Navigation – Plan du site

Siegfried Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale : mécanismes, enjeux et acteurs de la réception d’un géographe allemand en France

Gaëlle Hallair
p. 41-62

Résumés

L’article s’interroge sur la circulation des savoirs en géographie et étudie la réception du géographe allemand Siegfried Passarge (1867-1958) via les recensions qui sont faites de ses travaux scientifiques dans la Bibliographie Géographique internationale. Après avoir présenté le vecteur de réception que constitue cet organe français de recensions, nous analyserons les filtres, les biais et les obstacles relatifs à cette réception avant d’esquisser une sociologie des médiateurs de la circulation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Globalgeschichte ou Histoire globale/mondiale étudie les interactions et les connexions entre le (...)
  • 2 Gaëlle Hallair, « Les figures de passeurs et de tiers » in : Histoire croisée entre les géographes (...)

1Poursuivant l’enquête sur la complexité des circulations internationales, nous choisissons d’étudier la réception du géographe allemand Siegfried Passarge (1867-1958) dans le plus important organe français de recensions géographiques qu’est la Bibliographie Géographique Internationale (BGI). La géographie allemande ne disposant pas de l’équivalent de la BGI, aucune comparaison symétrique n’est envisageable. Pour surmonter cette dissymétrie, inhérente à l’ensemble des démarches relationnelles liées aux transferts, croisements et autres Globalgeschichten1, nous pourrions analyser la réception des géographes français auprès de leurs collègues de langue allemande en étudiant les recensions critiques des principales revues géographiques allemandes telles Petermann’s geographische Mitteilungen et Geographische Zeitschrift. S. Passarge y a recensé les oeuvres de collègues géographes, allemands et étrangers. Dans la thématique générale des circulations entre géographes allemands et français, il serait intéressant d’approfondir le rôle de passeur que joue S. Passarge pour les géographes français. L’étude des passeurs2, qui relaient partiellement ou non la pensée d’un géographe étranger, permet en effet de mettre en lumière la dimension collective et circulatoire du phénomène de réception. Dans cette contribution, nous nous restreignons à l’analyse de la réception du géographe allemand S. Passarge auprès d’un public de géographes francophones via les recensions dans la BGI.

  • 3 Ibid., p. 130-164.
  • 4 Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, « L’UGI, enjeu des relations internationales dans la première (...)

2S. Passarge3, géologue et médecin de formation, a été explorateur en Afrique et en Amérique latine avant que son ouvrage sur le Kalahari publié en 1904 ne lui permette d’obtenir l’habilitation en 1905 pour ensuite embrasser une carrière universitaire. Après avoir occupé des postes à Berlin et Wroclaw (Breslau), il devient en 1908 directeur de l’Institut colonial créé à Hambourg et y fait toute sa carrière jusqu’à sa mise à la retraite en 1937, à l’âge de 70 ans. Géomorphologue réputé, grand spécialiste du paysage, il fait partie de ces savants reconnus internationalement qui ont adhéré au nazisme. Si les géographes allemands n’ont dans l’ensemble pas opposé de grande résistance au nazisme, nous devons distinguer toutes les nuances d’une palette qui se déploie depuis l’accommodation à un régime favorisant les études sur l’espace, l’opportunisme, jusqu’à l’adhésion délibérée ; S. Passarge appartient à cette dernière catégorie. En 1933, il adhère au NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei) d’A. Hitler, mais en est exclu en 19374. Cela revient à s’interroger sur la recension en France d’un géographe allemand connu pour son antipacifisme, son antisocialisme, son antisémitisme, et à la fin de sa vie professionnelle pour son adhésion aux idées nazies.

  • 5 Heinz-Peter Brogiato, « Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert. Ein abriss  (...)

3L’enjeu de la réception de S. Passarge dans la BGI est triple : d’un point de vue méthodologique, partir de la BGI revient à s’intéresser à un vecteur institutionnel de la réception, organisé autour du noyau de géographes français regroupés dans l’« école vidalienne » qui agrège progressivement un réseau de correspondants étrangers. D’un point de vue thématique, les interrogations privilégiées par S. Passarge, et retenues ou délaissées par les recenseurs français, reflètent en miroir les options de définition disciplinaire et de partis-pris méthodologiques d’une école à l’autre. La notion d’école renvoie ici à deux acceptions différentes de part et d’autre du Rhin : si, en France, nous pouvons parler d’école vidalienne, nous devons souligner la pluralité des écoles allemandes de géographie, organisées de façon décentralisée à l’échelon régional du Land, le plus souvent autour d’une chaire et d’un organe de publication5. Dans une approche s’intéressant aux acteurs de la circulation des savoirs, nous insisterons sur les rédacteurs francophones et germanophones de notices, considérés comme des passeurs entre la géographie française et la géographie allemande. Malgré leur diversité, ces passeurs se heurtent tous à un problème commun : celui de la traduction des notions géographiques de l’allemand au français. Ancrés dans une démarche intellectuelle active, ils se trouvent chaque fois confrontés à la possibilité de relayer ou non, de comprendre ou non, les travaux qu’ils recensent.

La BGI : un vecteur de la réception de S. Passarge en France

Le plus important organe français de recensions géographiques

  • 6 Marie-Claire Robic, « La Bibliographie géographique (1891-1991), témoin d’un siècle de géographie : (...)
  • 7 Normalien, agrégé d’histoire et de géographie et disciple de P. Vidal de la Blache, L. Raveneau, de (...)
  • 8 Marie-Claire Robic, op.cit., p. 522-523.

4Il nous semble pertinent d’étudier la réception de S. Passarge dans la BGI, car cette dernière incarne le plus important organe français de recensions géographiques de la première moitié du xxe siècle. Elle constitue à ce titre un vecteur institutionnel important de la réception des travaux géographiques français et étrangers tout en reflétant les permanences et les mutations de la géographie universitaire française6. Conçue en 1891 comme un supplément à la revue des Annales de Géographie par Paul Vidal de la Blache, elle est placée sous la houlette d’un proche, Louis Raveneau7. Editorialement unie depuis sa création en 1891 jusqu’en 1914 à la revue des Annales de Géographie, la BGI paraît ensuite de façon autonome tout en restant chez l’éditeur Colin. Cet outil bibliographique a évolué, comme l’indiquent les changements successifs de dénomminations : « Bibliographie » de 1891 à 1893, « Bibliographie de l’année... » de 1894 à 1896, « Bibliographie annuelle » de 1897 à 1899 puis « Bibliographie géographique annuelle » de 1900 à 1915, « Bibliographie géographique faisant suite à la Bibliographie géographique annuelle des “Annales de Géographie” » de 1921 à 1930 et enfin « Bibliographie géographique internationale » à partir de 19318.

  • 9 Nous adoptons comme convention de donner l’année de recension de la BGI en apposition : par exemple (...)
  • 10 M. Gignoux est un géologue de Grenoble, spécialiste du Pliocène et auteur d’un monumental traité su (...)
  • 11 Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde : grandeur et décadence d’une géopolitique, Par (...)
  • 12 Bruno Latour, Cogitamus, Berlin, Paris, Suhrkamp, La Découverte, 2010.
  • 13 Brigitte Schröder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internatio (...)
  • 14 Gaëlle Hallair, « “Paysage” et “Landschaft” : incompréhensions et malentendus entre les géographes (...)

5Réalisée avec l’aide de plusieurs collaborateurs, elle est publiée dans le numéro de septembre des Annales de Géographie, et regroupe les articles et ouvrages parus, en règle générale, l’année précédente9. Comme l’a montré M.-C. Robic, les contributeurs de la BGI sont des géographes universitaires, mais aussi des non-géographes majoritairement naturalistes, comme par exemple le géologue Maurice Gignoux10. Ce dernier, qui a notamment recensé S. Passarge dans la BGI, illustre le flou des délimitations disciplinaires et le dialogue instauré entre des géographes et des géologues, qui relèvent en France de la Faculté de lettres pour les premiers et de la Faculté de sciences pour les seconds. Après la Première Guerre mondiale, un durcissement disciplinaire met peu à peu fin à cette porosité interdisciplinaire. Au cours de son développement, la BGI s’appuie sur un vaste réseau de correspondants français (notamment des normaliens agrégés de géographie, des professeurs de lycées, des responsables de bibliothèques), européens et américains. Les géographes transatlantiques sont intégrés à partir de l’entre-deux-guerre, comme l’atteste la comparaison suivante. BGI 1922 fait suite à la Bibliographie Géographique Annuelle des Annales de Géographie, et est publiée sous la direction d’Elicio Colin avec la collaboration de contributeurs majoritairement français et sans aucun Anglo-Saxon. Or deux décennies plus tard, BGI 1941, toujours publiée sous la direction d’Elicio Colin, compte cinq contributeurs anglo-saxons : W. B. Fairchild, C. B. Hitchcock, O. M. Miller et la bibliothécaire E. T. Platt, tous les quatre liés à l’« American Geographical Society » de New York ainsi que T. W. Freeman du Trinity College de Dublin. Le réseau institutionnel des correspondants s’est en outre élargi : en plus de l’« American Geographical Society », la « Société belge d’études géographiques », la « Société royale de géographie d’Egypte » et la « Fédération des Sociétés Françaises de Sciences Naturelles » soutiennent également cette entreprise bibliographique. Parmi les correspondants étrangers, seuls l’Allemand Wolfgang Hartke et la Tchèque Julie Moscheles, rédacteurs germanophones et francophones, assurent à partir des années 1930 le relais entre la BGI et les pays de langue allemande. Plusieurs hypothèses contribuent à expliquer cette sous-représentation de correspondants de langue allemande : les géographes français, à l’époque tous germanophones, possèdent les compétences linguistiques pour recenser eux-mêmes des ouvrages en allemand. Par ailleurs, le monde des savants étant peu ou prou connecté au monde politique, comme l’ont montré aussi bien les travaux de M. Korinman11 que de B. Latour12, il faut garder à l’esprit le climat de concurrence et de tension politique qui règne à l’échelle internationale. Sensible dès avant la Première Guerre mondiale, comme par exemple lors de la « crise d’Agadir » entre la France et l’Allemagne en 1911, les tensions dans les relations internationales ont pour échos des tensions d’ordre scientifique, comme l’a démontré B. Schröder-Gudehus13. C’est aussi vrai au sein de la discipline géographique, comme par exemple lors des Congrès internationaux de géographie14. Le nombre total des collaborateurs BGI oscille entre 39 en 1895 et 90 à la fin des années 1930. Au cours de notre période d’étude, la couverture internationale de la BGI s’étend tout en restant dépendante de trois facteurs : les compétences linguistiques des géographes français, le réseau des collègues étrangers volontaires et les géographes français en poste à l’étranger pour une durée plus ou moins longue.

6L’objectif principal de la BGI est de recenser les parutions (ouvrages, articles, actes de colloques) de façon la plus exhaustive possible selon un plan de classement par pays et par thèmes. Comme organe bibliographique à vocation exhaustive et internationale, elle reflète l’importance accordée par les géographes français à telle ou telle publication : si elle est recensée, l’œuvre est commentée ou non, plus ou moins longuement. La longueur du commentaire critique est proportionnelle à l’importance de la contribution de l’article ou de l’ouvrage. C’est particulièrement vrai avant la Première Guerre mondiale. Ensuite, tous les commentaires raccourcissent fortement en raison du nombre plus élevé d’articles et d’ouvrages à traiter dans un cadre inchangé.

7Cette entreprise bibliographique est jugée primordiale pour constituer une véritable science et se distinguer des autres publications de géographes, telles celles des sociétés de géographie. C’est un véritable organe de l’école française de géographie, qui mobilise comme rédacteurs ceux qui gravitent autour de la nébuleuse vidalienne. Nous nous intéressons ici à la réception relativement organisée, concertée, dans des groupes plus ou moins cohérents de contributeurs choisis parmi les fidèles ou les proches des directeurs ; il s’agit effectivement de s’informer collectivement mais aussi de construire les références collectives, les valeurs, les exemples ou les modèles, les bonnes pratiques en somme du métier de géographe. S’il ne s’agit pas ici de l’étudier, nous précisons cependant que le lectorat de la BGI est celui des pairs, comme pour les Annales de Géographie.

  • 15 Denis Wolff, « La promotion parisienne (1911-1914) », in : Albert Demangeon : de l’école communale (...)

8Sur le plan pratique, la distribution des notices à rédiger pour la BGI s’opère globalement selon un découpage géographique. Chaque spécialiste d’une partie du monde dépouille la bibliographie nécessaire à ses travaux de recherche et en fait bénéficier l’organe de recensions. Les disciples de P. Vidal de la Blache étant presque tous aussi des rédacteurs pour la BGI, les responsables d’une partie du monde à traiter pour la Géographie universelle (GU) lancé à partir de 1907 par P. Vidal de la Blache sont mobilisés pour alimenter la BGI15. Les rédacteurs français de notices, sollicités pour travailler bénévolement à la BGI, sont donc représentatifs de l’école française de géographie et adhèrent aux idées qui y sont développées ; c’est moins évident pour les contributeurs étrangers.

9Dans cet organe BGI qui fait autorité, il est intéressant de voir comment les travaux de S. Passarge sont saisis et appréciés en France entre 1891 et la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs éléments ont guidé notre choix d’étudier ce géographe allemand : le paradoxe entre sa stature internationale reconnue de son vivant et sa relative mise à l’écart dans l’historiographie allemande récente sur l’histoire de la géographie, son évolution disciplinaire de la géologie à la géomorphologie, l’innovation à la fois théorique et empirique que constitue son système de paysage (Landschaftskunde), son opposition tranchée vis-à-vis du Français E. de Martonne comme de l’Américain W. M. Davis, l’une des figures les plus marquantes de la géographie de cette période. A cela s’ajoute notre intérêt pour comprendre dans quelle mesure la réception des travaux d’un géographe, relevant d’une optique scientifique et d’une orientation politique parfois très éloignées de l’école française de géographie, peut être filtrée ou non. En cherchant à analyser ce qu’en perçoivent les géographes français et ce qu’ils laissent de côté, nous nous interrogeons sur les enjeux et les mécanismes de la réception du géographe allemand en France. En étudiant par qui s’opère la circulation des savoirs, nous enquêtons sur les passeurs et les biais qu’ils opèrent.

Un enjeu dans les relations franco-allemandes

  • 16 Hermann Wagner, Lehrbuch der Geographie, Erster Band: Allgemeine Erdkunde, Hannovre et Leipzig, Hah (...)
  • 17 Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, op.cit., p. 192.
  • 18 Les sept Allemands qui se rendent au CIG de Paris en 1931 sont cinq géographes (E. Haarman, N. Kreb (...)

10La BGI cristallise à plusieurs titres la complexité des relations franco-allemandes, oscillant entre intérêt, émulation et concurrence. Hermann Wagner, dans l’édition de 1912 de son Traité de géographie (Lehrbuch der Geographie)16, mentionne et commente les moyens bibliographiques importants à disposition (p. 5) : la Bibliographie annuelle en fait partie. La BGI est donc reconnue comme un organe de recension par les géographes allemands, même si elle entre en concurrence avec une autre revue allemande, à savoir la Bibliotheca Geographica publiée par O. Baschin dans le giron de la Société de géographie de Berlin. Ce dernier point légitime l’étude de la BGI dans le cadre d’une histoire des relations franco-allemandes en géographie, car il met l’accent sur la reconnaissance internationale acquise dans le cadre d’une stratégie de politique scientifique conquérante de la part des géographes francophones. Cette internationalisation s’opère dans le cadre du Congrès international de géographie (CIG) de Paris sur proposition du géographe belge Paul Michotte17, et fait suite au coup de force d’E. de Martonne qui, lors du CIG du Caire en 1925, a fait adopter la proposition suivante : choisir l’organe de recension français en vue d’en faire la bibliographie géographique internationale de l’Union Géographique Internationale (UGI). E. de Martonne a profité d’une part de l’absence de délégation allemande au CIG du Caire en 1925 et du refus de celle-ci de venir au CIG de Paris en 1931 (seuls sept Allemands18 participent à titre individuel), et d’autre part de son aura de professeur en Sorbonne et de secrétaire général de l’UGI. L’internationalisation de la BGI s’est donc institutionnalisée successivement dans le cadre de prises de décision à l’échelle de la communauté mondiale des géographes via les vœux émis en clôture des CIG.

Sélection et lacune des recensions de S. Passarge

  • 19 Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, Schriftenverzeichnis und Nachlass von Siegfried Passarge, Hambou (...)

11L’analyse quantitative des recensions de S. Passarge dans la BGI de 1891 à 1945 donne un premier indice pour apprécier la réception de ses travaux dans les pays francophones. Seules les recensions des oeuvres écrites pendant sa longue carrière professionnelle ont été prises en compte, sachant qu’entre 1947 et 1958, seules 3 productions de Passarge, alors âgé de 80 ans, sont recencées. Sur les 351 articles et ouvrages qu’il a publiés19, 105 sont recensés dans la BGI de 1892 à 1945, à savoir environ le tiers.

Fig. 1 : Rapport des recensions de Passarge dans la BGI (production totale de Passarge)

Fig. 1 : Rapport des recensions de Passarge dans la BGI (production totale de Passarge)

La courbe de couleur noire représente la production totale de S. Passarge, telle qu’elle a été inventoriée par G. Sandner et M. Rössler.
La courbe de couleur grise représente les recensions de S. Passarge, dans la BGI telles qu’elles ont été répertoriées par G. Hallair.

  • 20 Gaëlle Hallair, « Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du xxe siècle : S (...)
  • 21 Siegfried Passarge, « Aufgaben und Methoden der Vergleichenden Landschaftskunde und ihre Stellung i (...)
  • 22 Gaëlle Hallair, op. cit., p. 325.

12Pour permettre une comparaison avec les travaux antérieurs de G. Sandner et M. Rössler (voir fig. 1), nous insistons sur le fait que dans leur tableau des publications de S. Passarge par année, les deux auteurs distinguent ceux qui concernent l’Afrique : 135 sur un total de 351 publications. Nous reprenons cette distinction dans la figure 2 et ajoutons d’autres thèmes qui nous paraissent pertinents pour appréhender les travaux du géographe allemand comme : ses relations avec W. M. Davis, la géographie physique et la géographie humaine. W. M. Davis (1850-1934) constitue une figure de géographe international de grande envergure dont les réflexions sur les théories du relief et du cycle d’érosion, très novatrices à son époque, alimentent encore les débats actuels. Ces théories, sans cesse retravaillées par W. M. Davis pendant un quart de siècle, expliquent l’évolution générale du relief par une progression en différents stades : jeunesse, maturité, vieillesse (pénéplaine) et sénilité (plaine d’érosion)20. D’âpres débats agitent la communauté internationale des géographes et l’une des critiques allemandes des théories davisiennes est celle qu’énonce S. Passarge lors du CIG de Rome en 1913. C’est en s’opposant à son collègue américain que le géographe de Hambourg fonde sa Landschaftskunde (science du paysage, géographie du paysage) dans le but de définir la discipline géographique. En développant sa Landschaftskunde, S. Passarge cherche à définir l’objet et la méthode de la géographie. Dans un schéma21 qu’il présente lors du Congrès des géographes allemands de 1921 à Leipzig, S. Passarge place la Landschaftskunde à l’interface entre d’un côté la géographie physique et la géographie humaine, qui servent de socle, et de l’autre la géographie régionale. En passant par des processus complexes de comparaison sélective, la Landschaftskunde permet d’appréhénder ensemble une totalité géographique et une géographie régionale22.

Fig. 2 :Tableau des thèmes principaux des recensions de Passarge relayés dans la Bibliographie Géographique Internationale de 1892 à 1945.

Total des recensions ou références à Passarge dans la BGI

Dont recensions sans commentaire

Afrique / géographie coloniale (physique et humaine)

45

 8

Relations Passarge-Davis

 9

 0

Géographie physique (geomorphologie et climatologie)

50

 9

Landschaftskunde

42

16

Länderkunde

 6

 6

Méthode en géographie

 6

 6

Géographie humaine / ethnologie / géographie culturelle

14

11

13Les deux courbes du graphique (voir fig. 1) correspondent d’une part aux publications de S. Passarge recensées de manière la plus exhaustive possible par Gerhard Sandner et Mechtild Rössler et parues entre 1892 et 1945 (courbe en trait noir), et d’autre part à la recension de ses travaux dans la BGI au cours de la même période (courbe en trait gris). Nous pouvons donc étudier le rapport entre les deux courbes pour y déceler à la fois les lacunes des recensions et les décalages temporels entre la parution et la recension. Nous précisons que si G. Sandner et M. Rössler prennent aussi en compte les écrits journalistiques de S. Passarge, la BGI ne retient que ceux d’ordre géographique.

  • 23 Soulignons ici l’ambiguïté de la langue française qui ne distingue pas la différence sémantique ent (...)

14La confrontation des deux courbes du graphique montre que la production abondante et régulière d’articles et d’ouvrages de S. Passarge est proportionnellement suivie de recensions dans la BGI. Par ailleurs, on se réfère23 au géographe allemand dans le commentaire pour un autre auteur dans une cinquantaine de notices. Une partie importante de ses travaux est donc connue ; sa production est attentivement suivie et il est lui-même considéré comme une référence par les géographes français.

15Il s’agit maintenant d’analyser cette réception sur le mode qualitatif, de distinguer les thématiques soit retenues soit délaissées par la BGI tout en s’interrogeant sur les éventuels écarts.

16L’objectif est de comprendre quels thèmes des travaux du géographe de Hambourg sont privilégiés, retenus ou évacués par les rédacteurs de notices bibliographiques. Si un thème n’est pas retenu, cela signifie qu’il n’intéresse pas les géographes francophones associés à la BGI. De plus, la recension sans commentaire indique un intérêt moindre. Or parmi les 103 notices de S. Passarge recensées dans la BGI de 1892 à 1945, environ un tiers (32) sont sans commentaire. Cette analyse implique de comparer la production la plus complète possible de S. Passarge avec le recensement de ses travaux dans la BGI. Le tableau (voir fig. 2) montre les principaux thèmes des recensions relayés dans la BGI de 1892 à 1945, soit dans une recension directe, soit dans le commentaire faisant référence à lui à propos d’un autre auteur.

  • 24 Albert Demangeon, « Le Kalahari d’après le livre de M. Siegfried Passarge », Annales de géographie (...)

17Apportons deux précisions sur l’élaboration de ce tableau. Premièrement, une recension peut concerner une ou plusieurs rubrique(s) à la fois. Par exemple, nous considérons comme pertinent de comptabiliser un article de géomorphologie, replacé dans le contexte des débats suscités par la théorie de William Morris Davis (1850-1934), dans deux rubriques de notre tableau : d’une part dans la rubrique « géographie physique » et d’autre part dans la rubrique intitulée « relations S. Passarge-W. M. Davis ». Deuxièmement, l’analyse de la BGI présente deux limites importantes. Premièrement, de nombreuses recensions sont sans commentaire, ce qui limite l’analyse critique et peut signifier un intérêt tout relatif du contenu. Et deuxièmement, la BGI n’a pas le monopole des recensions puisque des ouvrages importants de S. Passarge sont aussi commentés ailleurs, comme dans les Annales de Géographie : c’est par exemple le cas de Die Kalahari, dont Demangeon livre un compte rendu de seize pages24. Cela signifie que l’analyse de la réception dans la BGI donne des indications, des ordres de grandeur et des pistes de réflexions mais sans constituer pour autant une source exclusive.

S. Passarge, un spécialiste de la géomorphologie des déserts africains

Une excellente réception de sa géographie coloniale africaine

18S. Passarge est un spécialiste de l’Afrique et il est reçu comme tel en France. Il est considéré comme un excellent connaisseur du terrain africain et comme un géographe colonial. Il va sur le terrain lors de sa phase d’explorateur pour le compte d’organismes privés puis comme chercheur dans le cadre académique de son activité à l’Institut colonial d’Hambourg. Il continue à donner des cours sur l’Afrique, même après la perte des colonies allemandes au lendemain de la Première Guerre mondiale.

19Comparé à sa production complète sur l’Afrique recensée par G. Sandner et M. Rössler (135), un cinquième de ses travaux (28) sont recensés dans la BGI. 46 notices concernent l’Afrique, dont 9 sont certes sans commentaire, mais 17 font référence à lui dans le commentaire d’une publication relative à un autre auteur. Ceci indique le fort intérêt pour ses travaux africains et la très bonne connaissance qu’en ont les rédacteurs de notices.

  • 25 Fernand Maurette, « Siegfried Passarge, 1908, Südafrika. Eine Landes-, Volks- und Wirtschaftskunde  (...)

20Un exemple de commentaire de notice nous est livré par Fernand Maurette à propos de l’ouvrage paru en 1908 et intitulé Südafrika. Eine Landes-, Volks- und Wirtschaftskunde25 : « Mr Siegfried Passarge, dont nos lecteurs connaissent les beaux travaux, vient de publier un excellent manuel géographique sur l’Afrique du Sud. D’un manuel, son livre a toutes les qualités requises : clarté, vues synthétiques, connaissance approfondie d’un sujet que l’Auteur domine assez pour ne s’y point perdre ; bibliographie courte, substantielle et bien choisie (p. 342-343) ; illustration abondante et documentaire, où dominent, avec les photographies, des cartes schématiques propres à laisser dans l’esprit du lecteur des notions nettes et claires. » F. Maurette est amené à dépouiller de façon relativement exhaustive la bibliographie sur l’Afrique pour rédiger le tome 12 de la GU sur l’Afrique équatoriale, orientale et australe que lui a confié P. Vidal de la Blache.

21Les Français sont intéressés par les travaux sur les colonies, en particulier les colonies africaines allemandes (jusqu’à la Première Guerre mondiale) : dans le contexte de concurrence internationale entre les empires coloniaux, les géographes participent à la collecte de données, d’informations et d’exploration. L’intérêt pour la chose coloniale se traduit aussi bien dans les recensions de la BGI que dans les comptes rendus et les chroniques géographiques des Annales de Géographie.

Sa géographie physique en haute estime

  • 26 En géomorphologie, les Inselberglandschaften (paysages d’inselberg) désignent des reliefs résiduels (...)

22S. Passarge est reçu en France comme un grand géomorphologue, spécialiste, entre autres, des zones arides et des Inselberglandschaften26. Dans la BGI, les plus nombreuses références concernent ses travaux de géographie physique (géomorphologie et climatologie). Seul I/5e (9 notices sur 50) des recensions qui y sont faites ne sont pas commentées.

  • 27 Siegfried Passarge, Physiologische Morphologie, Sonderabdr. Aus Mitteilungen der Geographischen Ges (...)

23Un exemple de commentaire de recension nous est proposé dans la BGI 1912, no 122 par M. Gignoux à propos d’un ouvrage de 1912 de S. Passarge 27 : « Cet important ouvrage constitue un véritable traité de morphologie »... Il apparaît important pour les géographes français de relayer les travaux géomorphologiques du géographe de Hambourg, car la géomorphologie constitue alors la branche phare de la géographie et la réputation de S. Passarge est assise depuis la parution de Die Kalahari.

Les débats scientifiques entre Passarge et Davis

24Les relations entre S. Passarge et W. M. Davis sont houleuses et bien connues des géographes français, qui relaient attentivement cette information comme l’indiquent 9 notices BGI.

  • 28 André Allix, « Siegfried Passarge, 1919, Die Grundlagen des Landschaftskunde. Ein Lehrbuch und eine (...)

25Par exemple, dans la notice de BGI 1913-14 no230 à propos de « Physiolographie und vergleichende Landschaftsgeographie » de 1913, M. Gignoux précise que « S. Passarge n’apprécie point la méthode déductive et explicative de W. M. Davis ». Par ailleurs, André Allix, dans sa recension d’un volume de S. Passarge 28 informe que les réactions de W. M. Davis vis-à-vis de S. Passarge sont tout aussi virulentes : « Analyse et vigoureuse critique des idées de l’auteur par W. M. Davis “Passarge’s principles of landscape description” ».

26Les géographes français, qui réagissent majoritairement en intégrant peu à peu les positions davisiennes sur le cycle d’érosion et ses différentes phases, sont concernés par les écrits des opposants à W. M. Davis, plus nombreux en Allemagne. Les grands débats sur la description explicative des formes du relief se réalisent en France et en Allemagne par rapport aux idées développées par le géographe américain. Ce dernier apparaît donc comme un pivot dans les échanges scientifiques entre les géographes français et allemands.

La géographie humaine de S. Passarge bien reçue

  • 29 La Volkskunde est l’ethnologie allemande, c’est-à-dire appliquée aux peuples de langues germaniques (...)
  • 30 Gaëlle Hallair, op. cit., p. 235.
  • 31 Claude Raffestin, Lopreno Dario, Pasteur Yvan, Géopolitique et histoire, Paris, Payot, 1995, p. 17.
  • 32 Albert Demangeon, « Siegfried Passarge, 1934, Geographische Völkerkunde », Bibliographie Géographiq (...)

27Les questions de géographie humaine, associées à la géographie culturelle, à la Völkerkunde29 et à la géographie économique, ont intéressé ce géomorphologue formé à la géologie et à la médecine, comme le montrent 14 recensions (voir fig. 2). Cette attention s’inscrit dans le contexte plus général d’un intérêt grandissant pour la géographie humaine, liée à l’ethnologie et au Kulturlandschaft. La notion de Kulturlandschaft est difficilement traduisible en français. Nous proposons la définition de travail suivante : « paysage culturel, au sens où il porte les marques et les traces de l’évolution des activités humaines 30 ». Il est remarquable que la plupart des notices restent sans commentaire (11 sur 14, avec cependant 2 grandes notices d’A. Demangeon concernant la Völkerkunde). Nous émettons deux hypothèses : la première serait que les rédacteurs ne comprennent pas l’intérêt pour le Kulturlandschaft ou qu’il paraît trop lié à la géographie historique dont veulent se détacher les Vidaliens et post-Vidaliens ; la seconde serait que les rédacteurs de la BGI ne veulent pas relayer une géographie de plus en plus liée aux problématiques völkisch qui se développent après la Première Guerre mondiale en Allemagne. La traduction de völkisch en français n’est pas aisée. Claude Raffestin en donne la définition suivante31 : « La traduction du terme “völkisch” est problématique. Nous proposons de le comprendre dans le double sens de “populiste et national-populaire”, avec une connotation implicite plus ou moins nationaliste dans l’aspect “national” et plus ou moins raciale dans l’aspect “populaire”, les contenus nationaliste et raciste croissant au fil du temps pour prévaloir avec le nazisme ». Il est notable toutefois que les commentaires d’A. Demangeon, relatifs aux deux œuvres ethnographiques sur l’Afrique parus en 1933 et 1934, sont aussi laudatifs que ceux qu’il rédige avant la Première Guerre mondiale à propos des articles de S. Passarge intitulés die « Grundlinien im ethnographischen Bilde der Kalahari-Region » de 1905, « Ophir und die Simbabye Kultur » de 1907, et l’ouvrage Die Buschmänner der Kalahari de 1907. Dans un de ses commentaires sur un livre32 de S. Passarge, A. Demangeon écrit : « C’est le premier volume d’une collection de livres d’ethnographie qui doit comprendre, en outre, des volumes sur l’Afrique, l’Australie, l’Amérique, l’Asie et l’Europe et paraîtra en 1934 et en 1935. Ce livre d’orientation générale est conçu d’une manière très compréhensive qui fait apparaître à la fois les éléments matériels, sociaux et moraux de l’ethnographie. Plutôt qu’une vaste synthèse, il contient, en peu de pages, la mise au point et l’état des connaissances d’une science qui évolue constamment [...] ». La seconde hypothèse ne peut donc être confirmée ; les réflexions de géographie culturelle développées dans ces publications par S. Passarge ne se distinguent pas des conceptions conservatrices et racistes développées par de nombreux représentants allemands et français de la géographie coloniale de l’époque.

28L’intérêt marqué pour des thèmes ethnographiques illustre par ailleurs la perméabilité des frontières disciplinaires entre géographie et ethnographie, aussi bien en France qu’en Allemagne.

Quelle réception de la Landschaftskunde de S. Passarge ?

29S. Passarge ayant renouvelé la Landschaftskunde, nous nous intéressons de façon privilégiée à la réception de cette dernière dans la BGI, en insistant sur les questions de méthode en géographie. C’est pourquoi nous présentons dans la figure 2 les thèmes de la Länderkunde et de la Landschaftskunde, qui nous semblent pertinents pour appréhender les travaux du géographe allemand. Or ces thématiques ne sont guère relayées par les passeurs de la BGI, qui n’en saisissent pas l’importance, signe qu’elles ne se trouvent pas au cœur des préoccupations scientifiques des géographes français de l’époque. Nous pouvons ici apprécier les différences de centres d’intérêt entre les deux traditions nationales et les filtrages qui en découlent.

La BGI hermétique aux questions de méthodes géographiques

  • 33 Bibliographie Géographique Internationale 35, 1926, p. 74, notice no 365.
  • 34 Siegfried Passarge, « Harmonie und Rhythmus in der Landschaft », Petermanns Mitteilungen 11-12, 192 (...)
  • 35 Marie-Claire Robic, « Bertrand Auerbach (1856-1942), “éclaireur et sans grade” de l’École française (...)
  • 36 Bertrand Auerbach, « L’Évolution des conceptions et de la méthode en géographie », Journal des Sava (...)

30Les questions de méthode en géographie, assez théoriques, ne concernent que 6 notices BGI, car englobées dans la Landschaftskunde, elles ont du mal à être isolées par les rédacteurs. En effet, par « englober », nous signifions que la Landschaftskunde est une méthode de description, d’explication et de compréhension d’un paysage ou d’une région : S. Passarge combine la présentation de son système, abstrait, et l’application qu’il en fait, à savoir une analyse paysagère et régionale. Les recenseurs expriment par ailleurs en général peu d’intérêt pour des questions théoriques et réflexives sur leur discipline, contrairement à leurs homologues allemands. Il n’est donc pas étonnant que ces notices restent sans commentaire, comme c’est le cas pour la recension33 d’un article34 de S. Passarge sur les notions de rythme et d’harmonie dans le paysage : tout en critiquant les idées de Wilhelm Volz, S. Passarge y exposait pourtant ses idées sur l’objet et la méthode en géographie. Cette faible réception des travaux théoriques de S. Passarge par les Français ne constitue en aucun cas une exception puisque les géographes français ne semblent guère enclins à explorer les questions conceptuelles et théoriques. Les quelques notables exceptions relevées dans la BGI, comme par exemple l’ouvrage Les Sciences géographiques de 1925 de Camille Vallaux, sont sévèremment jugés comme étant « trop abstraites » par les Français. Ce désintérêt pour les questions de méthode géographique se retrouve à l’extérieur de la BGI comme l’a bien montré Marie-Claire Robic35 à propos de Bertrand Auerbach ; l’article36 de 1908 de Bertrand Auerbach sur les méthodes et les concepts en géographie semble avoir rencontré peu d’échos parmi ses collègues.

Une réception ambiguë de la Landschaftskunde

  • 37 Gaëlle Hallair, Histoire croisée entre les géographes français et allemands..., tome 2, p. 243-248.

31Les travaux originaux sur la Landschaftskunde, conçue par S. Passarge comme une nouvelle définition potentielle de la géographie, sont recensés dans la BGI. Par rapport à ses 69 travaux concernant la Landschaftskunde37, les deux tiers (42) sont recensés dans la BGI ou y font référence, ce qui dénote une attention certaine de la part des rédacteurs BGI. Paradoxalement, sur ces 42 notices, un tiers (16) sont sans commentaire, signe d’un désintérêt ou d’une incompréhension de la part des rédacteurs.

32L’analyse du contenu des commentaires révèle que, dans la majorité des cas, la notion de Landschaftskunde n’est pas comprise comme une nouvelle façon d’envisager la géographie. Soit elle est assimilée à de la géographie régionale comme l’exprime le commentaire de Max Sorre (1880-1962) à propos de la méthode du géographe allemand dans BGI 1927, utilisée dans l’article de Gertrud Niemeyer « das Südostspanische Steppe » paru dans Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg : [l’étude] « est présentée comme une illustration de la méthode de description régionale, préconisée par S. Passarge. Elle conserve un caractère analytique, un peu mécanique, d’autant plus sensible que S. Passarge l’a accompagnée d’une page excellente, très vivante, où les caractères généraux sont bien dégagés ».

33Soit la Landschaftskunde est considérée comme une simple méthode de description régionale des paysages naturels. C’est le sens de la notice de M. Gignoux dans BGI 1913-1914 no 230 sur « Physiolographie und vergleichende Landschaftsgeographie » de S. Passarge de 1913 : « […] S. Passarge n’apprécie point la méthode déductive et explicative de W. M. Davis ; il préconise au contraire une méthode entièrement analytique et descriptive […] Pour bien comprendre une région, il faut arriver à la diviser en “paysages naturels” […] ».

  • 38 Ibid., p. 321.

34A l’époque, les géographes français s’inscrivent dans le paradigme d’une géographie régionale, assez proche en termes de contenu et de méthode de la Landschaftskunde. D’ailleurs, le thème de la géographie régionale, au sens de Länderkunde, telle que l’a renouvelée Alfred Hettner (1859-1941), ne concerne que six recensions sur S. Passarge, ce qui est peu ; mais elles sont toutes commentées. S. Passarge a rarement utilisé le terme de Länderkunde dans l’intitulé de ses nombreuses analyses régionales et lui a préféré celui de Landschaftskunde. La géographie régionale pratiquée par les géographes français et la Landschaftskunde pratiquée par S. Passarge peuvent en effet être largement assimilées38. Mais leur réticence à l’encontre de la théorisation et de l’étude réflexive implique que les travaux méthodologiques de S. Passarge, pourtant très bien connus et débattus en Allemagne, ne sont pas relayés en France, faute d’un intérêt pour les questions de définition disciplinaire et de méthodologie.

35L’analyse sur les notions qui circulent entre le géographe allemand et les géographes français, plus ou moins bien comprises et filtrées par les passeurs de la BGI, incite à étudier de façon plus approfondie un des maillons de cette circulation, à savoir les passeurs.

Les passeurs de S. Passarge

  • 39 Michel Espagne, Michael Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France. G (...)

36Nous esquissons ici une « sociologie des médiateurs »39 en insistant sur les rédacteurs BGI auteurs de notices concernant S. Passarge entre 1892 et 1944. Les rédacteurs francophones et germanophones qui transmettent en les traduisant les résultats de recherche d’une tradition nationale géographique à une autre, constituent ce que nous appelons des passeurs. Pour analyser la structure du groupe des passeurs qui permettent de faire connaître aux géographes français les travaux du géographe allemand, nous nous appuyons sur deux tableaux. Celui de la figure 3 regroupe exhaustivement les 19 recenseurs d’une seule notice concernant S. Passarge, et celui de la figure 4, les 12 recenseurs auteurs de plus de deux notices. A chaque fois nous avons mis en évidence le nombre de notices se rapportant à une œuvre de S. Passarge, et celles où le recenseur le mentionnait dans son commentaire d’un autre auteur. Ce dernier cas permet de mesurer l’importance de la référence au géographe de Hambourg. Pour permettre une compréhension approfondie des passeurs, nous avons pris soin, dans la mesure du possible, de mettre en relation, pour chacun des recenseurs, ses principaux axes de recherche et le thème de la recension effectuée se rapportant à S. Passarge ; la comparaison entre les deux permet de saisir l’adéquation du recenseur choisi par les directeurs de la BGI en fonction de l’œuvre à recenser.

De très nombreux passeurs

Fig. 3 : Les 19 recenseurs d’une seule notice concernant Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale 1892-1944

Recenseurs Passarge : BGI1892-1944

Principales thématiques de recherche

Thématiques des recensions sur Passarge

Mention de Passarge dans le commentaire pour un autre auteur

Auerbach Bertrand (1856-1942)

Géographie régionale, Pays de langue allemande, Europe centrale

Géomorphologie de Thuringe (1913-14)

Bernard Augustin (1865-1947)

Afrique du Nord

Algérie (BGI 1910)

Baulig Henri (1877-1962)

Géomorphologie

Géomorphologie (BGI 1909)

oui

Capot-Rey Robert (1897-1972)

Géographie régionale : Sarre, Lorraine, Sahara

Géomorphologie (BGI 1924)

oui

Chapot Victor (1873-1954)

généraliste

Landschaftskunde culturelle en Egypte (BGI 1940-1944)

Colin Elicio (1874-1949)

généraliste

Géologie du Kalahari (BGI 1935)

oui

Cuvillier Jean (1899-1969)

Géologie

Géomorphologie (BGI 1933)

Gallois Lucien (1857-1941)

Géographie historique, France

Amérique latine (BGI 1903)

Gautier Emile-Félix (1864-1940)

Géographie régionale, Madagascar, Afrique du Nord

Landschaftskunde (BGI 1929)

oui

Larnaude Marcel (1886-1980)

Afrique du Nord

Algérie (BGI 1940-1944)

Mantoux Paul (1877-1956)

Historien

Exploration au Kalahari (BGI 1899)

Pierre Denis (1883-1951)

Amérique du Sud

Venezuela (2BGI 1911)

De Reparaz Gonzalo fils

Pays de langue hispanique

Amérique latine (BGI 1931)

oui

Sion Jules (1879-1940)

Monde méditerranéen

Géomorphologie désertique (BGI 1905)

oui

Skinas G.

Grèce

Géographie humaine de l’Orient (BGI 1935)

Sorre Max (1880-1962)

Géographie du paysage

Géographie régionale espagnole (BGI 1927)

oui

Vidal de la Blache Paul (1845-1918)

Géographie régionale, géographie générale

Géomorphologie des zones arides (BGI 1906)

oui

Wright John Kirtland (1891-1969)

généraliste

méthodologie de la géographie (BGI1935)

oui

Zimmermann Maurice (1870-1950)

Géographie coloniale

Géologie Afrique du Sud (BGI 1898)

Fig. 4 : Les 12 recenseurs multi-notices de Passarge dans la BGI 1892-1944

Recenseurs de Passarge

Nbre de notices

Dont référence pour un autre auteur

Principales thématiques de recherche

Thématiques des recensions sur Passarge

Allix André (1889-1966)

5

2

Géographie régionale, Alpes

Landschaftskunde géomorphologique (BGI 1915-1919) ; Landschaftskunde (2 fois BGI, 1920-1921) ; comme référence : géographie physique (BGI 1923) ; déserts (BGI 1925)

Arnaud G.

3

1

Amérique latine (BGI 1923) ; Landschaftskunde géomorphologique (BGI 1924) comme référence : Afrique coloniale allemande (BGI 1923) ;

Clozier René (1888-1987)

2

0

Géographie de la circulation

Géographie culturelle (BGI 1930) ; géomorphologie (BGI1930)

Demangeon Albert (1872-1940)

9

2

Géographie humaine, géographie économique, Iles britanniques

Géographie physique du Kalahari (BGI 1901, 1905) ; Kalahari (BGI1906) ; histoire de la géographie d’Afrique (BGI 1907) ; ethnographie africaine (BGI 1907) ; géographie humaine Afrique (BGI 1933) ; géographie humaine Afrique (BGI 1934) comme référence : géomorphologie Afrique du Sud (BGI 1906) ; géomorphologie de l’Afrique (BGI 1907)

George Pierre (1909-2006)

2

0

Géographie humaine et régionale

Landschaftskunde géomorphologique (2 fois BGI 1933)

Gignoux Maurice (1881-1955)

2

0

Géologie

Géographie physique (BGI 1912) ; Landschaftsgeographie (BGI 1913-1914)

Hartke Wolfgang (1908-1997)

3

1

France

Méthodologie de la géographie (BGI 1936) ; Landschaftskunde de l’Asie (BGI 1938) comme référence : Méthodologie de la géographie

De Martonne Emmanuel (1873-1955)

4

3

Géographie physique, Europe centrale

Géomorphologie (BGI 1927) comme référence : Géographie régionale de l’Afrique (BGI 1906) ; désert (BGI 1927) ; Landschaftskunde(BGI 1926)

Maurette Fernand (1879-1937)

6

1

Afrique

Paysages naturels d’Afrique, géographie régionale d’Afrique (BGI 1908) ; géographie coloniale et régionale africaine (BGI 1909, BGI 1910) ; géomorphologie d’Afrique (BGI 1910) ; géomorphologie d’Afrique du Sud (BGI 1911) comme référence :Afrique (BGI 1915-1919)

Moscheles Julie (1892-1956)

6

0

France

Géomorphologie désertique en Egypte (BGI 1925) ; Landschaftskunde géomorphologique (BGI 1929) ; Landschaftskunde (BGI 1929) ; géomorphologie (BGI 1929) ; géomorphologie Amérique latine (BGI 1930) ; géomorphologie glaciaire (BGI 1933)

Raveneau Louis (1865-1937)

14

9

généraliste

nécrologie (BGI 1926) ; Landschaftskunde climatique (BGI 1927) ; Tunisie (BGI 1930) ; géographie culturelle (BGI 1933) ; Landschaftskunde de l’Australie (BGI 1934) comme référence : Géographie de l’Afrique (BGI 1899) ; Géographie physique de l’Afrique du Sud (BGI 1907) ; (BGI 1911) ; (BGI 1915-1919) ; Landschaftskunde (BGI 1931) ; géomorphologie (BGI 1932) ; Afrique du Nord (BGI 1933) ; cartographie de l’Allemagne (BGI 1935) ; Géologie du Kalahari (BGI 1935)

Schirmer Henri (1862-1931)

4

0

Afrique du Nord

Géologie du Cameroun (BGI 1895) ; Géologie comme Afrique BGI1897) ; Géographie physique de l’Afrique (BGI 1903, 1904)

Total de notices

60

19

  • 40 Gaëlle Hallair, Histoire croisée..., 2, p. 366, 367, 370.

37Entre 1892 et 1944, 31 recenseurs différents ont mentionné S. Passarge dans leurs commentaires. Ce nombre élevé attire l’attention. Il signifie d’abord qu’il n’y a pas de recenseur attitré du géographe allemand. S’il n’existe pas dans la BGI de recenseur attitré à tel ou tel géographe, force est de constater que certains auteurs sont recensés de façon privilégiée par un géographe en particulier, L. Raveneau mis à part. Donnons quelques exemples pour la période 1900-1945 : B. Auerbach recense ainsi le plus grand nombre d’œuvres de A. Hettner dans la BGI (11 notices), le premier recenseur de N. Krebs est E. de Martonne (11 notices), le recenseur privilégié de W. Volz est J. Sion (9 notices)40. Concernant S. Passarge, devons-nous en conclure qu’aucun géographe français n’adhère à ses travaux et que les directeurs de la BGI ont prié chacun des collaborateurs de se charger à tour de rôle d’une de ses recensions ? La situation est plus complexe. Les tableaux (fig. 3 et 4) montrent que les thématiques des recensions fournies correspondent aux thématiques des 31 recenseurs à 4 exceptions près : L. Gallois, R. Clozier, L. Raveneau et J. K. Wright, considérés comme des généralistes, se chargent de la recension, faute peut être de candidat. Mais les 28 autres auteurs recensent des œuvres dont la thématique correspond à leurs recherches, y compris les recenseurs d’une seule notice (cf. fig. 4). De plus, il est remarquable que la moitié des passeurs mentionnent S. Passarge dans leur commentaire concernant un autre auteur, signe que le géographe allemand est mobilisé pour servir de référence et sert de repère commun.

38La longévité de la vie professionnelle de S. Passarge, qui publie sa thèse l’année même de la naissance de la BGI, associée à sa remarquable productivité (351 publications) contribuent également à expliquer que plusieurs générations de géographes aient eu l’occasion de le recenser : depuis les pionniers de l’école française de géographie présents aux côtés de P. Vidal de la Blache tels B. Auerbach, H. Schirmer, L. Raveneau, en passant par les géographes vidaliens de la seconde génération comme M. Zimmermann, E. de Martonne, A. Demangeon, H. Baulig, E. Colin, F. Maurette, et ceux de la troisième génération tels A. Allix, M. Sorre, R. Clozier, jusqu’aux jeunes actifs à partir des années trente comme P. George.

Quels passeurs ?

  • 41 Julia Moscheles, « Siegfried Passarge, 1929, Morphologie der Erdoberfläche », Bibliographie Géograp (...)

39Non seulement les recenseurs de S. Passarge sont nombreux, mais de plus ils relèvent de statuts divers. Tout d’abord, si les Français constituent le gros du bataillon des passeurs, nous relevons aussi des étrangers, que ce soit des germanophones francophones comme la Tchèque J. Moscheles, rare figure féminine dans la recherche de cette époque-là, assistante à l’université de Prague jusqu’à son émigration vers l’Australie, et W. Hartke, élève de N. Krebs à Berlin et spécialiste de la France. Des Américains, tel John Kirtland Wright, directeur de l’American geographical society de New York et des Grecs tels G. Skinas, enseignant à Athènes, témoignent également de l’internationalisation voulue du réseau BGI. Tous les recenseurs se sont trouvés confrontés au problème de la traduction des notions géographiques de l’allemand au français. C’est très net pour la traduction des concepts de Landschaft et de Landschaftskunde, très mobilisés par S. Passarge mais qui n’ont pas d’équivalent en français : littéralement ils signifient respectivement « paysage » et « science du paysage », mais en terme de contenu, la Landschaftskunde est, comme nous l’avons expliqué plus haut, très proche de la « géographie régionale » pratiquée par les géographes français. D’où le flou des traductions utilisées par les passeurs : Landschaft est traduit soit par région soit par paysage. Les rares à se montrer sensibles au potentiel problème de traduction sont les rédacteurs de langue allemande, W. Hartke et surtout J. Moscheles, confrontés à la difficulté de transmettre une information dans un organe de recension en langue française. J. Moscheles a donc choisi d’utiliser dans ses commentaires la traduction française de « paysage » pour Landschaft mais en cas de mot-composé allemand, elle propose une traduction française tout en indiquant le mot allemand entre parenthèses : « zones de paysages » (Landschaftsgürtel)41.

40Ensuite, les recensions de Passarge ont mobilisé aussi bien les leaders de la géographie universitaire française tels P. Vidal de la Blache, E. de Martonne ou A. Demangeon que d’autres beaucoup moins connus comme V. Chapot. Tous ont été concernés, de près ou de loin, par les réflexions du géographe allemand. La notoriété du rédacteur constitue un indicateur de l’intérêt de la publication concernée : les « patrons » de la géographie française se réservent les recensions des travaux considérés comme les plus marquants. Devons-nous en conclure que la production de Passarge est inégale, tantôt digne d’être recensée par les plus grands géographes, tantôt laissée aux « seconds couteaux » ?

41Enfin, les passeurs de Passarge relèvent de plusieurs spécialités, depuis les historiens (P. Mantoux), les experts de la géographie humaine (A. Demangeon), de la géographie physique (E. de Martonne) jusqu’aux géologues (M. Gignoux, J. Cuvillier). C’est à la fois l’indice que les travaux du géographe allemand brassent une large palette disciplinaire, le signe de la multidisciplinarité assumée de l’organe BGI et peut être aussi dans une certaine mesure l’illustration d’une certaine perméabilité des frontières disciplinaires.

Des recenseurs de l’insaisissable ?

42Comment comprendre la multiplicité, la diversité, voire la dispersion des passeurs de S. Passarge ? Deux hypothèses opposées surgissent. La première insiste sur une réception floue du géographe allemand en France, dans la mesure où de nombreux passeurs sont mobilisés pour tenter de saisir l’objet de ses recherches. Il semble en effet difficile de lui attribuer une quelconque spécialité facile à cerner par une ou deux catégories.

43La seconde s’attache à lui comme référence admise par tous les passeurs, comme l’indiquent les nombreuses mentions qui lui sont faites dans le commentaire d’une recension concernant un autre auteur. À partir du CIG de Rome en 1913, le géographe de Hambourg n’a cessé d’approfondir sa vision de la géographie comme Landschaftskunde ou science du paysage, et de la décliner dans ses versants de géographie physique et de géographie humaine. Or cette catégorie n’est pas identifiée comme telle par les géographes français ; en termes de contenu, elle est, comme nous l’avons déjà écrit, très proche de la géographie régionale. La seconde hypothèse conclut à la construction d’une référence collective à S. Passarge au sein de la BGI. Deux exemples de passeurs au statut très différents l’illustrent. L. Raveneau, directeur de la BGI, y fait référence deux fois plus souvent qu’il ne recense directement ses travaux. E. de Martonne ne recense qu’une seule œuvre de son collègue allemand, mais fait référence à lui à trois reprises pour commenter les œuvres d’autres auteurs.

  • 42 Donnons un exemple : « Nous sommes peinés en Allemagne de constater que le gouvernement français tr (...)
  • 43 Gaëlle Hallair, Histoire croisée..., 2, p. 233-234.
  • 44 Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, « L’UGI, enjeu des relations internationales dans la première (...)
  • 45 Albert Demangeon, « Géographie politique », Annales de Géographie 41, 1932, (p. 22-31).

44Dans le climat tendu des années 1930, où la géographie allemande, comme le reste de la science allemande, est mise au pas et organisée hiérarchiquement selon le principe du chef (Führerprinzip), une controverse violente est survenue en 1933 entre géographes allemands et géographes français : contrairement à la politique d’ouverture envers la France voulue par A. Hitler, S. Passarge se répand en invectives désobligeantes et agressives42 dans une lettre43 adressée à son collègue E. de Martonne qui proposait, via le géographe allemand Fritz Jäger établi à Bâle, une collaboration entre géographes français et allemands pour établir dans le cadre de l’Union géographique internationale une carte des surfaces d’érosion44. La réponse de E. de Martonne reste courtoise et les travaux de S. Passarge continuent d’être recensés dans la BGI mais le plus souvent sans commentaire. Cette opposition frontale entre les deux géographes ne semble pas avoir eu d’incidences dans les recensions BGI, alors qu’elle est à l’origine de l’expulsion de S. Passarge du parti nazi et de sa mise à la retraite. Dans l’école française, les positions ne sont pas homogènes : si A. Demangeon se montre plutôt clairvoyant par rapport aux dérives de la géographie allemande, comme le montre son article45 de 1932 parus dans les Annales de Géographie, il semble jouer l’apaisement, alors que E. de Martonne se montrerait plus va-t’en-guerre.

  • 46 Nous traduisons ce titre en : « Les séismes et l’histoire humaine en Asie orientale ».
  • 47 C’est nous qui soulignons.

45En analysant la durée des références à S. Passarge dans la BGI, en particulier après sa mise à la retraite, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, nous pouvons appréhender l’intérêt qui lui a été prêté. Agé de 72 ans lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, le géographe allemand continue de publier, certes à un rythme moins soutenu qu’auparavant ; il fait paraître sa dernière contribution à 88 ans en 1955, trois ans seulement avant sa mort. Malgré les tensions des années trente, les idées politiques de S. Passarge connues aussi bien des géographes allemands que des géographes français et son inimitié personnelle avec E. de Martonne, ses œuvres continuent à être recensées dans la BGI pendant et après la guerre, sans condamnation de la part des rédacteurs de notices, qu’ils soient français comme V. Chapot et M. Larnaude, ou qu’ils soient allemands comme W. Hartke ; ce dernier prend cependant prudemment ses distances dans son commentaire pour BGI 1949-1950 concernant l’article de S. Passarge intitulé « Erdbeben und Menschwerdung in Ostasien »46 in Festschrift zu Geburtstag v. L. Mecking, 1949, p. 97-102 : « Etude très personnelle47 de l’influence des séismes sur l’histoire humaine ».

46Pour approfondir les raisons de la diversité des passeurs de S. Passarge dans la BGI, nous étudions les permanences et les éventuelles discontinuités de ses recenseurs à partir du tableau de la fig. 4 et des recensions réalisées après 1945. Pour chacun des recenseurs multi-notices du géographe allemand, la dernière colonne précise l’année BGI à laquelle ils ont contribué. La continuité des passeurs prévaut jusqu’à la mise à la retraite de S. Passarge en 1937-1938, comme le montrent A. Demangeon (son recenseur de BGI 1901 à BGI 1934), L. Raveneau (de BGI 1899 à BGI 1935) c’est-à-dire des débuts scientifiques de S. Passarge à la retraite de L. Raveneau, W. Hartke (de BGI 1936 à BGI 1949-1950), c’est-à-dire des premières contributions de W. Hartke à la fin de la vie de S. Passarge, sans que la Seconde Guerre mondiale constitue une rupture. La césure la plus notable est celle d’E. de Martonne qui cesse de recenser le géographe de Hambourg à partir de BGI 1927, donc bien avant l’épisode violent de 1931 rapporté supra. J. Moscheles cesse sa collaboration avec la BGI en 1933, et par conséquent les recensions sur S. Passarge qu’elle envoyait régulièrement depuis 1925, car elle émigre en Australie à l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Donc ni la Première Guerre mondiale, ni l’arrivée au pouvoir d’Hitler, ni l’affrontement personnel avec E. de Martonne ne semble constituer une césure : S. Passarge reste recensé dans la BGI. Le tassement observé du nombre de passeurs semble plus lié à une diminution de la production du géographe allemand à l’aube de la retraite et à un nombre relativement élevé de recensions sans commentaires qu’à un rejet émanant de la direction et des collaborateurs de la BGI.

47En conclusion, la réception de S. Passarge en France est globalement positive ; c’est particulièrement vrai pour ses travaux sur l’Afrique et sur la géographie physique, car elle correspond à l’horizon d’attente des géographes français, eux aussi fortement impliqués dans les questions de géomorphologie, de géographie coloniale et de colonisation. La réception de S. Passarge est plus ambiguë en ce qui concerne sa Landschaftskunde : les géographes français perçoivent mal cette innovation qu’ils cherchent à faire rentrer dans le cadre de la géographie régionale. Le paradigme dominant la géographie française est celui développé par P. Vidal de la Blache. Ce dernier s’est appuyé sur la référence à F. Ratzel pour légitimer une géographie comme science des relations hommes/milieu. En termes de définition disciplinaire, la géographie française n’a donc pas besoin de la référence à S. Passarge et à sa Landschaftskunde. Par conséquent, il est essentiellement mobilisé pour sa géomorphologie et ses travaux sur l’Afrique. La science n’étant pas déconnectée du politique, l’étude de la réception d’un savant allemand, connu pour le conservatisme de ces idées et pour son engagement nazi à la fin de sa vie, montre la « capacité d’amorti » d’un organe de recensions scientifiques comme la BGI. Par « capacité d’amorti », nous caractérisons le filtre que constitue un organe de recension créé par l’École française de géographie et soutenu par des collègues étrangers ; le faisceau des notices bibliographiques, les efforts de traduction fournis par les différents recenseurs de S. Passarge, le souci d’objectivité scientifique qui laisse de côté les aspects polémiques atténuent les aspérités et la radicalité des positions du géographe allemand. C’est la raison pour laquelle ce dernier reste une référence incontournable pour les géographes français de la première moitié du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 La Globalgeschichte ou Histoire globale/mondiale étudie les interactions et les connexions entre les sociétés humaines à différents pas de temps et à l’échelon mondial ; voir notamment les travaux des historiens français Serge Gruzinski, Pierre Monnet et des historiens allemands Matthias Middell et Katja Naumann.

2 Gaëlle Hallair, « Les figures de passeurs et de tiers » in : Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du xxe siècle : la géographie du paysage (Landschaftskunde) en question, thèse sous la direction de Marie-Claire Robic et Sebastian Lentz, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Université de Leipzig, 2010, I, (p. 222-239), p. 222.

3 Ibid., p. 130-164.

4 Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, « L’UGI, enjeu des relations internationales dans la première moitié du xxe siècle », in : Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler, Géographes face aux monde : l’Union géographique internationale et les congrès internationaux de géographie, Paris, L’Harmattan, 1996, (p. 241-252), p. 248-249.

5 Heinz-Peter Brogiato, « Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert. Ein abriss », in: Winfried Schenk, Konrad Schliephake, Allgemeine Anthropogeographie, Klett-Perthes Verlag, Gotha, Stuttgart, 2005, (p. 41-81).

6 Marie-Claire Robic, « La Bibliographie géographique (1891-1991), témoin d’un siècle de géographie : quelques enseignements d’analyses formelles », Annales de Géographie 561-562, 1991, (p. 521-577).

7 Normalien, agrégé d’histoire et de géographie et disciple de P. Vidal de la Blache, L. Raveneau, devenu « directeur » en 1899 dirige cette section bibliographique jusqu’en 1921.

8 Marie-Claire Robic, op.cit., p. 522-523.

9 Nous adoptons comme convention de donner l’année de recension de la BGI en apposition : par exemple, BGI 1912 désigne le volume de la BGI qui regroupe les recensions des travaux en général parus en 1912, et qui est publié l’année suivante, en l’occurrence en 1913, sauf en cas de circonstances graves comme la guerre, où la publication peut prendre du retard et être reportée.

10 M. Gignoux est un géologue de Grenoble, spécialiste du Pliocène et auteur d’un monumental traité sur la géologie et la stratigraphie.

11 Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde : grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, Fayard, 1990.

12 Bruno Latour, Cogitamus, Berlin, Paris, Suhrkamp, La Découverte, 2010.

13 Brigitte Schröder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internationale et la politique étrangère des Etats pendant l’entre-deux-guerres », in : Relations internationales 46, 1986, (p. 173-194).

14 Gaëlle Hallair, « “Paysage” et “Landschaft” : incompréhensions et malentendus entre les géographes allemands et français dans les années Trente », in : Sidonie Kellerer, Astrid Nierhoff-Fassbender et. al., Missverständnis, Malentendu. Kultur zwischen Kommunikation und Störung, Cologne, Königshausen & Neumann, 2008, (p. 123-137), p. 125.

15 Denis Wolff, « La promotion parisienne (1911-1914) », in : Albert Demangeon : de l’école communale à la chaire en Sorbonne : l’itinéraire d’un géographe moderne, thèse sous la direction de Marie-Claire Robic, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2005, (p. 405-448), p. 436.

16 Hermann Wagner, Lehrbuch der Geographie, Erster Band: Allgemeine Erdkunde, Hannovre et Leipzig, Hahnsche Buchhandlung, (9e éd.), 1884, 1912.

17 Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, op.cit., p. 192.

18 Les sept Allemands qui se rendent au CIG de Paris en 1931 sont cinq géographes (E. Haarman, N. Krebs, H. Louis, W. Panzer, A. Ruehl), le journaliste du Pariser Zeitung J. Maltzahn et un certain Kaufman.

19 Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, Schriftenverzeichnis und Nachlass von Siegfried Passarge, Hambourg, Institut für Geographie, 1998.

20 Gaëlle Hallair, « Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du xxe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) », Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 2011, (p. 319-334), p. 320.

21 Siegfried Passarge, « Aufgaben und Methoden der Vergleichenden Landschaftskunde und ihre Stellung im System der Erdkunde », Verhandlungen des 20. deutschen Geographentages Leipzig 1921, 1922, (p. 175-180), p. 180.

22 Gaëlle Hallair, op. cit., p. 325.

23 Soulignons ici l’ambiguïté de la langue française qui ne distingue pas la différence sémantique entre la référence que constitue une personne, à savoir le fait qu’on lui accorde une valeur de repère et/ ou de modèle, et la référence bibliographique qui est un ensemble de données nécessaires pour identifier tout ou partie d’un document.

24 Albert Demangeon, « Le Kalahari d’après le livre de M. Siegfried Passarge », Annales de géographie 15, 79, 1906, (p. 43-58).

25 Fernand Maurette, « Siegfried Passarge, 1908, Südafrika. Eine Landes-, Volks- und Wirtschaftskunde », Bibliographie Géographique Internationale 18, 1909, no 957, p. 273.

26 En géomorphologie, les Inselberglandschaften (paysages d’inselberg) désignent des reliefs résiduels rocheux à pentes raides dans des calcaires ou des roches cristallines en climat tropical (http://www.cnrtl.fr/definition/inselberg). Ce terme allemand, composé de Insel (île) et de Berg (montagne) semble avoir été utilisé pour la première fois par W. Bornhardt en 1898. Pour désigner la même forme de relief résiduel, les géomorphologues français ont également utilisé le terme d’origine indienne : monadnok.

27 Siegfried Passarge, Physiologische Morphologie, Sonderabdr. Aus Mitteilungen der Geographischen Gesellsschaft in Hamburg, XXVI, Heft 2, Hamburg, 1912.

28 André Allix, « Siegfried Passarge, 1919, Die Grundlagen des Landschaftskunde. Ein Lehrbuch und eine Anleitung zu landeskundliches Forschung und Darstellung, Band I », Bibliographie Géographique Internationale 25-29, 1921, no 261, p. 59.

29 La Volkskunde est l’ethnologie allemande, c’est-à-dire appliquée aux peuples de langues germaniques et la Völkerkunde est l’ethnologie allemande appliquée aux autres peuples.

30 Gaëlle Hallair, op. cit., p. 235.

31 Claude Raffestin, Lopreno Dario, Pasteur Yvan, Géopolitique et histoire, Paris, Payot, 1995, p. 17.

32 Albert Demangeon, « Siegfried Passarge, 1934, Geographische Völkerkunde », Bibliographie Géographique Internationale 44, 1935, p. 116.

33 Bibliographie Géographique Internationale 35, 1926, p. 74, notice no 365.

34 Siegfried Passarge, « Harmonie und Rhythmus in der Landschaft », Petermanns Mitteilungen 11-12, 1925, (p. 250-252).

35 Marie-Claire Robic, « Bertrand Auerbach (1856-1942), “éclaireur et sans grade” de l’École française de géographie », Revue géographique de l’Est, 39, 1, 1999, (p. 37-47).

36 Bertrand Auerbach, « L’Évolution des conceptions et de la méthode en géographie », Journal des Savants, 1908, (p. 309-324)

37 Gaëlle Hallair, Histoire croisée entre les géographes français et allemands..., tome 2, p. 243-248.

38 Ibid., p. 321.

39 Michel Espagne, Michael Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France. Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ESC 4, 1987, (p. 969-992), p. 985.

40 Gaëlle Hallair, Histoire croisée..., 2, p. 366, 367, 370.

41 Julia Moscheles, « Siegfried Passarge, 1929, Morphologie der Erdoberfläche », Bibliographie Géographique Internationale 40, 1931, p. 504.

42 Donnons un exemple : « Nous sommes peinés en Allemagne de constater que le gouvernement français traite sa propre armée de manière vexatoire ».

43 Gaëlle Hallair, Histoire croisée..., 2, p. 233-234.

44 Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, « L’UGI, enjeu des relations internationales dans la première moitié du xxe siècle », in : Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler, Géographes face aux monde : l’Union géographique internationale et les congrès internationaux de géographie, Paris, L’harmattan, 1996, (p. 241-252), p. 248.

45 Albert Demangeon, « Géographie politique », Annales de Géographie 41, 1932, (p. 22-31).

46 Nous traduisons ce titre en : « Les séismes et l’histoire humaine en Asie orientale ».

47 C’est nous qui soulignons.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Rapport des recensions de Passarge dans la BGI (production totale de Passarge)
Légende La courbe de couleur noire représente la production totale de S. Passarge, telle qu’elle a été inventoriée par G. Sandner et M. Rössler. La courbe de couleur grise représente les recensions de S. Passarge, dans la BGI telles qu’elles ont été répertoriées par G. Hallair.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1486/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Hallair, « Siegfried Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale : mécanismes, enjeux et acteurs de la réception d’un géographe allemand en France », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 41-62.

Référence électronique

Gaëlle Hallair, « Siegfried Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale : mécanismes, enjeux et acteurs de la réception d’un géographe allemand en France », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1486 ; DOI : 10.4000/rgi.1486

Haut de page

Auteur

Gaëlle Hallair

Docteure en géographie, ingénieure d’études, Centre Georg Simmel (UMR 8131 EHESS/CNRS), chercheuse associée au laboratoire Géographie-cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals