Navigation – Plan du site

Guerre et paix. Crise de la modernité et critique historique dans l’œuvre de Reinhart Koselleck

Gennaro Imbriano
p. 79-93

Résumés

Dans sa thèse de doctorat Kritik und krise Reinhart Koselleck thématise l’origine de « l’opinion publique » en remontant au conflit qui oppose l’État et la société civile. Il montre ainsi comment la lutte des Lumières contre l’État conduit à élargir la critique morale de la conscience individuelle vers la sphère publique. L’opinion publique assume ainsi un rôle politique, devenant une arme pour la critique éclairée. La situation de « globalisation » du monde après la seconde guerre mondiale est marquée, aux yeux de Koselleck, par un état de crise permanent qui proviendrait de ce conflit entre critique morale et Etat, c’est-à-dire du dualisme inhérent à la critique menée par les Lumières. Notre propos vise ici concevoir la critique historique comme un possible instrument permettant de limiter la critique idéologique et de neutraliser ainsi l’état permanent de crise.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

« Critique » et « crise »
Crise et philosophie de l’histoire
Politisation et temporalisation
La critique du temps
« Concepts historiques » et « catégories scientifiques »
De l’histoire des concepts à la théorie de l’histoire
De la crise à la critique

Aperçu du texte

Reinhart Koselleck s’est mesuré de nombreuses fois, au cours de sa vie intellectuelle, au thème de l’hostilité politique et du conflit, voyant dans l’état de guerre la condition génétique du monde moderne. Dès sa thèse de doctorat, Kritik und Krise, il développe l’idée selon laquelle la condition de l’histoire planétaire serait précisément dérivée, suite à la seconde guerre mondiale, de la crise originelle de la société bourgeoise, c’est-à-dire du dualisme inhérent à la critique des Lumières et des formes politiques qui en découlent.

À partir de ces prémisses Koselleck en conclut que la tâche fondamentale de la critique historiographique était celle d’établir les conditions qui permettront de limiter la guerre et de produire la paix. Si la crise structurelle de la modernité européenne est le résultat auquel parvient l’analyse de Koselleck, la critique historiographique – et la polémique contre la philosophie de l’histoire utopique et la neutralisation de ses concepts – en constitue l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gennaro Imbriano, « Guerre et paix. Crise de la modernité et critique historique dans l’œuvre de Reinhart Koselleck », Revue germanique internationale, 25 | 2017, 79-93.

Référence électronique

Gennaro Imbriano, « Guerre et paix. Crise de la modernité et critique historique dans l’œuvre de Reinhart Koselleck », Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1657 ; DOI : 10.4000/rgi.1657

Haut de page

Auteur

Gennaro Imbriano

Gennaro Imbriano est chercheur rattaché au département de philosophie et de communication de l’Université de Bologne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals