Navigation – Plan du site

Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919)

Nicolas Ginsburger
p. 147-166

Résumés

Comme en France, mais avec un décalage de quelques années, un courant de géographie coloniale se développe à la fin du xixe siècle dans l’enseignement supérieur allemand. De nombreux professeurs d’université se prononcent, à partir des années 1870, en faveur d’un mouvement d’expansion de plus en plus conquérant. Au début du xxe siècle, on constate l’arrivée à maturité professionnelle de plusieurs générations de spécialistes des terrains coloniaux qui avaient, notamment sous l’impulsion de Friedrich Ratzel et de Ferdinand von Richthofen, multiplié les travaux géographiques sur les territoires conquis par le régime wilhelmien. Un milieu spécifique est alors en cours de formation : il est inégalement implanté dans le champ disciplinaire mais a une vocation nationale. Après le traité de Versailles, ce groupe de spécialistes continue ses activités, malgré la perte des colonies, et évolue soit vers la géographie tropicale, soit vers un révisionnisme nostalgique particulièrement fort dans les années 1930.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Gerhard Sandner (1929-2013)

Texte intégral

Introduction

1Au début des années 1920 paraissent en Allemagne deux encyclopédies visant à faire le point, d’une manière générale et en particulier du point de vue germanique, sur le phénomène colonial et sur la géographie après les bouleversements politiques de la Première Guerre mondiale : il s’agit d’une part du « Lexique colonial allemand » (Deutsches Kolonial-Lexikon, DKL), déjà rédigé avant la Grande Guerre et publié en 1920, et d’autre part du « Lexique de géographie » (Banse’s Lexikon der Geographie, BLG), signé en 1923 par le géographe et orientaliste Ewald Banse (1883-1953), spécialiste de la Méditerranée orientale. Malgré leur taille (près de 1600 pages pour le BLG) et leur prétention à l’exhaustivité, aucun de ces deux ouvrages ne parle de Kolonialgeographie (« géographie coloniale »). Le DKL en restait à une conception non unitaire de l’usage de la géographie en contexte colonial, se bornant à distinguer les géographies humaine, animale et botanique1, tandis que Banse se contentait d’une définition du terme de « colonisation »2. La géographie coloniale est donc passée sous silence, alors qu’elle a été, avant 1914, une branche importante dans la connaissance et l’appropriation d’un espace allemand extra-européen. C’est que la défaite militaire de 1918 et le traité de Versailles de 1919 semblent en sonner définitivement le glas : le Reich se voit alors dépossédé de ses colonies, concentrées en Afrique subsaharienne (Togo, Cameroun, « Afrique de l’Est allemande », c’est-à-dire Tanganyika, Tanzanie, Rwanda, Burundi, et « Afrique du Sud-ouest allemande », soit la Namibie), en Océanie (Nouvelle Guinée, îles Samoa) et en Chine (le comptoir de Kiaou-Tchéou). La géographie tropicale en reprend le flambeau, sur un mode relativement différent du cas français3, et le colonialisme présent dans les savoirs géographiques se tourne désormais soit vers une nostalgie révisionniste pour les territoires perdus, forme de « néo-colonialisme » de l’Entre-deux-guerres, soit vers une Ostforschung (« recherche sur l’Est ») réclamant les zones peuplées par des populations germaniques à l’est du Vieux continent. Pourtant, juste avant le premier conflit mondial, certains géographes universitaires allemands ont bien tenté de faire émerger cette « sous-discipline », certes institutionnalisée depuis très peu de temps mais ayant fait l’objet depuis plusieurs décennies de nombreux travaux légitimes. Objet de doctorats ou d’habilitations, ils commençaient à conduire à des postes de professeurs titulaires, et étaient reconnus comme faisant pleinement partie des savoirs géographiques les plus académiques. C’est de cet effort collectif, incomplet mais réel, qu’il sera ici question.

  • 4 Dominique Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Pa (...)
  • 5 Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate. L’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (...)
  • 6 Nicolas Ginsburger, « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes (...)
  • 7 Mechtild Rössler, « Géographie et National-Socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction (...)
  • 8 Hermann Heske, « Der Traum vom Weltreich “Eurafrika”. Von der Kolonialgeographie zur geographischen (...)
  • 9 Jürgen Zimmerer, « Im Dienste des Imperiums. Die Geographen der Berliner Universität zwischen Kolon (...)
  • 10 Nicolas Ginsburger, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard criti (...)
  • 11 Emmanuelle Sibeud, op. cit. ; Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les “sciences coloniales” en (...)

2Très rares ont été jusqu’ici les travaux en français sur ce sujet, alors que la géographie exploratoire et coloniale française et anglo-saxonne connaît actuellement un regain d’intérêt4. Les études germaniques sur le terrain et la cartographie ont été récemment décrites de façon approfondie, par exemple dans le cadre de l’Empire ottoman au milieu du xixe siècle5 ou dans celui des opérations militaires de la Première Guerre mondiale, en particulier en Pologne et en Europe balkanique, considérées dans la pratique comme de véritables nouvelles colonies européennes par les occupants allemands6, la tentation nostalgique et révisionniste pour les colonies de certains géographes a été évoquée, en lien avec le national-socialisme7, mais la spécificité de la géographie coloniale au cours du IIeReich a été très peu considérée. En Allemagne, c’est d’abord dans l’optique d’une réévaluation critique de l’histoire de la géographie8, puis dans le cadre des études post-coloniales9 qu’ont été réalisés des travaux sur cet aspect méconnu de la discipline avant 1914, alors dans son « siècle d’or » et dominante dans la géographie internationale10. Pourtant, tout comme en France bien que de manière décalée, tant du point de vue des pratiques sur le terrain que de l’institutionnalisation universitaire, il a bien existé une géographie coloniale allemande, favorisée par des milieux similaires d’épanouissement de l’idéologie coloniale (industrie, commerce, banque), présente dans les sociétés de géographie, dans les structures administratives comme dans les lieux d’enseignement supérieur, et au même titre que la médecine ou l’anthropologie, elle a eu toute sa place dans ces « savoirs coloniaux » si divers11.

  • 12 Une chaire de géographie coloniale de Paris fut confiée à Marcel Dubois (1856-1916) en 1893, qui oc (...)
  • 13 Ce phénomène est spectaculairement inverse du retard supposé de l’entrée de la géographie française (...)

3C’est de sa dimension strictement universitaire qu’on veut ici parler. Partons d’une date significative : la première véritable chaire dite de « géographie coloniale » en Allemagne a été fondée en 1911, à Berlin, soit près de vingt ans après la France12, même si un poste avait été créé en 1908 à l’Institut colonial (Kolonialinstitut) de Hambourg pour y dispenser un enseignement proprement géographique à destination des élites économiques et administratives. Ce retard et ce rattrapage dans l’institutionnalisation de cette spécialité de la discipline géographique13, qui voit la fondation rapide d’une seconde chaire spécialisée à Leipzig dès 1915, sont certainement à lier à un pouvoir national d’abord réticent à l’égard de conquêtes ultra-marines, puis farouchement engagé dans une rapide mais tard venue politique d’expansion, notamment en Afrique. La question est donc aussi celle de la légitimité d’une branche nouvelle de la discipline, c’est-à-dire de l’opportunité réelle de fonder de nouvelles chaires, spécialisées dans la géographie coloniale, à une époque où la « géographie générale » et unitaire est considérée comme seule concevable à l’université, mais où le terrain colonial est jugé tout à fait légitime pour mener des études de géographie régionale.

4À ce niveau, nous souhaitons considérer la diversité des géographies coloniales allemandes avant 1914, en étudiant d’abord le champ des savoirs géographiques coloniaux en Allemagne au début du xxe siècle, à l’heure de la Weltpolitik de Guillaume II, puis en présentant la situation individuelle des premiers géographes coloniaux, pour certains titulaires de chaires spécifiquement « étiquetées » comme coloniales, mises en place entre 1908 et 1915. Il s’agit donc de mettre en valeur certaines spécificités de ce milieu universitaire, en essayant de le comparer avec le cas français dont il se distingue sur bien des plans, mais avec lequel il présente également des points communs caractéristiques. On verra donc que l’émergence d’une géographie coloniale universitaire dans la métropole allemande est caractérisée par un engagement croissant de la communauté disciplinaire, de plus en plus politique mais d’une part travaillée par une circulation des savoirs géographiques entre terrain et cabinet, d’autre part organisée de façon inégale dans le champ académique, selon un modèle polycentrique typique de « l’école allemande de géographie » mais dont les pôles d’activité varient selon les générations de spécialistes. Il s’agit donc de se demander si l’on observe, au début du xxe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’émergence d’une « école allemande de géographie coloniale », notamment structurée par l’existence d’organisations, de publications, de praticiens formant un milieu spécifique dirigé par une ou plusieurs figures dominantes et par un paradigme unificateur plus ou moins clairement formulé.

Géographie de cabinet ou de terrain ? Lobby colonial, explorateurs et géographes universitaires pendant le IIe Reich

  • 14 Imre Josef Demhardt, « Developing cartography from Namaqua- and Namaraland to Namibia. Milestone of (...)
  • 15 Manuela Fischer, Peter Bolz, Susan Kamel (dir.), Adolf Bastian and his universal archive of humanit (...)
  • 16 Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, op. cit., p. 118-119.
  • 17 Hanno Beck, Große Geographen. Pioniere – Außenseiter – Gelehrte. Dietrich Reimer Verlag, Berlin 198 (...)
  • 18 Voir la contribution de Marie-Claire Robic dans ce numéro.

5Alors que de plusieurs géographes allemands s’étaient intéressés auparavant aux régions tropicales, en particulier en Asie et en Amérique du Sud, ce n’est que tardivement que la question de l’étude de l’Afrique en général, de l’Afrique coloniale en particulier, est devenu un objet central d’études organisées chez les spécialistes germaniques, même si des explorations furent notables au xixe siècle, réunissant naturalistes, aventuriers et parfois militaires, suscitant de nombreuses publications, notamment cartographiques, dans la revue spécialisée Petermanns Geographische Mitteilungen (PGM) en particulier14. Ainsi, sur l’initiative d’Adolf Bastian (1826-1905), le directeur du Musée ethnologique berlinois (Museum für Völkerkunde) nouvellement créé15, et sur celle de la Société de géographie de Berlin (Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin), fondée en 1828, une « Société allemande pour l’exploration de l’Afrique équatoriale » (Deutsche Gesellschaft zur Erforschung Äquatorial-Afrikas) est mise en place en 1873 à Berlin, envoyant dans les années 1870 plusieurs expéditions, conduites par exemple par Gerhard Rohlfs (1831-1896), ou Paul Reichard (1854-1938) en Afrique Orientale dans les années 1880. Son vice-président est alors Ferdinand von Richthofen (1833-1905)16, personnalité centrale dans le champ allemand de la discipline géographique auquel il faut donner toute sa place. Après de nombreux voyages en Europe, en Chine, en Amérique du Nord et de nouveau en Asie dans les années 1860, il est nommé professeur titulaire de géologie à Berlin de 1875 à 1877, puis de géographie à Bonn de 1879 à 1883, à Leipzig de 1883 à 1886, enfin à l’université de la capitale impériale de 1886 à 1905 : c’est dans cette position très prestigieuse qu’il exerce un magistère fondé sur la continuité de son action (près de 20 ans) et sur son rayonnement personnel, politique et intellectuel17. À cet égard, il n’est comparable qu’à Friedrich Ratzel (1844-1904), son cadet de plus de 10 ans : zoologue de formation, ce spécialiste de l’Amérique du Nord était depuis 1876 professeur à Munich, puis lui succède à l’université de Leipzig en 1886 où il reste actif jusqu’à sa disparition, 18 ans plus tard. Il s’agit cependant de nuancer cette comparaison entre les deux hommes : s’ils ont l’un comme l’autre une formation non géographique (géologique pour Richthofen, zoologique pour Ratzel) mais une pratique intensive des voyages d’exploration et une aura théorique et scientifique indéniable, notamment servie par la stabilité de leur enseignement académique, Richthofen est dominant dans le champ de la discipline, tandis que Ratzel est plus marginal, ses théories d’Anthropogeographie ayant plus de succès auprès des géographes scolaires allemands et de ses collègues étrangers intéressés par la géographie humaine et politique18 que dans le milieu des professeurs germaniques d’université, à l’identité professionnelle plus clairement naturaliste, ce qui n’empêche pas un engagement politique, colonialiste en particulier, dépassant largement ces deux figures.

  • 19 Professeur à l’université de Strasbourg à partir de 1875 et jusqu’en 1910, il est un spécialiste de (...)
  • 20 Ce géographe particulièrement engagé politiquement et nationaliste enseigne de 1873 à 1907 à l’univ (...)
  • 21 Il est professeur à Kiel de 1879 à 1883 et à Marbourg de 1883 à sa mort.
  • 22 Arne Perras, Carl Peters and German Imperialism 1856-1918. A political Biography, Clarendon Press, (...)
  • 23 Henri Wesseling, Le Partage de l’Afrique, Paris, Gallimard, Folio histoire, 1996, p. 271-283.
  • 24 Michel Korinman, Deutschland über alles, p. 26.
  • 25 Vincent Berdoulay, op. cit., p. 55. Remarquons ici la jeunesse de Bernard et de Lorin, et leur enga (...)
  • 26 Si le magistère de Carl Ritter (1779-1859) à Berlin est très important au milieu du xixe siècle, se (...)
  • 27 Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde…, op. cit., p. 63.
  • 28 Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, op. cit., p. 119.

6En effet, la décennie des années 1880 voit se multiplier les associations colonialistes, aboutissant à la constitution d’un véritable lobby, d’un groupe de pression où les professeurs de géographie universitaire sont très présents. En 1882 est fondé le Deutscher Kolonialverein (Association coloniale allemande) à Francfort, puis à Berlin, dont certains membres sont des géographes, aux côtés des milieux de la politique, de l’industrie, du commerce et de la banque, notamment Georg Gerland (1833-1919)19, Alfred Kirchhoff (1838-1907)20, Ratzel et Theobald Fischer (1846-1910)21. En 1884, c’est la Société pour la colonisation allemande (Gesellschaft für Deutsche Kolonisation) qui est fondée à Berlin, en particulier par l’explorateur Carl Peters (1856-1918), qui monte alors une expédition en Afrique orientale en 1884-1885, prenant possession de vastes territoires après de nombreux accords avec les tribus locales, embryon des premières colonies allemandes22. Fin 1887, les deux associations fusionnent pour former la Société coloniale allemande (Deutsche Kolonialgesellschaft), qui compte 15 000 adhérents lors de sa fondation, 42 000 en 191423, et comprend dans son bureau des géographes comme Kirchhoff ou Hermann Wagner (1840-1929), professeur titulaire à Göttingen depuis 1880. En 1890, la naissance de la Ligue pangermaniste (Allgemeiner Deutscher Verband) voit encore l’engagement de Peters, mais aussi de Ratzel et de Fischer24, l’année même où est fondé à Paris le « Comité de l’Afrique Française », avec le soutien des géographes français Paul Vidal de la Blache (1845-1918), Augustin Bernard (1865-1947) et Henri Lorin (1866-1932)25. Richthofen, Gerland, Kirchhoff, Wagner, Ratzel et Fischer sont donc particulièrement représentatifs de cette génération de géographes, née dans les années 1830 et 1840, qui n’ont pas tous été formés dans des cursus académiques de géographie alors peu nombreux26, devenus universitaires au début du IIeReich, et dont l’engagement pour une politique allemande plus active en terme de colonisation a été très forte, multipliant les écrits de propagande sur ce sujet sans vraiment aller eux-mêmes sur le terrain, et ce jusqu’à ce que l’Empire développe une politique plus conquérante en la matière, surtout à partir de 189027. Remarquons, a contrario, l’absence de géographes universitaires d’envergure dans les partis libéraux et groupes de pression anti-coloniaux28 : l’engagement colonialiste des géographes allemands et français est quasi unanime, tandis que l’anticolonialisme est plus rare chez eux que dans d’autres milieux savants.

  • 29 Franz-Joseph Schulte-Althoff, op. cit., p. 91.
  • 30 Ibid., p. 120.
  • 31 Hartmut Pogge von Strandmann, « Der Kolonialrat », in Joachim Zeller, Ulrich van der Heyden (dir.), (...)
  • 32 Hans Meyer, « Die Landeskundliche Kommission des Reichskolonialamtes », Koloniale Rundschau, 12, 19 (...)
  • 33 Franz-Joseph Schulte-Althoff, Studien zur politischen Wissenschaftsgeschichte der deutschen Geograp (...)

7La question coloniale devient en effet un enjeu officiel pris en charge par l’administration du Reich, conduisant à la mise en place d’institutions permettant le financement officiel d’expéditions scientifiques, en particulier géographiques, sur le terrain. En 1885, le congrès de Berlin permet à l’Allemagne d’acquérir, sous la pression des milieux d’affaires brêmois et hambourgeois29, un Empire de plus en plus étendu. Ces nouveaux territoires font rapidement l’objet d’une attention forte, liée à la connaissance de leurs ressources naturelles et de la mise en valeur des nouvelles possessions, et notamment des arrière-pays – climats, sols, végétation, possibilités de circulation30. De nombreuses expéditions sont menées et une catégorie nouvelle de la géographie générale allemande apparaît, la géographie « des colonies », qui s’intéresse aux régions tropicales marquées par la présence d’une population de culture allemande, à savoir l’Afrique subsaharienne mais aussi l’Amérique latine (le sud du Brésil notamment) ou encore à l’Asie du Sud-Est. Ces études ont d’abord pour cadre un organe officiel de l’Auswärtiges Amt (Ministère des Affaires Etrangères), le Reichskolonialamt (Office impérial aux colonies), fondé en 1890, et le Reichskolonialrat (Conseil colonial), comité consultatif créé en 1892, qui ne comprend à l’origine qu’un seul géographe, l’explorateur Georg Schweinfurth (1836-1925), rejoint en 1895 par Richthofen31. Cependant d’autres institutions sont mises en place pour développer une politique ultramarine, notamment l’Institut océanographique (Institut für Meereskunde) de l’université de Berlin, fondé en 1900 par Richthofen, à la suite de la Flottengesetz (« loi maritime ») destinée à doter le régime d’une flotte militaire plus importante. Une « commission géographique pour l’exploration des colonies allemandes » (Landeskundliche Kommission zur Erforschung der Deutschen Schutzgebiete) est enfin créée en 1905 au sein du Kolonialamt, où siègent à partir de 1908 Albrecht Penck (1858-1945), le successeur de Richthofen à l’université de Berlin en 1906, et le géologue Karl Schmeisser (1855-1924), directeur de la Preussische Geologische Landesanstalt (Office géologique prussien)32. Cet organisme ne fait pas en lui-même des recherches, mais a pour objectif de permettre des explorations en les finançant et en publiant leurs résultats. Vingt ans après le congrès de Berlin, l’année 1905 est donc un tournant pour l’organisation des études géographiques à destination des nouvelles colonies, au moment où la rivalité franco-allemande est ravivée par des ambitions internationales opposées. Relevons à ce niveau la figure de Theobald Fischer : ce spécialiste de l’Afrique du Nord et de la Méditerranée, professeur titulaire à Marbourg, fut particulièrement engagé dans les débats autour de la première crise marocaine de 190533. À sa mort, en 1910, le géographe colonial français Augustin Bernard, professeur à la Sorbonne depuis 1902, lui rend un hommage remarquable dans les Annales de géographie : le décrivant comme « un des meilleurs géographes allemands », il insiste sur ce qui peut sembler, du côté allemand, comme une banalité, à savoir le fait qu’ « une de [s]es originalités, c’est que sa science n’était pas purement livresque : presque chaque année, il entreprenait quelque voyage d’études dans les pays méditerranéens. Bien qu’il ne fût plus jeune et que sa santé fût délicate, il accomplit au Maroc de pénibles explorations ». Son travail de terrain colonial est donc souligné, mais aussi son engagement politique, que Bernard note de façon très positive :

  • 34 Augustin Bernard, « Nécrologie : Theobald Fischer », Annales de géographie, 1910, vol. 19, no 108, (...)

Colonial et patriote, Th. Fischer avait l’esprit assez large pour comprendre le patriotisme des autres : « C’est bien votre devoir, m’écrivait-il en 1904, de combattre pour les intérêts français, et vous me connaissez assez pour savoir que j’admire toujours le patriotisme qui distingue votre nation… Je crois connaître le Maroc assez bien pour être tout à fait sûr que la « pénétration pacifique » est impossible. Si la France veut être maîtresse au Maroc, elle devra le conquérir. Sans aucun doute, la France vaincra tous les obstacles, mais à quel prix ! » Ce n’est pas ici le lieu de discuter les idées contenues dans ces lignes, mais elles font assez d’honneur à celui qui les a écrites pour qu’il m’ait paru opportun de les reproduire34.

  • 35 Florence Deprest, op. cit., p. 149-166.

8Bernard témoigne donc ici des contacts épistolaires pouvant lier les géographes français et allemands au début du xxe siècle, mais aussi des opinions nationalistes de Fischer, même s’il se garde d’évoquer la crise de 1905 et s’il ne cite de sa correspondance avec le professeur de Marbourg que ce qui peut servir la cause française en général, ses propres positions politiques en particulier35.

  • 36 André Chéradame, De la Condition Juridique des Colonies Allemandes, Paris, Plon-Nourrit, 1905.
  • 37 Numa Broc, « La géographie française face à la Science allemande (1870-1914) », Annales de géograph (...)
  • 38 Rudolf Hafeneder, op. cit.
  • 39 Imre Josef Demhardt, Der Erde ein Gesicht geben. Petermanns Geographische Mitteilungen und die Ents (...)
  • 40 Heinz Peter Brogiato, Wissen ist Macht, p. 246-268.
  • 41 Alexander Honold, Oliver Simons (dir.), Kolonialismus als Kultur. Literatur, Medien, Wissenschaft i (...)
  • 42 Les produits de Reimer sont donc proches de ceux de Perthes, dans le cadre d’une concurrence commer (...)
  • 43 Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate…, op. cit.
  • 44 Jean-Pierre Nghonda, Elvis Fang Kah, Zacharie Saha, Mesmin Tchindjang, « Pioneer work of German Car (...)
  • 45 Rudolf Hafeneder, Deutsche Kolonialkartographie, annexes, p. 157-158.
  • 46 Robert B. Munson, The nature of christianity in Northern Tanzania, Environmental and Social change (...)

9Cette concurrence internationale est également révélée par l’activité cartographique qui se développe de part et d’autre du Rhin concernant l’Empire colonial allemand. Ainsi, lorsqu’est publiée à Paris, à la demande officielle du ministère français des colonies, un ouvrage massif sur les possessions allemandes, en fait une thèse de droit, écrite par le juriste, publiciste et journaliste géopoliticien André Chéradame (1871-1948), spécialiste de l’Europe centrale et du pangermanisme, faisant une description inquiète du mouvement d’expansion germanique36, ce n’est pas par la lecture des ouvrages de géographes universitaires qu’il trouve l’essentiel de ses informations, mais par la consultation intense d’ouvrages de cartographie, en particulier ceux de l’Institut Perthes de Gotha, quasi « ministère de la géographie » dans l’Allemagne bismarckienne puis wilhelmienne37. La politique coloniale allemande a en effet trouvé un soutien majeur dans les puissantes éditions cartographiques et géographiques spécialisées de l’époque, partant chez les géographes scolaires (Schulgeographen)38. Dans l’entreprise Perthes, éditrice des PGM et de nombreuses publications en matière de cartographie, en particulier des cartes murales ou des atlas très réputés39, c’est Paul Langhans (1867-1952) qui est le plus représentatif de positions nationalistes, pangermanistes et colonialistes affirmées40. Elève de Ratzel qui lui avait montré à Leipzig l’exemple d’un enthousiasme intense pour la colonisation, il entre très jeune (22 ans) en 1889 chez Perthes et y développe, à partir de 1897 et jusque dans les années 1930 une intense activité de cartographie « coloniale », envisagée au sens large, s’intéressant autant aux possessions africaines (Schutzgebiete) qu’aux populations germanophones implantées (Siedlungen) en Amérique du Nord et du Sud, en Europe orientale et en Russie, mais aussi à la marine ou à l’armée allemandes. Membre du Deutschbund de Friedrich Lange en 1895, association pangermaniste très active, profondément impérialiste et antisémite, il fonde en 1901 le supplément Deutsche Erde (« Terre allemande ») de la revue de géographie scolaire Geographischer Anzeiger (« Bulletin géographique ») particulièrement engagé dans la promotion du pangermanisme, du nationalisme et du colonialisme, et dirige les PGM de 1909 à 1937. Son engagement politique et éditorial montre bien l’écho que les thèmes coloniaux pouvaient rencontrer dans les milieux de la géographie scolaire allemande, mais aussi dans des institutions comme les PGM de Gotha, références mondiales en matière de cartographie et débouchés majeurs pour les études scientifiques et les récits de voyage des explorateurs, puis des géographes universitaires. Ici aussi, on voit le signe d’un intérêt fort des géographes professionnels pour la politique coloniale de Guillaume II, et d’un soutien, notamment financier, pour les travaux ayant un lieu avec les savoirs coloniaux, participant en tout cas à une « culture coloniale » en plein développement au début du xxe siècle41. Cependant les travaux de Langhans montrent également une dimension importante des travaux allemands liés à la géographie et la cartographie coloniale : le travail de cabinet, la compilation de données servant un dessein et un discours politiques et vulgarisateurs particulièrement virulents. Ceci doit cependant être relativisé par les travaux de la maison d’édition cartographique berlinoise de Dietrich Reimer (1818-1899)42 : si ce dernier, éditeur historique des cartes de Ritter et de Heinrich Kiepert (1818-1899), puis du fils de ce dernier Richard Kiepert (1846-1915)43, avait abandonné depuis 1891 la direction de sa maison d’édition pour des raisons de santé, une nouvelle génération de cartographes coloniaux émerge dans les années 1890. L’atlas colonial de référence publié à partir de 1895 par son entreprise (Kleiner puis Grosser Kolonialatlas) est ainsi signé par les cartographes coloniaux Paul Sprigade (1863-1928) et Max Moisel (1869-1920), et bénéficie du soutien officiel de la section coloniale du ministère des affaires étrangères. Or Moisel, entré à 19 ans dans l’entreprise Reimer, depuis 1892 spécialisé dans la cartographie coloniale, va sur le terrain du Cameroun allemand en 1907-1908 pour organiser des expéditions exploratoires militaires et des levés cartographiques, pour le compte de l’office colonial de l’Empire44, puis est, à partir de 1909-1910, professeur au « Séminaire des langues orientales » de Berlin (Seminar für Orientalische Sprachen), chargé d’enseigner les techniques topographiques45. Quant à Sprigade, il assiste en 1913 l’explorateur militaire Hans Gruner (1865-1943) dans sa cartographie des frontières du plateau du Togo46. La circulation des savoirs géographiques coloniaux entre terrain et cabinet, entre savants, éditeurs et milieux politiques, militaires et administratifs est encore ici particulièrement forte.

À l’école de Ratzel et Richthofen ? Générations de géographes coloniaux allemands

  • 47 Tous ces géographes sont évoqués dans le DKL et dans le BLG. Pour les références bibliographiques d (...)
  • 48 Même s’il ne s’agit pas de trop systématiser ce lien, car Ratzel et Richthofen ont eu un très grand (...)

10La possession de colonies a donc fortement marqué les géographes allemands, aussi bien dans la réduction de leurs domaines de recherche extra-européenne (à l’Afrique largement) que dans leurs objectifs. Les expéditions scientifiques se multiplient à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, voyant émerger une génération nouvelle de spécialistes de géographie des colonies47, qui ont comme particularité de ne plus être des explorateurs naturalistes, mais bien des universitaires professionnels, ayant suivi un cursus légitimant et pouvant de ce fait prétendre installer leur champ d’étude dans le cadre académique. En la matière, il s’agit d’insister sur ce point : il y a un lien assez fort en Allemagne entre explorations et géographie coloniale, dans la mesure où beaucoup de géographes spécialistes des questions coloniales sont aussi des explorateurs, ce qui n’est pas le cas en France où les géographes qui s’intéressent aux colonies sont d’abord des savants de cabinet (Dubois, Zimmermann) puis des hommes qui vont sur le terrain pour faire des recherches mais ne sont plus du tout dans une logique d’expédition. Au début du xxe siècle, les savoirs géographiques coloniaux allemands sont fondamentalement liés à l’étude et à la pratique directe du terrain. Il faut cependant distinguer à ce niveau au moins trois générations de spécialistes à la veille de la Grande Guerre : d’abord ceux qui ont effectué leur travail de terrain de façon individuelle ou comme experts d’expéditions militaro-scientifiques, ressentant tardivement l’impulsion de Richthofen et de Ratzel ; ensuite ceux qui ont été formés et soutenus par ces deux figures48, et enfin ceux qui vont faire l’étude scientifique des colonies allemandes de manière organisée, notamment par la Kolonialgesellschaft et la commission géographique de 1905, après la disparition quasi simultanée de Ratzel et Richthofen, mais sous l’impulsion de leurs successeurs. Pour appréhender ces différentes générations de géographes coloniaux, il s’agit donc de rentrer dans le détail des parcours personnels, marqués par l’intense mobilité des formations et des carrières dans un champ disciplinaire polycentrique.

  • 49 Else von Volkmann, Hans Meyer. Der Mann vom Kilimandjaro. Verleger, Forscher und Mäzen, Munich, 200 (...)
  • 50 Ute Wardenga, Geographie als Chorologie. Zur Genese und Struktur von Alfred Hettners Konstrukt der (...)
  • 51 Avec Karl Sapper (1866-1945), professeur titulaire et lui-aussi spécialiste de l’Amérique du Sud.
  • 52 Il fonde en 1895 la prestigieuse revue Geographische Zeitschrift et la dirige jusqu’en 1935.

11À la première génération, celle du tournant des années 1850 et 1860, appartiennent plusieurs personnalités dominantes de la géographie allemande du début du xxe siècle. Trois hommes sont, en la matière, particulièrement remarquables bien qu’ils appartiennent encore à la génération des explorateurs solitaires et ne fassent pas de la géographie coloniale universitaire leur unique activité professionnelle et scientifique. Hans Meyer (1858-1929)49 est ainsi issu d’une famille d’éditeurs et d’universitaires, il entreprend des études à Strasbourg en histoire et sciences juridiques, à Berlin et Leipzig en géographie et ethnologie auprès de Richthofen et Ratzel, soutenant en 1881 une thèse d’histoire économique, après laquelle il fait, en 1882, un voyage autour du monde. De retour en Allemagne, il devient en 1884 co-propriétaire et directeur de l’Institut bibliographique (Bibliographisches Institut) de Leipzig qu’avait créé son père, puis, en 1885, son directeur de publication, ceci pour près de 30 ans. À ce titre, il entreprend de nombreux voyages d’exploration scientifique, en particulier en Afrique orientale (1886/87, 1888, 1889, 1898, 1911), marqués par son ascension et ses observations du Kilimandjaro, puis en 1894 aux îles Canaries, en 1903 en Equateur. En 1905, il compte parmi les fondateurs de la commission géographique et la préside jusqu’en 1929, obtenant en 1907 un doctorat à titre honoraire, puis en 1912 la Eduard-Vogel-Medaille de la Gesellschaft für Erdkunde zu Leipzig (« Société de géographie de Leipzig ») dont il fut le président pendant plus de 40 ans. Meyer est donc le véritable chef d’orchestre de la géographie coloniale allemande au début du xxe siècle, à la fois comme homme de terrain, explorateur reconnu et récompensé, comme spécialiste des territoires coloniaux, bien que relativement illégitime aux yeux des universitaires du fait de son parcours largement non-académique, et comme éditeur très riche, célèbre et introduit dans les milieux diplomatiques, politiques et savants, mécène toujours prêt à soutenir financièrement les travaux scientifiques dans les colonies : c’est d’ailleurs lui qui finance directement et sur ses propres deniers la création des chaires de géographie coloniale de Berlin (fondée en 1911) et de Leipzig (créée en 1915). Parallèlement, la carrière d’Alfred Hettner (1859-1941) est également remarquable50. Ayant fait ses études sous la direction des géographes les plus engagés dans le lobby colonial allemand (Kirchhoff à Halle, Fischer à Bonn, Gerland à Strasbourg), aboutissant à une thèse strasbourgeoise en 1881 sur le climat au Chili, il est l’élève de Richthofen et de Ratzel à Leipzig, habilité en 1887. De nombreux voyages en Amérique du Sud dans les années 1880 et 1890 (Colombie, Andes, Chili, Uruguay, Brésil pour le compte de l’anthropologue Bastian) le voient devenir professeur à Leipzig, Tübingen51 et Heidelberg à partir de 1899, titulaire à partir de 1906. Ses activités d’enseignement et de publication particulièrement théorique52 ne l’empêchent pas, malgré des problèmes de santé, de continuer à voyager, notamment en Égypte (1908), en Algérie et Tunisie (1912), et en Asie du Sud et de l’Est jusqu’en Sibérie (1913/14). Bien que pas beaucoup moins âgé que Meyer et Hettner, Karl Dove (1863-1922) est également typique : après des études à Göttingen et Fribourg, il soutient en 1888, à Göttingen, sous la direction de Wagner, une thèse sur le climat de l’Afrique du Sud, en rapport avec les conditions géographiques et économiques. Habilité en 1890 à Berlin, il organise, entre 1892 et 1894, un voyage d’exploration, soutenu par la Kolonialgesellschaft, pour effectuer des études météorologiques et économiques dans l’arrière pays de l’Afrique allemande du Sud-Ouest, en revenant par l’Afrique orientale et l’Egypte. Professeur extraordinaire à l’université d’Iéna entre 1899 et 1907, il reprend ses voyages d’exploration à partir de 1907, devenant en 1914 professeur honoraire à Fribourg, considéré comme l’un des meilleurs géographes allemands des colonies et de géographie économique de son époque, avec des contributions importantes à la climatologie et la géographie médicale.

  • 53 Siegfried Passarge, Adamawa ; rapport de l’expédition du comité allemand pour le Cameroun au cours (...)
  • 54 Gerhard Pansa, Geographers, vol. 10, 1986, p. 69-76.
  • 55 Leonhard Schultze-Iena, Forschungen im Innern der Insel Neuguinea; Bericht des Führers uber die wis (...)

12À une deuxième génération de géographes coloniaux appartiennent des géographes nés à la fin des années 1860, qui se spécialisent dans la géographie africaine, alors que Richthofen et Ratzel arrivent au même moment (1886) au sommet de leur carrière, respectivement à la chaire de Berlin et à celle de Leipzig. Siegfried Passarge (1867-1958) est particulièrement important. Après des études, entre 1887 et 1891, de géologie et médecine à Berlin, Fribourg et Iéna, il est diplômé en 1891 avec une thèse de géologie à Iéna, et obtient en 1892 l’examen d’Etat de médecine. En tant que tel, il participe, entre 1893 et 1894, à l’expédition du Comité allemand du Cameroun, un sous-ensemble de la Kolonialgesellschaft, pour la mise en place des frontières de cette colonie, ce qui lui permet de faire des observations géologiques, géomorphologiques et de paysages régionaux, mais aussi ethnologiques, marquées par des opinions explicitement racistes53. Après de nombreuses expéditions en Afrique, il est habilité en 1903 en géographie, auprès de Richthofen à Berlin, avec une étude célèbre sur la région du Kalahari. À Kiel, Max Eckert-Greiffendorf (1868-1938), formé par Ratzel à Leipzig, soutient en 1903 son habilitation, est Schriftführer de la section de Kiel de la Kolonialgesellschaft, puis de 1907 à 1938, professeur à la Technische Hochschule d’Aix la Chapelle et président de la section locale de la Kolonialgesellschaft. Il en est ainsi par exemple de Kurt Hassert (1868-1947). Membre de l’Alldeutscher Verband, il mène entre 1887 et 1891 des études de géographie à Leipzig et Berlin comme élève de Ratzel et de Richthofen. Il soutient en 1891 sa thèse à Leipzig, sur un sujet de géographie des pôles, puis son habilitation en 1895 sur le karst du Monténégro. Professeur successivement à Leipzig, Tübingen et Cologne, il ne visite le terrain colonial pour la première fois qu’en 1905 (en Erythrée), puis en 1907 et 1908, comme chef d’une expédition au Cameroun du nord-ouest54. Wilhelm Volz (1870-1958), formé entre 1890 et 1895 par Ratzel à Leipzig, puis Richthofen à Berlin, se spécialise à partir de 1899 sur la géologie coloniale de l’Asie, effectuant trois expéditions à Sumatra, Bornéo et Java, notamment en 1911 et 1912. Un peu plus jeune, Carl Uhlig (1872-1938) est également important. Après de longues études (1890-1898) de sciences naturelles (en particulier géologie, météorologie, botanique et ethnologie) à Heidelberg, Freiburg, Halle, Göttingen et Berlin, il est d’abord promu en 1898 à Freiburg, puis habilité en 1908 à Berlin avec une thèse sur l’Afrique orientale, après un séjour, à partir de 1900, à la division coloniale de l’Auswärtiges Amt, envoyé en Afrique orientale et méridionale allemande comme directeur de la station météorologique de Dar es Salam.. Dès 1910 et pour 27 ans, il devient professeur ordinaire de géographie à l’université de Tübingen. Enfin, le géographe-zoologue Leonhard Schultze-Iena (1872-1955) voyage pour sa part dans les colonies africaines australes allemandes, pour étudier les ressources de poissons, notamment entre 1903 et 1907, pour le compte de l’Auswärtiges Amt et l’Akademie der Wissenschaften de Berlin, puis en Nouvelle Guinée, publiant une ample étude sur ce voyage55, avant de devenir professeur à Kiel et à Iéna, puis à partir de 1911 professeur ordinaire pour 25 ans à Marbourg. Cette génération de six spécialistes est donc déjà complètement spécialisée, même si on peut observer des carrières transversales, naviguant entre le champ du terrain colonial et celui d’autres aires géographiques ou d’autres disciplines, en particulier sous l’impulsion de Ratzel et de Richthofen, au sommet de leur influence.

  • 56 Nicolas Ginsburger, « Entre Obst et Chaput : influences européennes et création de l’école turque d (...)
  • 57 Winfried Schenk (dir.), Leo Waibel – Zur Rezeption seiner Arbeiten in Brasilien, Afrika und Deutsch (...)
  • 58 Anna Pytlik, Träume im Tropenlicht. Forscherinnen auf Reisen. Elisabeth Krämer-Bannow in Ozeanien 1 (...)
  • 59 Gisela Frey, Der Njassasee und das deutsche Njassaland. Versuch einer Landeskunde, Berlin, Mitteilu (...)

13À la troisième génération, celle née dans les années 1880 et formée au début du xxe siècle, après l’« âge d’or » de Richthofen et de Ratzel, appartient par exemple Erich Obst (1886-1981), formé à Breslau, puis à Hambourg, par Passarge. Il dirige une grande expédition en Afrique orientale allemande en 1911-12, dont le premier volume des résultats lui vaut habilitation en 1913, à Marbourg, université dont il devient entre 1912 et 1915 Privatdozent, avant d’être nommé professeur ordinaire à Constantinople56. Trois élèves de Hettner sont également particulièrement notables, dont Fritz Jaeger (1881-1966) est le pionnier. Après des études de mathématiques, physique, géographie et géologie à Heidelberg, à Zurich et Berlin, il dirige en 1903-4 avec Carl Uhlig une expédition de recherche en Afrique orientale, puis, en 1906-07, une deuxième expédition dans le cadre du Reichskolonialamt, et est habilité en 1909 à Heidelberg. Leo Waibel (1888-1951) poursuit quant à lui des études de biologie, zoologie et géographie à Halle, Heidelberg et Berlin, puis soutient une thèse en 1911, sous la direction de Hettner, sur la géographie zoologique de l’Afrique tropicale, participant en 1911 et 1912 à une expédition de la société coloniale allemande au Cameroun central, avec son condisciple Franz Thorbecke (1875-1945), habilité en 1916 sous la direction de Hettner sur le Cameroun central, après deux voyages de recherches, en 1907-1908 avec le soutien du Reichskolonialamt, en 1911-1913 pour la Kolonialgesellschaft. Waibel, pour sa part, retourne en 1914 en Afrique du Sud-Ouest, mais son séjour est prolongé par la situation militaire et le blocage britannique : il ne retourna en Allemagne qu’en 191957. Remarquons à ce niveau que cette génération est marquée par un phénomène nouveau, à savoir une certaine féminisation de la géographie allemande. Ainsi, Thorbecke voyage au Cameroun en 1911-1913 avec sa femme Marie-Pauline (1882-1971), née Berthold et épousée en 1909, qui l’assiste en tant que photographe et peintre, illustre les publications de son mari et publie son propre journal de voyage58. Plus directement, une élève et assistante tardive de Penck, Gisela Frey, publie en 1914 une étude sur le lac Malawi et sa région, primée par la Kolonialgesellschaft59. Ces cinq jeunes spécialistes de terrain sont donc la nouvelle garde de la géographie coloniale allemande, dans le sillage de Passarge, de Penck et de Hettner.

La géographie coloniale allemande : ancrage local, école nationale ?

  • 60 Dominique Lejeune, op. cit.

14Cette approche en termes de générations nous permet donc de distinguer une quinzaine de géographes spécialisés, travaillant en même temps (au début du xxe siècle) sur un sujet commun (la géographie coloniale, en particulier africaine), mais elle doit être complétée en remarquant que ce groupe est également organisée en écoles locales, animées par des filiations intellectuelles, dessinant un champ disciplinaire polycentrique, avec des lieux effectifs d’exercice, des milieux propices au développement de la sous-discipline. Observons en la matière ce qui est une différence forte du champ allemand (tant à Berlin qu’à Hambourg) par rapport au cas français, à savoir une continuité sans forte discordance entre la géographie académique et celle des sociétés de géographie : alors que les Annales de Géographie et les géographes académiques de l’école vidalienne s’affirment contre la géographie – des récits d’aventure et d’explorations – des sociétés de géographie60, limitant (bien que pas de façon absolue) les liens et les échanges, les savoirs coloniaux en géographie circulent de manière assumée entre ces deux milieux en Allemagne.

  • 61 Wiebke Nordmeyer, Die Geographische Gesellschaft in Hamburg 1873-1918, Geographie zwischen Politik (...)
  • 62 Ibid., p. 30-33.
  • 63 À ce niveau, le Kolonialinstitut de Hambourg (fondé en 1908) peut être rapproché des Ecoles colonia (...)
  • 64 Wiebke Nordmeyer, op. cit., p. 102-110.
  • 65 Jens Ruppenthal, Kolonialismus als Wissenschaft und Technik. Das Hamburgische Kolonialinstitut 1908 (...)
  • 66 Gaëlle Hallair, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié d (...)
  • 67 Joachim Zeller, Ulrich van der Heyden (dir.), Kolonialmetropole Berlin – eine Spurensuche, Berlin, (...)
  • 68 Zimmerer, op. cit. ; Hans-Dietrich Schultz, « « Ein wachsendes Volk braucht Raum ». Albrecht Penck (...)
  • 69 Heinz-Dietrich Schultz, Heinz-Peter Brogiato, art. cit. ; Nicolas Ginsburger, La guerre, op. cit., (...)

15Prenons quelques exemples pour insérer la géographie coloniale dans le tissu social local (exclusivement urbain) de l’Allemagne du début du xxe siècle. Les villes du Nord et de l’Est de l’Allemagne sont particulièrement actives en la matière. Hambourg possède par exemple une Société de géographie (GGH) très dynamique61, créée en 1873, dont le président-fondateur, Ludwig Friederichsen (1841-1915), cartographe colonial et éditeur, voit son propre fils, Max (1874-1941) devenir un géographe spécialisé de l’Europe orientale et décède pendant une session de la section hambourgeoise de la Deutsche Kolonialgesellschaft dont il était membre du bureau. Cette société de géographie est particulièrement marquée par sa localisation et l’activité commerciale de la ville : parmi ses 60 membres directeurs entre 1873 et 1918, on compte 28 marchands, seulement 8 professeurs et 4 géographes et cartographes62. En 1908, Passarge, habilité en 1903, Privatdozent à Berlin en 1904-1905, puis entre 1905 et 1908 professeur ordinaire de géographie à Breslau, est nommé pour près de 30 ans professeur ordinaire de géographie au Kolonialinstitut de la ville, nouvellement créé afin de former des fonctionnaires coloniaux ou de donner l’idée, par l’apprentissage des sciences coloniales, d’aller s’installer ou d’investir pour les commerçants dans les colonies allemandes 63. Comme spécialiste de géographie coloniale, il y amène son assistant de Breslau, Obst, employé entre 1908 et 1910 comme aide et Dozent, puis le quittant pour mener une expédition en Afrique orientale allemande sous l’égide de la GGH dont Passarge avait été élu membre du Vorstand en 1909. Obst est remplacé par E. Kremer qui venait de soutenir une thèse de climatologie coloniale comparée sous la direction de Wilhelm Meinardus (1867-1952), météorologue et climatologue, professeur à Münster depuis 1906. Kremer cède lui-même la place en 1911 à Carl August Rathjens (1887-1966), spécialisé dans l’étude de l’Abyssinie et de la péninsule arabique, élève d’Erich von Drygalski (1865-1949), explorateur des pôles et professeur à Munich depuis 190664. L’institut colonial devient en 1911 une partie de l’université de Hambourg65, et Passarge y développe une pensée originale, bien que discutée à l’époque, fondée sur la notion de Landschaft (« paysage »)66, tandis que Rathjens y reste jusqu’en 1921. Quant à la capitale du Reich, « métropole coloniale » au même titre que Londres ou Paris67, on y voit se succéder plusieurs noms remarquables dans le champ des études géographiques coloniales, on l’a vu, dans le sillage de Richthofen, puis de Penck, son successeur comme professeur titulaire et directeur de l’Institut océanographique, certes plutôt spécialiste de glaciologie et géomorphologie, des Alpes et de l’Europe, mais très engagé politiquement et proche des autorités impériales68. D’autres noms sont également visibles, ceux de naturalistes en particulier présents dans le volume de 1911 de la revue de la Société de géographie de Berlin, largement ouvert aux récits de voyage coloniaux sur le terrain : le professeur de lycée berlinois E. Moritz en Afrique du Sud-Ouest, le médecin et anthropologue viennois Rudolf Pöch (1870-1921), en Afrique australe et dans le Kalahari, en 1908 et 1909, le géologue Paul Range (1879-1952) en 1908. Cependant, si la Société de géographie de Berlin semble, comme ses équivalentes parisienne et hambourgeoise, très accueillante aux travaux traitant du terrain colonial, c’est sur un mode un peu différent, beaucoup plus lié aux milieux académiques, militaires, administratifs et gouvernementaux qu’aux cercles économiques69. Par ailleurs, les villes portuaires du Nord et la capitale n’ont pas le monopole de la géographie coloniale, malgré leurs liens privilégiés avec les milieux d’affaires et les autorités impériales. À Heidelberg, l’action d’Hettner et de ses disciples est particulièrement remarquable, même s’il n’y existe pas de société de géographie active. À Leipzig, l’action de Meyer est également singulière, dans sa maison d’édition comme dans la Société de géographie de la ville, position confirmée par sa nomination en 1915 comme titulaire d’une chaire personnelle (et financée à ses frais) de géographie coloniale : il est cependant relativement isolé d’un point de vue académique, son collègue titulaire de la chaire de géographie générale, Joseph Partsch (1851-1925), n’entendant pas partager son rayonnement académique et s’engageant beaucoup moins nettement pour le colonialisme que ses deux prédécesseurs sur le poste, Ratzel et Richthofen. Remarquons enfin la faible présence de la géographie coloniale en Allemagne du Sud ou de l’Ouest, où dominent pourtant des géographes éminents spécialisés dans l’étude de terrains extra-germaniques, à Bonn Alfred Philippson (1864-1953), autorité mondiale concernant la géographie de la Méditerranée orientale (Grèce et Asie mineure), à Munich Drygalski, tourné essentiellement vers les zones polaires.

  • 70 Hans Meyer (dir.), Das Deutsche Kolonialreich. Eine Länderkunde der deutschen Schutzgebiete, 2 tome (...)
  • 71 Heinz-Peter Brogiato, Wissen ist macht, p. 240-245.
  • 72 Hans-Dietrich Schultz, Die Geographie als Bildungsfach im Kaiserreich, Osnabrücker Studien zur Geog (...)
  • 73 Nicolas Ginsburger, La guerre..., op. cit.

16Dès lors, peut-on parler d’une « école » nationale de géographie coloniale en Allemagne à la veille de la Première Guerre mondiale ? Tous ces géographes, issus d’une nouvelle génération née entre les années 1860 et 1880, forment certes un milieu relativement riche et actif, notamment dans les villes portuaires septentrionales, dans la capitale impériale et à Heidelberg, dans le sillage de professeurs bienveillants ou eux-mêmes spécialistes de terrains extra-européens, mais aussi dans le cadre d’institutions rendant possibles financièrement leurs expéditions, en particulier liés au ministère des Affaires étrangères, à la société coloniale et aux sociétés géographiques. En tant que tels, ils trouvent un écho particulier dans les Geographentage (« Congrès de géographes allemands »), qui consacrent depuis les années 1890 une session spéciale à la géographie des colonies, marque de la reconnaissance de la communauté disciplinaire pour cette nouvelle spécialité. La circulation de ces hommes sur le terrain des colonies allemandes, puis, une fois les diplômes obtenus, dans le champ académique, sur des chaires universitaires dominantes (Hambourg, Berlin, Heidelberg, Leipzig), mais aussi la diffusion de leurs travaux et idées par les publications écrites et les communications orales organisées par la discipline, contribuent à la constitution d’un nouveau champ disciplinaire de plus en plus dense et homogène. En 1910, la publication d’un manuel semble lui donner ses lettres de noblesse et sa cohérence. Meyer dirige ainsi une vaste synthèse (plus de 1000 pages) de géographie régionale consacrée aux seules colonies allemandes, où il traite en particulier de l’Afrique orientale, tandis que Passarge décrit le Cameroun et le Togo et Leonhard Schultze-Iena l’Afrique du Sud-Ouest. Les colonies des mers du Sud sont évoquées par Wilhelm Sievers (1861-1921), professeur à Giessen, pourtant surtout spécialiste de l’Amérique du Sud, et le comptoir de Kiaou-Tchéou par Georg Wegener (1863-1939), élève de Theobald Fischer à Marbourg au début des années 1890, géographe journaliste et vulgarisateur ayant beaucoup voyagé en Chine, professeur à la Handelshochschule (« école supérieure de commerce ») de Berlin70. Ce mélange d’auteurs pleinement légitimes du point de vue universitaire (Sievers, Passarge) et d’outsiders certes très réputés, mais éloignés du groupe académique (Meyer, Wegener) montre ainsi que le champ de la sous-discipline manque d’un leader incontestable et d’une insertion claire dans la discipline. En 1910, on en est encore au moment où la lutte entre les tenants d’une géographie humaine ratzelienne très politique, favorables à la géographie coloniale en particulier dans l’enseignement secondaire71, et les spécialistes d’une géographie plus « purement » physique, plus naturaliste, très nombreux parmi les géographes universitaires, voit la victoire de ces derniers, notamment sous l’impulsion de Penck72. Si la Grande Guerre allait obliger les professeurs à changer leurs options disciplinaires, prenant un tournant politique et colonial très affirmé, il fut cependant rapidement brisé par le sort des armes et le traité de Versailles73.


**

  • 74 Florence Deprest, op. cit.

17Entre la fin des années 1880 et la Première Guerre mondiale, en France comme en Allemagne, des géographes développent donc un nouveau champ de recherche et d’action autour des questions coloniales, en Allemagne comme en France. Dans les deux cas, ce développement renvoie à des périodes essentielles pour ce qui concerne les politiques coloniales. En France, il s’agit d’accompagner la colonisation et de participer à son renforcement idéologique. Outre Rhin, c’est de manière décalée, en particulier à partir du tournant de 1905 (création de la « commission géographique », disparitions de Ratzel et de Richthofen), avec la montée des tensions internationales puis dans la période critique des débuts du premier conflit mondial que se mobilisent les énergies dans le cadre académique, à travers la création de chaires, à Hambourg, Berlin et Leipzig. Ce qui est premier ici, ce sont d’abord des pratiques sur le terrain, un rapport concret à l’espace colonial qui précède sa théorisation. Si en France, les géographes qui s’intéressent aux colonies sont initialement des savants de cabinet, auxquels s’ajoutent assez rapidement des hommes de terrain (notamment Augustin Bernard et Émile-Félix Gautier en Afrique du Nord)74, les géographes allemands sont d’abord et avant tout allés sur le terrain extra-européen. La vingtaine de géographes que l’on a ici étudiés participent très tôt aux explorations à titre individuel ou collectif, que ce soit de la génération des années 1880 (par exemple Meyer ou Hettner) ou de la génération suivante, mobilisent d’abord des travaux de géographes avant d’utiliser ceux des autres disciplines savantes, et utilisent pour cela le cadre privilégié des sociétés de géographie, beaucoup moins considérées comme des bastions de la littérature de voyage et d’aventure synonyme de pratiques d’amateurs qu’en France, et tenues d’abord et avant tout par des géographes universitaires, à Berlin ou à Hambourg par exemple. Dans le cas allemand, l’institutionnalisation et la théorisation de la géographie coloniale viennent donc après la pratique du terrain, car elles la requièrent : la légitimité pour pouvoir parler en chaire de cet objet vient d’une connaissance intime et directe, alors que la géographie de cabinet est réservée, dans la « galaxie » des savoirs géographiques coloniaux, à une catégorie certes importante de savants germaniques au xixe siècle, les cartographes, peu reconnus par l’université mais ayant cependant une forte influence politique et sociale.

  • 75 Thorbecke fut professeur remplaçant à l’université de Heidelberg pendant la guerre, puis à Kiel, en (...)

18Avec la perte des colonies allemandes en 1919, ces spécialistes ne vont pas pouvoir terminer la construction d’une sous-discipline désormais sans objet, au sens propre. La première génération de géographes coloniaux (Passarge, Uhlig, Jäger, Langhans, Thorbecke, Waibel), puis une seconde, formée dans les années d’Entre-deux-guerres, poursuit sa carrière75 et se tourne vers une géographie dite tropicale, mais se revendiquant encore paradoxalement de son passé récent du début du siècle, aboutissant à un phénomène singulier : l’existence, dans la géographie allemande et dans l’intitulé même des chaires, d’une géographie coloniale sans colonie, mais strictement fondé sur une nostalgie impérialiste. Ainsi, à Berlin, Jäger occupe sa chaire, toujours étiquetée de géographie coloniale jusqu’en 1928, puis est remplacé, de 1930 à 1938, par le géographe munichois Carl Troll (1899-1975), habilité en 1925 et spécialisé dans la phytogéographie de l’Amérique du Sud et dans l’étude des milieux andins, ensuite nommé à l’université de Bonn sur une chaire de géographie générale. De même, la chaire de Leipzig garda son intitulé jusqu’en 1928, moment de la retraite de Meyer, mais aussi après 1928, alors que le nouveau titulaire, Heinrich Schmitthenner (1887-1957), n’était pas du tout un spécialiste de géographie coloniale. Ce n’est qu’en 1936 que la chaire fut renommée, pour devenir également un poste de géographie générale.

  • 76 Mechtild Rössler, art. cit. ; Nicolas Ginsburger, « La géographie universitaire allemande revisitée (...)
  • 77 David T. Murphy, « Space, Race and Geopolitical Necessity: Geopolitical Rhetoric in German Colonial (...)
  • 78 Pierre Singaravélou, L’Empire des géographes, op. cit., p. 54.
  • 79 Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde…, op. cit.

19Comme beaucoup de leurs collègues76, ces géographes coloniaux vont se trouver des affinités indéniables avec les revendications internationales du NSDAP, puis du pouvoir national-socialiste, formulées notamment par les spécialistes allemands de géopolitique77. Pourtant, lier directement la fondation de chaires et le discours allemand de géographie coloniale « au thème de l’espace vital, à travers les questions de l’émigration et des productions coloniales »78 semble problématique, car ne tenant pas compte des spécificités de la pensée géographique allemande à la veille de la Grande Guerre, et introduisant un déterminisme téléologique gênant avec l’horizon de la future idéologie national-socialiste, même si une des racines communes est bien la pensée de géographie politique de Ratzel79. Malgré ses spécificités, la géographie coloniale allemande, issue d’évolutions politiques et institutionnelles importantes dans le IIe Reich, est plus proche, au début des années 1910, des discours des autres géographies coloniales, en particulier française, que de la géographie allemande des années 1930. Ainsi se définit donc une « Belle Epoque » de la géographie coloniale allemande, expression exprimant à la fois le dynamisme indéniable que cette sous-discipline a connu au tournant des xixe et xxe siècles, et la nostalgie teintée d’idéalisation consécutive aux bouleversements de la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 Il est consultable en version digitale : http://www.ub.bildarchiv-dkg.uni-frankfurt.de/Bildprojekt/Lexikon/).

2 Ewald Banse, Banse’s Lexikon der Geographie, 2 tomes, Georg Westermann, Braunschweig et Hambourg, 1923, t. 1, p. 751.

3 Hélène Sallard, La géographie tropicale allemande, Grafigéo, 1997-2, Paris, Prodig, 1997.

4 Dominique Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Anne Godlewska, Neil Smith (dir.), Geography and Empire, Oxford, Blackwell, 1994 ; Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Editions de l’EHESS, 2002 ; Pierre Singaravélou (dir.), L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation (xixe-xxe siècles), Paris, Belin, coll. « Mappemonde »,2008 ; Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin, 2009 ; Hélène Blais, Florence Deprest, Pierre Singaravélou (dir.), Territoires impériaux. Une histoire spatiale du fait colonial, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

5 Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate. L’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1836-1895), thèse de doctorat de géographie, sous la direction de Jean-Louis Tissier, Université Paris I, 2011.

6 Nicolas Ginsburger, « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires, France-Allemagne-Etats-Unis (1914-1921), thèse de doctorat d’histoire contemporaine sous la direction d’A. Becker, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense, 2010.

7 Mechtild Rössler, « Géographie et National-Socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction d’une relation problématique », L’Espace Géographique 1, XVII, 1988, p. 5-14 ; Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, Fayard, 1990 ; Michel Korinman, Deutschland über alles. Le pangermanisme 1890-1945, Paris, Fayard, 1999.

8 Hermann Heske, « Der Traum vom Weltreich “Eurafrika”. Von der Kolonialgeographie zur geographischen Entwicklungsforschung – Persistenzen und Perspektiven », In Werena Rosenke, Thomas Siepelmeyer (dir.), Afrika – der vergessene Kontinent ?, Münster, Unrast, 1991, p. 19-27 ; Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, « Geography and Empire. The case of Germany 1871-1945 » in Anne Godlewska, Neil Smith (dir.), Geography and Empire, Oxford, Blackwell, 1994, p. 115-127.

9 Jürgen Zimmerer, « Im Dienste des Imperiums. Die Geographen der Berliner Universität zwischen Kolonialwissenschaften und Ostforschung », Jahrbuch für Universitätsgeschichte, 7, 2004, p. 73-100; Gisela Graichen, Horst Gründer, Deutsche Kolonien. Traum und Trauma, Berlin, Ullstein, 2005; Heinz-Peter Brogiato, Hans-Dietrich Schultz, « Die „Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin“ und Afrika », In Joachim Zeller, Ulrich van der Heyden (dir.) « ...Macht und Anteil an der Weltherrschaft ». Berlin und der deutsche Kolonialismus, Münster, 2005, p. 87-93.

10 Nicolas Ginsburger, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard critique (1969-2010) », L’Espace géographique, 3, 2011, p. 193-214.

11 Emmanuelle Sibeud, op. cit. ; Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les “sciences coloniales” en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

12 Une chaire de géographie coloniale de Paris fut confiée à Marcel Dubois (1856-1916) en 1893, qui occupait un poste de maître de conférences de géographie générale depuis 1885. En 1905, 9 universités et 3 écoles supérieures proposaient des cours de géographie coloniale (Vincent Berdoulay, La formation de l’école française de géographie, 1870-1914, Paris, CTHS, 1995, p. 64). Voir la contribution de Pascal Clerc.

13 Ce phénomène est spectaculairement inverse du retard supposé de l’entrée de la géographie française générale dans les universités par rapport à son équivalent allemand, longtemps considéré comme caractéristique de la géographie française au début de la IIIe République et stigmatisé comme partiellement responsable de la défaite de 1870 face au « défi allemand ». Il s’agit cependant de relativiser ce processus. Il n’y avait en 1871 qu’une seule chaire active de géographie en Allemagne, à Leipzig avec Oskar Peschel (1826-1875), celle de Berlin étant alors vacante, tandis qu’en France, seule l’université de Paris possédait une chaire de géographie, avec Auguste Himly (1823-1906). En 1885, on en comptait 12 (6 en France), et 23 en 1910, mais 12 en France, auxquelles il faut cependant ajouter les chaires mixtes d’histoire et géographie, et les postes spécifiques dans les grandes écoles de l’enseignement supérieur. Cf. Vincent Berdoulay, op. cit., p. 61-63; Heinz Peter Brogiato, “Wissen ist Macht – Geographisches Wissen ist Weltmacht”. Die schulgeographischen Zeitschriften im deutschsprachigen Raum (1880-1945) unter besonderer Berücksichtigung des Geographischen Anzeigers, Materialien zur Didaktik der Geographie, 16, Trêves, 1998, p. 34-36.

14 Imre Josef Demhardt, « Developing cartography from Namaqua- and Namaraland to Namibia. Milestone of South African surveying and mapping », Die Erde, 131, 2000, p. 285-309; Imre Josef Demhardt, « German contributions to the Cartography of South West and East Africa from mid 19th Century to World War I ». Proceedings of the 21st International Cartographic Conference, Durban, 2003, p. 893-907; Imre Josef Demhardt, « Die Kartographie des Kaiserlichen Schutzgebiets Deutsch-Ostafrika », Cartographica Helvetica 30, 2004, p. 11-21.

15 Manuela Fischer, Peter Bolz, Susan Kamel (dir.), Adolf Bastian and his universal archive of humanity. The origins of German anthropology, Georg Olms Verlag, Hildesheim, Zürich, New York, 2007.

16 Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, op. cit., p. 118-119.

17 Hanno Beck, Große Geographen. Pioniere – Außenseiter – Gelehrte. Dietrich Reimer Verlag, Berlin 1982, p. 149-163; Ute Wardenga, « Ferdinand von Richthofen – Then and Now. An Introduction », Editorial de Die Erde 138, 4, Special Issue : Ferdinand von Richthofen, 2007.

18 Voir la contribution de Marie-Claire Robic dans ce numéro.

19 Professeur à l’université de Strasbourg à partir de 1875 et jusqu’en 1910, il est un spécialiste de la géographie de l’Alsace-Lorraine.

20 Ce géographe particulièrement engagé politiquement et nationaliste enseigne de 1873 à 1907 à l’université de Halle. cf. Andreas Schach, Alfred Kirchhoff (1838-1907) : « Erdkunde » und « Nation ». Politisierung und Ideologisierung der Geographie in der Zeit des « Zweiten Kaiserreichs », Marbourg, Tectum Verlag, 2006.

21 Il est professeur à Kiel de 1879 à 1883 et à Marbourg de 1883 à sa mort.

22 Arne Perras, Carl Peters and German Imperialism 1856-1918. A political Biography, Clarendon Press, Oxford, 2004.

23 Henri Wesseling, Le Partage de l’Afrique, Paris, Gallimard, Folio histoire, 1996, p. 271-283.

24 Michel Korinman, Deutschland über alles, p. 26.

25 Vincent Berdoulay, op. cit., p. 55. Remarquons ici la jeunesse de Bernard et de Lorin, et leur engagement précoce. Cf. Florence Deprest, Géographes en Algérie, p. 132-133.

26 Si le magistère de Carl Ritter (1779-1859) à Berlin est très important au milieu du xixe siècle, seul Richthofen est ici un de ses élèves directs, bien que spécialisé en géologie.

27 Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde…, op. cit., p. 63.

28 Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, op. cit., p. 119.

29 Franz-Joseph Schulte-Althoff, op. cit., p. 91.

30 Ibid., p. 120.

31 Hartmut Pogge von Strandmann, « Der Kolonialrat », in Joachim Zeller, Ulrich van der Heyden (dir.), Kolonialmetropole Berlin – eine Spurensuche, Berlin, bebra/PRO 2002.

32 Hans Meyer, « Die Landeskundliche Kommission des Reichskolonialamtes », Koloniale Rundschau, 12, 1910, p. 722-734; Zimmerer, op. cit.; Rudolf Hafeneder, Deutsche Kolonialkartographie 1884-1919, thèse de doctorat, Universität der Bundeswehr, Munich, Schriftenreihe des Geoinformationsdienstes der Bundeswehr, 2008.

33 Franz-Joseph Schulte-Althoff, Studien zur politischen Wissenschaftsgeschichte der deutschen Geographie im Zeitalter des Imperialismus, Paderborn, Bochumer Geographie Arbeiten, 9, 1971, p. 111; Gerhard Sandner, Mechtild Rössler, op. cit., p. 119-120.

34 Augustin Bernard, « Nécrologie : Theobald Fischer », Annales de géographie, 1910, vol. 19, no 108, p. 462.

35 Florence Deprest, op. cit., p. 149-166.

36 André Chéradame, De la Condition Juridique des Colonies Allemandes, Paris, Plon-Nourrit, 1905.

37 Numa Broc, « La géographie française face à la Science allemande (1870-1914) », Annales de géographie, 1977, p. 75.

38 Rudolf Hafeneder, op. cit.

39 Imre Josef Demhardt, Der Erde ein Gesicht geben. Petermanns Geographische Mitteilungen und die Entstehung der modernen Geographie in Deutschland, Veröffentlichungen der Forschungsbibliothek Gotha, 42, Gotha, Erfurt, 2006.

40 Heinz Peter Brogiato, Wissen ist Macht, p. 246-268.

41 Alexander Honold, Oliver Simons (dir.), Kolonialismus als Kultur. Literatur, Medien, Wissenschaft in der deutschen Gründerzeit des Fremden, Tübingen, 2002.

42 Les produits de Reimer sont donc proches de ceux de Perthes, dans le cadre d’une concurrence commerciale très forte à la fin du xixe siècle sur le marché allemand (voire européen) des éditions cartographiques. Cf. Christoph von Wolzogen, Zur Geschichte des Dietrich Reimer Verlages 1845-1985, Berlin 1986.

43 Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate…, op. cit.

44 Jean-Pierre Nghonda, Elvis Fang Kah, Zacharie Saha, Mesmin Tchindjang, « Pioneer work of German Cartographer Max Moisel in Cameroon: an assessment of the colonial era mapping contribution », Proceedings of the 24th International Cartographic Conference, Santiago de Chile, Chile, 15–21 November 2009, http://icaci.org/files/documents/ICC_proceedings/ICC2009/html/nonref/7_8.pdf.

45 Rudolf Hafeneder, Deutsche Kolonialkartographie, annexes, p. 157-158.

46 Robert B. Munson, The nature of christianity in Northern Tanzania, Environmental and Social change 1890-1916, Lexington Books, 2013, p. 144-148.

47 Tous ces géographes sont évoqués dans le DKL et dans le BLG. Pour les références bibliographiques de leurs nécrologies postérieures, cf. en particulier les annexes de Hafeneder, op. cit., p. 138-172 ; Nicolas Ginsburger, La guerre. Nous n’indiquerons ici que les monographies les plus récentes, qui leur sont spécifiquement consacrées.

48 Même s’il ne s’agit pas de trop systématiser ce lien, car Ratzel et Richthofen ont eu un très grand nombre d’élèves qui ne sont pas tous devenus des géographes coloniaux.

49 Else von Volkmann, Hans Meyer. Der Mann vom Kilimandjaro. Verleger, Forscher und Mäzen, Munich, 2002; Heinz-Peter Brogiato (dir.), Meyers Universum. Zum 150. Geburtstag des Leipziger Verlegers und Geographen Hans M. (1858-1929), Leipzig, Institut für Länderkunde, 2008.

50 Ute Wardenga, Geographie als Chorologie. Zur Genese und Struktur von Alfred Hettners Konstrukt der Geographie. Erdkundliches Wissen 100, Stuttgart, 1995.

51 Avec Karl Sapper (1866-1945), professeur titulaire et lui-aussi spécialiste de l’Amérique du Sud.

52 Il fonde en 1895 la prestigieuse revue Geographische Zeitschrift et la dirige jusqu’en 1935.

53 Siegfried Passarge, Adamawa ; rapport de l’expédition du comité allemand pour le Cameroun au cours des années 1893-1894, Paris, L’Harmattan, Karthala, 2010.

54 Gerhard Pansa, Geographers, vol. 10, 1986, p. 69-76.

55 Leonhard Schultze-Iena, Forschungen im Innern der Insel Neuguinea; Bericht des Führers uber die wissenschaftlichen Ergebnisse der deutschen Grenzexpedition in das westliche Kaiser-Wilhelmsland, Ergänzungsheft, no 11, 1910.

56 Nicolas Ginsburger, « Entre Obst et Chaput : influences européennes et création de l’école turque de géographie (1915-1943) », in Emmanuel Szurek (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle 1860-1960, Rennes, PUR, 2014, p. 255-274. Nommé après 1918 professeur à Hanovre, il fut pendant les années d’Entre-deux-guerres un ardent révisionniste.

57 Winfried Schenk (dir.), Leo Waibel – Zur Rezeption seiner Arbeiten in Brasilien, Afrika und Deutschland, E. Ferger Verlag, Bergisch Gladbach, Colloquium Geographicum, 34, 2013.

58 Anna Pytlik, Träume im Tropenlicht. Forscherinnen auf Reisen. Elisabeth Krämer-Bannow in Ozeanien 1906–1910, Marie Pauline Thorbecke in Kamerun 1911–1913. Coyote, Reutlingen 1997; Marianne Bechhaus-Gerst, « Selbstzeugnisse reisender Frauen in Afrika », In: Marianne Bechhaus-Gerst, Mechtild Leutner (dir.), Frauen in den deutschen Kolonien, Berlin, Christoph Links Verlag, 2009, p. 50-53.

59 Gisela Frey, Der Njassasee und das deutsche Njassaland. Versuch einer Landeskunde, Berlin, Mitteilungen aus den Deutschen Schutzgebieten, Wissenschaftliche Beihefte zum Deutschen Kolonialblatte, Ergänzungsheft no 10, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, 1914. L’ouvrage, assez court (une soixantaine de pages), organisé selon un plan thématique et illustré de 10 cartes (géologique, orographique, des vents, de la végétation, des habitations et de leurs formes, de l’économie, des ressources en minéraux, des maladies tsé tsé et du sommeil, enfin des pluies), ne semble pas avoir été écrit après un voyage sur le terrain, mais plutôt à partir de sources primaires. La même Frey publie par la suite d’autres écrits de géographie coloniale, notamment Gisela Frey, « Beiträge zur Landeskunde Deutsch-Ostafrikas », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 1916, 8, p. 505-543.

60 Dominique Lejeune, op. cit.

61 Wiebke Nordmeyer, Die Geographische Gesellschaft in Hamburg 1873-1918, Geographie zwischen Politik und Kommerz, Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg, 88, Stuttgart, Steiner, 1998.

62 Ibid., p. 30-33.

63 À ce niveau, le Kolonialinstitut de Hambourg (fondé en 1908) peut être rapproché des Ecoles coloniales de Paris et de Lyon, fondées en 1899.

64 Wiebke Nordmeyer, op. cit., p. 102-110.

65 Jens Ruppenthal, Kolonialismus als Wissenschaft und Technik. Das Hamburgische Kolonialinstitut 1908 bis 1919, Historische Mitteilungen Beihefte 66, Stuttgart, 2007.

66 Gaëlle Hallair, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du xxe siècle : la géographie (Landschaftskunde) en question, thèse de doctorat de géographie en cotutelle sous la direction de Marie-Claire Robic et Sebastian Lentz, Université Paris 1 et Université de Leipzig, 2010 ; Gaëlle Hallair, « Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du xxe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3/2011, p. 319-334

67 Joachim Zeller, Ulrich van der Heyden (dir.), Kolonialmetropole Berlin – eine Spurensuche, Berlin, 2002.

68 Zimmerer, op. cit. ; Hans-Dietrich Schultz, « « Ein wachsendes Volk braucht Raum ». Albrecht Penck als politischer Geograph », in Bernhard Nitz, Hans-Dietrich Schultz, Marlies Schulz (dir.), 1810-2010: 200 Jahre Geographie in Berlin, Humboldt-Universität zu Berlin, Berliner Geographische Arbeiten 115, 2010, p. 95-139.

69 Heinz-Dietrich Schultz, Heinz-Peter Brogiato, art. cit. ; Nicolas Ginsburger, La guerre, op. cit., pour une esquisse de sociologie des membres de la Société de géographie de Berlin en 1914.

70 Hans Meyer (dir.), Das Deutsche Kolonialreich. Eine Länderkunde der deutschen Schutzgebiete, 2 tomes, Leipzig et Vienne, 1910.

71 Heinz-Peter Brogiato, Wissen ist macht, p. 240-245.

72 Hans-Dietrich Schultz, Die Geographie als Bildungsfach im Kaiserreich, Osnabrücker Studien zur Geographie 10, Osnabrück, 1989.

73 Nicolas Ginsburger, La guerre..., op. cit.

74 Florence Deprest, op. cit.

75 Thorbecke fut professeur remplaçant à l’université de Heidelberg pendant la guerre, puis à Kiel, enfin à Cologne à partir de 1919. C’est auprès de lui que Waibel obtint en 1920 son habilitation, sur les pluies hivernales en Afrique du Sud-ouest, avant de faire carrière à Kiel et à Bonn (Winfried Schenk, op. cit.).

76 Mechtild Rössler, art. cit. ; Nicolas Ginsburger, « La géographie universitaire allemande revisitée », op. cit.

77 David T. Murphy, « Space, Race and Geopolitical Necessity: Geopolitical Rhetoric in German Colonial Revanchism, 1919-1933 », in Anne Godlewska, Neil Smith (dir.), Geography and Empire, Oxford, Blackwell, 1994, p. 173-187.

78 Pierre Singaravélou, L’Empire des géographes, op. cit., p. 54.

79 Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 147-166.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1496 ; DOI : 10.4000/rgi.1496

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, enseignant, chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals