Navigation – Plan du site

Leçon inaugurale de Hans Meyer, à l’université de Leipzig, le 12 juin 1915

Hans Meyer
Traduction de Ségolène Débarre et Nicolas Ginsburger
p. 193-202

Texte intégral

Contenu et objectifs de la géographie coloniale comme enseignement1

  • 1 Nous traduisons ici la version tapuscrite de la leçon inaugurale conservée à Institut für Länderkun (...)
  • 2 Hans Meyer fait ici allusion à l’article 25 du chapitre IV de la conférence de Berlin signée le 26 (...)
  • 3 Kiaou-Tchéou concession allemande de 1898 à 1914 située au nord-est de la Chine actuelle dont la vi (...)
  • 4 Nous choisissons de traduire le terme « Schutzgebiet » par « colonie » dans la mesure où le terme d (...)
  • 5 Schutztruppen : (All. litt. : troupes de protection) forces armées chargées de la sécurité et de la (...)
  • 6 Nous traduisons ici le terme de Kulturwerte par « œuvres culturelles » en gardant cependant à l’esp (...)

1§1. La fureur de la guerre, dont le déchaînement fait trembler la terre depuis neuf mois déjà, a aussi embrasé nos colonies. Même la plus grande Allemagne en outre-mer a subi l’assaut conjoint de l’Angleterre, de la France et du Japon, après que l’avidité et la perfidie britanniques ont déclaré nul et non avenu l’acte de navigation du Congo ratifié par l’Angleterre, qui établissait la neutralité du bassin du Congo, du Cameroun et de l’Afrique de l’Est en cas de guerre européenne2. Sur le sol chinois, notre concession de Kiaou-Tchéou3, isolée et faiblement peuplée, a été attaquée par les Japonais disposant de forces supérieures et aidés des Britanniques, nos archipels disséminés dans le Pacifique – les îles Mariannes, les Carolines et les îles Marshall – ont été occupés par la flotte japonaise, notre Terre de l’Empereur-Guillaume en Nouvelle-Guinée et l’archipel Bismarck ont été pris par les Anglais de l’hémisphère austral, Samoa par les Néo-Zélandais et, parmi nos colonies africaines, le petit Togo a été envahi et en grande partie occupé par les Français alliés aux Anglais. Dans nos trois grandes colonies4, l’Afrique de l’Est, le Cameroun et le Sud-Ouest Africain, nos troupes coloniales5, renforcées par des fonctionnaires, des colons et des hommes d’affaires ont certes fourni jusqu’ici une résistance héroïque, malgré les incursions dévastatrices des Anglais, des Français et des Belges et maintenu l’ennemi éloigné de la plus grande partie de l’intérieur [des colonies], mais la situation des nôtres là-bas est plus difficile de semaine en semaine car on leur a coupé tout approvisionnement en matériel de guerre et en nourriture. Même si ce n’est pas là-bas que se décidera le destin définitif de nos colonies mais sur les champs de bataille polonais et français, nous devons assister, impuissants et brûlant de rage, jusqu’à cette grande heure de vérité, à la destruction planifiée d’innombrables œuvres culturelles6, que nous avions instituées au prix d’années de sacrifices et d’un travail pénible, et qui continuent d’être détruites méthodiquement par la fourberie de nos ennemis. [Nous devons assister aussi] à la vision de nos compatriotes, hommes, femmes et enfants traînés hors de leurs foyers avec une brutalité insensée, maltraités en présence des indigènes et enfermés dans des camps de concentration, sous le soleil brûlant de l’Afrique. Tout lien avec nos colonies est rompu par l’ennemi. Nous ne sommes avertis de leur sort que de manière indirecte. De fait, elles n’existent plus pour nous depuis des mois.

2§2. Puisque c’est justement au cours de cette période extrêmement critique pour nos colonies que l’université de Leipzig a décidé d’instaurer une chaire de géographie coloniale et de politique coloniale, cette décision revêt une signification particulière. Nous pouvons y reconnaître tout d’abord l’expression du ferme espoir qu’un futur empire colonial allemand, plus étendu, plus précieux et plus puissant, émergera des braises de cette effroyable guerre mondiale, et donnera une assise solide à notre importance mondiale qui n’a longtemps reçu qu’un maigre soutien. Mais nous voyons aussi dans cette décision de l’Université l’expression de la volonté que notre jeunesse étudiante accède à une compréhension plus profonde et une conscience plus aiguë de l’importance vitale, pour le peuple et l’Empire, d’avoir des possessions coloniales fortes sur le plan économique et politique, et que la juste évaluation de la valeur de ces possessions coloniales repose sur une connaissance poussée des conditions naturelles des pays coloniaux.

  • 7 Ferdinand von Richthofen (1833-1905) enseigna à l’université de Leipzig de 1883 à 1886.
  • 8 Friedrich Ratzel (1844-1904) occupa à la suite du départ de Ferdinand von Richthofen à Berlin, en 1 (...)
  • 9 Joseph Partsch (1851-1925) fut nommé à l’université de Leipzig à la suite du décès de Friedrich Rat (...)

3§3. Seule la géographie, qui couvre l’ensemble du globe, peut fournir une telle connaissance et une telle compréhension des colonies, des nôtres comme des étrangères, elle qui enseigne et étudie la relation causale des caractéristiques naturelles de chaque pays, et la conséquence de ces caractéristiques naturelles sur le travail économique et la vie étatique et politique de ses habitants. Sans la terre ferme de la géographie sous les pieds, la pratique et l’enseignement de l’économie coloniale et de la politique coloniale restent eux aussi en suspens. Dans cette perspective, l’enseignement fondamental de Ferd[inand] v[on] Richthofen7, de Friedr[ich] Ratzel8 et de Joseph Partsch9, qui facilite considérablement la poursuite de l’édification de la géographie coloniale, a fourni une base solide et large pour les tâches incombant à la nouvelle chaire créée dans notre université.

  • 10 L’institut colonial de Hambourg avait été fondé en 1908.

4§4. La chaire de géographie coloniale de Leipzig est la deuxième du genre en Allemagne. La première, à laquelle fut nommé le professeur Fritz Jaeger, a été créée à Berlin en 1910. L’Institut Colonial de Hambourg10 a bien une chaire de géographie, mais pas de chaire spécifique pour la géographie coloniale. En Angleterre, il n’y a de chaire de géographie coloniale générale ni à Oxford ni à Cambridge, ni non plus à l’Institut impérial, mais seulement à l’Université de Londres ; en France, depuis 1894, il y en a une à la Sorbonne et, depuis 1903, dans plusieurs autres universités et instituts coloniaux. En Belgique, depuis le tournant du siècle, il en existe dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur mais il n’y en a pas en Hollande, ni en Italie, en Espagne ou au Portugal. Dans tous ces pays, la plupart des professeurs de « géographie coloniale » ne traitent que des colonies de leur propre État.

5§5. Étant donné que l’université de Leipzig a nommé à la nouvelle chaire un géographe qui connaît les principaux pays coloniaux de la terre, pour une bonne part de sa propre expérience, et qui a contribué, de manière officielle et non officielle, à la mise en valeur géographique et économique de nos colonies allemandes depuis trois décennies, on peut légitimement voir dans ce geste l’intention, d’une part, de mettre particulièrement l’accent sur la géographie coloniale comparée, sur l’étude comparée des colonies allemandes, et non-allemandes et de considérer, d’autre part, que dans le nouvel enseignement, l’expérience pratique doit être mise en valeur, dans la mesure où elle va de pair avec la connaissance scientifique qui l’éclaire par sa critique.

6§6. Pour celui qui est nommé à cette chaire, il est donc nécessaire de se prononcer de manière programmatique sur le contenu et les objectifs de sa nouvelle matière. En l’occurrence, il n’existe pas de tradition ni de normes fixes comme c’est le cas pour une discipline instituée depuis longtemps : les objectifs doivent d’abord être établis et la démarche d’enseignement doit d’abord être trouvée.

7§7. Le principe qui prime est que, bien qu’elle forme désormais une matière d’enseignement autonome, la géographie coloniale reste toujours une branche de la science géographique. Ce n’est pas une science indépendante, mais ce n’est pas non plus une simple méthode de la géographie, c’est plutôt une sous-discipline avec ses propres méthodes et ses propres objectifs. Bien sûr, la branche de géographie coloniale s’adosse de multiples façons au tronc principal de la géographie générale.

8§8. Mais même comme sous-discipline, la géographie coloniale embrasse un champ d’études et de travail si considérable qu’il est nécessaire de la délimiter. À la question « Qu’est-ce que la géographie coloniale ? » on peut apporter une réponse rapide : « la géographie des pays coloniaux ». C’est vrai, mais cela n’épuise pas le concept. Puisque la géographie est la science des phénomènes de la surface de la terre et de leurs relations causales, la géographie coloniale est d’abord, elle aussi, l’application de cette doctrine aux différents pays coloniaux de la terre. La géographie coloniale sera donc, en premier lieu, une science régionale qui conçoit chaque pays comme un individu [doté] de certaines propriétés précises et interdépendantes, et qui explique les relations causales entre ces propriétés. La géographie coloniale ne pourra pas apporter un prolongement systématique à la géographie générale car il n’y a pas de propriétés coloniales de la nature physique en général. Mais, dans le détail, la science régionale coloniale fait mûrir de nombreuses connaissances susceptibles d’enrichir la géographie générale, en particulier dans le domaine de l’Anthropogeographie, où l’implantation et le travail économique des Européens dans les pays coloniaux, la relation entre la métropole et les colonies, le transport, l’administration, etc. font apparaître des formes particulières, dont les racines sont tout à fait géographiques et qui, en raison de leur valeur générale, doivent être intégrées au corps de savoir de la géographie générale. En outre, l’étude de tels phénomènes géographiques, qui se produisent exclusivement ou bien très majoritairement dans les pays coloniaux, fait émerger une foule de connaissances et de faits pour la géographie physique, qui enrichissent particulièrement la climatologie générale et la géographie des plantes et des animaux. Mais pour l’essentiel, la géographie coloniale reste une science régionale coloniale et, en tant que telle, elle prend en considération tous les territoires coloniaux des États colonisateurs, quel que soit le continent sur lequel ils se trouvent : le Cameroun allemand autant que la Java hollandaise, l’Afrique de l’Est portugaise autant que l’Indochine française.

9§9. Si les limites spatiales de la géographie coloniale vont ainsi extraordinairement loin, l’espace d’étude et de travail sera pourtant fortement restreint dans la pratique d’enseignement, car les colonies allemandes doivent être clairement au centre de l’analyse. Pourquoi ? Cela ne nécessite pas de justification plus précise. Permettre la compréhension géographique approfondie de nos propres colonies, c’est-à-dire la compréhension de la situation, de la configuration du sol, du climat, de la végétation, de la faune et de l’occupation humaine de chacune des colonies ainsi que la relation causale entre ces phénomènes partiels, dont découle l’unité géographique spécifique et la singularité géographique de chaque colonie : telle doit être la tâche principale de la nouvelle chaire.

10§10. Mais les relations causales des caractéristiques géographiques d’un territoire colonial se prolongent toujours aussi dans les pays voisins. Un territoire colonial n’est toujours qu’un morceau d’une unité géographique plus grande ; par exemple l’Afrique orientale allemande [est] la partie centrale de la région des Grands Lacs de l’Afrique orientale : [celle-ci] s’étend de l’Abyssinie au Zambèze et comprend, au nord de l’Afrique orientale allemande, des territoires britanniques, à l’ouest, des territoires belges, au sud, des territoires portugais ; de même, le Togo constitue une partie d’une entité géographique plus vaste, la Haute-Guinée, qui englobe une série de colonies anglaises et françaises, entre le Niger et la Gambie. Toute personne qui veut comprendre et décrire une telle zone doit se faire une image claire d’une totalité plus vaste. Elle doit donc avoir simultanément une vue générale des colonies voisines du même type. Cependant, si quelqu’un veut parler de toutes nos colonies africaines, il doit nécessairement connaître la géographie physique de l’ensemble du continent noir. C’est pourquoi la géographie physique de l’Afrique fera l’objet d’un cours régulier, qui devra jeter la base de tous les exposés futurs de géographie, d’économie coloniale et de politique coloniale, relatifs aux colonies allemandes et non-allemandes de l’Afrique.

11§11. Il en ira de même pour les colonies du Pacifique Sud ou de l’Asie ; on devra toujours présenter dans un premier temps l’unité géographique plus vaste, de niveau supérieur, avant d’en venir à l’examen de chaque colonie, prise séparément. Mais ce n’est pas seulement pour la compréhension du contexte physique et géographique que la comparaison respective avec les colonies voisines et la connaissance de l’unité géographique supérieure est nécessaire et fructueuse, c’est aussi pour la discussion relative à la colonisation pratique. Ce travail de colonisation ne pourra être compris, dans chaque colonie, qu’en comparant avec la situation dans les colonies voisines de nature identique ou similaire et qu’en montrant ce que, dans ces colonies voisines, le travail des indigènes et des Européens colonisateurs [a] fait des propriétés naturelles du pays et la valeur économique qu’ils en ont tiré.

  • 11 Nous traduisons ici le terme de Länderkunde par « géographie régionale ».

12§12. Cependant, l’économie et la politique coloniales ne devront pas être traitées dans le seul cadre de la géographie régionale11 – considérée comme clé de voûte de l’approche géographique – de chaque colonie, allemande et étrangère, prise individuellement, mais encore en rapport avec des études d’ensemble sur les différents grands empires coloniaux de la terre, qui doivent constituer un autre objet d’enseignement de la chaire de géographie coloniale. Une partie importante de ces études concernera le développement historique des actuels empires coloniaux de l’Angleterre, de la France, de la Hollande, du Portugal, etc., y compris les variations et les objectifs en matière de politique et d’économie mondiales ; mais nous construirons la représentation des différents empires coloniaux sur la base de la nature géographique de leurs pays, qui donne à l’économie et à la politique coloniales des directions et des formes précises, prescrites par la nature. En ce qui concerne la colonisation et l’expansion, et leurs processus, les faits géographiques jouent un rôle particulièrement important. De très nombreux motifs et objectifs proviennent des conditions spatiales, climatiques [et] ethniques des pays coloniaux et des États colonisateurs. La citation de Napoléon : « La politique des États résulte de leur géographie » est également vraie pour la politique coloniale. De la même façon qu’il y a une géographie politique, développée principalement par Friedr[ich] Ratzel, il y a également une politique géographique (géopolitique), et, en particulier, une politique géographique coloniale et mondiale, dont les principes proviennent pour l’instant davantage de la pratique que de la science.

13§13. En évaluant de la sorte les fondements géographiques de l’économie coloniale et de la politique coloniale, nous resterons cependant bien sûr toujours conscients du fait que c’est, en dernière analyse, le dynamisme et l’esprit d’entreprise, le discernement, la circonspection et l’opiniâtreté du peuple colonisateur qui créent des biens coloniaux d’un certain type et d’une certaine grandeur, à partir des conditions naturelles d’une colonie, selon une certaine méthode de travail elle-même propre à la singularité de ce peuple colonisateur. Les Britanniques ont fait de leurs colonies sur la côte de Guinée ouest-africaine quelque chose de très différent de ce que les Portugais ou les Hollandais avaient fait de ces mêmes régions ou de ce que les Français font actuellement de leurs colonies voisines de nature similaire, et ces derniers [font] eux-mêmes encore autre chose de ce que les Allemands ou les Espagnols ont fait des leurs. Au fil de nos observations, nous allons donc devoir prêter une attention minutieuse à la diversité géographique des colonies, au travail des différentes individualités nationales, ainsi qu’aux changements historiques dans la force d’action et de vie des peuples colonisateurs, qui remportent des succès sur le plan de la politique mondiale. Nous garderons toujours à l’esprit l’enseignement de Carl Ritter concernant l’élément historique dans la géographie et la phrase placée par Ernst Curtius au début de son Histoire grecque selon laquelle, « L’histoire d’un peuple ne doit pas être considérée comme un produit des caractéristiques naturelles de son [lieu] d’habitat mais le [lieu] d’habitat peut donner une direction particulière au développement historique. »

14§14. Voilà, en résumé, le contenu principal et les objectifs des cours magistraux. Dans les exercices, les travaux de géographie coloniale alterneront avec ceux de politique et d’économie coloniales ; mais ici encore, la plus grande place sera attribuée à ceux de géographie coloniale. La finalité didactique sera satisfaite, d’une part par des lectures communes associées à des exposés et des discussions sur les objets géographiques les plus divers, c’est-à-dire sous la forme de travaux dirigés, associés à des séminaires ; d’autre part le but de l’enseignement sera atteint par l’analyse (dans le cadre d’exercices pour les étudiants avancés) de problèmes géographiques spécifiques, tirés du vaste domaine formé par nos colonies et les colonies étrangères. Comme exemples tirés de la géographie physique, citons seulement des thèmes tels que « La géographie du lac Tanganyika », « La morphologie de Nouvelle-Guinée », « Le système fluvial de la région des sources du Nil », et, pour la géographie appliquée, des thèmes comme « La géographie économique du Cameroun », « Les systèmes de transports des Africains de l’Est », « L’étude du peuplement de Samoa », etc.

15§15. Ceux qui participent aux exercices doivent être initiés et formés non seulement à la compréhension de la spécificité géographique d’un pays colonial, au traitement scientifique autonome d’une tâche de géographie coloniale, mais ils doivent aussi apprendre à représenter le caractère géographique d’un pays colonial de manière à la fois claire et méthodique. Cependant, on ne peut pas se forger une idée des pays coloniaux par des excursions organisées dans le cadre de séminaires, comme on le fait pour les paysages européens ; nous devons donc apporter la nature dans le séminaire sous la forme d’images caractéristiques et compléter le tableau par la parole vivante. Le géographe colonial doit accorder une grande importance au fait d’avoir une riche collection d’images typiques provenant de nos colonies et des colonies étrangères, en particulier des images de paysages caractéristiques, dont une sélection admirable est disponible à cette fin au séminaire géographique, à côté d’une collection de cartes bien choisies.

16§16. En ce qui concerne les peuples indigènes de nos colonies et des colonies étrangères, nous avons à Leipzig, au Musée d’ethnographie, un matériau d’illustration extraordinairement riche que nous devons avoir à cœur d’étudier assidument. En particulier, les magnifiques collections venant de nos colonies et établies sous la direction décidée du Prof. Weules, doivent être mises au service de nos objectifs de géographie coloniale par l’organisation fréquente de visites guidées et de conférences explicatives. L’agrandissement prévu du musée ethnographique, qui vise à créer une collection dédiée à l’ethnographie et à la géographie coloniales allemandes dans leur ensemble, sera encore plus riche et instructif pour les études de géographie coloniale.

17§17. Nous devons éviter la concurrence avec le travail des autres instituts et des organismes qui existent depuis plus longtemps : au contraire, un travail commun avec ces autres [institutions] doit être mis en place pour servir un but unique, l’étude scientifique des colonies. Ce sera aussi le cas avec l’unification, prévue de longue date dans notre université, des cours qui traitent du colonial de diverses manières, comme ceux qui sont déjà organisés et en activité à Berlin, Halle, Bonn. La géographie coloniale se pliera naturellement volontiers à cette unification.

18§18. En outre, je vois dans l’élaboration des fondements scientifiques et pratiques qui permettent à un explorateur d’exécuter outre-mer des travaux géographiques de façon plus adéquate, en particulier dans les territoires coloniaux allemands, une tâche importante des exercices de la nouvelle chaire de géographie coloniale. De nombreuses années d’expérience personnelle peuvent être mises à profit ici. À cet effet, il s’impose de mettre en place des cours spéciaux dans lesquels l’étudiant disposera du bagage scientifique le plus important et sera dirigé vers les opportunités existant à l’Université pour acquérir les connaissances spécialisées indispensables. L’entraînement pratique à la manipulation des instruments les plus nécessaires va de pair avec cela, ainsi que l’initiation à la meilleure méthode de levé d’itinéraires et de croquis géographiques pour les voyages coloniaux, aux techniques les plus appropriées pour les voyages tropicaux de collecte, entre autre, géologique, botanique, zoologique, etc. La nécessité d’une telle instruction systématique, qui se limite à ce qui est vraiment nécessaire, est forte, comme je le sais d’après des requêtes récurrentes et d’après ma propre et longue observation de l’activité de nos explorateurs.

19§19. Avec une telle formation scientifique et pratique aux voyages d’études de géographie coloniale, on satisfera aussi un grand besoin de l’office colonial du Reich, qui est toujours à la recherche de personnel compétent pour accomplir certaines tâches de géographie coloniale. L’exploration géographique méthodique des colonies allemands est dirigée à l’office colonial du Reich par une commission géographique spéciale, composée de 10 spécialistes de géographie, que j’ai l’honneur de présider depuis 10 ans. Ainsi, notre séminaire ou notre institut de géographie coloniale restera en contact constant avec les objectifs et les entreprises de recherche de l’Empire et les travaux préparatoires à ces objectifs pourront être faits dans notre institut.

20§20. L’Institut Colonial de Hambourg a prévu, entre autres, pour sa chaire de géographie, de réunir les tâches scientifiques et pratiques, qui visent principalement à former des fonctionnaires coloniaux, ainsi que de mettre en place un centre d’information scientifique pour les entreprises commerciales, minières et de plantation dans nos colonies et dans les colonies étrangères. Nous sommes loin de tels objectifs pédagogiques. Ce qui, pour Hambourg – ville qui a des relations avec l’outre-mer dans le monde entier – représente un besoin et constitue, par conséquent, l’une des tâches d’enseignement les plus importantes de l’Institut Colonial de Hambourg, ne l’est pas de la même manière pour Leipzig et son université. Bien entendu, nos cours et nos exercices de politique et de géographie coloniales doivent également servir, en dernière analyse, la pratique coloniale, mais ils ne doivent pas être directement liés à celle-ci et leur méthode ne doit pas être conçue directement en fonction d’elle.

21§21. Dans cette époque terrible, où notre peuple fait face à de grands problèmes, qui mobilisent le plus profondément ses forces, un désir puissant nous gagne également de mettre notre science au service de ce grand moment. Mais la géographie coloniale n’est naturellement pas capable d’intervenir directement dans le cours des choses, comme peuvent le faire la chimie, la physique ou la médecine. Les objets de notre travail pourront certes très souvent être choisis, de manière à ce que nos résultats de travail soient utiles pour la pratique, en particulier dans le traitement de la géographie économique et de la politique coloniale ; mais notre travail lui-même sera toujours un [travail] scientifique, et cela laisse aux hommes de pratique le soin de tirer de nos résultats et de nos suggestions ce dont ils peuvent avoir besoin pour leurs [propres] fins.

22§22. Cependant, à un autre niveau, notre travail scientifique cherchera et consolidera encore ses relations avec les pulsations de la vie (sic). Lorsque nous décrivons, dans nos cours de géographie coloniale, les grands empires coloniaux, nous mettons au jour les fondements géographiques de leur développement, et nous expliquons les tendances géographiques de leur croissance. La comparaison avec nos colonies allemandes ouvrira des perspectives sur les possibilités qui permettent d’envisager une politique mondiale de l’Allemagne, dirigée vers des buts affirmés.

23§23. L’importance de nos colonies est loin de se limiter, pour l’Allemagne, à l’usage économique. La conception de la politique coloniale comme un « commerce », telle qu’elle fut notamment mise en œuvre dans le dit « système Dernburg », a certes permis d’établir une base économique solide dans nos colonies, ce dont nous lui sommes pleinement reconnaissants, mais s’obstiner dans cette idée est partial et serait très dangereux pour le développement et la sécurité de notre empire colonial. Le sort de nos colonies dans cette guerre mondiale, qui les a soumises, en quelques semaines, à l’assaut ennemi, nous l’a appris assez clairement. Une politique économique seule, sans la mise en œuvre et le développement d’une puissance forte pour protéger nos zones économiques et notre économie mondiale, est impossible. La politique mondiale de l’Allemagne, sur laquelle s’appuie la vie de notre nation, ne peut pas se limiter simplement à une politique économique mondiale, mais doit également être une politique de puissance mondiale.

24§24. L’Empire mondial britannique témoigne de la perspicacité admirable de ce peuple colonial en matière de géographie par l’arrangement et la position relative de ses membres et par sa démarcation d’avec les colonies voisines d’autres États. Mais sa position n’est devenue géographiquement puissante que par la sécurisation politique concomitante des routes maritimes reliant ses colonies, réalisée par la consolidation de nombreuses îles et de places continentales transformées en stations [d’approvisionnement en charbon], en bases navales et en relais de télégraphe, ainsi que par la construction de sa puissante flotte. La France également n’a jamais perdu de vue la question de la puissance géographique au cours de l’expansion de son grand empire colonial, et elle s’est ainsi créé une position extrêmement forte dans la politique internationale mondiale. Non que nos colonies allemandes se prêtent mal à l’exploitation économique ou à soutenir la politique mondiale de l’Allemagne, mais il leur manque des maillons fédérateurs intermédiaires pour atteindre une intégration géographique puissante.

25§25. Nous voulons aussi éveiller, parmi notre jeunesse, le sens de la nécessité de notre travail colonial sur le plan de la puissance géographique, en plus de celui de la géographie économique. Le travail acharné et responsable, mené pendant des années sur le sol de l’outre-mer allemand, a endurci le caractère nos jeunes fonctionnaires et officiers, de nos planteurs au Cameroun, de nos constructeurs de chemin de fer en Afrique de l’Est, de nos fermiers dans le Sud-Ouest africain et il a élargi leur vision du monde. Ils sont devenus des éclaireurs énergiques et clairvoyants et des guides indiquant les devoirs de la politique mondiale de l’Allemagne. Cependant, seule la guerre monstrueuse qui se déroule actuellement a ouvert les yeux à notre peuple, [en métropole], sur la nécessité d’une politique de puissance mondiale claire et solide de l’Allemagne ; c’est tout d’abord le terrible effort de puissance de l’Angleterre, visant à réduire à néant notre importance mondiale émergente, qui a enflammé chez les nôtres cette pensée de politique mondiale.

  • 12 Nous traduisons ici : « zu der britischen Grösse der Raumauffassung ». Notons la difficulté rencont (...)

26§26. Le but ultime de notre politique ultramarine n’est pas de dominer le monde mais de devenir une puissance mondiale assurant la liberté des mers à toutes les nations. La nouvelle Allemagne devra établir les fondements solides de sa situation de puissance mondiale dans un vaste et nouvel empire colonial. Une part importante de ce travail devra être assumée par la géographie coloniale, telle que nous la comprenons et que nous l’enseignons. En tant que géographes, nous nous efforcerons d’éduquer peu à peu nos étudiants à la grandeur britannique de la conception spatiale12, qui est le trait le plus saillant et la garantie la plus essentielle de la réussite de la politique mondiale et coloniale des Anglais. En tant que professeur de géographie, science de l’espace, nous allons contribuer à ce que notre peuple saisisse l’ampleur des tâches allemandes en matière de politique coloniale et mondiale. À cette époque de la résurrection tant désirée de notre patrie en tant que puissance mondiale, être un avocat de cette idée pour la génération à venir, un guide vers la prise de conscience et un éducateur formant au travail commun, voilà l’honorable charge à laquelle le présent et le futur appellent le géographe colonial. »

Note des traducteurs
Nous remercions chaleureusement Pascale Rabault-Feuerhahn pour sa relecture et ses critiques.

Haut de page

Notes

1 Nous traduisons ici la version tapuscrite de la leçon inaugurale conservée à Institut für Länderkunde, fonds Meyer, boîte 170, dossier 18, f. 1-16. Les mots soulignés sont autographes, de même que toutes les corrections et que le titre ; le reste est dactylographié. Ce texte, dont la langue est dense, a été publié dans la revue Koloniale Rundschau : Hans Meyer, « Inhalt und Ziele der Kolonialgeographie als Lehrfach », Koloniale Rundschau, 7/8, 1915, p. 315-326. La version tapuscrite ne diffère pas fondamentalement de la version publiée dans la Koloniale Rundschau. Elle apporte seulement par ses annotations et ses ratures des informations sur la hiérarchisation des informations et les hésitations de l’auteur.

2 Hans Meyer fait ici allusion à l’article 25 du chapitre IV de la conférence de Berlin signée le 26 février 1885. (N.d.T.)

3 Kiaou-Tchéou concession allemande de 1898 à 1914 située au nord-est de la Chine actuelle dont la ville principale était Tsingtau (Qingdao). (N.d.T.)

4 Nous choisissons de traduire le terme « Schutzgebiet » par « colonie » dans la mesure où le terme de « protectorat » renvoie en français à une réalité juridique et administrative distincte de la situation allemande. (N.d.T.)

5 Schutztruppen : (All. litt. : troupes de protection) forces armées chargées de la sécurité et de la défense des colonies de l’Empire allemand.

6 Nous traduisons ici le terme de Kulturwerte par « œuvres culturelles » en gardant cependant à l’esprit que le terme allemand de Kultur renvoie à l’époque autant à la notion de « culture » que de « civilisation ».

7 Ferdinand von Richthofen (1833-1905) enseigna à l’université de Leipzig de 1883 à 1886.

8 Friedrich Ratzel (1844-1904) occupa à la suite du départ de Ferdinand von Richthofen à Berlin, en 1886, la chaire de géographie de l’université de Leipzig. Il y demeura jusqu’à sa mort, en 1904.

9 Joseph Partsch (1851-1925) fut nommé à l’université de Leipzig à la suite du décès de Friedrich Ratzel et y enseigna jusqu’en 1922. Il était donc un collègue (et rival) direct de Hans Meyer.

10 L’institut colonial de Hambourg avait été fondé en 1908.

11 Nous traduisons ici le terme de Länderkunde par « géographie régionale ».

12 Nous traduisons ici : « zu der britischen Grösse der Raumauffassung ». Notons la difficulté rencontrée pour traduire cette expression peu commune en allemand. (N.d.T.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hans Meyer, « Leçon inaugurale de Hans Meyer, à l’université de Leipzig, le 12 juin 1915 », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 193-202.

Référence électronique

Hans Meyer, « Leçon inaugurale de Hans Meyer, à l’université de Leipzig, le 12 juin 1915 », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1498 ; DOI : 10.4000/rgi.1498

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals