Navigation – Plan du site
IV. Mimesis et théâtre

Le cri de Lessing et le théâtre müllérien

Florence Baillet
p. 139-151

Résumés

L’auteur dramatique Heiner Müller, aux prises en RDA avec la doctrine esthétique du réalisme socialiste, se distancie dans son œuvre de toute mimesis fondée sur l’imitation (Nachahmung), en particulier quand celle-ci prend la forme extrême d’une reproduction normative de la réalité. Il lui préfère une appréhension du texte de théâtre comme un dispositif opératoire, traversé par le réel, susceptible d’agir sur ce dernier et relevant davantage d’une pré-imitation (Vorahmung) qui ouvrirait un nouvel espace de possibilités. Dans sa pièce de 1976, Vie de Gundling Frédéric de Prusse Sommeil Rêve Cri de Lessing, Müller met en œuvre pareille conception de la mimesis, ce qui lui permet d’une part d’effectuer un démontage du « monument » Lessing, mais aussi, d’autre part, de se ressaisir pleinement, dans son théâtre, de la dimension affectuelle et sensible, sur laquelle l’écrivain des Lumières avait justement su attirer l’attention.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Écrire contre une reproduction univoque du réel
Une autre conception de la mimesis : l’œuvre comme « opérateur de transformation »

Aperçu du texte

C’est en de tels termes que Jacques Derrida, dans L’Ecriture et la différence, décrit le programme artaudien, qui pourrait bien être emblématique d’une grande partie de la scène contemporaine, laquelle semble se placer, notamment depuis la seconde moitié du xxe siècle, sous le signe d’un « art performance », mettant désormais l’accent davantage sur la « production de présence » que sur la « représentation ». Or Derrida montre également, dans le même mouvement, que la représentation ne se laisse pas ainsi évacuer : « la présence, pour être présence et présence à soi a toujours déjà commencé à se représenter ». Il s’agirait alors de préciser cet « espace de jeu » dans lequel s’inscrivent les avatars dits « postdramatiques » du théâtre, ainsi que le rapport au réel qui en découle.

Écrire contre une reproduction univoque du réel

Dans ses nombreux entretiens, qu’il livre surtout à partir des années 1970, Müller n’a pour sa part quasiment jamais recours au concept de mimesis. Lorsqu’il évoq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Baillet, « Le cri de Lessing et le théâtre müllérien », Revue germanique internationale, 22 | 2015, 139-151.

Référence électronique

Florence Baillet, « Le cri de Lessing et le théâtre müllérien », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1568 ; DOI : 10.4000/rgi.1568

Haut de page

Auteur

Florence Baillet

Professeur en Études germaniques, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, EA 4223 Centre d'études et de recherches sur l'espace germanophone (CEREG).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals