Navigation – Plan du site

Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940)

Denis Wolff
p. 63-81

Résumés

Nombre de géographes français ont eu des liens étroits avec leurs collègues allemands et avec l’Allemagne dans la première moitié du xxe siècle : ils complètent leur apprentissage en allant y écouter les maîtres ou travaillent sur ce pays qui fait partie de leur terrain. La présente contribution examine les relations entretenues avec l’Allemagne par un géographe français, Albert Demangeon, dont les liens avec ce pays voisin sont justement plus faibles que ceux de beaucoup de ses collègues. Comment ce spécialiste du monde britannique reçoit-il les travaux de ses collègues allemands ? Comment les siens sont-ils reçus outre-Rhin ? Quel regard porte-t-il sur l’Allemagne ? Passionné par l’histoire du temps présent, il suit de près l’actualité de ce pays, sans se limiter à la géographie. De leur côté, les géographes allemands rendent compte de ses œuvres et de ses prises de position. Ces relations bilatérales sont très marquées par la fluctuation des rapports entre les deux États. On passe ainsi d’une cordialité distante au début du vingtième siècle à une rupture des relations pendant la Grande Guerre. Puis, alors qu’Albert Demangeon semble tourner le dos à l’Allemagne dans les années vingt, il se trouve au début des années trente au centre d’une polémique sur la Geopolitik. Celle-ci s’apaise, mais alors le régime nazi ne permet pas aux géographes des deux pays d’entretenir des relations d’ordre scientifique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur le « modèle allemand », cf. Numa Broc, « La géographie française face à la science allemande (1 (...)
  • 2 Lucien Gallois, Les géographes allemands de la Renaissance, Thèse, Paris, Leroux, 1890.
  • 3 Lucien Gallois, Paul Vidal de la Blache, Le bassin de la Sarre, Paris, Armand Colin, sd et rééd. 19 (...)
  • 4 Cf. Marie-Claire Robic, « Bertrand Auerbach (1856-1942), éclaireur et “sans grade” de l’École franç (...)
  • 5 Cf. Claire Delfosse, « Emmanuel de Martonne, tisseur de réseaux internationaux de géographes », in  (...)
  • 6 Gaëlle Hallair, « Le géographe Emmanuel de Martonne et l’Europe centrale », Grafigéo, no 33, Collec (...)
  • 7 Cf. Mariel Jean Brunhes Delamarre, « Jean Brunhes (1869-1930) », in : « Les géographes français », (...)
  • 8 Jean Brunhes, La géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples, Paris (...)

1Au tournant du vingtième siècle, nombre de géographes ont des liens étroits avec l’Allemagne. Ainsi, Louis Raveneau, Pierre Camena d’Almeida, Jean Brunhes et Emmanuel de Martonne1 vont étudier dans les laboratoires des universités allemandes. Lucien Gallois, féru de géographie historique, développe une familiarité avec l’Allemagne au travers de sa thèse (Les géographes allemands de la Renaissance2) et de ses études de géographie politique liées à la Grande Guerre (par exemple sur la Sarre3). Bertrand Auerbach, professeur à l’université de Nancy, est un spécialiste de l’Europe centrale, passeur entre géographes français et allemands, mais il se détourne de cette discipline pour reprendre l’histoire diplomatique de l’Europe centrale à partir des années 19104. Emmanuel de Martonne, enseignant à la Sorbonne à partir de 1909 et rapidement mentor de la géographie physique en France, « tisseur de réseaux »5 à l’échelle nationale et internationale, s’intéresse d’abord à la Roumanie, puis à toute l’Europe centrale, y compris l’Allemagne6. Jean Brunhes, spécialisé en géographie humaine, professeur à l’université de Fribourg puis au Collège de France, a des attaches avec la Suisse, son « laboratoire »7, et aussi avec la géographie allemande qu’il cite volontiers dans sa Géographie humaine8.

2Albert Demangeon (1872-1940), lui, a des attaches bien moindres avec l’Allemagne. Il peut paraître paradoxal, de ce fait, de se focaliser sur son cas ; mais ce dernier est significatif de la complexité des rapports entretenus par les géographes des deux côtés du Rhin. Dans une perspective d’histoire des transferts, nous souhaitons analyser la façon dont il reçoit les travaux des géographes allemands et, vice versa, la manière dont ces derniers reçoivent les siens ; nous interrogerons également le regard que ce géographe, passionné par l’histoire du temps présent, porte sur l’Allemagne et ce qu’il nous dit des relations franco-allemandes de l’époque.

  • 9 Denis Wolff, Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinérai (...)
  • 10 Albert Demangeon, L’Empire britannique. Étude de géographie coloniale, Paris, Armand Colin, 1923.
  • 11 Albert Demangeon, Les Iles britanniques, Paris, Armand Colin, 1927.
  • 12 Albert Demangeon, « Contribution à la géographie du Kaiserstuhl en Brisgau », Annales de géographie(...)
  • 13 Albert Demangeon, Lucien Febvre, Le Rhin. Problèmes d’histoire et d’économie, Paris, Armand Colin, (...)

3Après l’École normale supérieure et l’agrégation d’histoire-géographie (1895), Albert Demangeon9 ne va pas parfaire ses études en Allemagne. Professeur en lycée pendant quelques années, il prépare ensuite une thèse sous la direction de Vidal de la Blache qu’il soutient en 1905 ; il enseigne alors à l’université de Lille puis à la Sorbonne à partir de 1911 où il se spécialise en géographie économique et humaine. Il s’intéresse beaucoup à la Grande-Bretagne, y effectue plusieurs voyages et il est fasciné par son Empire qui est l’objet d’un de ses ouvrages10 ; il en rédige un autre sur les Iles britanniques11, premier tome de la Géographie universelle, sans parler de nombreux articles, notes et comptes rendus. En revanche, il a beaucoup moins d’attaches avec l’Allemagne. Certes, comme nombre d’intellectuels de l’époque, il lit parfaitement l’allemand et a connaissance de la géographie pratiquée outre-Rhin. De plus, toujours à l’écoute de l’évolution des questions internationales, il se préoccupe vivement de l’Allemagne, à une époque où les relations bilatérales connaissent de grandes fluctuations. Mais il s’y rend très peu : en 1920, il ne va que jusqu’à Stolberg (près d’Aix-la-Chapelle) puis, en 1930, il fait une descente du Rhin de Mayence à Rotterdam. Dans ses travaux, il n’aborde l’Allemagne que de manière marginale : une petite monographie sur le Kaiserstuhl12 et un livre sur le Rhin en collaboration avec l’historien Lucien Febvre13.

  • 14 Bibliothèque Mazarine, Fonds Demangeon-Perpillou. La consultation des œuvres imprimées du fonds est (...)
  • 15 Gaëlle Hallair, Les relations entre les géographes français et allemands au cours de la première mo (...)
  • 16 Enseignant à l’université de Nancy, puis à l’ENS et à la Sorbonne, Paul Vidal de la Blache est le f (...)
  • 17 Cf. Heinz-Peter Brogiato, « Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert - ein Ab (...)

4Les relations scientifiques d’Albert Demangeon avec les géographes allemands suivent-elles les fluctuations politiques complexes entre la France et l’Allemagne ? Dans cette étude, chronologique, nous dégagerons quatre temps forts : une cordialité distante envers les géographes allemands dans la première décennie du xxe siècle, une mobilisation pour la victoire à l’époque de la Grande Guerre (1914-1920), une « Europe sans Allemagne » dans les écrits des années vingt et enfin son implication dans une polémique franco-allemande dans les années 1930. Pour conduire cette analyse, nous disposons d’articles et de comptes rendus parus dans des revues allemandes et jusqu’alors non exploités, d’archives telles celles de la Bibliothèque Mazarine14, et d’études, comme celles réalisées par Gaëlle Hallair et Nicolas Ginsburger15. Ces sources nous permettrons de montrer les relations d’un géographe français qui appartient à une communauté reconnaissant Paul Vidal de la Blache16 comme « patron » et nommée dès le début du vingtième siècle « École française de géographie », avec des géographes allemands qui forment, de leur côté, une communauté décentralisée et dotée de plusieurs leaders17.

À la Belle Époque : une cordialité distante (1902-1914)

  • 18 Albert Demangeon, La Picardie et les régions voisines. Artois, Cambrésis, Beauvaisis, Paris, Armand (...)

5N’ayant pas fait de voyage en Allemagne ni publié d’article ou d’ouvrage scientifique, Albert Demangeon se fait connaître outre-Rhin par sa thèse18 soutenue en 1905. Cette monographie régionale de la Picardie, la première effectuée par un élève de Vidal de la Blache sur une région de France, est considérée comme un prototype par les géographes français et accueillie par d’excellentes critiques et de nombreux prix. Son travail est aussi fort apprécié par les géographes allemands. Ainsi Friedrich Hahn, professeur à l’université de Königsberg, note, dans les Petermanns Geographische Mitteilungen :

  • 19 Friedrich Hahn, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1906, p. 37. Texte original: « Von dem Umfan (...)

Chez nous, on peut à peine imaginer l’ampleur des études géographiques très sérieuses et exhaustives des provinces françaises. L’auteur, enseignant à l’Université de Lille, n’a pas pu utiliser moins de 592 livres et articles. [...] En somme, un livre très utile, que l’on peut également consulter comme exemple pour des travaux allemands de géographie régionale19.

  • 20 Albert Demangeon (dir.), Joseph Blayac, Isidore Gallaud, Jules Sion, Antoine Vacher, Dictionnaire-m (...)
  • 21 La Geographische Zeitschrift est une revue fondée en 1895 par Alfred Hettner, professeur à l’univer (...)

6Après sa thèse, Albert Demangeon dirige un ouvrage collectif : il rédige, avec plusieurs collègues de sa génération, notamment Jules Sion et Antoine Vacher, un dictionnaire de géographie20 assez novateur ; c’est le premier qui, à côté des toponymes, comprend quelques noms communs. Malgré cela le succès est mitigé et, à l’instar des géographes français, les auteurs allemands émettent quelques critiques, comme dans la Geographische Zeitschrift21. L’auteur du compte rendu est certes très impressionné par l’ampleur de la tâche d’Albert Demangeon :

  • 22 Schlemmer, Geographische Zeitschrift, 1908, p. 283-284. Texte original : « Der Verfasser hat sich b (...)

L’auteur s’est efforcé de dire le plus possible avec le moins de mots possible et il a réussi à créer un ouvrage qui donne des renseignements sur des milliers de questions et de choses, sur toutes les branches de la géographie, de manière concise et sûre22.

  • 23 Texte original: « Ungleichmäßig ist auch die Behandlung der einzelnem Artikel. »
  • 24 Texte original: « Mancher chinesische, indische usw. Name könnte meiner Ansicht nach zu Gunsten sol (...)

7Mais il note aussi que « le contenu des articles est inégal »23 et fait preuve de nationalisme linguistique en écrivant : « Certains noms chinois ou indiens pourraient être remplacés par des noms originaires de pays européens, notamment d’Allemagne »24. Il déplore aussi que les toponymes allemands soient indiqués tantôt sous forme allemande, tantôt sous forme francisée, avec alors – mais pas toujours – la forme allemande entre parenthèses ; il étend sa remarque aux toponymes italiens et relève aussi des fautes de frappe.

  • 25 D’autres géographes l’ont fait auparavant dans la Geographische Zeitschrift ; cf. Bertrand Auerbach (...)
  • 26 En allemand dans le texte.
  • 27 Lettre de Pierre Camena d’Almeida à Albert Demangeon datée du 29 octobre 1909, Bibliothèque Mazarin (...)
  • 28 Pierre Camena d’Almeida, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1911, p. 320 ; Albert Demangeon, «  (...)
  • 29 Lucien Gallois, Emmanuel de Martonne, « Paul Vidal de la Blache », Geographen Kalender, 1910, no 8, (...)
  • 30 Otto Schlüter, « Über einige neuere Werke zur französischen Landeskunde », Geographische Zeitschrif (...)
  • 31 Outre la thèse d’Albert Demangeon, il fait allusion à celles d’Émile Chantriot sur la Champagne (19 (...)

8D’autres comptes rendus paraissent dans les Petermanns Geographische Mitteilungen, mais ils sont écrits par des géographes français25. En effet, Pierre Camena d’Almeida, professeur à l’université de Bordeaux, ayant rédigé des comptes rendus pour cette revue, reçoit en 1909 une lettre de Paul Langhans, qui vient de succéder à Alexander Supan à la rédaction des Petermanns Geographische Mitteilungen ; il lui dit qu’« il désirait voir les professionnels de la géographie en France prendre plus de place au Literaturbericht, afin d’avoir quelque chose de plus “sachkundig”26. Il m’a invité à recruter des collaborateurs »27. Albert Demangeon ne donne cependant pas suite à la demande de Pierre Camena d’Almeida. Celui-ci rédige d’autres comptes rendus et rend ainsi compte de l’article d’Albert Demangeon sur le relief du Limousin28. Ceci permet de faire connaître en Allemagne la nouvelle géographie française, d’autant plus que, la même année, Lucien Gallois et Emmanuel de Martonne rédigent dans le Geographen Kalender un article sur son « patron »29. Enfin, des géographes allemands se chargent de la faire connaître, tel Otto Schlüter, professeur à l’université de Halle à partir de 1911 et spécialiste de la géographie du peuplement (Siedlungsgeographie), qui écrit deux longs articles sur les travaux récents des géographes français en 1910 dans la Geographische Zeitschrift30 ; mais certaines thèses soutenues en 1905 et 1906, considérées comme déjà anciennes, ne sont mentionnées qu’en dernière page, même s’il en dit le plus grand bien31.

  • 32 Siegfried Passarge, Die Kalahari. Versuch einer physisch-geographischen Darstellung der Stanfelder (...)
  • 33 Leonard Schultze, Aus Namaland und Kalahari. Bericht an die kgl. preuss. Akademie der Wissenschafte (...)

9Il existe une certaine coopération scientifique de part et d’autre du Rhin. Ainsi, de son côté, Albert Demangeon lit les travaux des géographes allemands, notamment en vue des notices de la Bibliographie géographique annuelle associée aux Annales de géographie. Il fait une critique très positive du livre de Siegfried Passarge (spécialiste de géographie coloniale et de géomorphologie, professeur à Berlin, Breslau puis Hambourg) sur le Kalahari32 qu’il qualifie d’« ouvrage de premier ordre », et il apprécie aussi beaucoup celui de Léonard Schultze, professeur de zoologie à l’université d’Iéna, sur le Namaland et le Kalahari33.

10Mais, à partir de 1907, il s’occupe exclusivement des Iles britanniques (puis de la Belgique et des Pays-Bas) dans la Bibliographie géographique annuelle et ne rédige quasiment plus de comptes rendus de travaux allemands, sauf s’ils portent sur ces contrées. Cela s’explique par un « partage du monde » effectué alors par Paul Vidal de la Blache qui, en vue de la rédaction de la Géographie universelle, attribue l’Europe à ceux qui lui inspirent la plus grande confiance, répartissant entre eux les territoires européens : Lucien Gallois a en charge la France, Jean Brunhes les péninsules méditerranéennes, Emmanuel de Martonne l’Europe centrale et Albert Demangeon les Iles britanniques (ainsi que la Belgique et les Pays-Bas).

  • 34 Albert Demangeon, « La paix armée », Le Volume, 10 mai 1902, p. 493-494 (Travaux scolaires, juin 19 (...)
  • 35 Albert Demangeon, « Les guerres de Napoléon III », Le Volume, 13 avril 1901, p. 17-26 (Le mois scol (...)

11En ce début de siècle, si Albert Demangeon admire certains travaux géographiques allemands, son regard sur l’Allemagne, en tant qu’État est beaucoup plus critique : il semble inquiet de la puissance du pays. Dans une revue destinée aux instituteurs, Le Volume, à laquelle il collabore de 1899 à 1904, il critique les dépenses engendrées par la « paix armée »34, expression qui désigne à l’époque les dépenses croissantes d’armements engagées par les principaux États européens. Dans un autre article35, il dénonce « l’Allemagne [qui] a donné l’exemple d’une politique dont le procédé est le recours à la force ; elle a contraint les nations à s’armer et à se ruiner ; elle se ruine elle-même ». Dans le Dictionnaire de géographie (1907), il critique à demi-mot la politique de l’Allemagne en notant, à l’article « Strasbourg », que le Bade et la Bavière refusent l’approfondissement du Rhin afin que le port de Strasbourg ne fasse pas concurrence aux autres ports allemands. Et il est plus incisif en écrivant que l’Alsace et la Lorraine « n’ont pas l’autonomie des États qui constituent l’Empire allemand ; si elles envoient quinze députés au Reichstag, elles n’ont aucun représentant au Bundesrat ».

12Albert Demangeon rencontre des géographes allemands pour la première fois lors de l’excursion transcontinentale américaine de 1912 organisée par l’American Geographical Society sous la direction de William Morris Davis, professeur à Harvard, à l’origine de nouvelles théories en géomorphologie. Ainsi, c’est aux États-Unis qu’il côtoie pour la première fois des géographes allemands et, également, de bien d’autres nationalités ! Arrivé à New York, il écrit à sa femme :

  • 36 Archives privées ; par la suite nous ne les signalerons pas.

Nous sommes maintenant au complet dans notre petite foire internationale. La société paraît assez mélangée ; pas mal de fumistes. [...] Les Allemands sont nombreux et pas trop encombrants. Les Américains sont nombreux et complaisants36.

13À cette époque, Albert Demangeon manifeste une cordialité distante vis-à-vis de ses collègues allemands : admiration pour le travail scientifique, méfiance pour l’État.

La Grande Guerre (1914-1920) : de la mobilisation pour la victoire au bilan pour l’Europe

14Albert Demangeon accueille la guerre sans réserve ; pour lui, l’heure de la revanche a sonné. Il écrit à sa mère le 3 août 1914 : « Les Allemands jouent gros jeu. Ils vont trouver contre eux la France unie et, vite, ils auront contre eux nos alliés. Je crois que le moment est venu de régler ce compte tragique et que nous n’avons jamais été en meilleure posture pour le faire ». Il réaffirme sa confiance le 10 août :

La guerre sera dure et sanglante. Mais il ne faut pas fermer les yeux sur nos espérances et sur les chances de succès que nous avons ; jamais nous n’aurons une pareille occasion de briser le joug germanique : préparation militaire très forte, unité morale du pays qui marche comme un seul homme, alliances certaines. Il faut se dégager des souvenirs de 1870 ; il faut maintenant dépouiller la mentalité du vaincu ; l’aurore de la victoire luit ; de rudes épreuves nous attendent, mais c’est à ce prix que nous laisserons à nos enfants un pays habitable, émancipé de toute crainte extérieure, vivant enfin d’une vie libre et aisée.

15Albert Demangeon reste très patriote tout au long de la guerre, comme le montrent notamment les lettres qu’il envoie à sa famille et à ses élèves au front. Il ne se plaint pas, supporte les diverses restrictions et privations, disant toujours que la situation des soldats et des réfugiés est bien pire ; il souscrit aux emprunts nationaux, porte son or à la Banque de France. Au Service géographique de l’armée, sous la direction du Général Bourgeois, il participe à la rédaction de notices géographiques pour aider l’État-major ; ces notices ont le plus souvent la taille de petits livres. Il n’est certes pas le seul géographe dont l’armée utilise les compétences (Lucien Gallois, Emmanuel de Martonne, Antoine Vacher et Jules Sion en rédigent également), mais il s’implique considérablement dans sa tâche. Il va au Service géographique, où se trouvent les cartes et documents indispensables à son travail tous les matins et les après-midi, à l’exception de moments brefs où il se rend à la Sorbonne pour son enseignement. Il peut ainsi écrire à sa mère sans exagérer : « Tout ce que je ne donne pas à mes cours, je le donne au Service géographique ». Et, pendant les vacances universitaires, il continue à travailler au même rythme. De plus, il participe au Comité d’études fondé en 1917 par Charles Benoist à la demande d’Aristide Briand, Président du Conseil et Ministre des Affaires étrangères, pour préparer la paix. Ce comité, présidé par Ernest Lavisse (Vidal de la Blache étant vice-président jusqu’à sa mort), fait appel à des universitaires, essentiellement des historiens et des géographes. Si Albert Demangeon travaille sur la Belgique et sur la région de Constantinople, son rôle est cependant moindre que celui d’Emmanuel de Martonne. Pendant la guerre, il met ainsi à la disposition des militaires et des diplomates son savoir et son savoir-faire de géographe.

  • 37 Cf. Nicolas Ginsburger, op. cit., p. 404 et suivantes.
  • 38 Douglas Wilson Johnson, My German correspondence concerning Germany’s responsibility for the war an (...)

16Par ailleurs, lors de l’excursion de 1912, il avait fait la connaissance d’un collègue américain, Douglas Wilson Johnson, géologue et géomorphologue, professeur à l’Université Columbia de New York, qui s’engage dans la diffusion d’idées anti-germaniques pendant la guerre. Percevant son patriotisme, Johnson lui envoie la copie d’une lettre qu’il adresse à Gottfried Merzbacher37, professeur à l’Université de Munich, lettre ouverte qu’il fait d’ailleurs paraître aux États-Unis38. En fait, il s’agit ouvertement d’un texte de propagande, comme le montre cette phrase :

Les Américains considéreraient la victoire finale de l’Allemagne comme un désastre irréparable pour la civilisation et ils ne seront satisfaits que lorsque les armées allemandes auront été battues d’une manière décisive.

  • 39 Douglas Wilson Johnson, « Lettre d’un Américain à un Allemand », Revue de Paris, 15 septembre 1916, (...)

17Albert Demangeon songe alors aussitôt à la faire imprimer. Et, sous la chaleur du mois d’août à Paris, il se lance immédiatement dans la traduction, et s’y consacre pendant plusieurs jours. La lettre est ainsi rapidement publiée dans la Revue de Paris39. Il se fait ainsi le relais de Douglas Wilson Johnson à Paris.

  • 40 Albert Demangeon, « La Bulgarie », Annales de géographie, 1920, p. 401-416.
  • 41 Lucien Gallois, « La paix de Versailles. Les nouvelles frontières de l’Allemagne », Annales de géog (...)
  • 42 Emmanuel de Martonne, « Le traité de Saint-Germain et le démembrement de l’Autriche », Annales de g (...)
  • 43 Albert Demangeon, Le déclin de l’Europe, Paris, Payot, 1920.
  • 44 Albert Demangeon, America and the Race for World Dominion, Maurice-Garden City, New-York, and Doubl (...)

18Au lendemain de la Première guerre mondiale, les Annales de géographie font le bilan de la nouvelle carte de l’Europe en publiant des articles sur les États d’Europe centrale dont les traités de paix ont complètement remodelé la carte politique. Mais Albert Demangeon ne participe que faiblement à ce bilan en écrivant un article sur la Bulgarie40, alors que Lucien Gallois rédige celui sur l’Allemagne41 et Emmanuel de Martonne ceux sur l’Autriche42, la Tchécoslovaquie et la Roumanie. Il laisse ainsi aux spécialistes le diagnostic sur les États de l’après-guerre ; il est alors plus préoccupé par l’avenir de l’Europe que par celui de l’Allemagne. Dès 1’automne 1917, alors qu’on ignore quand la guerre s’achèvera, il publie dans une revue pédagogique, L’École et la vie, une série d’articles intitulée « La guerre et l’hégémonie de l’Europe ». Il les reprend et les étoffe dans un essai qui paraît en 1920, Le déclin de l’Europe43 où il fait part de son inquiétude sur le sort du vieux continent qu’il oppose au dynamisme des États-Unis, du Japon et du reste du monde. Si ce livre provoque de vifs débats en France et, après sa traduction en anglais sous le titre America and the Race for World Dominion44, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, il n’y a aucun compte rendu dans les revues allemandes de géographie. Il est vrai qu’Albert Demangeon n’évoque pas le sort de l’Allemagne dans son ouvrage.

Les années vingt : le monde britannique et l’Europe sans l’Allemagne

  • 45 Emmanuel de Martonne, « Albert Demangeon (1872-1940) », Annales de géographie, 1940, p. 161-169.
  • 46 Albert Demangeon, L’Empire britannique. Étude de géographie coloniale, Paris, Armand Colin, 1923.
  • 47 Ibid., p. V.
  • 48 Cf. Paul Claval, « Playing with Mirrors: The British Empire According to Albert Demangeon », in: An (...)
  • 49 Albert Demangeon, Das britische Weltreich. Eine koloniale-geographische Studie, traduit par Paul Fo (...)
  • 50 Carl Brinkmann, Weltwirtschaftliches Archiv, 1926, p. 231-232.
  • 51 Walther Vogel, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1927, p. 305. Texte original: « Die Darstellu (...)
  • 52 Eduard J. W. Brenner, Beiblatt zur Anglia, 1926, p. 215-217. Texte original: « Mit bewundernswertem (...)
  • 53 Paul Darmstädter, Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft, 1926, p. 376-377. Texte original: (...)

19Le projet de Géographie universelle, interrompu par la Grande Guerre, reprend en juillet 1922 sous la direction de Lucien Gallois. Or, Albert Demangeon, chargé du volume sur la Grande-Bretagne, est sur le point d’achever un livre sur l’Empire britannique dont les développements sont « incompatibles avec les dimensions assignées à un volume de la Géographie universelle »45. Cet ouvrage est ainsi publié en 192346. Il s’agit d’une étude de géographie coloniale que son auteur entend « vraiment comme une discipline indépendante »47. Il ne veut faire ni de l’histoire ni de la géographie régionale mais étudier le contact entre les colonisateurs et les indigènes. Il conçoit une géographie coloniale48 différente de celle de Marcel Dubois, titulaire de la première chaire de géographie coloniale à la Sorbonne, géographie très anthropocentrée. En raison de son succès, ce livre est traduit, d’abord en anglais, puis en allemand49 sous le titre Das britische Weltreich. Eine koloniale-geographische Studie. Selon Carl Brinkmann50, sociologue et économiste, professeur à l’université de Heidelberg, cette traduction provient des milieux proches de la Geopolitik, fascinés par la notion d’Empire, de Reich. Il fait alors l’objet de comptes rendus dans les revues allemandes, mais non dans la Zeitschfrift für Geopolitik. Ces comptes rendus illustrent bien les termes du débat dans les années vingt et trente : pour faire œuvre de scientificité, on se doit d’être objectif et impartial. Ainsi, Carl Brinkmann juge le travail d’Albert Demangeon « objectif » et pour Walther Vogel51, professeur d’histoire à l’université Humboldt de Berlin : « La description peut être qualifiée d’objective, même si on peut avoir une autre opinion sur certains détails ». Selon la revue Beiblatt zur Anglia52, « c’est avec une habileté admirable que Demangeon a condensé, en un volume de 350 pages, l’immense étendue des problèmes de l’Empire. Il a montré la plus grande clarté possible dans la présentation et le développement des problèmes ». Et la revue de science (et économie) politique éditée à Tübingen, la Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft, parle de « l’excellent ouvrage du géographe français Albert Demangeon [...] [qui] est à recommander chaudement à tous ceux qui s’intéressent à l’Empire britannique et aux questions qu’il soulève53 ». Mais elle émet aussi des critiques qui renvoient au débat évoqué ci-dessus :

  • 54 Ibid., p. 376-377. Texte original: « Verf. Hat die kaufmännische Kolonisation in sehr einseitiger W (...)

De façon très partiale, l’auteur a placé la colonisation commerciale au premier plan et a trop négligé les autres facteurs qui ont contribué à la formation de l’Empire. Les erreurs de détail ne manquent pas non plus54.

  • 55 Albert Demangeon, Les Iles britanniques, Paris, Armand Colin, 1927 ; Albert Demangeon, Belgique, Pa (...)
  • 56 Johann Sölch, Geographische Zeitschrift, 1928, p. 185-186. Texte original: « [...] wird man Demange (...)
  • 57 Wilhelm Halbfass, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1928, p. 47. Texte original: « Vielseitig (...)
  • 58 Hendrik Blink, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1928, p. 370. Texte original: « Dem Bearbeite (...)
  • 59 Walther Tuckermann, Geographische Zeitschrift, 1927, p. 611-612. Texte original: « Das Werk von Dem (...)

20Après L’Empire britannique, Albert Demangeon rédige les deux premiers tomes55 de la Géographie universelle qui paraissent en 1927 et sont ensuite traduits en tchèque, en espagnol, en anglais pour le tome sur les Iles britanniques, mais non en allemand. Cependant, en raison de la notoriété de l’auteur, et comme ces livres amorcent une nouvelle collection, des recensions paraissent dans les revues allemandes. Les critiques, aussi laudatifs qu’en France, estiment que ce type d’ouvrage n’existe pas en allemand. Johann Sölsch, géographe autrichien spécialiste de ces îles, à l’époque professeur à l’université de Heidelberg, écrit : « On doit admirer le livre de Demangeon. Il est la meilleure description géographique moderne des Iles britanniques dont on dispose actuellement »56. Et Wilhelm Halbfass, hydro-géographe, professeur à l’université d’Iéna, estime « l’ouvrage, très divers, clair dans la description, prudent dans le jugement des situations géographiques et, notamment, des situations politiques et économiques. L’équivalent de cet ouvrage n’existe pas, tant s’en faut, en langue allemande57 ». Les comptes rendus du livre Belgique, Pays-Bas, Luxembourg sont dans la même tonalité : selon le géographe néerlandais Hendrik Blink, professeur à l’université de Wageningue, qui s’exprime dans les Petermanns Geographische Mitteilungen, « l’auteur a réussi à donner un bon tableau géo-, oro- et hydrographique de ces trois pays »58. On trouve cependant dans chaque texte de petites critiques, tant en géographie physique qu’en géographie humaine. Le compte rendu de Tuckermann (historien converti à la géographie, spécialisé dans la géographie du Rhin, des Pays-Bas et de la Belgique, professeur à l’université de Cologne) dans la Geographische Zeitschrift est ainsi beaucoup plus nuancé ; certes, « l’ouvrage de Demangeon est une description facile à lire59 », mais il regrette un point de vue pro-wallon et anti-allemand :

  • 60 Ibid., p. 611-612. Texte original: « [...] wird das Wallonische etwas zu günstig behandelt, die dri (...)

La langue wallonne bénéficie d’un traitement un peu trop favorable, la troisième des trois langues administratives, l’allemand, n’étant pas du tout prise en compte60.

  • 61 Erich Obst, England, Europa und die Welt. Eine geopolitisch-Weltwirtschaltliche Studie, Berlin-Grün (...)
  • 62 Albert Demangeon, « L’Angleterre, l’Europe et le monde d’après le livre de Erich Obst », Annales de (...)

21Dans la continuité de ses travaux sur les Iles britanniques, Albert Demangeon rédige en 1928 un compte rendu du livre d’Erich Obst (dont nous reparlerons), England, Europa und die Welt61. S’il estime que les problèmes traités (la place de l’Empire britannique dans le monde) ne sont pas nouveaux, il apprécie « l’énorme appareil statistique [qui constitue] un recueil très précieux de documents économiques »62. En dehors de ce point, il est fort discret sur le contenu du livre et profite du compte rendu pour s’interroger lui-même sur le rôle de la Grande-Bretagne. Son souhait pour l’Europe est clair :

  • 63 Ibid., p. 268-270.

Il est nécessaire que l’Empire britannique vive en collaboration avec le continent européen. [...] La Grande-Bretagne a le choix entre l’Empire ou l’Europe. Si elle choisit l’Europe, elle aura rendu à l’Occident son rôle éminent dans l’humanité63.

22Inquiet, juste après la guerre, quand il rédige Le déclin de l’Europe, Albert Demangeon s’inscrit ensuite dans la lignée de Briand et de Stresemann, devenant favorable à une Europe fédérale :

  • 64 Ibid., p. 268-270. Sur l’intérêt porté par les géographes français à la question européenne, voir G (...)

En face des autres continents, il faut créer une organisation défensive, un bloc européen. Il y a trop de frontières en Europe. On doit souhaiter des États-Unis d’Europe64.

Les années trente : au cœur d’une polémique

23Les relations franco-allemandes se tendent dès 1930 en raison de la mort de Gustav Stresemann (octobre 1929), de la crise économique qui frappe durement l’Allemagne et de la politique du chancelier Brüning. Ce dernier tente de profiter de la situation pour obtenir la suppression des réparations, l’égalité des droits de l’Allemagne pour l’armement et une union douanière avec l’Autriche ; la France s’oppose fermement à ces remises en cause du traité de Versailles. Brüning refuse l’Union fédérale européenne proposée par Aristide Briand à la Société des Nations, à Genève ; or Albert Demangeon adhère pleinement à ce projet.

  • 65 Cf. article de Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au te (...)

24Dans ce contexte, en 1932, Albert Demangeon, à l’ordinaire prudent, posé et réfléchi tant sur le plan scientifique que politique, prend position dans un article en bonne place dans les Annales de géographie intitulé « Géographie politique » : en s’appuyant sur la notion de géographie politique65, il lance une vive attaque contre la Geopolitik. Sur la revue Zeitschrift für Geopolitik, fondée en 1924 par Karl Haushofer, son opinion est mitigée :

  • 66 Albert Demangeon, « Géographie politique », Annales de géographie, 1932, p. 22-31.

Bien entendu, certains sujets de politique extérieure ne sont jamais abordés qu’avec la plus constante partialité et, pour ainsi dire, les yeux fermés. Mais il y a souvent de très intéressantes études de géographie économique et de géographie humaine66.

25Sur les livres, il est plus sévère, mettant en cause l’objectivité des auteurs :

  • 67 Erich Obst, op. cit.
  • 68 Otto Maull, Politische Geographie, Berlin, Gebr. Borntraeger, 1925.
  • 69 Karl Haushofer, Grenzen in ihrer geographischen und politischen Bedeutung, Berlin Grünewald, K. Vow (...)
  • 70 Arthur Dix, Politische Geographie Weltpolitisches Handbuch, 2e édition, Munich et Berlin, R. Oldenb (...)
  • 71 Richard Hennig, Geopolitik. Die Lehre vom Staat als Lebewesen, Leipzig et Berlin, Teubner, 1928.
  • 72 Ibid., p. 22-31.

Le meilleur de ces livres, le plus solide et le plus impartial est celui de E. Obst67. L’ouvrage de Maull68, énorme et confus, très partial, contient cependant, quand il traite de questions précises, des chapitres intéressants. Les travaux de K. Haushofer69, grandiloquents et passionnés, sont ceux d’un ancien général de l’armée allemande, qui ne paraît pas très familier avec l’esprit scientifique. Ceux de A. Dix70 et de R. Hennig71 paraissent plutôt appartenir au type des « livres de disciples », peu originaux, tendancieux à souhait, et, surtout celui de Hennig, pleins d’erreurs grossières72.

26Albert Demangeon dévoile aussi des incongruités plus pittoresques et livre « les élucubrations géopolitiques » aux « esprits impartiaux et pondérés ». Dans le même article, il stigmatise la Geopolitik traitée de « coup monté » et de « machine de guerre ». Sa critique se place sur le plan scientifique : les valeurs qu’il défend, objectivité et impartialité, lui paraissant complètement trahies dans tous ces écrits. Par ailleurs, il reproche à Karl Haushofer d’avoir travesti la géographie politique de Friedrich Ratzel :

  • 73 Albert Demangeon, 1932, op. cit., p. 31. Traduction in Zeitschrift für Geopolitik, 1932, p. 594-596 (...)

Nous devons constater que la géopolitique allemande renonce délibérément à tout esprit scientifique. Depuis Ratzel, elle n’a pas progressé ; elle a dévié sur le terrain des controverses et des haines nationales. Il fut un temps où tous les géographes d’Europe écoutaient ce qui leur venait d’Allemagne comme la voix même de la science. Ce temps est révolu, s’il est démontré que désormais la vérité varie selon les patries. Les esprits impartiaux compatissent à tout ce qu’ont pu souffrir les patriotes allemands. Mais ils n’admettront jamais qu’on ne puisse pas aimer son pays sans méconnaître et sans mépriser les autres ; ils ne comprendront pas que, en voulant la vérité, on la recherche pour soi et qu’on la refuse aux autres. La géopolitique est un « coup monté », une machine de guerre. Si elle veut compter parmi les sciences, il est temps qu’elle revienne à la géographie politique73.

  • 74 Lettre de Carl Troll à Albert Demangeon datée du 8 mai 1932 ; nous l’avons découverte à la Biblioth (...)
  • 75 Johann Sölch, « Der zweite Band von E. de Martonne’s Mitteleuropa », Geographische Zeitschrift, 193 (...)
  • 76 Emmanuel de Martonne, Europe centrale, Paris, Armand Colin : Généralités. Allemagne, 1930. Suisse. (...)
  • 77 Cf. Gaëlle Hallair, 2007, op. cit., p. 122. Texte original : « Nun kann man nicht leugnen, dass ein (...)

27Albert Demangeon se positionne dans la cité scientifique. Son article fait son effet en Allemagne comme en France ; il participe à une véritable polémique entre géographes français et géopoliticiens allemands au début des années trente. Au moins deux géographes allemands prennent leur distance vis-à-vis de la Geopolitik. Carl Troll (alors professeur de géographie coloniale et d’outre-mer à l’université de Berlin), dans une lettre adressée à Albert Demangeon, la rejette fermement, comme beaucoup de « savants allemands renommés, géographes, historiens, économistes »74 écrit-il. Il ne faut pas la confondre avec la géographie politique allemande (son importance est d’ailleurs bien moindre). Enfin Carl Troll regrette qu’Albert Demangeon se réfère à des œuvres de Hennig et de Dix qui n’ont jamais été considérés comme des scientifiques. Puis Johann Sölch, qui rédige un compte rendu75 de l’ouvrage d’Emmanuel de Martonne sur l’Europe centrale76 en profite pour s’immiscer dans le débat, et s’exprime dans le même sens que Carl Troll. S’il concède « qu’on ne peut pas nier qu’un certain nombre d’écrits, qui paraissent sous le titre de “Geopolitik”, sont en effet parfaitement unilatéraux, superficiels et pétris d’erreurs », il ajoute : « mais Demangeon n’est pas en droit de considérer de la même manière et de condamner en bloc les nombreuses contributions de valeur en géographie politique comme des œuvres de propagande de basse qualité77. »

  • 78 Jacques Ancel, « Geopolitik », L’Europe centrale, 27 février 1932, p. 168-169 ; Jacques Ancel, « Ge (...)
  • 79 Yves-Marie Goblet, « Geopolitik et critique géographique », Le Temps, 14 juillet 1932, p. 2.
  • 80 Pierre Deffontaines, « Une déformation de la géographie : la géopolitique », La vie intellectuelle, (...)
  • 81 Yves-Marie Goblet, op. cit. Voir aussi Yves-Marie Goblet, Le crépuscule des traités, Paris, Berger- (...)

28En France, la critique d’Albert Demangeon est relayée et soutenue par plusieurs spécialistes qui mettent en cause la valeur scientifique de la Geopolitik à laquelle ils opposent la géographie politique qui, elle, peut développer la vraie critique géographique : Jacques Ancel78 (spécialiste de la géographie politique des Balkans, auteur d’une thèse sur la Macédoine), Yves-Marie Goblet79 (géographe devenu journaliste ; il soutient une thèse sur la géographie politique de l’Irlande) et, un peu plus tard, Pierre Deffontaines80 (élève de Jean Brunhes qui, à l’époque, prépare sa thèse sur les pays de la moyenne Garonne). Ils font tous référence à l’article d’Albert Demangeon, « remarquable » selon Deffontaines et qui, selon Ancel, « devrait être dans toutes les bibliothèques politiques d’Europe centrale ». Yves-Marie Goblet, qui écrit dans le quotidien Le Temps81, dénonce aussi les « attaques » des tenants de la Geopolitik contre L’Europe centrale d’Emmanuel de Martonne.

  • 82 Karl Haushofer, « Geopolitik in Abwehr und auf Wacht », Zeitschrift für Geopolitik, octobre 1932, p (...)
  • 83 Texte original: « Ganz anderer Art ist der Pressefeldzug, den die Franzosen aus Außenpolitischen Gr (...)

29Face à ce tir groupé, Karl Haushofer publie dans sa revue une réponse vigoureuse82. Selon lui, les Français ont déclenché une campagne de presse pour des raisons de politique étrangère sous le masque de l’inquiétude pour la « scientificité »83. Il insiste sur l’idée d’une campagne de propagande contre l’Allemagne et défend la Geopolitik qui repose sur des bases inattaquables et légitimes (les erreurs relevées par Demangeon dans le livre de Hennig ont été corrigées dans la deuxième édition) ; pourquoi les Allemands n’auraient-ils pas le droit de faire de la géographie politique alors que les Français ne s’en privent pas ?

  • 84 Albert Demangeon, « Le fleuve et autour du fleuve », compte rendu de l’ouvrage de Karl Haushofer et (...)
  • 85 Kurt Trampler, « Deutsche Grenzen », Zeitschrift für Geopolitik, 1934, p. 14-73 ; Albert Demangeon, (...)

30Albert Demangeon, qui a été l’un des premiers et l’un des rares à critiquer explicitement la Geopolitik et à délégitimer Karl Haushofer et sa revue, se retrouve ainsi au centre d’une polémique. Il intervient à nouveau en novembre 1932, lorsqu’il déclare l’introduction d’un livre sur le Rhin rédigée par Karl Haushofer, non scientifique, « de tendance politique et tout à fait exempte d’impartialité » 84 puis, en janvier 1934, en critiquant également le régime nazi à propos d’un article de Zeitschrift für Geopolitik « intéressant pour comprendre la mentalité national-socialiste. Il [l’auteur] admet, par exemple, qu’il existe, dans les pays voisins de l’Allemagne, des plans pour anéantir l’Allemagne et les Allemands et pour les chasser de l’Europe centrale85 ! »

  • 86 Cf. Brigitte Schröder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique intern (...)
  • 87 Sur ces conflits, voir : Mechtild Rössler, « La géographie aux congrès internationaux : échanges sc (...)
  • 88 Depuis le traité de Versailles, Dantzig est une « ville libre » placée sous la protection de la SDN (...)
  • 89 Cf. Mechtild Rössler, 1990, op. cit., p. 190-194.

31Cette polémique du début des années trente s’inscrit dans un conflit entre les géographes qui débute dès l’immédiat après-guerre à propos de l’organisation internationale de la géographie. À sa fondation en 1922, l’Union géographique internationale (UGI) est affiliée au Comité international des recherches (CIR), organisme créé trois ans plus tôt par les académies scientifiques des États vainqueurs. Comme les autres organisations créées sous l’égide du CIR, l’UGI exclut les géographes des puissances centrales ; au cours des années vingt, malgré des appels politiques à l’apaisement, il n’y a « pas de Locarno pour la science »86. Ce sont ensuite les géographes allemands qui refusent d’intégrer l’UGI87. Ils ne participent donc pas au Congrès international de Paris en 1931 et décident d’organiser cette année-là leur propre congrès à Dantzig. Yves-Marie Goblet ne manque d’ailleurs pas de rappeler ce choix lourd de signification dans son article du Temps88. Peu après, en 1933, Emmanuel de Martonne propose à Siegfried Passarge, devenu chef de la géographie allemande sous le régime nazi, de collaborer à un projet scientifique lancé lors du congrès de Paris : la réalisation d’une carte internationale sur les surfaces d’érosion. Siegfried Passarge refuse violemment, dans des termes sans ambiguïté, ce qui entraîne une réaction ferme d’Emmanuel de Martonne qui accuse la science allemande d’être au service de la politique nazie89. Or la position de Siegfried Passarge est contraire aux vœux d’Hitler du moment : il doit démissionner. Finalement, les Allemands adhèrent à l’UGI et acceptent de participer au Congrès international de géographie de 1934 à Varsovie.

  • 90 Siegfried Passarge, Geographische Völkerkunde, Band 1: Einführung in die geographische Völkerkunde (...)
  • 91 Albert Demangeon, Bibliographie géographique internationale, 1933, p. 446, et 1934, p. 116. Cf. Gaë (...)
  • 92 Albert Demangeon, « La géographie humaine. Sa place dans les sciences sociales ; son objet ; sa mét (...)
  • 93 Albert Demangeon, Lucien Febvre, Le Rhin. Problèmes d’histoire et d’économie, Paris, Armand Colin, (...)
  • 94 Peter Schöttler, « Lucien Febvre ou la démystification de l’histoire rhénane », in : Lucien Febvre, (...)
  • 95 Paul Wentzcke, Historische Zeitschrift, 1939, p. 161-162. Texte original: « [...] werden weder der (...)

32La polémique semble ensuite s’apaiser, aussi bien dans la revue Zeitschrift für Geopolitik que de la part d’Albert Demangeon. Ainsi, en 1934, celui-ci écrit un compte rendu du livre de Siegfried Passarge, Geographische Völkerkunde90, exempt de critiques91. En 1936, il défend sa vision de la géographie humaine dans la revue Zeitschrift für Sozialforschung alors éditée à Paris92 ; s’il maintient qu’en Allemagne « la géographie humaine se trouve maintenant embrigadée sous le drapeau d’une science proprement allemande, la Geopolitik », c’est plus pour montrer la diversité des conceptions de la géographie humaine dans le monde que pour polémiquer. Quand il élabore avec Lucien Febvre un livre sur le Rhin, les deux auteurs se partagent le travail, Febvre rédigeant la première partie (historique) et Demangeon la seconde (économique)93. Or le texte d’Albert Demangeon est beaucoup moins engagé que celui de Lucien Febvre qui, selon Peter Schöttler94, a « une approche et des perspectives nouvelles ». L’historien défend l’idée d’un fleuve européen, international, trait d’union entre les peuples, et non pas d’un fleuve frontière (et encore moins d’un fleuve allemand !). Les lecteurs allemands le remarquent et déplorent la position de Lucien Febvre. Certes, certains comptes rendus critiquent les deux auteurs en les accusant de partialité, tel celui de Paul Wentzcke, professeur d’histoire à l’université de Francfort, dans la Historische Zeitschrift95 : « le géographe de la circulation Demangeon et l’historien Febvre ne s’en tiennent pas aux faits donnés par la nature et par l’histoire ! » Mais d’autres réservent leurs critiques aux écrits de Lucien Febvre et louent le texte d’Albert Demangeon. Tel est le cas de Gottfried Pfeifer, professeur de géographie à l’université de Bonn, dans les Petermanns Geographische Mitteilungen :

  • 96 Gottfried Pfeifer, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1935, p. 374. Texte original: « Es ist be (...)

Il est frappant de constater que, malgré ses grandes connaissances historiques, l’auteur évite de faire une description claire de l’appartenance des pays du Rhin au sol du peuple allemand (une carte de la frontière linguistique manque vraiment !) et il ne parle pas des longs siècles d’histoire de l’union politique allemande (une carte de l’évolution des frontières politiques entre l’Allemagne et la France manque d’autant plus qu’on n’évoque pas la période des guerres de conquêtes dans le texte). [...] Dans la deuxième partie, Demangeon donne une synthèse bien construite et intéressante de l’importance du fleuve au point de vue de la géographie économique et de la géographie des transports. [...] Il est regrettable que ce travail très objectif soit mêlé à une description historique tellement différente96.

  • 97 Albert Rivaud, Le relèvement de l’Allemagne 1918-1938, Paris, Armand Colin, 1938.
  • 98 Ibid., p. VII.
  • 99 Ibid., p. 401.
  • 100 Ibid., p. 407.
  • 101 Ibid., p. VI.
  • 102 Ibid., p. 409-410.
  • 103 Albert Rivaud, op. cit., p. 214. Le procès de Leipzig, tenu en septembre 1933, juge les accusés de (...)

33Albert Demangeon ne s’exprime plus à propos de l’Allemagne avant 1939. Il y revient à cette date, à propos d’un livre d’Albert Rivaud, professeur de philosophie à la Sorbonne, Le relèvement de l’Allemagne97. Il s’agit du « relèvement » opéré par les nazis depuis leur arrivée au pouvoir. Ce livre est ambigu. L’auteur précise dès l’introduction : « Je n’ai jamais voulu faire une apologie du régime hitlérien98. » Mais, même s’il critique la violence du régime nazi, on le sent aussi admiratif : « Nous sommes déroutés, stupéfaits par l’énormité de l’effort accompli depuis 1933 »99. Et il ne cesse de critiquer l’action (ou plutôt l’inaction) de la France, avec des idées parfois populistes : « La France est épuisée par une fiscalité dévorante. Les partis au pouvoir ne songent qu’à charger plus lourdement un contribuable qui plie déjà sous le fardeau »100. Son antiparlementarisme est puissant : « Le prétendu contrôle parlementaire aboutit partout à un blanc-seing donné à une minorité avide, aux dépens des intérêts de la nation »101. Et son anti-communisme ne l’est pas moins : « La démocratie telle qu’elle est pratiquée en France, le communisme qui commence à nous envahir sont incompatibles avec la vie. [...] Hitler, malgré tout, en libérant l’Allemagne du communisme, a peut-être rendu un grand service à l’humanité102. » Enfin le livre a des relents de xénophobie (« Un État français digne de sa mission » se doit d’« expulser les étrangers indésirables ») et d’antisémitisme. Ainsi, par exemple, il éprouve le besoin de préciser que la commission de juristes qui se réunit à Londres après le procès de Leipzig est composée « en majorité d’Israélites103 » (sans dire d’où il tire cette information, l’ouvrage étant dépourvu de notes).

  • 104 Albert Demangeon, « Géographie politique à propos de l’Allemagne », Annales de géographie, 1939, p. (...)
  • 105 Henri Mougin, « Hitler a trouvé un défenseur en Sorbonne, et Gobineau une admiratrice à Clermont-Fe (...)
  • 106 Henry Laufenburger, Revue d’économie politique, 1938, p. 1445-1447.

34L’article d’Albert Demangeon, jugé important puisqu’il apparaît en première page des Annales de géographie, est intitulé Géographie politique à propos de l’Allemagne. Il emploie à dessein l’expression « géographie politique » en se démarquant ainsi clairement de la Geopolitik ; d’autre part, il ne reprend pas le titre du livre d’Albert Rivaud, rappelant ainsi qu’il ne rédige pas un compte rendu de l’ouvrage, mais qu’il développe une réflexion sur l’Allemagne. Cela dit, il apprécie le travail de son collègue, auteur d’« un livre plein de talent, fruit d’une lucide observation et d’une sage méditation104 », alors que d’autres critiques ont des points de vue opposés. Ainsi, la revue La Pensée titre « Hitler a trouvé un défenseur en Sorbonne105 » et critique vivement l’ouvrage (« mépris évident de la vérité », « grossièreté surprenante des arguments », « insouciance complète à l’égard des faits et des preuves ») et même la Revue d’économie politique106 estime qu’Albert Rivaud se livre à des « élucubrations », qu’« il y a des pages où les erreurs pullulent »...

  • 107 Albert Demangeon, 1939, op. cit., p. 117.

35Dans son article, Albert Demangeon montre son appréhension car « de tous les États nationaux grandis récemment sur le sol de la vieille Europe, il n’en existe point de plus original, de plus inquiétant que l’Allemagne107 ». Puis il expose les risques que la politique raciste et expansionniste des nazis fait peser sur la France :

  • 108 Albert Demangeon, 1939, op. cit., p. 117.

L’idée de la hiérarchie des peuples, qui est la base de la politique raciale, aboutit à l’idée de la supériorité de la race germanique et à la croyance à la nécessité de son hégémonie dans le monde. [...] Pour s’épanouir entièrement, cet État allemand formé de chair allemande pure et sans mélange ne peut pas rester dans ses limites nationales : il lui faut assez d’espace pour loger et nourrir tous ses hommes. La conquête de cet espace exige l’emploi de la force. L’accroissement de l’État ne se conçoit pas sans la guerre, sans la toute puissance de l’armée allemande. Le thème partout invoqué, partout inculqué dans l’esprit des jeunes générations est que la population allemande étouffe sur son territoire et qu’il lui faut des terres où se déverser108.

  • 109 Cf. Marie-Claire Robic, op. cit., dans ce numéro.

36Albert Demangeon a-t-il initié cette polémique de 1932 ? C’est possible, encore qu’elle soit latente depuis le Congrès de géographie de Paris de 1931. Mais il s’agit d’intervenir dans un contentieux entre géographes français et allemands qui s’est cristallisé autour de la figure d’Emmanuel de Martonne, visé pour de multiples raisons : son appui à la Roumanie pendant la Première guerre mondiale, son rôle dans les traités de paix, son assentiment au redécoupage de l’Europe (exprimé dans L’Europe centrale) et son action au sein de l’UGI. Albert Demangeon prend fermement position contre la Geopolitik ; c’est l’un des rares géographes dans le monde à être dans ce cas. On peut remarquer qu’il s’appuie alors sur la géographie politique pour dénoncer la Geopolitik comme fausse science, alors que l’École française de géographie a mis de côté la géographie politique au profit de la géographie humaine et qu’Albert Demangeon lui-même pratique la géographie économique. Dans leurs ouvrages postérieurs, Jacques Ancel et Yves-Marie Goblet reprennent cette opposition entre géographie politique et Geopolitik et comparent systématiquement les mérites de l’École française de géographie à la géographie pratiquée en Allemagne109. Ces auteurs, plus marginaux dans l’institution, semblent s’appuyer sur l’autorité scientifique et morale d’Albert Demangeon, professeur à la Sorbonne, de grande notoriété, pour critiquer dans l’espace public les dérives de la Geopolitik. À la fin de la période, pour Albert Demangeon, on est plus directement dans une condamnation de la politique hitlérienne.


**

  • 110 Cf. Jean-Baptiste Arrault, « Géographie et mondialisation. Les géographes français face à la crise (...)

37Les relations d’Albert Demangeon avec les géographes allemands demeurent relativement limitées au cours de sa carrière. S’ils échangent par les canaux de la sphère savante, il y a peu de contacts directs. Échanges et relations se situent sur le plan scientifique mais sont aussi d’ordre politique. Les géographes allemands s’intéressent à ses travaux et les apprécient, malgré un regard ambigu dans les années vingt et la controverse sur la Geopolitik. De son côté, dans les années 1900, Albert Demangeon critique très positivement quelques ouvrages de géographie allemande mais, choisi par Paul Vidal de la Blache dans le cadre de la Géographie universelle, il dirige son travail vers les Iles britanniques ; en même temps, il éprouve un sentiment de suspicion vis-à-vis de l’Allemagne, estimant la vigilance de mise. Après une coupure des relations pendant la Grande Guerre, il semble tourner le dos à l’Allemagne dans les années vingt, tout en se souciant de la construction économique et politique de l’Europe. Dans les années trente, il s’intéresse aux grands problèmes de l’économie internationale110 et se met, peut-être involontairement, au centre d’une réflexion de géographie politique dont les ressorts sont plus ancrés dans une conception de la science que dans une prise de position politique. Il se montre plus sensible aux dysfonctionnements de la cité scientifique qu’aux menaces politiques liées à la montée du nazisme ; mais peu de géographes dans le monde s’en sont publiquement inquiétés.

Haut de page

Notes

1 Sur le « modèle allemand », cf. Numa Broc, « La géographie française face à la science allemande (1870-1914) », Annales de géographie, 1977, p. 71-94.

2 Lucien Gallois, Les géographes allemands de la Renaissance, Thèse, Paris, Leroux, 1890.

3 Lucien Gallois, Paul Vidal de la Blache, Le bassin de la Sarre, Paris, Armand Colin, sd et rééd. 1923.

4 Cf. Marie-Claire Robic, « Bertrand Auerbach (1856-1942), éclaireur et “sans grade” de l’École française de géographie », Revue géographique de l’Est, 1999, p. 37-48.

5 Cf. Claire Delfosse, « Emmanuel de Martonne, tisseur de réseaux internationaux de géographes », in : Guy Baudelle, Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 189-205.

6 Gaëlle Hallair, « Le géographe Emmanuel de Martonne et l’Europe centrale », Grafigéo, no 33, Collection mémoires et documents de l’UMR PRODIG, 2007.

7 Cf. Mariel Jean Brunhes Delamarre, « Jean Brunhes (1869-1930) », in : « Les géographes français », Comité des travaux historiques et scientifiques, Bulletin de la section de géographie, tome 81, Paris, Bibliothèque nationale, 1975, p. 49-80.

8 Jean Brunhes, La géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples, Paris, Alcan, 1910 (plusieurs rééditions revues).

9 Denis Wolff, Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinéraire d’un géographe moderne, Thèse, Université de Paris I, 2005.

10 Albert Demangeon, L’Empire britannique. Étude de géographie coloniale, Paris, Armand Colin, 1923.

11 Albert Demangeon, Les Iles britanniques, Paris, Armand Colin, 1927.

12 Albert Demangeon, « Contribution à la géographie du Kaiserstuhl en Brisgau », Annales de géographie, 1902, p. 144-152. Le Kaiserstuhl est un petit massif dans la plaine rhénane.

13 Albert Demangeon, Lucien Febvre, Le Rhin. Problèmes d’histoire et d’économie, Paris, Armand Colin, 1935.

14 Bibliothèque Mazarine, Fonds Demangeon-Perpillou. La consultation des œuvres imprimées du fonds est libre, mais celle des archives est soumise à autorisation.

15 Gaëlle Hallair, Les relations entre les géographes français et allemands au cours de la première moitié du xxe siècle, Thèse, Université de Paris I et de Leipzig, 2010. Nicolas Ginsburger, La guerre, la plus terrible des érosions. Cultures de guerre et géographes universitaires : Allemagne – France – États-Unis (1914-1921), Thèse, Université de Paris Ouest Nanterre, 2010.

16 Enseignant à l’université de Nancy, puis à l’ENS et à la Sorbonne, Paul Vidal de la Blache est le fondateur des Annales de géographie, l’auteur d’un atlas et du Tableau de géographie de la France ; à partir de 1907, il dirige une Géographie universelle, projet interrompu par la guerre.

17 Cf. Heinz-Peter Brogiato, « Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert - ein Abriss » in: Winfried Schenk, Konrad Schliephake (dir.), Allgemeine Anthropogeographie, Gotha, Stuttgart, Klett-Verlag, 2005, p. 41-81.

18 Albert Demangeon, La Picardie et les régions voisines. Artois, Cambrésis, Beauvaisis, Paris, Armand Colin, 1905.

19 Friedrich Hahn, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1906, p. 37. Texte original: « Von dem Umfang der oft sehr ernstlichen und gründlichen geographischen Studien in den französischen Provinzen macht man sich bei uns kaum eine richtige Vorstellung. Nicht weniger als 592 Bücher und Aufsätze konnte der Verfasser, Dozent an der Universität Lille, heranziehen. [...] In Summa ein sehr nützliches Buch, den man auch bei deutschen landeskundlichen Arbeiten als Beispiel wohl zu Rate ziehen kann. »

20 Albert Demangeon (dir.), Joseph Blayac, Isidore Gallaud, Jules Sion, Antoine Vacher, Dictionnaire-manuel illustré de géographie, Paris, Armand Colin, 1907.

21 La Geographische Zeitschrift est une revue fondée en 1895 par Alfred Hettner, professeur à l’université de Heidelberg, qui la suit de près jusqu’à sa mort en 1941 ; elle se veut plus théorique que les Petermanns Geographische Mitteilungen.

22 Schlemmer, Geographische Zeitschrift, 1908, p. 283-284. Texte original : « Der Verfasser hat sich bemüht, möglichst viel mit möglichst wenig Worten zu sagen, und es ist ihm gelungen, ein Werk zu schaffen, dass über tausend Fragen und Dinge aus dem Zweigen der Erkunde kurz und bündig und vor allem zuverlässig Auskunft erteilt. »

23 Texte original: « Ungleichmäßig ist auch die Behandlung der einzelnem Artikel. »

24 Texte original: « Mancher chinesische, indische usw. Name könnte meiner Ansicht nach zu Gunsten solcher aus europäischen Ländern, besonders auch aus Deutschland, recht gut fehlen. »

25 D’autres géographes l’ont fait auparavant dans la Geographische Zeitschrift ; cf. Bertrand Auerbach, « Über französiche Länderkunde », Geographische Zeitschrift, 1899, p. 580-587 et 618-630.

26 En allemand dans le texte.

27 Lettre de Pierre Camena d’Almeida à Albert Demangeon datée du 29 octobre 1909, Bibliothèque Mazarine, fonds Demangeon-Perpillou (1909, C2).

28 Pierre Camena d’Almeida, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1911, p. 320 ; Albert Demangeon, « Le relief du Limousin », Annales de géographie, 1910, p. 120-149.

29 Lucien Gallois, Emmanuel de Martonne, « Paul Vidal de la Blache », Geographen Kalender, 1910, no 8, p. VIII-XXX.

30 Otto Schlüter, « Über einige neuere Werke zur französischen Landeskunde », Geographische Zeitschrift, 1910, p. 605-617 et p. 665-689.

31 Outre la thèse d’Albert Demangeon, il fait allusion à celles d’Émile Chantriot sur la Champagne (1905), de Raoul de Félice sur la Basse-Normandie (1907) et de Camille Vallaux sur la Basse-Bretagne (1906).

32 Siegfried Passarge, Die Kalahari. Versuch einer physisch-geographischen Darstellung der Stanfelder des südafrikanischen Beckens, Berlin, Dietrich Reimer, 1904 ; Albert Demangeon, « Le Kalahari d’après le livre de Siegfried Passarge », Annales de géographie, 1906, p. 43-58.

33 Leonard Schultze, Aus Namaland und Kalahari. Bericht an die kgl. preuss. Akademie der Wissenschaften zu Berlin über eine Forschungsreise im westlichen und zentralen Südafrika, ausgeführt in den Jahren 1903-1905, Jena, Gustav Fischer, 1907; Albert Demangeon, « Le Namaland et le Kalahari d’après un ouvrage récent », Annales de géographie, 1908, p. 319-327.

34 Albert Demangeon, « La paix armée », Le Volume, 10 mai 1902, p. 493-494 (Travaux scolaires, juin 1902).

35 Albert Demangeon, « Les guerres de Napoléon III », Le Volume, 13 avril 1901, p. 17-26 (Le mois scolaire, Travaux scolaires, mai 1901).

36 Archives privées ; par la suite nous ne les signalerons pas.

37 Cf. Nicolas Ginsburger, op. cit., p. 404 et suivantes.

38 Douglas Wilson Johnson, My German correspondence concerning Germany’s responsibility for the war and for the method of its conduct, being a letter from a German professor together with a reply and foreword, New York, George H. Doran Company, 1917. Réédition, Plain words from America; a letter to a German professor, London, Hodder and Stoughton, 1917.

39 Douglas Wilson Johnson, « Lettre d’un Américain à un Allemand », Revue de Paris, 15 septembre 1916, p. 225-255. Réédition : Douglas Wilson Johnson, Lettre d’un Américain à un Allemand sur la guerre et les responsabilités de l’Allemagne, Paris, Armand Colin, 1917.

40 Albert Demangeon, « La Bulgarie », Annales de géographie, 1920, p. 401-416.

41 Lucien Gallois, « La paix de Versailles. Les nouvelles frontières de l’Allemagne », Annales de géographie, 1919, p. 241-248.

42 Emmanuel de Martonne, « Le traité de Saint-Germain et le démembrement de l’Autriche », Annales de géographie, 1920, p. 1-11.

43 Albert Demangeon, Le déclin de l’Europe, Paris, Payot, 1920.

44 Albert Demangeon, America and the Race for World Dominion, Maurice-Garden City, New-York, and Doubleday, Page and Cy, Toronto, 1921.

45 Emmanuel de Martonne, « Albert Demangeon (1872-1940) », Annales de géographie, 1940, p. 161-169.

46 Albert Demangeon, L’Empire britannique. Étude de géographie coloniale, Paris, Armand Colin, 1923.

47 Ibid., p. V.

48 Cf. Paul Claval, « Playing with Mirrors: The British Empire According to Albert Demangeon », in: Anne Godlewska and Neil Smith, Geography and Empire, Blackwell, Oxford and Cambridge, USA, 1994.

49 Albert Demangeon, Das britische Weltreich. Eine koloniale-geographische Studie, traduit par Paul Fohr, K. Vowinckel, Berlin-Grunewald, 1926.

50 Carl Brinkmann, Weltwirtschaftliches Archiv, 1926, p. 231-232.

51 Walther Vogel, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1927, p. 305. Texte original: « Die Darstellung kann im wesentlichen als objektiv anerkannt werden, wenn man auch in Einzelheiten abweichender Meinung sein mag ».

52 Eduard J. W. Brenner, Beiblatt zur Anglia, 1926, p. 215-217. Texte original: « Mit bewundernswertem Geschick hat Demangeon die unermessliche Fülle der Empire-Probleme in einem Band von 3 1/2 Hundert Seiten zusammengedrängt. Dabei ist größtmögliche Klarheit der Darstellung und der Problem-Entlassung erreicht. »

53 Paul Darmstädter, Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft, 1926, p. 376-377. Texte original: « Das ausgezeichnete Buch des französischen Geographen Albert Demangeon. [...] Im ganzen aber ist das Werk Demangeons allen, die sich für das Britische Reich und seine Fragen interessieren aufs wärmste zu empfehlen ».

54 Ibid., p. 376-377. Texte original: « Verf. Hat die kaufmännische Kolonisation in sehr einseitiger Weise in den Vordergrund gestellt und die andere Faktoren, die zur Bildung des Reiches beitragen haben, über Gebühr vernachlässigt. Auch Irrtümer im einzelnem fehlen nicht. »

55 Albert Demangeon, Les Iles britanniques, Paris, Armand Colin, 1927 ; Albert Demangeon, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Paris, Armand Colin, 1927.

56 Johann Sölch, Geographische Zeitschrift, 1928, p. 185-186. Texte original: « [...] wird man Demangeons Buche seine volle Anerkennung nicht versagen dürfen. Es ist jedenfalls dis beste moderne geographische Beschreibung der britischen Inseln, über die wir zurzeit Haben. »

57 Wilhelm Halbfass, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1928, p. 47. Texte original: « Vielseitig im Stoff, klar in Darstellung, vorsichtig in der Beurteilung allgemeingeographischer insbesondere politischer und wirtschaftlicher Verhältnisse, ist der Werk, dem wir in deutscher Sprache zurzeit auch nicht im entfernstesten ein gleichwertiges an die Seite setzen können. »

58 Hendrik Blink, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1928, p. 370. Texte original: « Dem Bearbeiter ist es gelungen, ein gutes geo-, oro-, und hydrographisches Bild von diesen drei Ländern. »

59 Walther Tuckermann, Geographische Zeitschrift, 1927, p. 611-612. Texte original: « Das Werk von Demangeon ist eine leicht lesbare [...] Darstellung ».

60 Ibid., p. 611-612. Texte original: « [...] wird das Wallonische etwas zu günstig behandelt, die dritte der drei amtlichen Sprachen, das Deutsche, überhaupt nicht gewürdigt. »

61 Erich Obst, England, Europa und die Welt. Eine geopolitisch-Weltwirtschaltliche Studie, Berlin-Grünewald, K. Vowinckel, 1927.

62 Albert Demangeon, « L’Angleterre, l’Europe et le monde d’après le livre de Erich Obst », Annales de géographie, 1928, p. 268-270.

63 Ibid., p. 268-270.

64 Ibid., p. 268-270. Sur l’intérêt porté par les géographes français à la question européenne, voir Geoffrey Parker, « French Geopolitical Thought in the Interwar Years and the Emergence of the European Idea », Political Geography Quarterly, 1987, p. 145-150.

65 Cf. article de Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914) » dans ce numéro.

66 Albert Demangeon, « Géographie politique », Annales de géographie, 1932, p. 22-31.

67 Erich Obst, op. cit.

68 Otto Maull, Politische Geographie, Berlin, Gebr. Borntraeger, 1925.

69 Karl Haushofer, Grenzen in ihrer geographischen und politischen Bedeutung, Berlin Grünewald, K. Vowinckel, 1927; Karl Haushofer, Pass-Staaten in den Alpen, Berlin-Grünewald, K. Vowinckel, 1928; Karl Haushofer, « Die Großmächte vor und nach dem Weltkriege », 22e Auflage der Großmächte, Rudolf Kjellens, in Verbindung mit H. Hassinger, O. Maull, E. Obst, Leipzig et Berlin, Teubner, 1930.

70 Arthur Dix, Politische Geographie Weltpolitisches Handbuch, 2e édition, Munich et Berlin, R. Oldenburg, 1928.

71 Richard Hennig, Geopolitik. Die Lehre vom Staat als Lebewesen, Leipzig et Berlin, Teubner, 1928.

72 Ibid., p. 22-31.

73 Albert Demangeon, 1932, op. cit., p. 31. Traduction in Zeitschrift für Geopolitik, 1932, p. 594-596: « Wir sehen also, dass die deutsche Geopolitik freimütig auf wissenschaftlichen Geist verzichtet. Seit Ratzel ist sie nicht vorwärts gekommen, sie hat sich auf das Gebiet der nationalen Kontroversen und Hassgesänge verloren. Es gab eine Zeit, in der alle Geographen Europas die Stimme der Wissenschaft selbst zu hören glaubten, wenn Deutschland sprach. Diese Zeit ist vorüber, wenn es sich bestätigt, dass nunmehr die Wahrheit nach dem Vaterlande wechselt. Unparteiische Köpfe haben heute Verständnis dafür, was die deutschen Patrioten haben dulden müssen. Aber sie werden niemals zugeben, dass man sein Vaterland nur dann lieben kann, wenn man die anderen Ländern verkennt und bewusst falsch sieht; sie werden nicht verstehen, dass man die Wahrheit sucht, wenn man sie zwar für sich selbst erforscht, aber den anderen verweigert. Geopolitik ist Vorbereitung zu einem Angriff, einst ein Werkzeug des Krieges. Wenn sie zu den Wissenschaften gezählt werden will, ist es Zeit, zur politischen Geographie rückzukehren. »

74 Lettre de Carl Troll à Albert Demangeon datée du 8 mai 1932 ; nous l’avons découverte à la Bibliothèque Mazarine, Fonds Demangeon-Perpillou.

75 Johann Sölch, « Der zweite Band von E. de Martonne’s Mitteleuropa », Geographische Zeitschrift, 1933, p. 235-242.

76 Emmanuel de Martonne, Europe centrale, Paris, Armand Colin : Généralités. Allemagne, 1930. Suisse. Autriche. Hongrie. Tchécoslovaquie. Pologne. Roumanie, 1931.

77 Cf. Gaëlle Hallair, 2007, op. cit., p. 122. Texte original : « Nun kann man nicht leugnen, dass eine Anzahl von Schriften, die unter dem Namen “Geopolitik” erschienen, tatsächlich recht einseitig, oberflächlich und mit Fehlern behaftet sind ; aber so in Bausch und Bogen zu verdammen und damit auch die zahlreichen wertvollen Beiträge zur politischen Geographie als Machwerke für Propagandazwecke zu verdächtigen, dazu ist A. Demangeon nicht berechtigt. »

78 Jacques Ancel, « Geopolitik », L’Europe centrale, 27 février 1932, p. 168-169 ; Jacques Ancel, « Geopolitik et géographie politique », Revue d’Allemagne, août 1932, p. 672-693.

79 Yves-Marie Goblet, « Geopolitik et critique géographique », Le Temps, 14 juillet 1932, p. 2.

80 Pierre Deffontaines, « Une déformation de la géographie : la géopolitique », La vie intellectuelle, 1933, p. 162-166.

81 Yves-Marie Goblet, op. cit. Voir aussi Yves-Marie Goblet, Le crépuscule des traités, Paris, Berger-Levrault, 1934.

82 Karl Haushofer, « Geopolitik in Abwehr und auf Wacht », Zeitschrift für Geopolitik, octobre 1932, p. 591-594.

83 Texte original: « Ganz anderer Art ist der Pressefeldzug, den die Franzosen aus Außenpolitischen Gründen unter der Maske der Sorge um die “Reinheit der Wissenschaft” entfesselt haben. »

84 Albert Demangeon, « Le fleuve et autour du fleuve », compte rendu de l’ouvrage de Karl Haushofer et al., Der Rhein. Sein Lebensraum. Sein Schicksal, Premier volume : Erdraum und Erdkräfte, Berlin-Grünewald, Kurt Vowinckel Verlag, 1930, in : Annales d’histoire économique et sociale, 1932, p. 616-617.

85 Kurt Trampler, « Deutsche Grenzen », Zeitschrift für Geopolitik, 1934, p. 14-73 ; Albert Demangeon, Bibliographie géographique internationale, 1934, p. 259.

86 Cf. Brigitte Schröder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internationale et la politique étrangère des États pendant l’entre-deux-guerres », Relations internationales, 1986, p. 173-194. Voir aussi : Marie-Claire Robic, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités », Revue germanique internationale, no 12, 2010, p. 33-45, http://rgi.revues.org/257.

87 Sur ces conflits, voir : Mechtild Rössler, « La géographie aux congrès internationaux : échanges scientifiques et conflits politiques », Relations internationales, 1990, p. 183-199 et Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, « L’UGI, enjeu des relations internationales dans la première moitié du XXe siècle », in : Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (dir.), Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les Congrès internationaux de géographie, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 241-252.

88 Depuis le traité de Versailles, Dantzig est une « ville libre » placée sous la protection de la SDN. Mais cette ville prussienne depuis 1815 est revendiquée par l’Allemagne en accord avec ses habitants.

89 Cf. Mechtild Rössler, 1990, op. cit., p. 190-194.

90 Siegfried Passarge, Geographische Völkerkunde, Band 1: Einführung in die geographische Völkerkunde und Band 2: Africa, Francfort, Diesterweg, 1933-1934.

91 Albert Demangeon, Bibliographie géographique internationale, 1933, p. 446, et 1934, p. 116. Cf. Gaëlle Hallair, « Siegfried Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale : mécanismes, enjeux et “passeurs” de la réception d’un géographe allemand en France », dans ce numéro.

92 Albert Demangeon, « La géographie humaine. Sa place dans les sciences sociales ; son objet ; sa méthode », Zeitschrift für Sozialforschung, 1936, p. 364-371. La revue Zeitschrift für Sozialforschung est fondée en 1932 par Max Horkheimer, philosophe et sociologue, directeur de l’Institut für Sozialforschung à Francfort. Après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, elle est publiée à Paris par la Librairie Félix Alcan jusqu’en 1938 puis à New York jusqu’en 1941.

93 Albert Demangeon, Lucien Febvre, Le Rhin. Problèmes d’histoire et d’économie, Paris, Armand Colin, 1935.

94 Peter Schöttler, « Lucien Febvre ou la démystification de l’histoire rhénane », in : Lucien Febvre, Le Rhin. Histoire, mythes et réalités, Paris, Perrin, 1997, p. 11-56 ; Peter Schöttler, « Lucien Febvres Beitrag zur Entmythologisierung der Rheinische Geschichte », in : Lucien Febvre, Der Rhein und seine Geschichte, Francfort, Verlag Campus, 1994.

95 Paul Wentzcke, Historische Zeitschrift, 1939, p. 161-162. Texte original: « [...] werden weder der Verkehrsgeograph Demangeon noch der Historiker Febvre den von Natur und Geschichte gegeben Tatsachen gerecht! »

96 Gottfried Pfeifer, Petermanns Geographische Mitteilungen, 1935, p. 374. Texte original: « Es ist bezeichnend, dass trotz der nicht geringen ausgebreiteten historischen Kenntnisse eine klare Darstellung der Zugehörigkeit der Rheinlände zum deutschen Volksboden (eine Karte der Sprachgrenze fehlt ganz!) und während langer Jahrhunderte der Geschichte auch zum deutschen politischen Reichsverbande vermieden wird (Grenzverhältnisse zwischen Deutschland und Frankreich fehlt ebenso, wie im Text über die Periode der Raubkriege hinweggegangen wird. [...] Im zweiten Teil gibt Demangeon eine flüssige und interessante Zusammenfassung der wirtschaft und verkehrgeographischen Bedeutung des Flusses. [...] Es ist bedauerlich, dass diese sehr viel sachlichere Arbeit mit einer so andersartigen geschichtlichen Darstellung verbunden wurde. [...] Im angehängten Literaturverzeichnis vermisst man vielfach die wichtigere neure deutsche Literatur (Beispielweise die Arbeiten von Steinbach und Metz). »

97 Albert Rivaud, Le relèvement de l’Allemagne 1918-1938, Paris, Armand Colin, 1938.

98 Ibid., p. VII.

99 Ibid., p. 401.

100 Ibid., p. 407.

101 Ibid., p. VI.

102 Ibid., p. 409-410.

103 Albert Rivaud, op. cit., p. 214. Le procès de Leipzig, tenu en septembre 1933, juge les accusés de l’incendie du Reichstag.

104 Albert Demangeon, « Géographie politique à propos de l’Allemagne », Annales de géographie, 1939, p. 113-119.

105 Henri Mougin, « Hitler a trouvé un défenseur en Sorbonne, et Gobineau une admiratrice à Clermont-Ferrand », La Pensée, 1939, p. 162-164.

106 Henry Laufenburger, Revue d’économie politique, 1938, p. 1445-1447.

107 Albert Demangeon, 1939, op. cit., p. 117.

108 Albert Demangeon, 1939, op. cit., p. 117.

109 Cf. Marie-Claire Robic, op. cit., dans ce numéro.

110 Cf. Jean-Baptiste Arrault, « Géographie et mondialisation. Les géographes français face à la crise des années 1930 », Annales de géographie, 2007, p. 493-512.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Wolff, « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940) », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 63-81.

Référence électronique

Denis Wolff, « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940) », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1488 ; DOI : 10.4000/rgi.1488

Haut de page

Auteur

Denis Wolff

Docteur en géographie, enseignant, chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals