Navigation – Plan du site

Leçon inaugurale de Fritz Jaeger, à l’université de Berlin, le 10 mai 1911

Fritz Jaeger
Traduction de Ségolène Débarre et Nicolas Ginsburger
p. 187-192

Texte intégral

Nature et fonctions de la géographie coloniale1 par le professeur docteur Fritz Jaeger à Berlin

  • 1 Discours inaugural prononcé à l’institut de géographie de l’université de Berlin le 10 mai 1911, pu (...)

1§1. Lorsqu’une nouvelle chaire est créée, on attend à juste titre du représentant de la nouvelle discipline qu’il explique le contenu et les objectifs de sa science. Cette attente est d’autant plus justifiée que la chaire de géographie coloniale que Monsieur le conseiller impérial et professeur docteur, Hans Meyer, originaire de Leipzig, a octroyé à l’université de Berlin pour son jubilé, est la première du genre. Cela doit en outre permettre au titulaire de la chaire de montrer rapidement ce que recouvre la géographie coloniale.

  • 2 L’auteur utilise ici le mot « Länder » qui peut se traduire par « pays » ou « régions », comme dans (...)

2§2. Avec l’intérêt et l’importance croissante que les colonies revêtent pour toutes les nations civilisées, et également au cours des dernières décennies, pour l’Allemagne, différentes sciences ont été amenées à s’intéresser aux colonies, chacune de son point de vue. La science administrative et juridique, l’économie politique, la sociologie et l’histoire, abordent les colonies sous des angles très différents. À ces sciences de l’esprit, les colonies – c’est-à-dire l’organisation coloniale, les conditions de vie spécifiques des hommes dans les colonies – offrent de fascinants problèmes. Les sciences naturelles aussi ont pris en compte les régions2 colonisées, en partie bien avant que celles-ci ne soient des colonies au sens politique du terme. Elles ont mené des recherches dans les pays étrangers et obtenu des résultats importants et souvent étonnants. Grâce aux connaissances acquises, les pays [commanditaires] en ont retiré des bénéfices pratiques. Leur préoccupation concernant les régions colonisées n’a cependant rien à voir avec les circonstances qui font que ces pays sont des colonies. Pour les recherches relatives aux sciences naturelles, cela a été une circonstance purement fortuite, mais tout à fait stimulante, d’un point de vue pratique.

  • 3 Le terme employé ici, « Landschaft », est un concept clé de la géographie allemande dont le sens es (...)

3§3. La géographie, qui se situe entre les sciences de la nature et celles de l’esprit, doit elle aussi s’occuper des colonies. Elle est en effet la science de la surface terrestre dans toute sa diversité. Elle cherche à explorer et à expliquer le caractère, la nature et l’essence des pays. Le caractère d’un pays n’est pas seulement le fait des configurations spatiales, de la situation et de la taille des montagnes, des fleuves et des localités. C’est surtout l’action conjointe des différentes composantes naturelles qui donne au pays son caractère : la structure et la configuration de surface de la terre, les eaux, l’atmosphère dans laquelle les phénomènes climatiques se produisent, la flore et la faune et enfin l’homme avec ses actions culturelles. Ces composantes se présentent à chaque endroit de manière distincte. Les diverses régions en sont dotées de façon très variée. Il n’y a pas deux contrées sur l’ensemble de la planète qui ont la même configuration de surface ni le même climat. Il n’en existe pas deux, sur lesquelles habitent des personnes semblables avec la même culture. Partout on rencontre des caractères issus des divers règnes de la nature, différents « facteurs » qui marquent un paysage3 de son caractère spécifique. Cela crée une diversité paysagère infinie.

4§4. Il s’agit d’une conjonction de facteurs qui n’est cependant pas aléatoire mais régulière. Les différents domaines de la nature s’influencent mutuellement, ils sont interdépendants. Selon que la surface de la terre est constituée de terre ou de mer, de plaines ou de montagnes, le climat est différent. D’autre part, le climat affecte aussi la configuration du sol. Dans le climat sec du désert, des formes terrestres différentes de celles d’un climat tropical humide apparaissent. Le monde végétal et les mœurs humaines dépendent du climat. Dans un climat chaud et humide, comme dans de nombreuses régions des tropiques, la flore se développe de manière extraordinairement luxuriante. Elle fournit de manière relativement facile à l’homme sa subsistance ainsi qu’un minimum de vêtements. Il peut se contenter de travailler peu pour gagner sa vie. Beaucoup de peuples des tropiques sont restés, par conséquent, à un faible niveau de civilisation. Dans le climat plus rude de la zone tempérée, les dons de la nature sont plus modestes, la lutte pour l’existence plus dure. Ici l’homme a été habitué à un travail plus rigoureux et il s’est élevé vers une culture supérieure. Mais l’homme aussi influence la nature en la modifiant – par exemple la flore. Il élimine les plantes inutiles, et il cultive des plantes alimentaires. Combien de centaines de milliers de kilomètres carrés de forêt vierge ont été converties en terres agricoles au cours de l’histoire ! Ainsi se produisent des influences réciproques, des interactions entre les différents règnes de la nature et les différents facteurs. Ce n’est que lorsque nous comprenons ces influences réciproques que nous comprenons la nature et le caractère d’un pays dans ses fondements. La science géographique régionale cherche à reconnaître ces relations dans chaque région, c’est-à-dire dans chaque territoire à l’intérieur duquel les caractères peuvent être considérés comme constants. Elle considère chaque région comme un tout avec des caractéristiques spécifiques, réciproques et dépendant les unes des autres.

5§5. Mais en considérant chaque région en particulier, la tâche de la géographie n’est pas encore terminée. Les régions, considérées une à une, ne sont que des morceaux d’un ensemble plus vaste, la surface de la terre. L’étude géographique doit porter sur toute la surface de la terre : cela lui permet de cerner et de mettre vraiment en lumière les différences. Alors que la géographie spécialisée ou régionale recherche les effets réciproques des différents domaines de la nature sur un lieu, c’est la tâche de la géographie générale de poursuivre chaque règne singulier de la nature, chaque phénomène spécifique, chaque facteur sur l’ensemble de la surface terrestre, et de voir comment il varie. Elle reconnaît que la position sur la surface terrestre conditionne les différences et elle analyse la dépendance à la situation géographique. Au premier coup d’œil, on perçoit l’influence de la situation sur les phénomènes de l’atmosphère, c’est-à-dire sur le climat. Dans les basses altitudes, avec une position du soleil élevée, nous avons un climat chaud ; dans les hautes altitudes, avec un soleil bas, un climat froid. Mais selon que la situation est à proximité de la côte ou bien au cœur d’un continent, sur son flanc oriental ou bien occidental, le climat diffère. Les phénomènes qui dépendent du climat, avant tout la flore et la vie économique des hommes, varient selon leur position. Ainsi la géographie générale étudie les règnes singuliers de la nature sur la terre pour établir et expliquer leurs variations en fonction de leur situation.

6§6. Peut-être qu’une comparaison rendra plus clair encore le rapport entre la géographie générale et la géographie régionale. Imaginons qu’une sphère soit recouverte de différentes enveloppes transparentes (comme en verre). Chacune de ces couches serait multicolore et sa couleur pourrait varier. La couleur de la sphère pour l’observateur serait composée des couleurs de toutes les enveloppes qui sont transparentes. Si quelqu’un souhaite expliquer l’image colorée venant de la sphère que l’observateur perçoit, il doit d’abord étudier les couleurs changeantes d’un point à l’autre de chaque enveloppe en particulier – alors il fait en quelque sorte de la géographie générale. Mais dans un second temps, il doit étudier pour chaque point la façon dont les couleurs des différentes couches interagissent, précisément à cet endroit, pour donner une impression d’ensemble – alors il fait pour ainsi dire de la géographie régionale.

7§7. Il découle de la nature de la géographie la façon dont elle doit considérer les colonies. La science géographique régionale doit explorer les colonies comme tout autre pays et présenter les résultats par des mots, des cartes et des images. Dans de nombreux pays, elle a déjà fait cela avant qu’ils ne deviennent des colonies. Ils constituaient pour la géographie un terrain de recherche très instructif ; d’autre part, l’exploration géographique a fait progresser le pays du point de vue culturel, en montrant les possibilités économiques et, ce qui n’était pas d’une importance moindre, les impossibilités économiques. À cet égard, la position de la géographie vis-à-vis des colonies est similaire à celle des sciences naturelles. Le fait que les pays soient des colonies est, à ce niveau, fortuit. Avec l’essor et l’ampleur croissante de la science géographique, une répartition du travail devient également nécessaire dans la géographie régionale. De la même façon qu’il y a des spécialistes de l’Asie, de l’Amérique du Nord ou des régions polaires, il y a en a aussi pour les colonies.

8§8. Cependant, ce n’est pas seulement l’aspect technique de la division du travail qui fait de la géographie coloniale un domaine spécifique, c’est aussi un aspect factuel. Les colonies sont des pays dans lesquels un peuple étranger fonde des installations, à partir desquelles il entre en relation avec le pays et ses habitants. Cette singularité géographique distingue les colonies des autres pays. C’est une propriété qui a des causes et des effets géographiques étendus. Elle confère aux pays coloniaux une diversité culturelle spécifique et la géographie des colonies est de ce fait une branche particulièrement intéressante des études de géographie régionale.

9§9. La géographie coloniale doit d’abord faire la géographie régionale des colonies. Cependant, une séparation absolue des territoires à prendre en compte n’est pas possible. On peut répondre de différentes manières à la question « Que sont les colonies ? » selon qu’on insiste sur les aspects ethniques, économiques et politiques. Mais quelle que soit la manière dont nous répondons à cette question et dont nous restreignons le domaine de la science régionale coloniale, l’étude géographique ne doit pas être limitée par des frontières arbitrairement définies. Lors d’un cours sur l’Afrique, par exemple, on ne peut pas s’en tenir aux bornes frontalières politiques et exclure de l’analyse des pays comme l’Abyssinie et le Maroc qui ne sont pas des colonies. Ce serait tout à fait non-géographique.

10§10. La géographie générale doit, elle aussi, s’occuper des colonies. Parce qu’il y a des phénomènes géographiques qui sont propres aux colonies et des particularités coloniales à ces pays. Ce ne sont pas des propriétés de la nature physique. Il n’y a ni une structure coloniale de montagne, ni un climat colonial, ni une végétation coloniale. Mais la géographie de l’homme trouvera dans presque tous ses domaines des particularités dans les colonies. Le fait que des hommes de différentes races, langues et cultures se rencontrent dans les colonies, cela crée des formes particulières de cohabitation humaine, qui sont caractéristiques des pays coloniaux. Par exemple, dans la colonisation du pays, dans l’exploitation économique, dans les cadres juridiques, il y a des particularités coloniales. De même, les relations des différents pays entre eux offrent à la mère patrie un intérêt géographique significatif pour les colonies. Ce sont principalement des relations économiques et les échanges qui sont géographiquement conditionnés par la différence naturelle entre la mère patrie et la colonie. Une relation plus étroite entre deux pays se noue sur une base politique et économique. La culture intellectuelle est transmise par la mère-patrie aux colonies. En effet, il se forme des relations scientifiques dans lesquelles la mère-patrie donne tout autant qu’elle prend : les colonies sont explorées à partir de la mère-patrie. Ainsi l’étude des colonies offre à la géographie humaine une matière riche, tout particulièrement en ce qui concerne la géographie économique et les transports.

11§11. Il ressort de ces considérations que la géographie coloniale n’est pas une science nouvelle dotée de ses propres méthodes. C’est davantage un domaine spécialisé de la géographie qui s’occupe des colonies et qui a donc récemment suscité un intérêt accru et un soin spécifique. Il s’agit cependant d’un domaine original qui imprègne la géographie dans toutes les directions et qui ne peut en être nettement séparé. Le géographe colonial doit être complètement géographe. Comme la science générale de la géographie se divise en deux branches, la géographie générale et la géographie régionale, il en est de même pour la géographie coloniale. Vous placez au premier plan de vos intérêts la science régionale des colonies. Mais on ne peut pas séparer de manière absolue [les colonies] d’avec les pays non-colonisés, sans briser des unités naturelles. En outre, c’est précisément la comparaison avec d’autres pays qui permet d’étudier géographiquement un pays de manière exacte.

12§12. La géographie coloniale peut encore moins être isolée au sein de la géographie générale. Elle s’inscrit dans toutes les branches de la géographie de l’homme. Quand bien même elle considère des régions particulièrement déterminées par la géographie régionale, elle poursuit ici des questions et problèmes précis, de préférence ceux venant de la géographie des transports et de la géographie économique.

13§13. Encore un mot sur la manière dont l’enseignement de la géographie coloniale doit se faire dans notre université. Il ne doit pas se limiter à des conférences dans le domaine de la géographie coloniale. Des exercices et des exposés s’y joindront. La bibliothèque et la collection de cartes, ainsi que la collection de diapositives et d’images de l’institut de géographie seront enrichies du point de vue colonial. Le géographe ne peut pas faire de collections à partir de ses sujets de recherche – les paysages – il doit donc avoir recours à d’autres moyens d’observation, telles les cartes, les photographies et différents objets caractéristiques. En ce qui concerne ces derniers, il est hautement important, à fin d’une meilleure illustration, qu’ils soient placés dans une petite collection : des roches, des plantes caractéristiques, des produits issus des colonies.

14§14. Le meilleur moyen d’observation pour les géographes est et reste naturellement de se rendre dans le pays lui-même. Des voyages d’études dans les colonies ont déjà été entrepris à plusieurs reprises ces dernières années, y compris par des universités. Même si une telle entreprise présente de grandes difficultés, en particulier des difficultés relatives au coût, j’espère pourtant que des moyens seront trouvés pour qu’un voyage d’enseignement géographique soit réalisé par l’université de Berlin dans l’une de nos colonies.

15§15. Toute science est d’abord une fin en soi. Elle veut résoudre des problèmes, contribuer à la connaissance, indépendamment du fait qu’elle offre un usage pratique ou non. Mais le savoir s’est toujours avéré utile, parfois directement, parfois plus indirectement. Dans la géographie, et en particulier dans la géographie coloniale, la dimension pratique est visible immédiatement. Les pays coloniaux sont toujours relativement inconnus. Nous devons encore beaucoup explorer, jusqu’à ce que nous puissions nous faire une représentation aussi claire de leur nature que de celle de notre patrie. Beaucoup de sciences doivent contribuer à la recherche. Mais c’est la tâche de la géographie de dessiner correctement l’image d’ensemble du pays. L’appréciation juste de la nature d’un pays et de ses habitants est pourtant la base nécessaire pour une mise en valeur adéquate. La mise en valeur économique et l’exploitation au profit de la mère patrie est le but des colonies. Si aucun avantage économique ne ressort, alors les colonies sont un luxe qui n’est pas justifiable d’un point de vue politico-économique. La géographie coloniale constitue par conséquent une base importante d’une économie coloniale rationnelle.

16§16. C’est en raison du rapport existant entre la mère patrie et la colonie, que nous, Allemands, nous nous sommes consacrés, dans un premier temps, à l’exploration et à l’étude de nos propres colonies. Mais l’étude scientifique et la connaissance vraie ne doivent pas être entravées par des frontières politiques. C’est la raison pour laquelle il nous paraît évident, dans une approche de géographie comparée, de devoir prendre en compte également la situation d’autres colonies. Il résulte ainsi, pour la géographie coloniale, non seulement une abondance de tâches intéressantes mais aussi la perspective d’apporter des avantages pratiques à nos colonies et par conséquent, à notre patrie. »

Haut de page

Notes

1 Discours inaugural prononcé à l’institut de géographie de l’université de Berlin le 10 mai 1911, publié sous le titre : « Wesen und Aufgaben der kolonialen Geographie », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 1911, p. 400-405.

2 L’auteur utilise ici le mot « Länder » qui peut se traduire par « pays » ou « régions », comme dans « Länderkunde », géographie régionale. (N.d.T.)

3 Le terme employé ici, « Landschaft », est un concept clé de la géographie allemande dont le sens est difficile à rendre en français : il peut se traduire par paysage, mais son sens est plus proche du concept de région. (N.d.T.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fritz Jaeger, « Leçon inaugurale de Fritz Jaeger, à l’université de Berlin, le 10 mai 1911 », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 187-192.

Référence électronique

Fritz Jaeger, « Leçon inaugurale de Fritz Jaeger, à l’université de Berlin, le 10 mai 1911 », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1502 ; DOI : 10.4000/rgi.1502

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals