Navigation – Plan du site

Deux collègues géographes en Anatolie ? Parcours, méthodes et analyses de terrain des professeurs Ernest Chaput et Herbert Louis en Turquie (1928-1939)

Nicolas Ginsburger
p. 83-106

Résumés

Les relations entre géographes français et allemands dans la première moitié du xxe siècle furent parfois marquées par des rencontres et des échanges directs et visibles, mais aussi par des situations plus discrètes, plus difficiles à interpréter mais pas forcément moins significatives. L’exemple choisi dans cette contribution semble inattendu : l’Anatolie n’est-elle pas chasse gardée des Allemands, parmi lesquels la figure savante du professeur de géographie de Bonn Alfred Philippson (1864-1953) domine la bibliographie scientifique ? Pourtant cet espace en marge de l’Europe, en pleine réorganisation politique et institutionnelle après 1923, fut, au cours des années 1930, le terrain d’activités parallèles de la part de deux savants, Chaput et Louis, dont la présence et le travail sont restés assez confidentiels, malgré leurs qualités scientifiques. L’étude précise de leurs actions montre que leurs approches différenciées du terrain turc sont à bien des égards comparables, avec des points de jonction et des regards échangés dans le cadre plus large du champ des rapports internationaux entre spécialistes de la géographie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Gaëlle Hallair, Le géographe Emmanuel de Martonne et l’Europe Centrale, Paris, Prodig, Grafigéo (...)

1L’histoire des relations entre les communautés académiques de géographes allemands et français est marquée par une concurrence certaine, dès avant la Première Guerre mondiale et pendant toute la période de l’Entre-deux-guerres, en particulier sur les terrains périphériques de l’Europe, par exemple dans les États nés de l’éclatement des empires après 1918 et de la Conférence de la Paix à Paris, en Europe centrale, balkanique et orientale1.

  • 2 Cf. Charles Jacob, « Ernest Chaput », Bulletin de la Société géologique de France 5, XV, 1945, (p. (...)
  • 3 On doit préciser qu’en France, il y a deux types de chaires de géographie physique dans les années (...)
  • 4 Cf. Emre Dölen, İstanbul Üniversitesi 1933-1946 (Türkiye Üniversite Tarihi 4), İstanbul, İstanbul B (...)
  • 5 Cf. Ute Wardenga, « “Beobachtung ist die Grundlage der Geographie!” Herbert Louis als Länderkundler (...)
  • 6 Sur leurs rapports respectifs avec les autorités françaises pour l’un, allemandes pour l’autre, et (...)
  • 7 11 ans pour Chaput, 8 pour Louis.
  • 8 Cf. bibliographie complète in Ernest Chaput. 1882-1943, plaquette hors-commerce éditée par ses coll (...)
  • 9 Mais souvent de grande ampleur, dans une optique de géographie régionale (Länderkunde) ; par exempl (...)

2Dans ce cadre, il est significatif de noter la présence, dans la Turquie kémaliste des années 1930, de deux représentants importants de la discipline : Jules Ernest Chaput (1882-1943)2, professeur de géologie et de géographie physique à l’université de Dijon3, mais aussi de géographie physique à Istanbul4, et Herbert Louis (1900-1985)5, professeur de géographie à Ankara6. Ces deux spécialistes de géographie physique, exemples typiques de professeurs et de savants, ont mis en œuvre, pendant une durée presque équivalente7, un travail de terrain important, allant vers une description scientifique de l’espace turc, en particulier de l’Anatolie occidentale et centrale, mais avec une productivité inégale. Ainsi le Français a-t-il publié, entre 1930 et 1941, plus de 30 contributions, essentiellement en français, sous forme de cartes, de notices cartographiques, d’articles plus ou moins développés et de deux ouvrages plus détaillés8, tandis que l’Allemand publiait seulement 6 articles9, tous en allemand, entre 1938 et 1944.

  • 10 Même si on possède les souvenirs manuscrits d’Herbert Louis, certes tardifs et parfois contestables (...)
  • 11 A savoir : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de (...)
  • 12 Cf. Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate. L’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allem (...)
  • 13 Cf. pour la question du voyage sur le terrain en géologie : Patrick N. Wyse Jackson (dir.), Four Ce (...)

3Il s’agit de comparer ici les regards différenciés, les méthodes de travail et les circulations de Chaput et de Louis sur ce terrain turc. En l’absence d’archives de travail de type carnets d’excursion et de voyage10, nous nous intéresserons exclusivement aux sources imprimées, c’est-à-dire aux publications (articles, livres) des deux géographes à la fin des années 193011, qui présentent, certes, l’inconvénient de lisser les processus de réflexion, l’étude proprement dite au contact du terrain, mais aussi l’avantage d’inclure leur réflexion dans le champ plus vaste de la discussion scientifique au niveau national et international, par le contrôle et la discussion explicites de la communauté de leurs pairs. Pourtant, les deux collègues, travaillant au même moment à peu près aux mêmes endroits et connaissant mutuellement leurs travaux respectifs, ne semblent pas s’être rencontré et se sont en quelque sorte partagé le pays du point de vue scientifique, sans doute involontairement, voyageant dans ces zones, comme de nombreux Européens du xixe siècle avant eux12, selon des modalités et des objectifs assez différents, parfois dans une perspective de rivalité et de concurrence franco-allemande que nous ne considérerons ici que de façon périphérique. Nous montrerons cependant l’existence certaine de similitudes pour des terrains relativement comparables, prouvant une certaine unité des approches d’observation et d’interprétation des formes du relief terrestre entre Français et Allemands, même s’il s’agit de faire toute sa place à l’influence des méthodes de la géologie13 sur la géographie physique.

Aller sur le terrain, mais où et pourquoi ? La planification des excursions

4Chaput a effectué, pendant la période 1928 à 1935, de « grands itinéraires », de manière relativement sommaire. Il justifie ainsi ce choix par l’ampleur du travail à accomplir, le pays étant vaste et encore trop mal connu selon ses critères de précision scientifique et cartographique :

  • 14 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. i-vii.

J’ai cherché à préciser, dans une certaine mesure, nos connaissances sur la structure géologique et sur la genèse du modelé dans diverses régions de l’Anatolie. Je me suis d’abord proposé d’étudier, avec quelque détail, la région d’Ankara, à laquelle le gouvernement turc s’intéressait particulièrement. Nous avons été amenés ensuite à étendre notre champ de recherches à l’ensemble de l’Anatolie Centrale, en parcourant rapidement quelques grands itinéraires et en séjournant davantage dans certaines régions particulièrement importantes. Enfin, nous avons choisi, dans les diverses zones périphériques de l’Anatolie, quelques territoires remarquables, permettant des comparaisons fructueuses avec l’Anatolie intérieure. […] Les itinéraires parcourus ne forment qu’un réseau à larges mailles. Certains estimeront sans doute qu’il aurait été préférable d’étudier de manière complète une région restreinte, mais, d’une part, les monographies locales seraient restées incomplètes par suite de l’absence de cartes topographiques, et, d’autre part, en pays peu connu, on ne peut guère faire de recherches locales satisfaisantes, si l’on n’a pas débrouillé d’abord certains traits importants de la structure d’ensemble14.

  • 15 Ibid., Première partie, « Description des itinéraires », p. 1-234.
  • 16 Sur cette question des cartes géologiques, en particulier sur le travail pionnier de Pierre de Tchi (...)

5La méthode est ici remarquable : elle consiste d’abord en une période de reconnaissance « rapide », entre 1928 et 1935, dont la description occupe la première partie de son ouvrage15. Chaput précise qu’il a dû lui-même « dresser une carte géologique un peu détaillée », déplorant le fait que « le travail géographique et géologique [soit] très difficile, en Turquie, par suite du manque de cartes » suffisamment précises16. Mais son ambition est plus forte : il propose des descriptions malgré tout très détaillées (bien que non systématiques) des sols et des formes rencontrés lors de ses explorations.

  • 17 Ibid., p. 6.
  • 18 Ibid., p. 3.
  • 19 Ernest Chaput, « L’évolution du modelé de la région d’Angora », Annales de géographie 224, t. XL, 1 (...)

6Pour cela, Chaput adopte une méthode concentrique, en auréoles : il part d’un centre (la région d’Ankara), parcouru de façon dense (« la densité des itinéraires a été maximum dans les zones de contact entre les régions naturelles reconnues » 17), qui n’a ici de justification que politique (l’intérêt des autorités pour la région entourant la nouvelle capitale de la République kémaliste) et humaine, et non naturelle (« beaucoup plus région économique et humaine que région physique nette » 18), thème auquel il consacre un article de géomorphologie dès 193119 ; puis il parcourt des itinéraires plus courts en Anatolie centrale, autour de la capitale politique ; enfin il étudie plusieurs périphéries, en particulier occidentales, à fin de comparaisons avec le centre et de précisions des études antérieures. La région d’Istanbul, a priori celle que Chaput aurait été censé, vu son lieu de vie et d’enseignement, avoir le plus exploré, est laissée relativement de côté, ce dont il se justifie au vu des connaissances déjà acquises sur ces régions et par la nécessité impérieuse de « combler les blancs » de la carte géologique, selon un principe de savoir cumulatif :

  • 20 Ernest Chaput, Voyages, p. 151.

On possède d’importants renseignements sur la structure géologique et géomorphogénique des régions voisines du Bosphore. En particulier, Walther Penck et Paeckelmann ont décrit en détail la plus grande partie des régions accessibles depuis les diverses échelles. Nous n’avons étudié qu’accessoirement ces régions déjà connues, mais toute la partie septentrionale du Bosphore […] était à peine explorée en 1928. […] Au Sud du Bosphore, laissant de côté le golfe d’Ismit et la plus grande partie de la Thrace, où le travail sur le terrain était interdit, nous avons pu étudier, avec une certaine précision, d’une part la région littorale entre Istanbul et Küçük Cekmece, d’autre part la région voisine de la route de Yalova à Brousse, puis le bassin de Brousse, encore peu connu. Enfin, nous avons consacré quelques jours à l’étude du littoral de la Marmara Occidentale, aux environs de Mürefte, où des travaux géologiques étaient possibles par suite des recherches de pétrole20.

  • 21 Klaus Kreiser, « Geographie und Patriotismus. Zur Lage der Geowissenschaften am Istanbuler Dârülfün (...)
  • 22 Ernest Chaput, Géologie et Géographie.
  • 23 Archives Nationales (Paris) (AN), dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre de Chaput (...)
  • 24 Cf. carte 3, tirée de Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. 4.

7La référence de Chaput aux travaux précédents des Allemands Walther Penck (1888-1923), ancien professeur de géologie à l’université d’Istanbul pendant la Première Guerre mondiale, et Werner Paeckelmann (1890-1952) est ici intéressante : le géologue de Dijon n’ignore en rien les recherches de ses prédécesseurs, effectuées en temps de guerre21, et il les considère suffisantes pour ne pas avoir à les reprendre ou les approfondir. Entre 1936 et 1939, il poursuit des explorations intensives dans la région historique de la Phrygie, c’est-à-dire une zone située entre Ankara et le littoral égéen, poursuivant son étude exclusive de l’Ouest de l’Anatolie22. Cette discontinuité dans l’intensité de l’exploration s’explique par les modifications de sa situation administrative et par sa présence réelle dans le pays : résidant à Istanbul de façon permanente entre 1928 et 1931, il doit retourner à Dijon à la fin de son contrat. Dès lors, sa présence devient discontinue, rythmée par des campagnes saisonnières d’observation géologique sur le terrain. Chaput précise ainsi, le 24 avril 1932 : « Les recherches entreprises sur la géographie et la géologie de l’Asie mineure [sont] difficiles pendant les mois d’été, pour des raisons climatiques, il serait nécessaire de les effectuer surtout en octobre et novembre »23. Dès lors, le temps manque pour des excursions à caractère local : seules des excursions rapides peuvent être menées par le géologue de Dijon, du fait de la durée très courte de ses campagnes automnales. La campagne en Phrygie correspond, quant à elle, à une excursion plus organisée, en lien avec les archéologues de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul, dirigé par Albert Gabriel (1883-1972)24.

  • 25 Cf. annexes pour les deux cartes d’itinéraires de Chaput, publiées en 1936 et en 1944.
  • 26 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. vii.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

8Au final, après dix ans d’excursions sur le terrain, quel est le bilan de Chaput25 ? On remarque d’une part que, de manière classique, le géologue français a consacré ses recherches sur le terrain à l’Ouest de la Turquie, en particulier au littoral égéen, et à la région d’Istanbul (en particulier entre 1936 et 1939), mais aussi au Sud d’Ankara et à la Phrygie (entre 1937 et 1938). Le Nord du pays, les littoraux de la Mer Noire et de la Mer Méditerranée semblent particulièrement négligés, surtout en comparaison avec Herbert Louis. Entre 1928 et 1935, le but scientifique de Chaput est double : compléter, par un travail général, les cartes topographiques des régions parcourues, indispensables pour envisager des monographies locales ; « débrouiller d’abord certains traits importants de la structure d’ensemble »26. Il reconnaît dès lors que, du fait de l’ampleur de ses itinéraires, ses remarques sont restées relativement superficielles : « Il est évidemment difficile de trouver un équilibre satisfaisant entre les recherches de détail et l’exploration rapide sur les grands itinéraires ; la valeur du résultat dépend dans une large mesure du hasard27. » Son objectif est cependant d’ouvrir vers une description plus systématique et complète de l’Anatolie : « J’espère que les documents publiés ici malgré leur caractère incomplet, seront d’une certaine utilité si l’on décide plus tard à entreprendre le levé régulier d’une carte géologique détaillée de la Turquie et l’étude systématique de la Géographie du pays28. » Cependant, le rigoureux géologue pose tout de suite les limites méthodologiques de ses conclusions :

  • 29 Ibid.

Dans l’interprétation des observations, j’ai cherché à éviter les généralisations excessives. Dans un pays difficile et peu connu, il est facile d’échafauder des synthèses, car les structures déduites d’observations éparses s’expliquent souvent avec une vraisemblance analogue par des mécanismes généraux contradictoires ; en fait, on est conduit plutôt à se poser des problèmes qu’à trouver des solutions. Les synthèses géographiques et géologiques concernant la Turquie resteront longtemps encore prématurées et illusoires, par suite de l’insuffisance des explorations géologiques et géographiques29.

9Concernant la Phrygie, le but de Chaput est cependant un peu différent : il s’agit ici de profiter des moyens de l’Institut pour décrire de façon systématique une région bien définie du point de vue historique, joignant d’ailleurs à la description géologique une géographie botanique nouvelle, toujours dans une optique naturaliste, jamais de géographie humaine.

  • 30 Cf. Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 126-127.
  • 31 De ce point de vue, Louis est rapidement dans l’embarras : « Alors que les autorités turques avaien (...)
  • 32 En particulier un premier périple en décembre 1935 par Eskisehir, Konya, Ulukisla, Kayseri ; une sé (...)
  • 33 Voir en annexe la carte des grands itinéraires de Louis en Anatolie de 1936 à 1939.
  • 34 En mai-juin 1936 d’Ankara à Zonguldak, sur le littoral de la mer Noire ; en février 1937 en Anatoli (...)
  • 35 Louis insiste en particulier sur son « grand voyage en Anatolie orientale », en août 1936, l’amenan (...)

10Louis planifie également divers types d’excursions. Sa nomination à l’université de la capitale, à l’automne 1935, lui permet de se trouver de façon permanente sur le terrain turc. Ainsi entre décembre 1935 et juillet 1942 (avec deux interruptions remarquables, dans le second semestre de 1936, puis de septembre 1939 à juin 1942, du fait des débuts de la guerre mondiale) entreprend-il 19 voyages, seul, avec un compagnon spécialiste ou avec des étudiants30, même si son enseignement, essentiellement fondé sur l’observation directe, se voit à ce niveau contrarié par la pression des autorités académiques turques31. Deux catégories d’excursions sont à distinguer ici : d’une part des trajets courts et ciblés, dans les environs plus ou moins proches d’Ankara, surtout en hiver et au printemps32 ; d’autre part des itinéraires beaucoup plus longs et ambitieux, souvent l’été33. En la matière, il faut distinguer les excursions avec des étudiants, destinées à leur faire connaître le pays, allant de plus en plus loin de la capitale34 ; et les excursions personnelles, en juillet-août, l’amenant aux confins septentrionaux et orientaux du pays35. Son but est bien sûr de découvrir le vaste espace anatolien (sans cependant prendre le risque, comme Chaput, d’en faire une description écrite et publiée, même approximative) mais avec une insistance particulière pour la découverte et l’étude de l’Anatolie orientale et les littoraux orientaux (Mer Noire et Méditerranée), et une absence totale d’excursions sur le littoral égéen et dans la région d’Istanbul.

  • 36 Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », p. 267.
  • 37 Ibid.
  • 38 D’abord en termes de stratigraphie, puis, plus brièvement, en termes de tectonique, enfin de géomor (...)
  • 39 Walther Penck, Die tektonischen Grundzüge West Kleinasiens, Stuttgart, 1918.

11C’est que son objectif est souvent plus orienté, plus démonstratif que celui de Chaput, à savoir l’étude de l’empreinte glaciaire en Anatolie. Il s’agit en effet de retrouver les traces de grands changements climatiques de l’époque glaciaire, déjà remarquées en Amérique du Nord et en Asie centrale, traces « très peu connues en ce qui concerne l’Anatolie, même si on doit justement s’attendre à les y trouver »36. Il s’agit donc, pour lui, non pas vraiment de décrire, mais de démontrer par l’observation, sur un terrain nouveau, influencé par les modifications du climat visibles dans le cadre asiatique, les théories du modelé glaciaire qui sont en particulier celles de son maître berlinois, le géographe et glaciologue Albrecht Penck (1858-1945), auquel il dédie son étude, à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire et en hommage à l’influence « de son œuvre et de son enseignement37 ». En la matière, quelle est l’attitude de Chaput ? L’interprétation scientifique n’est pas absente de ses publications, car elle émaille les descriptions des itinéraires et fait également l’objet de généralisations38. Si les travaux de Walther Penck (le fils d’Albrecht) de 1918 et 192439 sont souvent cités pour en reconnaître leur qualité, on doit noter la remarque finale, qui remet à plus tard la discussion sur la valeur générale de ses observations :

  • 40 Ernest Chaput, Voyages, p. 290.

Les remarques faites ici sur la structure de la région du Bosphore précisent nos connaissances sur certains points, mais l’étude géomorphogénique du détroit est encore bien incomplète. On ne connaît pas avec certitude le modelé immédiatement antérieur à la submersion ; on ne sait pas de manière sûre si des déformations du sol se sont produites au moment de la submersion et plus tard ; le modelé actuel des fonds et des collines paraît explicable avec ou sans intervention des déformations tectoniques. Nulle part, peut-être, n’apparaît mieux l’utilité de la méthode des multiples hypothèses de travail dans les recherches géomorphogéniques. Note : Rappelons que cette méthode […] a été employée récemment par Davis dans une critique des interprétations de Walther Penck (W. M. Davis, Piedmont benchlands, 1932)40.

  • 41 Il s’agit de la théorie davisienne du « cycle d’érosion » ou « cycle géographique », reposant sur l (...)
  • 42 Cf. Christian Giusti, « Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : (...)

12Voici donc qu’apparaît brutalement, à la dernière ligne de l’ouvrage pourtant presque exclusivement descriptif de Chaput, une des grandes controverses méthodologiques et scientifiques de la géographie mondiale, entre l’école américaine du géomorphologue de Harvard William Morris Davis (1850-1934) et l’école allemande de géographie physique, concernant en particulier le problème de l’érosion, par exemple glaciaire, et de l’interprétation des formes du relief41. Ici, Chaput, qui n’est pas un théoricien de la géographie ou de la géologie, ne prend pas vraiment parti, mais se laisse deviner comme plutôt favorable à Davis, comme la plupart des géographes français mais à la différence de nombreux géologues42.

13Les objectifs et les méthodes de Chaput et de Louis semblent donc relativement différents : le premier entreprend des itinéraires de grande ampleur, faisant de nombreuses observations en passant, au risque de négliger certains aspects locaux, de manière à parvenir à décrire le plus grand nombre de sites, de sols et de paysages, de manière documentaire et générale, tout en restant très prudent dans la généralisation et l’interprétation de ses résultats, une manière de « reconnaissance » donc, tandis que le second est plutôt sur le terrain pour chercher à résoudre un problème glaciologique précis. Ces deux formes de rapport au terrain, relativement « classiques » en géologie au moins depuis le Français Elie de Beaumont (1798-1874), différencient fortement les deux scientifiques.

Observer le terrain ? Les pratiques géologiques de la géographie physique

  • 43 Ernest Chaput, Voyages, p. 6.
  • 44 Ibid, p. 62.
  • 45 8 photographies illustrent son article sur les lacs en Anatolie, accompagnant deux schémas, tous ce (...)
  • 46 Ibid, p. 209. 86 photographies sont publiées en annexes de cet ouvrage, dans des planches largement (...)
  • 47 Cf. annexes.

14Le travail des deux savants sur le terrain repose cependant sur une communauté de pratiques scientifiques. Il s’agit d’abord d’un travail d’observation. Du côté de Chaput, celle-ci est d’abord fondée sur le regard direct : « Si l’on vient de l’Ouest par la large vallée de la “rivière d’Ankara” […] que suivent la route et la voie ferré, on parcourt un pays de plaines et de bas plateaux, où les pentes sont généralement douces […] on y voit, outre des alluvions, des terrains tertiaires, meubles, marneux en général, remarquables parfois par leurs teintes vives, bigarrées, plus souvent d’un gris clair43. » Le déplacement s’effectue donc en train pour les longues distances, puis à pied, sur les chemins ruraux, de village en village. L’attention est d’abord focalisée sur les formes du relief, avec une recherche constante de positions surplombantes pour embrasser l’ensemble de la zone, par exemple : « Depuis les faîtes du massif de serpentines (1000-1100 mètres), on suit assez bien le contact entre ce massif et les grès des environs »44. A l’occasion, Chaput, comme Louis45, peut également utiliser la photographie, comme preuve directe de la forme du relief ou comme base pour l’esquisse des terrasses d’Aydın46, photographies comportant souvent une présence humaine, des maisons, des traces de chemin de fer ou les excursionnistes, à commencer par le géologue lui-même et ses compagnons de route47.

15Les couleurs et la texture des terrains superficiels sont particulièrement scrutées mais elles ne suffisent pas, dans une optique géologique : il s’agit également pour le savant français d’avoir un accès plus direct au sous-sol. En la matière, le recours au visuel est également important, car il ne peut consacrer beaucoup de temps à l’étude prolongée de la zone : il est donc à la recherche de la moindre possibilité d’accès à une coupe géologique, notamment par la recherche de tranchées, le long des voies de chemin de fer, dans des excavations ou dans les vallées fluviales, et par une grande attention aux cultures et à l’hydrographie, la présence de sources indiquant des couches de natures différentes :

  • 48 Ibid., p. 105.

Au Nord-Est de Karaman, la voie ferrée suit à peu près la lisière du bassin de Kilbasab, puis pénètre dans un massif montagneux. […] La ride la plus septentrionale est traversée par la voie ferrée près de la station d’« Alaca » […] Des travaux récents, exécutés près de la gare, à l’altitude de 1.050 mètres, ont fourni des renseignements précis sur la structure du sous-sol […] En allant d’Eregli vers le Nord, on reste pendant 6-8 kilomètres dans la zone de cultures, puis, aux environs du village de Kargaci, on atteint les marais48.

  • 49 Ibid., p. 9.
  • 50 Ernest Chaput, Voyages, p. 81.

16La chance lui permet parfois d’avoir accès à des forages, pour lui plus satisfaisants (« Treize sondages ont été faits sur les terrains du stade et de l’hippodrome [d’Ankara]. Dans la plupart des cas, on a traversé 4 à 5 mètres d’argiles foncés, noires ou ardoisés, dépôts de marécages49 »), des informateurs locaux sont aussi (mais très rarement) mobilisés, comme lorsqu’il note : « D’après les renseignements donnés à la municipalité d’Obruk, le fond du gouffre aurait été atteint à des profondeurs de 130 à 180 mètres, au cours de sondages récents. […] D’après les habitants, l’eau, ordinairement douce et potable, devient parfois trouble50 ». L’information s’appuie parfois sur le témoignage des habitants de la région :

  • 51 Ibid., p. 86.

La dépression a été très éprouvée par divers séismes. En 1921, la gare de Cavusçuköy a été fortement disloquée ; […] à Tursunlu, à Osmaniye, des maisons se sont effondrées. […] Certaines maisons d’Argithan ont été détruites en 1921, d’autres ont été fortement lézardées en 1931. […] D’après les renseignements donnés sur place, les secousses ont été ressenties jusqu’à Turgut au Nord51.

  • 52 Ibid., p. 10.

17Cependant, pour Chaput, la détermination précise de la nature des sols et des fossiles se fait le plus souvent par le prélèvement d’échantillons, directement observés par l’œil expert du géologue, habitué à la reconnaissance de terrains caractéristiques, ou dont l’analyse est remise à plus tard, en laboratoire : « Les calcaires sombres renferment, en quelques points, de nombreux articles de Crinoïdes, et, exceptionnellement, des Gastropodes, dont l’âge triasique a été établi […]. D’autre part, à l’examen microscopique, Mlle Pfender a reconnu des Algues triasiques52. »

18La collecte de dépôts sédimentaires significatifs est également centrale chez Louis. Par exemple, il cite longuement son collègue français, pour résumer ses observations et les corriger, en particulier concernant l’ancien lac de Konya :

  • 53 Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », p. 274-275.

Les premières observations sûres de sédiments marins quaternaires dans le bassin de Konya-Eregli proviennent d’E. Chaput. Il a décrit du sable et du gravier contenant surtout des Dreissensia polymorpha Pallas et D. Buldurensis d’Archiac, mais aussi de petits Limnen et Néritinen provenant d’une carrière entre Kayacik et la gare de Pinarbasy au nord de Konya, et les a interprétés comme des dépôts d’un cours d’eau permanent à l’embouchure d’un lac 10 mètres au dessus du niveau actuel. Il a exprimé le même avis pour les dépôts correspondant de Dreissensia polymorphia qu’il a trouvés sur la rive nord de la plaine de Konya, là où le train quitte la plaine (1936, p. 95). Plus loin, Chaput a mis en valeur les restes d’une terrasse alluviale avec le même contenu fossile au Sud, à 10 km au nord-est de la station Cumra (1936, p. 100) et un quatrième gisement à l’Est, près d’Hortu, au nord-ouest de Eregli (1936, p. 105). Comme Chaput cherchait cependant en vain des mollusques sur la bordure septentrionale de la grande forme creuse du bassin, il a oublié de tirer les conclusions plus larges de ses observations. Des traces plus importantes d’une ancienne présence d’eau étaient à deviner également dans le bassin Konyia-Eregli, selon les observations de [Hermann] Wenzel [en 1932 et 1935] sur des niveaux plus élevés du lac Aksehir et des lacs Ilgen. Ces données me permirent de suivre de plus près les lacs ou le lac dans le bassin Konya-Eregli dont les dépôts de mollusques devaient provenir53.

  • 54 Ernest Chaput, « Préface », Géologie et Géographie, p. ix.
  • 55 En 1907, la thèse d’habilitation de ce géomorphologue autrichien, spécialiste de l’Autriche-Hongrie (...)
  • 56 Cf. Hans Spreitzer, « Bergfahrten und Forschungen im Ala Dag (Südostanatolien), Deutsche Taurus-Ber (...)

19Ces remarques de Louis adressées indirectement à Chaput permettent de préciser qu’en matière d’observation du terrain anatolien, les deux hommes ne sont pas tout à fait à armes égales. Agrégé de sciences naturelles, Chaput avait soutenu sa thèse de géologie à Lyon, en 1917, sur les terrasses alluviales de la Loire. Spécialiste des vallées fluviales françaises, son regard de géographe physicien et d’hydrographe est bien formé par plus de 10 ans de travail en France, mais il n’est absolument pas familier du terrain anatolien à sa nomination à Istanbul, en 1928. Il reconnaît ainsi, en 1941, que lorsqu’il a « commencé, en 1936, des études géographiques et géologiques en Phrygie orientale […] [ses] connaissances sur ce pays étaient encore très rudimentaires54 ». La situation de Louis est différente : glaciologue et géomorphologue, spécialiste d’abord de l’Albanie, auquel il consacra sa thèse en 1927, puis des Balkans et de la Bulgarie, il est, bien davantage que Chaput, un spécialiste de la région de la Méditerranée orientale. De plus, il baigne dans un milieu berlinois très au fait des problèmes de géomorphologie de l’Est du bassin méditerranéen, notamment grâce aux travaux de Penck, père et fils, et de Norbert Krebs55, ou encore de l’Autrichien Hans Spreitzer, explorateur et professeur à l’université de Hanovre56. Louis bénéficie donc d’une formation d’observation directe et d’un regard plus familiers et avertis des paysages anatoliens que Chaput.

Pratiques collectives et dimension politique du terrain

  • 57 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. ii.
  • 58 Charles Jacob, art. cit., p. 318.

20Ni Chaput, ni Louis ne vont seuls sur le terrain, pour des raisons logistiques et scientifiques. En effet, chacun est d’abord accompagné de géographes turcs, meilleurs connaisseurs du terrain en lui-même et surtout interprètes commodes pour ces deux hommes qui ne pratiquent que difficilement la langue locale. Chaput note ainsi : « Mes compagnons de voyage habituels, les Professeurs Ibrahim Hakki et Hamit Nafiz, ainsi que mes nombreux autres collaborateurs pendant les séjours sur le terrain, m’ont rendu de grands services en m’aidant à rechercher des matériaux ; ils ont souvent amoindri les difficultés que présentaient pour moi les voyages en pays étranger57. » Selon le témoignage d’Albert Gabriel : « Ibrahim Hakki, professeur à l’Université, qui fut chargé de traduire ses cours et de l’accompagner dans ses voyages, devint rapidement son ami, et l’assista pendant onze années avec la fidélité la plus affectueuse, avec autant d’intelligence que de dévouement58. »

  • 59 Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. x. Pour une étude plus précise de ces géographes turcs et (...)

21Chaput est donc accompagné en particulier d’Ibrahim Hakki Akyol, d’Hamit Nafiz, tous deux professeurs de géographie physique à Istanbul, mais aussi, lors de ses excursions en Phrygie, de docents de géographie de l’Université d’Istanbul, Besim Darkot, Ali Tevfik Tanoğlu et de l’assistant Ismail Yalçındağ59.

22Louis est également souvent accompagné de géographes turcs comme compagnons d’excursions dont certains ont été étudiants en Allemagne et sont donc germanophones. C’est le cas par exemple de Danyal Bediz, dont le professeur allemand écrit :

  • 60 Le professeur de Munich Erich von Drygalski (1865-1949), dont il a certainement été l’un des dernie (...)
  • 61 Danyal Bediz, Izmir (Smyrna) und sein wirtschaftsgeographisches Einzugsgebiet, Munich, 1935.
  • 62 Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 121.

Mon premier collaborateur scientifique et traducteur, le Dr. Danyal Bediz, avait fait sa thèse avec Drygalski à Munich60, comprenait très bien l’allemand et parlait avec un léger accent bavarois. Je l’avais aidé au moment de l’écriture de sa thèse, pour améliorer son allemand écrit, et le travail sur Izmir et son arrière-pays économique61 est ensuite paru rapidement62.

  • 63 Reşat Izbırak, Geomorphologische Studien im Westlichen Bayerischen Walde, thèse de doctorat, Berlin (...)
  • 64 Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 124. Ceci indique soit des études à Heidelberg (où Sölch ét (...)

23De la même façon, on sait que Reşat Izbırak (1911-1998), d’abord étudiant à Istanbul, a également soutenu un doctorat en 1935, à l’université de Berlin cette fois63, avant de devenir assistant à Ankara, en 1939. Louis a également trouvé de l’aide, notamment pour la traduction de ses cours en turc, auprès du Dr. Niyazi Çıtakoğlu, ancien élève de Johann Sölch64.

  • 65 Chaput avait été nommé, en février 1919, à une maîtrise de conférence de géologie à l’université de (...)
  • 66 De manière remarquable car relativement rare dans les couples de savants, Germaine Chaput poursuivi (...)
  • 67 AN, dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre du chef du service des œuvres française (...)
  • 68 Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. x.
  • 69 Ernest Chaput, Voyages, p. 152. Sur Hovasse, comme Chaput professeur français détaché à Istanbul en (...)
  • 70 Cf. Hans Bobek, « Die Rolle der Eiszeit in Nordwest-Iran », Zeitschrift für Gletscherkunde XXV, 193 (...)
  • 71 Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », op. cit., p. 270.
  • 72 Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 127.

24Les deux hommes se font enfin accompagner de collaborateurs européens, plus proches de leurs méthodes scientifiques mais moins aptes à les aider sur le terrain, notamment comme traducteurs. Chaput peut ainsi compter sur son épouse, Germaine Chaput65, elle-même ancienne étudiante de géologie66, dont une lettre du Service des œuvres françaises à l’étranger précise : « M. Chaput travaille en constante collaboration avec Madame Chaput qui l’accompagne dans tous ses déplacements et participe, de manière effective, à l’étude des découvertes67 », en particulier « chargée de la recherche des fossiles et des plantes68. » D’autres Français peuvent occasionnellement se joindre à lui, par exemple le zoologue Raymond Hovasse (1895-1989) pour l’exploration de la région d’Istanbul en 193069. Louis reçoit aussi ponctuellement l’appui du regard de ses collègues géographes de Berlin, en particulier de Hans Bobek (1903-1990), à l’époque jeune trentenaire spécialiste de l’Iran et de son empreinte glaciaire70, qui l’accompagne sur le terrain en octobre 1937, pour observer les montagnes autour d’Ayas, dans la banlieue d’Ankara. On note aussi que le géologue Kurt Leuchs (1881-1949), professeur à l’école supérieure d’agronomie d’Ankara, l’a aidé dans son analyse d’échantillons botaniques71 et l’a accompagné, en octobre-décembre 1937, notamment dans la visite de colonies allemandes et de l’Elma Da, au Sud-Est d’Ankara72.

25L’aide semble donc doublement déséquilibrée : du côté de Chaput, celle de savants fidèles, mais comme lui relativement peu familiers de ce genre de terrain ; du côté de Louis, celle de Bobek, un excellent spécialiste, versé dans la glaciologie comme lui, il est vrai cependant bien rarement présent.

  • 73 Jacques Thobie, Aux origines de l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, La correspond (...)

26Une fois quitté le terrain lui-même, reste à traiter l’information récoltée, en particulier par l’analyse des échantillons géologiques, surtout pour le cas de Chaput. Albert Gabriel (1883-1972), le directeur de l’Institut français d’Istanbul, écrit ainsi, le 13 novembre 1932 : « Outre le voyage en Mésopotamie, Chaput a fait de nombreuses excursions en Anatolie et part avec des centaines de kilos de cailloux73. » En l’occurrence, le traitement se fait pour lui en France, puisqu’il note :

  • 74 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. v.

M. Charles Jacob [1878-1962] [lui] a largement ouvert depuis longtemps le laboratoire de Géologie de la Sorbonne […] MM. A[lfred] Lacroix [1863-1948] et Alb[ert] Michel-Lévy [1877-1955], Mme [Elisabeth] Jérémine [1879-1964] ont bien voulu se charger des études pétrographiques concernant les roches éruptives. MM. H[enri] Douvillé [1846-1937], M. [Marcellin] Boule [1861-1942], [Jean] Piveteau [1899-1991], [Jean] Cottreau, Mlles [Juliette] Pfender et [Henriette] Alimen [1900-1996] à Paris, MM. F. Roman et L[ouis] Doncieux [1874-1960] à Lyon, M. [Gaston] Delépine [1878-1963] à Lille, Mlle [Suzette] Gillet [1893-1988] à Strasbourg, M. R[aymond] Ciry [1898-1978] à Dijon, m’ont aidé pour les déterminations paléontologiques74.

  • 75 Ibid., p. 12.
  • 76 Constituant le chapitre VIII de Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. 99-120.

27Se dessine donc ici une véritable géographie du réseau de Chaput parmi les géologues français, plutôt féminisé et de différentes générations, mobilisé pour le traitement des échantillons recueillis sur le terrain. Pas un seul géographe n’est cependant évoqué ici, mais sa reconnaissance va essentiellement aux géologues : « Un échantillon assez frais de laves […] a été examiné par Mme Jérémine ; c’est une dacite à amphibole. […] Le remplissage des filons, étudié par M. Albert Michel-Lévy, est tantôt massif, tantôt bréchique75. » Pour le traitement des matériaux récupérés en Phrygie, l’action des même acteurs est évoquée, avec le complément de l’abbé Henri Breuil [1877-1961] pour la paléontologie, de L. Pardé et Philippe Hagène (Strasbourg) pour l’étude de la géographie botanique76.

  • 77 Cependant, il ne fait pas partie de la Société géologique de France, et semble à l’écart du milieu (...)
  • 78 Il publie deux articles dans les Annales de géographie en 1919, puis en 1927. Dès 1921, il fait par (...)
  • 79 Ce dont témoignent son collègue parisien Charles Jacob (in Charles Jacob, op. cit., p. 320), et l’a (...)
  • 80 Qu’il ne cite plus dans ses remerciements et dans les revues desquels il ne publie plus rien. Ceci (...)

28Ceci démontre qu’en matière de méthode d’observation géologique, le rapport de spécialité est théoriquement inversé entre les deux savants. Chaput est un spécialiste reconnu de la discipline en France : depuis avril 1921, professeur de géologie et minéralogie à la faculté des sciences de l’université de Dijon, il est académiquement un géologue, pas un géographe77, certes d’abord proche de la géographie physique menée par de Martonne78, mais, à partir de 1931, nommé sur une chaire de géologie, à la faculté des sciences d’Istanbul, renouant étroitement et personnellement avec ses collègues géologues et la Société géologique de France79, semblant s’éloigner des géographes français80. Cette ambiguïté disciplinaire relative est cependant encore présente dans une lettre du doyen de la Faculté des lettres de Dijon de 1932, indiquant que le séjour de Chaput à Istanbul a été fructueux :

  • 81 AN, F/17/23577(B), notice individuelle périodique de 1932-1933, demande pour la légion d’honneur.

Les très nombreux matériaux géologiques qu’il a recueillis durant ce séjour lui ont déjà fourni la matière de plusieurs publications importantes dont la valeur a été sanctionnée en 1932 par un prix de l’Institut. Ses contributions à la géographie de la Turquie lui ont valu d’autre part une médaille de la Société de géographie commerciale de Paris81.

  • 82 Il prononce ainsi un exposé très théorique de « remarques sur les mouvements des glaciers et leurs (...)

29Pourtant, à partir de 1936, Chaput est bien de nouveau un géologue, et ne travaille plus qu’avec des spécialistes de cette discipline. Louis est quant à lui pleinement un géographe, bien présent au Congrès de géographie d’Amsterdam en 1938, intervenant directement le 19 juillet dans la séance de la section IIa de géographie physique sur la question de l’érosion glaciaire82. Cependant, la formation d’un Louis a pu être également géographique et géologique, les deux disciplines étant fortement liées dans le cadre des études géographiques allemandes des années 1920, malgré les tensions existant périodiquement entre spécialistes de l’une et l’autre des disciplines.

30Après la récolte d’éléments sur le terrain, reste à interpréter et à utiliser les résultats des explorations. Là encore, outre les publications, nombreuses chez Chaput, moins abondantes chez Louis, se pose la question de l’objectif des recherches, notamment d’un point de vue pratique et appliqué. Ainsi, le 18 juillet 1939, Chaput écrit :

  • 83 AN, dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre de Chaput, 18 juillet 1939.

J’ai été très surmené cette année. D’une part, j’ai fait face, à la fois, à un enseignement chargé et à de nombreuses études régionales en Bourgogne ; d’autre part l’Institut des Mines d’Ankara m’a demandé d’être son conseiller étranger et m’envoie de nombreux matériaux pour déterminations ; j’ai aussi à étudier ce que nous avons recueilli nous-mêmes, et je n’arrive pas à rédiger les ouvrages que j’ai promis de publier ; enfin j’ai dû préparer une série de conférences prévues pour les mois de septembre ou d’octobre à l’université de Stamboul83.

31Il s’agit donc d’un problème politique, et renvoie à l’utilisation que les autorités turques font des travaux sur le terrain des deux hommes en tant qu’experts. Chaput avait été nommé à Istanbul d’abord pour y mettre en place un enseignement rénové sur le modèle français, c’est-à-dire s’appuyant sur une pratique de la géographie dite « moderne », fondée sur l’observation directe du terrain, tandis que Louis était davantage, depuis 1935, un représentant officiel de l’Allemagne à Ankara, dans le cadre d’une diplomatie culturelle affirmée du IIIe Reich à l’égard de la Turquie. Les choses évoluent encore à la fin des années 1930, comme le note Albert Gabriel :

  • 84 Cité par Charles Jacob, art. cit., p. 318. Les points de suspension sont ici dans le texte cité par (...)

À Ankara […] Chaput entra en contact avec des ministres, des secrétaires d’État, des hauts fonctionnaires. […] Les pouvoirs publics en Turquie sollicitaient son avis au sujet d’une question capitale, celle des adductions d’eau d’Ankara […] l’invitaient officiellement au Congrès d’agriculture d’Ankara […] après les séismes qui désolèrent les provinces de l’Ouest, lui demandaient d’aller sur place […] (étudier leurs) effets dans la région de Smyrne et dans la presqu’île de Cnide. Et lorsqu’il fallut aviser aux mesures à prendre à la suite du glissement de la voie ferrée entre Soma et Bandirma, ce fut au Professeur Chaput que s’adressa la Compagnie84.

32Le Service des œuvres françaises à l’étranger écrit de son côté :

33L’Institut de recherches minières d’Ankara a fait [à Chaput] des propositions précises qui sont l’annonce d’une collaboration de longue durée. […] Nous aurions intérêt à lui confier une mission permanente [qui] lui permettrait :

  1. de poursuivre et d’achever ses travaux personnels dont on sait l’importance et l’originalité.

    • 85 La phrase est soulignée dans le texte d’origine.
    • 86 AN, dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre du chef du service des œuvres française (...)

    D’être, sans que le mot puisse être prononcé85, une sorte de conseiller scientifique et technique des Turcs, dans un domaine auquel se rattachent d’importantes questions économiques, notamment les recherches et exploitations minières86.

34L’activité de Chaput sur le terrain semble donc en voie de se transformer à la veille de la Seconde Guerre mondiale : la perspective d’une activité scientifique plus pratique et appliquée, plus liée au pouvoir politique, plus proche d’Ankara, est donc largement évoquée, rendant la rivalité institutionnelle et diplomatique avec Louis potentiellement plus forte, par une présence nouvelle à Ankara, à l’université et dans l’École des mines, comme « conseiller scientifique et technique ».


**

35Mieux préparé au terrain turc par son domaine de spécialité, sa formation et son expérience de terrain, peut-être mieux entouré, Louis a donc été dans une situation plus confortable pour s’approprier le terrain anatolien que Chaput, écartelé entre Dijon et Istanbul et plus familier des paysages de la vallée de la Loire et de Bourgogne que de la Turquie. Cependant ceci n’empêcha pas le géographe français d’avoir une activité très intense, tant d’observation que de publication, par des méthodes plus amples d’exploration et un soutien plus fort de la part de ses collègues turcs ou français. En la matière cependant, Chaput et Louis avaient de toute façon des objectifs bien différents concernant leurs activités scientifiques, mais partageaient un regard commun que le terrain anatolien, envisagé en termes géologiques ou glaciologiques, a pu largement satisfaire.

36La fin de la présence de Chaput en Turquie, à partir de 1939, son décès quatre ans plus tard, puis le départ de Louis d’Ankara en 1943, après un début de guerre marqué par des conditions militaires limitant grandement sa capacité à poursuivre ses observations, marquèrent la fin d’une concurrence franco-allemande feutrée en Turquie, après une période (entre 1935 et 1939) où les différences de méthode et surtout de conditions de travail sur le terrain entre les deux scientifiques furent visibles. Leur intérêt simultané pour un objet commun singulier (la géographie physique et la géologie de la péninsule anatolienne) n’a pas permis de surmonter des différences suffisamment fortes pour n’autoriser ni une quelconque collaboration, ni même une discussion directe, dans ce court laps de temps pourtant marqué par le Congrès international de géographie d’Amsterdam en 1938, moins pour des raisons strictement politiques que par des trajectoires personnelles et des stratégies disciplinaires divergentes.

Haut de page

Annexe

1. Les excursions de Chaput et Louis en Anatolie : des réseaux denses, mais déséquilibrés

Carte 1 :

Carte 1 :

Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, p. 2, figure 1.

Carte 2 :

Carte 2 :

Source : Ernest Chaput. 1882-1943, plaquette hors-commerce éditée par ses collègues et proches à sa disparition, Imprimerie Darantière, 1944.

Ces deux cartes montrent les itinéraires des excursions de Chaput de 1928 à 1935 (carte 1) et de 1928 à 1939 (carte 2) : on remarque la faible fréquentation du Nord et de l’Est de la Turquie, et l’intensification de l’étude de l’Ouest du pays après 1936.

Carte 3 :

Carte 3 :

Source : Ernest Chaput, Géologie et Géographie physique, t. I de Gabriel, Albert (dir.), Phrygie. Exploration archéologique, Paris, de Boccard, Institut français de Stamboul, 1941.

2. Ernest Chaput, le paysage et le terrain

Figure 1 : Extrémité septentrionale de l’Emir Gölü, à 13 kilomètres au Sud d’Ankara.

Figure 1 : Extrémité septentrionale de l’Emir Gölü, à 13 kilomètres au Sud d’Ankara.

Figure 2 : Faille de Kayas, au point kilométrique 13,6 de la voie ferrée d’Ankara à Kayseri.

Figure 2 : Faille de Kayas, au point kilométrique 13,6 de la voie ferrée d’Ankara à Kayseri.

Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche XIX.

Figure 3 : Ravin à 4 kilomètres au Sud-Est de Haymana.

Figure 3 : Ravin à 4 kilomètres au Sud-Est de Haymana.

Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche XVII, figure 4.

3. Le train comme repère spatial chez Chaput et Louis

Figure 1 : Glissement de terrain du « kilomètre 214 », sur la ligne de Soma à Bandirma, 6 kilomètres au Nord de Sogucak.

Figure 1 : Glissement de terrain du « kilomètre 214 », sur la ligne de Soma à Bandirma, 6 kilomètres au Nord de Sogucak.

Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche VI, figure 1.

Figure 2 : « Site de décharge de l’ancien lac de Burdur. Vue depuis le sud d’Ideçik vers le sud-ouest. Photographie H. Louis. »

Figure 2 : « Site de décharge de l’ancien lac de Burdur. Vue depuis le sud d’Ideçik vers le sud-ouest. Photographie H. Louis. »

Source : Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde 7/8, Berlin, 1938, illustration 25.

4. Une stratégie esthétique chez Chaput ?

Figure 1 : Cratère du volcan de « Kaleici, près d’Acigöl ».

Figure 1 : Cratère du volcan de « Kaleici, près d’Acigöl ».

Figure 2 : Üçhisar, à 10 kilomètres à l’Ouest d’Ürgüp.

Figure 2 : Üçhisar, à 10 kilomètres à l’Ouest d’Ürgüp.

Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche XV, figures 1 et 2.

5. La preuve par les cartes : l’empreinte glaciaire selon Herbert Louis

Source : Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde 7/8, Berlin, 1938, (p. 267-285), p. 272, cartes 1 et 2.

Haut de page

Notes

1 Cf. Gaëlle Hallair, Le géographe Emmanuel de Martonne et l’Europe Centrale, Paris, Prodig, Grafigéo, 2007-33 ; Nicolas Ginsburger, « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires, France-Allemagne-Etats-Unis (1914-1921), thèse de doctorat d’histoire contemporaine sous la direction d’Annette Becker, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense, novembre 2010 [en ligne : http://bdr.u-paris10.fr/theses/internet/2010PA100195.pdf] ; Nicolas Ginsburger, « Avec ou sans Cvijić, le terrain balkanique entre Krebs et Ancel. Géographes et géologues universitaires français et allemands dans un espace européen périphérique (1893-1930) », in : Marie-Claire Robic, Pascal Clerc (dir.), Géographes hors les murs, Paris, L’Harmattan, 2014.

2 Cf. Charles Jacob, « Ernest Chaput », Bulletin de la Société géologique de France 5, XV, 1945, (p. 310-328) ; Xavier de Planhol, « Chaput, Ernest », Outre-Mer, Hommes et destins, Dictionnaire biographique d’Outre-Mer, VII : Maghreb-Machrek, Paris, Travaux de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, 1986, p. 114 ; Mehmet Âkif Ceylan, « Türkiye coğrafyasina katkida bulunan yabanci bilim adamlari : E. Obst, Th. Lefebvre ve E. Chaput », Avrasya İncelemeleri Dergisi (AVİD) II/1, 2013, (p. 311-351).

3 On doit préciser qu’en France, il y a deux types de chaires de géographie physique dans les années 1920 : celles occupées par des géologues dans le cadre des Facultés des sciences, et celles de géographes, spécialisés dans l’étude des formes terrestres, dans les Facultés des lettres, par exemple Emmanuel de Martonne (1873-1955) à Paris. Les chaires de Chaput à Dijon et à Istanbul appartiennent à la première catégorie.

4 Cf. Emre Dölen, İstanbul Üniversitesi 1933-1946 (Türkiye Üniversite Tarihi 4), İstanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, 2010.

5 Cf. Ute Wardenga, « “Beobachtung ist die Grundlage der Geographie!” Herbert Louis als Länderkundler, Kartograph und Geomorphologe », Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in München 89, 2007, (p. 103-134); Mehmet Âkif Ceylan, « Türkiye Coğrafyasına Katkıda Bulunan Yabancı Bilimadamları: H. Louis ve W. J. Mccallien », Uluslararası Sosyal Araştırmalar Dergisi 29, vol. 7, 2014, (p. 176-191).

6 Sur leurs rapports respectifs avec les autorités françaises pour l’un, allemandes pour l’autre, et turques, et leur contribution à l’émergence d’une école turque de géographie : cf. Nicolas Ginsburger, « Entre Obst et Chaput : influences européennes et création de l’école turque de géographie (1915-1943) », in : Güneş Işıksel, Emmanuel Szurek (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle 1860-1960, Rennes, PUR, 2014, p. 255-274.

7 11 ans pour Chaput, 8 pour Louis.

8 Cf. bibliographie complète in Ernest Chaput. 1882-1943, plaquette hors-commerce éditée par ses collègues et proches à sa disparition, Imprimerie Darantière, 1944.

9 Mais souvent de grande ampleur, dans une optique de géographie régionale (Länderkunde) ; par exemple : Herbert Louis, « Anatolien », Geographische Zeitschrift 45, 1939, t. 12, (p. 353-376).

10 Même si on possède les souvenirs manuscrits d’Herbert Louis, certes tardifs et parfois contestables, mais très précis : cf. Herbert Louis, « Aus meinem Leben », Leibniz Institut für Länderkunde, Archiv für Geographie, Leipzig. Tous mes remerciements à Ute Wardenga, directrice adjointe de l’institut de Leipzig, de m’avoir indiqué et fourni ce document précieux.

11 A savoir : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936 ; du même, Géologie et Géographie physique, t. I de : Albert Gabriel (dir.), Phrygie. Exploration archéologique, Paris, de Boccard, Institut français de Stamboul, 1941 ; Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde 7/8, 1938, (p. 267-285), destiné à compléter Herbert Louis, « Über alte Hochstände anatolischer Seen », Comptes-Rendus du Congrès International de Géographie, Amsterdam II, 1938, Section A-F, (p. 325-335).

12 Cf. Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate. L’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1836-1895), thèse de doctorat de géographie, sous la direction de Jean-Louis Tissier, Université Paris I, 2011.

13 Cf. pour la question du voyage sur le terrain en géologie : Patrick N. Wyse Jackson (dir.), Four Centuries of Geological Travel. The Search for Knowledge on Foot, Bicycle, Sledge and Camel, Londres, Geological Society, Special Publication, 287, 2007.

14 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. i-vii.

15 Ibid., Première partie, « Description des itinéraires », p. 1-234.

16 Sur cette question des cartes géologiques, en particulier sur le travail pionnier de Pierre de Tchihatcheff (1808-1890) : cf. Ségolène Débarre, op. cit.

17 Ibid., p. 6.

18 Ibid., p. 3.

19 Ernest Chaput, « L’évolution du modelé de la région d’Angora », Annales de géographie 224, t. XL, 1931, (p. 153-162), 4 figures, 3 planches.

20 Ernest Chaput, Voyages, p. 151.

21 Klaus Kreiser, « Geographie und Patriotismus. Zur Lage der Geowissenschaften am Istanbuler Dârülfünûn unter dem jungtürkischen Regime (1908-1918) », in : Daniel Balland (dir.), Hommes et terres d’Islam. Mélanges offerts à Xavier de Planhol, t. I, Téhéran, Institut français de recherche en Iran, 2000, (p. 71-87) ; Nicolas Ginsburger, « Entre Obst et Chaput », p. 255-261 ; Emre Dölen, İstanbul Darülfünunu’nda Alman Müderrisler 1915-1918, Istanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, 2014.

22 Ernest Chaput, Géologie et Géographie.

23 Archives Nationales (Paris) (AN), dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre de Chaput, 24 avril 1932.

24 Cf. carte 3, tirée de Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. 4.

25 Cf. annexes pour les deux cartes d’itinéraires de Chaput, publiées en 1936 et en 1944.

26 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. vii.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Cf. Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 126-127.

31 De ce point de vue, Louis est rapidement dans l’embarras : « Alors que les autorités turques avaient manifestement pensé plutôt à une forme de géographie qui pourrait être transmise davantage dans les salles de cours et la bibliothèque, Louis se cramponnait à sa pédagogie habituelle, et, à côté des cours et des exercices, développait un style de transmission fortement fondé sur les excursions » (Ute Wardenga, art. cit., p. 119).

32 En particulier un premier périple en décembre 1935 par Eskisehir, Konya, Ulukisla, Kayseri ; une série de petites excursions vers Ayas ou Beypazari au début de l’année 1936, une autre série entre janvier et juin 1937, puis jusqu’à Bolu en juillet 1937 ; les montagnes d’Ayas en octobre 1937 ; en février 1938, dans la région du lac de Burdur, au Sud-Ouest de la capitale ; la région de Kirsehir, touchée par un séisme, en mai 1938 (Sud-Est d’Ankara), et celle du Tuz Gölü et du lac de Konya en juin 1938, faisant largement l’objet de son article berlinois ; de petites excursions autour d’Ankara au premier trimestre de 1939.

33 Voir en annexe la carte des grands itinéraires de Louis en Anatolie de 1936 à 1939.

34 En mai-juin 1936 d’Ankara à Zonguldak, sur le littoral de la mer Noire ; en février 1937 en Anatolie occidentale, d’Ankara à Izmir, sur le littoral égéen ; en août 1937 dans le Taurus central et occidental, d’Ankara à Egirdir, puis Antalya et Tarsus, sur le littoral Sud de la Turquie méditerranéenne ; en février 1938, en Anatolie du Sud-Est, d’Ankara à Malatya, puis Adana et Konya.

35 Louis insiste en particulier sur son « grand voyage en Anatolie orientale », en août 1936, l’amenant d’Ankara à Samsun puis Trébizonde, sur le littoral oriental de la Mer Noire, puis Erzurum et la frontière orientale jusqu’à Van et Diyarbekir. En juillet 1937, Louis retourne sur le littoral oriental de la Mer Noire et son hinterland, en particulier au Nord de Sivas ; en juillet 1939, il entreprend un nouveau grand voyage en Anatolie du Sud-Est et du Taurus oriental, d’Ankara à Malatya, puis Erzincan.

36 Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », p. 267.

37 Ibid.

38 D’abord en termes de stratigraphie, puis, plus brièvement, en termes de tectonique, enfin de géomorphogénie. Cf. Ernest Chaput, Voyages, deuxième partie, « Géologie et géomorphogénie », p. 235-290.

39 Walther Penck, Die tektonischen Grundzüge West Kleinasiens, Stuttgart, 1918.

40 Ernest Chaput, Voyages, p. 290.

41 Il s’agit de la théorie davisienne du « cycle d’érosion » ou « cycle géographique », reposant sur le postulat de la succession des stades du relief dans le cadre d’un cycle, sous l’effet d’une érosion, dite normale, en particulier hydrique, largement contestée par les géographes allemands, en particulier Walther Penck : Cf. Robert Percy Beckinsale, Richard J. Chorley, Antony J. Dunn, The History of the Study of Landforms, volume II, The Life and Work of William Morris Davis, Methuen, Routeledge, 1973 ; Roger Coque, Géomorphologie, Paris, Armand Colin, 2002, chapitre 15 : « Les fondements classiques de la géomorphologie », p. 414-430, en particulier p. 417-421.

42 Cf. Christian Giusti, « Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : retour sur “l’intrusion” de la géomorphologie dans la géographie », Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, juillet-septembre, 2004, (p. 241-254).

43 Ernest Chaput, Voyages, p. 6.

44 Ibid, p. 62.

45 8 photographies illustrent son article sur les lacs en Anatolie, accompagnant deux schémas, tous ces documents lui étant directement et seul attribués. Cf. annexes pour un exemple.

46 Ibid, p. 209. 86 photographies sont publiées en annexes de cet ouvrage, dans des planches largement commentées.

47 Cf. annexes.

48 Ibid., p. 105.

49 Ibid., p. 9.

50 Ernest Chaput, Voyages, p. 81.

51 Ibid., p. 86.

52 Ibid., p. 10.

53 Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », p. 274-275.

54 Ernest Chaput, « Préface », Géologie et Géographie, p. ix.

55 En 1907, la thèse d’habilitation de ce géomorphologue autrichien, spécialiste de l’Autriche-Hongrie, de la péninsule balkanique et de la Serbie, concernait la presqu’île istrienne. En 1927, il succéda à Albrecht Penck comme professeur ordinaire de géographie à l’université de Berlin. Cf. Hans-Dietrich Schultz, « Das “reine Streben nach der Wahrheit” im “Dienst von Volk und Staat”: Norbert Krebs », in: Bernhard Nitz, Hans-Dietrich Schultz, Marlies Schulz (dir.) 1810-2010: 200 Jahre Geographie in Berlin: an der Universität zu Berlin (ab 1810), Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin (ab 1828), Universität Berlin (ab 1946), Humboldt-Universität zu Berlin (ab 1949), Berlin, Geographisches Institut (Berliner Geographische Arbeiten 115), 2010, (p. 219-247).

56 Cf. Hans Spreitzer, « Bergfahrten und Forschungen im Ala Dag (Südostanatolien), Deutsche Taurus-Bergfarht 1938 des Zweiges Klagenfürt, Die Kuindfahrt und Ihre Ergebnisse », Zeitschrift des Deutschen Alpenvereins, 70, 1939, (p. 50-52).

57 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. ii.

58 Charles Jacob, art. cit., p. 318.

59 Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. x. Pour une étude plus précise de ces géographes turcs et de leurs rapports avec Chaput : cf. Nicolas Ginsburger, « Entre Obst et Chaput », p. 262-268.

60 Le professeur de Munich Erich von Drygalski (1865-1949), dont il a certainement été l’un des derniers doctorants, car il partit en retraite en 1935, après 30 ans d’activité en Bavière.

61 Danyal Bediz, Izmir (Smyrna) und sein wirtschaftsgeographisches Einzugsgebiet, Munich, 1935.

62 Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 121.

63 Reşat Izbırak, Geomorphologische Studien im Westlichen Bayerischen Walde, thèse de doctorat, Berlin, 1935.

64 Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 124. Ceci indique soit des études à Heidelberg (où Sölch était professeur titulaire entre 1928 et 1935), soit des études en Autriche (Sölch était professeur à Innsbruck entre 1920 et 1928, puis à Vienne à partir de 1935).

65 Chaput avait été nommé, en février 1919, à une maîtrise de conférence de géologie à l’université de Grenoble, dans le laboratoire du professeur Wilfrid Kilian, où il rencontra Germaine Faure-Marguerit, qu’il épousa peu de temps après, avant d’être nommé à Dijon, en décembre 1919.

66 De manière remarquable car relativement rare dans les couples de savants, Germaine Chaput poursuivit l’œuvre de son époux après la mort de ce dernier, avec des articles qu’elle signa de son nom, alors qu’Ernest Chaput ne l’avait jamais associée à ses différents travaux comme co-auteure : membre honoraire de la Société turque de géologie, fondée en 1946, elle publia notamment dans les années 1950 des études géologiques dans le Bulletin scientifique de Bourgogne, en particulier : Madame Ernest (Germaine) Chaput, « Contribution à l’étude de la faune pliocène de la péninsule de Cnide (Turquie) », Bulletin scientifique de Bourgogne, t. XV, 1954-1955 ; « Une espèce nouvelle de Néritine du Pliocène de la péninsule de Cnide (Turquie), Theodoxus (Neritaea) Dadiyana », Bulletin Scientifique de la Bourgogne ; « Etudes sur les terrasses marines du littoral de la mer de Marmara : les terrasses de Yalova », Bulletin Scientifique de Bourgogne XVIII, 1957-1958.

67 AN, dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre du chef du service des œuvres françaises à l’étranger du Quai d’Orsay, Paris, 28 juillet 1939.

68 Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. x.

69 Ernest Chaput, Voyages, p. 152. Sur Hovasse, comme Chaput professeur français détaché à Istanbul entre 1926 et 1931 et fondateur de la station zoologique de Baltalimanı : cf. Sevtap Kadıoğlu, « Raymond Hovasse’ın Türkiye’deki Bilimsel Çalışmaları ve Baltalimanı Hayvanat İstasyonu’nun Kuruluu », Osmanlı Bilimi Aratırmaları 4, tome 2, 2003, (p. 61-81).

70 Cf. Hans Bobek, « Die Rolle der Eiszeit in Nordwest-Iran », Zeitschrift für Gletscherkunde XXV, 1937; Heinz Fassmann, « Bobek, H. (1903-1990) » in: Rob Kitchin, Nigel Thrift (dir.), International Encyclopedia of Human Geography, Amsterdam, Elsevier, 2009, (p. 324–325).

71 Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », op. cit., p. 270.

72 Herbert Louis, « Aus meinem Leben », p. 127.

73 Jacques Thobie, Aux origines de l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, La correspondance commentée Marx-Gabriel 1930-1932, Ed. Isis, Les Cahiers du Bosphore, XLII, 2006, p. 160.

74 Ernest Chaput, Voyages, « Introduction », p. v.

75 Ibid., p. 12.

76 Constituant le chapitre VIII de Ernest Chaput, Géologie et Géographie, p. 99-120.

77 Cependant, il ne fait pas partie de la Société géologique de France, et semble à l’écart du milieu des géologues français, au moins jusqu’en 1930, à l’exception sans doute de son maître de Lyon, Charles Déperet (1854-1929), et de son condisciple de l’ENS Ulm, Maurice Gignoux (1881-1955). Cf. Charles Jacob, op. cit., p. 319.

78 Il publie deux articles dans les Annales de géographie en 1919, puis en 1927. Dès 1921, il fait partie de l’Association de Géographes français, et compte parmi les auteurs de comptes-rendus critiques d’ouvrages dans sa Bibliographie géographique, jusqu’en 1928. En 1928, il fait diverses communications et remarques au Congrès international de géographie de Cambridge, et organise des excursions en Côte d’Or pour l’excursion interuniversitaire des géographes français en Bourgogne. En 1931, lors du Congrès international de géographie à Paris, il fait partie du comité d’organisation et compte parmi les membres officiels du congrès pour la France. Il organise par ailleurs une des excursions, dans la Vallée de la Seine, rédigeant un livret-guide de 12 pages.

79 Ce dont témoignent son collègue parisien Charles Jacob (in Charles Jacob, op. cit., p. 320), et l’attribution du prix Prestwich en 1936, après le Prix Wilde en 1932 à l’Académie des Sciences.

80 Qu’il ne cite plus dans ses remerciements et dans les revues desquels il ne publie plus rien. Ceci n’empêche pas de Martonne d’écrire, dans le volume collectif d’hommages à Chaput : « La mort prématurée d’Ernest Chaput n’a pas moins frappé les Géographes que les Géologues. (…) Le géologue avait reconnu l’intérêt de se faire géographe. » (Emmanuel de Martonne, « L’œuvre géographique d’Ernest Chaput », in Ernest Chaput. 1882-1943, (p. 57-62), p. 57-58.

81 AN, F/17/23577(B), notice individuelle périodique de 1932-1933, demande pour la légion d’honneur.

82 Il prononce ainsi un exposé très théorique de « remarques sur les mouvements des glaciers et leurs conséquences pour la théorie de l’érosion glaciaire », à l’issue duquel il discute notamment avec le géographe strasbourgeois Henri Baulig (1877-1962) et Emmanuel de Martonne d’une part, d’autre part Hans Bobek et Hermann Lautensach (1886-1971), spécialiste reconnu de la péninsule ibérique. cf. Union Géographique Internationale, Comptes-rendus du Congrès International de géographie, Amsterdam, 1938, tome premier : Actes du Congrès, Leiden, E. J. Brill, 1939, p. 184-193. Ainsi, cette manifestation internationale, qui aurait pu être le moment privilégié d’un dialogue entre les deux professeurs turcs d’adoption, ne voit pas la rencontre attendue.

83 AN, dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre de Chaput, 18 juillet 1939.

84 Cité par Charles Jacob, art. cit., p. 318. Les points de suspension sont ici dans le texte cité par Jacob.

85 La phrase est soulignée dans le texte d’origine.

86 AN, dossier « Chaput, Jules Ernest », F/17/23577(B), lettre du chef du service des œuvres françaises à l’étranger du Quai d’Orsay, Paris, 28 juillet 1939.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 :
Crédits Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, p. 2, figure 1.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-1.png
Fichier image/png, 372k
Titre Carte 2 :
Crédits Source : Ernest Chaput. 1882-1943, plaquette hors-commerce éditée par ses collègues et proches à sa disparition, Imprimerie Darantière, 1944.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-2.png
Fichier image/png, 313k
Titre Carte 3 :
Crédits Source : Ernest Chaput, Géologie et Géographie physique, t. I de Gabriel, Albert (dir.), Phrygie. Exploration archéologique, Paris, de Boccard, Institut français de Stamboul, 1941.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-3.png
Fichier image/png, 344k
Titre Carte 4 :
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-4.png
Fichier image/png, 287k
Titre Figure 1 : Extrémité septentrionale de l’Emir Gölü, à 13 kilomètres au Sud d’Ankara.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 2 : Faille de Kayas, au point kilométrique 13,6 de la voie ferrée d’Ankara à Kayseri.
Crédits Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche XIX.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 3 : Ravin à 4 kilomètres au Sud-Est de Haymana.
Crédits Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche XVII, figure 4.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 1 : Glissement de terrain du « kilomètre 214 », sur la ligne de Soma à Bandirma, 6 kilomètres au Nord de Sogucak.
Crédits Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche VI, figure 1.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 2 : « Site de décharge de l’ancien lac de Burdur. Vue depuis le sud d’Ideçik vers le sud-ouest. Photographie H. Louis. »
Crédits Source : Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde 7/8, Berlin, 1938, illustration 25.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 1 : Cratère du volcan de « Kaleici, près d’Acigöl ».
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Figure 2 : Üçhisar, à 10 kilomètres à l’Ouest d’Ürgüp.
Crédits Source : Ernest Chaput, Voyages d’études géologiques et géomorphogéniques en Turquie, Mémoire de l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul, II, Paris, 1936, planche XV, figures 1 et 2.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-12.png
Fichier image/png, 264k
Crédits Source : Herbert Louis, « Eiszeitliche Seen in Anatolien », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde 7/8, Berlin, 1938, (p. 267-285), p. 272, cartes 1 et 2.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1490/img-13.png
Fichier image/png, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « Deux collègues géographes en Anatolie ? Parcours, méthodes et analyses de terrain des professeurs Ernest Chaput et Herbert Louis en Turquie (1928-1939) », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 83-106.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Deux collègues géographes en Anatolie ? Parcours, méthodes et analyses de terrain des professeurs Ernest Chaput et Herbert Louis en Turquie (1928-1939) », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1490 ; DOI : 10.4000/rgi.1490

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, enseignant, chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals