Navigation – Plan du site

La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914)

Marie-Claire Robic
p. 13-39

Résumés

On étudie la réception de Ratzel (1844-1904) en France à l’aide d’une enquête sur les analyses qui lui ont été consacrées et sur les mobilisations auxquelles son œuvre a donné lieu au tournant du xxe siècle. Elles concernent non seulement les géographes mais encore d’autres spécialistes des sciences sociales émergentes, notamment les sociologues durkheimiens. La réception de l’auteur d’Anthropogeographie et de Politische Geographie s’opère dans le contexte d’un intérêt international pour la promotion d’une géographie de l’homme distincte de l’ancienne géographie politique, et elle participe à des tensions internes au champ intellectuel français. L’auteur est mobilisé d’abord par les géographes pour affirmer l’existence d’une discipline autonome et pour asseoir la légitimité de la « géographie humaine », tout en étant tenu à distance ; puis par la critique durkheimienne, pour construire la notion de morphologie sociale et pour assurer l’hégémonie de la sociologie, l’histoire et la géographie étant toutes deux visées. Vidaliens et durkheimiens s’interrogent enfin à travers la géographie politique de Ratzel sur la nature du lien social (territorial versus professionnel), à la fois dans une perspective strictement scientifique et comme enjeu de la modernité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Naturaliste puis journaliste, grand voyageur, Ratzel a soutenu une thèse d’habilitation sur l’émigr (...)
  • 2 Michel Korinman, « Friedrich Ratzel (1844-1904). De la géographie politique à la géopolitique », in (...)
  • 3 Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, Paris, La R (...)
  • 4 Jacques Ancel, Géopolitique, Paris, Librairie Delagrave, 1936.
  • 5 Voir l’article de Denis Wolff, dans ce numéro.
  • 6 C’est l’une des premières occurrences de l’épithète de « vidalien » dans un texte public. Si Lucien (...)

1Après un long discrédit qui suit la Seconde Guerre mondiale, dû au fait que son nom, ou son inspiration, a été associé à la Geopolitik et au régime nazi, la réhabilitation de Friedrich Ratzel (1844-1904), créateur de l’anthropogéographie et rénovateur de la géographie politique1, inspirateur de la géographie humaine, a commencé en France au début des années 1980, où il a été porté par la promotion de l’analyse du politique en géographie2. Pour la première fois, sa Géographie politique est alors traduite en français (encore que très partiellement), tandis que se développe, dans les médias comme à l’université, une nouvelle géopolitique qui renouvelle le champ des relations internationales tout en s’appliquant aussi à la politique nationale interne. Par ailleurs, l’essor de la géographie politique s’est produit également depuis une trentaine d’années, Ratzel étant alors l’une des références mobilisées. Cette polarisation sur la géographie politique laisse dans l’ombre sa contribution à la géographie humaine qui s’est développée internationalement à la fin du xixe siècle en référence à son « Anthropogeographie », dont au départ la « politische Geographie » n’était qu’un sous-ensemble. Au sein de la critique française, le contexte de la Première Guerre mondiale puis des crises des années trente et de la montée de la Geopolitik ont conduit par étapes à la constitution d’un couple antinomique géographie ratzélienne/géographie vidalienne : dualisme épistémologique d’abord, qu’a construit Lucien Febvre3 en 1922 en opposant dans La Terre et l’évolution humaine la géographie « déterministe » de Ratzel à l’approche « possibiliste » de Vidal, puis dualisme radical, où les partisans d’une géographie politique à la française, tel Jacques Ancel (1882-1942)4, ont progressivement assimilé la géographie politique de Ratzel à la Geopolitik et l’ont stigmatisée comme science simpliste, partiale, voire « machine de guerre », selon l’expression d’Albert Demangeon (1872-1940)5, tout en lui opposant les vertus d’une géographie humaine « vidalienne »6 irrécusable.

  • 7 Jean Boutier, Jean-Claude Passeron, Jacques Revel, (éd.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Édi (...)
  • 8 Howard F. Andrews, « The Durkheimians and human geography: some contextural [sic] problems in the s (...)

2Par-delà ces deux périodes de réception de l’œuvre de Ratzel, qui mériteraient de bien plus amples analyses, on souhaite ici réexaminer comment l’œuvre de Ratzel a été mobilisée en France au cours des années 1880-1914, que nous avons qualifiées en titre de période d’installation universitaire de la géographie. Celle-ci se fraie alors sa place en faculté des lettres, en y assumant à la fois la culture de la géographie physique et celle d’une « géographie humaine » qui est présentée, par les auteurs regroupés autour de la revue les Annales de géographie, comme une branche légitime de la géographie : cette géographie humaine va supplanter la vieille « géographie politique » associée anciennement à la « géographie physique ». Le monde savant examine les mérites et les prétentions, mais aussi les œuvres (et en particulier les monographies régionales) de ce que l’on désigne progressivement comme une école : « école de géographie », voire « école française », une branche d’une géographie qui serait d’abord allemande. Il est vrai que la géographie universitaire française s’affirme dans un contexte international d’expansion de cette discipline largement dominé par la science allemande. Mais elle s’affirme aussi, sur le plan national, en se créant une position à l’intérieur du « régime disciplinaire »7 des sciences qui s’instaure alors, s’extirpant de l’histoire et s’incrivant en Lettres aux côtés d’une sociologie en ascension. Comme plusieurs études l’ont déjà montré8, Ratzel figure non seulement dans la bibliographie des géographes mais aussi dans celle des sociologues et, dans les Annales de géographie comme dans l’Année sociologique, ses textes sur le sol, la société, l’État, font l’objet de lectures suivies.

3Pour analyser les formes de la mobilisation de l’œuvre de Ratzel en France, on tâchera de sortir l’analyse d’une lecture disciplinaire classique tout en tenant compte de ce contexte structurel où un système de disciplines s’installe à l’université, la géographie et la sociologie étant de nouvelles venues. À l’aide d’une enquête sur les publications et sur les analyses qui lui ont été consacrées en France, on s’appliquera ici (en négligeant la question de la fidélité à l’œuvre) à repérer les usages auxquels sociologues et géographes ont plié les travaux de Ratzel pour construire leur savoir et pour assurer leur position, dans un champ scientifique en renouvellement. On exposera d’abord les grandes lignes de cette réception, selon notre corpus, puis on présentera successivement les aspirations à une géographie de l’homme renouvelée qui s’expriment dans le champ européen, puis la mobilisation de l’œuvre de Ratzel par les géographes français, enfin sa mobilisation par les sociologues durkheimiens, avant de tenter de comprendre les formes de circulation et d’appropriation auxquelles Ratzel a été soumis.

Une présence multiple dans le référentiel des sciences sociales

4On a tâché d’évaluer la présence de Ratzel dans le référentiel des sciences sociales en analysant plusieurs formes de référence à l’auteur dans la littérature disciplinaire, en particulier chez le chef de file de la géographie française, Paul Vidal de la Blache (1844-1918), et dans les récits du développement de la géographie, et aussi en sociologie et en histoire. On a condensé en un tableau l’essentiel des ouvrages ou articles de Ratzel cités ou recensés dans les revues spécialisées et la plupart des auteurs de recension, et l’on a tenté de figurer l’importance relative de ces références pour les différents auteurs, selon la longueur des textes qu’ils leur ont consacré ; on a aussi indiqué les intercitations entre auteurs (voir Figure 1).

Figure 1. Principaux textes de Ratzel traités ou évoqués et auteurs des articles, notices ou ouvrages, classés selon la discipline de référence du support éditorial

Figure 1. Principaux textes de Ratzel traités ou évoqués et auteurs des articles, notices ou ouvrages, classés selon la discipline de référence du support éditorial

Liste des textes de Ratzel cités (si nécessaire, les chiffres du sigle indiquent le tome puis le no d’édition)
US11, US21: Die Vereinigten Staaten von Nord-Amerika. Physikalische Geographie..., Munich, Oldenbourg, 1878-1880; A11: Anthropo-Geographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte, Stuttgart, Engelhorn, 1882; V11, V21, V31: Völkerkunde, Leipzig, Bibliographisches Institut, 1885-1888; A21: Anthropogeographie. 2: Die geographische Verbreitung des Menschen, Stuttgart, Engelhorn, 1891; US22: Die Vereinigten Staaten von Nord-Amerika. Politische Geographie, Munich, Leipzig, Oldenbourg, 1893; V12, V22: Völkerkunde, Leipzig, Bibliographisches Institut, 1894-1895; PR: « Studien über politische Räume », Geog. Zeitschrift 1, (p. 163-82, 286-302), 1895; SB: Der Staat und sein Boden geographisch betrachtet, Leipzig, Hirzel, 1896; GWS: « Die Gesetze des räumlichen Wachtums der Staaten », Petermanns Geogr. Z. 42, (p. 97-107), 1896; PG11: Politische Geographie, Munich/Leipzig, Oldenbourg, 1897; D: Deutschland. Einführung in die Heimatkunde, Leipzig, Grunow, 1898; A12: Anthropogeographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Gesichte, 1: Stuttgart, Engelhorn, 1899; MV: Das Meer als Quelle der Völkergrösse, Munich, Oldenbourg,1900; U: « Der Ursprung und das Wandern der Völker geographisch betrachtet », Ber. V. K. Säch. Gesell. Wiss. Leipzig Philol., 1900 ; EL11, EL21 : Die Erde und das Leben, Eine vergleichenden Erdkunde, Leipzig/Vienne, Bibliographisches Institut, 1901-1902 ; L : « Der Lebensraum. Eine biogeographische Studie », in : K.Bücher (éd.), Festgäben für Albert Schäffle..., Tubingen, Verlag der Laupp’schen Buchhandlung, (p. 101-89), 1901 ; VS : « Die geographischen Bedingungen und Gesetze des Verkhers und der Seestrategik », Geogr. Zeit. 9, (p. 489-513), 1903 ; PG12, Politische Geographie oder die Geographie der Staaten, des Verkehres und des Krieges, Munich, Oldenbourg, 1903 ; N : Über Naturschilderung, Munich, Oldenbourg, 1904 ; KS : Kleine Schriften, Munich/Berlin, Oldenbourg, 1906 ; RZ : Raum und Zeit in Geographie und Geologie. Naturphilosophisch Betrachtungen, Leipzig, J. Ambrosius Barth, 1907

  • 9 Louis Raveneau, « L’élément humain dans la géographie. L’anthropogéographie de M. Ratzel », Annales (...)
  • 10 Normalien, agrégé d’histoire et géographie, il a fait le voyage en Allemagne en 1888-1889 puis est (...)

5D’une façon générale, la fréquence des publications qui concernent Ratzel, les contenus des textes, l’attention qui lui est portée, montrent combien l’auteur est incontournable pour les géographes français de l’époque. On en retiendra d’abord le nombre des articles qui sont centrés sur les publications de Ratzel dans les Annales de géographie : une note et trois longs articles9 échelonnés de 1891, année de création de la revue, à 1907, trois ans après la mort de l’auteur. Tous les grands livres de Ratzel et leurs éditions successives y sont analysés, soit en eux mêmes, soit pour en dégager les éléments d’une question particulière comme la circulation. Le “patron” de la revue figure parmi les auteurs, mais aussi plusieurs générations de ses élèves : Louis Raveneau (1865-1937), proche collaborateur de Vidal de la Blache dès l’origine de cette entreprise éditoriale10 et des représentants de générations plus jeunes, enrôlés successivement pour nourrir articles, notes et comptes rendus, tels Jules Sion (1879-1940) et G.-H. Hückel (1880-1919).

  • 11 Paul Vidal de la Blache, « La géographie politique… », op. cit.
  • 12 Paul Vidal de la Blache, « La géographie humaine, ses rapports avec la géographie de la vie », Revu (...)
  • 13 L’expression est effectivement nouvelle puisque, sauf usage isolé, elle apparaît en français en 189 (...)

6On ajoutera l’attention particulière que Vidal de la Blache lui a accordée, dans la revue ou dans d’autres publications. Outre l’article sur « La géographie politique, d’après les travaux de M. Frédéric Ratzel » paru dans les Annales de géographie de 1898, Vidal11 publie de nombreuses recensions des articles et brochures de Ratzel, presque autant que de notices consacrées aux autres géographes allemands. Avec un article intitulé « La géographie humaine, ses rapports avec la géographie de la vie », Vidal12 adresse en 1903 à la Revue de synthèse historique une sorte d’acte de fondation de la géographie humaine, expliquant à ses pairs l’intérêt de ce quasi néologisme13 avec l’intention explicite de prouver la légitimité du domaine de savoir qu’il désigne ainsi, et il y attribue à Ratzel un rôle majeur dans la transformation décisive accomplie depuis Carl Ritter dans ce domaine ancien de la géographie politique ou géographie de l’homme.

  • 14 Cf. Jean Brunhes, « Les principes de la géographie moderne », La Quinzaine, 16 septembre, 1897, 34  (...)
  • 15 Jean Brunhes, La Géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples, Paris (...)
  • 16 Jean Brunhes, « Friedrich Ratzel (1844-1904) », La Géographie X, 1904, (p. 103-108).
  • 17 Camille Vallaux, Géographie sociale : la mer, Paris, Doin, 1908 ; Camille Vallaux, Géographie socia (...)

7Ratzel est aussi amplement commenté par plusieurs géographes qui veulent initier un public moins spécialisé à la géographie « moderne » ou « nouvelle »14, publiant dans la Revue historique en 1900, dans la Revue des Deux Mondes en 1906, dans le Journal des savants en 1908. Durant cette première décennie du siècle, deux géographes s’illustrent par des références plus marquées à Ratzel : Jean Brunhes (1869-1930), dont la thèse de géographie comparée sur l’irrigation, soutenue en 1902, porte en sous-titre « étude de géographie humaine », et qui est l’auteur du premier ouvrage en français consacré à la géographie humaine15 (1910), dans lequel il reprend presque intégralement la nécrologie très chaleureuse qu’il a consacrée à Ratzel16 ; Camille Vallaux (1870-1945)17, qui a assorti sa thèse sur la Basse-Bretagne du même sous-titre (1907), et qui publie en 1908 et 1911 deux livres dont les thèmes portent sur des objets emblématiques de la géographie politique de Ratzel (la mer, l’État), mais qui passe de l’adhésion avouée à ses idées à une distanciation ostensible, et qui centre sa critique sur la notion de Raum.

  • 18 Friedrich Ratzel, « La Corse, Étude anthropogéographique », Annales de géographie, 1899, (p. 304-32 (...)
  • 19 Friedrich Ratzel, « Le sol, la société, l’État », L’Année sociologique III, 1900, (p. 1-14). Selon (...)

8La parution dans les Annales de géographie d’un article signé par Ratzel18 marque aussi sa notoriété du côté français. Cependant, aucune autre traduction des livres ou brochures de l’auteur n’est publiée en France à l’époque – il faut attendre la décennie 1980 pour de telles publications. Un autre texte de Ratzel19 est pourtant publié en français en 1900, mais dans la revue des sociologues durkheimiens, ce qui manifeste l’intérêt que lui portent également Durkheim et son réseau. Ratzel fait en effet l’objet d’une lecture relativement assidue de leur part, l’Année sociologogique recensant régulièrement les publications dues à ou inspirées par Ratzel, du premier volume de l’Année, publié en 1898, jusqu’en 1913 ; la première notice paraît dans la section « Divers », sous la rubrique de « Sociogéographie » créée par Durkheim en 1898, et les suivantes dans la section « Morphologie sociale », qui s’y substitue. D’autres références directes puis indirectes à Ratzel paraissent dans la revue en 1913.

  • 20 Paul Vidal de la Blache, « La géographie politique… », op. cit.
  • 21 Jean Brunhes, « Du caractère propre et du caractère complexe des faits de géographie humaine », Ann (...)

9Ratzel bénéficie finalement de lectures plurielles et entre-croisées, qui débordent du seul champ francophone : plusieurs de ses ouvrages sont commentés en parallèle par des géographes et des sociologues, notamment par Vidal de la Blache et par Durkheim ; il arrive en outre à ce dernier de traiter dans la même rubrique de la Politische Geographie de Ratzel et de l’article que lui a consacré Vidal20 (les deux comptes rendus étant eux-mêmes cités dans une note du géographe Jules Sion) ; un géographe, tel Jean Brunhes lors de son cours d’ouverture de la chaire de géographie humaine au Collège de France, salue un article de Marcel Mauss, lors même que l’auteur y critique les principes de « cette discipline spéciale qui a pris le nom d’anthropogéographie [fondée par Ratzel] »21 ; enfin, à l’occasion de collaborations entre des auteurs des deux groupes, c’est un géographe, Albert Demangeon (1872-1940), qui signe les notices consacrées à des livres indexés sur Ratzel : l’ouvrage de Vallaux sur Le sol et l’État et celui de l’Américaine Ellen Semple (1863-1936), Influences of geographic environment, on the basis of Ratzel’s system of Anthropogeographie.

  • 22 Henri Hauser, L’enseignement des sciences sociales. État actuel de cet enseignement dans les divers (...)

10Enfin, dernier indicateur, de la décennie 1890 aux années 1910-14, les histoires de la géographie, et plus spécifiquement les récits d’origine de la géographie humaine, que plusieurs auteurs rédigent alors en accompagnement de la promotion de la géographie comme science autonome et légitime, placent Ratzel aux tout premiers rangs, dans le rôle d’un rénovateur au rôle décisif, même s’il est aussi criticable – Humboldt et Ritter (celui-ci pour la géographie humaine) étant de leur côté (et depuis les années 1860 au moins) considérés comme les fondateurs de la géographie moderne, elle-même continuatrice d’une tradition antique. Si les indicateurs que nous avons retenus attestent d’un présence massive de la référence ratzélienne dans la production des géographes, ils montrent aussi sa présence mesurée mais durable dans celle des sociologues durkheimiens, voire aussi dans celle d’historiens proches de la géographie et partisans du développement des sciences sociales, tel Henri Hauser (1866-1946)22, accompagnée parfois par des formes de co-présence et par des interférences entre disciplines. N’est-ce pas le signe que Ratzel est l’objet d’usages significatifs dans le développement de l’ensemble des sciences sociales françaises et pas seulement dans celui de la géographie ? Ratzel serait-il un marqueur des enjeux de ce champ émergent ?

L’audience de l’anthropogéographie et les tensions dans le champ international

  • 23 Émile Levasseur, « Les méthodes de l’enseignement géographique », Revue politique et littéraire, 18 (...)
  • 24 P. Coones, Mackinder’s « Scope and methods of geography » after a hundred years, Oxford, School of (...)

11Depuis le début des années 1870, les géographes français partagent avec leurs collègues étrangers une même aspiration au développement, à côté de la géographie physique, d’une géographie de l’homme dépoussiérée par rapport à l’ancienne géographie politique. Un Émile Levasseur (1828-1911), savant polyvalent et réformateur de l’enseignement primaire et secondaire, a su innover en valorisant la géographie économique, instituant par ses textes didactiques et par son cours au Collège de France trois divisions : « géographie physique, ou science de la nature, géographie politique, ou science de l’homme et des divisions qu’il a tracées sur le sol, géographie économique, ou science des œuvres de l’homme incorporées dans le sol23 ». Mais cette géographie politique historique ou administrative reste désuète aux yeux des réformateurs tournés vers le monde contemporain. Et cette insatisfaction à l’égard de la géographie politique est partagée ailleurs qu’en France. Elle est ainsi l’objet d’une critique diffuse en Grande-Bretagne dès les années 1870, et Halford J. Mackinder (1861-1947), l’un des propagandistes les plus écoutés d’une nouvelle géographie (la « New geography » selon ses termes, repris par la grande presse en 1885-86), se plaint dans ses conférences de ce que la géographie politique soit « un terme insuffisant pour les aspects humains de la géographie ». Il adopte progressivement l’expression de « human geography », avant de devenir géopoliticien avant la lettre24.

12La décennie 1880 semble propice à une certaine cristallisation des aspirations : alors, dans un vocable peu fixé (et sans qu’il s’y trouve de référence explicite à Ratzel), les géographes réunis au congrès international de Paris, en 1889, expriment le vœu que l’« anthropo-géographie », ou l’« ethnographie », ou l’« étude de l’homme », soit introduite dans les grandes classes des lycées et dans le haut enseignement :

  • 25 « Groupe V, Géographie pédagogique, séance du 6 Août », in : IVe Congrès international des sciences (...)

M. Camena d’Almeida, en admettant le terme d’anthropogéographie, comme équivalent à celui d’ethnographie, insiste sur l’idée de faire, en philosophie, un cours récapitulatif de géographie, où il serait donné une plus large place à l’étude de l’homme. […] M. du Fief établit que, sous le nom d’ethnographie, d’anthropologie ou d’ethnologie, peu importe, il faut enseigner quelque part les rapports de l’homme avec le sol. Mais il faut séparer l’histoire de la géographie. […] M. le Président résume la discussion en établissant que trois questions se posent : en premier lieu, on a proposé de développer l’enseignement de la géographie au degré supérieur en y introduisant l’ethnographie ou anthropo-géographie. Cette proposition est mise aux voix et adoptée25.

  • 26 Sections Anthropogeographie und Völkerkunde (Berlin, 1899), Anthropogeography (USA, 1904), « Anthro (...)

13Accompagnant un processus de professionnalisation des congressistes (la majorité étant formée d’enseignants des divers ordres scolaires à partir de 1885, aux dépens de la catégorie des voyageurs, journalistes, explorateurs, industriels, commerçants, etc.), les congrès internationaux de géographie se sont organisés autour de sections spécialisées, dont une section consacrée à l’« Anthropogeographie » qui a été créée sous ce terme (ou ses traductions directes) à partir du congrès de Berlin de 189926. Le premier ouvrage de Ratzel paru sous ce titre date de 1882 ; c’est aussi le titre de sa chaire de Leipzig (1886). La plupart des géographes de l’époque attribue ouvertement ce terme d’« Anthropogeographie » à Ratzel, tels Raveneau en 1892, le géographe italien Olinto Marinelli (1876-1926), qui est recensé par Lucien Gallois (1857-1941) en 1895, Brunhes en 1906, Bertrand Auerbach (1856-1942) en 1908… Cette appellation nouvelle semble donc faire date dans le champ international, sans s’imposer complètement encore dans le lexique en 1889 – mais dans ce contexte précis d’un congrès international, s’agit-il de traduction, ou bien d’étiquette pour désigner un champ de connaissances qui n’est pas encore fixé et qui est objet de débats au sein de l’assemblée, tant pour le contenu qu’il désigne que pour sa place dans l’enseignement secondaire et dans l’université ?

  • 27 En 1900, dans le plan de classement de la Bibliographie, la rubrique de « Géographie humaine » se s (...)
  • 28 En 1906, pour la première fois, une partie de géographie humaine est inscrite dans des programmes s (...)

14Selon le cas, ce terme est adopté, traduit dans la langue nationale, ou non. Mais il y a partout des discussions terminologiques, révélatrices de tensions dans ce champ international où s’élaborent des savoirs renouvelés. Le processus dure longtemps et, durant ce processus, les modes de distanciation d’avec Ratzel ou d’avec la science allemande ne manquent pas, soit que les auteurs raillent un certain style savant, soit qu’ils fustigent les effets d’une domination culturelle. Dans les Annales de géographie, alors que les expressions de « géographie politique », d’« anthropogéographie » et de « géographie humaine » coexistent à partir de 1891, la géographie humaine l’emporte au tournant du siècle, aussi bien pour organiser les rubriques27 de la Bibliographie et les tables annuelles des Annales de géographie que pour distinguer mémoires ou thèses et, bientôt, pour désigner une partie du programme de géographie générale introduit dans l’enseignement secondaire28. Ainsi des fluctutations de Vidal de la Blache commentant en 1898 la Politische Geographie :

  • 29 Paul Vidal de la Blache, « La géographie politique... », op.cit., p. 98.

La géographie politique constitue à strictement parler un développement spécial de la géographie humaine. C’est ainsi que paraît l’entendre M. Ratzel. Mais dans les applications de la géographie à l’homme, c’est toujours de l’homme par sociétés ou par groupes qu’il s’agit, de telle sorte qu’on peut se croire autorisé à donner au nom de géographie politique un sens plus large et à l’étendre à l’ensemble de la géographie humaine29. […]

  • 30 Ibid., p. 103-104.

Au-dessus des aspects spéciaux de la géographie botanique, zoologique, politique ou humaine, il y a, les embrassant tous, ce qu’on peut appeler la géographie de la vie. La géographie humaine ou politique doit donc être conçue comme faisant partie d’un ensemble. […] Elle plonge ses racines dans la géographie générale30.

  • 31 Paul Vidal de la Blache, La Terre : géographie physique et économique, histoire sommaire des découv (...)
  • 32 Olinto Marinelli, « Alcune questioni relative al moderno indirizzo della geografia », Rivista geogr (...)

15En France (ainsi qu’on le précisera ci-dessous), le syntagme conquérant de géographie humaine connote certainement une naturalisation et plus précisément une biologisation de l’approche géographique de l’homme, comme on le comprend dans les textes programmatiques de Vidal, et le vocable ancien de politique ne convient plus du tout pour désigner la nouvelle branche de la discipline (en 1883, Vidal de la Blache31 entendait la géographie politique comme « l’étude des villes, États et autres établissements humains dans leurs rapports avec le sol, [dont] ce monde d’êtres vivants, animaux ou plantes, dont nous sommes environnés et dont notre existence dépend »). Il en va sans doute de même en Italie, où il est parfois question de « geografia umana », par exemple chez Olinto Marinelli, géographe de Florence, qui cite amplement les approches biogéographiques de Ratzel – mais qui semble plutôt adopter son expression (antropogeografia)32.

  • 33 Lettre du 9 Août 1898, citée dans Mariel J. Brunhes-Delamarre, « Jean Brunhes (1869-1930) », Les gé (...)
  • 34 En titre de Vidal, « La géographie politique… », et dans la phrase d’incipit – par ailleurs il écri (...)
  • 35 Emmanuel de Martonne, « La vie des peuples du Haut-Nil. Explication de trois cartes anthropogéograp (...)
  • 36 Archives Mariel J.-Brunhes-Delamarre – consultation en 1990.
  • 37 Bertrand Auerbach, « L’évolution des conceptions et de la méthode en géographie », Journal des sava (...)
  • 38 Bertrand Auerbach, « La Lorraine, essai de chorographie », Revue de géographie 1, 1890, (p. 175-185 (...)

16Mais les variations sur les termes utilisés durant deux décennies pour parler de la géographie de l’homme traduisent souvent, en France comme dans d’autres pays qui sont à l’écoute de la science allemande, des susceptibilités nationales. Certes avec des différences interpersonnelles et avec des évolutions au fil du temps. On note par exemple ces mots de Vidal de la Blache à Brunhes à propos d’une éventuelle thèse sur l’Andalousie : « Je ne vois pas comment vous ne pourriez pas y faire preuve des qualités de géographe-historien ou d’anthropogéographe – pardon pour cet affreux mot –, aussi bien que de géographe naturaliste33 », une remarque esthétisante de Vidal qui accompagne son étonnante francisation du prénom de Ratzel34, et qui se traduira plus formellement par son adoption rapide de l’expression de géographie humaine (peu apte, en revanche, à être déclinée en « géographe humain » !). Emmanuel de Martonne (1873-1955) traduit le terme allemand, sans aucune modalisation, mais en concurrence avec « géographie humaine », dans son premier article publié, où il renvoie d’emblée au nom de Ratzel35 ; mais quelques années plus tard, dans une petite carte qu’il adresse à Brunhes pour le féliciter de la parution de sa Géographie humaine, il reproche à l’auteur d’abuser de termes allemands, comme s’il devait se plier à la « sainte langue » de la géographie36. En 1908, Auerbach ironise sur le côté « doctoral » du terme d’anthropogéographie37, – un exemple parmi d’autres de la « terminologie pseudo-grecque si chère aux Allemands » qu’il raillait déjà vingt ans avant38.

17Dans sa critique de Ratzel, Raveneau avait relevé ses vices de forme – ses obscurités, ses lourdeurs et ses artifices :

  • 39 Louis Raveneau, « L’élément humain dans la géographie… », op. cit., p. 345.

Les chapitres pris isolément sont clairs ; au début M. Ratzel a pris la peine de les encadrer entre un texte, un préambule et une conclusion, ce qui les fait ressembler à des Élévations sur les mystères de l’Anthropogéographie ; cet artifice même prouve que M. Ratzel n’est pas sûr de les avoir enchaînés ensemble par un lien logique.39

  • 40 G.-A. Hückel, « La géographie de la circulation selon Friedrich Ratzel… », op. cit., p. 403.

18Avec moins de malice, mais en précisant qu’il allait présenter les idées de Ratzel sur la circulation « selon nos habitudes françaises de classement », Hückel40 pointait aussi des soucis d’ordre et de clarté...

19En Italie, un petit plaidoyer du géographe Filippo Porena en faveur de l’usage d’expressions d’origine latine, telles « geografia umana » et « geografia naturale » – dont les équivalents, remarque-t-il à juste titre, ont été adoptés en France pour classer la matière géographique des Annales de géographie –, souligne clairement les rapports de forces internationaux qui sous-tendent les choix terminologiques et plus généralement les préventions des savants de l’époque :

  • 41 Filipo Porena, « L’unico equivalente latino di geografia antropica », Revista geografica italiano I (...)

En attirant l’attention des lecteurs [sur le choix des géographes français], nous ne voulons pas prétendre que les illustres rédacteurs du périodique parisien ont voulu se conformer à nos souhaits. Le crédit de la science italienne, comme celui de l’art italien, est en baisse. L’inspiration se situe aujourd’hui au Nord ou à l’Est, ou de n’importe quel côté de la rose des vents, mais pas au Sud41.

20Le champ international de la géographie, espace de circulation et d’échanges, est un champ de forces avec ses centres inégaux et ses périphéries.

L’ascension de la géographie humaine dans une matrice française

  • 42 Avis aux lecteurs, Annales de géographie, 1891-1892, p. 1.
  • 43 Ibid.

21En France, un double processus de déclassement de la catégorie géographie politique face à la promotion de la géographie humaine et de substitution de l’expression de la géographie humaine à celle d’anthropogéographie s’opère au cours d’un travail collectif qui est rassemblé notamment dans les Annales de géographie. Les deux premiers directeurs, Marcel Dubois (1856-1916) et Vidal de la Blache, affirment vouloir faire de cette nouvelle revue, créée en 1891, l’« organe autorisé42 » qui manque à la géographie française. Pour ce faire, articles de fond, comptes rendus critiques et bibliographiques, informations, appel à des auteurs d’horizons divers, devraient permettre d’atteindre cet objectif que les sociétés de géographie ou la presse ne réalisent pas : donner sens aux connaissances nouvelles en les rattachant « logiquement à tout un passé de recherches et de travaux analogues43 ».

  • 44 Alfred Hettner, Die Ziele der Geographie des Menschen, recensée par Hückel dans la Bibliographie de (...)

22La critique et le commentaire des travaux de Ratzel sont essentiels dans la construction savante qui est visée, comme le montrent la fréquence et la variété des recours qui sont faits à son œuvre, l’ampleur des intercitations entre auteurs, qui forment une sorte de chaîne liant les articles des uns et des autres (Figure 1). Il faudrait ajouter, sans doute, mais le prouver exigerait une autre étude, que la polarisation sur son œuvre s’opère au détriment de celle d’autres géographes allemands qui se sont spécialisés aussi en géographie de l’homme, qui peuvent être de plus grand renom dans leur pays, ou dont la réflexion théorique serait pertinente au regard du projet de fondation dont les géographes français des Annales sont animés : ainsi de Otto Schlüter, et de Alfred Hettner44, dont les Annales de géographie négligent les recherches théoriques sur la géographie et sur une Geographie des Menschen.

Anthropogeographie, géographie humaine et « point de vue biogéographique »45

  • 45 Paul Vidal de la Blache, « La géographie humaine… », p. 222.
  • 46 Marie-Claire Robic, « L’invention… », op. cit.
  • 47 Louis Raveneau, « L’élément humain… », op. cit.
  • 48 Numa Broc l’a crédité d’avoir été « l’inventeur » de Ratzel en France : Numa Broc, « La géographie (...)

23L’œuvre de Ratzel, notamment l’Anthropogeographie puis la Politische Geographie, devient dès la fin de la décennie 1880 une référence vive qui relaie celle d’autorités anciennes parmi lesquelles figure en première place Carl Ritter. Comme nous l’avons conclu pour comprendre l’ascension de la géographie humaine en France46, la mobilisation de la référence-Ratzel contribue à la construction de cette géographie de l’homme par laquelle Vidal et son réseau, constitué de Normaliens formés à l’histoire, s’émancipent du double ascendant de l’histoire et de la géologie pour construire une discipline indépendante acceptée comme telle dans le champ universitaire. En premier lieu, l’Anthropogeographie est utilisée comme la preuve en acte qu’une science, originale et méthodique, peut traiter d’un problème ancien, celui des relations de l’homme avec la terre. Selon Raveneau47, qui en rend compte parmi les premiers48, ceci vaut dans la version classique, rittérienne, du sujet, que le premier volume de l’Anthropogeographie reprend sous le titre Principes de l’application de la géographie à l’histoire ; mais, à ses yeux, le second volume – La répartition de l’homme sur la terre – renouvelle la question et l’aborde de façon plus positive. On remarque que Raveneau distingue les deux volumes du point de vue de leur mérites par rapport à des disciplines voisines (l’histoire, l’ethnographie, la statistique) ou à d’autres branches de la géographie, marquant par là l’un des enjeux que les géographes affrontent, autonomiser leur discipline :

  • 49 Louis Raveneau, « L’élément humain… », op. cit., p. 332-333 ; il n’y a pas d’italiques dans le text (...)

L’anthropogéographie ne consiste pas seulement dans l’application de la géographie à l’histoire. Ainsi entendue, ou bien elle se transformerait en une philosophie de la géographie […] ou bien au contraire, humble servante de l’histoire, elle se contenterait d’inspirer un Michelet, un Curtius : par un chemin détourné et par une servitude volontaire, elle se replacerait vis-à-vis de l’histoire dans une position inférieure […]. Au vrai, l’anthropogéographie étudie l’extension et la répartition de l’homme sur la terre : elle est proprement la géographie humaine. […] M. Ratzel réduira ces sciences à leur rôle propre, celui d’auxiliaires : il s’efforcera de renouer les liens qui nous attachent à la terre, et en étudiant l’homme, de ne jamais perdre de vue la place qu’il occupe sur le globe (Stelle), l’espace où il se meut (Raum), le cadre qui le limite (Rahmen)49.

24Brunhes reprendra très tôt cette présentation des apports de Ratzel, dans un article à visée promotionnelle où il insiste fortement sur la question de la méthode et sur la notion de « connexité », c’est-à-dire de relations réciproques entre phénomènes, sur laquelle les géographes français insistent :

  • 50 Jean Brunhes, « Les principes… », op. cit., p. 21.

Voilà comment doit être entendue la recherche des causes dans la géographie humaine. Les faits humains et les phénomènes naturels ont entre eux de perpétuelles connexions : l’homme se rattache à la terre par le cadre qui limite son activité, der Rahmen, par l’espace où il se meut, der Raum, et par la place même qu’il occupe, die Stelle : ce sont ces expressions adoptées par le géographe Ratzel dans son Anthropogeographie. Au lieu du mot d’anthropo-géographie, disons, si vous voulez, plus simplement géographie humaine ou géographie politique, à la condition de rendre au mot politique sa force et son sens étymologiques, et d’oublier les énumérations sèches et stériles qui s’étalent trop souvent sous cette étiquette. En tout cas sachons bien selon quelle méthode doit être conçue l’étude géographique de l’homme50.

25Dans une série d’articles visant à examiner transversalement à l’œuvre de Ratzel la thématique de la circulation, Hückel reprend cette présentation des notions essentielles, traduisant plutôt Raum par espace (Vidal le traduisant par « étendue » autant que par « espace »).

  • 51 Gerhard H. Müller, « Friedrich Ratzel, fondateur d’une “biogéographie générale” », dans Actes du 11 (...)
  • 52 Selon Pascal Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1988, p. 51.
  • 53 Wilhelm Schimper, Pflanzengeographie auf physiologischer Grundlage, Jena, Gustav Fischer, 1898 ; Eu (...)

26Mais c’est surtout par l’idée que la géographie humaine relève d’une « biogéographie », ou encore, selon ses propres termes d’une « science de la vie », que Vidal construit la conception de la géographie humaine qui sera entérinée par plusieurs de ses élèves. Il emprunte certes à Ratzel la notion de Biogeographie51. Mais la définition écologique que donne Vidal de la géographie humaine associe la source ratzélienne à l’inspiration naturaliste qu’il puise chez des botanistes néo-lamarckiens français, Gaston Bonnier et Charles Flahault, qui publient dans les Annales de géographie, et qui sont eux-mêmes inspirés par les travaux des « fondateurs » de l’écologie52, Eugen Warming et A.F.W. Schimper53. Cette « géographie humaine » que Vidal présente en quelque sorte officiellement en 1903 sur la scène des sciences sociales françaises et de la philosophie dans la Revue de synthèse historique relève – comme son titre l’indique – de la « géographie de la vie » :

  • 54 Paul Vidal de la Blache, « La géographie humaine… », op. cit., p. 220-221. Vidal utilise tant les t (...)

Le nom de géographie humaine semble depuis quelque temps s’acclimater en France pour désigner un ensemble de notions qu’exprimaient insuffisamment les noms plus connus de géographie politique ou économique. Il répond à ce que les Allemands appellent anthropogéographie. Un nom nouveau n’exprime pas toujours une chose nouvelle : ici, pourtant, c’est le cas. On verra, je l’espère, par les explications qui vont suivre, que sous ce titre il convient d’entendre un ordre de recherches procédant de certains principes de méthode. […] [La géographie humaine] tire son origine et son nom des mêmes causes qui ont donné lieu à des sciences appelées géographie botanique, et géographie zoologique54.

  • 55 Ibid., p. 231.

27Et Vidal d’estimer l’apport original de Ratzel, dans la lignée un peu estompée depuis Ritter : « Le mérite d’avoir reconstitué la géographie humaine sur la base de la méthode biologique appartient à M. Frédéric Ratzel55. »

  • 56 Pascal Acot, Histoire…, op. cit.

28Mais, ce faisant, il resémantise l’œuvre de Ratzel en substituant à son darwinisme, lié à sa formation initiale de zoologue et à sa proximité avec le naturaliste darwinien Moritz Wagner, sinon une théorie réfléchie, du moins l’imprégnation néolamarckienne caractéristique des écologues français56. À ce titre, Vidal développe à nouveaux frais la vieille notion de « genre de vie » qui devient, associée aux concepts de « milieu » et d’« adaptation » (où il faudrait souvent entendre une action réciproque hommes-milieux), le concept central de la géographie humaine à la française ; il interprète dans cette problématique d’interactions hommes-milieux les densités de population, les modes d’habitat, la circulation, etc.

  • 57 Albert Demangeon, Dictionnaire de géographie, Paris, Colin, 1907.

29Demangeon entérine ce paradigme écologique, en comprenant dans son Dictionnaire de géographie57, sous la catégorie de « géographie biologique », la même série naturaliste : géographie « botanique », géographie « zoologique » et géographie « humaine ». Dans une direction plus centrée sur les effets que l’action humaine imprime à la surface de la terre, Brunhes constitue, de son côté, une bibliothèque photographique du monde qui interroge la géographie humaine concrète : faits d’exploitation stérile, productive ou destructrice (la notion de Raubwirtschaft empruntée à un élève de Ratzel).

La politische Geographie au vif d’une réflexion sur l’État-nation

  • 58 Jules Sion, « La seconde édition de la Politische Geographie… », p. 171. L’expression a été utilisé (...)
  • 59 Comme Claude Raffestin, Géopolitique…, op. cit., p. 29, nous gardons ce terme, afin d’éviter les ef (...)
  • 60 Paul Vidal de la Blache, « Le principe de la géographie générale », Annales de géographie, 1896, (p (...)

30La construction de la géographie humaine s’est faite au vif des publications successives de Ratzel, parmi lesquelles la Politische Geographie. Ratzel conçoit d’abord la politische Geographie comme une partie de l’anthrogéographie, avant de s’y investir de plus en plus en lien avec son engagement géopolitique, de sorte que sa réflexion se centre sur l’État et sur les conditions de sa puissance. Les critiques de sa deuxième édition relèvent l’optique belliqueuse affichée par le sous-titre (die Geographie der Staaten, des Verkehres und des Krieges) et stigmatisent la portée de l’ouvrage : rappelons qu’en 1904, Jules Sion taxe cette édition de « vrai manuel d’impérialisme [dont] plusieurs des théories [ont trouvé] leur illustration naturelle dans les événements accomplis depuis 189758 ». Les géographes ont suivi la débauche d’articles et de brochures que Ratzel a diffusés sur la domination de l’espace et sur la question du Lebensraum59. Pour les géographes, et pour Vidal de la Blache en particulier, le travail sur la politische Geographie a eu deux faces. Comme le montrent ses réflexions sur la diversité des acceptions possibles de la géographie politique (ci-dessus), il s’est agi pour lui de penser les articulations de la géographie et la place de la géographie de l’homme dans la géographie générale, qui a fait l’objet de son premier « grand article »60 dans les Annales de géographie.

  • 61 Paul Vidal de la Blache, Tableau de la géographie de la France, T. 1 de Ernest Lavisse (éd.), Histo (...)
  • 62 Friedrich Ratzel, Deutschland. Einfürhung in die Heimatkunde, Leipzig, F.W. Grünow, 1898.
  • 63 Jean-Yves Guiomar, « Le Tableau de la géographie de la France de Vidal de la Blache », in : Pierre (...)
  • 64 Marie-Claire Robic, « National identity in Vidal’s Tableau de la géographie de la France : from pol (...)

31Mais la tâche des géographes a été aussi de contribuer par leur œuvre à l’inculcation nationale, de célébrer la singularité de chaque État-nation – exception ou Sonderland –, et les géographes y ont tous participé de fait, de façon critique comme un Élisée Reclus (1830-1905), et plus souvent avec conviction. La rédaction par Vidal61 du Tableau de la géographie de la France constitue un cas parmi d’autres de ce passage obligé, cette géographie nationale s’insèrant dans une courte série qui accompagne l’émergence de la géographie dans les pays occidentaux, tel le petit ouvrage, Deutschland62, de Ratzel. Le statut du Tableau est exceptionnel, car il est salué unanimement par les géographes et par la critique intellectuelle comme un monument de la géographie ; mieux, il prend place dans la littérature nationale, à la fois comme le digne successeur des tableaux de la France entamés par Michelet et comme la preuve de la réussite de la géographie française63. Mais, en l’année de sa parution, 1903, on ne le salue pas comme une œuvre de géographie politique : le Tableau est reçu comme un monument de géographie humaine64.

  • 65 Marie-Claire Robic, « Territorialiser la nation. Le Tableau entre géographie historique, géographie (...)
  • 66 Ibid., p. 186-187.
  • 67 Paul Vidal de la Blache, Tableau…, op. cit., p. 8.
  • 68 Ibid.

32Or le rapport particulier que Vidal de la Blache entretient avec cette politische Geographie élaborée par Ratzel au prix de force publications consiste à en faire une base de sa réflexion pour concevoir la géographie de la France dont il a reçu commande65. Ce que révèlent en effet non les références internes au Tableau de la géographie de la France, rares et constituées d’autorités classiques, mais les documents archivistiques qui accompagnent la rédaction de cet ouvrage, c’est tout ce que le texte doit à un commerce assidu avec cette géographie politique de Ratzel. Comme le montrent brouillons, carnets de travail, notices et comptes rendus critiques, Vidal soumet les textes de Ratzel sur le sol et l’État ou sur les espaces politiques à un dialogue critique obstiné, au cours duquel il teste la validité des « lois » énoncées par Ratzel au regard du cas de la France. L’écriture du Tableau a donc constitué une « pierre de touche »66 dans sa lecture de Ratzel et, plus largement, dans sa réflexion sur la géographie politique. À ce titre, Vidal critique nombre des généralisations de Ratzel, par exemple telle loi de croissance qui, si elle est conforme au cas français, lui paraît infirmée par le processus de formation des États-Unis ou des colonies récentes. Il apprécie en revanche sa notion de « virtualité » d’un pays. Au total, le travail que Vidal consacre à établir la « personnalité »67 de la France, une notion relevant de la géographie humaine selon ses propres mots, perd la dimension politique qui transparait dans les seuils de l’ouvrage et naturalise la production discursive de cette « individualité géographique »68 nationale.

  • 69 Bertrand Auerbach, « Le Tableau de la géographie de la France de M. Vidal de la Blache », Revue gén (...)
  • 70 Ibid.

33De cette gestation en dialogue avec Ratzel, il n’a pas été question lors de la réception du livre, sauf exception. C’est le cas de l’un de ses collègues géographes les plus familiers avec la géographie allemande et les plus attentifs aux formes politiques de l’Europe contemporaine, Auerbach. Dans son long compte rendu, celui-ci signale une double innovation scientifique. Innovation par rapport à un genre ancien d’abord : « on se tromperait en cherchant ici un essai ou un modèle de cette science – un peu bâtarde – qui se qualifie de Géographie historique. C’est ici proprement de la Géographie humaine », estime-t-il69, et innovation par rapport à un modèle étranger, Vidal ayant, selon lui, « moins résumé que repensé les idées de Ratzel [de Politische Geographie] 70 ».

34Un autre commentateur avisé est le sociologue Georges Bourgin, qui estime :

  • 71 Georges Bourgin, « L’“Histoire de la France” de Ernest Lavisse, tomes 1 à 5 », Revue de synthèse hi (...)

[…] M. Vidal de la Blache situe l’histoire de France dans son habitat de la façon la plus claire qui soit. […] tout ce dont la science s’est enrichie depuis l’époque où écrivait Michelet, toutes les notions suggestives de la géographie politique presque définitivement élaborée [par Ratzel], ont passé dans la synthèse de M. Vidal de la Blache et l’on n’a pour ainsi dire pas à regretter l’émotion dont s’animait la sensibilité de l’historien romantique à la vue idéale du territoire français, car, dans la connaissance précise des faits de géographie humaine accumulés ici, il y a une joie d’une autre espèce, mais qui la vaut71.

35Ce travail qui contribue au « roman national » conduit donc à une seconde voie de réduction ou de transformation de la géographie politique en une géographie humaine. La première réduction concernait l’ancienne géographie politique, qui a été absorbée par une géographie humaine naturalisante ; il s’est agi cette fois de réduire la nouvelle « géographie politique » de Ratzel, centrée sur l’expansion spatiale de l’État, à une approche territoriale qui célèbre l’intimité matricielle entre un peuple et son sol.

  • 72 Camille Vallaux, La Mer, op. cit. ; Camille Vallaux, Le sol et l’État, op. cit.
  • 73 Camille Vallaux, La Mer…, préface, p. 1.

36Deux auteurs, Vallaux et Brunhes, ont poursuivi cependant le dialogue sur ce plan avec Ratzel. Avant la guerre, c’est surtout Vallaux qui s’est mesuré à sa géographie politique, tout en adoptant le sous-titre de géographie sociale, sur lequel il ne s’explique pas, pour deux livres publiés en 1908 et 191172. Travaillant d’abord sur la mer, il admet d’emblée une « influence prépondérante des idées de Ratzel », et affirme s’être « efforcé de repenser […] les idées maîtresses exprimées dans l’Anthropogeographie et surtout dans la Politische Geographie au sujet de l’adaptation de la vie humaine collective à la mer73 ». Puis, en 1911, il se fait ouvertement critique :

  • 74 Camille Vallaux, Le sol et l’État, préface, n. p.

Bien que le présent volume traite en raccourci le même sujet que la Politische Geographie de Fr. Ratzel, il en diffère profondément par la méthode et par l’inspiration. La géographie politique de Ratzel n’est ni assez objective, ni assez dégagée du souci du présent. Ce qu’elle contient de meilleur lui vient des travaux précédents du géographe allemand, Anthropogeographie et Die Erde und das Leben. Nous avons essayé, nous ne dirons pas de faire mieux, mais de faire autrement, afin de séparer du journalisme la géographie politique, et d’en faire, dans la mesure de nos forces, une science véritable74.

  • 75 Vallaux associe à l’étendue pure les phénomènes physiques et humains qui caractérisent telle ou tel (...)
  • 76 Au départ de la collection, Vallaux a en charge Géographie sociale. Le Sol et Géographie sociale. L (...)

37Vallaux met alors en question la notion ratzélienne centrale, Raum, en opposant à la notion d’espace, qu’il juge trop abstraite, celle de « différenciation » (on pourrait peut-être dire aujourd’hui « différenciation spatiale »75. Par ailleurs il n’adopte aucunement la conception ratzélienne de l’État comme organisme. Le nombre de références qu’il fait à Vidal et au Tableau montre que, pour Vallaux, Vidal a contribué de fait à une géographie politique. Que lui-même conserve le titre de géographie sociale pour la géographie de l’État qu’il vise explicitement, tout en évoquant les « sociétés politiques » en général, renvoie peut-être au contexte éditorial dans lequel se situe son ouvrage76 : une contribution à la Bibliothèque de sociologie dirigée par Gaston Richard, qui envisageait de réunir plusieurs spécialistes dans un programme de sciences sociales.

De la morphologie sociale et de la géographie

  • 77 Philippe Besnard, « La formation de l’équipe de l’Année sociologique », Revue française de sociolog (...)
  • 78 Victor Karady, « Stratégies de réussite et modes de faire-valoir de la sociologie chez les Durkheim (...)
  • 79 Ibid., p. 75.
  • 80 Ibid.

38Seules les publications de Ratzel de la deuxième moitié de la décennie 1890 donnent lieu à des comptes rendus approfondis de la part des Durkheimiens. Cette rencontre avec l’œuvre de Ratzel s’est opérée dans le cadre d’une organisation collective qu’Émile Durkheim (1858-1917) a mise en place, après sa thèse sur la Division du travail social et la publication des Règles de la méthode sociologique, en créant en 1898 une revue, l’Année sociologique, qui a fonctionné comme une sorte de centre de recherche, et en s’entourant d’un réseau très cohérent de Normaliens, pour la plupart, presque tous formés à la philosophie77. L’objectif78 était de faire de cette revue le lieu de construction de cette discipline émergente et d’acception très diverse, la sociologie, en organisant le cadre, le « plan de construction »79 du futur système par des rubriques évolutives où seraient publiés des mémoires originaux et surtout des analyses critiques, et en puisant les matériaux pour cette construction dans les sciences voisines80.

  • 81 Howard F. Andrews, « The Durkheimians and social morphology… », op. cit. ; Laurent Mucchielli, Mari (...)
  • 82 Laurent Mucchielli, Marie-Claire Robic, « Entre sociologie et géographie… », op. cit.
  • 83 De Martonne, qui avait accepté la rencontre, s’étant montré très distant à l’égard de la sociologie (...)
  • 84 Voir les textes de Ratzel concernés, figure 1.

39Plusieurs auteurs ont montré aussi que la rencontre avec la géographie contribue à l’élaboration de la notion de « morphologie sociale » que Durkheim a développée au cours de sa carrière81 : c’est là le premier temps d’un ensemble d’interrelations entre Ratzel, l’équipe durkeimienne et les géographes français, qui comporte plusieurs temps. On a montré que Durkheim rencontre d’abord les travaux des démographes et de certains historiens, puis ceux des géographes, à partir de ses conclusions sur le rôle que joue la densité sociale dans l’évolution des sociétés vers la division du travail, thème qu’il élargit et qui se cristallise dans la notion de « morphologie sociale » (l’expression apparaissant dans les Règles…) 82. Il sagit pour lui de préciser la portée sociologique de ce qu’il appelle aussi le « substrat » de la vie collective, qui comprend des faits de masse et de densité démographiques et la distribution spatiale des divers segments d’une société. S’il s’intéresse aux travaux de Ratzel, c’est sans doute parce qu’il prend connaissance des travaux d’anthropogéographie par les géographes français, qui en font grand cas : par la lecture directe des Annales de géographie, ou plutôt par la médiation de collaborateurs qu’il a recrutés à l’École normale, tel Henri Hubert (1872-1927), un agrégé d’histoire et géographie ami de son neveu, Marcel Mauss (1872-1950), et qui a été l’organisateur efficace de la revue bibliographique de l’Année sociologique. Hubert a été par exemple le contact qui a permis une rencontre entre De Martonne et Durkheim, fort décevante pour ce dernier83, début 1898. Dès le premier volume, en 1898, Durkheim crée une section consacrée à la « Sociogéographie », qu’il transforme en « Morphologie sociale » en 1899, où il critiquera régulièrement des travaux de géographie84, et d’abord Der Staat und sein Boden geographisch beobachtet (« L’état et son sol étudiés géographiquement », selon la traduction de Durkheim) puis Politische Geographie. La notoriété de Ratzel chez ses collègues français, sa productivité, mais aussi son côté théoricien, en font un auteur incontournable pour qui veut évaluer ce que la géographie peut apporter à une sociologie en construction. Ajoutons que toutes ces propriétés de Ratzel manquent du côté français où, en particulier, les publications de Vidal de la Blache sont peu nombreuses et sa notoriété publique encore faible, au-delà de ses contributions d’ordre pédagogique et de la qualité de son enseignement à l’École normale, où Durkheim l’a connu.

  • 85 Émile Durkheim, Cr de Der Staat…, L’Année sociologique I, 1898, (p. 533-539) [SB de la figure 1].

40Le premier temps date de l’année 1898. Dans son premier compte rendu, long de 6 pages et nuancé, Durkheim se contente d’une critique textuelle, simple, de l’ouvrage recensé. Il prend d’abord au sérieux les aperçus de l’anthropogéographie sur la façon dont « la configuration du sol affecte la vie humaine » et en particulier sur « le rôle du facteur géographique dans l’organisation et le développement des sociétés »85. Puis, dans une courte critique finale, s’il admet que le « facteur territorial » doit être pris en compte, c’est pour contester la théorie sociale de Ratzel (une société composée d’individus autonomes), pour critiquer sa conception de la causalité et enfin pour prendre le géographe à contre-pied, en ramenant le lien territorial à un lien intrinsèquement social :

  • 86 Ibid., p. 538.

Ce n’est pas du sol, en tant que tel, que les sociétés deviennent ainsi solidaires ; ce n’est pas par ses caractères physiques qu’il détermine ce grand attachement. Si elles y tiennent, c’est qu’elles lui ont surajouté une autre nature ; c’est que, en y incorporant les produits d’un travail de plus en plus intense, elles en ont fait un phénomène social de première importance, un rouage essentiel de la vie collective. […] ainsi entendu, il [le sol] cesse d’être un phénomène purement géographique et peut, beaucoup plus justement, être rattaché à l’ordre moral, juridique, économique86.

  • 87 Émile Durkheim, Préface, L’Année sociologique II, 1899, p. I.
  • 88 Ibid., p. VI.
  • 89 Émile Durkheim, Sixième section, L’Année sociologique II, 1899, p. 520.
  • 90 Ibid.
  • 91 Ibid., p. 521.
  • 92 Ibid., p. 520-521.

41Il franchit un saut décisif l’année suivante, en 1899, en développant un dispositif critique à trois niveaux, du genre "poupée gigogne", dans le volume II de la revue, où il précise en préface le programme scientifique de l’Année sociologique, puis définit en tête de la sixième section le sens de la « morphologie sociale » qui la désigne désormais, et enfin procède à ses critiques textuelles habituelles. Le propos de la préface est clair. Il s’agit d’ériger la sociologie en science maîtresse, capable d’insuffler un esprit véritablement scientifique à des spécialistes dispersés et de leur montrer l’unité des faits qu’ils traitent : « Beaucoup de ces disciplines, en effet, ressortissent à la littérature et à l’érudition plutôt qu’à la science87 », estime-t-il. Réunir ces spécialités dans les cadres d’une classification méthodique des faits sociaux ne peut que contribuer à leur nécessaire coordination : « Nous nous sommes efforcés d’en rendre le classement aussi rationnel que possible. Nous avons même constitué une section entièrement nouvelle (Morphologie sociale) sur l’importance de laquelle nous nous permettons d’attirer le lecteur. »88 L’éclaicissement sur cette section consiste à définir la notion de morphologie sociale et à dévoiler l’objectif poursuivi. En fait, définir la morphologie sociale revient, au vu du raisonnement de Durkheim, à préciser l’intérêt de la rubrique. Il expose en effet successivement que : 1. Puisque les éléments relevant du susbtrat social affectent tous les phénomènes sociaux, ils entrent dans une seule et même science : « C’est cette science que nous proposons d’appeler morphologie sociale89 » ; 2. la dispersion des travaux afférents à cette science dans des « disciplines » ou des « sciences fragmentaires » distinctes (histoire, démographie, géographie) est source d’erreurs90 ; 3. la géographie politique, qui prétend elle aussi constituer cette science unique est trop confuse pour y aboutir ; 4. aussi la morphologie sociale est-elle le cadre adéquat pour réussir la synthèse visée, avec le secours de quelques « auxilaires »91. La nouvelle rubrique est donc l’intrument de cette organisation scientifique : elle « a l’avantage de bien mettre en relief l’unité de l’objet sur lequel portent toutes ces recherches, à savoir les formes sensibles, matérielles, des sociétés, c’est-à-dire la nature de leur substrat92 ».

  • 93 Émile Durkheim, Cr de Politische Geographie, L’Année sociologique II, 1899, p. 523-532.

42Au troisième niveau de la poupée gigogne, dans le même volume, Durkheim met en pratique son analyse en rendant compte de l’ouvrage Politische Geographie93. Il y reprend la critique de la conception sociale de Ratzel puis, après une étude détaillée des facteurs territoriaux gouvernant les États et des notions maniées par Ratzel (« situation », « espace », « frontières »), Durkheim en vient à la conclusion que cette science nouvelle projetée par le géographe est singulièrement proche de la sociologie, plus précisément de sa branche de morphologie sociale, qu’en outre elle vise deux objectifs distincts et qu’elle manque de rigueur. En revanche il crédite Vidal de la Blache, dont il analyse aussi brièvement l’article correspondant des Annales de géographie, d’une plus grande précision quant à l’objet, à la méthode et aux types d’objets de la géographie politique (Durkheim dit aussi « géographie humaine »).

  • 94 Émile Durkheim, Cr de Anthropogeographie, L’Année sociologique III, 1900, p. 558.

43L’année suivante Durkheim se consacre à la deuxième édition de l’Anthropogeographie, selon le tempo de sa critique textuelle habituelle (analyse détaillée puis courte critique de 2 pages sur 8), reprenant les arguments avancés contre ces « sciences spéciales » mal venues et (en allant au bout de sa critique), disqualifiant l’approche anthropogéographique pour attribuer à la seule sociologie le pouvoir de traiter scientifiquement des problèmes qu’elle prétend traiter : « si le facteur géographique reste important à connaître pour la sociologie, ce n’est pas qu’il éclaire la sociologie de lumières nouvelles, c’est qu’il ne peut être compris que par elle. »94 Il publie ensuite quelques autres comptes rendus de cette facture dans la revue (cf. Figure 1).

  • 95 Catherine Rhein, op. cit., p. 243.
  • 96 Marcel Mauss, Essai…, op. cit.
  • 97 Ibid., p. 41.
  • 98 Ibid., p. 43-44.

44La ligne critique qui consiste à ramener le lien territorial à un phénomène social devient la ligne des sociologues durkheimiens dans la controverse ou plutôt, selon l’expression de Catherine Rhein, l’« interpellation » des géographes par les durkheimiens95. La première de ces interpellations est menée par Marcel Mauss dans son essai sur la morphologie sociale des Inuits96. Mais c’est alors un troisième temps de l’interaction avec les géographes. Dans ce mémoire original publié en 1906, Mauss franchit un degré dans la mise en œuvre de la sociologie dont Durkheim a tracé les linéaments en 1899, puisque son « essai » se veut être une « étude de morphologie sociale ». Mauss se propose donc de déployer une première exemplification de la morphologie sociale, et en savant conséquent, il discute des mérites respectifs de sa science et d’une science voisine : « la discipline spéciale qui a pris le nom d’anthropogéographie97 », dont il attribue la fondation à Ratzel, en rappelant ses principales publications et leur analyse dans l’Année sociologique. Bien que relativement brève, son offensive récapitule les divers niveaux argumentaires développés depuis 1898 par Durheim, jusqu’à la réduction de l’anthropogéographie à la morphologie sociale. Mauss présente l’anthropogéographie comme une « école » dont les géographes français constitue une partie active, il la critique radicalement en raison du biais dont elle serait affectée, celui de surestimer le rôle du sol et de le mal diriger : « En un mot, le facteur tellurique doit être mis en rapport avec le milieu social dans sa totalité et sa complexité. Il ne peut être isolé98. » Pour, comme l’a fait Durkheim, réduire ces phénomènes à de la sociologie, et enfin justifier son choix programmatique :

  • 99 Ibid., p. 44.

Toutes ces questions ne sont donc pas des questions géographiques, mais proprement sociologiques […] Si au mot d’anthropogéographie nous préférons celui de morphologie sociale pour désigner la discipline à laquelle ressortit cette étude, ce n’est pas un vain goût de néologisme ; c’est que cette différence d’étiquettes traduit une différence d’orientation99.

  • 100 Ibid., p. 42.

45Dans ce texte, Mauss mobilise autour de l’anthropogéographie et des anthropogéographes, rattachés à la figure tutélaire de Ratzel, tout un ensemble de publications qui peuvent être autant de matériaux pour sa morphologie sociale. Il fait aussi état d’une organisation documentaire de ces travaux, telle la rubrique Géographie humaine de la Bibliographie des Annales de géographie. Il cite des ressources géographiques françaises, allemandes, anglaises et américaines. Mieux, il construit des communautés organisées de géographes, qu’il décrit en termes d’école et d’élèves, dont « l’école française de MM. Vidal de la Blache, de Martonne, Brunhes, Demangeon100 ».

46Cette rencontre de Mauss avec l’anthropogéographie, en 1906, croise un programme scientifique qui parachève les interrogations de Durkheim sur la morphologie sociale et la constitution de celle-ci, le mémoire de Mauss concrétisant cette branche de la sociologie, et un autre programme, celui de la géographie de l’homme, dont Mauss esquisse à grands traits les dimensions nationales et internationales. Par sa conclusion, l’opération symbolique de Mauss est triple : non seulement il tend à délégitimer l’approche géographique, mais il prétend lui substituer la sociologie et, en érigeant Ratzel en fondateur, il dévalorise une « école française » qui prend elle-même figure sur la scène nationale.

  • 101 François Simiand, Cr de Demangeon, La Picardie…, L’Année sociologique XI, 1910, p. 723-732.
  • 102 Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Le Tableau et la division régionale : de la tradition à la modernité » (...)

47Ce croisement de deux programmes joue quatre ans plus tard dans une autre configuration disciplinaire, où c’est la géographie qui se concrétise. En 1910 en effet, une deuxième « interpellation » des géographes par les Durkheimiens est due à François Simiand (1873-1935), qui soumet cette fois à la critique la production des jeunes géographes101, ces thèses de géographie parues de 1905 à 1909 qui sont la marque de fabrique de la géographie « régionale » française. C’est cette fois une critique épistémologique radicale : critique de la notion de fait et de causalité géographiques et de la méthode monographique, l’auteur concluant à nouveau à la supériorité de la morphologie sociale, sans une quelconque référence à Ratzel. La rencontre confronte alors un sociologue à une recherche géographique universitaire accomplie sur le plan des valeurs académiques et très reconnue dans le public, comme en attestent le prestige de cette école de géographie auprès des réformateurs régionalistes qui s’activent en France en ce début du xxe siècle, et dont témoignent les expertises publiques qui sont demandées aux géographes102.

  • 103 Albert Demangeon, Cr de Semple, Influences…, L’Année sociologique XI, 1913, (p. 809-814), p. 811.
  • 104 Albert Demangeon, Cr de Vallaux, Le sol…, L’Année sociologique XII, 1913, (p. 814-818).

48Un dernier moment de rencontre sociologues-géographes par Ratzel interposé survient toutefois en 1913, mais il engage alors la collaboration de géographes à l’Année sociologique. Le rôle de Ratzel est de « second degré », car il s’agit de rendre compte de l’ouvrage de la géographe américaine Ellen Semple, qui se présente comme son élève fidèle, et du livre de Vallaux sur Le sol et l’État, qui le défie au contraire. La critique de Demangeon est dévastatrice pour le livre de Semple et pour son auteure, coupable, comme Ratzel, de croire à une « vertu magique »103 de l’espace. De son côté, Durkheim critique durement la Géographie humaine de Brunhes et les deux auteurs critiquent le déterminisme de l’espace. Les relations entre sociologues durkheimiens et géographes paraissent alors apaisées, une partie de la géogaphie française se trouvant toutefois malmenée, par l’offensive de Durkheim contre le livre de Brunhes ou par la fraîcheur de l’accueil que Demangeon réserve à la géographie socio-politique de son collègue Vallaux : critique de son abstraction, d’une démarche insuffisamment inductive et, au final, de sa faible distanciation par rapport à Ratzel104.

49Il y a donc de 1898 à 1913 un long parcours de la critique du groupe durkheimien autour de la figure de Ratzel, qui concrétise d’abord le projet de Durkheim de construire la science sociologique en constituant une branche de morphologie sociale, pour laquelle il se doit d’abord d’utiliser les matériaux de sciences voisines ; puis cette mobilisation de sciences voisines se transforme vite, avec la création en 1899 d’une rubrique de combat consacrée à la morphologie sociale, en une opération impérialiste d’organisation des sciences sociales par la sociologie et de réduction de l’anthropogéographie et de la géographie politique ratzéliennes à des concurrentes à absorber ou à éliminer en tant que telles pour les reléguer à un statut subalterne d’auxiliaire. Mais la disparition de Ratzel et le développement de programmes de recherche empiriques en sociologie et en géographie transforment l’interaction polémique qui s’est produite assez vite entre les deux groupes, Ratzel étant alors la figure du tiers, en un statu quo peu favorable en fait à la géographie.

Chassés-croisés disciplinaires

50Au total, la mobilisation de Ratzel en France par les géographes (vidaliens) et les sociologues durkheimiens participe de deux dynamiques scientifiques très différentes mais qui se rencontrent, constituant cette décennie en une articulation particulière entre deux programmes. Leurs prises en compte de l’œuvre de Ratzel sont inégales. Là où les géographes plongent les lectures de leur confrère allemand dans l’ampleur de toute son oeuvre, directement ou en référence à d’autres comptes rendus, les sociologues sont centrés sur l’actualité des publications et sélectifs. Les premiers associent leur lecture à une tradition de recherches géographiques, les seconds tendent à organiser autour de Ratzel la notion d’une école d’anthropogéographie ou de géographie politique nouvelle (tels Durkheim en 1898 et Mauss en 1906). Les deux groupes resémantisent la géographie politique de Ratzel, les uns en opposant à sa centration sur l’État la variété des organisations socio-politiques depuis les peuplades primitives jusqu’aux groupements politiques modernes, les autres en pensant société et lien social plutôt qu’organisation politique. Les deux groupes mènent la lecture de Ratzel au cours d’un processus de construction volontaire, affichée, d’une science véritable, mais à partir de valeurs opposées, idiographiques versus nomothétiques, les géographes critiquant son goût de la généralisation tandis que les sociologues apprécient sa recherche de lois. Ainsi, on peut relever très tôt, chez Auerbach, le premier géographe de notre corpus qui évoque précisément l’œuvre de Ratzel, l’adhésion à sa volonté de scientificité, la reconnaissance de la difficulté du projet et la mise en cause d’une prétention à un régime d’explication scientifique auquel les géographes français résistent. Il raille alors moins les obscurités et la lourdeur d’un texte que le style épistémologique de Ratzel, qu’il taxe de prophétisme :

Dans son Anthropogeographie, œuvre si suggestive, mais où des idées hasardées [sic] souvent et vagues se revêtent de formules d’une inquiétante précision, Ratzel a proclamé la constitution prochaine et l’impérieuse nécessité d’une Science des distances. A la vérité, cette science ne sera pas nouvelle de toutes pièces ; elle se résumera en une synthèse de l’économie politique et de la géographie commerciale. Reste à opérer cette synthèse. C’est la tâche où s’est essayé M. Götz, avec courage, mais aussi une prudence dont on doit le louer sans réserve.

  • 105 Bertrand Auerbach, « Götz W., Die Verkehrswege im Dienste des Welthandels. Eine historisch-geograph (...)

Ce n’est pas tout de dogmatiser et de prophétiser, à la façon du maître ; ce n’est pas tout que d’affirmer la nécessité d’une science : il importe bien davantage d’en démontrer la possibilité et d’en fixer les règles105.

  • 106 Maurice Halbwachs, Cr de Ratzel, Raum und Zeit…, L’Année sociologique XI, 1910, (p. 720-723).
  • 107 Ibid., p. 723.

51Inversement, comme on va le voir dans l’exemple ci-dessous, les sociologues critiquent les écarts que peut faire Ratzel par rapport à « la » science légitime. Enfin, les deux groupes se distinguent par l’inégal intérêt qu’ils accordent à certains travaux théoriques de Ratzel, les uns leur dédiant à peine quelques lignes, les autres y trouvant matière à penser. C’est le cas du livre Raum und Zeit in Geographie und Geologie… longuement recensé par Maurice Halbwachs (1877-1945), en 1910 (3,5 p.) alors que la Bibliographie des Annales de géographie le traite en trois lignes de la partie Géographie naturelle. Le compte rendu de cette brochure106, qui regroupe le dernier cours de Ratzel et quelques autres de ses textes, montre Halbwachs dans une activité où sa formation en philosophe ressort, de sorte que sa recension rassemble plusieurs modes typiques de l’habitus de l’équipe durkheimienne : une organisation en deux parties, l’une analytique et l’autre critique ; dans celle-ci l’expression d’abord d’un credo épistémologique et méthodologique sur l’unité de la science et sur la nécessité de dépasser l’unicité des cas et de leur contexte particulier, d’où la mise en cause de la notion de science historique ; la réflexion sur des catégories philosophiques fondamentales, espace et temps, en convoquant des autorités classiques, Kant et Leibniz ; une ouverture sur un système articulé des sciences, avec ici l’esquissse d’une « psychologie sociale génétique »107 :

  • 108 Ibid., p. 722-723.

Mais si la géographie, en particulier l’anthropogéographie, doit être autre chose qu’une pure description, si elle veut expliquer scientifiquement, il faudra bien qu’elle se soumette à la loi commune des sciences, qui est de faire abstraction, dans la plus large mesure possible, des circonstances de temps où se produisent les phénomènes. Expliquer la genèse d’un groupement, d’un état, d’un pays, ce n’est pas en raconter toute l’histoire, mais en montrer les rapports avec des conditions, des forces qui ne sont pas uniques, qui se sont répétées et peuvent (théoriquement au moins), se reproduire. Ce qui eût été bien intéressant, mais qui n’est ici qu’à peine suggéré, c’était de déterminer plus exactement les caractères de la représentation de l’espace chez les primitifs et l’évolution réelle de cette notion108.

  • 109 Voir Jacques Revel, « Histoire et sciences sociales. Lectures d’un débat français autour de 1900 », (...)

52On peut reconnaître dans ces propos les griefs que les Durkheimiens ont adressés aux historiens de l’école méthodique, lors de la controverse109 bien connue qui s’est déroulée entre 1900 et 1906. Sans revenir sur les composantes des débats qui ont lié sociologues et géographes (sans réelle controverse puisque les géographes ont peu répliqué aux critiques) on voudrait attirer l’attention sur un effet d’interaction qui n’a pas été relevé, et que cette recherche sur la mobilisation de Ratzel par les spécialistes de sciences sociales a permis de découvrir. Il s’agit de la configuration particulière que les relations entre géographes vidaliens et sociologues durkheimiens, par Ratzel interposé ou en tout cas omniprésent, a donné au champ scientifique français, en le construisant selon un régime disciplinaire.

  • 110 Claude Blanckaert, op. cit.

53On ne sait pas précisément quand ce régime d’organisation de la science s’est instauré en France. Claude Blanckaert110 estime qu’il se serait établi tardivement par rapport aux représentations courantes, vers le milieu du xxe siècle seulement. Il a relevé dans un échantillon de textes scientifiques choisis pour leur valeur fondatrice, débutant aux années 1850, que l’apparition d’un terme de discipline assorti d’un sens nouveau par rapport à son acception classique (un ensemble de règles contraignantes), apparaît au tournant du xxe siècle et que Durkheim en est l’un des premiers utilisateurs. Une occurrence du terme figure dans De la division du travail social (1893), dont l’expression « disciplines improvisées », sorte de forme pathologique de savoir, et il existe aussi dans ses textes des expressions redondantes, telle « discipline spéciale », connotée d’une étroitesse contraire à l’esprit scientifique (on l’a rencontrée chez Mauss). À partir de cette enquête lexicographique, C. Blanckaert reconstruit au total chez Durkheim une conception particulière de la science dans laquelle la discipline est une partie mineure du champ scientifique :

  • 111 Ibid., p. 148.

Parlant de la « sociologie générale », Durkheim y voit la suite « naturelle » de l’évolution convergente de diverses « disciplines auxiliaires » comme l’histoire, l’économie ou la statistique. Il est clair cependant que, pour lui, la sociologie est le système d’ensemble qui les justifie. Loin d’en être la résultante, elle doit se présenter autrement (et être mieux fondée) pour prendre « conscience d’elle-même » et leur conférer, en retour, une véritable positivité. Il faut, à ce moment, qu’elle soit reconnue comme une entité scientifique dont les « disciplines » seraient dérivées, et non l’inverse111.

54Si la géographie ne figure pas dans cette citation, c’est un oubli, car les échanges entre géographes et durkheimiens, par Ratzel interposé, reposent sur ce même type de conception. Cette notion de discipline figure bien dans les textes évoqués ici, et spécialement dans le lexique des sociologues. Elle structure la procédure de disciplinarisation qui a été appliquée à la géographie à partir de 1899, lorsque Durkheim, après s’être confronté à un premier ouvrage de Ratzel, crée l’argumentaire qu’il déploie à plein sur Politische Geographie, et que ses élèves ont repris, notamment Marcel Mauss en 1906 et Simand en 1913, mais dans une situation de concurrence interne changée par rapport à la toute fin du xixe siècle. La notion resémantisée de discipline a effectivement surgi à différents moments au cours de ce processus liant les tenants du développement des deux programmes scientifiques, et peut-être l’a-t-elle structuré.


**

55Deux références à Ratzel se font écho à quelques années près : la géographie humaine « répond à ce que les Allemands appellent anthropogéographie », affirme Vidal de la Blache aux lecteurs de la Revue de synthèse historique, en 1903, tandis que Mauss critique dans l’Année sociologique « cette discipline spéciale qui a pris le nom d’anthropogéographie » (1906). Ambiguïté du verbe « répondre », ambiguïté de l’expression « discipline spéciale », qui vaut reconnaissance et dépréciation. Ces citations renvoient à une référence commune aux géographes et aux sociologues universitaires français tout en manifestant, dans leur ambivalence, le jeu de tensions que subsume leur co-rencontre avec Ratzel. La mobilisation de l’œuvre du géographe allemand participe dans chaque groupe d’un travail collectif, qu’ils expriment dans les termes proches : celui du « métier », de la « méthode », et finalement de la « discipline » scientifique. Mais l’interaction entre les géographes et les sociologues autour de Ratzel relève de projets intellectuels dont les dynamiques spatio-temporelles sont très différentes. Ces deux processus diffèrent à beaucoup d’égards : par la durée, par la composition du réseau social que chacun rassemble, par l’espace ou l’horizon de référence dans lequel il se déploie. Les géographes sont mobilisés depuis les décennies 1860-70 et ils aspirent à une mise à jour savante de leur science dès la fin des années quatre-vingt, alors que l’action des sociologues (autour de Durkheim du moins) s’inscrit dans un temps court, démarrant à l’aube des années 1890. Le groupe des géographes est relativement lâche comparé au petit réseau sciemment organisé par Durkheim ; il est intergénérationnel, et en cela divers, ses membres ayant été formés progressivement à la géographie, les uns en forte interaction avec l’histoire et bridés par le programme de géographie historique du doyen de la Sorbonne, Auguste Himly, les suivants plus libres de se consacrer à la production d’une géographie moderne ; tous tournés vers la science allemande, avec une profondeur temporelle différente, les plus âgés s’étant imprégnés de la tradition du début du xixe siècle, tandis que les plus jeunes se sont surtout nourris des recherches de leurs contemporains, tout en louant unanimement l’inspiration rittérienne. La structure de l’espace de référence différencie aussi les deux groupes car, même si Durkheim déclare lui aussi « chercher la lumière » en Allemagne, il s’inspire largement d’auteurs britanniques, de sorte que son territoire scientifique de référence combine deux pôles alors que, pour la géographie humaine du moins, le champ spatial est dominé par le pôle allemand. Sur la scène nationale, dans un champ fortement structuré où la philosophie constitue la référence, ils sont complices et concurrents. Ils le sont en raison de la dynamique scientifique qui les animent, depuis la fin des années quatre-vingt pour les géographes et le début des années quatre-vingt-dix pour les sociologues (la réforme de l’histoire datant des années 1870). Ils ont en commun d’être ancrés dans l’étude du monde contemporain, ce qui leur donne une modernité que l’histoire a perdue – d’ailleurs durant sa controverse avec les historiens Simiand bataille contre une « histoire traditionnelle » –, mais qui leur fait s’affronter sur les modes d’appréhension du lien social et sur les modalités d’une intervention réformatrice, d’ordre territorial pour les géographes (la régionalisation) et professionnelle pour les sociologues. Ils peuvent partager des objets communs que l’histoire universitaire méprise largement, telles les sociétés « primitives », étudiées comme des objets en soi de la géographie humaine et pour servir un dispositif de preuve dans une sociologie comparatiste. Mais les uns relèvent d’une formation à la science particularisante qu’est l’histoire et les autres de la formation philosophique, qui leur donne le goût de la spéculation intellectuelle. D’itinéraires similaires dans le cursus de l’excellence républicaine, ils baignent toutefois dans une culture intellectuelle nationale qui les conduit à appréhender parfois de façon semblable la référence-Ratzel.

Haut de page

Notes

1 Naturaliste puis journaliste, grand voyageur, Ratzel a soutenu une thèse d’habilitation sur l’émigration chinoise en 1876 ; il devient alors professeur de géographie à la Technische Hochschule de Munich puis, à partir de 1886, à l’université de Leipzig. Sa bibliographie, très abondante, est dominée par plusieurs ouvrages : Anthropogeographie (Munich, Oldenbourg, vol. 1, 1882, et vol. 2, 1891, deuxième édition du vol. 1 en 1899), Völkerkunde (Leipzig, Bibliographisches Institut, 3 vol. , 1885-1888, réédition en 2 vol. , 1894-1895), Politische Geographie (Munich, Leipzig, Oldenbourg, 1897, deuxième édition en 1903), Der Lebensraum. Eine biogeographische Studie, in : K. Bücher (éd.), Festgaben für Albert Schäffle, Tubingen, Verlag der Laupp’schen Buchhandlung, (p. 101-89), 1901-1902, et comprend une masse d’articles et de brochures, dont des textes de propagande pangermaniste et coloniale. Au moment de son décès, dans sa soixantième année, sa bibliographie comprenait environ 25 livres et une centaine d’articles et de brochures et elle s’est enrichie de nombreux inédits. Sur sa place parmi les géographes allemands, voir l’article de Nicolas Ginsburger « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) » dans ce numéro. On présente dans la figure 1 les principaux titres cités et analysés par la critique française.

2 Michel Korinman, « Friedrich Ratzel (1844-1904). De la géographie politique à la géopolitique », in : Friedrich Ratzel, La géographie politique, les concepts fondamentaux, Paris, Fayard, 1987, (p. 7-51) ; Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Préface d’Yves Lacoste, Paris, Fayard, 1990 ; Claude Raffestin (avec Dario Lopreno, Yvan Pasteur), Géopolitique et histoire, Payot, 1995 (dont le chap. II, « La géographie ratzélienne : transition vers la géopolitique ? »).

3 Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, Paris, La Renaissance du Livre, 1922 (réédition, 1970, Albin Michel). L’expression de possibilisme n’existe pas dans l’ouvrage de Febvre.

4 Jacques Ancel, Géopolitique, Paris, Librairie Delagrave, 1936.

5 Voir l’article de Denis Wolff, dans ce numéro.

6 C’est l’une des premières occurrences de l’épithète de « vidalien » dans un texte public. Si Lucien Febvre en a usé dans sa correspondance avec Henri Berr des années 1912-1914 (Lucien Febvre, Lettres à Henri Berr, Présentées et annotées par Jacqueline Pluet et Gilles Candar, Paris, Fayard, 1997), il ne se permet que celle de « ratzélien » dans La Terre et l’évolution humaine, op. cit.

7 Jean Boutier, Jean-Claude Passeron, Jacques Revel, (éd.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006, p. 7.

8 Howard F. Andrews, « The Durkheimians and human geography: some contextural [sic] problems in the sociology of knowledge », Transactions of the Institute of British Geographers 9, 1984, (p. 315-336); Catherine Rhein, « La géographie, science sociale et/ou discipline scolaire? (1860-1920) », Revue française de sociologie 23, 1982, (p. 223-251) ; Laurent Mucchielli, Marie-Claire Robic, « La morphologie sociale selon Durkheim : entre sociologie et géographie », in : Massimo Borlandi, Laurent Mucchielli, (éd.), La sociologie et sa méthode. Les Règles de Durkheim un siècle après, Paris, L’Harmattan, 1996, (p. 101-136).

9 Louis Raveneau, « L’élément humain dans la géographie. L’anthropogéographie de M. Ratzel », Annales de géographie, 1891-1892, (p. 331-347) ; Paul Vidal de la Blache, « La géographie politique. À propos des écrits de M. Frédéric Ratzel », Annales de géographie, 1898, (p. 97-111) ; Jules Sion, « La seconde édition de la Politische Geographie de M. Fr. Ratzel », Annales de géographie, 1904, (p. 171-173) ; G.-A. Hückel, « La géographie de la circulation selon Friedrich Ratzel », Annales de géographie, 1906, (p. 401-418) et 1907, (p. 1-14).

10 Normalien, agrégé d’histoire et géographie, il a fait le voyage en Allemagne en 1888-1889 puis est revenu à l’ENS comme maître-surveillant et, jusqu’aux années 1920, il a été responsable de la Bibliographie annuelle annexée à la revue.

11 Paul Vidal de la Blache, « La géographie politique… », op. cit.

12 Paul Vidal de la Blache, « La géographie humaine, ses rapports avec la géographie de la vie », Revue de synthèse historique 7, 1903, (p. 219-240).

13 L’expression est effectivement nouvelle puisque, sauf usage isolé, elle apparaît en français en 1891 dans les Annales de géographie et se diffuse strictement au sein d’un groupe d’auteurs proches de Vidal : Marie-Claire Robic, « L’invention de la "géographie humaine" au tournant des années 1900 : les Vidaliens et l’écologie », in : Paul Claval (éd.), Autour de Vidal de la Blache. La formation de l’école française de géographie, Paris, CNRS Éditions, 1993, (p. 137-147).

14 Cf. Jean Brunhes, « Les principes de la géographie moderne », La Quinzaine, 16 septembre, 1897, 34 p. ; Jean Brunhes, « Une géographie nouvelle. La géographie humaine », Revue des Deux Mondes, 1er juin, 1906, p. 543-574.

15 Jean Brunhes, La Géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples, Paris, Alcan, 1910 [éditions augmentées, 1912, 1925].

16 Jean Brunhes, « Friedrich Ratzel (1844-1904) », La Géographie X, 1904, (p. 103-108).

17 Camille Vallaux, Géographie sociale : la mer, Paris, Doin, 1908 ; Camille Vallaux, Géographie sociale. Le sol et l’État, Paris, Doin, 1911.

18 Friedrich Ratzel, « La Corse, Étude anthropogéographique », Annales de géographie, 1899, (p. 304-329).

19 Friedrich Ratzel, « Le sol, la société, l’État », L’Année sociologique III, 1900, (p. 1-14). Selon Claude Raffestin, Géopolitique… , op.cit., p. 59, il provient du chapitre III de Anthropogeographie.

20 Paul Vidal de la Blache, « La géographie politique… », op. cit.

21 Jean Brunhes, « Du caractère propre et du caractère complexe des faits de géographie humaine », Annales de géographie, 1913, (p. 1-40), p. 36 ; Marcel Mauss, « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos. Étude de morphologie sociale », L’Année sociologique IX, (p. 39-132), p. 41.

22 Henri Hauser, L’enseignement des sciences sociales. État actuel de cet enseignement dans les diverses parties du monde, Paris, Chevalier-Marescq & Cie, 1903.

23 Émile Levasseur, « Les méthodes de l’enseignement géographique », Revue politique et littéraire, 1874, (p. 768-774) (Cours du Collège de France).

24 P. Coones, Mackinder’s « Scope and methods of geography » after a hundred years, Oxford, School of geography, 1987, note 6, p. 57. L’auteur rappelle que Mackinder lui substitue « human geography » à partir de son article « Modern geography, German and English », de 1895, où il appelle à un sursaut de la géographie anglaise (et où il cite l’Anthropogeographie de Ratzel).

25 « Groupe V, Géographie pédagogique, séance du 6 Août », in : IVe Congrès international des sciences géographiques tenu à Paris en 1889. T.1 Compte rendu publié par le Secrétariat général du Congrès, Paris, Bibliothèque des Annales économiques, Société des études scientifiques, 1890, p. 528-531.

26 Sections Anthropogeographie und Völkerkunde (Berlin, 1899), Anthropogeography (USA, 1904), « Anthropologie et ethnologie » et « Géographie économique et sociale » (Genève, 1909), Antropogeografia et etnografia (Rome, 1913).

27 En 1900, dans le plan de classement de la Bibliographie, la rubrique de « Géographie humaine » se substitue à celle de « Géographie politique » qui datait de 1895, et elle comprend trois sous-rubriques aux intitulés également nouveaux : « Généralités, anthropologie », « Géographie politique, Ethnographie » et « Géographie économique, colonisation ».

28 En 1906, pour la première fois, une partie de géographie humaine est inscrite dans des programmes scolaires, celui des lycéennes.

29 Paul Vidal de la Blache, « La géographie politique... », op.cit., p. 98.

30 Ibid., p. 103-104.

31 Paul Vidal de la Blache, La Terre : géographie physique et économique, histoire sommaire des découvertes, Paris, Delagrave, 1883 [exemplaire consulté : 4e éd., 1914, p. 208].

32 Olinto Marinelli, « Alcune questioni relative al moderno indirizzo della geografia », Rivista geografica italiana 4, 1902, (p. 217-240).

33 Lettre du 9 Août 1898, citée dans Mariel J. Brunhes-Delamarre, « Jean Brunhes (1869-1930) », Les géographes français, Paris, Bibliothèque natonale, 1975 (p. 48-80), p. 56. L’italique figure dans le texte cité.

34 En titre de Vidal, « La géographie politique… », et dans la phrase d’incipit – par ailleurs il écrit en général Carl Ritter.

35 Emmanuel de Martonne, « La vie des peuples du Haut-Nil. Explication de trois cartes anthropogéographiques », Annales de géographie, 1895-1896, p. 506-521. Il publiera un article dans le volume d’hommage à Ratzel : « La vie pastorale et la transhumance dans les Karpates méridionales », in : Zu Friedrich Ratzels Gedächtnis, Leipzig, Dr. Steele & Co, 1904, (p. 227-245).

36 Archives Mariel J.-Brunhes-Delamarre – consultation en 1990.

37 Bertrand Auerbach, « L’évolution des conceptions et de la méthode en géographie », Journal des savants, 1908, (p. 309-319), p. 317.

38 Bertrand Auerbach, « La Lorraine, essai de chorographie », Revue de géographie 1, 1890, (p. 175-185), p. 175.

39 Louis Raveneau, « L’élément humain dans la géographie… », op. cit., p. 345.

40 G.-A. Hückel, « La géographie de la circulation selon Friedrich Ratzel… », op. cit., p. 403.

41 Filipo Porena, « L’unico equivalente latino di geografia antropica », Revista geografica italiano IX, 1902, (p. 72-73), p. 73.

42 Avis aux lecteurs, Annales de géographie, 1891-1892, p. 1.

43 Ibid.

44 Alfred Hettner, Die Ziele der Geographie des Menschen, recensée par Hückel dans la Bibliographie des Annales et Geographie des Menschen signalée dans L’Année sociologique.

45 Paul Vidal de la Blache, « La géographie humaine… », p. 222.

46 Marie-Claire Robic, « L’invention… », op. cit.

47 Louis Raveneau, « L’élément humain… », op. cit.

48 Numa Broc l’a crédité d’avoir été « l’inventeur » de Ratzel en France : Numa Broc, « La géographie française face à la science allemande (1870-1914) », Annales de géographie, 1979, (p. 71-94), p. 86.

49 Louis Raveneau, « L’élément humain… », op. cit., p. 332-333 ; il n’y a pas d’italiques dans le texte.

50 Jean Brunhes, « Les principes… », op. cit., p. 21.

51 Gerhard H. Müller, « Friedrich Ratzel, fondateur d’une “biogéographie générale” », dans Actes du 110o Congrès international des Sociétés savantes, Paris, CTHS, 1985, vol. 1, (p. 65-72) ; Gerhard H. Müller, « Ratzel et la biogéographie en Allemagne dans la deuxième moitié du xixe siècle », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications 45, 1992, (p. 435-452).

52 Selon Pascal Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1988, p. 51.

53 Wilhelm Schimper, Pflanzengeographie auf physiologischer Grundlage, Jena, Gustav Fischer, 1898 ; Eugen Warming, Lehrbuch der oekologischen Pflanzengeographie, traduit du danois (1895), 1896. Charles Flahault, « La géographie des plantes avec la physiologie pour base », Annales de géographie, 1899, p. 193-206, les cite tous deux.

54 Paul Vidal de la Blache, « La géographie humaine… », op. cit., p. 220-221. Vidal utilise tant les termes de biogéographie que ceux de géographie de la vie et d’œcologie, celle-ci référée à Schimper.

55 Ibid., p. 231.

56 Pascal Acot, Histoire…, op. cit.

57 Albert Demangeon, Dictionnaire de géographie, Paris, Colin, 1907.

58 Jules Sion, « La seconde édition de la Politische Geographie… », p. 171. L’expression a été utilisée auparavant par Durkheim, dans un compte rendu auquel Sion se réfère.

59 Comme Claude Raffestin, Géopolitique…, op. cit., p. 29, nous gardons ce terme, afin d’éviter les effets d’une traduction en espace de vie ou en espace vital.

60 Paul Vidal de la Blache, « Le principe de la géographie générale », Annales de géographie, 1896, (p. 129-142).

61 Paul Vidal de la Blache, Tableau de la géographie de la France, T. 1 de Ernest Lavisse (éd.), Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution, Paris, Hachette, 1903.

62 Friedrich Ratzel, Deutschland. Einfürhung in die Heimatkunde, Leipzig, F.W. Grünow, 1898.

63 Jean-Yves Guiomar, « Le Tableau de la géographie de la France de Vidal de la Blache », in : Pierre Nora (éd.), Les lieux de mémoire II. La Nation (1), 1986, (p. 568-597) ; Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic, 1999, « The Tableau is alive, and well... Reactions to the Tableau de la géographie de la France of Paul Vidal de la Blache », in : Anne Buttimer (éd.), Text and image : Construction of regional knowledge, Leipzig, coll. Beiträge zur Regionalen Geographie, (p. 54-66).

64 Marie-Claire Robic, « National identity in Vidal’s Tableau de la géographie de la France : from political geography to human geography », in : David Hooson (éd.), Geography and national identity, Oxford, Blackwell, 1994, (p. 58-70).

65 Marie-Claire Robic, « Territorialiser la nation. Le Tableau entre géographie historique, géographie politique et géographie humaine », in : Marie-Claire Robic (éd.), Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de la Blache. Dans le labyrinthe des formes, Paris, Éditions du CTHS, 2000, (p. 183-225).

66 Ibid., p. 186-187.

67 Paul Vidal de la Blache, Tableau…, op. cit., p. 8.

68 Ibid.

69 Bertrand Auerbach, « Le Tableau de la géographie de la France de M. Vidal de la Blache », Revue générale des sciences 14, 1903, (p. 895-900), p. 898.

70 Ibid.

71 Georges Bourgin, « L’“Histoire de la France” de Ernest Lavisse, tomes 1 à 5 », Revue de synthèse historique, 7, (p. 40-53), p. 41.

72 Camille Vallaux, La Mer, op. cit. ; Camille Vallaux, Le sol et l’État, op. cit.

73 Camille Vallaux, La Mer…, préface, p. 1.

74 Camille Vallaux, Le sol et l’État, préface, n. p.

75 Vallaux associe à l’étendue pure les phénomènes physiques et humains qui caractérisent telle ou telle contrées, qui en la rendent homogène ou non et qui font de certains lieux et des voisinages en général des situations de l’oecoumène propices à l’installation, à l’enracinement, à la mobilité, au conflit, etc.

76 Au départ de la collection, Vallaux a en charge Géographie sociale. Le Sol et Géographie sociale. La Mer, dans une partie dite de géographie humaine et sociale ; une partie intitulée Science de l’État prévoit la publication de trois ouvrages.

77 Philippe Besnard, « La formation de l’équipe de l’Année sociologique », Revue française de sociologie 1, 1979, p. 7-31.

78 Victor Karady, « Stratégies de réussite et modes de faire-valoir de la sociologie chez les Durkheimiens », Revue française de sociologie 1, 1979, p. 49-82.

79 Ibid., p. 75.

80 Ibid.

81 Howard F. Andrews, « The Durkheimians and social morphology… », op. cit. ; Laurent Mucchielli, Marie-Claire Robic, « Entre sociologie et géographie… », op. cit.

82 Laurent Mucchielli, Marie-Claire Robic, « Entre sociologie et géographie… », op. cit.

83 De Martonne, qui avait accepté la rencontre, s’étant montré très distant à l’égard de la sociologie lors du rendez vous…

84 Voir les textes de Ratzel concernés, figure 1.

85 Émile Durkheim, Cr de Der Staat…, L’Année sociologique I, 1898, (p. 533-539) [SB de la figure 1].

86 Ibid., p. 538.

87 Émile Durkheim, Préface, L’Année sociologique II, 1899, p. I.

88 Ibid., p. VI.

89 Émile Durkheim, Sixième section, L’Année sociologique II, 1899, p. 520.

90 Ibid.

91 Ibid., p. 521.

92 Ibid., p. 520-521.

93 Émile Durkheim, Cr de Politische Geographie, L’Année sociologique II, 1899, p. 523-532.

94 Émile Durkheim, Cr de Anthropogeographie, L’Année sociologique III, 1900, p. 558.

95 Catherine Rhein, op. cit., p. 243.

96 Marcel Mauss, Essai…, op. cit.

97 Ibid., p. 41.

98 Ibid., p. 43-44.

99 Ibid., p. 44.

100 Ibid., p. 42.

101 François Simiand, Cr de Demangeon, La Picardie…, L’Année sociologique XI, 1910, p. 723-732.

102 Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Le Tableau et la division régionale : de la tradition à la modernité », in : Marie-Claire Robic (éd.), Le Tableau de la géographie..., op.cit., (p. 151-181).

103 Albert Demangeon, Cr de Semple, Influences…, L’Année sociologique XI, 1913, (p. 809-814), p. 811.

104 Albert Demangeon, Cr de Vallaux, Le sol…, L’Année sociologique XII, 1913, (p. 814-818).

105 Bertrand Auerbach, « Götz W., Die Verkehrswege im Dienste des Welthandels. Eine historisch-geographiche Untersuchung samt eine Einleintung für eine Wissenchaft von den geographischen Entefernungen », Stuttgart, 1888, XV, 800 p., Revue de géographie, 1889, 25, (p. 148-151), p. 148.

106 Maurice Halbwachs, Cr de Ratzel, Raum und Zeit…, L’Année sociologique XI, 1910, (p. 720-723).

107 Ibid., p. 723.

108 Ibid., p. 722-723.

109 Voir Jacques Revel, « Histoire et sciences sociales. Lectures d’un débat français autour de 1900 », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle 25, 2007, (p. 101-126), qui rappelle les nombreuses études relatives à cette controverse et qui ré-analyse les leçons d’épistémologie et de méthode effectuées par Simiand dans « Méthode historique et science sociale. Etude critique à propos des ouvrages de M. Lacombe et M. Seignobos », Revue de synthèse historique, 1903, (p. 1-22 et p. 122-157). On y relève son insistance sur le « caractère extraordinairement clos du débat français » (p. 115), sans référence par exemple au Methodenstreit, le cloisonnement du débat sur les sciences sociales témoignant de structures culturelles nationales organisatrices des controverses.

110 Claude Blanckaert, op. cit.

111 Ibid., p. 148.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Principaux textes de Ratzel traités ou évoqués et auteurs des articles, notices ou ouvrages, classés selon la discipline de référence du support éditorial
Légende Liste des textes de Ratzel cités (si nécessaire, les chiffres du sigle indiquent le tome puis le no d’édition) US11, US21: Die Vereinigten Staaten von Nord-Amerika. Physikalische Geographie..., Munich, Oldenbourg, 1878-1880; A11: Anthropo-Geographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte, Stuttgart, Engelhorn, 1882; V11, V21, V31: Völkerkunde, Leipzig, Bibliographisches Institut, 1885-1888; A21: Anthropogeographie. 2: Die geographische Verbreitung des Menschen, Stuttgart, Engelhorn, 1891; US22: Die Vereinigten Staaten von Nord-Amerika. Politische Geographie, Munich, Leipzig, Oldenbourg, 1893; V12, V22: Völkerkunde, Leipzig, Bibliographisches Institut, 1894-1895; PR: « Studien über politische Räume », Geog. Zeitschrift 1, (p. 163-82, 286-302), 1895; SB: Der Staat und sein Boden geographisch betrachtet, Leipzig, Hirzel, 1896; GWS: « Die Gesetze des räumlichen Wachtums der Staaten », Petermanns Geogr. Z. 42, (p. 97-107), 1896; PG11: Politische Geographie, Munich/Leipzig, Oldenbourg, 1897; D: Deutschland. Einführung in die Heimatkunde, Leipzig, Grunow, 1898; A12: Anthropogeographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Gesichte, 1: Stuttgart, Engelhorn, 1899; MV: Das Meer als Quelle der Völkergrösse, Munich, Oldenbourg,1900; U: « Der Ursprung und das Wandern der Völker geographisch betrachtet », Ber. V. K. Säch. Gesell. Wiss. Leipzig Philol., 1900 ; EL11, EL21 : Die Erde und das Leben, Eine vergleichenden Erdkunde, Leipzig/Vienne, Bibliographisches Institut, 1901-1902 ; L : « Der Lebensraum. Eine biogeographische Studie », in : K.Bücher (éd.), Festgäben für Albert Schäffle..., Tubingen, Verlag der Laupp’schen Buchhandlung, (p. 101-89), 1901 ; VS : « Die geographischen Bedingungen und Gesetze des Verkhers und der Seestrategik », Geogr. Zeit. 9, (p. 489-513), 1903 ; PG12, Politische Geographie oder die Geographie der Staaten, des Verkehres und des Krieges, Munich, Oldenbourg, 1903 ; N : Über Naturschilderung, Munich, Oldenbourg, 1904 ; KS : Kleine Schriften, Munich/Berlin, Oldenbourg, 1906 ; RZ : Raum und Zeit in Geographie und Geologie. Naturphilosophisch Betrachtungen, Leipzig, J. Ambrosius Barth, 1907
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1485/img-1.png
Fichier image/png, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914) », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 13-39.

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914) », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1485 ; DOI : 10.4000/rgi.1485

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Directeur de recherche émérite au CNRS, laboratoire Géographie-cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals