Navigation – Plan du site

D’ombres et de lumières. L’exposition de 1937 et les premières années du Palais de la découverte au prisme du transnational

Andrée Bergeron et Charlotte Bigg
p. 187-206

Résumés

Les musées de science présentent un intérêt particulier pour l’histoire transnationale des musées dans la mesure où ils négocient la tension entre la revendication de la portée universelle de la science et la réalité de sa construction matérielle et discursive fortement déterminée par les contextes nationaux. On sait que le Palais de la découverte, créé dans le cadre de l’exposition internationale de 1937 à Paris puis pérennisé, a joué un rôle important dans la mise en place des politiques culturelle et de la recherche françaises. Nous montrons ici qu’il est aussi l’expression de l’internationalisme scientifique et politique militant de ses fondateurs, que vient confirmer une analyse approfondie de la section d’astronomie du Palais, contrastant avec l’internationalisation de la vulgarisation commerciale dont témoigne le planétarium au moment de l’exposition. Le Palais est également un acteur majeur de l’organisation internationale des musées de sciences et planétariums après la deuxième guerre mondiale par le rôle important que joue son premier directeur, André Léveillé, dans l’animation de la revue Museum et la création et de l’International Council of Museums.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Un acteur oublié : André Léveillé
Coopération et travail intellectuels dans l’Exposition de 1937 : le rôle de la Confédération des Travailleurs Intellectuels
Internationalisme et internationalité dans la création du Palais de la découverte
L’astronomie à l’exposition internationale de 1937 : Le Palais de la découverte
Le planétarium
Vers une structuration internationale des musées (scientifiques)

Aperçu du texte

 « Si le côté profondément humain de cette œuvre, où le peuple tout entier est convié à communier avec les plus grands esprits dans une haute passion spirituelle marque le Palais de la Découverte, un autre caractère l’ennoblit également : œuvre de conception, d’initiative, et de réalisation française, le Palais de la Découverte est orienté vers un internationalisme, un universalisme qui est bien dans la tradition humaniste de la France. Par là il apparaît que la découverte scientifique est souvent une longue chaîne dont les maillons portent les couleurs des nations les plus diverses. »

André Léveillé, « Le Palais de la Découverte »,
Museum, vol. I, n° 1‑2, 1948, p. 115.

Les approches transnationales permettent de problématiser la conception du musée comme monument national et d’interroger notamment la manière dont les musées eux-mêmes participent à la construction de la nation et de ses imaginaires. Pour les musées de science s’ajoute une dimension supplémentaire à ce type d’analyse, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Bergeron et Charlotte Bigg, « D’ombres et de lumières. L’exposition de 1937 et les premières années du Palais de la découverte au prisme du transnational », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 187-206.

Référence électronique

Andrée Bergeron et Charlotte Bigg, « D’ombres et de lumières. L’exposition de 1937 et les premières années du Palais de la découverte au prisme du transnational », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1529 ; DOI : 10.4000/rgi.1529

Haut de page

Auteurs

Andrée Bergeron

Maître de conférences, Universcience et Centre Alexandre Koyré CNRS-EHESS-MNHN, Paris

Charlotte Bigg

Chercheur, Centre Alexandre-Koyré, CNRS-EHESS-MNHN, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals