Navigation – Plan du site

Un historicisme hétéronome. L’Assyrie de Gottfried Semper

Mari Hvattum
Traduction de Camille Joseph
p. 57-69

Résumés

Si l’architecture classique, de Vitruve à Winckelmann, a été caractérisée par sa solidité, sa fixité et sa « calme grandeur », le monument du xixe siècle était tout sauf immobile. Au xixe siècle, l’architecture se meut d’un pas rapide, disséminée sous la forme de fragments archéologiques, d’objets d’exposition, de textes et d’images. L’un des exemples les plus frappants de cette mobilité nouvelle est la prolifération d’images architecturales diffusées par la nouvelle presse illustrée. En faisant se côtoyer l’ancien et le nouveau, le haut et le bas, local et mondial, le nouveau média remet en cause l’hégémonie du classicisme et ouvre un nouveau champ hétéronome d’expression et de délibération architecturale. Cet essai part d’une étude de la presse au milieu du xixe siècle pour analyser les tentatives historicistes de légitimation de l’architecture à une époque où même les monuments semblaient en mouvement.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version de ce texte est parue dans Architectural Histories – Journal of the EAHN, 5/1, 2017, http://doi.org/10.5334/ah.216

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Introduction
L’Assyrie de Semper
Semper, Layard et l’Illustrated London News
Un accès empathique à l’histoire
Le paradoxe de Layard
Un historicisme hétéronome

Aperçu du texte

Introduction

En février 1852, sous le regard d’une foule enthousiaste, un lion ailé assyrien entrait à reculons au British Museum de Londres.

L’événement, dûment rapporté quelques jours plus tard dans le Illustrated London News, était l’aboutissement d’une histoire qui avait commencé en 1845 quand l’aventurier, diplomate et architecte Austen Henry Layard s’était lancé dans les fouilles de ce qu’il croyait être alors la ville biblique de Ninive. En réalité, ce qu’il avait découvert, c’était Nimroud, une ville elle aussi très ancienne en bordure du Tigre. Mais la confusion importait peu : sa découverte fit sensation et déclencha une véritable assyriomanie dans la Grande-Bretagne des années 1850.

Les trésors assyriens de Layard furent diffusés auprès du public londonien sous des formes très diverses. Il s’agissait avant tout d’artefacts : des cargaisons entières d’objets, de sculptures et de fragments architecturaux furent acheminés à Londres à la fin des années 1840 et au début des année...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mari Hvattum, « Un historicisme hétéronome. L’Assyrie de Gottfried Semper », Revue germanique internationale, 26 | 2017, 57-69.

Référence électronique

Mari Hvattum, « Un historicisme hétéronome. L’Assyrie de Gottfried Semper », Revue germanique internationale [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1679 ; DOI : 10.4000/rgi.1679

Haut de page

Auteur

Mari Hvattum

Mari Hvattum est architecte et professeur d’histoire et théorie de l’architecture, elle enseigne à la Oslo School of Architecture and Design (Norvège).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals