Navigation – Plan du site

« Geographie der Kolonien, Kolonialgeographie ? Théorisation et objectifs de la géographie coloniale dans les leçons inaugurales de Fritz Jaeger (1911) et Hans Meyer (1915) »

Ségolène Débarre et Nicolas Ginsburger
p. 167-186

Résumés

Au début du xxe siècle, l’enseignement supérieur allemand voit apparaître des chaires spécialisées en une géographie qui se dit « coloniale ». À Berlin en 1911, puis à Leipzig en 1915, les premiers titulaires s’attachent à définir de manière programmatique les contenus et les objectifs de leur enseignement. Il s’agit pour eux de légitimer une nouvelle branche de la discipline. Comment définir l’objet et les méthodes d’une « géographie coloniale » ? Comment se positionne-t-elle au sein de la géographie et par rapport aux sciences connexes ? En quoi ce savoir colonial s’articule-t-il au projet politique et à la demande sociale en tant que science appliquée ? Prononcées dans des contextes différents, les deux leçons inaugurales que nous traduisons ici intégralement, précisent ce que fut le « moment colonial » de la géographie universitaire allemande.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Inaugurer une géographie coloniale

  • 1 Carl Uhlig, dans sa leçon inaugurale du 12 janvier 1911, proposait une estimation du nombre d’heure (...)
  • 2 Le contexte et le parcours de ces géographes ayant été présenté dans l’article de Nicolas Ginsburge (...)
  • 3 Il s’agit en fait du 25e anniversaire de la création du « Geographisches Kolloquium » par Ferdinand (...)
  • 4 Meyer avait étudié la philologie, l’histoire, les sciences politiques et la botanique à Leipzig, Be (...)
  • 5 Ulrich van der Heyden, « Deutsche Entdeckungsreisende in Afrika und der Kolonialismus. Das Beispiel (...)
  • 6 À Berlin enseigne en particulier Albrecht Penck depuis 1906, à Leipzig Joseph Partsch depuis 1905, (...)

1Alors qu’un poste de géographie coloniale est confié à Marcel Dubois (1856-1916) dès 1893 à l’université de Paris, il faut attendre 1911 pour que soit créée en Allemagne la première chaire ouvertement consacrée à une « géographie coloniale ». La nomination de Siegfried Passarge (1867-1958) au Kolonialinstitut de Hambourg, en 1908, avait certes fait office de première dans l’enseignement supérieur allemand, mais ce dernier ne se considérait pas lui-même comme un géographe colonial. De même, l’étiquette de la chaire de Carl Uhlig (1872-1938), à l’université de Tübingen, en 1910, est encore celle de la géographie générale, malgré la spécialisation africaine de son titulaire et tandis que les cours relatifs à la géographie des colonies se multiplient dans l’enseignement supérieur allemand depuis le tournant du siècle1. En dépit de son jeune âge et parce qu’il est chronologiquement le seul à être déjà habilité à ce moment là, c’est le géomorphologue Fritz Jaeger (1881-1966) qui fait institutionnellement office de pionnier2. Sa nomination en 1911, à l’âge de 30 ans, comme professeur « extraordinaire » (c’est-à-dire non titulaire) de Kolonialgeographie à l’université de Berlin institue, pour la première fois, ce terme dans le cursus de l’université, l’une des plus prestigieuses de l’époque dans le monde germanique. Le financement de la chaire n’est pas public, mais privé : Fritz Jaeger, dans la leçon inaugurale qu’il prononce à l’Institut de géographie de la capitale impériale, le 10 mai, précise en effet que son poste est subventionné par Hans Meyer (1858-1929) qui l’offre à l’université « à l’occasion de son jubilé3 ». Quatre ans plus tard, en 1915, ce même Meyer finance une seconde chaire, dite de « géographie coloniale et politique coloniale » (Professur für Kolonialgeographie und Kolonialpolitik), à l’université de Leipzig, ville où il réside et gère la maison d’édition familiale qui fait sa fortune, le Bibliographisches Institut : depuis peu pourvu des titres nécessaires pour accéder à un tel poste, il y est immédiatement nommé4. C’est un homme mûr (57 ans) et familier du terrain colonial qui s’exprime dans sa leçon inaugurale, le 12 juin 1915, connu et reconnu par ses pairs, par les autorités allemandes et par l’opinion publique en raison des dictionnaires qui portent son nom (en particulier le Meyers Konversationslexikon et le Duden), mais surtout de ses explorations africaines l’ayant mené, le premier, au sommet du Kilimandjaro en 18895. Les deux hommes, aux parcours professionnels et universitaires différents, représentent deux générations de spécialistes du terrain colonial, même s’ils ont en commun d’être particulièrement familiers de l’Afrique allemande (tout comme Siegfried Passarge et Carl Uhlig), et d’être de relatifs novices en matière d’enseignement. Tous deux font leurs armes dans des universités non seulement anciennes et prestigieuses, mais dans lesquelles se trouvent déjà des professeurs titulaires de géographie générale6.

  • 7 Fritz Jaeger, « Wesen und Aufgaben der kolonialen Geographie », Zeitschrift der Gesellschaft für Er (...)
  • 8 Les numéros de cette revue entre 1866 et 1944 sont aujourd’hui accessibles librement sur internet :(...)
  • 9 Hans Meyer, « Inhalt und Ziele der Kolonialgeographie als Lehrfach », Koloniale Rundschau, 7/8, 191 (...)
  • 10 Son nom signifie littéralement un « tour d’horizon colonial ». Créée en 1909 à Berlin par la Deutsc (...)
  • 11 Nous proposons une traduction de ces deux leçons en annexe. Concernant celle d’Hans Meyer, nous cit (...)
  • 12 Hans Meyer, op. cit., 1915, §6.
  • 13 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §1.

2Si le fait de prononcer une conférence sanctionnant l’entrée en fonction d’un professeur d’université est un événement traditionnellement très solennel et ritualisé dans la vie académique, toutes les « leçons » ne sont pas publiées, bien au contraire. Or, l’un et l’autre texte parurent dans l’année, celui de Jaeger dans l’une des publications de référence de la discipline dans les pays germaniques, la Revue de la Société de géographie de Berlin7, fondée en 18288, celui de Meyer dans une revue explicitement colonialiste, la Koloniale Rundschau9, très récente et au contenu plus politique que scientifique10. C’est dire l’importance accordée à ces deux articles, le premier plus court que le second (4 pages contre 11), mais chacun considéré comme fondateur11. En effet, comme le remarque Meyer, « il n’existe pas de tradition ni de normes fixes »12 en matière de géographie coloniale, et, selon Jaeger, « on attend à juste titre que [le titulaire d’une nouvelle chaire] explique le contenu et les objectifs de sa science »13. Notons cependant que les organes qui publient ces leçons inaugurales ne sont pas les revues traditionnellement les plus « théorisantes » de la géographie allemande, au contraire de la revue du professeur de Heidelberg, Alfred Hettner, maître de Jaeger, qui avait accueilli le texte de Carl Uhlig. Notons enfin que ces textes interviennent dans des contextes de crises internationales touchant directement la question coloniale : la crise marocaine de juillet à novembre 1911, dite du « coup d’Agadir », a réaffirmé la volonté politique d’une Weltpolitik conduite au plus haut niveau de l’État allemand, notamment contre la France, tandis que la Première Guerre mondiale voit s’affronter brutalement les trois empires coloniaux majeurs de l’époque dans un conflit qui, déjà en juin 1915, s’est enlisé sur le front occidental, et a vu les possessions allemandes rapidement prises d’assaut par les troupes de l’Entente. Ceci explique évidemment la différence de ton entre les deux textes, apaisé pour Jaeger, très virulent pour Meyer, même si celle-ci ne fait pas disparaître les nombreux points communs existant dans les propos des deux savants.

3À travers ces deux leçons, sinon entendues, du moins certainement lues par leurs pairs – par un public sans doute plus divers pour le texte de Meyer que pour celui de Jaeger – et ce, malgré les évidentes perturbations dans la diffusion éditoriale causées par la Première Guerre mondiale –, s’élabore donc, au début des années 1910, une tentative de théorisation de la géographie coloniale qu’il s’agit d’étudier ici. Comment sont définis l’objet et les méthodes de cette nouvelle « branche » de la géographie ? Comment est-elle articulée à la géographie générale et régionale d’une part, aux sciences coloniales connexes (la botanique, l’économie, l’histoire, la sociologie et la science politique par exemple) d’autre part ? Comment son enseignement est-il mis en œuvre à l’université ? Enfin comment cette science appliquée permet-elle de répondre à un projet politique et à une demande sociale ? Nous analyserons tout d’abord la façon dont les deux auteurs envisagent les spécificités de la géographie en tant que « science coloniale » et son programme heuristique vis-à-vis des colonies conçues comme objet scientifique singulier. Nous verrons dans un second temps le rapport entretenu par la géographie coloniale avec l’action publique et son inscription dans les débats relatifs à la place de la colonisation dans le projet politique allemand. Nous interrogerons enfin les projets didactiques et pédagogiques, c’est-à-dire la manière dont était conçue la mise en œuvre concrète d’un enseignement de géographie coloniale.

Entre géographie des colonies et géographie coloniale

La géographie coloniale, une science particulière ?

  • 14 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §11.
  • 15 Hans Meyer, op. cit., 1915, §7.
  • 16 Ibid., §7.
  • 17 Ibid., §7. Nous traduisons ici par « sous-discipline » l’expression de « Teildisziplin » qui ne con (...)
  • 18 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, § 11 : « Der koloniale Geograph muss durch und durch Geograph sein. »

4« Géographie des colonies », « géographie coloniale » : les dénominations fluctuent selon les moments et selon les auteurs. Fritz Jaeger et Hans Meyer s’accordent sur une chose : « il ne s’agit pas d’une science nouvelle14 », seulement d’« une branche de la science géographique15 ». La géographie coloniale « n’est pas une science indépendante16 » mais plutôt une « sous-discipline »17, certes « autonome », mais pas séparée de la géographie générale, seulement spécialisée. Ainsi, « le géographe colonial doit être complètement géographe18 », affirmation qu’il s’applique directement à travers par exemple un long passage, où il explique les différences entre « géographie générale » et « géographie régionale » sans les appliquer particulièrement aux territoires coloniaux. Cette affirmation renvoie à une identité professionnelle problématique pour les deux hommes, à l’intérieur de l’édifice disciplinaire : à une époque où un professeur universitaire se doit d’enseigner la géographie générale (et non par exemple la géographie urbaine ou rurale), quel sens donner à une chaire de « géographie coloniale » ? Ceci pose un problème particulier à Leipzig, où la chaire de Joseph Partsch est censée couvrir l’ensemble de la géographie (malgré une certaine préférence de Partsch pour la géographie historique), tandis qu’à Berlin, une sorte de diarchie est déjà en place depuis le milieu du xixe siècle, distinguant deux pôles bien distincts dans l’enseignement supérieur berlinois : comme successeur d’Alexander von Humboldt, et plus directement de Ferdinand von Richthofen, Albrecht Penck est clairement spécialisé en géographie physique et en géomorphologie, en particulier de l’Europe alpine, et dirige l’Institut d’océanographie, alors que Wilhelm Sieglin (1855-1935) occupe une chaire de géographie historique (en particulier antique), héritée de Carl Ritter mais surtout d’Heinrich Kiepert (1818-1899). En fait, dans le champ disciplinaire, l’institutionnalisation de la géographie coloniale peut être vue comme l’académisation de la géographie exploratoire, celle des Sociétés de géographie, dont les géographes allemands sont plus proches, au début du xxe siècle, que leurs collègues français : la publication du texte de Jaeger par la revue de la Société de géographie de Berlin le montre, tout comme les liens de Meyer avec celle de Leipzig, dont il est alors le président.

  • 19 Pierre Singaravélou, L’Empire des géographes, Paris, Belin, 2008, p. 112.
  • 20 Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe Républi (...)

5Par rapport aux autres savoirs coloniaux, l’identité professionnelle des deux nouveaux professeurs est moins ambiguë, même si elle n’est pas moins problématique. Il s’agit pour eux de bien justifier la singularité de la géographie dans le système des sciences coloniales, renvoyant à la question plus globale d’une identité non plus académique, mais disciplinaire. Celle-ci suscite de très nombreuses réponses épistémologiques, auxquelles ni Jaeger, ni Meyer n’apportent de réelle nouveauté, participant en cela à un sentiment général de « flou identitaire »19 caractérisant beaucoup de sciences coloniales, en Allemagne comme en France20, et à une « inquiétude » théorique récurrente dans la discipline géographique. L’importance prises par les colonies au cours les décennies précédentes s’est lue dans l’évolution des recherches de toutes les sciences humaines (en particulier le droit, l’économie, la sociologie et l’histoire) et naturelles (la géologie, la botanique, la zoologie), ayant abouti, selon Jaeger, à « des résultats importants, parfois surprenants », des connaissances ayant des « applications pratiques ».

  • 21 Hans Meyer, op. cit., 1915, §14.
  • 22 Ibid., 1915, §13 : « Nous garderons toujours à l’esprit l’enseignement de Carl Ritter concernant l’ (...)
  • 23 Hans Meyer, op. cit., 1915, §17.

6Si les premiers professeurs de géographie coloniale en Allemagne cherchent principalement à établir la légitimité de leur chaire vis-à-vis de la « science géographique » à laquelle ils s’adossent, ils se positionnent aussi vis-à-vis d’autres sciences de l’esprit qui constituent elles aussi des « sciences coloniales ». Chez Meyer, en particulier, l’articulation de la géographie avec une « politique coloniale » est clairement revendiquée – puisque l’intitulé de son poste s’y réfère ouvertement – dans la recherche tout comme dans l’enseignement (« les travaux de géographie coloniale alterneront avec ceux de politique et d’économie coloniales »21). L’histoire aussi suivant « l’enseignement de Carl Ritter22 » devra être convoquée pour comprendre le développement historique des empires. Chez Jaeger comme chez Meyer l’idée de collaborer avec d’autres sciences, de réaliser des travaux en commun avec d’autres disciplines et d’autres institutions23 est explicite, sans être véritablement originale.

7Quel serait alors l’apport spécifique de la géographie à l’étude des colonies par rapport aux connaissances apportées par les disciplines voisines ? Voici la réponse de Meyer :

  • 24 Ibid., §3.

Seule la géographie, qui couvre l’ensemble du globe, peut fournir une telle connaissance et une telle compréhension des colonies, des nôtres comme des étrangères, elle qui enseigne et étudie la relation causale des caractéristiques naturelles de chaque pays et la conséquence de ces caractéristiques naturelles sur le travail économique et la vie étatique et politique de ses habitants. Sans la terre ferme de la géographie sous les pieds, la pratique et l’enseignement de l’économie coloniale et de la politique coloniale restent eux aussi en suspens24.

  • 25 Félix Driver, Geography militant. Cultures of Exploration and Empire, Londres, Blackwell, 2001.
  • 26 Hans Meyer, op. cit., 1915, §9.
  • 27 Cf. Pascal Clerc, « Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Ma (...)
  • 28 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §3.
  • 29 Ibid.

8Bénéficiant de tout un l’héritage d’une culture de l’exploration, la géographie serait habituée à s’intéresser à l’ensemble de la planète ce qui lui permet d’établir des comparaisons entre des situations éloignées25. La géographie, interface entre les sciences naturelles et les sciences de l’esprit doit permettre la compréhension « de la singularité […] de chaque colonie » grâce à l’étude des relations causales des phénomènes naturels26. Dans le texte de Jaeger, apparaît une idée récurrente chez les géographes coloniaux français27 : l’idée d’une grande diversité des espaces coloniaux, diversité que (seule ?) la géographie serait à même d’étudier efficacement. Jaeger note en effet que la géographie est « la science de la surface de la terre dans toute sa diversité28 », qu’elle permet d’étudier la « diversité paysagère infinie29 » et prendre en compte l’infinité des situations sur l’ensemble du globe.

Les colonies, un objet géographique singulier ?

  • 30 Hans Meyer, op. cit., 1915, §8.
  • 31 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §9.
  • 32 Ute Wardenga, Geographie als Chorologie: Zur Genese und Struktur von Alfred Hettners Konstrukt der (...)
  • 33 Cf. Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate. L’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allem (...)
  • 34 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §7.
  • 35 Meyer fit un voyage de deux ans en Asie orientale et en Amérique du Nord en 1882-1884, se consacra (...)

9Quel est l’objet propre de la géographie coloniale ? Jaeger et Meyer parlent ici de concert : la géographie coloniale est en première approche « la géographie des pays coloniaux »30 ; elle doit « d’abord faire la géographie régionale des colonies31 ». Les colonies ne sont qu’un objet d’études parmi d’autres possibles : selon le jeune professeur de Berlin, la géographie, située entre les sciences naturelles et humaines, a pour objectif de décrire le paysage (Landschaft) singulier de ces pays tropicaux dans la multitude de leurs géo-facteurs (climat, relief, latitude), et de définir des lois de géographie régionale (Länderkunde). De ce point de vue, la géographie régionale doit étudier les colonies comme n’importe quel pays. La géographie coloniale est donc avant tout pour lui une géographie régionale en situation coloniale, dans le sens que lui a transmis au début du xxe siècle son professeur de Heidelberg, Alfred Hettner32. Il convient d’ailleurs de ne pas s’arrêter aux frontières politiques (Jaeger et Meyer sont d’accord sur ce point) et de replacer les colonies dans des unités naturelles plus vastes. Cette considération renvoie bien sûr à une tradition ancienne de la géographie allemande, considérant qu’une géographie « pure » (reine Geographie) doit s’affranchir d’un cadre politique contingent33. L’argument scientifique des régions naturelles (c’est-à-dire des ensembles biogéographiques cohérents) se mêle à des révisionnismes frontaliers et le fait que Jaeger cite à ce propos le Maroc en exemple – même si le cas n’est pas développé plus avant – n’est pas anodin en 1911. Mais ceci renvoie également à un débat important dans la communauté géographique allemande du début du xxe siècle, à savoir la nature même de la géographie, définie par son objet propre : la « région-paysage », dont toute la difficulté est de définir les limites de manière à obtenir un objet d’étude cohérent. En ce sens, les colonies ne sont pas des objets scientifiques en soi légitimes, car elles ne se définissent pas par des frontières « rationnelles ». Cependant, cette question trouve une solution dans le cas africain, où pratiquement tout le continent est en situation coloniale. Tel est sans doute le sens de l’affirmation de Jaeger selon laquelle la géographie coloniale définit une approche régionale, de la même façon qu’il y a des « spécialistes de l’Asie ou de l’Amérique du Nord ou des régions polaires34 ». Jaeger, lui-même spécialiste de l’Afrique orientale qu’il a explorée en 1903/1904 et 1906/1907, offre ici une conception non pas seulement régionaliste du fait colonial, mais souligne en creux le fait que les colonies sont, dans son esprit, plus ou moins synonymes de continent africain : être spécialiste des colonies, c’est d’abord être africaniste. Son propos renvoie par ailleurs à une volonté de « répartition du travail », à une tendance à la « division technique » de la recherche, en l’occurrence une division spatiale du monde, où l’Afrique serait le monopole d’une géographie coloniale, qui devait permettre d’assurer la qualité des productions scientifiques en raison non pas des qualités physiques du territoire envisagé, mais de son rapport particulier de soumission aux métropoles européennes. Notons qu’en la matière, Meyer, qui a à l’époque plus voyagé que Jaeger35, est moins centré sur le continent africain, affirmant :

  • 36 Hans Meyer, op. cit., 1915, §8.

[…] pour l’essentiel, la géographie coloniale reste une science régionale coloniale et, en tant que telle, elle prend en considération tous les territoires coloniaux des États colonisateurs, quel que soit le continent sur lequel ils se trouvent : le Cameroun allemand autant que la Java hollandaise, l’Afrique de l’Est portugaise autant que l’Indochine française36.

10C’est qu’en 1915, la focale de la guerre mondiale est également plus large qu’en 1911, alors que la crise marocaine insistait davantage sur le Maghreb.

  • 37 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §10.

11Il n’y a pas de « particularités coloniales » en matière de géographie physique : on ne peut pas en effet concevoir de climat, relief ou végétation spécifiquement « coloniaux » précisent les deux auteurs, « ni une structure coloniale de montagne, ni un climat colonial, ni une végétation coloniale » insiste Jaeger. Mais il y a en revanche « des spécificités en matière de géographie humaine (Anthropogeographie)37 ». La nature singulière de la géographie coloniale provient donc de celle de son objet :

  • 38 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §8.

Cependant, ce n’est pas seulement un point de vue technique de la division du travail qui fait de la géographie coloniale un domaine spécifique, c’est aussi un aspect factuel. Les colonies sont des pays dans lesquels un peuple étranger fonde des installations, à partir desquelles il entre en relation avec le pays et ses habitants. Cette singularité géographique distingue les colonies des autres pays. C’est une propriété qui a des causes géographiques et des effets géographiques étendus. Elle confère aux pays coloniaux une diversité spécifique et la géographie des colonies est de ce fait une branche particulièrement intéressante des études de géographie régionale38.

12Jaeger affirme donc que les colonies ont ceci de particulier que les peuples et les cultures s’y rencontrent, y entrent en interaction, et introduisent sur un territoire une diversité particulière dans l’occupation de l’espace. La spécificité de la géographie coloniale est donc humaine :

  • 39 Ibid., §10.

Mais la géographie de l’homme trouvera dans presque tous ses domaines des particularités dans les colonies. Le fait que des hommes de différentes races, langues et cultures se rencontrent dans les colonies, cela crée des formes particulières de cohabitation humaine, qui sont caractéristiques des pays coloniaux39.

13Si Jaeger ne va pas jusqu’à se démarquer des stéréotypes racistes de son temps, considérant par exemple que « beaucoup de peuples des tropiques sont restés à un bas niveau de civilisation », on peut donc remarquer son intérêt particulier pour le brassage humain caractéristique des colonies, ce qui n’était pas particulièrement évident si l’on considère ses publications, essentiellement tournées vers l’étude des plateaux, montagnes et volcans de l’Afrique orientale. Meyer partage cet avis sans étayer autant l’analyse :

  • 40 Hans Meyer, op. cit., 1915, §8.

La géographie coloniale ne pourra pas apporter un prolongement systématique à la géographie générale car il n’y a pas de propriétés coloniales de la nature physique en général. Mais, dans le détail, la science régionale coloniale fait mûrir de nombreuses connaissances susceptibles d’enrichir la géographie générale, en particulier dans le domaine de l’Anthropogeographie, où l’implantation et le travail économique des Européens dans les pays coloniaux, la relation entre la métropole et les colonies, le transport, l’administration, etc. font apparaître des formes particulières dont les racines sont tout à fait géographiques et qui, en raison de leur valeur générale, doivent être intégrées au corps de savoir de la géographie générale40.

  • 41 Sur la référence rittérienne cf. Ségolène Débarre, op. cit., p. 175-176.
  • 42 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §10.

14Parmi ces « formes particulières » notons l’importance des relations métropoles-colonies : celles-ci impliquent une analyse des flux (économiques, de transport, et même culturels) ou, pour utiliser le terme à consonance rittérienne qui est utilisé à l’époque, les « relations » (Beziehungen) entre des territoires géographiquement éloignés et des peuples de cultures différentes41. Ces relations, que Jaeger décrit comme mutuelles, ont des origines « naturelles » selon Jaeger et des conséquences géographiques qu’il convient d’analyser42. La spécificité de la géographie coloniale s’énonce donc d’abord en termes de géographie humaine : si les colonies ne présentent pas d’éléments particulier au regard de la géographie régionale, les caractéristiques naturelles transcendant les frontières politiques, c’est en termes relationnels qu’il y a une singularité : la géographie coloniale est une géographie comme les autres en ce qui concerne l’étude de l’espace naturel, mais particulière quant à son occupation par les sociétés humaines.

Au service du Reich : la géographie coloniale, une science utile à l’Allemagne

Science pure ou appliquée ?

  • 43 Guillaume Garner, op. cit.
  • 44 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §15.
  • 45 cf. Carl Uhlig, op. cit., 1911, p. 375-378.
  • 46 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §15.
  • 47 Ibid., §7.
  • 48 Ibid., §15.
  • 49 Cf. Pascal Clerc, op.cit., dans ce volume.

15La garantie de la scientificité de la géographie repose sur sa capacité à s’émanciper des contingences immédiates du monde politique : ce principe, celui d’une géographie « pure », théorisé en Allemagne depuis la fin du xviiie siècle43 est réaffirmé par les deux auteurs : « Toute science est d’abord une fin en soi » rappelle Jaeger. « Elle veut résoudre des problèmes, contribuer à la connaissance, indépendamment du fait qu’elle offre un usage pratique ou non44. » L’objectif premier selon lui est de poursuivre une exploration organisée du monde et des colonies, ce en quoi il rejoint Uhlig, son compagnon de voyage en 1906, qui indique dans sa leçon inaugurale, dans la tradition du xixe siècle, les contrées qu’il reste à explorer et les « questions géographiques » qu’il reste encore à résoudre45. Cependant, chez Jaeger, lui-même issu d’un milieu de commerçants spécialisés dans le textile, l’usage pratique de la géographie coloniale est évident mais second : « […] le savoir s’est toujours avéré utile, parfois directement, parfois plus indirectement. Dans la géographie, et en particulier dans la géographie coloniale, la dimension pratique est visible immédiatement46. » L’exploration a en effet permis de montrer les « les possibilités économiques » qui s’offraient à l’Allemagne mais aussi « ce qui n’était pas d’une importance moindre, les impossibilités47 », note Jaeger. La connaissance géographique des milieux, du sous-sol, des conditions naturelles des pays coloniaux est en effet essentielle pour permettre une « économie coloniale rationnelle48 ». Sans cette idée précise de la diversité des conditions naturelles, l’entreprise de colonisation (mise en valeur et contrôle du territoire) peut connaître des échecs voire d’importants revers49.

16Chez Meyer, la finalité politique du savoir géographique est bien plus centrale, même s’il ne néglige pas la dimension économique et commerciale : il précise cependant clairement que cette finalité ne doit pas guider de manière exclusive les cours de politique coloniale et de géographie coloniale :

  • 50 Hans Meyer, op. cit., 1915, §20.

Bien entendu, nos cours et nos exercices de politique et de géographie coloniales doivent également servir, en dernière analyse, la pratique coloniale, mais ils ne doivent pas être directement liés à celle-ci et leur méthode ne doit pas être conçue directement en fonction d’elle50.

  • 51 NDT : Reichskolonialamt dont Meyer présidait depuis dix ans la commission géographique chargée de l (...)
  • 52 Hans Meyer, op. cit., 1915, §19.
  • 53 Cf. Jens Ruppenthal, Kolonialismus als Wissenschaft und Technik. Das Hamburgische Kolonialinstitut (...)

17Si la géographie coloniale peut et doit être mise au service du politique, celle-ci ne doit pas contrevenir à l’autonomie de la recherche scientifique – dans sa méthode comme dans ses objets. Alors qu’il n’est pas immédiatement question, chez Jaeger, de servir les besoins de l’État, la géographie coloniale sert au contraire pour Meyer à satisfaire « un grand besoin de l’office colonial du Reich51, qui est toujours à la recherche de personnel compétent pour accomplir certaines tâches de géographie coloniale52 ». Il considère que son enseignement doit servir à former de futurs cadres ou spécialistes actifs dans les colonies. La formation, professionnalisante, est mise au service des administrations coloniales. Meyer se distingue cependant du modèle de l’institut colonial de Hambourg pour qui la formation de fonctionnaires coloniaux était première53 :

  • 54 Hans Meyer, op. cit., 1915, §20.

L’Institut Colonial de Hambourg a prévu, entre autres, pour sa chaire de géographie de réunir les tâches scientifiques et pratiques, qui visent principalement à former des fonctionnaires coloniaux, ainsi que de mettre en place un centre d’information scientifique pour les entreprises commerciales, minières et de plantation dans nos colonies et dans les colonies étrangères. Nous sommes loin de tels objectifs pédagogiques. Ce qui, pour Hambourg – ville qui a des relations avec l’outre-mer dans le monde entier – représente un besoin et constitue, par conséquent, l’une des tâches d’enseignement les plus importantes de l’Institut Colonial de Hambourg, ne l’est pas de la même manière pour Leipzig et son université54.

18La situation de Hambourg, ville portuaire et coloniale et de Leipzig, ville terrestre et ouverte sur l’Europe centrale explique selon Meyer les besoins et les moyens différents en matière de géographie coloniale.

Sentiment colonial et conscience nationale

  • 55 Hans Meyer, op. cit., 1915, §11.

19Les « bénéfices pratiques » que l’Allemagne peut retirer de cette connaissance des milieux n’implique pas une conception déterministe de ces derniers : une approche comparatiste doit permettre de montrer qu’à conditions naturelles équivalentes, « le travail des indigènes et des Européens colonisateurs » a eu des effets d’ampleur différente55. L’entreprise humaine – qui doit s’appuyer sur une connaissance précise des milieux – est déterminante dans le succès ou l’échec de l’entreprise coloniale : selon Meyer, il faut donc avant tout de développer une géographie coloniale comparée, étudiant à la fois les colonies allemandes et non allemandes, d’abord parce qu’il s’agit de comprendre les territoires les uns par rapport aux autres, les colonies voisines, au-delà de frontières politiques « arbitraires » et ne correspondant pas aux conditions naturelles de la région, ensuite parce que ce genre de comparaison permet de déterminer ce qui lui semble important dans le contexte de l’affrontement de la Grande Guerre, à savoir l’« esprit national » des différentes puissances coloniales :

  • 56 Hans Meyer, op. cit., 1915, §13.

Les Britanniques ont fait de leurs colonies sur la côte de Guinée ouest-africaine quelque chose de très différent de ce que les Portugais ou les Hollandais avaient fait de ces mêmes régions ou de ce que les Français font actuellement de leurs colonies voisines de nature similaire, et ces derniers [font] eux-mêmes encore autre chose de ce que les Allemands ou les Espagnols ont fait des leurs. Au fil de nos observations, nous allons donc devoir prêter une attention minutieuse à la diversité géographique des colonies, au travail des différentes individualités nationales, ainsi qu’aux changements historiques dans la force d’action et de vie des peuples colonisateurs, qui remportent des succès sur le plan de la politique mondiale56.

  • 57 Batailles respectives de Sandfonstein contre les troupes sud-africaines en septembre 1914, bataille (...)
  • 58 Michael Heffernan, « The spoils of war : the Société de Géographie de Paris and the French Empire, (...)
  • 59 Hans Meyer, op. cit., 1915, §2.
  • 60 Jürgen Zimmerer, « Im Dienste des Imperiums. Die Geographen der Berliner Universität zwischen Kolon (...)
  • 61 L’expression de « plus grande Allemagne » (« das grössere Deutschland ») renvoie à une pensée expan (...)
  • 62 Hans Meyer, op. cit., 1915, §26.
  • 63 Ibid., §26.

20Alors que Jaeger ne fait qu’une allusion discrète au conflit franco-allemand relatif au Maroc qui avait éclaté en 1905, Meyer consacre le début et une partie essentielle de son discours à la « la fureur de la guerre, dont le déchaînement fait trembler la terre depuis neuf mois déjà ». À l’heure où Meyer s’exprimait le Reich avait en effet déjà perdu le Togo, la Nouvelle-Guinée, Samoa et l’enclave de Kiaou-Tchéou et, malgré des victoires remportées contre l’Entente en Namibie, en Afrique orientale allemande et en Angola57, la situation de l’Empire allemand, mal préparé à l’éventualité d’une guerre, était plus que critique. Meyer brosse un tableau terrible et indigné de la situation des colonies allemandes, après près d’une année de guerre, attaquées ou occupées par les ennemis français, anglais ou japonais. Il écrit dans un contexte bien spécifique, marqué par une très forte anglophobie et la discussion ouverte, dans les revues de la Société de géographie de Paris et de Londres, des buts de guerre des deux voisins et concurrents, concernant notamment les colonies allemandes, échanges qui avaient indigné les géographes allemands, notamment à Berlin58. En cette grande « heure de vérité », Meyer milite pour une « résurrection » de l’Empire allemand et la constitution d’un « futur empire allemand plus étendu, plus précieux et plus puissant »59. Cette position n’avait rien d’évident dans le contexte d’un débat alors virulent sur la pertinence de maintenir ou non un effort colonial outre-mer ou bien de reporter cette énergie sur l’Ostforschung et la colonisation de la Mitteleuropa60. Mais Meyer est convaincu de l’importance d’une politique ultramarine puissante qui permettrait le succès d’une plus grande Allemagne en outre-mer61 : « La nouvelle Allemagne devra établir les fondements solides de sa situation de puissance mondiale dans un vaste et nouvel empire colonial62. » Soulignant, comme avant lui les théoriciens et partisans de la Nationalökonomie, l’hypocrisie du libéralisme économique britannique qui n’aurait en réalité servi qu’à assurer la domination mondiale de la Grande-Bretagne en entravant le succès des autres nations, il affirme que « le but ultime de notre politique ultramarine n’est pas de dominer le monde mais de devenir une puissance mondiale assurant la liberté des mers à toutes les nations63 ».

  • 64 Ibid., §2.
  • 65 Ibid., §26.

21La science doit contribuer à l’effort de guerre et être mise « au service de ce grand moment ». Il faut pour cela convaincre l’opinion publique – et l’on voit bien que le positionnement de Meyer mêle ici ses fonctions d’éditeur, d’homme politique et d’enseignant – de « l’importance vitale, pour le peuple et l’Empire, d’avoir des possessions coloniales fortes sur le plan économique et politique64 ». L’enseignant doit « éveiller la conscience de notre jeunesse et élever sa compréhension », il faut aussi élargir sa vision du monde comme a été élargie celle de « nos jeunes fonctionnaires et officiers, [à] nos planteurs au Cameroun, [à] nos constructeurs de chemin de fer en Afrique de l’Est, [à] nos fermiers dans le Sud-Ouest africain », « éclaireurs clairvoyants » des « devoirs de la politique mondiale allemande ». Le registre est ici moral. L’enseignant doit être « pour la génération à venir un avocat de cette idée [la résurrection de notre patrie en tant que puissance mondiale], un guide vers la prise de conscience et un éducateur au travail commun65 ». La géographie – qui devient à cette occasion « science de l’espace » (Raumwissenschaft) – doit transmettre aux étudiants la même « grandeur » dans la « conception de l’espace » que celle qui existe chez les Britanniques. Par rapport à la leçon de Jaeger, le texte de Meyer exprime un tournant ratzélien est net. Ce dernier donne toute sa dimension à la « Kolonialpolitik » exprimée dans l’intitulé même de sa chaire, affirmant ainsi de façon saisissante :

  • 66 Ibid., §12.

De la même façon qu’il y a une géographie politique, développée principalement par Friedr[ich] Ratzel, il y a également une politique géographique (géopolitique), et, en particulier, une politique géographique coloniale et mondiale, dont les principes proviennent pour l’instant davantage de la pratique que de la science66.

  • 67 Ibid., §1 : « tout lien avec nos colonies est rompu par l’ennemi » ; « on leur a coupé tout approvi (...)
  • 68 Hans Meyer, op. cit., 1915, §24.
  • 69 Hans Meyer, op. cit., 1915, §23.
  • 70 Nicolas Ginsburger, La guerre…, op. cit., 2010.

22Car c’est bien de cela qu’il s’agit chez Meyer : penser une politique géographique coloniale et mondiale. La spécificité du texte de Meyer par rapport à celui de Jaeger, outre sa tonalité militante, tient à une analyse géostratégique de la colonisation : marqué par le blocus imposé par la flotte britannique67, Meyer insiste sur le fait qu’il faut considérer le fait colonial non pas seulement à l’échelle des colonies mais aussi à l’échelle des empire coloniaux. Il convient de considérer ces derniers comme des systèmes mondiaux composés de territoires colonisés mais aussi de « maillons fédérateurs intermédiaires » permettant de la « sécurisation politique concomitante des routes maritimes reliant [les] colonies »68 : ce sont ces maillons qui font défaut, constate Meyer, à l’Empire allemand. Ces derniers peuvent être des îles (qu’il faut alors fortifier), des bases navales, des stations câblées ou des places d’approvisionnement en charbon. Il faut concevoir l’entreprise de colonisation comme un système mondial, articulant des réseaux et des pôles : penser à cette échelle est fondamental pour garantir le succès d’un empire et d’une puissance mondiale. Cette idée ratzélienne de la « puissance » devient sous la plume de Meyer et dans le contexte de la guerre, une question vitale pour l’Allemagne : « La politique mondiale de l’Allemagne, sur laquelle s’appuie la vie de notre nation, ne peut pas se limiter simplement à une politique économique mondiale, mais doit également être une politique de puissance mondiale69. » La géographie coloniale, couplée à la politique coloniale, doit conduire l’Allemagne vers la victoire et la puissance, dans une optique nationaliste tout à fait typique de la Grande Guerre70.

Organiser l’enseignement de la géographie coloniale

  • 71 Hans Meyer, op. cit., 1915, §6.
  • 72 Ibid. §7.

23L’institutionnalisation récente d’une géographie coloniale oblige les détenteurs des chaires de Berlin et de Leipzig à des prolégomènes en matière de didactique et de pédagogie. En effet, dans le cas de la géographie coloniale « il n’existe pas de tradition ni de normes fixes comme c’est le cas pour une discipline instituée depuis longtemps : les objectifs doivent d’abord être établis et la démarche d’enseignement doit d’abord être trouvée71 ». Il y chez Meyer une idée de « parcours » pédagogique que l’on ne retrouve pas chez Jaeger, pour qui cette nouvelle branche de la géographie n’implique pas d’approches didactiques spécifiques. Pour Meyer, la géographie coloniale ne se limite pas à une approche régionale, à une « géographie des colonies », mais « elle a ses propres méthodes et ses propres objectifs72 ». Meyer distingue ainsi des objectifs pédagogiques différents selon l’avancement dans le cursus des étudiants. L’un comme l’autre s’accordent cependant sur l’essentiel : l’enseignement de la géographie coloniale doit s’appuyer sur des travaux pratiques, sur la mobilisation de collections locales et sur l’expérience personnelle du terrain colonial de l’enseignant, voire, si cela est possible, sur des excursions universitaires.

Conférences et travaux pratiques

  • 73 Ibid. §15.
  • 74 Ibid. §14.

24Le géographe colonial ne peut se contenter de faire des cours magistraux : il doit organiser des travaux pratiques et des exercices. L’objectif est de former « non seulement à la compréhension de la spécificité géographique d’un pays colonial, au traitement scientifique autonome d’une tâche de géographie coloniale mais ils doivent aussi apprendre à représenter le caractère géographique d’un pays colonial de manière à la fois claire et méthodique »73. Notons ici l’idée d’autonomie qui fait écho au souci d’établir un parcours, une progression dans l’enseignement qui doit aboutir à une émancipation des étudiants. Meyer propose d’organiser des « lectures communes, des exposés, des discussions et des séminaires »74. Les étudiants « avancés » pourront se livrer à « l’analyse de problèmes géographiques spécifiques » tels que, en géographie physique, « la géographie du lac Tanganyika », « la morphologie de Nouvelle-Guinée », « Le système fluvial de la région des sources du Nil » ou, en géographie appliquée, « la géographie économique du Cameroun », « la nature des transports des Africains de l’Est », « le peuplement de Samoa ».

  • 75 Carl Uhlig, op. cit., p. 369 : parmi les représentants officiels de la géographie dans 21 universit (...)
  • 76 Hans Meyer, op. cit., 1915, §18.
  • 77 Sur l’histoire de la cartographie allemande en terrains étrangers cf. Ségolène Débarre, op.cit., 20 (...)
  • 78 Hans Meyer, op. cit., 1915, §18.

25Cette importance accordée aux travaux pratiques répond bien sûr à l’une des finalités de l’enseignement de la géographie coloniale, celle de renforcer l’Empire allemand et d’organiser la mise en valeur « rationnelle » des territoires coloniaux. Afin de pouvoir animer ces exercices, il est souhaitable que l’enseignant ait une expérience personnelle du terrain colonial (« il faut connaître soi-même les pays coloniaux ») car seule l’expérience peut réellement fonder la connaissance : ainsi on ne peut pas vraiment prétendre à un savoir (géographique) colonial sans avoir une pratique longue et variée des terrains ultramarins75. Prétendre en rendre compte sans s’y être rendu serait une imposture. Le géographe colonial doit ainsi encourager, voire organiser au sein de son enseignement des excursions sur le terrain colonial afin de privilégier l’expérience sensible. Pour préparer les étudiants au travail de terrain, en particulier à la cartographie, il faut leur donner des outils concrets, leur faire manipuler des instruments notamment de géodésie : « L’entraînement pratique à la manipulation des instruments les plus nécessaires va de pair avec cela, ainsi que l’initiation à la meilleure méthode de levé d’itinéraires et de croquis géographique pour les voyages coloniaux, aux techniques les plus appropriées pour les voyages tropicaux de collecte, entre autres, géologique, botanique, zoologique, etc76. » On retrouve ici des préoccupations communes à la géographie exploratoire77 – une filiation très nette dans la leçon inaugurale de Carl Uhlig en 1911 et réaffirmée par Meyer qui « voi[t] dans l’élaboration des fondements scientifiques et pratiques qui permettent à un explorateur d’exécuter outre-mer des travaux géographiques de façon plus adéquate, en particulier dans les territoires coloniaux allemands, une tâche importante des exercices de la nouvelle chaire de géographie coloniale78 ».

  • 79 Anonyme, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde, 1911, p. 584.
  • 80 Sabine Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft” – Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert(...)

26Jaeger ne précise pas, dans sa leçon, le public auquel seront destinés ses enseignements. Il s’agissait certainement d’une part de futurs géographes mais surtout des spécialistes des colonies (médecins, officiers, fonctionnaires) et de futurs colons (agriculteurs, commerçants). Cependant, on sait qu’il a enseigné à l’université lors du semestre d’hiver 1911/1912 deux heures hebdomadaires consacrées à la géographie économique et des transports et des travaux pratiques de relevés de terrain, tandis que Gustav Braun (1881-1940) enseignait la géographie de l’Empire allemand et de ses possessions ultramarines et que le professeur Adolf Marcuse (1860-1930) entraînait les étudiants au maniement des instruments géodésiques. Cet enseignement était complété par des cours dans d’autres lieux d’enseignement supérieur de la capitale impériale, à savoir l’École supérieure de commerce où Georg Wegener (1863-1939) enseignait la géographie économique générale et la géographie de l’Inde britannique, et Ernst Tiessen (1871-1949) la géographie de l’Australie, et le « Séminaire oriental » (Orientalisches Seminar) où l’officier explorateur Hans von Ramsay (1862-1938) enseignait la géographie du Cameroun et du Togo, et Paul Sprigade (1863-1928) et Max Moisel (1869-1920) les techniques cartographiques et géodésiques79. L’offre berlinoise d’enseignement géographique lié aux colonies, sans parler de l’enseignement spécifique de géologie, de botanique, d’anthropologie ou de techniques commerciales dispensé par des non-géographes, était donc très importante, en particulier dans le cadre très spécifique du « Séminaire oriental », central pour les savoirs coloniaux dans la capitale impériale80. Elle ne dépendait donc pas seulement de Jaeger.

La présence du terrain colonial dans l’enseignement de géographie coloniale

27Cependant, en 1911 comme en 1915, l’impératif de l’excursion sur le terrain pose des problèmes concrets et matériels, que rencontrent à vrai dire tous les enseignants de géographie traitant d’espaces extra-européens, mais de manière exacerbée pour le cadre lointain des colonies allemandes, en particulier africaines, et par le contexte géopolitique des années 1910. Jaeger envisage ainsi des voyages d’études qui ont pour principal obstacle, en 1911, le coût, bien que certains d’entre eux pourraient être financés par la Commission géographique (landeskundliche Kommission) créée en 1905 par Meyer :

  • 81 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §14.

Le meilleur moyen d’observation pour les géographes est et reste naturellement de se rendre dans le pays lui-même. Des voyages d’études dans les colonies ont déjà été entrepris à plusieurs reprises ces dernières années, y compris par des universités. Même si une telle entreprise présente de grandes difficultés, en particulier des difficultés relatives au coût, j’espère pourtant que des moyens seront trouvés pour qu’un voyage d’enseignement géographique soit réalisé par l’université de Berlin dans l’une de nos colonies81.

  • 82 On a ainsi trace d’une excursion universitaire organisée en 1899 dans les Balkans par Albrecht Penc (...)
  • 83 Otto Baschin, op. cit., p. 572.
  • 84 Otto Baschin, op. cit., p. 579-580.
  • 85 Hugh Clout, « Lessons from Experience: French Geographers and the Transcontinental Excursion of 191 (...)
  • 86 Hans Meyer, op. cit., 1915, §15.

28Si l’on peut douter de la possibilité matérielle de faire voyager plusieurs dizaines d’étudiants pendant un temps suffisant pour véritablement connaître le terrain colonial, on doit cependant noter deux faits. D’une part, les géographes allemands organisent en effet des excursions collectives sur le terrain, parfois relativement lointain82, même si l’on n’a pas connaissance de voyages proprement universitaires dans les colonies comme l’indique Jaeger. Créé en 1906, une caisse spéciale subventionne certes les excursions d’étudiants berlinois83, mais c’est souvent sur un mode individuel : le format « normal » de l’exploration est encore celui de la fin du xixe siècle, une excursion certes de groupe, mais où les géographes sont minoritaires, comme c’est le cas lors du voyage de Hans Meyer, en juin-juillet 1911, au Rwanda, au sein d’une caravane de 118 personnes, accompagné du topographe militaire Tiller et du médecin zoologue Houy84. D’autre part, cependant, Jaeger est lui-même très familier des voyages collectifs, même s’il ne s’agit souvent que de petits groupes : en 1903-1904, il avait voyagé avec Carl Uhlig, en 1906-1907, avec son cousin Eduard Oehler (1881–1941), qui fit avec lui l’ascension du volcan Kilimandjaro, bien connu par Hans Meyer. Remarquons qu’en 1912, ces voyages collectifs se poursuivent : Oehler organise, sur sa fortune personnelle de fils d’industriel, une nouvelle expédition sur le Kilimandjaro, cette fois avec le géographe Fritz Klute (1885-1952), assistant d’Hermann Wagner à Göttingen, tandis qu’entre août et octobre, Jaeger est un des neuf géographes allemands à prendre part à l’excursion transcontinentale organisée par la Société de géographie de New York et en particulier par le géomorphologue et professeur à l’université de Harvard William Morris Davis, pour faire découvrir les Etats-Unis aux 43 géographes européens invités85. Encore en 1914, Jaeger part en Afrique du Sud-Ouest, cette fois avec Leo Waibel, mais il y est rattrapé par la guerre et obligé d’y rester jusqu’en 1919 détenu par les forces britanniques. Ainsi, en 1915, le conflit européen et mondial a emporté l’espoir d’organiser des excursions universitaires : Meyer note sobrement dans sa leçon qu’« on ne peut pas se forger une idée des pays coloniaux par des excursions organisées dans le cadre de séminaires comme on le fait pour les paysages européens ; nous devons donc apporter la nature dans le séminaire sous la forme d’images caractéristiques et compléter le tableau par la parole vivante86 ». Si l’étudiant ne peut aller à la nature, c’est à l’enseignant de faire venir la nature dans la classe. La mention d’une « parole vivante » est ambiguë : il peut s’agir bien sûr de celle de l’enseignant mais peut-être aussi celle de « témoins », hommes d’affaires, administrateurs coloniaux ou militaires qui pourraient intervenir dans le séminaire. Dans tous les cas, l’enseignant doit mobiliser toutes les ressources locales disponibles pour « donner à voir » aux étudiants les colonies dans toute leur diversité.

29Les collections organisées tout au long du siècle précédent et conservées dans les universités, les bibliothèques et les musées offrent un substitut (ou un préalable chez Jaeger) à l’expérience des colonies. Les objets concernés sont de nature variée : il s’agit de cartes bien sûr, l’outil graphique par excellence de la géographie, mais aussi de photographies (ou diapositives) et de dessins :

  • 87 Ibid.

Le géographe colonial doit accorder une grande importance au fait d’avoir une riche collection d’images typiques provenant de nos colonies et des colonies étrangères, en particulier des images de paysages caractéristiques, dont une sélection admirable est disponible à cette fin au séminaire géographique [de l’université de Leipzig] à côté d’une collection de cartes bien choisies87.

  • 88 Ibid., §16.
  • 89 Ibid.
  • 90 Ibid.
  • 91 Cette rivalité se lit dans la version tapuscrite de la leçon inaugurale de Meyer qui comporte des a (...)

30Images « de paysages caractéristiques », cartes « bien choisies », Meyer souligne là le rôle de filtre joué par l’enseignant et les conservateurs des collections : le choix des illustrations participe des qualités pédagogiques de l’enseignant tout comme aussi, dans le même temps, de la construction – voire la fixation – d’une certaine image des colonies. Aux collections iconographiques, s’ajoutent les collections de naturalistes : roches et plantes notamment qui permettent de saisir les caractéristiques des milieux naturels. Enfin, les objets des collections ethnographiques permettent d’étudier les spécificités des « peuples indigènes de nos colonies et des colonies étrangères » : Meyer mentionne notamment le musée d’ethnographie de la ville de Leipzig (Museum für Völkerkunde), fondé en 1869, qui « offre un matériau d’illustration extraordinairement riche que nous devons avoir à cœur d’étudier assidument88 ». Il indique en particulier « les magnifiques collections venant de nos colonies et établies sous la direction décidée du Prof. Weules [qui] doivent être mises au service de nos objectifs de géographie coloniale par l’organisation fréquente de visites guidées et de conférences explicatives89 ». La géographie devrait même être, dans un avenir proche, partie prenante de l’organisation des collections du musées puisque « l’agrandissement prévu du musée ethnographique, qui vise à créer une collection dédiée à l’ethnographie et la géographie coloniales allemandes dans leur ensemble, [le rendra] encore plus riche et instructif pour les études de géographie coloniale90 ». La mention à Karl Weule (1864-1926) n’est pas fortuite : d’abord formé auprès du géographe Hermann Wagner à l’université de Göttingen, puis à Leipzig sous la direction de Friedrich Ratzel, Weule avait soutenu un doctorat de géographie en 1891 sur la morphologie côtière, mais il obtint, grâce à l’entremise de Ferdinand von Richthofen un poste d’assistant – chargé de l’inventaire des collections – au département consacré à l’Afrique et à l’Océanie au sein du Musée ethnographique de Berlin. Il entreprit en 1906 un voyage de recherche en Afrique orientale et fut nommé à son retour, en 1907, directeur du musée ethnographique de Leipzig. Il s’agit donc d’un intermédiaire précieux, particulièrement proche de la géographie malgré une carrière davantage liée à l’ethnographie dans un cadre non pas académique, mais muséal. L’exemple développé par Meyer de la coopération scientifique avec le musée ethnographique de Leipzig, illustre son souci de rapprocher et de faire collaborer les diverses institutions et organismes concernés par l’« étude scientifique des colonies » : « nous devons éviter une concurrence dans le travail » écrit-il. De la même façon, les enseignements « dont le contenu est lié au colonial de diverses manières » devront s’unir, à la fois au sein de l’université et entre les universités (Meyer cite les universités de Berlin, de Halle et de Bonn). Prévenant d’éventuelles tensions, évoquant de manière détournée la rivalité qui existait avec Joseph Partsch91, Meyer souligne aussi par son appel à l’unité, la dédication à une cause qui anime son discours de savant : servir la patrie et la grandeur de la nation allemande, particulièrement attaquée en 1915 : Meyer en appelle ici à une sorte d’« Union sacrée », de Burgfrieden, entre géographes et entre Allemands, pour la victoire de la patrie et de la cause coloniale.


**

31Atteignant une certaine maturité par la multiplication de travaux géographiques et l’émergence de spécialistes des territoires ultramarins, l’institutionnalisation de la géographie coloniale dans les universités allemandes s’opère au début des années 1910. En 1915, Meyer fait cette comparaison internationale :

  • 92 Ibid., §4.

La chaire de géographie coloniale de Leipzig est la deuxième du genre en Allemagne. La première, à laquelle fut nommé le professeur Fritz Jaeger, a été créée à Berlin en 1910. L’Institut Colonial de Hambourg en revanche a bien une chaire de géographie mais pas de chaire spécifique pour la géographie coloniale. En Angleterre, il n’y a de chaire de géographie coloniale générale ni à Oxford ni à Cambridge ni non plus à l’Institut impérial, mais seulement à l’Université de Londres ; en France, depuis 1894, il y en a une à la Sorbonne et, depuis 1903, dans plusieurs autres universités et instituts coloniaux. En Belgique depuis le tournant du siècle, il en existe dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur mais il n’y en a pas en Hollande, ni en Italie, en Espagne ou au Portugal en la matière l’Allemagne qui est la plus jeune puissance coloniale n’arrive donc pas trop tard92.

  • 93 Dieter M. Opferkuch, Hartmut Leser, « Mensch-Umwelt-Wissenschaft Geographie: 100 Jahre Geographisch (...)

32Il remarque donc une avance française et belge indéniable, mais une équivalence entre l’institutionnalisation britannique et celle de l’Allemagne, par ailleurs, selon lui, en avance sur les puissances coloniales plus petites, dans lesquelles on observe certes une institutionnalisation plus faible de la géographie universitaire, mais qui ont cependant des lieux différents d’enseignement colonial (instituts coloniaux, écoles supérieures de commerce, etc.). L’entrée officielle de la géographie coloniale dans l’enseignement supérieur allemand s’appuie certes sur des individualités, des professeurs exclusivement africanistes, mais leurs leçons inaugurales ont une forte valeur programmatique, à défaut d’être véritablement novatrices d’un point de vue théorique. On y note l’hésitation, présente dans la géographie coloniale en France, entre deux définitions de cette spécialisation émergente : science par essence appliquée, visant uniquement la mise en valeur utilitaire, au service de la Nation, ou bien cas particulier d’essence régionale d’une science générale visant à établir des règles, des pratiques et des méthodes de travail valables pour tous les terrains. L’accord est par contre complet en ce qui concerne le rôle de la géographie dans la connaissance des terrains coloniaux. En France comme en Allemagne, les géographes coloniaux revendiquent la puissance cognitive de la spécialité en raison de sa capacité à étudier finement les différentes configurations spatiales et donc à fournir aux praticiens de la colonisation et aux cadres travaillant dans les colonies des informations utiles. La Grande Guerre puis la perte des possessions ultramarines allemandes devaient cependant mettre un terme rapide à cette ambition : tandis que Meyer restait à Leipzig sur une chaire désormais sans objet, recevant en 1928 une récompense honorifique « pour ses mérites coloniaux » de la part de la Société coloniale allemande avant de s’éteindre en 1929, Jaeger devait poursuivre son enseignement à Berlin dans les années 1920, puis trouver une chaire de professeur ordinaire à l’université de Bâle, entre 1928 et 194793 : étendant ses travaux au Mexique, il y approfondit cependant ses travaux sur l’Afrique, cultivant, comme d’autres géographes coloniaux, une nostalgie révisionniste pour son terrain perdu.

Haut de page

Notes

1 Carl Uhlig, dans sa leçon inaugurale du 12 janvier 1911, proposait une estimation du nombre d’heures consacrées à la géographie des colonies dans 21 universités allemandes entre 1898 et le semestre hivernal 1910-11. Il ressortait de son analyse une nette prédominance du pôle berlinois – grâce, notamment, au séminaire de langues orientales-, mais aussi le fait que pratiquement tous les professeurs délivrent un enseignement sur les territoires coloniaux à un moment ou à un autre du cursus : cf. Carl Uhlig, « Entwicklung, Methoden und Probleme der Geographie der deutschen Kolonien », Geographische Zeitschrift, 1911, (p. 361-378), p. 370.

2 Le contexte et le parcours de ces géographes ayant été présenté dans l’article de Nicolas Ginsburger publié dans ce même numéro (« Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) »), nous n’entrerons ici dans le détail des carrières que lorsque cela sera nécessaire à la compréhension des textes.

3 Il s’agit en fait du 25e anniversaire de la création du « Geographisches Kolloquium » par Ferdinand von Richthofen, à l’université de Berlin. Cf. Otto Baschin, « Das Berliner Geographische Kolloquium (1886-1911) », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 1911, (p. 570-577).

4 Meyer avait étudié la philologie, l’histoire, les sciences politiques et la botanique à Leipzig, Berlin et Strasbourg, et soutenu sa thèse en 1881 en histoire économique. C’est seulement 25 ans plus tard, en 1907, qu’il obtient une habilitation à titre honoraire, pour l’ensemble de ses travaux sur le terrain colonial.

5 Ulrich van der Heyden, « Deutsche Entdeckungsreisende in Afrika und der Kolonialismus. Das Beispiel Hans Meier », in: Heinz-Peter Brogiato (éd.), Meyers Universum. Zum 150. Geburtstag des Leipziger Verlegers und Geographen Hans Meyer (1858-1929), Leibniz-Institut für Länderkunde, Leipzig, 2008, (p. 117-140).

6 À Berlin enseigne en particulier Albrecht Penck depuis 1906, à Leipzig Joseph Partsch depuis 1905, le premier ayant succédé à Richthofen, le second à Friedrich Ratzel.

7 Fritz Jaeger, « Wesen und Aufgaben der kolonialen Geographie », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 1911, (p. 400-405).

8 Les numéros de cette revue entre 1866 et 1944 sont aujourd’hui accessibles librement sur internet :
http://www.digizeitschriften.de/dms/toc/ ?IDDOC =331863

9 Hans Meyer, « Inhalt und Ziele der Kolonialgeographie als Lehrfach », Koloniale Rundschau, 7/8, 1915, (p. 315-326).

10 Son nom signifie littéralement un « tour d’horizon colonial ». Créée en 1909 à Berlin par la Deutsche Gesellschaft für Eingebornenschutz (Société allemande pour la protection des indigènes) et la Deutsche Kolonialgesellschaft (Société coloniale allemande), publiée par les éditions Dietrich Reimer et dirigée par le consul Ernst Vohsen (1853-1919) vise explicitement à « défendre les intérêts des colonies [allemandes] et de leurs habitants » (Monatsschrift für die Interessen unserer Schutzgebiete und ihrer Bewohner). Elle a déjà publié la leçon inaugurale de Passarge dans son premier numéro : Siegfried Passarge, « Aufgaben und Ziele der geographischen Professur in Hamburg. Antrittsvorlesung am Kolonial-Institut », Koloniale Rundschau 1, janvier 1909, (p. 40-52).

11 Nous proposons une traduction de ces deux leçons en annexe. Concernant celle d’Hans Meyer, nous citons et traduisons le manuscrit original, annoté par l’auteur, conservé dans le fonds Hans Meyer des archives de l’Institut für Länderkunde (Leipzig – fonds Meyer, boîte 170, dossier 18, f. 1-16). La numérotation des paragraphes est un ajout de notre part. Nous avons supprimé les soulignements, conservés dans la traduction intégrale en annexe, pour faciliter la lecture de l’article.

12 Hans Meyer, op. cit., 1915, §6.

13 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §1.

14 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §11.

15 Hans Meyer, op. cit., 1915, §7.

16 Ibid., §7.

17 Ibid., §7. Nous traduisons ici par « sous-discipline » l’expression de « Teildisziplin » qui ne contient pas la même connotation hiérarchique que le préfixe « sous » en français. Il s’agit seulement d’une partie (Teil) de la discipline.

18 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, § 11 : « Der koloniale Geograph muss durch und durch Geograph sein. »

19 Pierre Singaravélou, L’Empire des géographes, Paris, Belin, 2008, p. 112.

20 Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

21 Hans Meyer, op. cit., 1915, §14.

22 Ibid., 1915, §13 : « Nous garderons toujours à l’esprit l’enseignement de Carl Ritter concernant l’élément historique dans la géographie. »

23 Hans Meyer, op. cit., 1915, §17.

24 Ibid., §3.

25 Félix Driver, Geography militant. Cultures of Exploration and Empire, Londres, Blackwell, 2001.

26 Hans Meyer, op. cit., 1915, §9.

27 Cf. Pascal Clerc, « Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann », dans ce numéro.

28 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §3.

29 Ibid.

30 Hans Meyer, op. cit., 1915, §8.

31 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §9.

32 Ute Wardenga, Geographie als Chorologie: Zur Genese und Struktur von Alfred Hettners Konstrukt der Geographie (Erdkundliches Wissen), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, coll. Erdkundliches Wissen 133, 1995.

33 Cf. Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate. L’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands, thèse de doctorat, université Paris 1, 2011, p. 169-173 ; Guillaume Garner, « Statistique, géographie et savoirs sur l’espace en Allemagne (1780-1820) », Cybergeo : European Journal of Geography, 2008, article 433, URL : http://cybergeo.revues.org/index208, Consulté le 01 octobre 2010.

34 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §7.

35 Meyer fit un voyage de deux ans en Asie orientale et en Amérique du Nord en 1882-1884, se consacra à l’Afrique orientale entre 1887 et 1889, puis en 1898 et en 1911, tandis qu’il découvrait en 1894 les îles Canaries, et en 1903 la Cordillère des Andes et l’Équateur.

36 Hans Meyer, op. cit., 1915, §8.

37 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §10.

38 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §8.

39 Ibid., §10.

40 Hans Meyer, op. cit., 1915, §8.

41 Sur la référence rittérienne cf. Ségolène Débarre, op. cit., p. 175-176.

42 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §10.

43 Guillaume Garner, op. cit.

44 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §15.

45 cf. Carl Uhlig, op. cit., 1911, p. 375-378.

46 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §15.

47 Ibid., §7.

48 Ibid., §15.

49 Cf. Pascal Clerc, op.cit., dans ce volume.

50 Hans Meyer, op. cit., 1915, §20.

51 NDT : Reichskolonialamt dont Meyer présidait depuis dix ans la commission géographique chargée de l’« exploration planifiée des colonies allemandes ». cf. Hans Meyer, « Die Landeskundliche Kommission des Reichskolonialamtes », Koloniale Rundschau 12, 1910, (p. 722-734).

52 Hans Meyer, op. cit., 1915, §19.

53 Cf. Jens Ruppenthal, Kolonialismus als Wissenschaft und Technik. Das Hamburgische Kolonialinstitut 1908 bis 1919, Historische Mitteilungen Beihefte 66, Stuttgart, 2007; Franz-Josef Schulte-Althoff, Studien zur politischen Wissenschaftsgeschichte der deutschen Geographie im Zeitalter des Imperialismus, Paderborn, Bochumer Geographie Arbeiten 9, 1971.

54 Hans Meyer, op. cit., 1915, §20.

55 Hans Meyer, op. cit., 1915, §11.

56 Hans Meyer, op. cit., 1915, §13.

57 Batailles respectives de Sandfonstein contre les troupes sud-africaines en septembre 1914, bataille de Tanga contre les forces britanniques en novembre 1914 et bataille de Naulila contre les troupes portugaises en décembre 1914.

58 Michael Heffernan, « The spoils of war : the Société de Géographie de Paris and the French Empire, 1914-1919 », in : Morag Bell, Rubin A. Butlin, Michael Heffernan (éd.), Geography and Imperialism 1820-1940, Manchester, 1995, (p. 221-264) ; Nicolas Ginsburger, La guerre, la plus terrible des érosions. Cultures de guerre et géographes universitaires : Allemagne – France – États-Unis (1914-1921), Thèse, Université de Paris Ouest Nanterre, 2010, p. 491-492.

59 Hans Meyer, op. cit., 1915, §2.

60 Jürgen Zimmerer, « Im Dienste des Imperiums. Die Geographen der Berliner Universität zwischen Kolonialwissenschaften und Ostforschung », Jahrbuch für Universitätsgeschichte, 7, 2004, p. 73-100.

61 L’expression de « plus grande Allemagne » (« das grössere Deutschland ») renvoie à une pensée expansionniste et impérialiste typique de l’époque wilhelmienne. Cf. Walter Mogk, Paul Rohrbach und das “Größere Deutschland”. Ethischer Imperialismus im Wilhelminischen Zeitalter. Ein Beitrag zur Geschichte des Kulturprotestantismus, Munich, Goldmann Wilhelm, 31 pages.

62 Hans Meyer, op. cit., 1915, §26.

63 Ibid., §26.

64 Ibid., §2.

65 Ibid., §26.

66 Ibid., §12.

67 Ibid., §1 : « tout lien avec nos colonies est rompu par l’ennemi » ; « on leur a coupé tout approvisionnement de matériel et de fournitures de guerre ». Sur le blocus britannique, cf. Eric W. Osborne, Britain’s Economic Blockade of Germany, 1914-1919, Londres, Routledge, 2004.

68 Hans Meyer, op. cit., 1915, §24.

69 Hans Meyer, op. cit., 1915, §23.

70 Nicolas Ginsburger, La guerre…, op. cit., 2010.

71 Hans Meyer, op. cit., 1915, §6.

72 Ibid. §7.

73 Ibid. §15.

74 Ibid. §14.

75 Carl Uhlig, op. cit., p. 369 : parmi les représentants officiels de la géographie dans 21 universités allemandes, 11 sont des connaisseurs directs des colonies et 4 y ont séjourné pendant plusieurs années.

76 Hans Meyer, op. cit., 1915, §18.

77 Sur l’histoire de la cartographie allemande en terrains étrangers cf. Ségolène Débarre, op.cit., 2011 et Rudolf Hafeneder, Deutsche Kolonialkartographie 1884-1919, thèse de doctorat, Universität der Bundeswehr, Munich, 2008.

78 Hans Meyer, op. cit., 1915, §18.

79 Anonyme, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde, 1911, p. 584.

80 Sabine Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft” – Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2007, en particulier p. 226-250.

81 Fritz Jaeger, op. cit., 1911, §14.

82 On a ainsi trace d’une excursion universitaire organisée en 1899 dans les Balkans par Albrecht Penck, alors professeur à l’université de Vienne. Cf. Nicolas Ginsburger, « Avec ou sans Cvijic », in : Marie-Claire Robic, Pascal Clerc (dir.), Géographes hors les murs, à paraître.

83 Otto Baschin, op. cit., p. 572.

84 Otto Baschin, op. cit., p. 579-580.

85 Hugh Clout, « Lessons from Experience: French Geographers and the Transcontinental Excursion of 1912 », Progress in Human Geography, 28, Oct. 2004, (p. 597-618); Nicolas Ginsburger, La guerre…, op. cit., p. 130-136.

86 Hans Meyer, op. cit., 1915, §15.

87 Ibid.

88 Ibid., §16.

89 Ibid.

90 Ibid.

91 Cette rivalité se lit dans la version tapuscrite de la leçon inaugurale de Meyer qui comporte des annotations et ratures relatives à Partsch montrant ses hésitations de l’auteur à trouver les mots de la conciliation avec son collègue.

92 Ibid., §4.

93 Dieter M. Opferkuch, Hartmut Leser, « Mensch-Umwelt-Wissenschaft Geographie: 100 Jahre Geographisches Institut Basel (1912-2012) », Regio Basiliensis 53 (1-2), 2012, p. 11-12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ségolène Débarre et Nicolas Ginsburger, « « Geographie der Kolonien, Kolonialgeographie ? Théorisation et objectifs de la géographie coloniale dans les leçons inaugurales de Fritz Jaeger (1911) et Hans Meyer (1915) » », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 167-186.

Référence électronique

Ségolène Débarre et Nicolas Ginsburger, « « Geographie der Kolonien, Kolonialgeographie ? Théorisation et objectifs de la géographie coloniale dans les leçons inaugurales de Fritz Jaeger (1911) et Hans Meyer (1915) » », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1497 ; DOI : 10.4000/rgi.1497

Haut de page

Auteurs

Ségolène Débarre

Maître de conférences en géographie à l’université Paris 1, chercheuse au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, enseignant, chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals