Navigation – Plan du site

Introduction

Pascale Rabault-Feuerhahn et Céline Trautmann-Waller
p. 5-8

Notes de la rédaction

Holger Preißler, professeur en histoire des religions et en études islamiques à l’Université de Leipzig, a beaucoup œuvré pour l’historiographie des études orientales. Nous lui dédions ce volume en souvenir de notre rencontre à Paris en juin 2004 et de la générosité avec laquelle il partageait son savoir.

Texte intégral

  • 1 Notamment Gustave Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du XIIe au XIXe siècle, précédée d’ (...)
  • 2 Robert Irwin, For Lust of Knowing. The Orientalists and Their Enemies, Londres, Penguin Books, 2006
  • 3 Le lien entre orientalisme et sciences humaines est peu exploré. Parmi la production française, voi (...)
  • 4 Les historiographies de l’orientalisme sont souvent nationales et, si certaines indiquent l’importa (...)

1Dans l’imaginaire actuel, le terme d’« orientalisme » renvoie plus nettement à la poésie et à la peinture qu’aux recherches érudites, philologiques, linguistiques, ethnologiques et sociologiques qui s’organisèrent sous cette étiquette durant le long XIXe siècle. Le fait est que cet orientalisme savant, dont les frontières avec le domaine de la création littéraire ne sont d’ailleurs pas toujours étanches (Kambiz Djalali), dispose d’une tradition historiographique assez ancienne, mais qui n’a pas toujours été actualisée et qui n’échappe pas toujours à l’énumération des hauts-faits de la discipline 1. Un certain renouveau est toutefois sensible depuis quelques années, avec des tentatives qui se sont concentrées autour du débat sur la pertinence d’appliquer le schéma saïdien à des domaines d’érudition2. Les phénomènes de « othering » (« occidentalisation de l’Europe », construction de l’« Orient » en relation avec la colonisation) constituent également une grille de lecture de plus en plus répandue. Pour aussi fondamentaux que soient les problèmes ainsi soulevés, ces types d’approches laissent largement de côté une interrogation sur la manière dont l’orientalisme savant s’est développé en Europe. Il s’agit pourtant d’un domaine qui s’est trouvé au cœur du vaste mouvement de fondation des sciences humaines modernes au XIXe siècle3 et qui a cristallisé pendant des décennies des échanges et un dialogue intensifs entre les différents pays européens 4. Tels sont les aspects que les contributions à ce volume visent à mettre en lumière. L’orientalisme, ou plutôt les orientalismes, puisque ce domaine a été marqué par la spécialisation et rassemble des disciplines philologiques aussi variées que la région du monde désignée par les Européens sous le terme d’Orient, les orientalismes, donc, sont doublement concernés par les transferts culturels. Non seulement ils ont élargi la conscience intellectuelle de l’Europe en la confrontant à des langues et cultures considérées comme « autres », mais ils se sont constitués dans un vaste et complexe mouvement de circulation des matériaux, des savoirs, et des méthodes entre pays européens.

  • 5 Willem Otterspeer, Leiden Oriental Connections, Leiden New York Copenhague, Brill, 1989.

2Les disciplines orientalistes ont compté dès le XIXe siècle de nombreux foyers à travers l’Europe : France, Allemagne, Grande-Bretagne, Russie, Italie... La géométrie des relations entre ces différents hauts-lieux, qui avaient chacun leur particularité 5, justifierait certainement une étude générale. Dans cet ensemble, il semble particulièrement difficile d’envisager séparément France et Allemagne, tant les échanges furent durables et intenses entre les orientalistes de ces deux pays. Non que la situation ait été comparable des deux côtés. Sur le plan international, l’expansion coloniale de la France n’avait pas d’équivalent en Allemagne. Au niveau des traditions philologiques, l’étude des langues orientales s’était développée en France en relation avec la formation des interprètes et diplomates, d’où un intérêt pour les langues et cultures profanes, tandis qu’en Allemagne persistait depuis la Réforme un lien étroit entre études orientales et théologie. Sur le plan institutionnel enfin, les études orientales étaient parfaitement insérées dans l’université allemande, tandis qu’en France, elles restaient cantonnées à des structures extra-universitaires telles que l’École des langues orientales ou le Collège de France. Mais ces différences semblent avoir précisément agi comme un moteur dans les échanges orientalistes entre les deux pays : les uns venaient chercher dans le pays voisin ce qui faisait défaut dans le leur, les divergences qui pouvaient persister nourrissaient émulation et controverses, et les mouvements d’allers-retours, de transformation et de réappropriation des savoirs et méthodes entre les deux pays formaient un tableau étonnamment dense.

3Fondées sur une pratique philologique qui requérait un travail sur des sources peu répandues en Europe et l’apprentissage d’un savoir partagé par un nombre restreint de spécialistes, les études orientales exigeaient de ceux qui les pratiquaient de nombreux déplacements et l’activation de réseaux à l’étranger. Plusieurs des contributions de ce volume retracent la longue série de pérégrinations qui eurent lieu entre France et Allemagne. La récurrence de figures telles que Rémusat, Silvestre de Sacy, Fleischer (dont l’importance est particulièrement mise en lumière par Holger Preißler), Burnouf, Mohl, Müller, ou Renan constitue un indice de la densité et de la cohérence de ces réseaux et confirme qu’en dépit de leur caractère confidentiel, les orientalismes doivent être compris comme un moment important de l’histoire intellectuelle européenne. D’une manière générale, les déplacements se sont faits plutôt de l’Allemagne vers la France. Pendant au moins la première moitié du siècle, Paris a exercé une attractivité très forte sur les philologues allemands, et cela vaut pour les différentes branches de l’orientalisme. Dans le domaine extrême-oriental, la France apparaissait comme une pourvoyeuse de données sur la Chine au moins depuis la fin du XVIIIe siècle, et les encyclopédies allemandes se sont longtemps nourries des articles parus dans les encyclopédies françaises (Georg Lehner). Grâce notamment à la chaire de chinois créée au Collège de France pour Abel Rémusat, de nombreux érudits allemands se sont succédé dans la capitale pour venir s’y former aux langues de l’Extrême-Orient (Hartmut Walravens). C’est aussi à Paris que les premiers indianistes allemands : les Schlegel, Franz Bopp, firent l’apprentissage du sanscrit, et la capitale française est restée jusque dans les années 1840 un lieu incontournable pour les jeunes philologues qui embrassaient la carrière indianiste. Leurs itinéraires entre Allemagne, France et Angleterre sont révélateurs à la fois des sociabilités érudites de l’époque et de l’élaboration complexe d’une discipline dans les échanges internationaux (Pascale Rabault-Feuerhahn). Mais ce sont incontestablement les enseignements de Silvestre de Sacy en arabe et en persan qui exerçaient la plus grande attraction sur les orientalistes allemands. Même ceux qui se spécialisaient dans d’autres langues orientales ne manquaient pas l’occasion de suivre les cours de cette figure centrale. La succession des générations auprès de ce maître et la densité de ses réseaux de relation avec l’Allemagne sont attestées par une correspondance très fournie (Michel Espagne). Les étudiants qui fréquentèrent ses cours, consacrés à des textes de la tradition profane, jouèrent un rôle considérable dans le développement, en Allemagne même, d’une philologie orientaliste déconnectée des études bibliques : une évolution qui déboucha sur une mise en question progressive de la suprématie française en matière d’orientalisme (Sabine Mangold).

4Le rôle des institutions dans les échanges internationaux et la construction des orientalismes en France et en Allemagne ne doit pas non plus être oublié, qu’il s’agisse de revues publiant des comptes rendus mutuels, de correspondances érudites, de la nomination comme Membre étranger dans les Académies des sciences de chaque pays, de l’attribution de Prix (le Prix Volney de l’Institut de France revint plusieurs fois à des orientalistes allemands) ou des relations entre sociétés savantes. C’est d’ailleurs sur le modèle de la Société asiatique de Paris que fut fondée la Deutsche Morgenländische Gesellschaft. Certes, cela se fit avec des adaptations au contexte d’accueil qui révèlent la persistance de traditions académiques divergentes entre les deux pays ; mais l’existence de telles sociétés savantes des deux côtés du Rhin fut un élément central de la communication entre orientalistes français et allemands (Ludmila Hanisch). La Société asiatique de Paris a notamment été un vecteur très important de la pénétration en France des travaux de Wilhelm von Humboldt sur les langues orientales et l’histoire de cette réception est l’occasion de noter les convergences, souvent oubliées, entre les programmes linguistico-anthropologiques des deux pays au début du siècle (Sarah Bösch).

5Ce volume s’interroge aussi sur la manière dont ces échanges franco-allemands ont présidé parmi d’autres à la construction d’un Orient « vu d’Europe ». Dès la fin du XVIIIe siècle, le développement du colonialisme a suscité une réflexion sur le rôle que l’Europe pouvait et devait ou non jouer dans la partie du monde désignée comme l’Orient. Comme le montre Gita Dharampal-Frick, les enjeux avaient beau être perçus en termes nationaux (rivalités franco-britanniques notamment), le choix des moyens intellectuels d’appréhension de ces événements venait bien souvent bousculer ces catégories nationales, par exemple lorsque l’Allemand Georg Forster évaluait le colonialisme britannique à l’aune des idéaux de la Révolution française. Tout aussi saisissante est la manière dont Renan s’est forgé sa propre image de l’Orient à mesure de ses travaux sur les langues sémitiques qui empruntaient aux méthodes tant allemandes que françaises ; sous-tendue par une réflexion sur la filiation entre judaïsme et christianisme et une quête de la Révélation, l’étude aboutit à un Orient très nettement centré sur la Palestine (Perrine Simon-Nahum). Mais si la conjonction comme l’affrontement entre méthodes françaises et méthodes allemandes s’avèrent déterminants dans la façon dont les philologues construisent leur « Orient », on remarque que, réciproquement, la confrontation avec l’Orient a pu être déterminante dans la manière dont se sont jouées les relations intellectuelles entre France et Allemagne. Un état de fait que reflètent particulièrement bien les vifs débats qui eurent lieu autour du judaïsme et de son rapport au mythe (Céline Trautmann-Waller). Dans ce renversement des rôles, l’Orient finissait même par avoir une fonction stratégique dans l’évolution du mode d’appréhension des sociétés et des nations, et devenait un lieu privilégié pour l’élaboration de méthodes et de perspectives nouvelles. Le cas des castes révèle ainsi l’importance de la confrontation à l’Orient pour l’émergence des sciences sociales (Isabelle Kalinowski), tandis que le modèle fourni par la science allemande du judaïsme a alimenté la constitution, en France, d’une science de l’islam aux courants divergents (Alain Messaoudi).

6À travers des morceaux de vie, des correspondances érudites, de vives polémiques, des coopérations et des rivalités, il s’agit de (re-)découvrir un espace où se superposent les cartes des déplacements des savants, les transferts de connaissances et les constructions mentales dans un effort continu de déchiffrement des langues, des textes et des sociétés.

Haut de page

Notes

1 Notamment Gustave Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du XIIe au XIXe siècle, précédée d’une esquisse des études orientales, 2 vols, Paris, 1868-70 ; Vasilij Vladimirovicˇ Barthold, La Découverte de l’Asie. Histoire de l’orientalisme en Europe et en Russie, Paris, Payot, 1947 ; Raymond Schwab, La Renaissance orientale, Paris, Payot, 1950 ; ce dernier ouvrage représente un effort de mise en contexte et de problématisation.

2 Robert Irwin, For Lust of Knowing. The Orientalists and Their Enemies, Londres, Penguin Books, 2006.

3 Le lien entre orientalisme et sciences humaines est peu exploré. Parmi la production française, voir, sur l’apport de l’orientalisme aux sciences sociales : Jackie Assayag, Roland Lardinois, Denis Vidal, Orientalism and Anthropology. From Max Müller to Louis Dumont, Pondichéry, Institut Français, 1997 ; sur l’extension anthropologique de la philologie orientaliste : Pascale Rabault-Feuer-hahn, L’Archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du XIXe siècle, Paris, Cerf, 2008.

4 Les historiographies de l’orientalisme sont souvent nationales et, si certaines indiquent l’importance des échanges internationaux, c’est de manière allusive et avec l’aveu que le travail de repérage de ces échanges reste à faire.

5 Willem Otterspeer, Leiden Oriental Connections, Leiden New York Copenhague, Brill, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Rabault-Feuerhahn et Céline Trautmann-Waller, « Introduction », Revue germanique internationale, 7 | 2008, 5-8.

Référence électronique

Pascale Rabault-Feuerhahn et Céline Trautmann-Waller, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/223 ; DOI : 10.4000/rgi.223

Haut de page

Auteurs

Pascale Rabault-Feuerhahn

Chercheur au CNRS, Paris.

Articles du même auteur

Céline Trautmann-Waller

Professeur en études germaniques, Université Paris 3 – Institut universitaire de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals