Navigation – Plan du site

D’une radicalisation de l’historisme chez Reinhart Koselleck. Le projet renouvelé d’une théorie de l’histoire

Servanne Jollivet
p. 9-36

Résumés

Visant à combler le besoin théorique qui fait défaut à la science historique dans l’après-guerre, le projet auquel en appelle Koselleck vise à renouveler intégralement le champ traditionnellement dévolu, dans le contexte de l’historiographie allemande, à la « théorie de l’histoire » (Historik). C’est à ce projet, qui s’offre également comme « théorie critique de l’histoire » ou encore comme « théorie historique transcendantale » (transzendentale Historik), que cet article est consacré, projet qui traverse de manière constante toute son œuvre, de ses travaux sur les concepts historiques (Begriffsgeschichte) au projet d’une sémantique des temps historiques, jusqu’aux recherches plus tardives dans le domaine de l’iconologie politique. Partant du contexte de crise et de l’expérience traumatisante de la guerre, nous nous proposons de remettre en perspective ce projet à la lumière du contexte encore tangible de la « crise de l’historisme » et de la solution que propose Koselleck pour en sortir, à travers une radicalisation des théories sur l’historicité et le renouvellement de l’Historik sous les traits d’une anthropologie historique appliquée à une pluralité d’histoires possibles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Expériences de crise et premières recherches
Le contexte de « crise de l’historisme »
Renouvellement de l’Historik comme « ontologie historique »
Radicalisation de l’analytique heideggérienne comme théorie de l’historicité
D’une analytique transcendantale des structures historiques
Le projet d’une anthropologie historique
Un « historisme réfléchi dans un dessein systématique »

Aperçu du texte

« Wozu noch Historie ? » « L’histoire, à quoi bon ? » La question, posée par Koselleck en 1971, dans un fameux article paru dans la Historische Zeitschrift, est loin d’être seulement rhétorique. Reprenant à bras le corps la question déjà posée un siècle avant lui par Nietzsche dans sa deuxième Considération inactuelle, Reinhart Koselleck s’en emparait à son tour, faisant état d’une véritable crise de légitimité de la science historique. Comme il le souligne dans ce texte, il ne s’agissait pas seulement de déplorer un certain malaise qui régnait alors dans les départements d’histoire, sorte de repli de la discipline historique face à la critique féroce qui avait été exercée dans l’après-guerre à l’encontre de l’« historisme héroïque » galvanisé par les courants nationalistes. Si les grandes narrations qui avaient jusque-là servi d’étayage aux multiples constructions identitaires et nationalistes s’en trouvaient définitivement ébranlées, la crise était plus profonde, crise des valeurs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Servanne Jollivet, « D’une radicalisation de l’historisme chez Reinhart Koselleck. Le projet renouvelé d’une théorie de l’histoire », Revue germanique internationale, 25 | 2017, 9-36.

Référence électronique

Servanne Jollivet, « D’une radicalisation de l’historisme chez Reinhart Koselleck. Le projet renouvelé d’une théorie de l’histoire », Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1652 ; DOI : 10.4000/rgi.1652

Haut de page

Auteur

Servanne Jollivet

Servanne Jollivet est chercheur au CNRS (UMR 8547, Ecole Normale Supérieure, Pays germaniques-Transferts culturels).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals