Navigation – Plan du site

Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale

Géraldine Djament-Tran
p. 107-133

Résumés

Cet article présente les grands jalons de la circulation de la thèse de Christaller. Rompant avec la vulgate d’une œuvre complètement ignorée puis découverte sur le tard, il restitue les débats épistémologiques complexes qui marquent sa diffusion des années 1930 aux années 1970. Après avoir souligné la rupture christallerienne avec le régime de scientificité de la Landschaftsgeographie, il montre que le débat autour de son épistémologie modélisatrice s’internationalise dès l’entre-deux-guerres. À partir des années 1940, la réception de la théorie christallerienne se dédouble en une application à la planification de l’Allemagne nazie, qui fait débat puis deviendra taboue, et une diffusion théorique aux États-Unis, où Christaller est bientôt proclamé « père de la géographie théorique » naissante. Consacrée outre-atlantique, la référence christallerienne retourne en Europe : l’analyse spatiale se diffuse dans les années 1950en Scandinavie et en Grande-Bretagne, avant de gagner la France et l’Allemagne. Dans son pays d’origine, la théorie christallerienne s’impose à la fin des années 1960, à la veille du renversement du paradigme de la Landschaftsgeographie. C’est alors que Christaller publie son récit d’une découverte reconstruite comme paradigmatique. La genèse de l’analyse spatiale, fondamentalement transnationale, plaide en faveur d’une investigation systématique des transferts culturels à l’œuvre dans l’histoire de la géographie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 William Bunge, Theoretical Geography, Lund, Lund Studies in Geography no 1, Gleerup Publishers, 196 (...)
  • 2 « Ensemble de méthodes mathématiques et statistiques visant à préciser la nature, la qualité, la qu (...)
  • 3 L’opposition entre idiographie (étude scientifique du singulier) et nomothétie (approche scientifiq (...)
  • 4 Walter Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchun (...)
  • 5 Marie-Claire Robic, « W. Christaller et la théorie des “lieux centraux” », in : Bernard Lepetit et (...)

1Proclamé « père de la géographie théorique » par Bunge1, Walter Christaller (1893-1969) représente un pivot célèbre dans la circulation internationale à l’origine de l’analyse spatiale2. La reprise américaine de la théorie allemande des lieux centraux, dont elle retient d’abord la redéfinition de la scientificité et de la méthode de la géographie, constitue un maillon essentiel de la révolution scientifique des années 1950-1960 par laquelle la géographie rompt avec le paradigme naturaliste et idiographique dominant depuis l’institutionnalisation de la discipline pour se constituer en science sociale nomothétique3. Tandis qu’une rapide histoire de la géographie attribue l’institutionnalisation disciplinaire de la géographie à l’École allemande puis l’analyse spatiale aux États-Unis, l’examen de la circulation de la thèse de Christaller soutenue en 1932 à Erlangen et publiée en 1933 à Iena4 met en évidence la genèse fondamentalement transnationale de l’analyse spatiale. Elle permet également de rompre avec la vulgate d’un Christaller complètement ignoré puis découvert sur le tard5, au profit de l’analyse des débats épistémologiques complexes qui, dans différents pays, accompagnent dès les années 1930 et jusqu’aux années 1970 sa diffusion et lui donnent sens.

2Nous esquisserons donc ici les grands jalons de la circulation qui transforme la thèse de Christaller de texte connu mais discuté en texte paradigmatique de la « nouvelle géographie ».

  • 6 Michel Espagne et Michael Werner éd., Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace fran (...)
  • 7 Ulrich Beck, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, 2006. Pour une application de cette (...)
  • 8 Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « Présentation : la science à l’échelle internationale (...)
  • 9 Hans R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.
  • 10 Cf. l’article de Marie-Claire Robic dans ce numéro.

3Cette étude pose la question des transferts culturels6 à la géographie, dont l’historiographie a longtemps principalement raisonné en termes d’écoles nationales, conformément aux interférences classiques entre construction nationale et institutionnalisation disciplinaire. Elle cherche en effet à dépasser les limites du nationalisme méthodologique7, pour cerner la fabrique internationale de la science8 géographique à une période où elle change de paradigme dominant. La « réception » de Christaller se trouve appréhendée dans sa dimension active9, conçue comme mobilisation10, et comme recomposition et reconstruction. Elle resitue la question des transferts scientifiques entre géographies allemande et française, centrale entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, dans le cadre plus large d’une circulation européenne et, à partir des années 1940, internationale.

  • 11 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Champ Flammarion, 1962/1983.

4Cette étude vise également à souligner le rôle des circulations transnationales dans la genèse des révolutions scientifiques11. Le changement de paradigme géographique s’appuie sur des références paradigmatiques qui ne sont construites ni en Allemagne ni aux États-Unis, mais dans le va-et-vient entre ces pôles principaux, auxquels viennent s’ajouter de nombreuses circulations « secondaires », et des échanges lors de congrès internationaux.

5Enfin, cette étude associe une approche « interne » des principaux textes et débats qui construisent la référence christallerienne, visant à préciser leurs enjeux épistémologiques polémiques, à une approche « externe » de la circulation, cherchant à identifier des passeurs ainsi que des lieux de passage et/ou de légitimation.

La redéfinition christallerienne du régime de scientificité de la géographie (1933) et son internationalisation

  • 12 La version française des extraits ici présentés provient des traductions que j’ai publiées en 2005 (...)

6La thèse de Christaller, dont les textes seuils12 constituent un véritable discours de la méthode, suscite dès sa parution un débat épistémologique national, par son positionnement en rupture avec la Landschaftsgeographie, et très vite international.

Une rupture épistémologique avec la Landschaftsgeographie

  • 13 Olivier Orain, De plain-pied dans le monde : écriture et réalisme dans la géographie française au x (...)
  • 14 Ute Wardenga, « The influence of William Morris Davis on geographical research in Germany » GeoJour (...)
  • 15 Dans les années 1909-1919. Nicolas Ginsburger, « La géographie universitaire allemande revisitée. Q (...)
  • 16 Lors du Congrès international de géographie de Rome en 1913. Gaëlle Hallair, « Théorie du paysage e (...)
  • 17 Donald A. Friend, « Revisiting William Morris Davis and Walther Penck to Propose a General Model of (...)

7La publication des Lieux centraux en Allemagne du Sud prend tout d’abord sens dans le contexte d’une géographie allemande traversée, contrairement à la posture réaliste de l’École française13, par d’intenses débats épistémologiques qui portent sur la définition de la méthode géographique. Ces débats nationaux se nourrissent de circulations transnationales – comme l’illustre le débat géomorphologique entre l’américain Davis et les allemands14 Hettner15, Passarge16 ou Penck17 – et transdisciplinaires.

  • 18 Avant la Première Guerre mondiale, Christaller a suivi des études de philosophie et d’économie à He (...)
  • 19 « Il nous semble que la géographie du peuplement relève entièrement des sciences humaines. » (« Wir (...)
  • 20 Merci à Wolf Feuerhahn pour son éclairage sur le contexte du Methodenstreit.
  • 21 Isabelle Géneau de Lamarlière, « Une relecture des travaux d’Alfred Weber sur la localisation. À l’ (...)
  • 22 Isabelle Géneau de Lamarlière, art. cit., p. 56.
  • 23 « Si la géographie du peuplement était une discipline relevant des sciences de la nature (…), la qu (...)
  • 24 « Ce n’est qu’en cessant d’être une “discipline essentiellement descriptive qui n’explique les fait (...)
  • 25 « Die Theorie in geisteswissenschatlichen Disziplinen kann nicht induktiv, sondern nur deduktiv gew (...)

8À l’heure où l’École française considère la géographie comme science de synthèse entre les sciences de la nature et les sciences de l’homme, Christaller, qui se situe tant biographiquement18 que scientifiquement à l’interface de la géographie et de l’économie, la positionne clairement parmi les sciences humaines19. Sa position se nourrit d’échos du Methodenstreit, cette querelle des méthodes allemande qui date de 1883 mais connaît des rejeux successifs, notamment après la Première Guerre mondiale20, et questionne le régime de scientificité des sciences humaines21. La note 14 de son introduction, nourrie de références à certains de ses grands protagonistes (en particulier M. Weber et W. Sombart), évoque d’ailleurs explicitement ce débat. Christaller pense le régime de scientificité des sciences humaines sur le modèle des sciences de la nature, mais en rupture avec le déterminisme naturaliste. Contre Rickert, qui « réserve la méthode généralisante aux sciences de la nature et la méthode individualisante à celles de la culture »22, Christaller associe non plus seulement les sciences de la nature23 mais aussi les sciences humaines à la démarche nomothétique. Contre le régime idiographique de la Landschaftsgeographie, son ambition épistémologique consiste à élever les sciences humaines à la scientificité des sciences de la nature24. Son épistémologie constructiviste rejette la conception réaliste de la vérité scientifique au profit d’une conception logique en rupture avec la géographie allemande de l’époque. Contre l’identification vérité-réalité attribuée notamment à Ratzel, Christaller défend que « la validité de la théorie est complètement indépendante de la façon dont se présente la réalité concrète, elle dépend seulement de sa logique et de sa “cohérence” »25. C’est un critère logique interne et non plus ontologique externe qui fonde une vérité scientifique radicalement coupée de tout terrain.

  • 26 « Il faut peut-être les décrire plus adéquatement non comme des lois, mais comme des “régularités”, (...)
  • 27 Dont l’introduction s’ouvre significativement sur la question : « Y a-t-il des lois qui régissent l (...)
  • 28 La première phrase de l’avant-propos rappelle l’appartenance disciplinaire floue de la recherche : (...)
  • 29 Mattei Dogan et Robert Pahre, L’innovation dans les sciences sociales : la marginalité créatrice, P (...)
  • 30 Ibid.

9Ce coup de force épistémologique forme système avec le militantisme pour un régime de scientificité nomothétique et sociale en géographie. La recherche christallerienne de lois – ou plutôt de régularités26 – en géographie guide sa thèse27 et s’appuie sur une forte interdisciplinarité avec l’économie28 : « S’il y a des lois en théorie économique, alors il doit également y avoir des lois en géographie du peuplement ». Conformément au modèle de la marginalité créatrice29, l’interdisciplinarité se trouve au cœur de la révolution scientifique. Christaller milite en géographie pour un transfert épistémologique et méthodologique – « l’emploi de concepts abstraits et des mathématiques »30 – en provenance des économistes de l’Ecole de l’utilité marginale, dont le chef de file K. Menger publie en 1883 les Recherches touchant la méthode des sciences sociales et de l’économie politique en particulier.

  • 31 « Il fallait tout d’abord élaborer les fondements économiques théoriques de l’organisation de l’esp (...)
  • 32 « en sciences humaines, la théorie ne peut pas être obtenue de façon inductive, mais seulement de f (...)
  • 33 « On ne peut jamais trouver le principe ordonnateur à l’aide de la seule recherche historique. C’es (...)
  • 34 « On trouve de cette manière (…) peut-être certaines régularités et certaines combinaisons d’événem (...)
  • 35 Alors qu’une loi supposerait qu’A implique B (si la situation est favorable, alors une ville se dév (...)
  • 36 « Doch zu eindeutigen allgemeingültigen Gesetzen ist man auf diese Weise nicht gelangt » (ibid.).
  • 37 « Elle part en principe de la situation topographique et géographique, et explique donc simplement (...)

10Le choix d’une méthodologie hypothético-déductive31 en sciences humaines32 conduit Christaller à remettre en cause le statut épistémologique du terrain, marqueur disciplinaire dans la géographie allemande comme dans la géographie française de l’époque. Christaller disqualifie parallèlement trois approches : la méthode historique, la méthode statistique et le déterminisme naturaliste, qualifié de « méthode géographique » attribuée notamment à Ratzel et Hassert. Il dénonce la méthode historique comme par nature idiographique, renvoyant aux débats sur l’existence de lois en histoire33. Il refuse également la méthode statistique pour son caractère inductif et descriptif34. Il rejette enfin le déterminisme naturaliste de trois façons. Il utilise une critique interne, dénonçant ses failles logiques35 : « on n’est pas parvenu de cette manière à des lois claires et universelles »36. Il dénonce dans cette fausse nomothétie une approche téléologique37. Plus fondamentalement, Christaller critique dans le déterminisme naturaliste l’application de lois de la nature à la société. Retenant de l’économie l’importance des fonctions urbaines, il utilise le fonctionnalisme comme machine de guerre contre le déterminisme naturaliste en géographie du peuplement. Le concept de lieu central redéfinit la ville comme objet géo-économique. Le terrain de la géographie du peuplement change fondamentalement de statut : de terrain naturaliste, il devient un terrain social.

  • 38 Par opposition à la monographie, centrée sur un terrain particulier dont elle souligne les spécific (...)
  • 39 Alfred von Thünen, der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonomie, 1826.
  • 40 Isabelle Géneau de Lamarlière, art. cit., p. 56.
  • 41 Ibid.
  • 42 Dont Christaller a suivi les cours en 1913-1914 à l’université d’Heidelberg (Marie-Claire Robic, 20 (...)
  • 43 Alfred Weber, Über den Standort der Industrien, 1909.
  • 44 Isabelle Géneau de Lamarlière, art. cit.
  • 45 Si le titre de la thèse associe un concept à un terrain (« Les lieux centraux en Allemagne du Sud » (...)
  • 46 Le terrain de l’Allemagne du Sud (dans les frontières que lui donne Christaller, incluant ainsi Str (...)

11Parallèlement, Christaller institue un nouveau rapport au terrain, conçu comme espace géographique spécifique érigé en champ d’analyse d’une problématique scientifique générale, inaugurant un rapport nomothétique à l’étude de cas38. Sa démarche modélisatrice reprend la « méthode d’isolement » d’Alfred von Thünen (1783-1850)39, qui élimine les spécificités des différents terrains pour raisonner sur un espace abstrait isotrope avant d’appliquer la théorie. Christaller prend ainsi clairement position au sein du Methodenstreit contre la seconde Ecole historique conduite par Schmoller40. Il se situe dans la filiation des « deux types de remises en cause » qui « se manifestèrent à l’encontre de la seconde école historique »41 : influencé par la critique externe de l’École de l’utilité marginale (cf. supra), il s’inspire également de la critique interne développée par les frères Weber. Sa confrontation théorie-terrain renvoie à l’idéal-type de Max (cité en conclusion) et à la méthode d’Alfred42 (1868-1958), théoricien de la localisation industrielle43 et inventeur du dédoublement entre un volet théorique pur et un volet théorique réaliste ainsi que de la méthode de « vérification de la théorie »44. Cette démarche guide directement et explicitement le plan de la thèse de Christaller45, qui remplace l’ordre inductif traditionnel (du terrain à la théorie) par un ordre déductif (de la théorie au terrain46 via la médiation d’une partie méthodologique). La fin de la thèse de Christaller cherche à améliorer la méthode weberienne de « vérification de la théorie » et à dépasser les alternatives méthodologiques du Methodenstreit en une synthèse géographique.

Tableau 1 : La démarche modélisatrice guidant le plan de la thèse de Christaller

Première étape

Construction d’une théorie, de lois universelles à partir de fondements, indépendamment du terrain

Deuxième étape

Construction d’un modèle du terrain (carte théorique)

Troisième étape

Mesure du degré de correspondance entre le terrain et la théorie et identification de déviations (positives et négatives)

Quatrième étape

Sélection et combinaison des principes théoriques s’appliquant sur le terrain (principe principal de marché, principes secondaires de séparation et de circulation)

Cinquième étape

Explication des écarts multiscalaires entre le terrain et la théorie (« déviations tertiaires ») selon différentes méthodes (principale : économique, secondaires : géographique, historique, statistique)

  • 47 « Nous ne nions aucunement le bien-fondé d’autres méthodes en géographie du peuplement. Au contrair (...)
  • 48 Karl R. Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973.

12Si Christaller privilégie l’approche géo-économique, il tente en effet de dépasser l’opposition entre la méthode historique, la méthode géographique et la méthode économique47, en combinant les théories pour expliquer le terrain. Sa vérification finale de la théorie examine systématiquement le degré de correspondance entre cas particulier et modèle. La confrontation entre la carte de la répartition théorique des lieux centraux (application du modèle théorique au terrain) et la carte de leur répartition concrète sur le terrain représente une innovation méthodologique majeure (la construction d’un intermédiaire entre le modèle et la carte, entre le général et le particulier) propre à la démarche modélisatrice et substitut à la démarche expérimentale des sciences de la nature. Elle accomplit en outre une double rupture épistémologique : rupture avec une conception réaliste de la cartographie (l’espace cartographié relève de la fiction théorique), au profit d’un usage heuristique de la visualisation (la comparaison cartographique constitue une procédure scientifique permettant d’assurer la falsifiabilité48 et d’évaluer la portée explicative de la théorie), et rupture avec une conception réaliste du terrain, au profit d’une conception constructiviste fondée sur le va-et-vient entre général et particulier.

  • 49 « Abweichungen ».
  • 50 « Die Verteilungsgesetze ».
  • 51 Das Marktsprinzip, das Verkehrsprinzip und das Absonderungsprinzip, p. 254.
  • 52 Christaller distingue les « exceptions tertiaires explicables par l’économie » (« Tertiäre ökonomis (...)
  • 53 « Das Versorgungsprinzip ».
  • 54 La géographie « possède […] une conception bien plus globale et synthétique des faits spatiaux. Une (...)

13Les divergences entre la carte théorique et la carte du terrain, qualifiée d’« exceptions » ou de « déviations »49 sont expliquées par un dosage variable des trois « lois de répartition »50 économiques et politique (principes de marché, de circulation et de séparation51), puis par les méthodes géographique et historique, qui ne sont pas rejetées mais intégrées à un niveau secondaire52. En effet, la théorie des lieux centraux est construite à différents niveaux de généralités auxquels s’appliquent différentes méthodes : l’espace social abstrait s’explique par les lois et des régularités économiques, en particulier le « principe de marché »53, tandis que le terrain s’explique par une combinaison spécifique de théories de portée plus ou moins générale. Ses spécificités, loin d’être renvoyées à l’ontologie comme dans l’approche idiographique, se trouvent décomposées par des méthodes explicatives complémentaires. Christaller présente conclusivement sa méthode géo-économique comme synthèse de la théorie générale de l’homo economicus et de l’espace abstrait d’une part et de la prise en compte de la complexité de la dimension spatiale54 d’autre part.

Figure 1 : Schéma de la démarche modélisatrice de Christaller

Figure 1 : Schéma de la démarche modélisatrice de Christaller

14Le positionnement épistémologique de Christaller se trouve au cœur des débats qui accompagnent la réception de son œuvre.

Le débat allemand et européen autour de l’épistémologie modélisatrice de Christaller

  • 55 Mechtild Rössler, « Applied geography and area research in Nazi society: central place theory and p (...)
  • 56 E. E. Wunderlich, Geographische Wochenschrift 1, 1935, (p. 957-958).
  • 57 Qualifiée d’entrée d’« essai remarquable (bien que parfois un peu trop ambitieux) » (« Ein bewerten (...)
  • 58 vol. XL, p. 233-234.
  • 59 « […] endlich über das Linné-Stadium der blossen Systematik hinauszukommen » (p. 235).
  • 60 « Qui tient les analyses théoriques fondamentales pour une pure perte de temps académique se détour (...)
  • 61 Hans Bobeck, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkurde, 1935 : « Ihre Erörterung droht einen alten, (...)
  • 62 Merci à Nicolas Ginsburger de m’avoir suggéré cette interprétation.
  • 63 « Ihre Erörterung droht einen alten, leidigen Streit in der Geographie wieder aufzurühren. (…) so i (...)

15La réception initiale en Allemagne de Christaller, dont les recherches bénéficient après la thèse de plusieurs financements55, prolonge la polémique épistémologique dont Les Lieux centraux en Allemagne du Sud se faisaient l’écho et discute l’innovation méthodologique proposée. Les premiers comptes rendus sont globalement élogieux, et explicitent les enjeux épistémologiques de la publication. Erich Ernst Wunderlich dans la Geographische Wochenschrift de 193356 prend la mesure de la portée de la thèse57, mais critique une trop grande abstraction, un manque de lien au paysage et de prise en compte de l’histoire. H. Dörries dans la Geographische Zeitschrift de 193458 suit Christaller dans « la revendication (…) de dépasser le stade linnéen de la pure systématique dans les différentes branches de la géographie humaine59 », mais anticipe une réception partagée autour d’une alternative méthodologique fondamentale entre géographie de terrain et géographie théorique60. Hans Bobek (1903-1990), dont les travaux approfondiront la théorie des lieux centraux, souligne dans la Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin de 1935 que « Sa discussion menace de réveiller une vieille et fâcheuse querelle en géographie »61 (le débat Davis/Hettner62), et renvoie au Methodenstreit : « reste encore à décider si la voie empruntée ici, qui consiste à donner le primat à la théorie pure (...) et à en chercher simplement confirmation a posteriori dans la réalité (« vérification de la théorie ») peut être pleinement satisfaisante d’un point de vue géographique »63.

  • 64 Sur le contexte franco-allemand de la géographie de cette époque, voir Gaëlle Hallair, Histoire cro (...)
  • 65 Des congrès internationaux de géographie se tiennent régulièrement à partir de 1871. L’Union géogra (...)
  • 66 Qui a lieu dans la Section IIIa : Géographie humaine, à propos de la question 2 « Rapports fonction (...)
  • 67 La session qui aurait dû être présidée par A. Demangeon, président de la Commission du Peuplement e (...)
  • 68 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 183.
  • 69 « Le système de notre collègue Christaller me semble trop rigide. L’homme devient dans ce système u (...)
  • 70 « Problème de localisation ». En allemand dans le texte français, p. 291.

16La réception internationale initiale64 se trouve quant à elle marquée par le congrès d’Amsterdam de l’Union Géographique Internationale65 (1938). La discussion sur Christaller66, au sein de la question 2 « Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes » de la Section IIIa : Géographie humaine67, y donne lieu à un clivage qui transcende les frontières nationales et s’effectue par rapport à l’importance accordée au terrain et à la pertinence accordée en géographie à la méthode hypothético-déductive. L’organisateur de la section, le néerlandais L. von Vuuren, « spécialiste de géographie coloniale et proche de la géographie humaine française »68, commence par critiquer l’utilisation christallerienne du modèle des sciences de la nature en sciences humaines69 et nie tant l’existence d’un « Standorts-problem »70 que la possibilité d’une démarche prédictive en géographie. La discussion s’ouvre ensuite sur les vertus de la méthode déductive, pour se poursuivre sur le degré d’application de la théorie des lieux centraux et sur l’existence de lois ou de règles en géographie. Toute une palette de positions s’exprime dans un débat portant in fine sur la nomothétie et l’idiographie.

  • 71 André Gibert, « Le congrès international de géographie d’Amsterdam », Annales de Géographie 47, 193 (...)
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid.

17Dans le compte rendu que rédige André Gibert (1893-1985) du congrès de l’UGI pour les Annales de Géographie, Christaller n’est pas mentionné mais sa thèse se trouve implicitement classée parmi les études qui « témoignaient un effort de généralisation excessif ou prématuré »71. Les réticences épistémologiques du géographe français, disciple de Raoul Blanchard, s’expriment : « Il est à craindre qu’une systématisation abstraite introduise dans la géographie humaine faite de matière vivante et changeante un élément plus spéculatif et philosophique que vraiment scientifique72. » Le paragraphe consacré à la session souligne que « Sur la question des rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et la campagne en particulier les heurts des méthodes ont été assez marqués sans entraîner de résultat convaincant et la question doit être mise de nouveau ordre du jour » 73 : Gibert se fait l’écho d’une querelle des méthodes désormais internationalisée dont il pressent les développements ultérieurs.

Tableau 2 : Christaller et le débat international sur la nomothétie en géographie : les positions au congrès d’Amsterdam de l’UGI (1938)

  • 74 Disciple de Jean Bruhnes.

Prolongement

Intérêt mais interrogation sur l’universalité de la théorie

Refus de l’universalité

Refus total au nom de l’idiographie

H. Bobek (allemand)

J. Haliczer (allemand)
G. Pfeifer (allemand)
R. Musset (français)

G. Niemeier (allemand)
W. Geisler (allemand)

C. Biermann74 (suisse)
A. Gibert (français)
L. Van Vuuren (néerlandais)

À partir des années 1940 : un double basculement dans la circulation de la thèse de Christaller

  • 75 Le géographe Edgar Kant (1902-1978) applique également dès 1934-35 les « systèmes d’établissements (...)

18Par-delà cette réception initiale partagée, la réception de la théorie christallerienne se dédouble assez vite en une application rapide à la planification, notamment en Allemagne nazie75, et une diffusion théorique aux États-Unis qui s’épanouit après la guerre.

L’application de la théorie des lieux centraux à la planification nazie

  • 76 Reichskommissariat zur Fertigung deutschen Volkstum.
  • 77 Mechtild Rössler, « Géographie et national-socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction (...)
  • 78 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 177.
  • 79 Mechtild Rössler, art.cit.

19Christaller lui-même travaille entre 1940 et 1944 pour différentes institutions nazies. Il est notamment membre de l’équipe de Konrad Meyer, chef du bureau de planification et du sol, agence à l’intérieur du Commissariat pour le renforcement de l’ethnie allemande76 d’Himmler, qui comparaît aux procès de Nuremberg pour le plan général de l’Est, puis, libéré en 1948, continue sa carrière77. Christaller dresse les plans du territoire polonais de Warthenau et dessine la carte des lieux centraux dans les territoires de l’Est et leurs zones d’influence commerciale et culturelle selon un principe administratif78 mais ce travail débouche sur peu de réalisations concrètes du fait de la guerre79.

  • 80 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 178.
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid.

20Durant la période nazie, la théorie des lieux centraux fait l’objet d’un débat politico-scientifique opposant Christaller à l’économiste Friedrich Bülow (1890-1962) : tandis que Christaller, qui appartenait dans les années 1920 au parti social-démocrate, était proche de l’idéologie réformiste et semble avoir « saisi les opportunités d’emploi ouvertes par le Raumordnung80 », défend une orientation théorique et une méthode déductive, Bülow plaide en faveur d’une démarche inductive et plus appliquée visant à la création d’une société et d’une communauté nazie et réinterprète la hiérarchie des lieux centraux comme la projection des structures politiques nazies81. Ce débat conduit Christaller à inclure en 1941 dans sa théorie la création d’une communauté völkisch82, pour des raisons d’opportunisme politique. La querelle épistémologique autour de Christaller rejoue ainsi durant la période nazie, et se double d’une dimension politique, la théorie des lieux centraux étant transformée de modèle économique en norme administrative et instrument géopolitique.

  • 83 Bunge publiant en 1977 une brève défense de son « père de la géographie théorique : William Bunge, (...)
  • 84 Ibid. La circulation internationale des archives apparaît comme un intéressant vecteur de transfert (...)

21Cet épisode nazi de la carrière de Christaller (membre du parti nazi en 1940, du parti communiste en 1945 puis du SPD en 1959) est en général passé sous silence, comme pour de nombreux scientifiques restés en Allemagne, après la seconde guerre mondiale. Aux États-Unis, la question n’apparaît que ponctuellement et tardivement83, bien que durant la dénazification, les archives concernant les activités de Christaller aient traversé l’Atlantique84.

Christaller proclamé « père de la géographie théorique » américaine naissante

  • 85 Ainsi la géographie culturelle américaine de l’école de Berkeley conduite par l’Américain d’origine (...)

22C’est en effet la géographie américaine, nourrie de plusieurs transferts de la géographie allemande85, qui consacre la postérité de Christaller. Cette reconnaissance internationale s’incarne notamment dans trois figures.

  • 86 Knut Norborg (edited by), Proceedings of the symposium in urban geography, Lund 1960, Lund, Lund St (...)
  • 87 August Lösch, Die räumliche Ordnung der Wirtschaft, Iena, G. Fischer, 1940 et sa traduction anglais (...)
  • 88 Edward L. Ullman, « A Theory of Location for Cities », American Journal of Sociology, 1941, p. 853- (...)
  • 89 Paul Claval, Histoire de la géographie, Paris, PUF, 1996, p. 97.
  • 90 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, m (...)

23La figure du passeur est ici dédoublée entre Edward L. Ullman (1912-1976), géographe à l’université de Washington qui se présente rétrospectivement en 1960 comme « the American introducer of the central place scheme »86, et August Lösch87 qui, invité aux États-Unis, lui fait connaître le modèle de Christaller peu avant la Seconde Guerre Mondiale, alors qu’Ullman avait eu une idée similaire88. L’université de Washington à Seattle apparaît comme « le grand foyer de l’innovation géographique »89, voire comme un « portail de la globalité »90 géographique.

  • 91 La partie régionale n’y est pas intégralement traduite, preuve que les géographes américains retien (...)
  • 92 Carlisle Baskin, Central Places in Southern Germany, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1966.
  • 93 Elisa Malutta, Paola Pagnini, Le Località centrali della Germania meridionale, Milan, Franco Angeli (...)
  • 94 Sylvie Adam, La trame urbaine. Hexagone et analyse théorique des semis urbains, Cyberato : Alter-pe (...)

24La figure du traducteur est ici représentée par Carlisle W. Baskin, dont la thèse réalisée en 1957 au département d’économie de l’université de Virginie est une traduction anglaise91 et une critique de l’œuvre de Christaller92. Cette traduction participe pleinement de la réinterprétation inhérente au transfert culturel. C’est elle qui servira de référence dans la circulation de l’œuvre de Christaller, non seulement pour la théorie américaine des lieux centraux qui se développe après la Seconde Guerre mondiale, mais aussi à l’étranger pour tous les géographes ne lisant pas l’allemand. Cette situation perdure parfois sur le long terme. En Italie, la thèse de Christaller n’est traduite qu’au début des années 198093. En français, il n’en existe toujours à l’heure actuelle que des traductions très partielles et très récentes94, ultérieures de deux ou trois décennies à l’affirmation du paradigme spatialiste, ou des références de deuxième ou troisième main. Cette situation consacre la reconstruction américaine de la théorie des lieux centraux.

  • 95 William Bunge, Theoretical geography, Lund, Gleerup, 1962.
  • 96 Brian J. L. Berry, Geography of market centers and retail distribution, Englewood Cliffs N.J. Prent (...)
  • 97 Ibid., p. VII.
  • 98 Ibid., p. 1.
  • 99 « N’était l’existence de la théorie des lieux centraux, il ne serait pas possible d’être aussi affi (...)
  • 100 Ibid., p. 24.

25La figure du consécrateur correspond enfin ici à William Bunge, qui dédie en 1962 sa Theoretical Geography95 à Walter Christaller, distingué dans une liste de « pères fondateurs » désignés a posteriori qui comprend également le suédois Törsten Hägerstrand et trois grands théoriciens américains des lieux centraux : Brian Berry96, Richard L. Morill et Edward L. Ullman, ce dernier étant comparé pour sa stature théorique à Christaller. Il importe à cet égard de souligner les fonctions américaines de la référence christallerienne. La mythification de la figure pionnière de Christaller, qualifié de « true genius » désintéressé97, s’inscrit dans un projet de légitimation épistémologique. L’introduction déplore le déficit de théorie en géographie. Bunge développe dès le premier chapitre « A geographic methodology » dont l’enjeu consiste « to relate geography to science », « to establish the relationships between theory and other aspects of science, especially between theory and fact (description) and theory and logic (mathematics) »98. La référence paradigmatique à Christaller et à la théorie des lieux centraux99 forme système avec la recherche d’une théorie prédictive et avec la convocation du modèle des sciences expérimentales100. La conception de la science défendue fait de la théorie l’interface entre le monde des lois et le monde des faits.

Figure 2 : Le rapport au « réel » dans la géographie théorique américaine : un positionnement nomothétique et constructiviste transféré de Christaller

Figure 2 : Le rapport au « réel » dans la géographie théorique américaine : un positionnement nomothétique et constructiviste transféré de Christaller

Source: William Bunge 1962, op. cit., fig 1.6. p. 37: The interaction of fact, theory and logic in geography)

  • 101 F. K. Schaefer, « Exceptionnalism in Geography: A Methodological Examination », Annals, Association (...)
  • 102 William Bunge, op. cit., 1966.

26Caution méthodologique, la référence à Christaller assume également une fonction polémique dans le débat américain qui oppose dans la seconde moitié des années 1950 les tenants de Schaefer à Hartshorne autour de la question de l’« Exceptionnalism in Geography »101 et de la méthode scientifique. Admiré par Schaefer au même titre que d’autres « interaction researchers » comme Lösch et von Thünen102, Christaller est à son tour mobilisé par Bunge contre l’idiographie géographique américaine. Ainsi la théorie de Christaller, qui reçoit en 1964 le prix de l’Association of American Geographers, sert-elle a posteriori de figure paradigmatique fondant une lignée d’œuvres américaines.

Dans les années 1960, les effets en retour de la « réception »-promotion américaine de Christaller

27Après s’être internationalisée et avoir été consacrée par l’affirmation de l’analyse spatiale américaine, la référence christallerienne fait retour en Europe et en Allemagne, où sa « réception » tardive contribue à et est transformée par le changement de paradigme dominant en géographie. Si nous nous focalisons ici sur le triangle Allemagne-États-Unis-France, les transferts sont internationaux, gagnant également le bloc de l’Est et sortant de la sphère occidentale pour se diffuser notamment dans les pays historiquement marqués par l’influence britannique. Cet effet en retour met en évidence la dialectique du national et de l’international dans la « réception »-reconstruction d’une œuvre théorique.

Christaller, référence transnationale d’une analyse spatiale à la diffusion inégale

  • 103 Il s’agit d’une reconstruction a posteriori par l’analyse spatiale. Ainsi, J. Reynaud propose dès 1 (...)
  • 104 William Bunge, Appendix to Theoretical Geography, Lund, Lund Studies in Geography no 6, Gleerup Pub (...)
  • 105 Edward Ullman in: Knut Norborg, op cit.
  • 106 Qui rappelle sa « méthode d’isolement » et ses trois principes de marché, de circulation et de sépa (...)
  • 107 Robert C. Mayfield, « Conformations of Service and Retail activities. An example in lower orders of (...)
  • 108 Georges Chabot in: Knut Norborg, op. cit., p. 197-199.
  • 109 Chabot et Klöpper reprennent la théorie mais affichent leur distance vis-à-vis des applications « t (...)

28Dans les années 1950-1960 se constitue une « American-Swedish school of predictive geography », qui se réfère au travail fondateur103 de Christaller104 et en adopte « the deductive way of thinking »105. Cette école se réunit en particulier au colloque de l’UGI tenu dans la ville suédoise de Lund en 1960, qui consacre sur le plan international Christaller et associe sa postérité à la jeune analyse spatiale. La première partie du colloque consacrée à « The theoretical approach » s’ouvre et se clôt symboliquement sur les interventions de Walter Christaller106, tandis que la deuxième partie traite des « Central Places in their regional setting ». De nombreuses contributions au colloque appliquent la théorie des lieux centraux à des terrains variés (des États-Unis jusqu’en Inde107), et proposent des contributions méthodologiques mathématisées typiques de l’analyse spatiale. La discussion, significativement présidée par Ullman, se fait l’écho, en présence de Christaller, de la diffusion internationale de la Central Place Theory – qui touche non seulement les États-Unis mais aussi la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie, la France, la Finlande –, et de son apport international à l’aménagement du territoire. Green évoque la politique britannique des New Towns, tandis que la carte des zones d’influence des grandes villes françaises réalisée par tous les Instituts de géographie des universités françaises108 annonce le rapport Hautreux-Rochefort (1962) et la politique des métropoles d’équilibre (1964). Ce débat reflète le décalage de réception de Christaller entre une partie de l’Europe, où Christaller est connu voire parfois utilisé, mais où sa révolution épistémologique reste longtemps contestée par le paradigme dominant, et le monde anglo-saxon. La méthode hypothético-déductive de Christaller reprise par les Anglo-américains se trouve critiquée par les Français et les Allemands109.

Tableau 3: La réception de Christaller au congrès de l’UGI de Lund (1960) révélatrice du décalage entre le monde anglo-saxon et l’Europe dans l’adoption de l’analyse spatiale

Théorie pas applicable

Théorie applicable mais avec précaution

Prolongement de la théorie

Hans Carol (Canada)

Joachim Schultze (Allemagne)

George Chabot (France)

Rudolf Klöpper (Allemagne)

Edward Ullman (États-Unis)

Robert Dickinson (GB)

  • 110 Georges Chabot, Les Villes, Paris, Armand Colin, 1948.
  • 111 Denise Pumain, « L’invention permanente : la hiérarchie urbaine », in : Pascal Bridel (éd.), Groupe (...)
  • 112 « Le principal danger de ce schéma est d’être théorique, de partir d’une conception géométrique que (...)
  • 113 L’organisation urbaine de l’Alsace, thèse de l’Université de Strasbourg, Gap, Ophrys, 1960.
  • 114 Le réseau urbain du Bas-Languedoc méditerranéen, thèse de l’Université de Montpellier, Paris, PUF, (...)
  • 115 Par exemple, Paul Bachelard, dans son article « Flux téléphoniques et influence urbaine : l’exemple (...)

29En France, des transferts limités de l’œuvre de Christaller peuvent être identifiés dans le champ académique aux lendemains de la guerre. Dès 1948, Georges Chabot110 se réfère à la typologie de la hiérarchie des villes présentée par Christaller au congrès d’Amsterdam et, dans son cours sur l’habitat urbain publié en 1951, cite Christaller à côté d’auteurs comme Dickinson111. Dès 1952, le cours de géographie urbaine de Jean Tricart, reconnaît et assimile l’œuvre de Christaller, mais refuse la démarche hypothético-déductive112. Des études concrètes de réseaux urbains sont menées en France dans les années 1960, notamment par Michel Rochefort113 et par Raymond Dugrand114. La notion de réseau urbain et la méthode des flux téléphoniques issue de la thèse de Christaller sont suffisamment diffusées en France pour qu’au début des années 1970 la référence à cet écrit pionnier soit relayée par des références anglo-américaines voire françaises115.

  • 116 Paul Claval, « La théorie des lieux centraux revisitée », in : Paul Claval, Chroniques de géographi (...)
  • 117 Paul Claval, « La théorie des lieux centraux », in : Paul Claval, Chroniques de géographie, Paris, (...)
  • 118 Paul Claval ne la mentionne pas dans son article de 1966, mais souligne en 1973 son « influence pro (...)

30Les obstacles au transfert plus conséquent de cette théorie sont toutefois de deux ordres : linguistiques et épistémologiques. Jusqu’au milieu des années 1960, la théorie des lieux centraux n’est « pas très familière au public géographique de langue française » du fait de difficultés à se documenter (la thèse de Christaller est épuisée et non traduite116), qui sont ensuite rapidement comblées par « les ouvrages collectifs et les recueils de textes qui se multiplient en Amérique117 », puis par la traduction en anglais de 1964, dont les effets semblent gagner la France au début des années 1970118.

  • 119 Olivier Orain, op. cit..
  • 120 Paul Claval, art. cit., 1973/2005, p. 27.
  • 121 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 156.
  • 122 Paul Claval, art. cit., 1966/2005, p. 22.
  • 123 « L’espace sur lequel se développe un réseau urbain est-il un espace homogène ? Non : c’est la crit (...)

31Plus fondamentalement, la géographie française de tradition réaliste119 est longtemps globalement hostile au positionnement déductif de Christaller, alors que « Les économistes ont déployé plus d’énergie […] pour cartographier et étudier les lieux centraux français »120. On notera la dissymétrie disciplinaire dans le transfert, mais aussi le partage entre une géographie revendiquant Christaller ou Lösch et une économie spatiale se référant en général seulement à Lösch121. Comme l’explique Paul Claval, « La théorie des lieux centraux […] apparaît sous une forme très abstraite, géométrique et déductive, qui heurte les habitudes de la plupart des géographes. C’est peut-être ce qui explique la lenteur qu’elle a mise à pénétrer profondément dans le domaine géographique : près de dix ans »122. En particulier, ce serait l’hypothèse théorique de l’espace isotrope qui aurait suscité des blocages au transfert dans la géographie française123.

  • 124 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 156.

32Des obstacles politiques au transfert peuvent en outre être intervenus. Ainsi, la version de la théorie des lieux centraux proposée par Lösch semble avoir été souvent préférée à celle de Christaller notamment pour son « éthique de savant », Lösch s’étant replié sur l’exil intérieur dans l’Allemagne nazie124.

  • 125 Paul Claval, Géographie générale des marchés, Paris, Les Belles Lettres, 1962.
  • 126 Paul Claval, art. cit., 1966/2005.
  • 127 Paul Claval, art. cit., 1966/2005.
  • 128 Ibid., p. 26.
  • 129 Ibid., p. 31.
  • 130 Paul Claval considère que les traits essentiels de la théorie des lieux centraux ont été dégagés dè (...)

33Dans ce contexte, si la théorie des lieux centraux est connue en France dès après la Seconde Guerre mondiale, la rupture épistémologique dont l’œuvre de Christaller est porteuse n’y est quant à elle « transférée » qu’à l’occasion du changement de paradigme induit au début des années 1970 par la « nouvelle géographie ». Paul Claval, qui se préoccupe de la Géographie générale des marchés125 et de l’introduction « des faits de gravitation économique dans l’étude de la géographie126 », est encore assez isolé lorsqu’il l’évoque dès les années 1960127, pointant à cette occasion le décalage de « réception » entre la France, où « les géographes ont longtemps ignoré l’analyse théorique des lieux centraux128 », et les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Scandinavie, où se concentrent les études129. Il présente Christaller comme co-inventeur de cette théorie avec Lösch, et dans une moindre mesure avec Ullman, et l’innovation christallerienne comme une redécouverte, après des antécédents américain et allemand130.

  • 131 Denise Pumain et Marie-Claire Robic « Le rôle des mathématiques dans une “révolution” théorique et (...)

34Plusieurs passeurs et lieux de passage de la théorie christallerienne en France peuvent être identifiés dans les premières années de la décennie 1970. Les voyages des géographes américains en France ou des géographes français en Amérique du Nord sont l’occasion d’échanges scientifiques importants. Par exemple, l’américain W. Herzog, visiting professor durant l’année 1970-1971, donne à l’université Paris 1 un cours présentant la théorie des lieux centraux parmi les principaux modèles spatiaux, après une introduction au raisonnement formel en géographie131.

  • 132 Jean-Marc Besse, Éric Glon, Bernard Pinchemel, Geneviève Pinchemel, Denise Pumain, Marie-Claire Rob (...)

35Les traductions françaises d’ouvrages de références de l’analyse spatiale anglo-saxonne jouent également un rôle dans la diffusion indirecte de la théorie christallerienne. En particulier, Philippe Pinchemel fait traduire par Bernard Marchand Géographie des marchés et du commerce de détail de Brian Berry (1971), avant de faire traduire deux ans plus tard L’analyse spatiale en géographie de Peter Haggett, aux éditions Armand Colin « où il joue un rôle de directeur de collection très actif »132.

  • 133 Éditorial du premier numéro de L’Espace Géographique, 1972, vol. 1, no 1.
  • 134 L’éditorial en question explicite « l’hypothèse selon laquelle la géographie est une science au cha (...)
  • 135 Paul Claval, « La réflexion théorique en géographie et les méthodes d’analyse », in : L’Espace géog (...)
  • 136 « La théorie économique comme inspiratrice de la nouvelle géographie » (ibid., p. 12).
  • 137 Roger Brunet, « Les nouveaux aspects de la recherche géographique : rupture ou raffinement de la tr (...)
  • 138 Via la note 7 qui réfère à l’article de « P. Bachelard, Flux téléphoniques et influence urbaine : l (...)
  • 139 Roger Brunet, « Deux colloques – L’analyse factorielle en géographie (Besançon) – Économie spatiale (...)

36La revue L’Espace géographique, créée en 1972, qui consacre l’analyse spatiale, fait dans ses premières années d’existence plusieurs références, quoique souvent indirectes, à Christaller, mobilisé en situation de « crise » dans la « nouvelle querelle des anciens et des modernes133 » au service d’une défense de la scientificité de la géographie134. La généalogie de la nouvelle géographie qu’y dresse P. Claval évoque Christaller à côté de von Thünen, Weber et surtout Lösch, auquel il est systématiquement associé, et le classe parmi les auteurs « oubliés » – ce qui relève d’une stratégie d’instauration et de mythification du nouveau paradigme – et les « statisticiens ou économistes spatiaux135 », reprenant l’usage christallerien de l’interdisciplinarité avec l’économie comme levier de l’innovation épistémologique en géographie136. Lorsqu’il défend la thèse de la rupture, du changement de paradigme représenté par le passage permis par la géographie quantitative et théorique « De la démarche pré-scientifique à l’attitude scientifique137 », R. Brunet quant à lui ne s’appuie sur aucune référence directe à Christaller, mais renvoie aux manuels anglo-saxons d’analyse spatiale et implicitement à la théorie des lieux centraux138, qu’il évoque également dans son compte rendu des colloques de Besançon et de Dijon139.

  • 140 Sylvie Rimbert, « Aperçu sur la géographie théorique : une philosophie, des méthodes, des technique (...)
  • 141 Evoqué par S. Rimbert à la fois pour le raffinement du modèle christallerien et surtout pour la rev (...)
  • 142 André Fel, « Deux géographies humaines ? », in : L’Espace géographique, tome 1, no 2, 1972, p. 107- (...)
  • 143 Ibid., p. 109.
  • 144 « Lorsque Gallois refuse le modèle ce n’est pas au nom de la complexité. Il en ira de même un peu p (...)
  • 145 La deuxième édition de la thèse de Christaller est citée sur la question des « déviations et les ex (...)
  • 146 Ibid., p. 111.
  • 147 Ibid., p. 111.
  • 148 Présentée à partir de la critique réaliste de Gallois pour qui : « l’objet géographique par excelle (...)

37C’est dans la défense d’une géographie d’abord théorique, et pas seulement quantitative, que S. Rimbert consacre un paragraphe à la théorie des lieux centraux140. Ce paragraphe, qui évoque le triptyque Christaller-Lösch-Isard, s’inscrit significativement dans une section intitulée « La place des théories en géographie », et vise à illustrer la présentation générale de la démarche déductive et nomothétique, avant l’évocation des autres théories utilisées par l’analyse spatiale. On notera qu’en France, la référence directe à Christaller forme système avec une interprétation épistémologique de l’analyse spatiale, qui retient de la géographie américaine non seulement ses techniques, mais prioritairement sa démarche déductive, ce qui implique un recours privilégié au passeur Bunge141. La mobilisation directe de Christaller se manifeste également chez A. Fel dans son opposition entre « deux géographies humaines », descriptive et historique versus explicative et mathématique142, et se trouve même contextualisée dans les débats épistémologiques transnationaux du début du xxe siècle qui font écho à « La querelle des faits et des formules »143 que connaît la géographie française du début des années 1970. A. Fel évoque en effet le débat entre le géographe autrichien Hassinger, dont les travaux de 1910 sur Vienne introduisant le concept d’isochrone sont déjà évoqués comme pionniers dans la thèse de Christaller, et le géographe français Gallois, pour mettre en évidence l’opposition entre méthode déductive et réalisme géographique et pour introduire la démarche modélisatrice de Christaller144, directement cité145 afin de « mieux définir, par contraste, tout ce qui constitue la géographie régionale classique »146. En un front renversé par rapport aux appartenances nationales, le tenant de l’analyse spatiale française mobilise l’allemand Christaller au service d’une « perspective actualiste et généralisatrice » et appliquée, d’un « rationalisme appliqué147 » référé à l’épistémologue Granger, contre l’idiographie héritée de l’école vidalienne148.

  • 149 Hugh Clout, « Considérations sur les tendances de la recherche en géographie humaine en Grande-Bret (...)
  • 150 La traduction anglaise de 1966 est signalée en note par Paul Claval.
  • 151 Bernard Marchand, « L’usage des statistiques en géographie », in : L’Espace géographique, tome 1 no(...)
  • 152 Jean-Bernard Racine, « La centralité commerciale relative des municipalités du système métropolitai (...)

38Conformément à la référence inaugurale du premier numéro de la revue149, la référence à Christaller passe cependant dans l’Espace Géographique essentiellement par la médiation anglo-saxonne150. B. Marchand dans son plaidoyer en faveur des méthodes statistiques en géographie151 ne mentionne pas non plus Christaller, mais cite en bibliographie abondamment les auteurs américains de la théorie des lieux centraux, en particulier B. Berry. De même, l’application de la théorie des lieux centraux à « l’étude de la structure des espaces intra-urbains152 » que propose J. B. Racine cite de façon très dominante les travaux de B. Berry.

  • 153 « La plupart des études menées jusqu’en 1965 s’appuyaient (…), dans le monde anglo-saxon, sur les s (...)
  • 154 Paul Claval, art. cit., 1966/2005, p. 37.
  • 155 Ibid., p. 38.
  • 156 Ibid., p. 39.
  • 157 Ibid., p. 39-40.
  • 158 Paul Claval, art. cit., 1973/2005, p. 264.
  • 159 Ibid.
  • 160 Michel Espagne, 2013, art. cit.
  • 161 1973/2005, p. 276.
  • 162 dont il considère a posteriori comme intérêt principal : « elle est génératrice de problèmes, car e (...)
  • 163 Paul Claval emploie lui-même l’adjectif p. 36.
  • 164 Ibid.

39Il en va de même dans l’article de 1973 que P. Claval consacre à « la théorie des lieux centraux revisitée », qui considère la traduction anglaise de la thèse de Christaller comme l’occasion d’une véritable redécouverte, d’un « retour aux sources » qui féconde la recherche153, et accorde une importance cruciale aux travaux de Brian Berry et de son école. Claval souligne à cette occasion les « transformations et mutations de la théorie des lieux centraux154 », critiquée et reconstruite : élargissement155 et « assouplissement156 » de la théorie, combinaison de la théorie des lieux centraux à la théorie des valeurs foncières157 ou à la théorie des graphes158 et même abandon de certaines hypothèses de départ de Christaller159. Il s’agit bien d’une circulation transnationale impliquant toujours des tiers160 et d’un transfert qui transforme le sens de la théorie de départ. Cette circulation de la théorie des lieux centraux féconde toute l’analyse spatiale, et P. Claval retient de Christaller une leçon d’abord épistémologique : le recours à une méthode hypothético-déductive, modélisatrice, quantitative. Alors que la théorie des lieux centraux semble quelque peu dépassée161, au double sens de datée et de reprise et intégrée dans un corpus théorique plus global, celui de l’analyse spatiale, le géographe français rend hommage à la valeur heuristique de la théorie des lieux centraux162 et construit l’image d’une œuvre « révolutionnaire »163 au sens kuhnien : « La théorie des lieux centraux a provoqué un choc. Elle a montré qu’il y avait une explication à chercher derrière toutes les constructions régionales, toutes les trames urbaines ; elle a permis de les ramener à des types de géographie générale164. » Claval et plus généralement l’analyse spatiale française retient ainsi de Christaller un levier dans la lutte contre la géographie régionale et urbaine descriptive, idiographique.

La consécration allemande de Christaller à la veille du renversement du paradigme de la Landschaftsgeographie

  • 165 Anne Radeff, art. cit.
  • 166 « aufgrund seiner international anerkannten Verdienste um Kulturgeographie und Raumordnung » (Hotte (...)
  • 167 Edwin von Böventer, « Walter Christallers zentrale Orte und Peripherie Gebiete. Rückblick nach 35 J (...)
  • 168 « Cette théorie se trouvait trop à l’extérieur du “paysage”, dans lequel on se mouvait et faisait d (...)
  • 169 Nicolas Ginsburger, art. cit.

40À la suite de ces consécrations internationales, Christaller atteint à la fin de sa vie la consécration nationale, à la fois aménagiste et académique. « Le concept des lieux centraux joue un rôle fondamental dans la loi allemande d’aménagement spatial (Raumordnungsgesetz) de 1965. En 1968, la conférence ministérielle sur l’aménagement (MKRO) définit une hiérarchie de quatre types de centres. […] Entre 1967 et 1975, il sert de modèle au nouveau découpage communal165. » En 1968 est rééditée à Darmstadt la thèse de Christaller. Parallèlement, à l’occasion de son 75e anniversaire, l’université de Bochum décerne à Christaller un doctorat honoris causa « sur la base de son apport internationalement reconnu à la géographie culturelle et à l’aménagement du territoire166 » et lui consacre un numéro spécial de la Geographishe Zeitschrift. L’article liminaire « Werk und Wirkung Walter Christallers », sa bibliographie et l’article de synthèse d’Edwin von Böventer167 mettent en évidence la fécondité et la reconnaissance internationale de l’œuvre de Christaller. Ils expliquent sa longue et difficile réception allemande par la résistance épistémologique des historiens au « theoretischen Funktionalismus » et au modèle des lois de l’espace et de la Landschaftsgeographie168. Le numéro spécial « Christaller » de la Geographishe Zeitschrift de 1968 s’inscrit ainsi dans la remise en cause de la Landschaftsgeographie qui éclate au Congrès des géographes allemands de Kiehl de 1969169. Le passage au paradigme de l’analyse spatiale est en marche.

Reconstruction a posteriori d’une découverte paradigmatique (1968)

  • 170 Walter Christaller, « Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin. Ein Bericht, wie eine (...)
  • 171 Jacqueline Carroy et Nathalie Richard (dir.), La découverte et ses récits en sciences humaines. Cha (...)

41Au sein du numéro spécial que lui consacre la Geographishe Zeitschrift de 1968, Christaller publie un article mi-biographique mi-épistémologique qui, par-delà la prétention à la véracité et à la neutralité du qualificatif de « compte-rendu170 », relève du genre du « récit de découverte scientifique171 ». Cet article représente la contribution de son auteur à la reconstruction a posteriori d’une découverte paradigmatique. Christaller y réaffirme la rupture épistémologique de sa thèse, qui fait désormais écho au basculement paradigmatique en cours avec le paradigme du Landschaft et revient sur la réception de son œuvre au terme de sa circulation transnationale.

  • 172 « Die äussere Erscheinungsform » (p. 91)
  • 173 « C’est la fonction économique qui organise tout d’abord et façonne la forme extérieure du phénomèn (...)
  • 174 « Fiktion konkreter Dinge » (ibid., p. 93).
  • 175 « Ce modèle est en soi “juste”, même s’il ne se rencontrait nulle part sous sa forme pure, dans la (...)

42Christaller critique le primat accordé par le paradigme géographique descriptif du Landschaft à « la forme extérieure des phénomènes172 », auquel il oppose un fonctionnalisme emprunté à l’économie173. En une inversion révolutionnaire, il déconstruit « la fiction des choses concrètes174 », fondant la vérité non sur la réalité d’un rapport au terrain, mais sur un critère logique175.

  • 176 « La géographie, orientée de façon dominante vers les sciences de la nature, ne connaît dans l’ense (...)
  • 177 « Une “formation économique” se déduit de la structure interne de l’économie et de son ancrage dans (...)
  • 178 « Wenn man dann, (…) eine idealtypische Beziehung konstruiert hat (…), so hat man damit ein Schema (...)
  • 179 Cit. in : Marie-Claire Robic, « La ville, objet ou problème ? La géographie urbaine française (1890 (...)

43Polémique envers le naturalisme dominant de la géographie allemande, Christaller positionne la géographie comme science humaine. Il déconstruit le paradigme descriptif et visuel d’appréhension du terrain comme prétention idéaliste héritée de la métaphysique à remonter de l’apparence à l’essence. Il passe d’un paradigme scientifique inductif et idiographique régi par le couple apparence-essence (qui cherche à remonter du terrain vers la vérité) à un paradigme hypothético-déductif régi par le couple fonctionnaliste forme-fonction176 (on cherche à expliquer la forme observée sur le terrain par la fonction sociale et on relativise l’importance des formes au profit des formations économiques177) et par le couple modélisateur lois générales-cas singuliers (on cherche à expliquer le terrain par l’idéal-type weberien – « Lorsque l’on a construit une relation idéal-typique, (…), on a créé un schéma à l’aide duquel on peut interpréter la réalité concrète178 »– puis par une combinatoire de lois). Le concept fonctionnaliste de lieu central (qui définit la ville par sa fonction économique à destination d’une zone d’influence), inspiré de Hassinger, qui définit dès 1910 la ville comme « l’aire habitée à l’intérieur de laquelle les intérêts économiques des habitants subissent une attraction principale centripète179 », s’inscrit dans le cadre de la rupture christallerienne avec une épistémologie fondée sur la philosophie idéaliste allemande, au profit d’une autonomisation des sciences humaines sur le modèle épistémologique des sciences de la nature.

  • 180 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975.
  • 181 Christaller a soin d’évoquer sous prétexte d’incidente biographique relative à la cartographie sa p (...)
  • 182 Jacqueline Carroy et Nathalie Richard (dir), op. cit.
  • 183 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit.
  • 184 « Les uns dirent : c’est beaucoup trop abstrait (…), ça ne nous concerne pas. »
  • 185 « on riait de mes hexagones ».
  • 186 « ce n’était pas encore le temps de l’économétrie », « (c’était un temps où l’aspect spatial était (...)
  • 187 « Entre-temps, de nombreux scientifiques de tous les pays ont continué à développer la théorie des (...)
  • 188 « ce sont les processus d’évaluation et les rapports des prix entre eux, en bref, la valeur économi (...)

44Enfin, le récit de découverte christallerien revient, implicitement ou explicitement, sur la réception de la découverte scientifique, et s’inscrit dans une téléologie de l’analyse spatiale. Cette reconstruction a posteriori, qui relève au même titre que l’autobiographie de l’autofiction180 sélective, se caractérise par un non-dit majeur : ses activités au service du Troisième Reich181. Christaller y mobilise les deux figures classiques du découvreur en fondateur d’école, comme Freud182, et du génie méconnu : il se présente à la fois comme un « outsider » (significativement en anglais dans le texte) dans la géographie allemande du début des années 1930183, victime d’incompréhensions184 et de moqueries185 du fait de son positionnement interdisciplinaire et pionnier186, et in fine comme le fondateur des Central Place Studies187 – même s’il présente la découverte de la théorie des lieux centraux comme découverte partagée avec Lösch –, reprenant à son compte le qualificatif laudatif de « father of theoretical geography » décerné par W. Bunge. Christaller construit également la figure du découvreur en passeur interdisciplinaire. Il milite en effet en faveur d’un positionnement géo-économique, arme contre la Landschaftsgeographie : l’étude de la production socio-économique de l’espace géographique188 est opposée au déterminisme naturalisme. Christaller revient ainsi sur son positionnement épistémologique et méthodologique, qui s’inscrit désormais dans le renversement imminent de la Landschaftsgeographie.

  • 189 Conformément aux « trois dimensions d’un classique » identifiées par Marie-Claire Robic, 2001, art. (...)

45Des années 1930 au début des années 1970, la thèse de Christaller, dont les grands traits sont connus dès l’après-guerre au moins au sein de la géographie européenne et nord-américaine, circule et fait débat. L’étude de sa « réception » nécessite de distinguer trois dimensions189, régies par des temporalités décalées et des géographies distinctes. Tout d’abord, cette théorie est appliquée à la planification, d’abord en Allemagne par son propre auteur ainsi qu’en Lettonie et en Suède dès les années 1930, avant de se diffuser par-delà les différences politiques comme référence internationale de la planification dans les années 1950 et 1960, décennie où elle est utilisée tant par les Allemands que par les Français. Cette publication pionnière stimule également toute une série rapidement internationale d’études concrètes de lieux centraux, dès les années 1930 en Allemagne, 1940 aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, 1950 dans les pays scandinaves mais aussi, quoique de façon plus marginale, en France. En revanche, la réception du positionnement épistémologique de Christaller, déductif, théorique et constructiviste, rencontre beaucoup plus de résistances du côté des paradigmes géographiques « classiques ». Faisant débat en Allemagne, par la rupture qu’il propose avec l’idiographie de la Landschafsgeographie, et plus largement en Europe dans les années 1930, ce positionnement épistémologique devient une référence de combat dans le débat Schaefer-Hartshorne aux Etats-Unis et est érigé en modèle paradigmatique par l’analyse spatiale lorsqu’elle s’impose en géographie. On constate à cet égard un conséquent décalage dans cette révolution scientifique qui survient dès les années 1940-50 aux Etats-Unis et en Europe du Nord, mais à la fin des années 1960 et au début des années 1970 en Allemagne et en France. Notre lecture actuelle de l’œuvre et de la « réception » de Christaller se trouve d’ailleurs radicalement transformée par ce changement d’optique : l’analyse spatiale a reconstruit Christaller comme un de ses pionniers mythiques.

  • 190 Équipe MIT, Tourismes 2 : Moments de lieux, Paris, Belin, Coll. Mappemonde, 2005.
  • 191 Denise Pumain, art. cit.
  • 192 Le rôle des Britanniques et notamment de Dickinson serait par exemple à creuser.
  • 193 Les liens entre la théorie des lieux centraux et l’économie spatiale, formalisée à partir des année (...)

46L’histoire de la circulation de la thèse de Christaller a ainsi été esquissée en insistant sur quelques grands vecteurs (les voyages des scientifiques à l’étranger, les traductions, les congrès internationaux) et sur des freins d’abord épistémologiques. Différents lieux de légitimation ont été identifiés, qui construisent sur un mode transnational le modèle paradigmatique christallerien : lieux géographiques ou plutôt moments de lieux190 (le congrès de Lund en 1960 notamment), lieux au sens métaphoriques de publications. La figure dédoublée du passeur-(co-)inventeur – le binôme Lösch-Ulmann pour le transfert de Christaller aux Etats-Unis – ainsi que la médiation-réinvention américaine de Christaller plaident en faveur d’une conception du transfert comme « invention permanente »191. L’analyse ici esquissée nécessiterait d’être complétée par une investigation plus poussée, plus internationale192 et pluridisciplinaire193. Elle montre cependant d’ores et déjà la dialectique du national et de l’international qui a permis à la géographie occidentale d’adopter un nouveau régime de scientificité, celui de science humaine nomothétique. La figure contestée et/ou mythifiée de Christaller constitue ainsi un observatoire privilégié et une composante importante de la généalogie, fondamentalement transnationale, de l’analyse spatiale. Plus largement, cette étude souligne le rôle décisif des circulations transnationales dans la genèse des révolutions scientifiques.

Figure 3 : La circulation de la théorie christallerienne des lieux centraux pivot transnational de la genèse de l’analyse spatiale

Figure 3 : La circulation de la théorie christallerienne des lieux centraux pivot transnational de la genèse de l’analyse spatiale

Réalisation : G. Djament-Tran

Haut de page

Notes

1 William Bunge, Theoretical Geography, Lund, Lund Studies in Geography no 1, Gleerup Publishers, 1962.

2 « Ensemble de méthodes mathématiques et statistiques visant à préciser la nature, la qualité, la quantité attachées aux lieux et aux relations qu’ils entretiennent – l’ensemble constituant l’espace –, en étudiant simultanément attributs et localisations » (Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry (éd.), Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier-Paris, Reclus-La Documentation française, 1993, p. 32) au sens strict ou « étude formalisée de la configuration et des propriétés de l’espace des sociétés » (Jacques Lévy, Michel Lussault (éd.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 69).

3 L’opposition entre idiographie (étude scientifique du singulier) et nomothétie (approche scientifique par les lois), classique dans l’analyse spatiale contemporaine, est initialement due à Wilhelm Windelband, Histoire et science de la nature (Discours de Rectorat), in : Les Études philosophiques 1, 1894/2000, p. 1-16.

4 Walter Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmässigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, Iena, Gustav Fischer, 1933.

5 Marie-Claire Robic, « W. Christaller et la théorie des “lieux centraux” », in : Bernard Lepetit et Christian Topalov (éd.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001, (p. 151-188).

6 Michel Espagne et Michael Werner éd., Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècle), Paris, 1988 et Michel Espagne, « Introduction », Revue germanique internationale, 21 « L’horizon anthropologique des transferts culturels », 2004, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 21 février 2014. URL : http://rgi.revues.org/989.

7 Ulrich Beck, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, 2006. Pour une application de cette notion de Beck à la théorie des transferts culturels, voir notamment : Blaise Wilfert-Portal, « L’histoire culturelle de l’Europe d’un point de vue transnational », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 09 mars 2014. URL : http://rsl.revues.org/279 ; DOI : 10.4000/rsl.279.

8 Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « Présentation : la science à l’échelle internationale », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 24 février 2014. URL : http://rgi.revues.org/246.

9 Hans R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

10 Cf. l’article de Marie-Claire Robic dans ce numéro.

11 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Champ Flammarion, 1962/1983.

12 La version française des extraits ici présentés provient des traductions que j’ai publiées en 2005 dans Cybergéo avec la germaniste Mandana Covindassamy sous la direction de Marie-Claire Robic : Walter Christaller, « Les lieux centraux en Allemagne du Sud. Une recherche économico-géographique sur la régularité de la diffusion et du développement de l’habitat urbain (1933) », traduction de Mandana Covindassamy et Géraldine Djament, Cybergéo 300, 2005, 17 p. et Walter Christaller, « Comment je suis parvenu à la théorie des lieux centraux », Cybergéo 299, 2005, 9 p. Ces textes sont présentés dans Géraldine Djament et Mandana Covindassamy, « Traduire Christaller en français. Textes seuils, réception, récit de découverte », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 298, mis en ligne le 25 janvier 2005 (consulté le 11 novembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/3144 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3144). Les numéros de page des citations renvoient à la version allemande de la thèse de Christaller.

13 Olivier Orain, De plain-pied dans le monde : écriture et réalisme dans la géographie française au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2009.

14 Ute Wardenga, « The influence of William Morris Davis on geographical research in Germany » GeoJournal, vol. 59, no 1, 2004, p. 23-26.

15 Dans les années 1909-1919. Nicolas Ginsburger, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard critique (1969-2010) », L’Espace Géographique 3, 2011, p. 193-214.

16 Lors du Congrès international de géographie de Rome en 1913. Gaëlle Hallair, « Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du xxe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3/2011, p. 319-334.

17 Donald A. Friend, « Revisiting William Morris Davis and Walther Penck to Propose a General Model of Slope “Evolution” in Deserts ». The Professional Geographer, vol. 52, no 2, 2000, p. 164-178

18 Avant la Première Guerre mondiale, Christaller a suivi des études de philosophie et d’économie à Heidelberg et à Munich. Il soutient sa thèse de géographie après avoir repris des études universitaires d’économie (Marie-Claire Robic, 2001, op. cit.).

19 « Il nous semble que la géographie du peuplement relève entièrement des sciences humaines. » (« Wir sind aber der Ansicht, dass die Siedlungsgeographie durchaus eine geisteswissenschaftliche Disziplin ist. » p. 14).

20 Merci à Wolf Feuerhahn pour son éclairage sur le contexte du Methodenstreit.

21 Isabelle Géneau de Lamarlière, « Une relecture des travaux d’Alfred Weber sur la localisation. À l’articulation de l’économique et du socioculturel », Annales de géographie 664, 2008, (p. 50-69), p. 57.

22 Isabelle Géneau de Lamarlière, art. cit., p. 56.

23 « Si la géographie du peuplement était une discipline relevant des sciences de la nature (…), la question de savoir si des lois relevant des sciences de la nature y règnent ne se poserait pas » (« Wenn die Siedlungsgeographie eine naturwissenschaftliche Disziplin (…), so ist es natürlich keine Frage, dass hier naturwissenschaftliche Gesetze herrschen müssen », p. 14).

24 « Ce n’est qu’en cessant d’être une “discipline essentiellement descriptive qui n’explique les faits que dans quelques cas et en devenant une discipline qui vise fondamentalement à découvrir des lois” que la géographie économique avec ses subdivisions deviendra “l’égale des disciplines de la géographie physique”. » (« Erst dann aber tritt die Wirtschaftsgeographie mit ihren Unterteilungen “den Disziplinen der physischen Geographie ebenbürtig zur Seite”, wenn sie sich “von einer wesentlich deskriptiven Disziplin welche nur in einzelnen Fällen die Tatsachen auch erklärt, zu einer Disziplin erhebt, welche grundsätzlich die Auffindung von Gesetzen anstrebt”. » p. 262). « Ces lois (économiques) sont assurément d’un autre genre que les lois de la nature, mais n’en sont pas pour autant moins “exactes”. » (« Diese Gesetze sind allerdings von anderer Art wie die Naturgesetze, aber darum nicht weniger “richtig” », p. 15).

25 « Die Theorie in geisteswissenschatlichen Disziplinen kann nicht induktiv, sondern nur deduktiv gewonnen werden, es ist also überflüssig, ihr die Darstellung der Wirklichkeit woranzusetzen; die Theorie hat eine Gültigkeit ganz unabhängig davon, wie die konkrete Wirklichkeit aus sieht, nur kraft ihrer Logik und “Sinnadäquanz” », p. 16.

26 « Il faut peut-être les décrire plus adéquatement non comme des lois, mais comme des “régularités”, étant donné qu’elles ne se produisent pas avec la même inexorabilité ni la même inéluctabilité que les lois de la nature. » (« sie sind vielleicht zweckmässiger nicht als Gesetze, sondern als “Gesetzmässigkeiten” zur bezeichnen, da sie sich nicht mit gleicher Unerbittlichkeit und Unausweichbarkeit auswirken wie Naturgesetze ». ibid.).

27 Dont l’introduction s’ouvre significativement sur la question : « Y a-t-il des lois qui régissent le nombre, la taille et la répartition des villes ? » (« Gibt es Gesetze, die die Anzahl, Grösse une Verteilung der Städte bestimmen ? », p. 11)

28 La première phrase de l’avant-propos rappelle l’appartenance disciplinaire floue de la recherche : « Le présent travail était conçu à l’origine comme une étude de science politique consacrée à l’économie » (« Die vorliegende Arbeit war ursprünglich als eine nationalökonomisch-staatswissenschaftliche gedacht »). La conclusion affiche une indifférence au classement en économie ou en géographie, pour préciser : « Les problèmes ici posés sont donc géographiques, même si l’on ne peut les résoudre qu’à l’aide de la théorie économique et des méthodes économiques. » (« Die hier aufgerollten Probleme sind also geographische, die jedoch nur mit Hilfe der ökonomischen Theorie und mit Hilfe ökonomischer Methoden zu lösen sind », p. 262).

29 Mattei Dogan et Robert Pahre, L’innovation dans les sciences sociales : la marginalité créatrice, Presses universitaires de France, Paris, 1991.

30 Ibid.

31 « Il fallait tout d’abord élaborer les fondements économiques théoriques de l’organisation de l’espace, qui étaient encore fortement négligés par l’économie politique il y a peu, avant que l’on puisse comprendre et expliquer la réalité de la géographie du peuplement ».

32 « en sciences humaines, la théorie ne peut pas être obtenue de façon inductive, mais seulement de façon déductive » (« die Theorie in geisteswissenschaftlichen Disziplinen kann nicht induktiv, sondern nur deduktiv gewonnen werden », p. 16).

33 « On ne peut jamais trouver le principe ordonnateur à l’aide de la seule recherche historique. C’est ce qu’on pouvait déjà remarquer dans l’école historique de l’économie politique : elle a mis au jour un matériau factuel très riche, mais elle n’a pas pu parvenir par la méthode historique à des lois économiques valables » (« das Ordnungsprinzip selbst kann man durch die historische Forschung allein niemals finden. Dies war ja auch bei der historischen Schule der Nationalökonomie zu erkennen : sie brachte ein überaus reiches Tatsachenmaterial zutage, aber zu gültigen ökonomischen Gesetzen konnte sie mit der historischen Methode nicht gelangen », p. 14).

34 « On trouve de cette manière (…) peut-être certaines régularités et certaines combinaisons d’événements particulièrement fréquentes ; mais la statistique seule ne peut en aucun cas apporter la preuve logique qu’il s’agit d’authentiques lois. » (« man findet auf diese Weise Häufigkeiten und mittlere Zahlenwerte, vielleicht gewisse Regelmässigkeiten und besonders häufig vorkommende bestimmte Kombinationen von Erscheinungen : aber den logischen Beweis, dass es sich hierbei um echte Gesetze handle, kann die Statistik allein niemals führen », p. 14).

35 Alors qu’une loi supposerait qu’A implique B (si la situation est favorable, alors une ville se développe), il pointe des contre-exemples qui mettent en évidence que la relation entre A et B n’est pas nécessaire car pas universelle (« Cependant, on ne remarque pas qu’il y a d’innombrables situations au moins aussi favorables où l’on ne trouve aucune ville »/« man beachtet dabei nicht, dass es unzählige ebenso günstige oder noch günstigere Lagen gibt, wo sich keine Stadt befindet », p. 13) : A n’entraîne pas toujours B), ainsi que la non-vérification de la contraposée (« à l’inverse l’on trouve des villes – parfois même de très grandes – dans des endroits très défavorables »/ « …umgekehrt an sehr ungünstigen Stellen Städte zu finden sind » (ibid.)) : non A entraîne B).

36 « Doch zu eindeutigen allgemeingültigen Gesetzen ist man auf diese Weise nicht gelangt » (ibid.).

37 « Elle part en principe de la situation topographique et géographique, et explique donc simplement qu’ici “devait naître” une ville, et, quand la situation est très favorable, qu’ici la ville “devait” se développer de façon particulièrement favorable. » (« Sie geht in der Regel von der topographischen und geographischen Lage aus und erklärt dann einfach, dass hier eine Stadt “entstehen musste” ; und, wenn die Lage sehr günstig ist, dass sie hier die Stadt sich besonders günstig entwickeln “musste” », ibid.).

38 Par opposition à la monographie, centrée sur un terrain particulier dont elle souligne les spécificités, l’étude de cas étudie le terrain particulier du point de vue du général.

39 Alfred von Thünen, der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonomie, 1826.

40 Isabelle Géneau de Lamarlière, art. cit., p. 56.

41 Ibid.

42 Dont Christaller a suivi les cours en 1913-1914 à l’université d’Heidelberg (Marie-Claire Robic, 2001, art. cit.).

43 Alfred Weber, Über den Standort der Industrien, 1909.

44 Isabelle Géneau de Lamarlière, art. cit.

45 Si le titre de la thèse associe un concept à un terrain (« Les lieux centraux en Allemagne du Sud »/« Die zentralen Orte in Süddeutschland »), le sous-titre évoque un projet théorique général (« une recherche géographico-économique portant sur la régularité du nombre, de la répartition et de la taille de l’habitat urbain »/« Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmässigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen »), exposé, selon les termes de l’avant-propos, « à partir de l’exemple de l’Allemagne du Sud ».

46 Le terrain de l’Allemagne du Sud (dans les frontières que lui donne Christaller, incluant ainsi Strasbourg) est convoqué seulement dans un deuxième temps, pour répondre à la problématique suivante : « dans quelle mesure la réalité correspond à la théorie et est donc expliquée par elle » (« inwieweit die Wirklichkeit der Theorie entspricht und also durch sie erklärt wird », p. 16).

47 « Nous ne nions aucunement le bien-fondé d’autres méthodes en géographie du peuplement. Au contraire : elles sont absolument nécessaires, d’une part pour vérifier la validité des résultats obtenus par la méthode économique, d’autre part pour expliquer les déterminants extra-économiques du nombre, de la répartition et de la taille des villes » (« so ist damit keineswegs die Existenzberechtigung anderer siedlungsgeographischer Methoden abgeleugnet. Im Gegenteil : sie sind durchaus notwendig, einmal, um die nach der ökonomischen Methode gewonnene Erkenntnis auf ihre Richtigkeit hin nachzuprüfen, anderseits, um die ausserökonomischen Bestimmungsgründe der Anzahl, Verteilung und Grösse der Städte zu erklären. », p. 260).

48 Karl R. Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973.

49 « Abweichungen ».

50 « Die Verteilungsgesetze ».

51 Das Marktsprinzip, das Verkehrsprinzip und das Absonderungsprinzip, p. 254.

52 Christaller distingue les « exceptions tertiaires explicables par l’économie » (« Tertiäre ökonomisch erklärbare Abweichungen » p. 254) des « déviations non explicables par l’économie » « Ökonomisch nicht erklärbare Abweichungen », p. 257.

53 « Das Versorgungsprinzip ».

54 La géographie « possède […] une conception bien plus globale et synthétique des faits spatiaux. Une telle conception fait d’autre part défaut à l’économie si bien que ses schémas rationnels – comme notamment ceux d’A. Weber relatifs aux localisations industrielles – manquent souvent d’une nécessaire conception spatiale et paraissent donc “dénaturés” » (« eine viel umfassendere und allseitigere Vorstellung vom Raumtatsachen besitzt ; eine solche Vorstellung geht andererseits der Nationalökonomie oft ab, so dass deren rationale Schemata – wie etwa die von Alfred Weber in Bezug auf die Standorte der Industrie gebotenen – oft die notwendige Raumvorstellung vermissen lassen und daher allzu “denaturiert” wirken, wodurch ihr wirtschaftsgeographischer Erkenntniswert vermindert wird », p. 262).

55 Mechtild Rössler, « Applied geography and area research in Nazi society: central place theory and planning, 1933 to 1945 », Environment and Planning D: Society and Space 7 (4), 1989, p. 419-431.

56 E. E. Wunderlich, Geographische Wochenschrift 1, 1935, (p. 957-958).

57 Qualifiée d’entrée d’« essai remarquable (bien que parfois un peu trop ambitieux) » (« Ein bewertenswerter, wenn auch z. B. etwas breit angelegter Versuch », p. 957). Le compte rendu se conclut sur la phrase : « cette étude infléchira dans l’ensemble sans aucun doute les développements des problématiques de la géographie de l’habitat vers une autre direction et les fera grandement fructifier. »

58 vol. XL, p. 233-234.

59 « […] endlich über das Linné-Stadium der blossen Systematik hinauszukommen » (p. 235).

60 « Qui tient les analyses théoriques fondamentales pour une pure perte de temps académique se détournera vraisemblablement avec insatisfaction de Christaller comme de Kohl auparavant et poursuivra avec un zèle accru son travail de recherche concret » (« Wer theoretisch-grundsätzliche Erörterungen für akademische Zeitvergeudung halt, dürfte Christaller ebenso wie früher Kohl unbefriedigt zur Seite legen und die eigene konkrete Forschungsarbeit mit erhöhtem Eifer fortsetzen ») (p. 233).

61 Hans Bobeck, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkurde, 1935 : « Ihre Erörterung droht einen alten, leidigen Streit in der Geographie wieder aufzurühren. » P. 125-130, p. 128.

62 Merci à Nicolas Ginsburger de m’avoir suggéré cette interprétation.

63 « Ihre Erörterung droht einen alten, leidigen Streit in der Geographie wieder aufzurühren. (…) so ist es doch nicht ausgemacht, ob der hier eingeschlagene Weg der Voranstellung einer reinen Theorie (…) und der nachherigen blossen Überprüfung der Wirklichkeit (« Verifikation der Theorie »), (…), vom geographischen Standpunkt aus voll zu befriedigen vermag » p. 128).

64 Sur le contexte franco-allemand de la géographie de cette époque, voir Gaëlle Hallair, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du xxe siècle : la géographie du paysage (Landschaftskunde) en question, thèse de l’université Paris 1 sous la direction de Marie-Claire Robic et Sebastian Lentz, 2010.

65 Des congrès internationaux de géographie se tiennent régulièrement à partir de 1871. L’Union géographique internationale est créée en 1922 sur le modèle des Unions d’astronomie, de géodésie et de géophysique. Cf. Marie-Claire Robic, Anne-Marie Briend, Mechtild Rössler (éds.), Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les congrès internationaux de géographie, Paris, Montréal, L’Harmatttan, 1996. À la suite de la Première Guerre mondiale, les géographes allemands pratiquent un contre-boycott de l’UCI jusqu’en 1934 cf. Marie-Claire Robic, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités », Revue germanique internationale, 12, 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 21 février 2014. URL : http://rgi.revues.org/257.

66 Qui a lieu dans la Section IIIa : Géographie humaine, à propos de la question 2 « Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes ».

67 La session qui aurait dû être présidée par A. Demangeon, président de la Commission du Peuplement et de l’Habitat rural de l’UGI, se déroule en son absence.

68 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 183.

69 « Le système de notre collègue Christaller me semble trop rigide. L’homme devient dans ce système une machine qui obéit aux lois de la science naturelle et dans lequel les agglomérations urbaines se rangent selon une série géométrique. Je ne crois pas que le procès humain s’accomplisse dans cet ordre mathématique ».

70 « Problème de localisation ». En allemand dans le texte français, p. 291.

71 André Gibert, « Le congrès international de géographie d’Amsterdam », Annales de Géographie 47, 1938, no 270, (p. 561-570), p. 569.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 Disciple de Jean Bruhnes.

75 Le géographe Edgar Kant (1902-1978) applique également dès 1934-35 les « systèmes d’établissements centraux » à l’Estonie (Marie-Claire Robic, 2001, art. cit.).

76 Reichskommissariat zur Fertigung deutschen Volkstum.

77 Mechtild Rössler, « Géographie et national-socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction d’une relation problématique », L’espace géographique XVII, 1988, p. 5-14 et Mechtild Rössler, 1989, art. cit.

78 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 177.

79 Mechtild Rössler, art.cit.

80 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 178.

81 Ibid.

82 Ibid.

83 Bunge publiant en 1977 une brève défense de son « père de la géographie théorique : William Bunge, « Christaller was not a fascist », Ontario Geography 37, 1977, p. 84-86.

84 Ibid. La circulation internationale des archives apparaît comme un intéressant vecteur de transfert culturel à étudier (merci à Ségolène Débarre qui m’a suggéré cette remarque).

85 Ainsi la géographie culturelle américaine de l’école de Berkeley conduite par l’Américain d’origine allemande Carl Sauer (1889-1975) se réfère-t-elle aux travaux fondateurs d’Otto Schlüter.

86 Knut Norborg (edited by), Proceedings of the symposium in urban geography, Lund 1960, Lund, Lund Studies in Geography no 24. Gleerup Publishers, 1962, p. 158.

87 August Lösch, Die räumliche Ordnung der Wirtschaft, Iena, G. Fischer, 1940 et sa traduction anglaise: August Lösch, The Economics of Location, New Haven, Yale University Press, 1954.

88 Edward L. Ullman, « A Theory of Location for Cities », American Journal of Sociology, 1941, p. 853-864.

89 Paul Claval, Histoire de la géographie, Paris, PUF, 1996, p. 97.

90 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 07 mars 2014. URL : http://rsl.revues.org/219 ; DOI : 10.4000/rsl.219.

91 La partie régionale n’y est pas intégralement traduite, preuve que les géographes américains retiennent d’abord de Christaller sa leçon épistémologique.

92 Carlisle Baskin, Central Places in Southern Germany, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1966.

93 Elisa Malutta, Paola Pagnini, Le Località centrali della Germania meridionale, Milan, Franco Angeli, 1980.

94 Sylvie Adam, La trame urbaine. Hexagone et analyse théorique des semis urbains, Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, Thèses, 1992, http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/ (en ligne) ; Walter Christaller, Mandana Covindassamy et Géraldine Djament, art. cit.

95 William Bunge, Theoretical geography, Lund, Gleerup, 1962.

96 Brian J. L. Berry, Geography of market centers and retail distribution, Englewood Cliffs N.J. Prentice-Hall, 1967.

97 Ibid., p. VII.

98 Ibid., p. 1.

99 « N’était l’existence de la théorie des lieux centraux, il ne serait pas possible d’être aussi affirmatif relativement à l’existence d’une géographie théorique indépendante de tout autre ensemble de sciences-mères » (W. Bunge, op. cit., 2e éd., 1966, p. 133, cité par Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 155).

100 Ibid., p. 24.

101 F. K. Schaefer, « Exceptionnalism in Geography: A Methodological Examination », Annals, Association of American Geographers 43, 1953, p. 226-49.

102 William Bunge, op. cit., 1966.

103 Il s’agit d’une reconstruction a posteriori par l’analyse spatiale. Ainsi, J. Reynaud propose dès 1841 une théorie des lieux centraux, cf. Marie-Claire Robic, « Cent ans avant Christaller… une théorie des lieux centraux », L’Espace géographique XI, 1982, p. 5-12.

104 William Bunge, Appendix to Theoretical Geography, Lund, Lund Studies in Geography no 6, Gleerup Publishers, 1966, p. 249.

105 Edward Ullman in: Knut Norborg, op cit.

106 Qui rappelle sa « méthode d’isolement » et ses trois principes de marché, de circulation et de séparation, dont le croisement éclaire la réalité. Il présente une conception de l’espace comme espace social et des lois de l’espace comme d’une projection des lois sociales. Il réaffirme les enjeux aménagistes d’optimisation territoriale de la théorie des lieux centraux. Il intègre certaines critiques faites à sa théorie, notamment en l’historicisant, mais conclut sur l’idée d’une théorie de base à améliorer.

107 Robert C. Mayfield, « Conformations of Service and Retail activities. An example in lower orders of an urban hierarchy in a lesser developed area », in Knut Norborg, op cit., p. 77-89.

108 Georges Chabot in: Knut Norborg, op. cit., p. 197-199.

109 Chabot et Klöpper reprennent la théorie mais affichent leur distance vis-à-vis des applications « trop théoriques » (Chabot in Knut Norborg, op. cit., p. 157), tandis que Rudolf Klöpper, du Bundesanstalt für Landeskunde und Raumforschung de Bad Godesberg, préfère, contrairement à Christaller, partir du terrain de la Basse Saxe, de la « real centrality of places and its distribution by following the natural and historical forces » (ibid.) pour finir par sa signification théorique. Le plus réservé vis-à-vis de la théorie de Christaller se montre paradoxalement l’allemand Joachim Schultze, de la Freie Universität de Berlin, qui ouvre la discussion, critique sa non-application et se réfère à la polémique allemande des années 1950.

110 Georges Chabot, Les Villes, Paris, Armand Colin, 1948.

111 Denise Pumain, « L’invention permanente : la hiérarchie urbaine », in : Pascal Bridel (éd.), Groupe raison et rationalités, L’invention dans les sciences humaines : hommage du groupe raison et rationalités à Giovanni Busino, Genève, Labor et Fides, 2004, p. 66-86.

112 « Le principal danger de ce schéma est d’être théorique, de partir d’une conception géométrique que l’on applique aux faits pour les interpréter au lieu de suivre la méthode inverse » (Jean Tricart, Cours de géographie humaine. L’habitat urbain, Paris, CDU, 1952, p. 260).

113 L’organisation urbaine de l’Alsace, thèse de l’Université de Strasbourg, Gap, Ophrys, 1960.

114 Le réseau urbain du Bas-Languedoc méditerranéen, thèse de l’Université de Montpellier, Paris, PUF, 1963.

115 Par exemple, Paul Bachelard, dans son article « Flux téléphoniques et influence urbaine : l’exemple de la région du Centre », in : L’Espace géographique, tome 1, no 2, 1972, p. 129-135, ne cite que des références françaises et réfère la méthode des flux téléphoniques à J. Labasse.

116 Paul Claval, « La théorie des lieux centraux revisitée », in : Paul Claval, Chroniques de géographie, Paris, L’Harmattan, 2005, (p. 251-276) (première version de l’article publiée dans la Revue géographique de l’Est de 1973), p. 252.

117 Paul Claval, « La théorie des lieux centraux », in : Paul Claval, Chroniques de géographie, Paris, L’Harmattan, 2005, (p. 19-42) (première version de l’article publiée dans la Revue géographique de l’Est, vol. 6, 1966, p. 131-152), p. 20.

118 Paul Claval ne la mentionne pas dans son article de 1966, mais souligne en 1973 son « influence profonde sur les recherches » internationales « récentes » : art. cit., p. 252.

119 Olivier Orain, op. cit..

120 Paul Claval, art. cit., 1973/2005, p. 27.

121 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 156.

122 Paul Claval, art. cit., 1966/2005, p. 22.

123 « L’espace sur lequel se développe un réseau urbain est-il un espace homogène ? Non : c’est la critique la plus généralement adressée à Christaller et à Lösch, celle qui a semblé si percutante aux géographes français qu’ils ont refusé de voir l’aspect positif de leur œuvre » (Paul Claval, art. cit., 1973/2005, p. 263-4).

124 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 156.

125 Paul Claval, Géographie générale des marchés, Paris, Les Belles Lettres, 1962.

126 Paul Claval, art. cit., 1966/2005.

127 Paul Claval, art. cit., 1966/2005.

128 Ibid., p. 26.

129 Ibid., p. 31.

130 Paul Claval considère que les traits essentiels de la théorie des lieux centraux ont été dégagés dès le début du xxe siècle par le sociologue américain C. J. Galpin (« Social Anatomy of an Agricultural Community, University of Wisconsin », Research Bulletin no 34, Madison, 1915) et indique : « L’idée n’a connu de succès que lorsque les géographes l’ont redécouverte : elle était déjà esquissée dans les publications de Bobek » (Innsbruck, ein Gebirgstadt, ihr Lebensraum, und ihr Erscheinung, Forschritt zur deutschen Landes- und Volkskunde, 1928), « mais elle n’a été formulée d’une manière explicite qu’en 1933 par Walter Christaller, dans son étude sur les lieux centraux de l’Allemagne méridionale » (ibid., p. 21).

131 Denise Pumain et Marie-Claire Robic « Le rôle des mathématiques dans une “révolution” théorique et quantitative : la géographie française depuis les années 1970 », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 1/ 2002, no 6, p. 123-144 : URL : www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2002-1-page-123.htm. DOI : 10.3917/rhsh.006.0123.

132 Jean-Marc Besse, Éric Glon, Bernard Pinchemel, Geneviève Pinchemel, Denise Pumain, Marie-Claire Robic et Jean-Louis Tissier, « Philippe Pinchemel », Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, 3, 2007, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 16 avril 2014. URL : http://tem.revues.org/772.

133 Éditorial du premier numéro de L’Espace Géographique, 1972, vol. 1, no 1.

134 L’éditorial en question explicite « l’hypothèse selon laquelle la géographie est une science au champ bien défini, et pas seulement un art de la description ou une manière de voir ».

135 Paul Claval, « La réflexion théorique en géographie et les méthodes d’analyse », in : L’Espace géographique, tome 1, no1, 1972. (p. 7-22), p. 8.

136 « La théorie économique comme inspiratrice de la nouvelle géographie » (ibid., p. 12).

137 Roger Brunet, « Les nouveaux aspects de la recherche géographique : rupture ou raffinement de la tradition ? », in : L’Espace géographique, tome 1, no 2, 1972, (p. 73-77), p. 76.

138 Via la note 7 qui réfère à l’article de « P. Bachelard, Flux téléphoniques et influence urbaine : l’exemple de la région Centre ».

139 Roger Brunet, « Deux colloques – L’analyse factorielle en géographie (Besançon) – Économie spatiale et géographie (Dijon) », in : L’Espace géographique, tome 1, no 4, 1972, p. 229 ; R. Brunet cite l’étude « de Polex sur la hiérarchie des centres tertiaires au Canada ».

140 Sylvie Rimbert, « Aperçu sur la géographie théorique : une philosophie, des méthodes, des techniques », in : L’Espace géographique, tome 1, no2, 1972, (p. 101-106), p. 103-104.

141 Evoqué par S. Rimbert à la fois pour le raffinement du modèle christallerien et surtout pour la revendication de géographie théorique.

142 André Fel, « Deux géographies humaines ? », in : L’Espace géographique, tome 1, no 2, 1972, p. 107-112.

143 Ibid., p. 109.

144 « Lorsque Gallois refuse le modèle ce n’est pas au nom de la complexité. Il en ira de même un peu plus tard lorsque Christaller présente un autre modèle de géographie humaine. (…) si le modèle de Christaller s’est heurté à l’incompréhension des classiques c’était tout simplement parce que c’était un modèle : il ne sera jamais exactement conforme à la réalité » (ibid., p. 110-111).

145 La deuxième édition de la thèse de Christaller est citée sur la question des « déviations et les exceptions par rapport au modèle », sur la base semble-t-il d’une traduction de l’allemand par l’auteur de l’article.

146 Ibid., p. 111.

147 Ibid., p. 111.

148 Présentée à partir de la critique réaliste de Gallois pour qui : « l’objet géographique par excellence c’est la réalité localisée, conditionnée par une histoire et des comportements spécifiques. Versailles ne ressemble à aucune autre ville au monde » (Ibid., p. 111).

149 Hugh Clout, « Considérations sur les tendances de la recherche en géographie humaine en Grande-Bretagne dans les années 1960 », L’Espace géographique, tome 1, no 1, 1972, p. 49-53.

150 La traduction anglaise de 1966 est signalée en note par Paul Claval.

151 Bernard Marchand, « L’usage des statistiques en géographie », in : L’Espace géographique, tome 1 no 2, 1972, p. 79-100.

152 Jean-Bernard Racine, « La centralité commerciale relative des municipalités du système métropolitain montréalais. [Un exemple d’utilisation des méthodes d’analyse statistique en géographie] », in : L’Espace géographique, tome 2, no 4, 1973, (p. 275-289), p. 278.

153 « La plupart des études menées jusqu’en 1965 s’appuyaient (…), dans le monde anglo-saxon, sur les schémas de Lösch, et les interprétations qu’en avaient fournies des auteurs comme Walter Isard. » (Paul Claval, art. cit., 1973/2005, p. 252).

154 Paul Claval, art. cit., 1966/2005, p. 37.

155 Ibid., p. 38.

156 Ibid., p. 39.

157 Ibid., p. 39-40.

158 Paul Claval, art. cit., 1973/2005, p. 264.

159 Ibid.

160 Michel Espagne, 2013, art. cit.

161 1973/2005, p. 276.

162 dont il considère a posteriori comme intérêt principal : « elle est génératrice de problèmes, car elle postule un ordre et tout ce qui ne se conforme pas à cet ordre demande explication, donc enquête. C’est moins par la part du réel qu’elle explique qu’une théorie est féconde que par la part qu’elle fait découvrir » (P. Claval, art. cit., 1966/2005, p. 38).

163 Paul Claval emploie lui-même l’adjectif p. 36.

164 Ibid.

165 Anne Radeff, art. cit.

166 « aufgrund seiner international anerkannten Verdienste um Kulturgeographie und Raumordnung » (Hottes K. u. Peter Schöller, « Werk und Wirkung Walter Christallers », Geographische Zeitschrift 56, 1968, (p. 81-84), p. 84).

167 Edwin von Böventer, « Walter Christallers zentrale Orte und Peripherie Gebiete. Rückblick nach 35 Jahre – anlässlich des 75. Geburtstages von Walter Christaller », Geographische Zeitschrift 56, 1968, p. 102-111.

168 « Cette théorie se trouvait trop à l’extérieur du “paysage”, dans lequel on se mouvait et faisait des recherches autrefois. » (« diese Theorie lag zu sehr ausserhalb der “Landschaft”, in der man sich damals bewegte und Forschungen betrieb. » p. 102).

169 Nicolas Ginsburger, art. cit.

170 Walter Christaller, « Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin. Ein Bericht, wie eine Theorie entstehen kann, und wie in meinem Fall entstanden ist », Geographische Zeitschrift, vol. 56, no 2, 1968, p. 88-101.

171 Jacqueline Carroy et Nathalie Richard (dir.), La découverte et ses récits en sciences humaines. Champollion, Freud et les autres, L’Harmattan, Paris, 1998.

172 « Die äussere Erscheinungsform » (p. 91)

173 « C’est la fonction économique qui organise tout d’abord et façonne la forme extérieure du phénomène » (« die wirtschaftliche Funktion ist es, die die äussere Erscheinungsform erst aufbaut und ausbildet nach gewissen Zweckmässigkeitsgrundsätzen », ibid.).

174 « Fiktion konkreter Dinge » (ibid., p. 93).

175 « Ce modèle est en soi “juste”, même s’il ne se rencontrait nulle part sous sa forme pure, dans la réalité territoriale du peuplement » (« Dieses Modell ist an sich “richtig”, auch wenn es in der Wirklichkeit der Siedlungslandschaft nirgends in reiner Form anzutreffen wäre », ibid., p. 96).

176 « La géographie, orientée de façon dominante vers les sciences de la nature, ne connaît dans l’ensemble que les choses matérielles, les forces naturelles, les êtres vivants, les aptitudes humaines – aussi bien d’ordre physique que psychique –, c’est-à-dire uniquement des éléments qui existent réellement, qui sont pour la plupart visibles, nous pouvons aussi les appeler les éléments de l’essence. A l’opposé des considérations sur l’essence, on trouve les considérations sur la fonction », puis « c’est la fonction économique qui organise tout d’abord et façonne la forme extérieure du phénomène d’après certains principes d’utilité » (« Die Geographie, vorwiegend naturwissenschaftliche orientiert, kennt im grossen Ganzen nur : materielle Dinge, Naturkräfte (…), alles also real existierende, meist sichtbare Elemente, (…) Seins-Elemente » versus « die Betrachtung der Funktion » ; « die wirtschaftliche Funktion ist es, die die äussere Erscheinungsform erst aufbaut und ausbildet nach gewissen Zweckmässigkeitsgrundsätzen » (Walter Christaller, 1968, art. cit., p. 90-91).

177 « Une “formation économique” se déduit de la structure interne de l’économie et de son ancrage dans la terre, mais pas de son image extérieure » (« Eine “Wirtschaftsformation” ergibt sich aus der inneren Struktur der Wirtschaft und ihrer Verflechtung mit der Erde, nicht aber aus ihrem äusserlich wahrnehmbaren Bild » p. 93).

178 « Wenn man dann, (…) eine idealtypische Beziehung konstruiert hat (…), so hat man damit ein Schema geschaffen, an dessen Hand es möglich ist, die konkrete Wirklichkeit zu deuten » (p. 90-91).

179 Cit. in : Marie-Claire Robic, « La ville, objet ou problème ? La géographie urbaine française (1890-1960) », Sociétés contemporaines 49-50, 2003, (p. 107-138), p. 110-111.

180 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975.

181 Christaller a soin d’évoquer sous prétexte d’incidente biographique relative à la cartographie sa participation à la Première Guerre mondiale et sa blessure légitimante, ainsi que son implication dans la planification (« Après la Première Guerre mondiale, […] j’ai trouvé une activité intéressante dans l’Union pour la réforme agraire allemande d’Adolf Damaschke, dans le bâtiment et l’habitat. C’est ainsi que je m’essayai à la planification » : « Nach dem Ersten Weltkrieg (…) In dem Bund Deutscher Bodenreformer – Adolf Damaschke – und im Bau- und Siedlungswesen fand ich eine interessante Tätigkeit » p. 89), mais se garde bien d’évoquer la Seconde Guerre mondiale.

182 Jacqueline Carroy et Nathalie Richard (dir), op. cit.

183 Marie-Claire Robic, 2001, art. cit.

184 « Les uns dirent : c’est beaucoup trop abstrait (…), ça ne nous concerne pas. »

185 « on riait de mes hexagones ».

186 « ce n’était pas encore le temps de l’économétrie », « (c’était un temps où l’aspect spatial était encore peu considéré en économie politique) ».

187 « Entre-temps, de nombreux scientifiques de tous les pays ont continué à développer la théorie des lieux centraux ».

188 « ce sont les processus d’évaluation et les rapports des prix entre eux, en bref, la valeur économique, qui déterminent l’économie humaine » (« Wertungsvorgänge und Preisverhältnisse, kurz : wirtschaftliche Werte, sind das Bestimmende für die menschliche Wirtschaft » p. 92).

189 Conformément aux « trois dimensions d’un classique » identifiées par Marie-Claire Robic, 2001, art. cit., p. 159.

190 Équipe MIT, Tourismes 2 : Moments de lieux, Paris, Belin, Coll. Mappemonde, 2005.

191 Denise Pumain, art. cit.

192 Le rôle des Britanniques et notamment de Dickinson serait par exemple à creuser.

193 Les liens entre la théorie des lieux centraux et l’économie spatiale, formalisée à partir des années 1950 notamment à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie où Walter Isard établit un département de Science Régionale (Georges Benko, « La géographie économique : un siècle d’histoire », Annales de géographie, no 664, 2008, p. 23-49) pourraient notamment, comme l’a suggéré Marie-Claire Robic, être approfondis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma de la démarche modélisatrice de Christaller
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1492/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 2 : Le rapport au « réel » dans la géographie théorique américaine : un positionnement nomothétique et constructiviste transféré de Christaller
Crédits Source: William Bunge 1962, op. cit., fig 1.6. p. 37: The interaction of fact, theory and logic in geography)
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1492/img-2.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Figure 3 : La circulation de la théorie christallerienne des lieux centraux pivot transnational de la genèse de l’analyse spatiale
Crédits Réalisation : G. Djament-Tran
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1492/img-3.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Djament-Tran, « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 107-133.

Référence électronique

Géraldine Djament-Tran, « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1492 ; DOI : 10.4000/rgi.1492

Haut de page

Auteur

Géraldine Djament-Tran

Maître de conférences en géographie à l’université de Strasbourg, chercheuse au laboratoire SAGE – Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe – UMR 7363.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals