Navigation – Plan du site

Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann

Pascal Clerc
p. 135-146

Résumés

Le renforcement des relations entre la géographie et les questions coloniales se manifeste, au cours des deux dernières décennies du xixe siècle, par le développement d’enseignements coloniaux à la fois dans l’université et hors de celle-ci. Nous présentons ici deux leçons introductives des cours coloniaux : celles de Marcel Dubois à la Sorbonne (1893) et de Maurice Zimmermann à la Chambre de Commerce de Lyon (1899). Ces leçons permettent de situer la géographie coloniale au sein du paradigme émergent de la géographie comme science. Elle se caractérise par des relations marquées avec le monde politique et le monde des affaires. Ses zélateurs revendiquent son utilité pour l’entreprise coloniale par la précision des informations sur les espaces qu’elle fournit. La géographie coloniale se distingue donc des savoirs disciplinaires plus académiques, sans pour autant s’y opposer. Les parcours et les propositions programmatiques de Dubois et Zimmermann disent au contraire les porosités et les circulations existant au sein des savoirs géographiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Gilles Manceron (intr.), 1885 : le tournant colonial de la République, Paris, La Découverte, 2006.
  • 2 Gilles Manceron, op. cit.

1Au cours des deux dernières décennies du xixe siècle, l’empire colonial français change d’échelle. Sa superficie et sa population décuplent avec l’instauration du protectorat sur la Tunisie (1881), la conquête d’une partie du Congo (1882), le développement de l’Union Indochinoise (1883 et 1885) et le traité franco-malgache qui entérine la domination française sur l’île (1885). Vers 1900, la France domine un espace de 9,5 millions de km2 et de 50 millions d’habitants. Parallèlement, les représentations évoluent. Si le grand public n’est pas encore très sensible à ces questions, les élites politiques et économiques sont progressivement gagnées à l’intérêt des projets expansionnistes et prennent le « tournant colonial »1. Cette évolution est facilitée par la légitimité renforcée de la colonisation. Avec la conférence de Berlin (novembre 1884 – février 1885), douze États européens ainsi que l’Empire Ottoman et les États-Unis se reconnaissent un droit mutuel et régulé sur les territoires africains. Les conquêtes coloniales deviennent « licites2 ».

  • 3 Notons qu’un premier temps fort est repérable au cours des années 1860 lorsque la Société de Géogra (...)
  • 4 Numa Broc, « L’établissement de la géographie en France ; diffusion, institutions, projets (1870-18 (...)
  • 5 Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les sciences coloniales en France sous la IIIe République, (...)
  • 6 La plupart des historiens de la géographie mentionnent la création d’une maîtrise de conférences de (...)
  • 7 « Examens et cours de géographie 1899-1900 », Annales de géographie 43, 1900, p. 82-85.
  • 8 Vincent Berdoulay, La formation de l’école française de géographie, Paris, Éditions du CTHS, 1981.

2C’est dans ce contexte que l’articulation entre la géographie et les questions coloniales se renforce3. Elle coïncide avec l’institutionnalisation de la géographie française4. Des chaires ou des cours sont créées dans la plupart des universités et des autres établissements d’enseignement supérieur ; un certain nombre d’entre eux sont dédiés, en partie ou en totalité, à des enseignements coloniaux5. La première chaire de géographie coloniale, créée en 1886 à l’École libre des sciences politiques, est attribuée à Paul Pelet ; en 1893, le poste de maître de conférences qu’occupait Marcel Dubois à la Faculté des lettres de Paris6 est transformé en chaire de géographie coloniale ; en province, des cours de géographie coloniale sont créés dans les universités et les chambres de commerce (cours d’Henri Lorin à la Faculté des Lettres et à l’Institut colonial de Bordeaux à partir de 1899 et 1902, de Maurice Zimmermann à la Chambre de commerce de Lyon en 1899, de Paul Masson à Marseille…) ; on pourrait encore citer les enseignements de l’École Coloniale avec Charles Gauthiot pour la géographie, les cours d’Émile Levasseur au Collège de France ou ceux de Augustin Bernard à l’École Supérieure des Lettres d’Alger. Au cours de l’année universitaire 1899-1900, sur les vingt-cinq établissements d’enseignement supérieur dans lesquels la géographie est enseignée, près de la moitié ont un enseignement colonial7. Ajoutons que l’implication des géographes relativement aux questions coloniales se traduit aussi par leur participation aux différents « comités » coloniaux. Le but de ces comités est de créer un mouvement d’opinion favorable à la colonisation en renforçant la connaissance des colonies potentielles ou existantes. Ainsi, Paul Vidal de la Blache, Augustin Bernard et Henri Lorin sont actifs dans le premier comité, créé dès 1890, celui de l’Afrique Française8.

3Peut-on associer ce « tournant colonial » à un « tournant géographique », c’est-à-dire à une inflexion des contenus et des buts de la discipline dans le cadre de sa structuration universitaire ? Pour apporter quelques éléments de réponse, nous disposons de deux des leçons introductives des cours coloniaux : celle de Marcel Dubois en 1893 et celle de Maurice Zimmermann en 1899. Ce sont des textes fondateurs au sens où ils ont pour fonction de définir un type de savoirs géographiques, leur inscription dans ou contre le paradigme dominant, et leur insertion au sein de l’idéologie colonialiste. L’analyse de ces textes doit permettre de mieux comprendre la manière dont le projet colonial mobilise des savoirs géographiques et quelle place peut avoir la question coloniale dans la géographie académique qui se met en place. Sans délaisser les contextes spécifiques de mise en œuvre de ces enseignements, je m’intéresse plus particulièrement ici à la dimension programmatique de ces leçons : quelles finalités sont envisagées ? Quel rôle la géographie peut-elle jouer dans la pratique coloniale ? Quel type de savoirs géographiques est mobilisé pour cela ?

Deux itinéraires entre centralité et marginalité

  • 9 Avec une nuance de taille tout de même : Dubois fait partie de la dernière génération pour laquelle (...)
  • 10 Zimmermann mentionne à de nombreuses reprises dans son journal intime à quel point les cours de Vid (...)

4Avec une quinzaine d’années de décalage, les formations de Dubois (1856-1916) et Zimmermann (1869-1950) se ressemblent9. Ce sont celles de jeunes gens qui suivent un parcours d’excellence : brillantes études secondaires, entrée à l’École normale supérieure (en 1876 pour Dubois et 1891 pour Zimmermann), agrégation d’histoire-géographie de laquelle ils sortent tous deux lauréats. On pourrait encore ajouter à ces parcours parallèles la tutelle bienveillante de Vidal de la Blache, au moins pendant un temps pour Dubois et plus durablement pour Zimmermann. Tous deux sont ses élèves à l’École normale et apprécient son enseignement10. Vidal de la Blache semble avoir lui aussi une bonne opinion de ces étudiants brillants qu’il soutient dans leurs entreprises et implique dans l’aventure éditoriale des Annales de Géographie, Dubois comme co-directeur jusqu’en 1895, Zimmermann comme responsable de la « Chronique » (1895-1919), secrétaire-adjoint et secrétaire.

5Difficile d’imaginer mieux. Pourtant, tous les deux vont s’écarter (être écartés ?) du droit chemin de l’orthodoxie académique pour des raisons partiellement liées à leur goût pour la chose coloniale.

  • 11 Une évolution intellectuelle qu’il narre dans son texte : « Géographie et Géographes (à propos d’un (...)
  • 12 L’histoire de cet épisode reste à préciser. André-Louis Sanguin (Vidal de La Blache. Un génie de la (...)
  • 13 Marie-Claire Robic, « Géographie et écologie végétale : le tournant de la Belle Époque », in Marie- (...)
  • 14 Selon le géographe belge F. Kraentzel (cité par Marie-Claire Robic, « Des “services” et “laboratoir (...)

6La carrière de Dubois peut paradoxalement être considérée comme une réussite sur le plan institutionnel puisque à partir de 1893, il occupe une des rares chaires de géographie existant en France. Il a suivi auparavant les traces de son maître jusque dans ses pérégrinations professionnelles : École française d’Athènes que son premier rang à l’agrégation lui permet d’intégrer, puis faculté des lettres de Nancy où, dix ans après Vidal de la Blache, il est nommé maître de conférences. Entre son séjour à Athènes et la Faculté lorraine, il soutient ses thèses d’histoire grecque, mais s’oriente vers la géographie à laquelle il a pris goût en Grèce11. Jusque-là, le parcours est donc sans faute. Mais à la fin de l’année 1894 ou au tout début de la suivante, Dubois quitte la direction des Annales12. Sa conception de la géographie, appliquée, en prise avec le monde, s’opposerait à la « recherche désintéressée »13 prônée par Vidal de la Blache et Lucien Gallois. Dans un réseau de géographes très réduit et plus ou moins rassemblé derrière Vidal de la Blache, cette mise à l’écart est lourde de conséquences. Malgré son poste à la Sorbonne, Marcel Dubois est marginalisé au sein de la géographie française ; il n’écrira plus une ligne dans la revue qu’il a contribué à lancer et il sera mis spatialement au placard dans les locaux de la Sorbonne avec un bureau éloigné de ceux de ses collègues14.

  • 15 Il obtient d’abord de rester un an de plus à l’École, comme beaucoup des meilleurs élèves le font, (...)
  • 16 Pascal Clerc, « Les voyages de Maurice Zimmermann en Afrique du Nord (1908-1930) : Pratiques spatia (...)

7Si pour résumer grossièrement le parcours de Dubois, on peut mettre en avant ces deux périodes : l’une dans le sérail des géographes, l’autre en dehors, le cas de Zimmermann est très différent puisque durant toute sa carrière, il fut à la fois en marge et dans les réseaux académiques. C’est à partir de 1895 qu’il s’installe progressivement dans cette situation. Il vient de réussir l’agrégation. Sous la tutelle de Vidal de la Blache, il prend des responsabilités au sein des Annales de Géographie et engage les recherches préparatoires pour une thèse consacrée au régime glaciaire des régions polaires boréales. Mais, plutôt que de rejoindre un poste en province comme le font généralement les nouveaux agrégés, il reste à Paris au-delà de ce qui acceptable15. Qu’y fait-il ? Tout et rien à la fois ; il se disperse, papillonne, avec une tendance remarquable à la procrastination. Il fait quelques recherches pour sa thèse puis semble changer de sujet, il donne quelques cours particuliers de nature alimentaire, collabore marginalement à quelques revues (si l’on excepte sa participation aux Annales de géographie) et profite intensément de la vie parisienne. En 1899, il présente sa candidature à un poste d’enseignant d’histoire et de géographie coloniales à la Chambre de commerce de Lyon. Cette bifurcation est décisive. Zimmermann ne quittera plus cette ville. Pendant près d’un demi-siècle, il y enseigne la géographie, coloniale en particulier. Il n’achèvera jamais sa thèse, pour autant qu’il l’ait commencée, et passera toute sa carrière entre la Chambre de commerce et l’Université, passant d’activités académiques, comme sa collaboration à la Géographie Universelle, à des chroniques dans la presse locale, des expertises pour la Chambre ou l’encadrement de voyages coloniaux16.

La géographie coloniale en Sorbonne et dans une chambre de commerce

  • 17 Marcel Dubois, « Leçon d’ouverture du cours de géographie coloniale. Faculté des Lettres (14 décemb (...)
  • 18 Les maîtrises de conférences ont été créées en 1877 dans le cadre de la mise en place de véritables (...)
  • 19 Marcel Dubois, op.cit., 1894, p. 121.
  • 20 Ibid., p. 121.
  • 21 Ibid., 1894, p. 122.

8Le 14 décembre 1893, Marcel Dubois expose sa « Leçon d’ouverture du cours de géographie coloniale » à la Faculté des Lettres de Paris. L’événement est d’importance pour la communauté des géographes et la leçon est publiée in extenso dans les Annales de Géographie17. La chaire de géographie coloniale dont Dubois devient le titulaire prolonge huit années d’enseignement, en partie sans doute sur les mêmes thématiques, en tant que maître de conférences18. Cette chaire est créée à la Sorbonne, mais elle émane du sous-secrétariat d’État aux Colonies et pas du Ministère de l’Instruction publique ; elle émarge par conséquent au budget des Colonies. D’ailleurs, Dubois, dans son propos liminaire, remercie d’abord « les patrons et les fondateurs de l’enseignement de la géographie coloniale »19 Émile Jamais, Théophile Delcassé et Émile Chautemps qui furent sous-secrétaires d’État aux Colonies, ou Ministres des Colonies lorsque la fonction devient celle d’un ministre de plein exercice. C’est seulement dans un second temps qu’il remercie les responsables des instances académiques : Raymond Poincaré Ministre de l’Instruction publique, Louis Liard directeur de l’enseignement supérieur et Louis-Auguste Himly Doyen de la Sorbonne. Comme il le souligne, Dubois n’est « pas l’élu de ses collègues20 ». Cette situation créée des devoirs ; à minima, elle oblige à quelques préventions. Dubois souligne que si l’orientation et l’origine de la chaire dont il devient titulaire l’obligent à se frotter aux « préoccupations les plus passionnantes de notre vie nationale », il n’en a pas moins le devoir de conserver « la sérénité scientifique21 » qui sied à une chaire universitaire. La géographie apparaît dans ce contexte comme un lieu de rencontre entre deux sphères aux limites poreuses : le monde académique et le monde politique.

  • 22 L’appellation est abusive pour la fonction occupée par Zimmermann même si les responsables de la Ch (...)
  • 23 Ces informations sont tirées des archives de la Chambre de commerce de Lyon (Comptes rendus de la C (...)
  • 24 Jean-François Klein, Un lyonnais en Extrême-Orient. Ulysse Pila vice-roi de l’Indochine, Lyon, Édit (...)
  • 25 Jean-François Klein, « La création de l’École coloniale de Lyon. Au cœur des polémiques du Parti co (...)
  • 26 Deux versions de ce texte existent. La plus courte a été publiée dans la rubrique « Notes et corres (...)
  • 27 Dans une lettre du 27 octobre 1899 (lettre no 1479, volume 40 du registre des lettres de la Chambre (...)
  • 28 Discours d’ouverture des cours par Jules Isaac, le président de la Chambre de commerce (Archives de (...)

9Avec le poste de Zimmermann, il faut y ajouter le monde des affaires. Cette « chaire »22 est créée par la Chambre de commerce de Lyon en 1899. Elle répond principalement à deux motivations : concurrencer l’enseignement de l’École Coloniale parisienne et former du personnel pour les colonies, principalement pour soutenir les entrepreneurs lyonnais installés en Asie23. Le projet est lancé dès le début des années 1890. Pour la Chambre consulaire lyonnaise, cet enseignement vient compléter d’autres entreprises, en particulier l’organisation d’une exposition coloniale en 1894 et d’une importante mission en Chine (1895-1897). Il doit aussi beaucoup à la personnalité d’Ulysse Pila (1837-1909), membre très actif de la Chambre de Commerce, inlassable militant de la cause coloniale et maître d’œuvre des deux entreprises sus-citées24. Pila a la conviction que pour poursuivre l’œuvre coloniale – et dans son esprit, c’est principalement d’une colonisation économique dont il s’agit – la formation de fonctionnaires coloniaux est décisive25. Une fois le projet lancé, il convient de recruter des professeurs. Quatre enseignements sont prévus : productions et cultures coloniales, hygiène et climatologie coloniales, anglais, histoire et géographie. Vidal de la Blache a vent de l’affaire et propose à Zimmermann de se porter candidat, lui impose peut-être tant la station parisienne prolongée de son élève devenait inquiétante. En juillet 1899, ce dernier envoie sa lettre de candidature. Il est recruté et le 20 novembre, il présente sa leçon d’ouverture26. Il convient ici de préciser deux points qui soulignent l’importance accordée au cours de Zimmermann et en plus généralement à la géographie dans cette formation. Premièrement, cette leçon n’est pas l’introduction d’un enseignement spécifique. C’est la conférence introductive de l’ensemble des cours. Les autorités consulaires précisent à Zimmermann qu’en tant que « titulaire de la chaire la plus importante » il lui appartiendra de présenter son cours dans cette séance solennelle27. C’est d’autant plus notable qu’à cette époque, Zimmermann a trente ans, son expérience de l’enseignement est quasiment nulle et sa connaissance du terrain colonial très limitée. Il y a dans cette inauguration protocolaire de l’enseignement une vision de la géographie comme cadre au sein duquel se déploient les activités coloniales. Deuxièmement, la géographie passe avant l’histoire : « Le nouvel enseignement se composera, pour commencer de quatre cours. Premièrement, un cours d’histoire et de géographie professé par M. Zimmermann. C’est en effet l’ignorance de l’histoire coloniale, et surtout de la géographie, qui a fait échouer en partie tant de tentatives de colonisation28 ». Dès lors, le ton est donné, à Lyon en tout cas : point de salut (colonial) sans géographie.

La géographie pour l’analyse précise des territoires

  • 29 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 133. Il reprend ce propos presque à l’identique dans une conféren (...)
  • 30 Maurice Zimmermann, op. cit., 1899, p. 160. Toutes les références à la leçon introductive de Zimmer (...)
  • 31 Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, (...)
  • 32 Maurice Zimmermann, « La forêt à Madagascar », Annales de Géographie 37, 1899, p. 74-82.

10L’atout de la géographie, c’est la connaissance fine des territoires, la capacité à étudier le monde colonial dans ses infinies nuances. Le géographe, c’est celui qui, dépassant les représentations globalisantes, expose la diversité du monde. Dubois dénonce ces représentations : « Parle-t-on de l’Afrique, les imaginations enflammées rêvent une terre partout exubérante de végétation, de richesses animales, oublient les déserts, les savanes, les steppes et appliquent massivement à 30 millions de kilomètres carrés la définition tout idéale d’un paysage des tropiques : comme si l’Afrique était une et cohérente29. » De ce fait, comme l’indique Zimmermann, « On ne saurait donner les mêmes conseils pour la mise en valeur du Tonkin que pour celle de l’Annam, du Laos et de la Cochinchine. Et dans le Tonkin même, il y a tout autre chose à faire dans les hautes terres et dans le delta30 ». Écrivant cela, ce dernier, sans expérience des espaces coloniaux, s’appuie sur plus de vingt ans de publications consulaires lyonnaises qui, en particulier pour l’Indochine, sont très précises sur les différences entre les caractéristiques et donc les potentialités de territoires aussi divers que la Cochinchine et le Tonkin notamment. Ces précisions sont fondamentales car elles conditionnent les entreprises économiques dans les colonies. Ce corpus de connaissances géographiques est le résultat d’enquêtes de terrain. De nouveau, le lien avec les pouvoirs politiques et économiques peut être mis en avant : ces missions sont souvent financées par les Chambres de commerce ou les différents « comités31 ». Elles ont essentiellement une dimension pratique. Zimmermann s’en fait d’ailleurs le porte-parole dans un des premiers textes qu’il publie, dans les Annales de Géographie, consacré aux forêts malgaches32. Il y rend compte de travaux en cours sur le sujet, travaux instruits par diverses explorations, en particulier du Guide de l’immigrant à Madagascar.

  • 33 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 130.

11Si les géographes se méfient des généralisations spatiales, ce n’est pas le cas d’une partie des économistes et Dubois consacre plusieurs pages de sa leçon à démontrer la supériorité de la méthode des premiers sur celles des seconds. Il dénonce le « dogmatisme intolérant d’une certaine école d’économistes33 » et revendique la spécificité de l’approche géographique vis-à-vis de travaux trop généraux qui ne distinguent pas la spécificité des milieux et, pire encore, appliquent des modèles européens sur des espaces africains ou asiatiques.

  • 34 Ibid., p. 130.
  • 35 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 159.

12À la variété des milieux correspond une extraordinaire diversité humaine, elle aussi négligée par certains économistes. Sans utiliser l’expression, Dubois dénonce la mise en avant par ces derniers d’un homo oeconomicus, « d’un homme exempt de toutes les empreintes que lui donnent son métier, la classe, la nationalité et son degré de civilisation34 ». Zimmermann de son côté consacre plusieurs paragraphes à une énumération de la diversité des peuples colonisés, mobilisant au passage les stéréotypes les plus étroits de l’époque : « la race fine, industrieuse et paisible » des deltas indochinois, l’« incorrigible indolence » des habitants des plateaux laotiens ou, à Madagascar, « le Hova cauteleux, imitateur et paisible35 ».

  • 36 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 133.
  • 37 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 157. Un exemple que Dubois prend aussi dans sa conférence Les colo (...)
  • 38 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 157.
  • 39 Ibid., p. 158.

13Négliger cette diversité des milieux et des hommes conduit à la fameuse « ignorance géographique » que Dubois et Zimmermann ne manquent pas de dénoncer. Dubois s’étonne du fait que des hommes pourtant « instruits […] [aient] pu croire que des soldats de la sèche Algérie rendraient d’utiles services dans les humides parages du Gabon-Congo36 ». Cette ignorance a de funestes conséquences. Zimmermann, lui, rappelle quelques épisodes malheureux. Certains correspondent à de mauvais choix politiques : ainsi en 1884 quand les comptoirs français du Niger sont laissés aux Anglais, puis lorsqu’en en 1890, « faute de connaître la situation réelle de la Compagnie du Niger et la valeur des pays haoussas, ils [les Français] abandonnèrent d’un fatal trait de plume la partie la plus riche du Soudan en échange des étendues stériles du Sahara37 ». À deux reprises au moins, c’est le Royaume-Uni, la principale puissance rivale de la France dans la course aux colonies, qui aurait bénéficié des carences en géographie des politiciens, militaires et diplomates français. Ce rapport de force défavorable est à mettre en relation avec les vertus, réelles ou fantasmées, de l’éducation géographique britannique. Sur le plan technique, l’ignorance géographique est lourde de conséquences. Ainsi, Zimmermann montre-t-il que les Français « ne purent venir à bout, malgré d’énormes dépenses, du chemin de fer du Sénégal au Niger38 ». Il mentionne en particulier les avatars de la construction du tronçon de Kayes (dans l’actuel Mali) pour lequel, l’ensemble du chantier dut être repris en raison de la méconnaissance de la pédologie, de la biologie et de la climatologie tropicale et de l’application irréfléchie des « règles usitées en France39 ». Par conséquent, les remblais furent emportés par les pluies, les traverses dévorées par les fourmis et le matériel rendu intransportable par une mauvaise connaissance de la saisonnalité.

Un préalable et un guide pour l’action

  • 40 Ibid., p. 160.

14La connaissance précise des espaces géographiques coloniaux ne relève donc pas d’un projet académique, un projet de présentation tendant à l’exhaustivité comme le seront maintes monographies régionales. Elle est directement liée à des préoccupations très pratiques. Elle est un préalable à l’action en terrain colonial. Comme l’écrit sans détour Zimmermann : « En toute espèce d’affaire, il faut savoir de façon précise sur quel terrain l’on opère et ce que l’on a l’intention de tenter »40. La compétition coloniale exige ces connaissances fines et Zimmermann comme Dubois livrent à leur auditoire de nombreux exemples des savoirs géographiques nécessaires aux différentes situations et projets coloniaux : fertilité et nature des sols pour la mise en valeur agricole ; connaissance du sous-sol pour l’exploitation des ressources ; relief, conditions géopolitiques, formes des côtes… pour les infrastructures de circulation.

  • 41 Marcel Dubois, op. cit., 1897, p. 15.
  • 42 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 126.
  • 43 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 124.

15Au sein de l’Université ou à la Chambre de commerce de Lyon, Dubois et Zimmermann défendent un projet de géographie appliquée. Ce n’est pas anachronique que de l’écrire ainsi. L’expression apparaît sous la plume de Dubois dans sa conférence de 1896 : « la géographie sera une science appliquée ou ne sera pas41. » Il convient néanmoins de différencier les situations ; les deux géographes n’opèrent pas dans le même cadre. Dubois revendique cette orientation au sein de l’Université. Sa position est délicate ; il doit défendre, « dans cette demeure de la science la plus haute et la plus désintéressée42 », une géographie utile aux entreprises nationales et « capable de guider l’activité des sociétés humaines43 ».

  • 44 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 122.

16Convaincu que la science (dans sa dimension académique et a priori désintéressée) ne se discrédite pas à éclairer les sociétés, Dubois semble compter sur les conditions même de création de sa chaire ; il mentionne le soutien du directeur de l’enseignement supérieur Louis Liard qui défendrait l’idée selon laquelle « en prenant contact avec les préoccupations les plus passionnantes de notre vie nationale, la Faculté ne perdrait rien de la sérénité scientifique qui est son honneur44 ».

  • 45 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 161.

17La situation de Zimmermann est plus simple : il est recruté par la Chambre de commerce pour préparer ses auditeurs à des carrières coloniales. L’enseignement dispensé est donc clairement orienté par cette finalité. C’est un véritable plan de bataille que préparent Zimmermann et ses collègues : « la concurrence est rude, nos rivaux bien armés. Il faut que les hommes que nous envoyons là-bas [en Chine dans cet exemple] soient une élite, ayant autant que possible la santé, les moyens d’action, mais aussi l’instruction spéciale indispensable45. »

Géographie coloniale ou géographie des colonies : quels enjeux ?

  • 46 Jules Duval, « Des rapports entre la géographie et l’économie politique (Discours lu à la société d (...)
  • 47 Levasseur à qui Dubois rend un hommage appuyé dans un texte de 1914 (Marcel Dubois, « Géographie et (...)
  • 48 Pascal Clerc, « Émile Levasseur, un libéral en géographie », L’Espace Géographique 1, 2007, p. 79-9 (...)
  • 49 Cité par Philippe Marchand, (prés.), L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Te (...)

18Cette question du sens et surtout de l’utilité d’un enseignement géographique prend place au sein d’un débat plus large sur l’identité de la géographie et son positionnement dans la sphère des savoirs. Rappelons d’abord que ces questions ne sont pas nouvelles. En 1863, Jules Duval – ancien responsable d’une exploitation agricole en Algérie, journaliste spécialiste des questions coloniales et membre de la commission centrale de la Société de Géographie de Paris – fait une conférence dans laquelle il plaide pour la promotion d’une autre géographie, essentiellement « économique » (le qualificatif est nouveau), dont la fonction première serait de guider « chaque race dans l’établissement de ses colonies »46. Ce sont les mêmes préoccupations qui animent Émile Levasseur47 lorsqu’il tente de faire passer dans les programmes scolaires de l’enseignement secondaire spécial puis secondaire classique en 1866 puis 1872 de nouveaux contenus disciplinaires fort éloignés de la « tradition » des géographies historique et administrative48. Si certaines propositions de Levasseur sont restées lettre morte, cette orientation qu’il souhaite donner à la géographie n’est pas oubliée par les responsables de l’instruction publique. Ainsi Charles Zévort, le Directeur de l’enseignement secondaire, qui en 1886 condamne la « géographie encyclopédique » et encourage au développement d’une « science qui nous renseigne sur les ressources économiques des peuples étrangers, qui signale leurs produits naturels, qui insiste sur les facilités d’extraction et de mise en œuvre des matières premières (…) qui nous montre par là où nous en sommes nous-mêmes, quels efforts nous avons à faire, quel terrain à regagner, quelles positions à conserver ou à défendre49 ».

  • 50 Georges Hardy défendra la position inverse dans Géographie et colonisation, Paris, Gallimard, 1933  (...)
  • 51 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 464.

19Les questions coloniales, plus généralement le projet de mise en valeur de la planète, sont le premier domaine de promotion d’une géographie utile. C’est pour cette raison que Dubois plaide pour l’usage du syntagme « géographie coloniale » contre ceux50 qui préféraient « le titre de “géographie des colonies françaises”51 ». La « géographie des colonies », comme celle des Alpes ou de l’Amérique, renvoie à ses yeux à l’identification d’un objet spatial – les colonies – auquel on applique une méthode géographique sans spécificités particulières. Pour lui, une approche géographique des colonies ne peut être sur ce registre, elle est « coloniale » ; l’épithète modifie la qualité du substantif. Plus qu’une manière d’envisager les colonies, la géographie coloniale est une manière de pratiquer la géographie en vue de la mise en valeur des espaces.

  • 52 Marie-Claire Robic, op. cit., 1992, p. 247.
  • 53 Olivier Soubeyran, « La géographie coloniale. Un élément structurant dans la naissance de l’École f (...)

20Cette orientation disciplinaire s’oppose à la vision d’une science « désintéressée » mise en avant par Lucien Gallois52. Ces deux positions, celle de Dubois et celle de Gallois, entrent en conflit lors de la « La bataille des Annales »53 qui aboutit en 1895 à la fin de la collaboration de Dubois à la revue. À la suite des travaux d’Olivier Soubeyran, on a sans doute accordé trop d’importance à ce conflit ; plus précisément, l’écart entre les positions épistémologiques de Dubois et de Gallois a été surinterprété pour signifier, après la « mise à l’écart » de Dubois, la fin de ce courant au sein de la géographie académique et en particulier des Annales de Géographie.

21Dubois et Zimmermann n’ont pas, dans leurs leçons introductives, le même souci de préciser leurs positions paradigmatiques. Le mot « géographie » ou des termes dérivés reviennent à 66 reprises dans le texte du premier, contre 5 seulement chez Zimmermann. Effet de contexte sans doute. Les exigences académiques de l’université imposent plus que le seul programme d’action que livre Zimmermann aux responsables de la Chambre de commerce de Lyon. Parcours professionnel des auteurs aussi. Dubois n’est pas un débutant, ses idées se sont affermies entre Nancy et son premier poste parisien, il a aussi le souci récurrent de préciser ses positions épistémologiques. Ce n’est pas le cas pour Zimmermann qui ne fera d’ailleurs jamais montre de préoccupations réflexives très poussées.

  • 54 Marcel Dubois, « L’avenir de l’enseignement géographique », Revue internationale de l’enseignement, (...)
  • 55 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 124.
  • 56 Marcel Dubois, op. cit., 1888.

22Tous les deux sont cependant sur la même ligne quant à la géographie qu’ils veulent développer : une géographie globale, à la fois physique et humaine, et une géographie explicative, au-delà des descriptions. Ils conçoivent la géographie comme la science des rapports entre les sociétés et les milieux sans discordance avec la proposition scientifique de Vidal de la Blache. Dubois en particulier met en garde contre un « démembrement »54 possible de la géographie avec l’intégration d’une partie des savoirs dans les sciences de la nature et de l’autre dans l’histoire et la science politique. Au-delà de la référence/révérence quasi-obligée à Vidal de la Blache, c’est Ritter qui retient l’attention. Comme Ritter l’a « souhaité55 », c’est l’étude des rapports de l’homme avec la terre qui est au cœur de la géographie. Plus précisément, ces rapports n’ont de sens que par rapport aux hommes et à leurs activités : « la fin de toute étude géographique est la connaissance de l’homme dans son rapport avec le sol »56. De ce fait, Dubois réfute le syntagme « géographie humaine », et prend une position plus tranchée, et plus précise, que la plupart de ses collègues qui en restent à l’idée de la synthèse. Pour lui toute la géographie est humaine, guidée par des préoccupations humaines.

23Dubois plaide avec vigueur pour un tournant géographique en lien notamment avec les questions coloniales ; Zimmermann, moins préoccupé par des considérations épistémologiques, le met en œuvre, en actes, d’abord par son enseignement à la Chambre puis par ses multiples activités. Ce tournant souhaité, c’est celui d’une géographie de la connaissance précise des milieux, d’une géographie appliquée, directement utile à la France colonisatrice. Plus largement, au-delà de la géographie coloniale, c’est pour l’insertion de la géographie dans les affaires de la cité que militent Dubois et Zimmermann.

  • 57 Olivier Soubeyran, « La géographie coloniale au risque de la modernité », in Michel Bruneau et Dani (...)

24Soubeyran y voit la modernité d’un projet géographique57, mais un projet qui sera finalement perdant face à l’orthodoxie défendue notamment par Gallois. Perdant ? Pas si sûr. Les leçons des deux géographes comme leurs parcours montrent qu’ils tiennent leur géographie à la lisière de deux ou trois mondes : l’université, la politique, les affaires. Ils ne sont pas les seuls. Au sein du mouvement colonial en particulier, la géographie française du début du xxe siècle est sans doute plus complexe qu’on l’a souvent écrit.

Haut de page

Notes

1 Gilles Manceron (intr.), 1885 : le tournant colonial de la République, Paris, La Découverte, 2006.

2 Gilles Manceron, op. cit.

3 Notons qu’un premier temps fort est repérable au cours des années 1860 lorsque la Société de Géographie de Paris voit le nombre de ses membres s’accroître très nettement et son bulletin se teinter de propos colonialistes, en liaison avec la colonisation du Second Empire (voir Daniel Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993).

4 Numa Broc, « L’établissement de la géographie en France ; diffusion, institutions, projets (1870-1890) », Annales de Géographie 459, 1974, p. 545-568.

5 Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les sciences coloniales en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

6 La plupart des historiens de la géographie mentionnent la création d’une maîtrise de conférences de « géographie coloniale » en 1885 à Paris. C’est Numa Broc (avec des articles publiés dans les Annales de Géographie en 1974 et 1978) qui, le premier, mentionne cette chaire ; à partir de là, l’affaire est entendue et le propos est repris systématiquement sans vérifications nouvelles. Mais l’examen des archives de la Faculté des Lettres (AJ/16/4747) contredit sans ambiguïté cette lecture : Dubois est nommé maître de conférence de géographie, sans plus de précision sur la nature du poste (arrêté du 13 octobre 1885). Merci à Marie-Claire Robic et Denis Wolff de m’avoir confirmé cela par leur recherche.

7 « Examens et cours de géographie 1899-1900 », Annales de géographie 43, 1900, p. 82-85.

8 Vincent Berdoulay, La formation de l’école française de géographie, Paris, Éditions du CTHS, 1981.

9 Avec une nuance de taille tout de même : Dubois fait partie de la dernière génération pour laquelle, faute de formation spécifique, on doit « s’improviser géographe » (Dubois, 1888, cité par Marie-Claire Robic, « Bertrand Auerbach (1856-1942), Éclaireur et “sans grade” de l’École française de géographie », Revue géographique de l’Est 1, tome XXXIX, 1999, p. 37-47) tandis que Zimmermann étudie spécifiquement la géographie.

10 Zimmermann mentionne à de nombreuses reprises dans son journal intime à quel point les cours de Vidal de la Blache lui semblent remarquables (Fonds patrimoniaux de la bibliothèque Denis Diderot, Lyon, carnets et journaux de Maurice Zimmermann).

11 Une évolution intellectuelle qu’il narre dans son texte : « Géographie et Géographes (à propos d’une thèse) », Le Correspondant, 10 juin 1914, p. 833.

12 L’histoire de cet épisode reste à préciser. André-Louis Sanguin (Vidal de La Blache. Un génie de la géographie, Paris, Belin, 1993) et Olivier Soubeyran à plusieurs reprises parlent de « l’éviction » de Dubois sans, à ma connaissance, fournir des références archivistiques précises. Maurice Zimmermann dans son journal intime de l’année 1895 (193/2) relate l’événement en quelques mots à la date du 10 janvier : « Je rentre pour déjeuner à 11 1/2 quand Vidal me fait prévenir qu’il a à me parler. Il me met au piquet. – Dubois le quitte et entraîne Froidevaux. Je refais la chronique des Annales. »

13 Marie-Claire Robic, « Géographie et écologie végétale : le tournant de la Belle Époque », in Marie-Claire Robic, (dir.) : Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Paris, Économica, 1992, p. 125-165, p. 147.

14 Selon le géographe belge F. Kraentzel (cité par Marie-Claire Robic, « Des “services” et “laboratoires” de la Sorbonne à l’Institut de géographie de la rue Saint-Jacques (1885-1930) : divergences et non-convergences », in Guy Baudelle, Marie-Vic Ozouf-Marignier et Marie-Claire Robic, Géographes en pratique (1870-1945). Le terrain, le livre, la cité, PUR, Rennes, 2001, p. 81-101, p. 85.

15 Il obtient d’abord de rester un an de plus à l’École, comme beaucoup des meilleurs élèves le font, mais les années suivantes (jusqu’en 1899) sortent du cadre : il se met en marge. La plupart des informations relatives à la carrière de Zimmermann sont tirées de son journal et de la série F17 (24427) des Archives Nationales.

16 Pascal Clerc, « Les voyages de Maurice Zimmermann en Afrique du Nord (1908-1930) : Pratiques spatiales et découpages de l’espace colonial », in Hélène Blais, Florence Deprest et Pierre Singaravélou : Territoires impériaux. Une histoire spatiale du fait colonial, Paris, Presses de la Sorbonne, 2011, (p. 189-210).

17 Marcel Dubois, « Leçon d’ouverture du cours de géographie coloniale. Faculté des Lettres (14 décembre 1893) », Annales de Géographie, tome III, 1894, p. 121-137.

18 Les maîtrises de conférences ont été créées en 1877 dans le cadre de la mise en place de véritables universités dotées d’étudiants, pour compléter l’enseignement des professeurs titulaires de chaires ou développer un enseignement nouveau en s’appuyant sur une procédure plus légère que pour la création de chaires.

19 Marcel Dubois, op.cit., 1894, p. 121.

20 Ibid., p. 121.

21 Ibid., 1894, p. 122.

22 L’appellation est abusive pour la fonction occupée par Zimmermann même si les responsables de la Chambre de Commerce en usent.

23 Ces informations sont tirées des archives de la Chambre de commerce de Lyon (Comptes rendus de la Chambre de Commerce de Lyon, procès-verbaux des séances, fonds enseignement : ENS 013, ENS E46, ENS E47, fonds REL 009).

24 Jean-François Klein, Un lyonnais en Extrême-Orient. Ulysse Pila vice-roi de l’Indochine, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1994.

25 Jean-François Klein, « La création de l’École coloniale de Lyon. Au cœur des polémiques du Parti colonial », Outre-Mers 352-353, tome 94, 2006, p. 147-170 et Jean-François Klein, « Pour une pédagogie impériale ? L’École et le Musée colonial de la Chambre de commerce de Lyon (1890-1947) », Outre-Mers 356-357, tome 95, 2007, p. 35-61.

26 Deux versions de ce texte existent. La plus courte a été publiée dans la rubrique « Notes et correspondance » des Annales de Géographie (Maurice Zimmermann, « Leçon d’ouverture du cours d’histoire et de géographie coloniales. Chambre de commerce de Lyon, 20 novembre 1899 », Annales de Géographie 43, 1900 p. 76-80). L’autre version reprend la totalité de la leçon et a été publiée dans la Gazette judiciaire et commerciale de Lyon (Maurice Zimmermann, « Chambre de commerce de Lyon. Cours d’enseignement colonial. Leçon d’ouverture de M. le professeur Zimmermann », Gazette judiciaire et commerciale de Lyon 20, 1re année, mardi 28 novembre 1899, p. 155-161).

27 Dans une lettre du 27 octobre 1899 (lettre no 1479, volume 40 du registre des lettres de la Chambre de commerce de Lyon, non paginé, année 1899), la Chambre de commerce annonce à Zimmermann que sa candidature a été retenue et lui précise les conditions de mise en place de son enseignement.

28 Discours d’ouverture des cours par Jules Isaac, le président de la Chambre de commerce (Archives de la Chambre de Commerce de Lyon, dossier 12 ENS, E 46).

29 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 133. Il reprend ce propos presque à l’identique dans une conférence en 1896 (Marcel Dubois, L’enseignement de la géographie coloniale à l’école primaire. (Conférence donnée à la Sorbonne le 19 décembre 1896), Paris, Maretheux, 1897).

30 Maurice Zimmermann, op. cit., 1899, p. 160. Toutes les références à la leçon introductive de Zimmermann correspondent à la version intégrale de son texte.

31 Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin, 2009.

32 Maurice Zimmermann, « La forêt à Madagascar », Annales de Géographie 37, 1899, p. 74-82.

33 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 130.

34 Ibid., p. 130.

35 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 159.

36 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 133.

37 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 157. Un exemple que Dubois prend aussi dans sa conférence Les colonies et l’enseignement géographique, Paris, Chailley et Chalamel, 1899.

38 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 157.

39 Ibid., p. 158.

40 Ibid., p. 160.

41 Marcel Dubois, op. cit., 1897, p. 15.

42 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 126.

43 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 124.

44 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 122.

45 Maurice Zimmermann, op. cit., p. 161.

46 Jules Duval, « Des rapports entre la géographie et l’économie politique (Discours lu à la société de géographie de Paris dans sa séance publique du 1er mai 1863 par Jules Duval) », Bulletin de la société de géographie, 5e série, tome 6e, 1863, (p. 169-250 et p. 307-325), p. 245.

47 Levasseur à qui Dubois rend un hommage appuyé dans un texte de 1914 (Marcel Dubois, « Géographie et géographes (à propos d’une thèse) », Le Correspondant, livraison du 10 juin 1914, p. 833-863), paru dans Le Correspondant (p. 840-841).

48 Pascal Clerc, « Émile Levasseur, un libéral en géographie », L’Espace Géographique 1, 2007, p. 79-92.

49 Cité par Philippe Marchand, (prés.), L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiels Tome 1 : 1795-1914, Paris, INRP, 2000.

50 Georges Hardy défendra la position inverse dans Géographie et colonisation, Paris, Gallimard, 1933 : « nous ne disons pas géographie coloniale, pour n’avoir point l’air de prétendre que la géographie des colonies échappe aux règles de la géographie tout court », p. 206.

51 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 464.

52 Marie-Claire Robic, op. cit., 1992, p. 247.

53 Olivier Soubeyran, « La géographie coloniale. Un élément structurant dans la naissance de l’École française de géographie », in Michel Bruneau et Daniel Dory, Enjeux de la tropicalité. Histoire et épistémologie de la géographie, Paris, Masson, 1989, (p. 82-90), p. 85.

54 Marcel Dubois, « L’avenir de l’enseignement géographique », Revue internationale de l’enseignement, tome quinzième, 1888, p. 449-477.

55 Marcel Dubois, op. cit., 1894, p. 124.

56 Marcel Dubois, op. cit., 1888.

57 Olivier Soubeyran, « La géographie coloniale au risque de la modernité », in Michel Bruneau et Daniel Dory, Géographie des colonisations. xve-xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 193-213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Clerc, « Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 135-146.

Référence électronique

Pascal Clerc, « Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1494 ; DOI : 10.4000/rgi.1494

Haut de page

Auteur

Pascal Clerc

Maître de conférences HDR en géographie à l’ESPE de l’université Lyon 1, chercheur au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 - E.H.GO).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals