Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Voltaire, « Discours sur la tragédie. A Mylord Bolingbroke », en tête de Brutus, tragédie en cinq a (...)
  • 2 Cf. l’Epître dédicatoire d’Irène, tragédie en cinq actes (1778), à l’Académie. (« Lettre de M. de V (...)

1En France comme en Allemagne, la réception de Shakespeare entre dans sa période productive vers le milieu du xviiie siècle. L’accueil réservé à l’auteur dramatique étranger dans les deux aires culturelles illustre de manière exemplaire les positions littéraires et esthétiques défendues à cette époque. On adhère à Shakespeare par un acte de foi ou on le rejette avec une ardeur qui prend parfois des allures de provocation. Il arrive aussi que les appréciations de l’auteur élisabéthain subissent des évolutions significatives : dans son « Discours sur la tragédie. A Mylord Bolingbroke », en tête de Brutus (1730), Voltaire évoque le « vrai pathétique » et les « singulières beautés » des spectacles anglais et dans son « Discours de réception à l’Académie française » (9 mai 1746), il fait l’éloge de Shakespeare qui « tout barbare qu’il étoit, mit dans l’anglois cette force et cette énergie qu’on n’a jamais pu augmenter depuis sans l’outrer, et par conséquent, sans l’affoiblir ». Qu’une telle indulgence envers un homme « qui même ne savait pas le latin, et qui n’eut de maître que son génie1 » soit devenue impensable moins d’un demi-siècle plus tard2 en dit long sur la nouvelle tension entre l’émergence d’une subjectivité esthétique « autonome » qui prône le libre usage de l’imagination (Dryden, Warton, Johnson, Young, Bodmer) et la permanence du lien entre esthétique et moralité, théorisé par Voltaire lui-même, mais aussi par Montesquieu, Shaftesbury, ou encore Addison.

  • 3 Voltaire, Lettres philosophiques, « Dix-huitième lettre. Sur la tragédie ». Elles furent publiées e (...)
  • 4 « Lettre de M. de Voltaire à l’Académie française » (25 août 1776). Voir également la lettre à Hora (...)

2C’est la parution en 1776 d’une traduction française des œuvres complètes de Shakespeare qui avait provoqué l’ire de Voltaire. Il affirme pourtant non sans fierté avoir parlé « le premier » aux Français de l’auteur dramatique anglais dans les Lettres philosophiques3, ainsi que de Milton, Dryden, Pope, Locke et Newton4. A travers Shakespeare, Voltaire vise un “mal épidémique”, à savoir le nouvel engouement de certains de ses contemporains pour l’auteur dramatique anglais. Vers 1770 déjà, les sujets « anglais » de Jean-François Ducis (les tragédies d’Hamlet, 1769, et de Roméo et Juliette, 1772, toutes deux représentées à la Comédie-Française) semblaient annoncer, aux yeux de celui qui passait alors pour le premier auteur tragique des Français, le triomphe du « mauvais goût » au théâtre.

  • 5 Shakespeare : traduit de l’anglois [par Pierre-Prime-Félicien Le Tourneur]. Dédié au Roi, 20 vol. , (...)
  • 6 Toutes les citations qui précèdent sont extraites de la lettre de Voltaire à Charles-Augustin Ferri (...)
  • 7 Cf. note 5. Voir également l’imposante liste de souscripteurs à cette édition (vol. 1).
  • 8 Ibid., lettre du 30 juillet 1776. In Voltaire (note 6) p. 599.

3Voltaire accueille dans un réflexe nationaliste la transposition intégrale5 des œuvres de Shakespeare par Pierre Le Tourneur, bibliothécaire du comte de Provence, comme un « affront » « fait à la France ». Il perçoit en cet « abominable grimoire »6 dédié au Roi7, le signe menaçant d’une alliance de Le Tourneur et de « presque toute la jeunesse de Paris ». Elle lui fait craindre que les « échafauds et les bordels anglais » ne l’emportent sur « le théâtre de Racine et sur les belles scènes de Corneille »8. Il en va de la prééminence de la culture française en Europe et Voltaire résume ainsi ses actions futures au service de sa patrie :

  • 9 Allusion moqueuse à Gilles, personnage poltron du théâtre de la Foire, introduit par l’acteur Gille (...)
  • 10 Lettre à d’Alembert du 13 août 1776. In Voltaire (note 6) p. 607.

« Le grand point, mon cher philosophe [Jean Le Rond d’Alembert], est d’inspirer à la nation le dégoût et l’horreur qu’elle doit avoir pour Gilles Le Tourneur, préconiseur de Gilles Shakespeare9, de retirer nos jeunes gens de l’abominable bourbier où ils se précipitent, de conserver un peu notre honneur, s’il nous en reste10. »

  • 11 Albrecht Wittenberg, Schreiben des Herrn von Voltaire an die Akademie Françoise über den Englischen (...)
  • 12 « Shakespeare wider neue voltärische Schmähungen vertheidigt von Johann Joachim Eschenburg », in De (...)
  • 13 Jakob Michael Reinhold Lenz, Das Hochburger Schloß (Le Château de Hochburg, 1777), in J. M. R. Lenz (...)

4En Allemagne, les réactions des partisans et des adversaires de Voltaire ne se font guère attendre. En 1777, le journaliste Albrecht Wittenberg traduit la « Lettre à l’Académie française » (1776), accompagnée de notes et d’un « Avant-propos sur la nécessité d’introduire la censure dans le théâtre hambourgeois ». Il condamne fermement les « monstres » immoraux qui peuplent le Théâtre de l’Elisabéthain et démontre l’inutilité des adaptations théâtrales (il se réfère aux représentations hambourgeoises des tragédies d’Othello et d’Hamlet), puisque le fait de devoir aménager les textes pour les besoins de la scène constitue à lui seul la preuve de leurs multiples défauts11. La même année, le philologue Johann Joachim Eschenburg publie une « Défense de Shakespeare contre les nouvelles calomnies de Voltaire »12 et l’écrivain Jakob Michael Reinhold Lenz ne veut voir dans ses propos que le « faux pas13 » d’un vieil homme tellement inféodé aux notions de clarté, de bienséance et de bon goût, qu’il est incapable de reconnaître en Shakespeare une force créatrice en connivence profonde avec la Nature.

  • 14 Roger Paulin, The Critical Reception of Shakespeare in Germany 1682-1914. Native Literature and For (...)
  • 15 Cf. Gotthold Ephraim Lessing, Dramaturgie de Hambourg (Hamburgische Dramaturgie, 1767-1769), notamm (...)
  • 16 Voir en particulier : J. C. Gottsched, Dernières nouveautés dans le domaine de la science aimable ((...)

5Le nouvel esprit d’indépendance dont fait preuve la littérature allemande au début des années 1770 et qu’illustrent de manière emblématique Götz von Berlichingen (1773) et Les Souffrances du jeune Werther (1774) de Goethe, est en grande partie né de l’expérience de Shakespeare14. Incarnation du génie intuitif et inspiré, l’auteur dramatique anglais est préféré à Voltaire, incarnation de l’esprit sophiste. Au centre des glissements et mutations qui caractérisent ce renouveau de la création littéraire, on trouve la rivalité déjà ancienne (et fondée en partie sur des jugements partiaux) qui oppose Gotthold Ephraim Lessing15 à Johann Christoph Gottsched16 sur la question du recours à des modèles étrangers (l’exemple français dominant, la nouvelle vogue littéraire anglaise notamment), afin d’enrichir le patrimoine littéraire national, de contribuer à fonder une tradition proprement allemande, d’augmenter et d’élargir les répertoires en vue de la constitution d’un théâtre national. Nous avons donc affaire ici à une question de réception liée à l’évolution du goût. Toutefois, on ne saurait parler d’appropriation complète du modèle anglais et de rejet radical du modèle français, tout au plus d’affinités grandissantes avec une littérature qui se veut l’expression même de l’imagination créatrice. Des deux modèles, l’Allemagne souhaite tirer le meilleur. Ce choix d’une voie médiane et le chevauchement caractérisé de partis pris esthétiques et intellectuels, anciens et modernes, permettent de comprendre comment se développe à l’intérieur du système théâtral allemand la référence à Shakespeare.

  • 17 Cf. Friedrich Gundolf, Shakespeare und der deutsche Geist, Berlin, Bondi, 51920, pp. 279-284. Dans (...)
  • 18 [P. Le Tourneur,] Shakespeare : traduit de l’anglois (note 5), vol. 1, « Avis sur cette traduction  (...)
  • 19 Shakespear Theatralische Werke. Aus dem Englischen übersezt von Herrn [Christoph Martin] Wieland. M (...)
  • 20 Shakspeare’s dramatische Werke, übersetzt von August Wilhelm Schlegel, 9 vol. , Berlin, Unger, 1797 (...)
  • 21 Shakspeare’s dramatische Werke. Uebersetzt von August Wilhelm Schlegel, ergänzt und erläutert von L (...)
  • 22 Cf. les remarques à ce sujet de Dieter Martin dans le présent volume, ainsi que de Georg Schweinsha (...)

6La recherche allemande a longtemps opposé le Shakespeare destiné à la lecture à celui destiné à la scène. Cette distinction allait parfois de pair avec une hiérarchisation17, selon laquelle les adaptations théâtrales, réductrices, défaillantes et fugaces, n’étaient forcément que « l’à-côté » de quelques grandes traductions dont le mérite consistait à s’être rapprochées des exigences de l’original ou d’en avoir livré, comme le dit Le Tourneur, « une copie ressemblante »18. L’intérêt porté aux chefs-d’œuvre de traduction, à savoir le travail monumental de Christoph Martin Wieland19, l’entreprise de transposition poétique plus tardive d’August Wilhelm Schlegel20, puis celle, célèbre entre toutes, dite de « Schlegel-Tieck »21, n’était donc que rarement élargi aux traductions pour le théâtre et aux spécificités de l’adaptation, à la fois projection d’un espace, celui du texte, dans un autre espace, celui de la scène, et porteuse de jeu22. Traduire Shakespeare en vue de sa représentation s’apparente en effet plus à une activité de dramaturge – celle d’offrir à l’acteur un texte sous-tendu de suggestions de jeu – qu’à un travail de linguiste. Pour comprendre la nature et les enjeux de cette pratique, le verbe allemand « bearbeiten » (retravailler) nous éclaire peut-être mieux que son équivalent français (adapter).

  • 23 Ce livre est issu d’un colloque intitulé « “Coupez, taillez, rognez, surtout effacez”. Les adaptati (...)

7L’objet du présent volume23 est d’envisager les activités de réception du Théâtre de Shakespeare dans leur pluralité et dans leur diversité, en prenant en compte les échanges littéraires, les confrontations d’idées et les batailles esthétiques par-delà les frontières nationales. L’histoire de la traduction et de l’adaptation théâtrale des œuvres de Shakespeare permet de parler de plusieurs systèmes culturels, de leurs échanges, leurs imbrications, des résistances et des clivages, de mettre en présence simultanément trois espaces nationaux : l’Angleterre, la France, l’Allemagne. La propagation et la popularisation de l’héritage shakespearien sont, à leurs débuts, l’affaire exclusive des commentateurs et adaptateurs anglo-saxons. Très vite cependant, ils bénéficieront avec Voltaire en France, puis Bodmer, Wieland, Lessing, Nicolai, Mendelssohn et Gerstenberg en Allemagne, d’importants relais sur le continent européen.

8En France – avec Pierre Le Tourneur – comme en Allemagne – avec Christoph Martin Wieland, Johann Joachim Eschenburg et Gabriel Eckert –, les érudits-traducteurs visent à présenter l’œuvre de Shakespeare dans sa totalité, à travers un corpus élargi de ses œuvres, comprenant les trente-sept pièces qui lui sont partiellement ou entièrement attribuées. L’objectif de leurs traductions savantes est de donner une forme consacrée et exemplaire au texte, et d’offrir ainsi aux lecteurs le visage définitif et unifié de l’œuvre, comprise comme un monument littéraire figé et immuable. Ces démarches mettent en évidence les ambitions fondatrices, régénératrices et conquérantes que recèle le travail du traducteur.

  • 24 Andreas Poltermann, « Die Erfindung des Originals. Zur Geschichte der Übersetzungskonzeptionen in D (...)

9Selon Andreas Poltermann, le rapport au texte à traduire évolue vers 176024. A travers les comptes rendus critiques, les traités et les préfaces sur les traductions de l’époque, s’affirme un nouvel esprit de précision qui tente de ne plus « trahir » le modèle et va à l’encontre des formes plus libres ou « infidèles » de la traduction, réceptacles des beautés et des effets de l’œuvre originale. C’est oublier qu’au théâtre, la pérennité des œuvres étrangères traduites est assurée d’une tout autre façon que dans l’édition, puisqu’en tant que versions scéniques, elles ne sont pas perçues comme le point d’origine et de référence que toute intervention ne pourrait qu’altérer. En réalité, nous avons affaire à une double approche du texte dramatique : il s’agit de transposer « tout Shakespeare », afin de préparer son entrée dans le panthéon littéraire national allemand, et de travailler dans l’empirisme, en adaptant les pièces en vue de leur représentation sur scène et de leur intégration dans les répertoires. L’attention à la poétique du texte et l’exigence de théâtralité sont deux opérations étroitement liées. Le Tourneur évoque ainsi habilement le nouveau goût du public londonien pour les pièces de Shakespeare données en version intégrale, afin d’expliquer à ses lecteurs ses propres choix de transposition :

  • 25 [P. Le Tourneur,] Shakespeare : traduit de l’anglois (note 5), vol. 1, p. xiij.

 « Tandis qu’on essayoit sur le Théâtre de Garrick [ = Drury Lane] le Hamlet abrégé, la foule étoit au Théâtre de Covent-Garden, où l’on jouait le Hamlet entier25. »

  • 26 Pierre-Antoine de La Place, Le théâtre anglois, 8 t., à Londres, [s.n.], 1746-1749. Cf. les tomes 1 (...)

10Convaincu de l’existence de différentes formes d’art et de beauté, désireux d’acclimater Shakespeare en Allemagne, Wieland et ses successeurs allemands et français s’avancent donc bien au-delà de la réalisation d’un florilège représentatif de la production dramatique de Shakespeare, tel qu’on le trouve dans le Théâtre anglois de Pierre-Antoine de La Place26, composé selon le Théâtre des Grecs (1730) du père Brumoy, ou chez Voltaire, sous forme de quelques « belles scènes » (Roger Paulin).

  • 27 Cf. les répertoires de Madeleine Horn-Monval, Les traductions françaises de Shakespeare. A l’occasi (...)

11La réception théâtrale de Shakespeare se déroule parallèlement et grâce aux tentatives de redéfinition des composantes esthétiques et dramatiques qui affranchissent à des degrés variables le théâtre des sujétions du goût classique (Elsa Jaubert) et réorganisent la hiérarchie des valeurs littéraires. Ce sont les spectateurs viennois qui, les premiers, découvrent un Shakespeare tronqué et remanié sur une scène encore fortement influencée par le modèle français, tout en étant engagée dans un processus de réformes profondes (Christine Roger). Les adaptateurs (Jean-François Ducis, Franz Heufeld, Gottlieb Stephanie le jeune, Friedrich Ludwig Schröder, Heinrich Beck, Johann Friedrich Schink, parmi d’autres)27 saluent le génie en Shakespeare et louent un théâtre qui, s’il a moins d’élégance et de régularité que les pièces de Corneille, de Racine ou de Voltaire, a plus de vigueur et de force. Toutefois, on note un décalage entre leurs positions théoriques de départ, souvent novatrices, et leurs réalisations qui laissent transparaître les réalités du système théâtral de leur temps. Mis au goût du jour et donc « domestiqué », le matériau shakespearien est transposé dans la sphère du privé et façonné selon les critères du drame bourgeois alors en vogue (Norbert Greiner, Renata Häublein). De façon semblable, les expérimentations de Jakob Michael Reinhold Lenz (Coriolan, 1776) et de Louis-Sébastien Mercier (Timon d’Athènes, 1778) dans le domaine de l’adaptation shakespearienne pour la scène, se caractérisent par une réduction du champ de la tragédie. Elles montrent à quel point la quête de nouveaux modèles dramatiques qui ne s’apparenteraient ni à la tragédie classique ni au drame bourgeois est difficile. De la confrontation des deux textes ressort que Lenz et Mercier discernent tous deux avec clairvoyance le potentiel d’actualisation du tragique shakespearien. Toutefois, leur entreprise d’utiliser le modèle étranger tant admiré comme substrat à la création de la tragédie moderne n’aboutira pas (Sylvie Le Moël).

12La question de la transposition de l’auteur dramatique élisabéthain va non seulement de pair avec une réflexion sur le langage dramatique et son rôle dans le renouveau littéraire incarné par la jeune génération du Sturm und Drang (Dieter Martin), mais aussi avec des tentatives de réformes radicales du jeu théâtral, inspirées par l’art du grand comédien anglais David Garrick : si l’auteur élisabéthain ignore la règle des trois unités, si tout dans son œuvre n’est que force, énergie et passion, l’acteur ne peut plus se contenter de suivre docilement une grammaire du jeu théâtral. Il doit prendre part à l’acte créateur, c’est-à-dire insuffler de la vie aux personnages et les rendre vrais, en réinventant en permanence les mouvements du corps et les inflexions de la voix (Laurence Marie, Nina Birkner).

13On n’est guère surpris de retrouver dans le sillage de la question de l’adaptation du matériau shakespearien, celle du rapport personnel et privé entretenu avec le paradigme étranger. Bien souvent, lire, voir ou jouer des pièces de Shakespeare place ses récepteurs face au miroir d’eux-mêmes. Le portrait que brosse le célèbre philosophe allemand Georg Christoph Lichtenberg de l’acteur David Garrick dans les Lettres d’Angleterre nous révèle ainsi plus de choses sur les combats esthétiques, en particulier contre les Stürmer und Dränger, les préoccupations scientifiques, par exemple la physiognomonie lavatérienne, le concept de « système » de son auteur, que sur l’acteur présenté, loué pour son art inimitable de l’individualisation (Geneviève Espagne). Johann Wolfgang Goethe quant à lui, procède à une mise à distance double : la représentation de Hamlet dans Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister représente tout à la fois une critique de Wilhelm Meister, le protagoniste de son roman en proie à la théâtromanie typique de son temps, et l’adoption d’une attitude plus réservée à l’égard de Shakespeare, que le jeune Goethe avait quelque vingt ans plus tôt, durant sa période Sturm und Drang, célébré avec une ferveur enthousiaste comme génie créateur (Béatrice Dumiche). L’exemple de la tragédie de Roméo et Juliette permet quant à lui de montrer comment certains chefs-d’œuvre de Shakespeare, en raison de leur thématique universelle qui nous touche directement, parviennent à transcender l’espace du théâtre pour investir d’autres genres et d’autres arts (Bernard Franco).

  • 28 Sauf mention contraire, les traductions françaises du texte original de Shakespeare sont extraites (...)

14A l’intérêt porté exclusivement à l’œuvre dramatique succède, vers la fin du xviiie siècle, la fascination grandissante pour la vie de William Shakespeare. Ici aussi, le théâtre allemand se situe dans une tradition anglaise qui, depuis John Dryden jusqu’à David Garrick, invitait l’Ombre de Shakespeare sur les planches, afin qu’elle fasse office de guide et de mentor. Autour de 1800 – la situation ne manque pas de drôlerie – Shakespeare, assimilé à un héros au même rang que ses propres personnages, côtoie sur scène Shakespeare, l’auteur élisabéthain (Valérie Courel)28.

Haut de page

Notes

1 Voltaire, « Discours sur la tragédie. A Mylord Bolingbroke », en tête de Brutus, tragédie en cinq actes (1730).

2 Cf. l’Epître dédicatoire d’Irène, tragédie en cinq actes (1778), à l’Académie. (« Lettre de M. de Voltaire à l’Académie française. »)

3 Voltaire, Lettres philosophiques, « Dix-huitième lettre. Sur la tragédie ». Elles furent publiées en anglais à Londres en 1733 (Letters concerning the English nation), puis en français un an plus tard simultanément à Londres et à Rouen.

4 « Lettre de M. de Voltaire à l’Académie française » (25 août 1776). Voir également la lettre à Horace Walpole du 15 juillet 1768.

5 Shakespeare : traduit de l’anglois [par Pierre-Prime-Félicien Le Tourneur]. Dédié au Roi, 20 vol. , Paris, Veuve Duchesne et al., 1776-1783. Voltaire ne possédait, semble-t-il, que les deux premiers volumes de cette édition.

6 Toutes les citations qui précèdent sont extraites de la lettre de Voltaire à Charles-Augustin Ferriol, comte d’Argental du 19 juillet 1776. In Voltaire, Correspondance XII (janvier 1775-juin 1777), édition Theodore Besterman, Paris, Gallimard, 1988, p. 592.

7 Cf. note 5. Voir également l’imposante liste de souscripteurs à cette édition (vol. 1).

8 Ibid., lettre du 30 juillet 1776. In Voltaire (note 6) p. 599.

9 Allusion moqueuse à Gilles, personnage poltron du théâtre de la Foire, introduit par l’acteur Gilles le Niais vers 1640.

10 Lettre à d’Alembert du 13 août 1776. In Voltaire (note 6) p. 607.

11 Albrecht Wittenberg, Schreiben des Herrn von Voltaire an die Akademie Françoise über den Englischen Schauspieldichter Shakespear. Aus dem Französischen übersetzt, mit Anmerkungen und einer Vorrede von der Nothwendigkeit einer Theater-Censur in Hamburg, Hamburg, Harmsen, 1777, « Avant-propos », p. III-XXXII, ici p. XIXn ; p. XXI.

12 « Shakespeare wider neue voltärische Schmähungen vertheidigt von Johann Joachim Eschenburg », in Deutsches Museum, t. 1, 1777, pp. 40-70.

13 Jakob Michael Reinhold Lenz, Das Hochburger Schloß (Le Château de Hochburg, 1777), in J. M. R. Lenz, Werke und Briefe in drei Bänden, éd. par Sigrid Damm, München, Wien, Hanser, 1987, vol. 2 : Prosadichtungen und Briefe, p. 755. [Première parution in : Teutscher Merkur, éd. par Christoph Martin Wieland, avril 1777, pp. 16-29.]

14 Roger Paulin, The Critical Reception of Shakespeare in Germany 1682-1914. Native Literature and Foreign Genius, Hildesheim, Olms, 2003, en particulier pp. 133-210.

15 Cf. Gotthold Ephraim Lessing, Dramaturgie de Hambourg (Hamburgische Dramaturgie, 1767-1769), notamment les 5e, 11e, 12e, 15e, 69e, 73e et 93e feuilletons.

16 Voir en particulier : J. C. Gottsched, Dernières nouveautés dans le domaine de la science aimable (Das Neueste aus der anmuthigen Gelehrsamkeit), t. 3, 1753, p. 128-136.

17 Cf. Friedrich Gundolf, Shakespeare und der deutsche Geist, Berlin, Bondi, 51920, pp. 279-284. Dans son célèbre ouvrage Shakespeare et l’esprit allemand (1911), réédité onze fois jusqu’en 1959, Friedrich Gundolf affirme que le théâtre n’a permis que l’élargissement et non l’approfondissement de la connaissance de Shakespeare. On retrouve ce jugement déjà dans les écrits des romantiques allemands.

18 [P. Le Tourneur,] Shakespeare : traduit de l’anglois (note 5), vol. 1, « Avis sur cette traduction », p. CXXXIXI.

19 Shakespear Theatralische Werke. Aus dem Englischen übersezt von Herrn [Christoph Martin] Wieland. Mit Königl. Poln. u. ChurFürstl. Sächs. allergn. Privileg, 8 vol. , Zürich, beÿ Orell Geßner, u. Comp., 1762-1766.

20 Shakspeare’s dramatische Werke, übersetzt von August Wilhelm Schlegel, 9 vol. , Berlin, Unger, 1797-1801 ; 1810.

21 Shakspeare’s dramatische Werke. Uebersetzt von August Wilhelm Schlegel, ergänzt und erläutert von Ludwig Tieck, 9 vol. , Berlin, Reimer, 1825-1833.

22 Cf. les remarques à ce sujet de Dieter Martin dans le présent volume, ainsi que de Georg Schweinshaupt, Shakespeares Dramatik in ihrer gehaltlichen und formalen Umwandlung auf dem österreichischen Theater des 18. Jahrhunderts, Diss. Königsberg, 1938, p. 13 ; et de Renata Häublein, Die Entdeckung Shakespeares auf der deutschen Bühne des 18. Jahrhunderts, Tübingen, Niemeyer, 2006, en particulier pp. 1-9. Cf. également l’ouvrage de Michael Dobson, The Making of the National Poet. Shakespeare, Adaptation and Authorship, 1660-1769, Oxford, Clarendon, 1992 [sur la reception des adaptations anglaises de Shakespeare en Grande-Bretagne.]

23 Ce livre est issu d’un colloque intitulé « “Coupez, taillez, rognez, surtout effacez”. Les adaptations théâtrales shakespeariennes en France et dans les Pays de langue allemande (fin du xviiie siècle – début du xixe siècle » qui s’est tenu à Amiens en avril 2006. Je tiens à remercier les auteurs des articles et les chercheurs spécialistes qui, par leurs interrogations et réflexions, ont grandement contribué à animer les débats (Charlotte Coffin, Dominique Goy-Blanquet, Michel Grimberg, Michèle Willems).

24 Andreas Poltermann, « Die Erfindung des Originals. Zur Geschichte der Übersetzungskonzeptionen in Deutschland im 18. Jahrhundert », in Brigitte Schultze (éd.), Die literarische Übersetzung. Fallstudien zu ihrer Kulturgeschichte. Mit einer Einleitung von Armin Paul Frank, Berlin, Schmidt, 1987, pp. 14-52, ici pp. 29-30.

25 [P. Le Tourneur,] Shakespeare : traduit de l’anglois (note 5), vol. 1, p. xiij.

26 Pierre-Antoine de La Place, Le théâtre anglois, 8 t., à Londres, [s.n.], 1746-1749. Cf. les tomes 1 à 4.

27 Cf. les répertoires de Madeleine Horn-Monval, Les traductions françaises de Shakespeare. A l’occasion du quatrième centenaire de sa naissance 1564-1964, Paris, CNRS, 1963, et de Hansjürgen Blinn / Wolf Gerhard Schmidt, Shakespeare – deutsch. Bibliographie der Übersetzungen und Bearbeitungen, Berlin, Schmidt, 2003.

28 Sauf mention contraire, les traductions françaises du texte original de Shakespeare sont extraites de : William Shakespeare, Œuvres complètes, édition bilingue établie sous la direction de Michel Grivelet et Gilles Monsarrat, texte anglais établi sous la direction de Stanley Wells et Gary Taylor (Oxford Univ. Press), 8 vol. , Paris, Laffont, 1995-2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Roger, « Présentation », Revue germanique internationale, 5 | 2007, 5-11.

Référence électronique

Christine Roger, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 5 | 2007, mis en ligne le 16 mai 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/164 ; DOI : 10.4000/rgi.164

Haut de page

Auteur

Christine Roger

Maître de conférences au département d’allemand de l’Université de Picardie (Amiens). Travaux et publications sur les échanges littéraires et culturels entre l’Allemagne, la France et l’Angleterre (XVIIIe-XIXe s.). Thèse de doctorat d’Études germaniques : La réception de Shakespeare en Allemagne de 1815 à 1850. Propagation et assimilation de la référence étrangère, Université de Metz, 2003 (en cours de publication dans la collection « Contacts » aux éditions P. Lang, Berne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals