionneront comme des véritables formes a priori de l’expérience de l’interprétation : la langue et l’histoire. Ainsi, d’une part, l’objet de la compréhension ne doit pas être situé au-delà du matériau langagier – que ce soit dans la psychologie de l’auteur ou dans la transcendance de l’être – et, d’autre part, la connaissance historique impliquée dans l’acte de comprendre étant déterminée par la situation historique de l’interprète, l’herméneutique littéraire doit établir des critères qui la préservent de l’arbitraire des actualisations subjectives. Bref, une telle herméneutique pourrait être qualifiée de matérielle, car son objet se trouve dans la matérialité de la langue, et de critique, car elle doit prendre réflexivement en compte l’historicité de son propre point de vue. Mais les deux termes assument chez Szondi plusieurs sens qui, empruntés tantôt à la tradition herméneutique tantôt à la théorie critique, se recouvrent2.

4Dans ce petit essai qui se rapporte au projet de l’Introduction à l’herméneutique littéraire, Szondi trouve chez Schleiermacher et chez Benjamin deux points d’appui privilégiés pour penser théoriquement le projet d’une herméneutique littéraire qui serait à la fois matérielle et critique – et qui pourrait donc se démarquer à la fois d’un certain positivisme philologique et des dérives immanentistes et relativistes de l’herméneutique philosophique, d’inspiration heideggérienne.

  • 3 Cf. Christian Berner, La Philosophie de Schleiermacher, Paris, Cerf (« Passages »), 1995, p. 21 sq.

5La référence à Schleiermacher, qui vise ici notamment l’ancrage de la compréhension dans l’analyse de la langue, s’inscrit dans un moment important de sa réception, juste après la publication en 1959 de l’édition critique de son Herméneutique réalisée par Heinz Kimmerle sous les auspices de Gadamer, événement que Szondi ne laisse pas de signaler. Or, comme l’indique Christian Berner, cette édition, qui montre toute l’importance que Schleiermacher conférait à « l’interprétation grammaticale » renvoyant à la reconstruction des structures de la langue, semble conforter la position de Gadamer contre l’interprétation psychologique de Dilthey, adoptée par un certain historicisme philologique3. Selon Berner, montrer que Schleiermacher privilégie l’aspect grammatical de l’interprétation permet à Gadamer de renforcer le rôle de la langue et de ses structures générales dans la compréhension. Car, contre la tendance psychologique et empathique de la position soutenue par Dilthey, l’auteur de Vérité et Méthode (1960) cherche à présenter la langue comme un médium dans lequel les individus sont plongés, comme quelque chose qui les dépasse et les détermine. Dans cette perspective, la compréhension doit se mouvoir dans la dimension langagière et Schleiermacher dirait comme Heidegger, quoique d’une autre manière, que la parole parle (« die Sprache spricht »). Le bref commentaire de Szondi, qui part également de l’explicitation de la problématique de l’interprétation grammaticale dans l’édition Kimmerle contre le psychologisme de Dilthey, va dans un tout autre sens. Il y affirme en effet que Dilthey n’a pas seulement négligé l’analyse des structures de la langue, mais qu’il n’aurait pas non plus pris suffisamment en compte l’aspect dit « technique » de l’interprétation psychologique, qui porte sur les procédés proprement discursifs, c’est-à-dire sur l’analyse du processus de composition. Cet aspect permet en effet de penser la réinvention individuelle de la langue dans chaque œuvre, et donc de concevoir les rapports entre la langue et le sujet comme une relation d’interdépendance mutuelle et non pas comme la surdétermination du deuxième par la première ou de la première par le deuxième.

  • 4 Cf. Denis Thouard, Herméneutique et critique. Bollack, Szondi, Celan, op. cit., p. 115-116

6Dans le contexte de cette confrontation sur deux fronts qui passe par l’interprétation de Schleiermacher, la référence à Benjamin est significative, et semble jouer le rôle d’un antidote à la fois politique et théorique. En effet, si Szondi revendique l’épithète de « critique » pour son herméneutique littéraire dans le but de se démarquer de l’herméneutique philosophique d’inspiration heideggérienne et gadamérienne, c’est surtout à la théorie critique qu’il fait allusion. Selon Denis Thouard, avec ce terme, il ne ferait référence ni aux procédés critiques propres à la pratique philologique ni à Kant, mais à la notion de critique sociale issue de l’Institut de Francfort, d’où la dimension politique, voire utopique de son herméneutique4. Dans « Quelques remarques sur la situation de la recherche en herméneutique littéraire », la référence à Benjamin suggère toutefois que le projet de Szondi peut être distingué de celui d’Adorno, qui conçoit la critique comme un projet de transformation sociale ou politique.

  • 5 Walter Benjamin, « Edouard Fuchs, collectionneur et historien (1937), in Œuvres III (traductions de (...)

7À la suite du développement sur Schleiermacher, Szondi affirme qu’un « deuxième point de départ fécond pour l’herméneutique littéraire » est constitué par la théorie de la « construction historique » chez Benjamin. Ce qui implique d’abandonner l’attitude historiciste pour « prendre conscience de la constellation critique dans laquelle tel fragment du passé entre avec tel présent »5. Dans cette perspective, la notion de critique renvoie à la considération réfléchissante des conditions de possibilité de la connaissance historique, ce qui implique nécessairement de prendre en compte l’historicité inhérente au point de vue de l’historien. L’aspect politique (et messianique) de ces considérations sur l’histoire est évoqué : non seulement il s’agit de « recueillir et de conserver » l’œuvre individuelle dans l’ouvrage particulier et le cours entier de l’histoire dans l’œuvre individuelle, mais le sujet d’une telle connaissance historique constructive est identifié par Benjamin, Szondi le souligne, à la classe opprimée elle-même. Szondi attire toutefois l’attention sur le fait que le dépassement de l’historicisme apparaît déjà dans « La tâche du traducteur », texte des années 1920, bien antérieur à la phase marxiste de Benjamin. D’après lui, les « deux points de cristallisation » d’une « nouvelle herméneutique littéraire » – l’histoire de la réception et la théorie du langage – y auraient déjà été esquissés dans un rapport d’interdépendance. Aussi, il annonce le projet de comparer la tentative de Benjamin à d’autres qui visent également le dépassement de l’historisme, comme c’est le cas dans Vérité et méthode. Il s’agirait donc de faire jouer Benjamin contre Gadamer dans une réflexion méta-herméneutique « sans laquelle même l’herméneutique littéraire n’aurait aucune intelligence suffisante d’elle-même ».

8Certes, cette réflexion reste un projet non accompli, mais la référence à Benjamin demeure importante pour comprendre le projet de l’herméneutique littéraire, elle permet en effet de comprendre sa dimension utopique. Or, cet aspect de la connaissance philologique est implicite à l’argumentation dans « L’espoir dans le passé ». Il implique toutefois une prise de distance par rapport à la dimension eschatologique du projet critique esquissé par Adorno dans la conclusion de Minima moralia. D’après le bref commentaire de Szondi, l’esprit eschatologique qu’Adorno cherche à réaliser à travers la critique de la vie mutilée, c’est-à-dire de l’analyse des déchirures de l’époque actuelle, se tourne vers l’image présente du futur dans une perspective de transformation sociale qui reste extérieure au travail sur les matériaux et qui, pourrions nous ajouter, apparaît comme une projection, un « telos ». Au contraire, en reprenant un mot de Schlegel, il définit l’historien, tel que Benjamin le conçoit, comme un « prophète tourné vers le passé » qui cherche à saisir et à restituer ses promesses non accomplies. S’inspirant de Benjamin plutôt que d’Adorno, la dimension utopique de l’herméneutique littéraire serait donc intrinsèquement liée à une connaissance philologique des matériaux qui se réclame de Schleiermacher et où la notion de critique s’identifie à la réflexivité qui permet de prendre en compte l’historicité constructive du regard.

Relire Enfance berlinoise après Szondi

  • 6 Sur le caractère programmatique du chapitre d’ouverture de la version de 1932-1933, deux interpréta (...)

9À l’époque où Szondi écrit « L’espoir dans le passé », la seule édition d’ensemble des souvenirs d’enfance publiés dans la presse entre 1932 et 1935 était la version posthume composée par Adorno et parue en 1955. Il se réfère à ce volume et la longue citation qui ouvre son essai est tirée de « Tiergarten », son chapitre d’ouverture. Or, dans les années 1980, deux versions d’ensemble préparées par l’auteur, dactylographiées à sa demande et destinées probablement à des éditeurs ont été découvertes. Ces documents composés à des époques différentes – l’un entre 1932 et 1933 à Berlin et l’autre entre 1938 et 1939 à Paris – suggèrent deux autres ouvertures et, malgré des différences significatives dans la rédaction et dans la composition de l’ensemble, elles indiquent un schéma pour la série des chapitres. La première version, récemment traduite en français, débute avec le morceau intitulé « Mummerehlen », personnage allégorique qui fait pendant au « Petit Bossu » de la fin et indique le rapport entre le projet des mémoires d’enfance et les notes spéculatives sur la ressemblance et sur la faculté mimétique. Dans la version de 1938-1939, ce texte est considérablement réduit et cède sa place au chapitre intitulé « Loggien », qui porte sur ces pièces typiquement berlinoises s’ouvrant sur les cours intérieures des immeubles. Cependant, plusieurs passages de « Mummerehlen » y apparaissent développés comme des chapitres indépendants, les motifs et les thèmes de ce chapitre se répandent donc dans l’ensemble du texte6. Or, dans les deux versions, la problématique de l’anticipation et de l’avenir dans le passé occupe une place centrale avec la figure messianique de « La Loutre » (qui se trouve à la quinzième position dans le premier ensemble de trente morceaux et à la quatorzième dans le second).

10Szondi ne pouvait évidemment pas prendre en compte ces variations de composition. Prenant appui sur l’entrée indiquée par la configuration de la version de 1932-1933, nous nous proposons donc de partir d’une telle reconstruction pour mettre à l’épreuve son hypothèse centrale et en tirer des conséquences qui dépasseront sans doute le cadre conceptuel de ses conclusions sans pour autant les contredire. Il s’agira de faire « comme si » ces prolongements constituaient l’avenir qui se niche dans le passé de l’interprétation de Szondi. Ils nous permettront d’approcher encore, à partir de l’interprétation d’Enfance berlinoise, la problématique des forces anticipatrices de l’œuvre d’art et celle de la dimension utopique de l’herméneutique littéraire.

11 « La Loutre », chapitre qui occupe le centre de deux séries élaborées par Benjamin, porte précisément sur la problématique de l’anticipation thématisée par Szondi. Dans la version de 1932-1933, ce texte se trouve entre le chapitre sur le manège et « Un avis de décès », qui abordent tous deux la question de la temporalité. Le premier présente le schéma mythique du présent comme un éternel retour du même sous la forme d’un jeu d’enfant tandis que le deuxième discute la notion de « déjà vu » en y développant la notion d’avenir dans le passé. C’est cette notion dont l’importance a été identifiée par Szondi que Benjamin thématise longuement dans « La Loutre ». Ce chapitre, qui raconte l’expérience enfantine devant la cage de la loutre, au jardin zoologique, correspond en effet à une transposition littéraire du schéma temporel esquissé dans le Fragment théologico-politique.

  • 7 Walter Benjamin, Enfance berlinoise vers 1900. La version dite de Giessen (1932-1933), trad. de Pie (...)

C’était l’animal sacré de l’eau de pluie. Avait-il été formé dans les eaux d’écoulement et les eaux résiduaires, ou se nourrissait-il seulement de ses rus et des ruisseaux ? Je n’aurais su le dire. Il était toujours extrêmement affairé, comme si sa présence au fond était indispensable. Mais j’aurais pu rester de longues et saintes journées le front appuyé contre sa grille, à le regarder sans jamais me lasser. En cela aussi, il attestait sa parenté secrète avec la pluie. Car jamais la longue et sainte journée ne me paraissait si longue et si sainte que lorsque la pluie en lissait lentement les heures et les minutes avec ses dents fines ou larges. Docile comme une petite fille, elle inclinait la tête sous ce peigne gris. Et je regardais la pluie insatiablement. J’attendais. Non qu’elle cesse. Qu’elle se déverse en un bruissement toujours plus puissant, toujours plus abondant. Je l’entendais tambouriner contre les carreaux, dévaler les gouttières et s’engouffrer en bouillonnant dans les descentes. Sous cette bonne pluie j’étais parfaitement à l’abri. Elle me murmurait mon avenir comme on chante une berceuse auprès du berceau. Comme je comprenais que la pluie fait grandir ! Pendant ces heures derrière la fenêtre brouillée, j’étais auprès de la loutre. Mais à vrai dire je ne m’en rendais compte qu’en me retrouvant plus tard devant la cage. Il me fallait alors de nouveau longuement attendre que le corps noir et luisant surgisse à la surface, avant de replonger aussitôt vers d’urgentes affaires7.

  • 8 Ibidem, p. 83 ; cf. le chapitre intitulé « Un avis de décès ».

12La tension qui se crée entre la discontinuité de l’instant où la loutre apparaît et la continuité de l’attente intensifie le rythme de l’expérience temporelle, en élargissant sa dimension discontinue. Cependant, seule la remémoration permet de retrouver l’ouverture à l’avenir dans le passé remémoré, c’est elle qui nous rend conscients des entrelacs temporels qui se nouent toujours dans un « maintenant » critique. La spatialisation des données temporelles est ici très significative : l’habitat de la loutre est présenté comme un de ces coins abandonnés, aux limites du zoo, qui ont un caractère prophétique car tout ce qui nous y attend encore est déjà du passé. En raison même de leur abandon, ces lieux délaissés sont semblables à la chambre de l’enfant dans le chapitre sur le « déjà vu »8 car ils préservent l’ouverture du passé à l’avenir. En effet, ces endroits où rien ne se passe, où le temps semble arrêté, gardent intactes les forces synchroniques du maintenant, où se croisent les souvenirs du passé et les projections de l’avenir et où les anticipations peuvent devenir l’objet de la remémoration.

  • 9 Cf. Walter Benjamin, « Fragment théologico-politique », in : Œuvres I, op. cit., p. 264.
  • 10 La conception du temps de la phénoménologie husserlienne semble jouer un rôle dans l’élaboration po (...)

13Dans le schéma présenté dans le Fragment théologico-politique9 le temps messianique de la rédemption n’est pas projeté dans un « telos », mais il s’identifie à la discontinuité au sein du continuum temporel de l’attente vide. Ainsi, le temps profane, homogène et vide, correspond à la dimension temporelle de la continuité tandis que celui de la venue du Messie correspond à son interruption ou à son éclosion dans l’instant. Benjamin décrit cette corrélation dans une image graphique qui peut être comprise comme un élastique tiré de chaque côté dans une direction opposée : c’est la tension entre le temps profane et le temps messianique qui fait éclater la continuité dans une intensification de la discontinuité temporelle. L’expérience de l’attente devant le bassin de la loutre et de l’apparition instantanée de l’animal reprend en quelque sorte ce schéma : c’est la tension de l’anticipation créée par le temps vide qui charge d’intensité l’instant tant attendu. Il est donc plein d’avenir passé. Or, dans l’expérience enfantine de la pluie, semblable à celle de la loutre, la journée pluvieuse toute entière devient ainsi chargée d’anticipations retenues : le maintenant de l’expérience s’élargit dans la durée10. Cependant, la charge messianique d’avenir qui se niche dans ce présent plein n’apparaît à la conscience que comme un avenir passé, dans la remémoration.

  • 11 Dans son essai sur Proust, Benjamin cherche à indiquer l’importance du motif de la ressemblance dan (...)

14Cette réflexion sur le temps qui apparaît sous une forme littéraire dans Enfance berlinoise peut être rapprochée des considérations théoriques de Benjamin sur l’histoire, comme le fait d’ailleurs Szondi : l’avenir passé correspond à la temporalité utopique de la construction historique qui doit être conçue d’après le modèle de la remémoration. Or, Szondi, qui n’a eu accès qu’à la version posthume du livre, ne met pas son hypothèse en rapport avec les considérations de Benjamin sur les « ressemblances non sensibles » qui jouent un rôle fondamental dans le projet des mémoires d’enfance et y sont intrinsèquement liées aux problématiques du temps et du langage. Cependant, l’importance de la problématique des ressemblances apparaît clairement dans la configuration de la version de 1932-1933 qui s’ouvre avec « Mummerehlen ». Ce texte montre que le projet littéraire de l’œuvre ne se distingue pas de la recherche proustienne uniquement par la remémoration de l’avenir dans le passé, mais aussi par l’explicitation de quelque chose qui n’apparaît qu’indirectement chez Proust : l’objet de la remémoration n’est pas l’expérience vécue de l’individu telle qu’elle se montre dans la mémoire involontaire, mais celle, à la fois individuelle et collective, des ressemblances11.

15Tel projet est indiqué déjà dans une esquisse préparatoire intitulée « À propos de la lampe » qui contient plusieurs passages plus tard repris dans « Mummerehlen » :

Le don que nous possédons de voir la ressemblance n’est qu’un rudiment de l’ancienne et puissante nécessité de s’assimiler, par l’apparence et le comportement. Et cette faculté mimétique disparue s’étendait bien au-delà de la sphère étroite dans laquelle nous sommes encore capables de percevoir la ressemblance. Ce que l’état du ciel, il y a des millénaires, opérait dans une existence humaine à l’instant de la naissance, y restait inscrit sous l’effet de la ressemblance, en vertu de laquelle les esprits vitaux et les forces vitales se formaient sur un modèle qui leur était simultanément présenté dans le cosmos. Il est possible, il est probable que les pouvoirs de l’image ne portent plus si loin dans les générations tardives. M’abusé-je, si je crois qu’en moi ils se sont conformés aux chaises, aux cages d’escalier, aux armoires, aux stores, et même à une lampe, qui entouraient mon enfance ?

  • 12 Walter Benjamin, « À propos de la lampe », traduction de Pierre Rusch, in : Patricia Lavelle (éd.), (...)

Il faut donc admettre en principe que les phénomènes célestes aussi pouvaient être imités par nos prédécesseurs. Une ombre de cette capacité effleure encore l’homme d’aujourd’hui, quand il regarde à travers un masque, ou quand, par une nuit de pleine lune sous le ciel du Sud, il sent s’agiter au fond de lui les forces éteintes de la mimésis, ces mêmes forces qui dans la nature se déploient pleinement et la transforment sous ses yeux à la ressemblance de la lune. Or c’est précisément vers ce champ de forces que le ramène le souvenir de son enfance […]12.

16D’après ce texte, le souvenir de l’enfance conduit à un « champ de forces » qui renvoi aux « forces éteintes de la mimesis » et aux « pouvoirs de l’image ». Selon lui, notre capacité de percevoir des ressemblances dans l’expérience sensible n’est qu’un usage rudimentaire de la faculté mimétique qui contraint à devenir semblable non seulement aux autres, par l’imitation des comportements, mais aussi à soi-même et au monde environnant dans une attitude mimétique qui porte plutôt sur les relations que nous entretenons avec les choses que directement sur les choses perçues. Dans cette perspective, l’instant de la naissance, présent absolu qui s’ouvre entièrement à l’indétermination de l’avenir, rassemble, selon lui, le maximum de ces forces mimétiques reliant l’individu et le cosmos. Cette référence à l’astrologie, qui réapparaît dans d’autres notes au sujet de la ressemblance, est très significative. Car l’analogie qu’elle produit entre le parcours individuel et l’état du ciel fournit à Benjamin un paradigme pour penser sa notion de « ressemblance non sensible », formulée plus clairement dans deux textes théoriques rédigés en 1933.

  • 13 Sur le rapport critique au néo-kantisme et sur les premiers sujets de thèse envisagés par Benjamin, (...)

17Le don ou plutôt la faculté [Vermögen] de voir le semblable conditionne, d’après ces textes, toutes les fonctions supérieures de l’homme. Or, de quoi Benjamin parle-t-il ici ? Qu’est-ce que cette faculté mimétique ? Pourquoi est-elle présentée comme quelque chose de si fondamental ? Pour comprendre cette formulation, et d’une manière générale la portée de la problématique de la ressemblance chez Benjamin, il ne suffit pas de paraphraser ses images suivant le parcours indiqué par l’analogie ou de chercher dans d’autres textes de l’auteur des passages parallèles. Il faut adopter un point de vue historique pour identifier, parmi les sources théoriques de l’auteur, la clé de lecture qui permet de déchiffrer l’énigme. Or, Benjamin a suivi des études philosophiques dans les années 1910, dans un contexte universitaire dominé par les néo-kantiens. Ce n’est donc pas étonnant que la philosophie critique de Kant, qui a constitué l’objet de ses premiers projets de recherche doctorale13, joue un rôle fondamental dans le programme philosophique qu’il a rédigé entre 1917 et 1918, après avoir entrepris avec Scholem la lecture de la Théorie kantienne de l’expérience, de Hermann Cohen.

  • 14 Sur la problématique du schématisme comme un langage originaire chez Hamann, je me permet de renvoy (...)

18Dans ce texte, Benjamin se propose de partir de la critique que Hamann adresse à Kant pour penser un concept supérieur d’expérience, capable d’inclure des expériences – magiques ou oniriques – qui ne peuvent pas être subsumées par le concept d’expérience des Lumières, issu de la science des temps modernes, et qui déterminerait encore la terminologie mathématique de la Critique de la raison pure. La référence à Hamann apparaît également dans « Sur le langage en général et sur le langage humain », de 1916, où Benjamin conçoit l’expérience comme un langage matériel que l’homme traduirait dans les noms. Or, dans ses considérations « métacritiques » sur la Critique de la raison pure, Hamann affirme la nécessité d’épurer la raison pure de la langue commune. De l’impossibilité de procéder effectivement à une telle opération, il en ressort une réflexion allégorique sur la « langue naturelle pure » agissant dans les langues historiques, c’est-à-dire le schématisme, dont le langage des noms de Benjamin porte sans doute la trace14. « Traduction » du langage des choses, le nom benjaminien ne correspond donc pas au mot, mais au schème.

  • 15 Cf. Walter Benjamin, Gesammelte Briefe, Christoph Gödde et Henri Lonitz (éd.), IV, Frankfurt am Mai (...)

19Exilé à Ibiza en 1933, Benjamin demanda à Scholem, qui possédait des archives assez complètes de la production de son ami, de lui envoyer une copie de « Sur le langage en général et sur le langage humain », texte qu’il voulait consulter avant de reprendre les notes sur la problématique des ressemblances15. En effet, les notices sur la faculté mimétique renouent avec ses considérations de jeunesse sur le langage et sur l’expérience, dans des formulations qui se rapportent encore à la critique que Hamann adresse à la Critique de la raison pure. Car elles constituent une approche, anthropologique et historique, du principe des affinités – le principe comparatif de l’imagination, c’est-à-dire le mode de fonctionnement du schématisme, analysé surtout dans l’Appendice à la Dialectique transcendantale de la Critique de la raison pure.

  • 16 Pour une analyse détaillée du principe kantien des affinités de l’imagination et de son lien avec l (...)

20C’est dans ce texte que Kant développe l’idée d’une faculté fondamentale, d’une force fondamentale comparative – l’imagination – qui serait présente dans toutes les fonctions de l’esprit. Pour arriver à cette conclusion, qui reste toutefois problématique ou hypothétique, il fait un usage spéculatif de ce même principe des affinités par lequel nous spécifions et généralisons à la fois. Qu’est-ce que le semblable, sinon la tension générée par le mouvement comparatif de l’imagination qui permet à la fois de différencier les espèces et d’identifier les genres dans des gradations infiniment variables ? Ainsi, l’affinité kantienne, qui correspond à ce principe comparatif faisant voir le même dans l’autre et l’autre dans le même, l’identité dans la différence et la différence dans l’identité, éclaire la « ressemblance non sensible » dont parle Benjamin16.

  • 17 Walter Benjamin, « Sur le pouvoir d’imitation », Œuvres II, op. cit., p. 362.

21Dans ses deux travaux de 1933, qui partent de la corrélation entre les pratiques mimétiques propres à la magie des peuples primitifs et celles qui orientent l’expérience de l’enfant, la problématique du langage est mise en relation avec celle de la temporalité dans des formulations qui reprennent un passage contenu dans « La Tâche du traducteur », de 1922. D’après « Sur le pouvoir d’imitation », les « ressemblances non sensibles » qui reliaient l’existence humaine à la nature, dans les pratiques magiques des peuples primitifs, n’auraient pas disparus dans le monde moderne mais auraient intégralement migré dans le langage : « c’est une ressemblance non sensible qui associe non seulement le dit et le sens visé, mais aussi l’écrit et le sens visé, et pareillement le dit et l’écrit »17. Cela veut dire que les mots se chargent d’une teneur évocatrice qui relie entre eux les termes du signe, aussi bien dans la parole que dans l’écriture. C’est également une « ressemblance non sensible » qui relie les mots signifiant la même chose dans différentes langues à leur signifié, ce qui permet de trouver des comparables d’une langue à l’autre dans la traduction.

  • 18 Walter Benjamin, « Sur le pouvoir d’imitation », in : Œuvres II, Paris, Gallimard, 2000, p. 362.

22Cependant, selon « Sur la faculté mimétique », l’aspect mimétique (ou schématique) du langage n’est pas séparable de sa dimension sémiotique : « Comme la flamme, la part mimétique du langage ne peut se manifester que sur un certain support. Ce support est l’élément sémiotique. Le sens tissé par les mots ou les phrases constitue ainsi le support nécessaire pour qu’apparaisse, avec la soudaineté de l’éclair, la ressemblance »18. C’est l’articulation des mots entre eux dans les jugements et les discours qui permet de voir le semblable au sein du langage. Autrement dit, la dimension schématique de la langue, c’est-à-dire son indétermination relative et son pouvoir évocateur s’ouvrant à la production de nouvelles significations, ne peut être perçue que dans l’usage discursif qui détermine progressivement les mots. Ainsi, Benjamin traduit l’articulation entre les dimensions mimétique et sémiotique du langage, qui a lieu dans l’écriture et dans la lecture, en termes temporels, comme un rythme où la rapidité de la progression continue et l’interruption se croisent pour produire – et pour percevoir – des ensembles de sens.

  • 19 Cf. Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger, § 49 et § 59. Dans une relecture de Kant, Paul (...)

23Or, d’après la Critique de la faculté de juger, c’est l’usage symbolique de la langue qui, au moyen de l’analogie, perce à jour la ressemblance non sensible ou l’affinité19. Ainsi comprise, l’hypothèse sur le passage de la sphère des ressemblances enfantines ou magiques dans le langage donne une indication précieuse sur les enjeux d’Enfance berlinoise. Le projet de ces mémoires peut alors apparaître comme une remémoration, au niveau du langage, avec les moyens symboliques du discours littéraire, de l’expérience des « ressemblances non sensibles ».

  • 20 Walter Benjamin, « Sur quelques thèmes baudelairiens », in : Œuvres III, p. 371.

24Dans « Sur quelques thèmes baudelairiens », Benjamin critique le concept d’expérience qui correspond à la mémoire involontaire de Proust pour affirmer que, chez Baudelaire, une remémoration artificiellement construite ne porte pas sur le vécu individuel, mais elle s’ouvre sur la « vie antérieure » des correspondances. Selon Benjamin, cette expérience qui « cherche à s’établir à l’abri de toute crise »20 n’est possible que dans le culte et, en dehors de ce domaine, se présente comme « le beau ». À ce propos, il ajoute alors une note très importante où il défini le beau comme « l’objet de l’expérience dans l’état de ressemblance » :

  • 21 Citation de son propre essai sur Les affinités électives, Cf. Walter Benjamin, « Les affinités élec (...)
  • 22 Walter Benjamin, « Sur quelques thèmes baudelairiens », p. 372.

[…] En ce qui concerne son rapport à la nature, on peut dire que le beau est ce qui ne « demeure réellement pareille à elle-même qu’à condition de garder son voile »21 […] Les correspondances nous disent ce qu’on doit entendre ici par voilement. En usant d’une ellipse assurément hardie, on pourrait dire qu’il s’agit de l’aspect de l’œuvre d’art qui « reflète » la réalité. Les correspondances sont l’instance devant laquelle l’objet de l’art se découvre comme une chose qu’il s’agit de refléter fidèlement, chose par là même de part en part aporétique. Si l’on voulait traduire cette aporie dans le matériau même du langage, il faudrait finalement définir le beau comme l’objet de l’expérience dans l’état de ressemblance. 22

  • 23 Cité par Walter Benjamin, Ibidem.

25Dans le beau, la tension comparative propre à l’expérience du semblable reste visible. Dit autrement, en termes kantiens, dans le libre jeu de l’imagination et de l’entendement, les affinités sur lesquelles se règle le schématisme demeurent électives : le conflit de l’identité et de la différence ne s’y résout pas avec le triomphe de l’identité, comme dans le concept. En ce sens, les correspondances baudelairiennes renvoient à la dimension mimétique de l’art, comprise d’après Valéry comme « l’imitation servile de ce qui est indéfinissable dans les choses »23, c’est-à-dire, pour reprendre l’expression utilisée par Benjamin, comme une sorte d’imitation « non sensible » portant sur les relations que nous entretenons avec les choses. Dans cette perspective, la mimésis artistique ne concerne pas l’imitation objective des données naturelles, mais l’analogie entre la création artistique et le processus naturel de génération de formes.

  • 24 Walter Benjamin, Enfance berlinoise vers 1900. Version dite de Giessen (1932-1933), op. cit., p. 31

26C’est en ce sens que, à la fin du chapitre sur la « Mummerehlen », l’œuvre d’art apparaît comme une sorte d’imitation de l’expérience enfantine des « ressemblances non sensibles ». Dans ce texte, Benjamin raconte l’anecdote du peintre chinois qui, pendant qu’il montrait son tableau à ses amis, y entra et disparut dans le paysage peint. Cette histoire, qui nous « ramène de nouveau à l’œuvre de la « Mummerehlen »24, suggère que l’art peut être envisagé comme un retour à cette « vie antérieure » dont parlent les correspondances de Baudelaire. En effet, ce personnage imaginaire qui correspond à une allégorie de la faculté mimétique ou de l’imagination, entraîne l’enfant dans un monde entièrement dominé par la ressemblance. Car, dans Enfance berlinoise, la deuxième nature des correspondances est la ville, telle que la voit l’enfant : ses images apparaissent toujours déformées par l’effet des ressemblances qui relient les personnages aux lieux qu’ils habitent, rendent proche ce qui est lointain, assimilent les personnes et leur noms ou déforment les mots de la langue dans des méprises pleines de sens. Ainsi, ce chapitre qui ouvre la version de 1932-1933 constitue une véritable entrée programmatique dans le texte.

  • 25 Cf. Hans Blumenberg, « “L’imitation de la nature”. Préhistoire de l’idée d’homme créateur », in : L (...)

27La remémoration qui cherche à éveiller l’avenir dans le passé n’y porte pas sur le vécu individuel, mais sur l’expérience des correspondances : elle apparaît aussi bien parmi les motifs et les thèmes que dans les choix formels et dans les recours stylistiques de l’œuvre. Cependant, le retour à cette expérience auratique de l’art n’exclut pas la rupture moderne avec l’idéal classique de la mimésis artistique : c’est en cela qu’il s’agit d’une remémoration. Or, d’après Blumenberg, l’art moderne se caractérise par la dissolution progressive du concept aristotélicien de mimésis, qui ne concerne pas seulement l’imitation de la nature comme donnée, mais aussi l’analogie entre l’art et la nature conçue comme processus générateur de formes. Selon lui, la conception moderne de l’art comme invention ou comme création engendre cette rupture qui implique l’explicitation de la réflexion contenue dans le faire artistique. Ainsi, dans les avant-gardes du XXe siècle, le potentiel inventif de l’art apparaît comme un élément cognitif25.

28C’est dans ce contexte que nous devons situer l’œuvre de Walter Benjamin, et en particulier Enfance berlinoise qui met inlassablement en scène la tension entre l’invention littéraire et la construction théorique. En effet, au lieu de disparaître complètement dans l’œuvre achevée, qui pourrait alors apparaître comme une deuxième nature, l’intentionnalité de la mise en forme se montre dans des constructions énigmatiques qui renvoient à un horizon spéculatif. Génie de l’oubli où vient se greffer la réflexion, le « Petit Bossu », personnage tiré d’une comptine pour enfants, est l’allégorie de cette subjectivité réflexive qui introduit dans le présent de l’enfance l’élément diachronique permettant la remémoration de l’ouverture schématique de l’avenir dans le passé.

  • 26 Cf. Walter Benjamin, Enfance berlinoise vers 1900. La version dite de Giessen (1932-1933), op. cit.(...)

29Selon les deux notes spéculatives sur le don mimétique, la dimension temporelle de l’expérience des ressemblances est celle de l’instant. Cependant, dans Enfance berlinoise, le moment présent de l’expérience du semblable risque à tout moment de se figer, comme par exemple dans l’atelier du photographe, où l’enfant était capturé par les puissances mythiques de l’image pour y ressembler à ce qui l’entourait26. Dans les stratégies poétiques de l’œuvre, l’ambivalence de l’éternel maintenant des ressemblances cherchant à exclure toute finitude est associée à des figures féminines qui se rapportent à la sphère d’action de la « Mummerehlen », et il est intrinsèquement lié à certains lieux. Synchronique, il apparaît spatialisé, comme par exemple dans la demeure de la grand-mère qui habite au Blumeshof :

  • 27 Ibidem, p. 90. Une partie du chapitre ici cité (« 12, Blumeshof ») a été reprise pour devenir un ch (...)

La mort n’était pas prévue en ces lieux. C’est pourquoi ils paraissaient si douillets le jour et devenaient la nuit le théâtre de mauvais rêves. La cage d’escalier dans laquelle je rentrais se révélait être la résidence d’un kobold qui me donnait des membres lourds et sans vigueur, avant de m’ensorceler au moment où il ne me restait plus que quelques pas à franchir pour atteindre le seuil désiré. De tels rêves étaient le prix à payer pour accéder à la sécurité. La grand-mère ne mourut pas au Blumeshof. En face de son appartement vécut longtemps la mère de mon père, qui était déjà plus âgée. Elle aussi mourut ailleurs. La rue devint ainsi pour moi le Champs-Elysées, le royaume des ombres des grands-mères immortelles et pourtant défuntes27.

30Le mouvement subjectif et constructif de la remémoration, en introduisant l’élément diachronique dans un passé qui semble figé comme un éternel présent, permet d’y retrouver la discontinuité où se niche l’avenir. Or, dans l’ensemble de l’œuvre, ce sont surtout des figures masculines, assimilées au « Petit Bossu », qui introduisent la dimension diachronique dans le présent de l’enfance : c’est le cas du maître d’école, dans « Deux énigmes », ou du père, dans « Un avis de décès », chapitre qui porte justement sur le problème du « déjà vu ». Même si ces personnages peuvent avoir un caractère antipathique, car ils sont chargés d’oubli et de mort, ils jouent le rôle essentiel d’interrompre l’éternelle évanescence des correspondances pour y laisser s’introduire la réflexion qui accompagne le mouvement de la remémoration. Tel est également l’enjeu de la figure ambivalente du « Petit Bossu », génie de l’oubli qui regarde l’enfant à partir des souterrains et collectionne ses images à la fin du livre : il correspond à ce regard extérieur qui permet d’établir une distance réflexive par rapport aux forces mythiques de l’image pour y remémorer l’avenir.

31Szondi a très bien indiqué que, dans Enfance berlinoise, la rédemption repose sur la tension créée par l’anticipation de l’avenir dans le passé remémoré. Cette tension, qui apparaît dans le maintenant plein d’avenir passé du souvenir, dévoile la discontinuité temporelle sur laquelle repose l’espoir. Cependant – et c’est ce que nous voulons ajouter à l’interprétation de Szondi – l’espoir dans le passé concerne également la dimension schématique du langage et son ouverture symbolique à la réflexion. Ainsi, en tant que remémoration constructive de l’expérience magique ou enfantine des ressemblances, expérience qui caractérise une perception auratique de l’art, Enfance berlinoise s’affranchit des charmes mythiques de l’image pour se charger d’un espoir qu’accueille la réflexivité de l’idée esthétique. Tel semble être un enjeu fondamental du texte : l’ouverture mimétique de l’œuvre littéraire à l’avenir y constitue l’objet même de la remémoration.

32Selon Szondi, et tel est le présupposé qui soutient sa lecture d’Enfance berlinoise, l’accès de l’interprétation aux forces anticipatrices de l’œuvre littéraire implique de se tourner vers le passé dans une construction historique qui part des conditionnements du présent. Cherchant l’ouverture du passé à l’avenir, son herméneutique s’appuie sur l’historicité du matériau langagier et sur les stratégies discursives de l’œuvre. C’est en ce sens que nous pouvons comprendre un passage sur l’unité du mot, repris également dans l’Introduction à l’Herméneutique littéraire, où la référence à Benjamin et à la problématique du futur dans le passé apparaît encore une fois en rapport avec une citation de Schleiermacher.

Le futur dans le passé : implications entre le temps et la langue

  • 28 Walter Benjamin, « Théorie des ressemblances » (trad. de Michel Vallois), in : Marc B. de Launay et (...)

Tout ce qui est mimétique dans le langage correspond en fait à une intention pourvue d’assises, qui ne peut se manifester qu’en s’appuyant sur quelque chose d’étranger, à savoir justement l’élément sémiotique, informatif, du langage qui la porte. […] Mais dès lors que la ressemblance non sensible est à l’œuvre dans toute lecture, on accède, à ce niveau de profondeur, à la signification étrangement double du mot lire : profane et magique. L’écolier lit l’alphabet et l’astrologue lit l’avenir dans les étoiles. Dans la première proposition, il n’y a pas division de la lecture en ses deux composantes. Mais cette division, au contraire, existe dans la seconde, qui met en évidence les deux niveaux de signification du phénomène : l’astrologue lit les configurations astrales en observant le ciel ; il lit en même temps dans celles-ci l’avenir ou le destin28.

33Thématisant l’interpénétration entre les dimensions mimétique et sémiotique du langage, Benjamin affirme que l’ouverture schématique des mots ne peut apparaître que sur le support de la construction judicative. Et cette proposition porte aussi bien sur la construction discursive dans la parole et dans l’écriture, que sur sa réception, notamment dans la lecture. Ainsi, Benjamin esquisse des considérations herméneutiques sur les niveaux de lecture – profane et sacrée – qui doivent nécessairement s’articuler entre eux, tout comme le mimétique s’articule au sémiotique. Pour cela, il donne deux exemples significatifs. L’écolier reste dans la lecture profane : il ne fait que relier le son et la forme graphique de chaque lettre de l’alphabet. En revanche, dans le cas de l’astrologue, il ne faut pas seulement être capable à la fois d’identifier et de différencier les étoiles et de les relier dans des configurations astrales, mais aussi d’interpréter ces constellations pour y lire l’avenir ou le destin individuel. L’astrologie, qui permet à Benjamin de penser la notion de « ressemblance non sensible », fournit ici un paradigme herméneutique qui n’est pas sans rapport avec l’espoir dans le passé dont parle Szondi. Car, inscrit dans les constellations, l’avenir n’est pas projeté dans une continuité temporelle vide. Immobilisé dans une configuration astrale momentanée, il apparaît d’abord à l’astrologue comme le texte littéraire apparaît à l’interprète. En ce sens, l’image de l’interpénétration entre les deux niveaux de sa lecture – profane et magique – pourrait servir de métaphore pour l’articulation intrinsèque entre l’interprétation grammaticale et l’interprétation technique (parfois aussi appelée divinatoire…) qui, d’après l’interprétation de Szondi, apparaît comme un apport fondamental de l’herméneutique de Schleiermacher. Et si nous évoquons ici la notion de métaphore, ce n’est pas seulement pour rappeler la différence de genre entre les esquisses théoriques de Benjamin sur la « ressemblance non sensible », où le registre proprement spéculatif est indissociable des motifs littéraires, et la sobriété conceptuelle des essais critiques de Szondi.

  • 29 F. D. E. Schleiermacher cité par Peter Szondi, « L’herméneutique de Schleiermacher », in : Poésie e (...)

34Selon l’interprétation de Schleiermacher par Szondi, la métaphore marque la frontière entre l’interprétation grammaticale et l’interprétation technique ; elle contribue donc à éclairer les rapports entre les deux. D’après Szondi, si l’interprétation grammaticale, qui porte sur la langue, est requise pour identifier le sens propre des mots qui constituent la proposition métaphorique, seule l’interprétation technique, qui s’intéresse au style individuel en tant que modification particulière de la langue, permet de déceler leur sens impropre ou figuré. Car ce dernier, le sens métaphorique, est dû à la seule combinaison des mots dans les phrases – c’est-à-dire à l’individualité du discours – et non pas à un dédoublement du sens des mots employés. Ainsi, selon Szondi, la relation qui existe entre l’interprétation grammaticale et l’interprétation technique doit pouvoir être définie selon la division du travail, car Schleiermacher affirme aussi que, dans un discours donné, l’élucidation d’une métaphore explicative, d’un proverbe ou d’une allusion peut ressortir à l’interprétation grammaticale, tandis que la question de savoir ce qu’a voulu dire l’auteur avec ces figures est du ressort de l’explication technique : « dans ce cas, l’idée elle-même, telle que la livre l’interprétation grammaticale, n’est pas du domaine du représenté mais de la représentation, elle est elle-même signe »29.

35Avec l’exemple paradigmatique de la construction métaphorique, qui contient in nuce la structure symbolique de l’œuvre littéraire, Szondi montre que la théorie les différentes modes d’interprétation chez Schleiermacher vient nier la pluralité du sens des Écritures (littéral et allégorique) et affirme le postulat de l’unité du sens malgré le fait des différentes interprétations. Dans ce point, l’argumentation de Szondi sur Schleiermacher établit une corrélation entre la construction symbolique au niveau de la phrase, dont l’exemple paradigmatique est la métaphore, et l’indétermination schématique du mot. Car, lié à la relation nécessaire entre l’interprétation grammaticale et l’interprétation technique, le postulat de l’unité du sens y concerne également l’usage qui permet de déterminer les mots dans les discours. D’après Schleiermacher, cité par Szondi :

  • 30 F. D. E. Schleiermacher, cité par Peter Szondi, Idem, p. 307.

Pour les dictionnaires aussi, qui ne sont là que pour l’interprète, le propos essentiel est de retrouver la véritable unité parfaite du mot. L’occurrence particulière d’un mot dans un passage déterminé est sans aucun doute de l’ordre de la diversité infiniment indéterminé et, de cette diversité à cette occurrence, il n’y pas d’autre passage qu’une multiplicité déterminée dans laquelle elle est comprise, et celle-ci, à son tour, doit nécessairement se résoudre en oppositions. Cependant, dans ses occurrences particulières, le mot n’est pas isolé ; il se révèle dans sa détermination, non pas à partir de lui-même, mais à partir de son entourage ; et il nous suffit de rapprocher de cet entourage l’unité originelle du mot pour tomber juste à coup sûr. Seulement l’unité parfaite du mot serait son explication et celle-ci n’est pas plus donnée que l’explication parfaite des objets : ni dans les langues mortes, puisque nous n’avons pas encore embrassé toute leur évolution ; ni dans les langues vivantes, puisqu’elles continuent d’évoluer30.

  • 31 Cf. F. D. E. Schleiermacher, Herméneutique. Pour une logique du discours individuel, Paris, Cerf/PU (...)

36Ce passage où Schleiermacher expose le postulat de l’unité originelle du mot constitue un développement de la problématique du mot comme schème, ce qu’implique une conception historique et diachronique de la langue31. Dans le commentaire qui suit cette citation, Szondi mentionne la notion d’idée chez Benjamin pour ensuite rapprocher la question de la temporalité de celle du langage dans un développement repris dans le dernier chapitre de l’Introduction à l’herméneutique littéraire :

  • 32 Peter Szondi, Introduction à l’herméneutique littéraire. De Chladenius à Schleiermacher, traduit de (...)

[…] Rien n’est davantage en contradiction avec les principes méthodologiques de la linguistique moderne que l’affirmation d’une unité du mot, qui, tout en n’existant pas elle-même, montre pour ainsi dire l’appareil de ses différentes nuances de sens, une idée, dans le sens que Benjamin donne à ce mot. De même, la raison pour laquelle l’unité n’existerait pas bute contre les règles de travail de la linguistique structurale. Que les langues vivantes continuent, qu’elles se développent ne signifie pas que leur exploration doive compter avec leurs possibilités, qu’il lui faille ne rien conclure. L’objet de la linguistique, ce n’est pas la langue à venir, potentiellement présente dans la langue actuelle, mais le système linguistique actuel, coupe synchronique qui n’admet aucune dimension temporelle. Alors que celle-ci, dans la phrase que nous venons de citer, est impliquée dans le futur, elle se manifeste – également contre les principes de la linguistique moderne – en tant que passé, lorsqu’on parle de l’unité originelle du mot.32

  • 33 Walter Benjamin, Origine du drame baroque allemand, traduit de l’allemand par Sibylle Muller, Paris (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 Ce faisant, Benjamin prend des distances par rapport au néo-kantisme de Hermann Cohen, qui conçoit (...)
  • 36 Ibid., p. 43.
  • 37 Ibid., p. 44.

37Selon Benjamin, l’idée est « le moment, dans l’essence du mot, où celui-ci est symbole »33. Cette notion d’idée contenue dans Origine du drame baroque allemand correspond à la dimension mimétique du langage, c’est-à-dire à la sphère des « ressemblances non sensibles » qui rassemblent les deux termes du signe dans l’expressivité du nom et les différentes nuances de sens du mot dans une unité qui reste toutefois à déterminer. L’idée dont parle Benjamin relève « d’une perception originelle, où les mots possèdent le noble privilège de nommer, sans l’avoir perdu dans la signification, qui est liée à la connaissance »34, elle est toutefois le résultat d’un agencement, dans la construction conceptuelle, et donc dans le jugement, d’éléments qui appartiennent à l’ordre des choses. Or, présentée dans le discours théorique, cette dimension symbolique du langage est considérée par Benjamin en termes historiques, comme une origine35. La catégorie d’origine désigne ici un « tourbillon dans le fleuve du devenir »36 qui engendre une pré- et une post-histoire. Ainsi, l’idée « demande à être reconnue, d’une part, comme une restauration, une restitution, d’autre part, comme quelque chose qui est par là même inachevé, toujours ouvert »37. En tant qu’origine, elle est donc concernée par la dynamique temporelle de l’avenir dans le passé.

38Or, le problème de l’unité originelle du mot, dont parle Szondi à la suite de Schleiermacher, renvoie également à celui du schématisme langagier dans son rapport et à la temporalité et à la construction discursive. Il implique une conception dynamique et diachronique de la langue, conçue comme l’ensemble des discours qui, à leur tour, s’inscrivent dans la tradition langagière et viennent l’actualiser, voire la transformer. C’est l’usage discursif – le support sémiotique, dans la terminologie de Benjamin – qui permet de déterminer le mot et de penser son unité originelle en tant que passé. Cependant, présupposé dans l’invention à chaque fois individuelle de la langue au moyen des discours, ce schème concerne également l’avenir. Il apparaît donc, dans le présent de l’interprétation des œuvres singulières, comme un avenir passé.

  • 38 Jean Bollack, « Un futur dans le passé. L’herméneutique matérielle de Peter Szondi », in : Peter Sz (...)

39Comme la problématique de la métaphore et des constructions symboliques au niveau du texte, la question sur « l’unité originelle du mot » concerne la dimension esthétique des discours en général, et donc fondamentalement l’œuvre littéraire. Or, on ne peut pas avoir un accès direct, non historiquement conditionné, à la plurivocité qui, dans le texte littéraire, s’ouvre à l’avenir de la réflexion. Le futur à l’œuvre dans le passé n’apparaît au lecteur que dans la reconstruction qui prend en compte l’articulation toujours problématique de l’interprétation grammaticale et de l’interprétation technique, dans l’examen des continuités de la langue et des innovations apportées par le discours individuel. Vouloir accéder directement à ses forces anticipatrices dans des actualisations empathiques ou allégoriques, ce serait manquer l’essentiel. Car, comme le dit Jean Bollack, l’herméneutique littéraire est « principalement l’art de poser une distance »38.

Haut de page

Notes

1 En 1968, Szondi a soutenu le projet de l’édition des écrits de Benjamin en 7 volumes chez Suhrkamp auprès de la Fondation Volkswagenwerk : « Une édition critique de l’ensemble de l’œuvre de Benjamin est une nécessité pour la science de la littérature et pour des disciplines voisines comme la philosophie de l’art, la philosophie du langage, la sociologie de la littérature. Cette entreprise ne peut être menée que sous la coopération des deux amis de Benjamin, le professeur Adorno et le professeur Scholem, qui sont par ailleurs les meilleurs connaisseurs de son œuvre ». Cf. Peter Szondi, Briefe, édité par Christoph König et Thomas Sparr, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1993, p. 261.

2 Cf. Christian Berner, « L’herméneutique dans son histoire. À propos de Peter Szondi », Supra. Voir également Denis Thouard, Herméneutique critique. Bollack, Szondi, Celan, Villeneuve d’Ascq, P.U.S., 2012.

3 Cf. Christian Berner, La Philosophie de Schleiermacher, Paris, Cerf (« Passages »), 1995, p. 21 sq.

4 Cf. Denis Thouard, Herméneutique et critique. Bollack, Szondi, Celan, op. cit., p. 115-116

5 Walter Benjamin, « Edouard Fuchs, collectionneur et historien (1937), in Œuvres III (traductions de Maurice de Gandillac, Rainer Rochlitz et Pierre Rusch), Paris, Gallimard, 2000, p. 174 (passage cité par Peter Szondi).

6 Sur le caractère programmatique du chapitre d’ouverture de la version de 1932-1933, deux interprétations récentes, divergentes entre elles, s’accordent. Cf. Lindner, Burkhardt, « Schreibprozeß, Finisierung und verborgene Erinerungstheorie in Benjamins ‘Berliner Kindheit’. Zur erstmaligen Edition des Gesamtnachlasses », in : Peter Brandes et Burkhardt Lindner, Finis. Paradoxien des Endes, Wüzburg, Könighausen& Neumann, 2010 et Davide Giuriato, Mikrographien. Zu einer Poetologie des Schreibens in Walter Benjamins Kindheitserinnerungen (1932-1939), Munich, Wilhelm Fink, 2006.

7 Walter Benjamin, Enfance berlinoise vers 1900. La version dite de Giessen (1932-1933), trad. de Pierre Rusch, préface et notes de Patricia Lavelle, Paris, L’Herne, 2012, p. 81.

8 Ibidem, p. 83 ; cf. le chapitre intitulé « Un avis de décès ».

9 Cf. Walter Benjamin, « Fragment théologico-politique », in : Œuvres I, op. cit., p. 264.

10 La conception du temps de la phénoménologie husserlienne semble jouer un rôle dans l’élaboration poétique de cette expérience enfantine. Sur l’intérêt du jeune Benjamin pour la phénoménologie, cf. Peter Fenves, The Messianic reduction. Walter Benjamin and the shape of time, Stanford, Stanford University Press, 2011.

11 Dans son essai sur Proust, Benjamin cherche à indiquer l’importance du motif de la ressemblance dans la Recherche du temps perdu : « Les vrais signes où se reconnaît l’empire de la ressemblance ne sont pas là où il les découvre, de façon toujours déconcertante, inopinée, dans les œuvres, les physionomies ou les manières de parler. La ressemblance que nous escomptons entre deux êtres, celle qui nous occupe à l’état de veille, ne touche que superficiellement celle, plus profonde, du monde onirique, dans lequel les événements surgissent, jamais identiques mais semblables : impénétrablement semblables à eux-mêmes. Les enfants connaissent un symbole de ce monde, la chaussette, qui a la structure du monde onirique, lorsque, dans l’armoire à linge, enroulé, il est à la fois “pochette” et “petit cadeau”. Et de même qu’ils ne peuvent eux-mêmes se rassasier de changer d’un coup ces deux choses, la pochette et son contenu, en une troisième, la chaussette elle-même, ainsi Proust ne se lassait pas de vider d’un seul coup l’attrape, le moi, pour que toujours à nouveau pût apparaître ce troisième élément, l’image, seule capable de satisfaire sa curiosité, ou, bien plutôt, d’apaiser sa nostalgie. Déchiré de nostalgie, il gisait sur son lit, nostalgique d’un monde altéré, transporté dans l’état de ressemblance où perce le vrai visage surréaliste de l’existence. Tout ce qui se passe chez Proust relève de ce monde, quelle que soit la manière circonspecte et distinguée dont les événements y surgissent. » (Cf. « L’image proustienne », in : Œuvres II, op. cit., p. 140). Si chez Proust l’expérience des ressemblances revêt les habits du vécu individuel, Benjamin la retrouve chez Baudelaire sous une autre forme. Tandis que dans la recherche proustienne la remémoration reste tributaire de la mémoire involontaire, Benjamin identifie dans le cycle des Correspondances, qui ouvre Les Fleurs du mal, la remémoration artificielle et artistiquement construite de l’expérience des ressemblances, irrémédiablement perdue dans le monde moderne. (Cf. « Sur quelques thèmes baudelairiens », in : Œuvres III, p. 370-374).

12 Walter Benjamin, « À propos de la lampe », traduction de Pierre Rusch, in : Patricia Lavelle (éd.), Walter Benjamin, Paris, L’Herne (coll. Cahier de l’Herne), à paraître en 2013.

13 Sur le rapport critique au néo-kantisme et sur les premiers sujets de thèse envisagés par Benjamin, cf. Uwe Steiner, « Histoire de la genèse et de la publication du texte », in Walter Benjamin, Le concept de critique esthétique dans le romantisme allemand, Œuvres et inédits, Édition critique intégrale, t. 3, Paris, Fayard, 2009, p. 247-292.

14 Sur la problématique du schématisme comme un langage originaire chez Hamann, je me permet de renvoyer à mon étude : « Schématisme et langage. La “Métacritique du purisme de la raison pure” de Hamann », in : Christoph König et Heinz Wismann (éd.), La Lecture insistante. Autour de Jean Bollack, Paris, Albin Michel (« Bibliothèque Idées »), 2011, p. 461-474.

15 Cf. Walter Benjamin, Gesammelte Briefe, Christoph Gödde et Henri Lonitz (éd.), IV, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1998, p. 214.

16 Pour une analyse détaillée du principe kantien des affinités de l’imagination et de son lien avec la problématique des ressemblances chez Benjamin, je me permets de renvoyer à mon ouvrage : Religion et histoire. Sur le concept d’expérience chez Walter Benjamin. Paris : Cerf (« Passages »), 2008, p. 93-104.

17 Walter Benjamin, « Sur le pouvoir d’imitation », Œuvres II, op. cit., p. 362.

18 Walter Benjamin, « Sur le pouvoir d’imitation », in : Œuvres II, Paris, Gallimard, 2000, p. 362.

19 Cf. Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger, § 49 et § 59. Dans une relecture de Kant, Paul Ricœur a thématisé ce « travail de la ressemblance » qu’il place au cœur de la proposition métaphorique. Cf. Ricœur, P. « Le travail de la ressemblance », in : La Métaphore vive, Paris, Seuil, 1997 (1975).

20 Walter Benjamin, « Sur quelques thèmes baudelairiens », in : Œuvres III, p. 371.

21 Citation de son propre essai sur Les affinités électives, Cf. Walter Benjamin, « Les affinités électives de Goethe », Œuvres, t. I, op. cit., p. 385 : « La beauté n’est pas une apparence, elle n’est pas le voile qui couvrirait une autre réalité. Elle n’est pas phénomène, mais pure essence, une essence, à vrai dire, qui ne demeure réellement pareille à elle-même qu’à condition de garder son voile ».

22 Walter Benjamin, « Sur quelques thèmes baudelairiens », p. 372.

23 Cité par Walter Benjamin, Ibidem.

24 Walter Benjamin, Enfance berlinoise vers 1900. Version dite de Giessen (1932-1933), op. cit., p. 31.

25 Cf. Hans Blumenberg, « “L’imitation de la nature”. Préhistoire de l’idée d’homme créateur », in : L’imitation de la nature et autres essais esthétiques (Préface de Marc de Launay, traduction d’Isabelle Kalinowski et de Marc de Launay), Paris, Hermann (« Le Bel Aujourd’hui »), 2010.

26 Cf. Walter Benjamin, Enfance berlinoise vers 1900. La version dite de Giessen (1932-1933), op. cit., p. 29.

27 Ibidem, p. 90. Une partie du chapitre ici cité (« 12, Blumeshof ») a été reprise pour devenir un chapitre indépendant (« Loggien »), texte qui a été plus tard placé à l’ouverture de la version composée à Paris entre 1938 et 1939.

28 Walter Benjamin, « Théorie des ressemblances » (trad. de Michel Vallois), in : Marc B. de Launay et Marc Jimenez (org.), Revue d’esthétique, numéro spécial sur Walter Benjamin, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1990, p. 64.

29 F. D. E. Schleiermacher cité par Peter Szondi, « L’herméneutique de Schleiermacher », in : Poésie et poétique de l’idéalisme allemand, p. 306.

30 F. D. E. Schleiermacher, cité par Peter Szondi, Idem, p. 307.

31 Cf. F. D. E. Schleiermacher, Herméneutique. Pour une logique du discours individuel, Paris, Cerf/PUL, 1987, p. 79, § 10 et § 11.

32 Peter Szondi, Introduction à l’herméneutique littéraire. De Chladenius à Schleiermacher, traduit de l’allemand par Mayotte Bollack, Paris, Cerf, 1989, p. 126.

33 Walter Benjamin, Origine du drame baroque allemand, traduit de l’allemand par Sibylle Muller, Paris, Champs/Flammarion, p. 33.

34 Ibid.

35 Ce faisant, Benjamin prend des distances par rapport au néo-kantisme de Hermann Cohen, qui conçoit l’origine comme une catégorie purement logique correspondant à la priorité des opérations de la pensée par rapport au langage, pour s’approcher d’avantage de la relecture du schématisme kantien par Hamann et les romantiques, relecture qui implique l’établissement d’une analogie entre le fonctionnement de l’imagination et la réalité phénoménale. Sur ce sujet, cf. Marc de Launay, « Expérimentation, expérience et expérience esthétique », in : Patricia Lavelle (éd.), Walter Benjamin, Paris, L’Herne (coll. Cahier de l’Herne), à paraître en 2013.

36 Ibid., p. 43.

37 Ibid., p. 44.

38 Jean Bollack, « Un futur dans le passé. L’herméneutique matérielle de Peter Szondi », in : Peter Szondi, Introduction à l’herméneutique littéraire. De Chladenius à Schleiermacher, traduction de Mayotte Bollack, Paris, Cerf, 1989, p. X.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Lavelle, « Les forces anticipatrices de l’œuvre littéraire : sur l’espoir dans le passé », Revue germanique internationale, 17 | 2013, 115-132.

Référence électronique

Patricia Lavelle, « Les forces anticipatrices de l’œuvre littéraire : sur l’espoir dans le passé », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1383 ; DOI : 10.4000/rgi.1383

Haut de page

Auteur

Patricia Lavelle

Patricia Lavelle est docteure en philosophie de l’EHESS depuis 2006. Chercheure associée au Centre Georg Simmel, elle a été responsable du programme de formation et recherches « Figures de l’Herméneutique ». Actuellement professeure invitée à l’Université fédérale fluminense (UFF, état de Rio de Janeiro), elle a réalisé des recherches postdoctorales au Fonds Ricœur (Bourse Fonds Ricœur-Oratoire du Louvre) et à la Walter Benjamin-Archiv (Bourse Clemens Heller, Fondation Thyssen). Elle a notamment publié Religion et histoire. Sur le concept d’expérience chez Walter Benjamin aux éditions du Cerf en 2008, préfacé Enfance berlinoise vers 1900. La version dite de Giessen (L’Herne, 2012) et dirige le Cahier de l’Herne sur Walter Benjamin programmé en 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals