Navigation – Plan du site

Articulations temporelles de la mémoire et de l’histoire : une interprétation de la mémoire collective à partir de l’œuvre de Reinhart Koselleck

Jeffrey Andrew Barash
p. 109-118

Résumés

Dans son travail d’historien Reinhart Koselleck s’est toujours montré critique à l’égard du concept de mémoire collective. La mémoire, comme il s’efforce de le montrer, appartient à des individus et non pas à des collectivités. Cette étude, tout en reconnaissant le statut originaire de la mémoire personnelle et le fait que les groupes en tant que tels ne se souviennent pas, pas plus qu’ils n’ont une existence substantielle autonome, cherche à interpréter le concept nébuleux de mémoire collective que Koselleck met si fortement en question. En poursuivant la critique qu’il dirige contre ce concept et en se rapportant à la théorie de l’histoire et du temps historique qu’il élabore, elle cherche à dégager, à partir d’une théorie du symbole et de sa portée publique, le champ spécifique du déploiement de la mémoire collective.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Temps historique, finitude et contemporanéité de la mémoire
Mémoire collective et discontinuité contextuelle
Articulation symbolique, passivité et diversité des temps de la mémoire collective

Aperçu du texte

Lors d’un séjour à New York au début des années 1980, j’ai eu à plusieurs reprises l’occasion de rencontrer Reinhart Koselleck qui séjournait également à New York pendant cette période. Nos rencontres étaient organisées autour de la visite de différents monuments commémoratifs, notamment des monuments aux morts érigés après la guerre de sécession américaine du xixe siècle et la Première Guerre mondiale. Lors de ces visites, la conversation de Koselleck portait souvent sur les symboles et l’iconographie spécifiques aux monuments commémoratifs américains et ce qui les singularisait par rapport aux mémoriaux érigés en Allemagne, ou encore en France. Les travaux de Koselleck sur les monuments aux morts étaient alors en cours d’élaboration et nos échanges portaient souvent sur la théorie de la mémoire qui me préoccupait. En répondant à mes questions, Koselleck a développé une idée qu’il a repris ensuite dans ses écrits : compte-tenu du caractère catastrophique de l’histoire du xxe siècle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeffrey Andrew Barash, « Articulations temporelles de la mémoire et de l’histoire : une interprétation de la mémoire collective à partir de l’œuvre de Reinhart Koselleck », Revue germanique internationale, 25 | 2017, 109-118.

Référence électronique

Jeffrey Andrew Barash, « Articulations temporelles de la mémoire et de l’histoire : une interprétation de la mémoire collective à partir de l’œuvre de Reinhart Koselleck », Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1661 ; DOI : 10.4000/rgi.1661

Haut de page

Auteur

Jeffrey Andrew Barash

Jeffrey Andrew Barash est professeur émérite en philosophie à l’Université d’Amiens.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals