Navigation – Plan du site

« Les grandes assises de l’orientalisme ». La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes (1873-1912)

Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 47-67

Résumés

Si, en tant que forme de communication savante, les congrès scientifiques internationaux se distinguent par la rencontre entre des cultures scientifiques nationales variées, dans le cas du congrès des orientalistes, l’interculturalité occupe une place encore plus importante car elle se situe au niveau non seulement des participants, mais aussi de l’objet de la manifestation – l’Orient. Mais peut-on en rester à ce constat ? Cet article montre que cette dimension interculturelle connaissait des limites plus ou moins inconscientes ou, au contraire, revendiquées. Le congrès international des orientalistes œuvra beaucoup pour favoriser la collaboration internationale, et aussi pour faire dialoguer les cultures orientales entre elles et avec la culture occidentale. Mais les congrès ne furent que très tardivement et très exceptionnellement tenus hors du sol européen et restèrent profondément tributaires de la forme que l’orientalisme avait reçu dans les institutions savantes occidentales. Il n’est jusqu’aux visées universalistes des congrès des orientalistes qui ne doivent être relues dans cette perspective. Dans le contexte colonial de ce dernier quart du xixe siècle, la question des liens culturels entre Orient et Occident comme celle la place à réserver aux savants et aux savoirs orientaux étaient en outre porteuse de lourds enjeux et faisaient affleurer la portée morale et politique du travail savant.

Haut de page

Notes de l’auteur

« Les grandes assises de l’orientalisme »1

Texte intégral

  • 2 Cité d’après Angelo de Gubernatis, sanscritiste italien, annonçant au Congrès de Rome en 1899 la te (...)

« Il y a vingt et un ans, au Congrès de Florence, j’ai dit que notre congrès, né à Paris, nourri à Londres, grandi à Saint-Pétersbourg, après avoir fait ses études en Italie, allait prendre son doctorat en Allemagne, à Berlin. Après le doctorat, les jeunes savants allemands voyagent beaucoup, et notre congrès, a depuis lors, beaucoup voyagé2. »

  • 3 Julien Duchâteau, Une création scientifique française. Le congrès international des orientalistes, (...)

1Lorsqu’il lança l’idée d’un congrès international, Léon de Rosny, professeur de japonais à l’École des langues orientales vivantes et Président de la société d’ethnographie de Paris, pensait le dédier aux études japonaises qui, grâce à l’ouverture de l’archipel nippon au monde occidental, se développaient enfin avec plusieurs décennies de retard par rapport au reste de l’orientalisme. Cette initiative fut si bien accueillie à l’étranger que de Rosny décida finalement d’ouvrir le cadre de la manifestation à l’ensemble des études orientales. C’est ainsi que le premier congrès international des orientalistes eut lieu à Paris en 1873. Forte du succès rencontré auprès des orientalistes de nombreux pays, cette manifestation qui se présentait volontiers comme une « une création scientifique française »3 fut pérennisée et confortée à travers les sessions successives organisées dans les différents pays européens. Jusqu’à la Première Guerre mondiale succédèrent à la session de Paris de 1873 celles de Londres en 1874, Saint-Pétersbourg en 1876, Florence en 1878, Berlin en 1881, Leyde en 1883, Vienne en 1886, Stockholm-Christiania en 1889, Londres en 1891 et 1892, Genève en 1894, Paris en 1897, Rome en 1899, Hambourg en 1902, Alger en 1905, Copenhague en 1908 et enfin Athènes en 1912, soit plus d’une quinzaine de congrès organisés dans les principales villes universitaires européennes (plus Alger en 1905).

2Les fondateurs français du congrès avaient tout mis en œuvre pour en faire une véritable marque déposée. Lié à des statuts très détaillés, le congrès devait porter durablement la marque de son pays d’origine et assurer le monopole face à toute entreprise concurrente qui pourrait émerger à l’étranger. Mais en même temps, c’est bien son caractère « international » qui en garantissait le rayonnement et la pertinence. Si ce rassemblement avait un sens, c’était d’établir un dialogue direct entre les orientalistes de pays différents et de mettre en commun leurs manières de faire et leurs résultats. En cela, il ne se différenciait pas des autres congrès scientifiques internationaux, qui tous mettaient en jeu la construction interculturelle de la science. Mais dans le cas du congrès des orientalistes, cet aspect était démultiplié. L’interculturalité émergeait non seulement du niveau international de la manifestation, mais aussi et surtout de son objet scientifique : l’Orient. C’est une caractéristique intrinsèque et évidente de l’orientalisme savant, né et développé en Europe, que de s’intéresser à d’autres aires culturelles qu’à la sienne propre. Domaine très vaste et aux contours à vrai dire jamais totalement fixés, il concerne en outre une multiplicité de langues et de cultures.

3Nous voudrions ici porter un éclairage sur ces différents niveaux d’interculturalité, en interrogeant autant l’effort du congrès international des orientalistes pour mettre en cohérence les pratiques orientalistes de différents pays, que la manière dont les exposés faisaient dialoguer les cultures orientales entre elles et avec la culture occidentale. Organisé presque exclusivement sur le sol européen et profondément tributaire de la forme que l’orientalisme avait reçue dans les institutions de recherche et d’enseignement en Europe, jusqu’où le congrès tenait-il vraiment sa promesse d’interculturalité ? Dans le contexte colonial de ce dernier quart du xixe siècle, la question de la place réservée aux savants et aux savoirs orientaux est porteuse de lourds enjeux et fait affleurer la portée morale et politique du travail savant.

Un objet interculturel par excellence

  • 4 Verhandlungen des fünften internationalen Orientalisten-Congresses gehalten zu Berlin im September (...)

4Comme dans les autres congrès scientifiques internationaux, les discours d’ouverture et de clôture de la manifestation sont l’occasion de célébrer l’universalité de la science. Mais, reprenant ce qui constitue alors un véritable topos de leur auto-perception, les orientalistes soulignent particulièrement la nécessité d’unir leurs forces au-delà des frontières nationales pour pouvoir dominer la matière variée et largement inexplorée qu’ils ont à traiter. August Dillmann, spécialiste de philologie éthiopienne et biblique, président du Congrès de Berlin de 1881, estime non sans un brin de provocation que « la véritable importance [des congrès en général] réside […] dans le fait qu’ils réunissent dans la poursuite d’un but commun des hommes issus des nations les plus diverses, qu’ils ont un caractère international »4. Sur le plan strictement scientifique, les travaux présentés sont en général peu novateurs, les discussions, trop brèves pour être vraiment fécondes, et la voix de la majorité risque même d’entraîner sur de fausses pistes. Mais, aux yeux de Dillmann, si le besoin d’internationalité varie selon les disciplines, il est particulièrement impérieux dans le cas de l’orientalisme. Ayant « partout sous la main leur objet d’étude », les psychologues et les chimistes peuvent relativement se passer de la collaboration internationale. C’est déjà moins le cas des physiciens et des astronomes, dont le travail nécessite une complémentarité des points de vue sur l’objet étudié. Pour les disciplines comme la géographie, l’ethnographie et l’anthropologie, qui traitent d’objets lointains, elle devient incontournable. Et si les orientalistes en sont les plus tributaires, c’est parce que

  • 5 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 32.

l’Asie et l’Afrique qui y est reliée sur le plan historique et linguistique, cet Orient [qu’ils] s’efforcent d’explorer, avec ses religions, ses états, ses cultures, ses antiquités, est un domaine de recherche si vaste et si entrelacé qu’à chacun de ses pas, la mince cohorte de savants de chaque pays qui s’y est risquée ne peut que se rappeler combien ses forces sont insuffisantes5.

5Dans la mesure où les orientalistes ne s’en tiennent pas aux langues orientales mais s’intéressent aussi aux littératures et aux cultures qui leurs sont associées, aux peuples qui les parlent et à leur histoire ou leur environnement géographique, la masse de données à traiter est effectivement considérable. En 1904 encore, René Basset, islamologue français et président du comité d’organisation du Congrès d’Alger (1905) insiste sur l’aspect multidisciplinaire des réunions :

  • 6 AN F/17/3092/2, Congrès d’Alger 1905, lettre de R. Basset au ministère de l’Éducation nationale, Al (...)

Bien que la division en sections soit faite par ordre de langues, les études que poursuit le congrès ne sont nullement pour cela restreintes à la philologie ; il est de tradition au contraire que tous les travaux relatifs à l’histoire, à la géographie, à l’ethnographie, aux religions des peuples orientaux y sont admis et on peut même avancer qu’ils forment la plus grande partie des matières soumises à l’examen du congrès6.

  • 7 En générale, la définition qui ressort est celle qui comprend l’Asie, l’Afrique et l’Océanie, mais (...)

6En outre, si les orientalistes se reconnaissent de manière consensuelle dans le fait de travailler sur l’Orient, ceci recouvre une aire aux contours incertains7 et surtout un nombre considérable de langues, dont chacune requiert des connaissances spécialisées. La dénomination de « congrès des orientalistes » en lieu et place de « congrès d’orientalisme » souligne cette variété et présente le congrès comme un rassemblement de savants plus qu’un forum dédié à un domaine bien déterminé.

  • 8 Selon Dillmann, les Allemands, qui n’ont pas de colonies, se sont mis aux études orientales motivés (...)
  • 9 Ils sont en général légués à une bibliothèque de la ville ou du pays hôte du congrès.

7La dimension internationale des congrès a des répercussions très concrètes sur leur déroulement et leurs résultats. Elle met en contact des pratiques scientifiques variables d’une nation à l’autre. Les orateurs relèvent fréquemment l’existence de véritables habitus nationaux en matière d’orientalisme. Ce faisant, ils véhiculent bien sûr des topos éculés : l’approche pragmatique des Anglais, la rigueur philologique et le désintéressement politique des Allemands8…, et ils confortent le sentiment des participants d’appartenir chacun à une tradition scientifique nationale spécifique. Mais la succession d’exposés placés sous le sceau de ces diverses traditions, ainsi que les échanges favorisés par les nombreux moments de sociabilité (banquets, excursions, pauses, débats…) amènent les congressistes à faire plus ou moins consciemment retour sur leurs pratiques particulières et nationales. Sur le plan matériel, il est en outre d’usage d’offrir au congrès, à titre personnel ou au nom d’une institution, un livre récent ou un manuscrit de valeur spéciale. Le comité organisateur décide ensuite de la destination finale des ouvrages9. Ces pratiques sont tout sauf anecdotiques dans un domaine comme les études orientales où les imprimés, qui comportent souvent des caractères non latins, sont très onéreux et où l’accès aux sources manuscrites reste un enjeu de premier ordre.

  • 10 Cette question préoccupait de longue date les orientalistes. L’égyptologue anglais Samuel Birch, pr (...)
  • 11 Selon le « Rapport au comité national d’organisation sur un projet de programme pour les travaux de (...)
  • 12 George A. Grierson, Linguistic Survey of India, Calcutta, Government of India, Central Publication (...)
  • 13 Cf. par exemple les difficultés relatées pour le chinois dans les Actes du quinzième congrès intern (...)
  • 14 Publiée à Berlin, la Orientalische Bibliographie connut 26 livraisons entre 1887 et 1926 ; L’Encycl (...)

8Les congrès des orientalistes ont une incidence certaine sur l’organisation internationale de la science à travers les nombreuses motions qui y sont votées pour résoudre des problèmes auxquels se heurte la communauté dans la réalisation de ses travaux. Beaucoup concernent l’établissement d’un système international de transcription des langues orientales10, qui avait d’ailleurs été la première motivation à la mise sur pied du Congrès de Paris de 187311. Il peut aussi s’agir de l’exhortation faite à tel gouvernement occidental exerçant sa domination sur une région orientale d’y promouvoir et d’y soutenir les recherches philologiques et archéologiques : c’est à Vienne, en 1886, que naquit le projet de répertorier toutes les langues présentes et passées de l’Inde, qui fut ensuite conduit de 1894 à 1927 par George A. Grierson12. Les motions esquissent en quelque sorte un pilotage international de la recherche en établissant la liste des recherches prioritaires et des outils à créer. Leur portée réelle n’est pas évidente à mesurer. Tous les orientalistes ne participaient pas aux congrès et ceux qui étaient présents n’étaient pas toujours d’accord sur la manière de mettre en œuvre le programme adopté – les systèmes de transcription en furent les principales victimes13. En outre les gouvernements nationaux n’étaient pas toujours disposés à mobiliser les moyens financiers requis. Toutefois, de grosses entreprises comme le Linguistic Survey of India mentionné plus haut, mais aussi l’Orientalische Bibliographie, répertoire annuel des travaux d’orientalisme dans le monde ou encore l’Encyclopédie de l’islam, prouvent la capacité des congrès à mettre en place des projets à grande échelle, dont l’avancement était d’ailleurs suivi d’une session à l’autre14.

9La variété et l’étendue des thèmes couverts par les études orientales imposent ainsi la mutualisation des moyens intellectuels et matériels à l’échelle internationale. Mais surtout, elle garantit le caractère intrinsèquement pluriculturel et même interculturel de ces études dans la mesure où elles traitent d’aires orientales variées, abordées tantôt isolément, tantôt à travers les contacts ou les parentés qu’elles entretiennent entre elles et avec l’Occident. Les membres des congrès sont bien conscients que ceux-ci constituent une occasion inespérée de restaurer l’unité de leur domaine d’études au moment même où la spécialisation menace de la faire perdre de vue. En mettant côte à côte des spécialités souvent d’autant plus différenciées qu’elles existent déjà de manière séparée dans les institutions d’enseignement et de recherche, le congrès les fait clairement apparaître comme des branches rattachées à un même tronc et il permet d’obtenir une vue d’ensemble de ce qu’est l’orientalisme. Avec l’emphase propre à l’homme politique, von Gössler, ministre prussien, le réaffirma lors du Congrès de Berlin :

  • 15 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 26.

Mais, que vous [les orientalistes] maniez des outils de métal ou la plume, que vous travailliez dans la moiteur tropicale ou à la lumière nocturne d’une lampe, dans les contrées de Mésopotamie, d’Égypte, de Chypre ou dans votre cabinet d’études des pays du Nord, nous sommes toujours et en tous lieux des disciples de la même science15.

  • 16 Albrecht Weber, Quousque tandem. Der achte internationale Orientalisten-Congress ; und der neunte ? (...)

10Le rassemblement ne se fait toutefois pas sans heurts. Certains déplorent la juxtaposition de domaines trop éloignés les uns des autres, estimant que cette hétérogénéité nuit à la scientificité du congrès. Le sanscritiste allemand Albrecht Weber souligne ce qu’il y a de mondain voire de contreproductif à inclure dans un même programme des interventions traitant de sujets divers, accessibles chacun à un nombre réduit de spécialistes16. La composition hétéroclite du public lui donnait assez raison. Au-delà des savants, de nombreuses personnes étaient attirées par la dimension exotique des congrès, qui portaient sur des thèmes inhabituels, se déroulaient dans un décor volontiers orientalisant et s’accompagnaient d’expositions d’objets orientaux ou de spectacles de danse et de musique orientales.

  • 17 Cf. Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science la robe au vent. Les congrès scientifiques internationa (...)
  • 18 « Quatrième circulaire, 23 mai 1873, Section Japonaise, projet de programme », in : Congrès interna (...)

11À la question de la spécialisation était donc inévitablement liée celle de la professionnalisation des études orientales et de la place que pouvaient y jouer les « amateurs » d’Orient17. Non que la spécialisation ait été perçue comme le gage, le vecteur ou la finalité de la professionnalisation, comme on le pense souvent dans une lecture téléologique de l’histoire des sciences : la volonté de rassembler un savoir éparpillé montre que les choses n’étaient pas si simples. Mais les congrès impliquaient d’identifier les domaines légitimes de l’orientalisme, de penser leur articulation et de déterminer qui était habilité à les traiter. La spécialisation comme la professionnalisation soulevaient ainsi la question de la délimitation des études orientales. Si les domaines linguistiques, géographiques et culturels abordés lors des congrès étaient déjà multiples, les approches aussi étaient variées. Les premiers congrès en particulier, furent expressément ouverts aux industriels, marchands et diplomates travaillant en relation avec l’Orient. La liste des questions suggérées aux membres du Congrès de Paris en 1873, fit ainsi une grande place à l’orientalisme « pratique »18. Mais dès les congrès suivants, les thèmes philologiques, linguistiques, géographiques, ethnographiques, religieux et historiques prirent le dessus.

  • 19 Pour le détail de cette querelle, voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science la robe au vent » ; (...)
  • 20 L’égyptologue suisse Édouard Naville souligna cette fonction jouée par son pays : « Nous sommes neu (...)

12Avant que cette question ne soit définitivement réglée, il fallut néanmoins que le conflit éclatât ouvertement entre les tenants de congrès de spécialistes et ceux qui revendiquaient une ouverture maximale des thèmes et des participants19. Le Congrès de Stockholm-Christiania de 1889 s’était distingué par son faste et le nombre record d’inscrits (713). Le comité désigné pour organiser le suivant estima que la massification du public compromettait le sérieux de la manifestation. Pour résoudre le problème de l’amateurisme et endiguer le flot de « touristes », il décida de revoir les statuts fondateurs adoptés à Paris en 1873. Mais, outrés par ce qu’ils considéraient comme un crime de lèse-majesté, différents savants – principalement des Français et des Anglais, membres fondateurs du congrès pour la plupart – refusèrent de reconnaître l’autorité de ce comité et décidèrent d’organiser eux-mêmes le IXe congrès, à Londres, en 1891. Il en résultat un schisme, le comité de Stockholm refusant de renoncer à ses prérogatives et organisant lui-même un autre « IXe congrès » à Londres, en 1892. Après des joutes infinies, le conflit fut surmonté avec la mise en place du comité d’organisation du Xe congrès, prévu en terrain neutre, à Genève20 ! Le comité de Stockholm qui avait plaidé pour que le congrès soit réservé aux érudits du monde universitaire était composé majoritairement d’Allemands et de Scandinaves. On pourrait donc schématiser le conflit comme l’affrontement entre une culture scientifique mondaine défendue par la France et une culture scientifique académique défendue par l’Allemagne (ce dont ne se privèrent pas les commentateurs de l’époque). Mais ce serait ignorer la réalité plus complexe de l’orientalisme français. Léon de Rosny, initiateur du congrès, occupait certes différentes positions institutionnelles importantes mais il faisait figure d’entrepreneur de la science assez haut en couleurs. On trouve à ses côtés des élèves de l’École des langues orientales vivantes – réputée pour former des interprètes, des commerçants et des diplomates –, un peintre-architecte, un capitaine de la marine, un libraire… Cela valut au premier congrès d’être boycotté par la Société asiatique de Paris, dont faisait certes partie de Rosny, mais dont les membres, éminents professeurs pour la plupart, considéraient cette manifestation comme l’œuvre de charlatans de l’orientalisme. Le Congrès de Genève de 1894 fut le premier auquel elle participa officiellement et c’est sur cette lancée que le congrès international des orientalistes put être organisé à Paris pour la deuxième fois, en 1897.

Humanité, civilisations, nations : la quête erratique de l’unité

13Même si les protagonistes du schisme cherchèrent souvent à mettre l’attitude du camp adverse sur le compte de rivalités entre nations, l’enjeu était moins la compétition scientifique internationale que la définition des contours de l’orientalisme. Mais l’éviction progressive des amateurs au profit des savants de profession ne fournissait encore qu’une réponse partielle à cette question. Il restait à identifier ce qui faisait vraiment le lien entre les différents domaines rassemblés sous l’étiquette « orientaliste ».

  • 21 Sur cette tradition philologique, voir Pascale Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origines. Sanskrit, (...)
  • 22 AN F/17/3092/2, Congrès de Rome 1899, Prospectus du 10 mars 1898, p. 2 : Gubernatis invite à « ne r (...)

14Parmi les savants, une réponse faisait consensus. Si les différentes branches de l’orientalisme concouraient à réaliser un même objectif, c’était bien celui de retracer l’histoire de l’esprit humain. Et même : elles seules étaient en mesure de le faire. L’idée selon laquelle il appartiendrait à l’orientalisme d’enquêter sur l’« esprit humain » et ses transformations à travers le temps est un topos très ancien. Héritée de la philosophie des Lumières, et très présente dans la culture orientaliste française du premier xixe siècle, l’expression d’« esprit humain » a essaimé dans les différentes langues européennes. Elle a connu une fortune particulière en Allemagne du fait (entre autres et pour le dire schématiquement) d’un très fort héritage historiciste et du lien établi entre langue et locuteur dans la philosophie du langage de Herder à Humboldt. La philologie était volontiers mise au service d’une enquête historico-ethnographique visant à reconstituer le contexte culturel qui avait produit le texte étudié21. Dans ce cadre l’étude des langues orientales semblait une aubaine pour compléter les pièces du puzzle et dresser un panorama d’ensemble de l’histoire intellectuelle et culturelle de l’humanité. Les congrès internationaux des orientalistes témoignent de cette ambition sans cesse renouvelée des études orientales en Occident en la réaffirmant à l’occasion de divers discours et exposés22.

  • 23 F. Max Müller, « The Aryan Section. Address », in : Transactions of the Second Session, (p. 177-204 (...)

15L’organisation même des congrès était censée remplir cet objectif. La volonté de couvrir le plus grand nombre d’aires possibles, critiquée par ailleurs comme un manque de cohésion, était ainsi une manière de répondre à l’unité de l’espèce humaine dont l’Orient était le berceau et le révélateur. La connaissance de l’Orient n’avait-elle pas fourni matière aux comparaisons et ainsi permis d’articuler l’histoire de l’humanité ? Décrivant « l’esprit comparatiste » né de l’orientalisme comme « le véritable esprit scientifique de notre époque », le sanscritiste et comparatiste d’Oxford Friedrich Max Müller insiste sur ses multiples terrains d’application, de la linguistique à la philosophie en passant par la religion, la mythologie ou l’histoire des sciences. Grâce à cette méthode, « nous vivons dans un nouveau monde, la barrière apparemment insurmontable entre Orient et Occident a disparu »23. La présentation d’exposés touchant aussi bien à la linguistique qu’à la philologie, l’histoire, l’ethnographie, l’archéologie ou la mythologie est le reflet fidèle d’un orientalisme qui, tel qu’il était pratiqué dans les universités et autres institutions savantes, restait foncièrement interdisciplinaire et ouvert à des problématiques d’ordre culturel, voire philosophique. Les membres des congrès des orientalistes se retrouvent d’ailleurs souvent dans les congrès organisés dès cette époque dans ces diverses disciplines.

  • 24 Berichte des VII.… Congresses, p. 35-47.
  • 25 Cf. K. Krumbacher, « Über den Zweck und die allgemeine Bedeutung der Sektion “Wechselwirkungen zwis (...)

16La perspective d’une interrogation globale sur l’humanité était renforcée par les nombreux exposés thématisant des transferts culturels entre Orient et Occident et les relations généalogiques entre leurs peuples respectifs. En ouverture du Congrès de Vienne de 1886, Alfred von Kremer, professeur d’arabe, diplomate et interprète, fit dans un discours fleuve la liste des contacts entre Orient et Occident, de l’importation des marronniers sauvages de Constantinople à Vienne au xvie siècle jusqu’aux études orientales garantes d’une meilleure connaissance mutuelle et porteuses de relations apaisées entre ces deux parties du monde24. La dimension interculturelle des congrès trouve sa meilleure illustration dans la création, lors du Congrès de Genève de 1894, d’une section dédiée à « la Grèce et l’Orient ». Reconduite lors des congrès suivants, cette section prendra même à Hambourg la dénomination « Interactions entre Orient et Occident » (Wechselwirkungen zwischen Orient und Occident)25.

17Mais à y regarder de plus près, on se rend compte que ces exposés et ces sections dédiés aux rapports entre Orient et Occident et censés entériner la perspective interculturelle des congrès, en manifestent le mieux les biais et les impasses. Si la démonstration de ce que l’Occident devait à l’Orient constituait bien une formidable ouverture intellectuelle, de nombreux orientalistes cherchaient à rehausser le prestige de leur propre nation en montrant la filiation de leur peuple ou de leur langue avec tel autre peuple ou telle autre langue orientale. D’après le sanscritiste italien Angelo de Gubernatis :

  • 26 AN F/17/3092/2, Congrès de Rome 1899, Prospectus du 10 mars 1898, p. 2.

un congrès international des orientalistes à Rome doit surtout appeler l’attention des savants sur les origines et l’évolution des civilisations, religions et langues qui ont trempé dans ce grand bain de lumière humaine qui a été le bassin de la mer Méditerranée et suivre surtout les sillons tracés par les migrations des Asiates et des peuples orientaux de la Méditerranée et de la péninsule balcanique [sic] vers l’Italie26.

18La mise au jour de liens entre Orient et Occident peut donc servir tant la cause de l’universalisme que celle de l’occidentalo-centrisme, voire du nationalisme. L’enjeu est alors de parvenir à rendre l’Orient intéressant aussi pour lui-même, en dehors de ce qu’il révèle ou explique de l’Occident.

  • 27 Cf. en annexe la liste des sections des différents congrès organisés entre 1873 et 1912.
  • 28 Sir Walter Elliot, président de la section touranienne du Congrès de Londres de 1874, avoue : « En (...)
  • 29 Par exemple l’existence autonome de congrès internationaux des américanistes, nés par imitation des (...)
  • 30 Cf. Verhandlungen des XIII. Internationalen Orientalisten Kongresses. Hamburg, September 1902, Leyd (...)

19Mais, avec un personnel presque exclusivement occidental ou issu d’institutions occidentales implantées en Orient, les congrès étaient organisés selon les canons de la science occidentale, que ce soit au niveau de la rhétorique des exposés, des rituels académiques ou, surtout, du programme lui-même27. Les études orientales étant déjà très institutionnalisées, les sections correspondent globalement aux disciplines établies à l’université. Elles en reprennent la logique et, à part quelques cas où elles sont réservées à des disciplines connexes de l’orientalisme (archéologie, anthropologie…) accueillant des exposés sur toutes les aires orientales, elles correspondent, comme à l’université, à des familles linguistiques : études aryennes (c’est-à-dire portant sur l’indo-iranien ancien), études sémitiques, langues océaniennes… La manière dont le comparatisme linguistique a structuré les études orientales au xixe siècle est ici tout à fait manifeste. Les langues dont la typologie reste incertaine28, ou sur lesquelles il existe trop peu de spécialistes pour remplir une section, sont regroupées par aires géographiques. Le nombre de sections tend à augmenter, suivant en cela l’accroissement et la spécialisation des connaissances, mais on constate aussi des variations en accordéon qui empêchent une interprétation vraiment linéaire. La nécessité de faire entrer de très nombreux exposés dans un nombre de jours limités impose des regroupements propres aux congrès et oblige les organisateurs à se poser frontalement la question de l’articulation entre les différentes branches des études orientales29. D’un congrès à l’autre, les sections indo-européennes/aryennes et sémitiques varient peu dans leur organisation et restent les plus éminentes. Comme les sections n’existent qu’en fonction des connaissances accumulées par les savants occidentaux, des pans entiers de ce qui pourrait légitimement être considéré comme faisant partie de l’Orient sont occultés. Les langues d’Océanie et celles d’Afrique (autres que l’arabe) arrivent tardivement et sont peu représentées30. À l’inverse, des aires culturelles et linguistiques qui intéressent l’Occident depuis longtemps sont mises en exergue : l’égyptologie monopolise la quasi-totalité de la section « Égypte et langues africaines » qui devient récurrente à partir de 1881. Les sections des congrès internationaux des orientalistes dessinent ainsi une cartographie tributaire d’une vision profondément occidentale du monde.

  • 31 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 24.
  • 32 Charles Schefer, délégué du gouvernement français au Congrès de Genève en 1894, écrit au ministre : (...)
  • 33 Henri Cordier, « Rapport à M. le Gouverneur général sur les travaux de l’école française d’extrême- (...)
  • 34 Apostole Alexandris, ministre grec de l’instruction publique et président du congrès, qualifie l’Un (...)

20Ainsi relativisés, l’idéal d’universalité de la science et le caractère international des congrès sont encore mis à mal par la localisation des congrès et la provenance de leurs membres. En 1881, le ministre von Gössler n’hésite pas à se féliciter de la dimension internationale du Congrès de Berlin, qui réunit « tous les pays civilisés » (« alle Kulturländer »)31. Outre que la catégorie de « civilisé » est naturellement discutable, cela montre bien que la prépondérance massive des Européens et l’exclusion de fait de pays d’autres régions du globe ne faisaient absolument pas problème. Les difficultés persistantes à organiser le congrès sur d’autres continents n’étaient d’ailleurs pas seulement liées aux problèmes (bien réels) de transport, mais aussi à la conviction de nombreux orientalistes que la science ne pouvait se faire qu’en Europe. Même l’Amérique du Nord ne parvint pas à imposer sa candidature jusqu’à la Première Guerre mondiale32. Mais les plus grandes réserves concernaient les pays orientaux, leurs structures institutionnelles (jugées trop faibles) et leur niveau scientifique (censément trop bas). Lorsque Carlo Landberg, diplomate suédois et spécialiste d’arabe, secrétaire général du Congrès de Stockholm-Christiania en 1889, proposa que le congrès suivant ait lieu à Constantinople ou au Caire, il provoqua une véritable levée de boucliers. Seuls les spécialistes de l’Extrême-Orient se décidèrent à tenir congrès à Hanoï en décembre 1902 (Premier Congrès International des Études d’Extrême-Orient). Mais ce fut indépendamment des congrès internationaux des orientalistes, dans le double but de conforter les activités de l’École française d’Extrême-Orient fondée en 1898 et d’organiser un événement scientifique en lien avec l’Exposition internationale de Hanoï de 190233. Quant au congrès international des orientalistes, il ne se réunit pour la première fois hors d’Europe qu’en 1905, dans l’Algérie française, et ne réitérera pas cette démarche jusqu’à la Première Guerre mondiale – quoique le Congrès d’Athènes de 1912 ait été considéré comme prenant place en Orient34.

21Quelle place était donc faite aux savants et à la science « indigènes » au sein des congrès internationaux des orientalistes ? Ils en étaient bien un élément incontournable, garantissant en quelque sorte le lien authentique avec l’Orient et assurant une forte visibilité publique. Gottlieb Wilhelm Leitner, voyageur et polyglotte, fondateur de l’Oriental Institute de Woking, en Angleterre, écrivit de la sorte au ministère français de l’Instruction publique pour s’assurer la présence de personnes d’origine orientale au IXe congrès « statutaire » qu’il devait présider à Londres en 1891 (organisé contre celui, dit « scissionniste », du Comité de Stockholm) :

  • 35 AN F/17/3092/2, Congrès de Londres 1891, dossier confidentiel, lettre de W. Leitner au ministre de (...)

Serait-il possible, comme il l’était pour Stockholm, de nous envoyer des savants indigènes des possessions françaises ? J’ai bâti une Mosquée pour les Musulmans sur ma propriété et j’ai arrangé aussi en sorte que des Hindous puissent y vivre conformément à leurs idées de caste ou de religion. Donc vos indigènes peuvent être sûrs d’être à leur aise durant leur séjour35.

  • 36 On remarquera à ce propos la dissymétrie dans le traitement statistique : un Oriental en poste en O (...)
  • 37 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 6.
  • 38 La grammaire indienne et les écoles exégétiques des textes de l’Inde ancienne firent l’objet de déb (...)
  • 39 Albrecht Weber, Quousque tandem, p. 3. Weber développait même une argumentation raciste : les peupl (...)

22Les listes exhaustives des membres inscrits, présents ou intervenants au congrès confirment toutefois que les « Orientaux » avaient la portion congrue. Très peu nombreux, les membres de pays orientaux étaient rarement des universitaires et plutôt des diplomates en fonction en Occident, ou bien des Occidentaux (universitaires ou diplomates) en poste en Orient36. À Berlin, en 1881, on ne trouve sous la catégorie « membres étrangers » (« auswärtige Mitglieder »), pour l’Afrique, que deux Occidentaux venant du Caire, et pour l’Asie, que treize personnes dont un diplomate japonais, un Japonais séjournant à Oxford, un Occidental en poste au Japon, un autre en poste à Pékin, un dernier en poste en Inde, un pasteur de Jérusalem, deux universitaires indiens résidant en Inde, et un universitaire indien travaillant à Oxford37. Si, au sein leur propre spécialité, les orientalistes connaissaient les traditions érudites indigènes existantes et les discutaient38, beaucoup étaient encore des savants de cabinet. Ils trouvaient déroutant sinon dérangeant d’être confrontés à des locuteurs natifs et des représentants directs des cultures concernées. Le sanscritiste Albrecht Weber, représentant notoire du protestantisme libéral, ne masque pas son inquiétude face à la présence qu’il juge massive de ces « Orientaux » au Congrès de Stockholm de 1889 – de son propre aveu, ils représentaient 1/14e ( !) du total. Trouvant déjà pénible à l’oreille le ton « nasillard » et « plaintif » commun aux orateurs orientaux, il leur reproche de ne produire « que du vent » (leeres Stroh) : « le contenu n’a ni queue ni tête, ce qui compte, c’est la mélodie des mots, la rimaille, etc. »39. Au congrès précédent, à Leyde, Carlo Landberg avait introduit la « Notice sur les corporations de Damas » du chrétien arabe Elia Qoudsî, en relevant :

  • 40 Elia Qoudsî, « Notice sur les corporations de Damas », in : Actes du sixième congrès international (...)

23C’est ici la première fois qu’un Arabe soit admis à présenter un travail devant le congrès des Orientalistes. Ce n’est pas à dire que ce travail soit parfait. […] Je tâche toujours de propager en Orient l’esprit scientifique européen, je me donne de la peine pour trouver, par-ci, par-là, un élève qui veuille bien suivre mes conseils40.

  • 41 Actes du sixième congrès… Ie partie, p. 223-224. Chubildas exprime aussi son regret « de voir un si (...)

24Les membres orientaux expriment à l’occasion l’espoir que leur nombre augmente ou que les prochains congrès aient lieu hors d’Europe, mais se prêtent malgré tout au jeu et font explicitement allégeance à la science occidentale. Toujours au Congrès de Leyde, l’érudit indien Ramdas Chubildas composa pour l’occasion un hymne sanskrit à Sarasvatî ; il y présentait la déesse hindoue de la sagesse et de la connaissance quittant une Inde devenue stérile pour elle, au profit de l’Europe et de ses lumières intellectuelles41.

La « charge d’âmes »42 des orientalistes ou : le retour du politique

  • 42 Expression du ministre hollandais de l’Intérieur au Congrès de Leyde, signalant que les gouvernants (...)

25La place limitée faite aux Orientaux et aux savoirs indigènes au sein des congrès internationaux des orientalistes n’est pas imputable aux seuls congrès mais reflète la réalité de l’orientalisme savant au xixe siècle. Même si certains membres des congrès soulignaient le caractère universel et gratuit de la science, ces réunions internationales restaient bien en prise avec les réalités intellectuelles, culturelles et politiques de leur époque.

  • 43 Actes du sixième congrès... Ie partie, p. 182.

26La question est délicate. Il serait grossier et contreproductif de chercher à dégager de grandes tendances idéologiques à partir de la lecture des actes des congrès. L’hétérogénéité assumée des thèmes traités et le caractère aléatoire d’un programme construit au gré des propositions reçues rendraient vaine une telle tentative. Comme le souligne le théologien néerlandais Abraham Kuenen, président du congrès de Leyde en 1883, « aussi bien que dans la composition du congrès, le hasard joue un rôle dans le choix des sujets qui sont mis à l’ordre du jour, et on risquerait de se tromper si l’on voulait interpréter ce qui en réalité n’a pas un sens si profond »43. La grande majorité des exposés ont en outre un caractère profondément technique. Si l’on se concentre sur la partie des actes qui restitue la lettre des exposés scientifiques, en dehors du Congrès de Paris de 1873, on est rarement confronté à des textes directement politiques et l’impression qui se dégage est surtout celle d’un foisonnement de projets et de résultats hautement érudits.

  • 44 Actes du sixième congrès... Ie partie, p. 3. Une journée de visite fut organisée à l’Exposition.

27 Mais tout hétérogènes et tout érudits qu’ils fussent, en étant lus à l’occasion de congrès, les exposés se trouvaient nécessairement pris dans un cadre qui les dépassait et qui leur donnait une direction commune. Le lieu même du congrès, le contexte formé par les autres exposés : tous ces éléments empêchent de les considérer comme des productions totalement isolées, ne valant que pour elles-mêmes. Surtout, les congrès étaient placés sous le patronage de personnalités éminentes du monde politique. Le Roi Oscar II de Suède et de Norvège, qui s’intéressait de près aux études orientales et qui avait prodigué son meilleur soutien au Congrès de Stockholm-Christiania, fut le haut patron de nombreuses autres sessions. La lourde machine administrative des congrès convoquait également un président d’honneur, des vice-présidents, des patrons secondaires, ainsi bien sûr qu’un président scientifique et des présidents de sections, sans oublier les délégués officiels des gouvernements et des sociétés savantes. Les congrès pouvaient aussi être associés à d’autres manifestations internationales : celui de Leyde, prévu pour 1884, fut avancé d’un an pour coïncider avec l’Exposition coloniale internationale d’Amsterdam44. Ils avaient ainsi lieu en grande pompe et faisaient la démonstration, vis-à-vis du grand public et des décideurs politiques, de l’importance des études orientales.

  • 45 Berichte des VII.… Congresses, p. 103.

28Dans ces conditions il est impossible d’analyser les congrès internationaux des orientalistes en faisant abstraction du contexte colonial. Certains orientalistes essayaient bien de minimiser la dimension politique des congrès et de les présenter comme des lieux où l’entente universelle entre les savants mettait entre parenthèses les conflits entre grandes puissances. Au Congrès de Vienne de 1886, Friedrich Müller, ethnolinguiste autrichien, remporta un vif succès en opposant la « question orientale » au sens politique, véritable serpent de mer dépeçant l’Orient par le fer et le sang sans jamais trouver sa conclusion, à la « question orientale » au sens érudit, visant au contraire à la « réunification » de l’Orient avec pour outils « la convivialité et l’habileté » des savants45.

  • 46 « Sections des congrès », in : Travaux de la iiie Session du congrès international des orientaliste (...)

29Lors de certains congrès, comme celui de Saint-Pétersbourg en 187646 ou celui de Copenhague en 1908, les thèmes politiques ou économiques furent officiellement proscrits. Mais, même sous forme latente, ces questions restaient très présentes. René Basset confirme cette emprise inévitable du politique sur le contenu scientifique des congrès des orientalistes :

  • 47 AN F/17/3092/2, Congrès d’Alger 1905, lettre de R. Basset au ministère, Alger, 31 janvier 1904.

Sans doute le congrès se fait une règle absolue de ne permettre à ses membres aucune incursion dans le domaine de la politique, mais les langues, l’histoire, l’ethnographie des peuples orientaux constituent en quelque sorte les données scientifiques de toute politique en Orient47.

30Dans une lettre destinée à convaincre le ministère français de l’Instruction d’apporter son plein soutien au futur congrès de 1905 à Alger, ces propos ne déplorent d’ailleurs pas la dimension nécessairement politique des congrès, mais la présentent plutôt comme une qualité.

  • 48 AN F/17/3092/2, Congrès de Londres 1874, lettre (s. d.) de Textor de Ravisi au ministre de l’Instru (...)

31Les puissantes rivalités qui s’exprimaient lorsqu’il s’agissait de désigner le lieu du prochain congrès témoignent de la force de ces enjeux. Le congrès réuni en assemblée générale élisait le lieu du congrès suivant, puis le gouvernement du pays retenu était informé par télégramme et répondait par le même procédé pour donner son aval et assurer de l’honneur que représentait l’élection. Mais sous ces dehors très réglés et très policés, les votes étaient précédés de tractations serrées. Le Baron Textor de Ravisi tint ainsi le ministère de l’Instruction informé des grandes manœuvres diplomatiques engagées au Congrès de Londres de 1874 pour éviter que Berlin ne l’emporte contre Saint-Pétersbourg comme ville du prochain congrès48.

  • 49 Le maire d’Alger espère que les congressistes emporteront avec eux « l’impression que nous avons te (...)
  • 50 Le prospectus annonçant les sections du Congrès de Saint-Pétersbourg spécifiait : « La session sera (...)

32Accueillir le congrès, c’était pour un pays une manière d’affirmer sa propre implication dans les études orientales et, au-delà, poser des jalons pour légitimer sa position de force dans certaines régions de l’Orient49. Même si ses statuts interdisaient d’aborder des questions politico-économiques, le Congrès de Saint-Pétersbourg, organisé à une période de pleine expansion de l’Empire russe en Asie centrale, fut ainsi perçu par le Tsar comme une aubaine pour exhiber la dimension asiatique de la Russie50. La localisation du congrès en déterminait largement l’orientation. Les nombreux discours d’ouverture des congrès célébraient abondamment la pertinence du lieu de la réunion et rappelaient à l’envi la tradition locale d’études orientales. Lors du Congrès de Vienne de 1886, en écho à l’histoire de l’Autriche-Hongrie en butte pendant longtemps à l’envahisseur ottoman, les questions relatives à la Turquie occupèrent une place prépondérante, beaucoup plus importante que de coutume. Certes, au vu du coût élevé du voyage et de l’inscription à un congrès, les orientalistes du pays étaient toujours surreprésentés et cela explique en partie que les thèmes phares de l’orientalisme national, eux-mêmes influencés par les contacts historiques du pays concerné avec l’Orient, aient souvent occupé le devant de la scène. Mais cette situation était aussi voulue et encouragée par les organisateurs, soucieux de marquer le caractère propre de chaque session et surtout de mettre en cohérence leur propre entreprise avec celle de leurs autorités politiques. Celles-ci l’avaient d’ailleurs parfaitement compris. Sollicité par le ministère des Colonies qui voulait en savoir plus sur le fonctionnement des congrès internationaux des orientalistes pour décider de l’opportunité d’envoyer ou non des délégués à celui prévu à Copenhague en 1908, le ministère de l’Instruction publique répondit :

  • 51 AN F/17/3092/2, Congrès de Copenhague 1908, lettre du ministère de l’Instruction publique au minist (...)

En général, le congrès des orientalistes emprunte au pays où il se réunit un caractère particulier en rapport avec les préoccupations d’ordre politique ou social auxquelles ne sauraient échapper les savants locaux51.

  • 52 Actes du XIVe congrès des orientalistes, p. 40.
  • 53 Ibid., p. 41.

33Le Congrès d’Alger de 1905 le démontre particulièrement bien, étant le premier organisé sur le continent africain, sur un territoire de surcroît colonisé de longue date par la France. Charles-Célestin Jonnart, gouverneur général d’Alger, rappelant que « les études les plus désintéressées ont parfois de singulières applications pratiques », affirme aux orientalistes que « c’est grâce à [eux], c’est avec [eux] », qu’il va « essayer de dégager la formule de conciliation qui doit animer et diriger le gouvernement de ce pays »52. Il faut bien sûr faire la part des choses entre les discours d’officiels ne connaissant que superficiellement les études orientales et en retirant ce qui les arrange, de celui des orientalistes de métier. Mais la lecture des Bulletins des différents congrès, et notamment de celui d’Alger, révèle que l’auditoire et donc les savants ponctuaient ce type de discours de salves d’applaudissements53.

  • 54 AN F/17/3092/2, Congrès d’Alger 1905, lettre de R. Basset au Ministère de l’Instruction, Alger, 31 (...)
  • 55 Alain Messaoudi, « Usages de la science allemande de Paris à Alger, v. 1840-v. 1920. Relire les tex (...)
  • 56 Ibid., p. 195, 197. Giacomo de Gregorio, délégué italien, voit aussi l’acculturation sous un jour p (...)

34En déclarant, dans une lettre écrite d’Alger le 31 janvier 1904 : « Nous espérons [que le Congrès] d’Alger montrera aux Orientalistes du monde entier que notre pays sait, jusque sur le terrain scientifique, tenir son rang de grande puissance musulmane »54, René Basset ne voulait pas seulement s’attirer les grâces de ses autorités de tutelle au Ministère. Cette appréhension politique du congrès était aussi en harmonie avec sa propre conception de son métier d’arabisant, ou plus exactement d’islamologue. Comme l’a montré Alain Messaoudi55, cet orientaliste lorrain, ancien étudiant de l’EPHE (au sein de laquelle la science allemande bénéficiait d’une réception attentive) avait retiré de sa fréquentation assidue des travaux allemands une approche critique des textes musulmans. Envisageant l’islam davantage comme une civilisation que comme une religion, il l’étudiait sous l’angle des nouvelles sciences sociales et remettait en cause l’exégèse des érudits musulmans. Du fait de cette approche désacralisée, il ne cherchait pas à préserver à tout prix l’intégrité de la culture musulmane, mais pensait au contraire qu’elle avait tout à gagner de l’acculturation opérée au contact des Français56. Directeur de l’école supérieure des Lettres d’Alger depuis 1894, Basset voyait dans le congrès un moyen à la fois de promouvoir son institution, de favoriser la coopération internationale en matière d’orientalisme – l’un de ses crédos – et de soutenir l’entreprise de colonisation en faisant progresser les connaissances sur les hommes et les cultures concernés par elles, et en apportant à l’Orient les lumières de la science occidentale.

  • 57 Pour A. Weber, le bénéfice des congrès est d’ordre « moral sur le plan de l’âme » et « instructif s (...)
  • 58 F. Max Müller, « The Aryan Section. Address », p. 180. Signe des relations complexes entre oriental (...)
  • 59 AN F/17/3092/2, Congrès de Rome 1899, prospectus du 10 mars 1898.

35Si les congrès internationaux des orientalistes ont été perméables aux enjeux coloniaux, c’est finalement plutôt dans cette ambition diffuse mais consciente de former l’Orient à la juste connaissance de lui-même, que dans les exposés aux visées ouvertement pratiques dans lesquels les tenants de l’orientalisme académique avaient du mal à se reconnaître et qui se raréfièrent. En dehors des discours des personnalités politiques, les orientalistes du monde savant qui s’exprimaient dans les séances d’ouverture ou de clôture plaçaient volontiers les travaux des congressistes sous le sceau d’une mission plus haute57. Pour Max Müller, en 1874, les orientalistes sont comme « les soldats d’une même armée, guidés par des principes communs » chargés de « la reconquête du monde oriental »58 ; à vingt-cinq ans de distance, Gubernatis présente le Congrès de Rome comme « un grand rite d’où notre œuvre apostolique de lumière et de fraternité humaine sortira fortifiée »59. Le projet de reconstituer l’histoire de l’esprit humain, a priori universaliste et humaniste, pouvait aussi revêtir des accents moraux et même un certain parfum d’impérialisme. La présidence scientifique du Congrès de Hambourg de 1902 fut confiée au théologien et orientaliste Georg Behrmann, qui était à la tête de l’église luthérienne à Hambourg et qui avait accompagné Guillaume II dans son premier voyage à Jérusalem. Dans son allocution d’ouverture, il remit en cause les propos de Dillmann qui, au Congrès de Berlin de 1881, avait présenté l’orientalisme allemand comme une entreprise purement scientifique et désintéressée : développé comme outil au service de l’exégèse biblique, c’était au contraire à ses yeux un « enfant du besoin pratique ». Il aurait ensuite acquis un caractère strictement scientifique en étant peu à peu dédié à l’étude des langues sémitiques, puis aryennes, et en donnant naissance à la science du langage. Dans une troisième et dernière période, en prouvant au grand public qu’il servait « la recherche des lois de la vie humaine », l’orientalisme aurait toutefois renoué avec son aspect pratique même en Allemagne, pays non colonial. Behrmann rattachait donc explicitement l’enquête sur l’histoire de l’esprit humain aux tâches « pratiques » de l’orientalisme.

  • 60 Les patrons politiques des congrès n’y étaient pas insensibles. Cf. E. Richard, président du Consei (...)

36Pour beaucoup d’orientalistes en effet, l’orientalisme accomplissait une véritable mission en réalisant cette enquête. En fournissant aux Occidentaux des textes d’une grande ancienneté, les Orientaux leur avaient donné accès aux archives de l’esprit humain. En retour, il appartenait aux Occidentaux de partager avec les Orientaux les lumières du savoir ainsi conquis. C’était là une juste récompense, mais aussi une démarche nécessaire pour faire sortir l’Orient de l’erreur dans laquelle il se trouvait60. Cette argumentation était particulièrement prégnante chez les orientalistes allemands, protestants dans leur majorité et qui avaient le sentiment que se jouait là une deuxième Réforme. Mais elle convainquait aussi les orientalistes d’autres nationalités. À Vienne, von Kremer l’affirma avec force :

  • 61 Berichte des VII.… Congresses, p. 47.

Voici donc le programme le plus élevé de vos travaux futurs précisés : faire sortir des enceintes de nos bibliothèques, de nos Académies, de nos Universités l’esprit de la recherche et de l’investigation impartiales, d’une saine critique, l’amour de la vérité et du progrès, pour les répandre parmi les peuples de l’Orient auxquels nous rendrons ainsi ce que nous leurs devons61.

37Ainsi, ce projet profondément universaliste, trait d’union entre les différentes branches de l’orientalisme, révélait sa part d’ambiguïté en trahissant la position paternaliste des savants occidentaux vis-à-vis du monde oriental. Si les congrès internationaux des orientalistes étaient bien « interculturels » autant qu’« internationaux », s’ils relayaient l’ambition humaniste de l’orientalisme d’élargir l’horizon de la conscience occidentale, la logique d’intercompréhension entre l’Orient et l’Occident y manifestait aussi ses limites, conditionnée qu’elle était par le siècle des impérialismes.

Haut de page

Annexe

Les sections des congrès internationaux des orientalistes jusqu’en 1912

I. Paris 1873

1. Études japonaises (japonais, chinois, coréen, aïno, loutchouan)

2. Autres études orientales

 - études égyptiennes

 - études assyriologiques

 - études sémitiques

 - études indiennes, iraniennes et dravidiennes

 - études néo-helléniques et arméniennes

 - études tartares, indo-chinoises et océaniennes

II. Londres 1874

1. Semitic section

2. Turanian section

3. Aryan section

4. Hamitic section

5. Archaoelogical section

III. Saint-Pétersbourg 1876

1. Asie Russe

 - Sibérie orientale et occidentale

 - Asie centrale dans les limites russes

 - Caucase

 - Transcaucasie

2. Reste de l’Asie

 - Turkestan Oriental, Tibet, Mongolie Mandchourie et Corée, Chine, Japon

 - Inde en deçà et au-delà du Gange, Afghanistan, Perse, Archipel Indo-Chinois

 - Turquie, y compris l’Arabie et l’Égypte

 3. Archéologie et numismatique des peuples de l’Orient en général

4. Systèmes religieux et philosophiques des peuples de l’Orient en général

IV. Florence 1878

1. Egittologia e lingue africane

2. Lingue semitiche antiche e assiriologia

3. Studii arabici

4. Studii generali indo-europei e studii iranici

5. Studii indiani

6. Altaica

 7. Chinese, Indo-Chinese, Tibetana e Yamatologica

V. Berlin 1881

1. Semitische Sektion

2. Indogermanische Sektion

3. Afrikanische (ägyptische) Sektion

4. Ostasiatische und Ural-altaische Sektion

5. Archäologisch-ethnologische Sektion

VI. Leyde 1883

1. Section sémitique

2. Section aryenne

3. Section africaine (égyptienne)

 4. Section de l’Asie centrale et de l’Extrême-Orient

5. Section de la Malaisie et de la Polynésie

VII. Vienne 1886

1. Semitische Section

2. Arische Section

3. Afrikanisch-ägyptische Section

4. Mittel- und ostasiatische Section

5. Malaisch-polynesische Section

VIII. Stockholm 1889

1. Section sémitique et de l’islâm

2. Section aryenne

3. Section africaine

4. Section de l’Asie centrale et de l’Extrême-Orient

5. Section de la Malaisie et de la Polynésie

IX. Londres 1892 (Congrès scissionniste)

1. Indian

2. Aryan

3. Semitic (Babylonian and Assyrian ; General)

4. Persian and Turkish

5. China, Central Asia, and the Far East

6. Egypt and Africa

7. Australia and Oceania

8. Anthropological

9. Geographical

10. Archaic Greece and the East

X. Genève 1894

1. Inde et langues aryennes

1bis. Linguistique et langues aryennes

2. Langues sémitiques

3. Langues musulmanes (arabe, turc, persan, etc.)

4. Égypte et langues africaines

5. Extrême-Orient

6. Grèce et Orient

7. Géographie et ethnographie orientales

XI. Paris 1897

1. Langues et archéologie des pays ariens

2. Langues et archéologie de l’Extrême-Orient

3. Langues et archéologie musulmanes

4. Hébreu, phénicien, araméen, éthiopien, assyrien

5. Égypte et langues africaines

6. Orient-Grèce, Byzance

7. Ethnographie et folklore de l’Orient

XII. Rome 1899

1. Linguistique générale indo-européenne.

2. Géographie et ethnographie de l’Orient

3. Histoire des religions, mythologie et folklore

4. Chine, Japon et Corée

5. Birmanie, IndoChine, Malaisie, Madagascar

6. Inde et Iran

7. Asie centrale

8. Langues et littératures sémitiques

9. Monde musulman

10. Égyptologie et langues africaines

11. Grèce et Orient

12. Langues et traditions américaines

XIII. Hambourg 1902

1. Linguistik. Allgemeines indogermanisches Gebiet

2a. Indien

2b. Îrân

3. Hinter-Indien und indischer Archipel

4. Central und Ost-Asien

5. Allgemeine Semitologie

6. Islâm

7a. Aegyptologie

7b. Afrikanische Sprachen

8. Wechselwirkungen zwischen Orient und Occident

XIV. Copenhague 1908

1. Linguistique, langues indo-européennes

2. Langues et archéologie des pays aryens

3. Langues et archéologie de l’Extrême-Orient

4. Langues et archéologie sémitiques

5. Égypte et langues africaines

6. Grèce et Orient

7. Ethnographie, Folklore de l’Orient

XV. Alger 1905

1. Inde ; langues aryennes et langues de l’Inde

2. Langues sémitiques

3. Langues musulmanes

4. Égypte ; langues africaines, Madagascar

5. Extrême-Orient

6. Grèce et Orient

7. Archéologie africaine et art musulman

XVI. Athènes 1912

1. Linguistique. Langues indo-européennes

2. Histoire comparée des religions de l’Orient. Mythologie comparée et folklore. Inscriptions cunéiformes

3. Inde

4. Iran

5. Chine et Japon. Asie centrale

6. IndoChine, Birmanie, Madagascar, Malaisie

7. Langues et littérature sémitiques (phénicien, assyrien, babylonien, hébreu, araméen, éthiopien)

8. Monde musulman

9. Égyptologie et langues africaines

10. Langues peuples et civilisations de l’Amérique

11. Grèce et Orient

Haut de page

Notes

1 Expression de Tag Tsaï Fou, délégué du gouvernement chinois au Congrès d’Alger en 1905 (Actes du XIVe congrès International des Orientalistes. Alger 1905. Ie Partie, Paris, Leroux, 1906, p. 82).

2 Cité d’après Angelo de Gubernatis, sanscritiste italien, annonçant au Congrès de Rome en 1899 la tenue du congrès suivant à Hambourg en 1902, in : Actes du XIIe congrès international des Orientalistes. Rome. 1899. I, Florence, Société typographique florentine, 1901, p. CCLXI.

3 Julien Duchâteau, Une création scientifique française. Le congrès international des orientalistes, Paris, Dentu-Bouchard-Huzard, 1874. Textor de Ravisi écrit au ministre de l’Instruction publique pour solliciter le titre de délégué du gouvernement français (Saint-Étienne, 28 juillet 1874) : « En ce qui concerne le Congrès de Paris, il ne sera pas, comme il était à redouter, un brillant tournoi, un simple incident dans les Annales orientalistes, mais il marquera la 1re session d’une œuvre qui va se continuer successivement dans toutes les capitales de l’Europe par l’initiative privée. Les Anglais, les Italiens et les Allemands l’ont adoptée et elle devient par eux une Institution scientifique internationale. Seulement comme elle est née française, il me paraît convenable et même national que nous n’abandonnions pas le droit de paternité et que nous la suivions dans ses phases à l’étranger jusqu’à la future session qui la ramera [sic] à Paris » (Archives nationales, cote F/17/3092/2 : congrès des orientalistes [dans ce qui suit, abrégé AN F/17/3092/2]).

4 Verhandlungen des fünften internationalen Orientalisten-Congresses gehalten zu Berlin im September 1881. Erster Theil, Berlin, A. Asher & Co, Weidmannsche Buchhandlung, 1881, p. 31. Abraham Kuenen, président du Congrès de Leyde en 1883, donne l’exemple suivant : « Dans la section arabe, un de mes compatriotes vous communique les résultats de ses études sur la musique des Arabes, et aussitôt se lèvent tour à tour après lui un Français, un Suédois et un Allemand pour lui faire part de ce qu’ils ont vu et entendu eux-mêmes dans différentes parties de l’Orient. Ex uno discite omnes » (Actes du sixième congrès international des orientalistes tenu en 1883 à Leide.Ie partie, Leyde, Brill, 1884, p. 183).

5 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 32.

6 AN F/17/3092/2, Congrès d’Alger 1905, lettre de R. Basset au ministère de l’Éducation nationale, Alger, 31 décembre 1904.

7 En générale, la définition qui ressort est celle qui comprend l’Asie, l’Afrique et l’Océanie, mais cette dernière et l’Afrique noire sont largement sous-représentées et les orientalistes ne s’ouvrent que progressivement aux langues de cultures non écrites.

8 Selon Dillmann, les Allemands, qui n’ont pas de colonies, se sont mis aux études orientales motivés à la fois par l’impulsion fournie par les Français et les Britanniques dans ce domaine, et par les gains qu’ils en escomptaient pour l’exégèse biblique. L’orientalisme allemand résulterait donc « du seul et unique désir de chercher, de la soif de savoir, de l’instinct de connaissance » (Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 35).

9 Ils sont en général légués à une bibliothèque de la ville ou du pays hôte du congrès.

10 Cette question préoccupait de longue date les orientalistes. L’égyptologue anglais Samuel Birch, président du Congrès de Londres de 1874, cherche à faire adopter un système de transcription valable pour toutes les langues (Transactions of the Second Session of the International Congress of Orientalists, held in London in September 1874, Londres, 1876, p. 5).

11 Selon le « Rapport au comité national d’organisation sur un projet de programme pour les travaux de 1873 » (Congrès international des orientalistes. Compte rendu de la première session. Paris, 1873. Tome 1, Paris, Maisonneuve et Larose, 1873, (p. XIX-XXIII), p. XIX).

12 George A. Grierson, Linguistic Survey of India, Calcutta, Government of India, Central Publication Branch, 1927, 2 vol. Voir Berichte des VII. internationalen Orientalisten Congresses gehalten in Wien im Jahre 1886, Vienne, Alfred Hölder, 1889, p. 78.

13 Cf. par exemple les difficultés relatées pour le chinois dans les Actes du quinzième congrès international des orientalistes. Session de Copenhague. 1908, Copenhague, 1908, impr. Graebe, p. 57 sq.

14 Publiée à Berlin, la Orientalische Bibliographie connut 26 livraisons entre 1887 et 1926 ; L’Encyclopédie de l’islam parut en cinq volumes (Leyde, Brill), de 1925 à 1938 (voir à ce sujet la contribution de A. L. Molendijk dans le présent volume).

15 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 26.

16 Albrecht Weber, Quousque tandem. Der achte internationale Orientalisten-Congress ; und der neunte ? Eine Zusammenstellung von Albrecht Weber, Berlin, H. Reuther’s Verlagsbuchhandlung, 1891, p. 3. La critique concerne les séances plénières.

17 Cf. Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science la robe au vent. Les congrès scientifiques internationaux des orientalistes et la disciplinarisation des études orientales », in : Jean-Louis Chiss, Dan Savatovski (éds.), La Disciplinarisation de la linguistique. Les dossiers de HEL [supplément électronique à la revue Histoire Epistémologie Langage], Paris, SHESL, 200X, no3, disponible sur Internet : http://htl.linguist.jussieu.fr/dosHEL.htm.

18 « Quatrième circulaire, 23 mai 1873, Section Japonaise, projet de programme », in : Congrès international des orientalistes… Paris 1873. Volume I, p. XVII-XVIII : « Sur la demande de nombreux souscripteurs de ces diverses catégories [orientalistes de profession, savants de toutes les branches des sciences philosophiques, positives, historiques, littéraires, politiques, industrielles et commerciales], notre programme s’élargit aujourd’hui de façon à mieux répondre, – d’une part –, à la curiosité des nations de la race occidentale, avides de connaître l’Empire du Soleil-Levant, son état actuel, ses ressources et ses besoins, – d’autre part à l’empressement enthousiaste de cet Empire, qui […] nous demande nos langues, nos sciences, nos industries, nos philosophies religieuses et sociales, nos systèmes administratifs, nos produits de toute espèce. »

19 Pour le détail de cette querelle, voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science la robe au vent » ; et : « Die Welt der Orientalisten. Der Streit um den internationalen Kongress der Orientalisten in den 1890er Jahren als Spiegel der dauerhaften Spannung zwischen Orientalismus und Orientalistik », in Elena Agazzi, Elisabeth Décultot, Gilbert Hess (éds.), Im Kristall des Orients : Orientalismus, Berlin, de Gruyter (à paraître). Voir également Eckardt Fuchs, « The Politics of the Republic of Learning : International Scientific Congresses in Europe, the Pacific Rim, and Latin America », in E. Fuchs, Benedikt Stuchtey (éds.), Across Cultural Borders ; historiography in Global Perspective, Oxford, Rowanan and Littlefield Publishers, Inc., 2002, p. 205-244.

20 L’égyptologue suisse Édouard Naville souligna cette fonction jouée par son pays : « Nous sommes neutres, nous voulons rester étrangers aux combinaisons et aux rivalités de la politique […]. Nous voudrions vous montrer aussi comment nous entendons la neutralité de la science. » (Actes du Dixième Congrès international des Orientalistes. Session de Genève, 1894. Ie Partie, Leyde, Brill, 1897, p. 59.)

21 Sur cette tradition philologique, voir Pascale Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du xixe siècle, Paris, éditions du Cerf, 2008.

22 AN F/17/3092/2, Congrès de Rome 1899, Prospectus du 10 mars 1898, p. 2 : Gubernatis invite à « ne rien négliger de tout ce qui peut servir à l’histoire de l’évolution de l’esprit humain ».

23 F. Max Müller, « The Aryan Section. Address », in : Transactions of the Second Session, (p. 177-204), p. 183-184.

24 Berichte des VII.… Congresses, p. 35-47.

25 Cf. K. Krumbacher, « Über den Zweck und die allgemeine Bedeutung der Sektion “Wechselwirkungen zwischen Orient und Okzident” », in : Verhandlungen des XVIII. Kongresses, p. 357 : « [cette section] représente l’examen systématique des innombrables fils qui relient l’Orient, cet agrégat en apparence si éloigné de l’homme européen, à notre propre culture ». Concernant souvent l’époque byzantine, les exposés de cette section préfigurent les congrès internationaux des byzantinistes qui prendront place après la Première Guerre mondiale. Sur ces derniers voir la contribution de Sandrine Maufroy dans ce volume.

26 AN F/17/3092/2, Congrès de Rome 1899, Prospectus du 10 mars 1898, p. 2.

27 Cf. en annexe la liste des sections des différents congrès organisés entre 1873 et 1912.

28 Sir Walter Elliot, président de la section touranienne du Congrès de Londres de 1874, avoue : « En ouvrant la section touranienne, il n’est pas inutile de définir les limites d’un terme introduit récemment et dont la pertinence a été débattue. On m’a demandé à plusieurs reprises ce qu’il signifiait. » Et de préciser que la définition adoptée reprend celle proposée en 1847 par le Chevalier Bunsen, à savoir « les langues d’Europe et d’Asie qui ne sont ni sémitiques, ni aryennes » (« Address », in : Transactions of the Second Session, [p. 53-63], p. 53-54.)

29 Par exemple l’existence autonome de congrès internationaux des américanistes, nés par imitation des congrès internationaux des orientalistes (voir la contribution de C. Laurière dans ce volume), n’allait pas totalement de soi, même si l’américanisme n’entrait pas dans le cadre de l’orientalisme tel qu’il s’était institutionnalisé dans les différents pays d’Europe. Au congrès international des orientalistes de Rome en 1899 fut introduite une section dédiée à l’ethnologie et la linguistique américaine comparée avec l’Asie. Saluant cette décision, Zelia Nuttal, spécialiste d’archéologie au musée de Harvard, écrivit aux organisateurs du congrès : « J’apprécie toute l’importance et l’utilité qu’il y aurait à réunir les spécialistes qui se dédient aux recherches sur l’antiquité des races habitant l’Amérique et l’Asie. Voilà beaucoup d’années que je m’occupe des religions et des idées cosmogoniques des peuples du Méxique [sic] et de l’Amérique centrale surtout ; et que de fois aurais-je voulu avoir accès à des autorités orientalistes qui auraient pu m’éclaircir sur le développement de ces mêmes pays asiatiques, non pas pour en tirer de suite des conclusions de contact etc. ; mais pour faire des comparaisons, et mieux comprendre l’évolution de l’esprit humain. » (AN F/17/3092/2, Congrès de Rome 1899, Bulletin no1, p. 11).

30 Cf. Verhandlungen des XIII. Internationalen Orientalisten Kongresses. Hamburg, September 1902, Leyde, Brill 1904, p. 353 (résolution prise par la section des langues africaines) : « Au vu de la faible participation dont elle a joui au cours de ce congrès, la section a été amenée à remarquer que l’intérêt pour l’étude des langues africaines n’était pas encore éveillé au point où ces langues le mériteraient. » La suite de la résolution militait pour le progrès de ces études, la production des outils de base et l’apprentissage de l’arabe par tous les africanistes afin de créer une base commune.

31 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 24.

32 Charles Schefer, délégué du gouvernement français au Congrès de Genève en 1894, écrit au ministre : « Les délégués de la Société Orientale de New York avaient songé à proposer cette ville pour la réunion d’un congrès des Orientalistes, mais au dernier moment ces Messieurs n’ont pu se mettre d’accord sur les moyens à employer pour faciliter un voyage aussi long que celui des États-Unis et ils ont renoncé à formuler une proposition qui aurait, sans aucun doute, été repoussée. » (AN F/17/3092/2, Congrès de Genève 1894, Lettre de C. Schefer au ministre de l’Instruction publique, Genève, 15 septembre 1894).

33 Henri Cordier, « Rapport à M. le Gouverneur général sur les travaux de l’école française d’extrême-Orient pendant l’année 1902 », Bulletin de l’école française d’Extrême-Orient, vol. 3, no3, 1903, (p. 539-547), en particulier p. 540-541.

34 Apostole Alexandris, ministre grec de l’instruction publique et président du congrès, qualifie l’Université d’Athènes (hôte du congrès) de « vaste temple de la science en Orient » (Actes du 16e congrès international des Orientalistes. Session d’Athènes (6-14 avril 1912), Athènes, Impr. « Hestia », 1912, p. 26. Au Congrès de Copenhague en 1908, les indianistes avaient voté une motion déplorant que le congrès international des orientalistes ait refusé l’invitation du gouverneur du Bengale à une réunion en Inde, et projetant d’y organiser en remplacement un congrès des « Indo-orientalistes ». (Actes du quinzième congrès, p. 55).

35 AN F/17/3092/2, Congrès de Londres 1891, dossier confidentiel, lettre de W. Leitner au ministre de l’Instruction publique, Woking, 25 mars 1891.

36 On remarquera à ce propos la dissymétrie dans le traitement statistique : un Oriental en poste en Occident reste un Oriental, tandis qu’un Occidental en poste en Orient passe dans la catégorie orientale.

37 Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 6.

38 La grammaire indienne et les écoles exégétiques des textes de l’Inde ancienne firent l’objet de débats entre les indianistes allemands tout au long du xixe siècle. Cf. P. Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origines, p. 336 sq.

39 Albrecht Weber, Quousque tandem, p. 3. Weber développait même une argumentation raciste : les peuples orientaux seraient vaniteux et incapables de faire la différence entre un compliment authentique et une simple politesse. En admettant des Orientaux dans les congrès, le danger était donc d’ordre « politique », car ils risquaient de se sentir trop flattés pour accepter ensuite de rester sous le joug colonial. Weber en profitait pour réaffirmer son souhait que tous les peuples musulmans « tombent le plus vite possible sous la tutelle des gouvernements européens. »

40 Elia Qoudsî, « Notice sur les corporations de Damas », in : Actes du sixième congrès international des orientalistes tenu en 1883 à Leide. iie Partie. Section I Sémitique, Leyde, Brill, 1885, p. 1-34.

41 Actes du sixième congrès… Ie partie, p. 223-224. Chubildas exprime aussi son regret « de voir un si petit nombre d’Orientaux assister à la fête ».

42 Expression du ministre hollandais de l’Intérieur au Congrès de Leyde, signalant que les gouvernants doivent connaître ceux qu’ils gouvernent et concluant à l’importance des études orientales en contexte colonial (ibid., p. 38).

43 Actes du sixième congrès... Ie partie, p. 182.

44 Actes du sixième congrès... Ie partie, p. 3. Une journée de visite fut organisée à l’Exposition.

45 Berichte des VII.… Congresses, p. 103.

46 « Sections des congrès », in : Travaux de la iiie Session du congrès international des orientalistes, Saint-Pétersbourg, 1876. Tome premier sous la rédaction de WW Grigorieff, Saint-Pétersbourg, Imprimerie des frères Pantéléjeff, 1879-1880, p. XXXIX, art. 18 : « Toute communication ou discussion sur des sujets qui pourraient avoir trait à la religion chrétienne, à la politique, à l’administration, au commerce et à l’industrie contemporaine […] sera considérée comme déplacée et subira à son début même l’interdiction de la part du Président de la séance ».

47 AN F/17/3092/2, Congrès d’Alger 1905, lettre de R. Basset au ministère, Alger, 31 janvier 1904.

48 AN F/17/3092/2, Congrès de Londres 1874, lettre (s. d.) de Textor de Ravisi au ministre de l’Instruction : « Ce matin, au déjeuner, M. Leipsius [sic] s’est montré tout à coup très conciliant sur la question du lieu à choisir pour le 3e congrès.… Il a renoncé à Berlin puis à Gotha et à Heidelberg ; et enfin, a dit que si le lieu choisi était St Petersbourg, voire même Constantinople la Prusse n’avait pas à se susceptibiliser vu les nombreux attachés scientifiques orientalistes de ces grands pays avec l’Orient, mais que, pour tout autre pays, il n’admettait pas qu’on pût les préférer à Berlin. ». Ravisi ajoute : « je ne suis venu à Londres que pour voter contre Berlin. »

49 Le maire d’Alger espère que les congressistes emporteront avec eux « l’impression que nous avons tenté de faire dans ce pays quelque chose d’utile et de durable », Actes du XIVe congrès international des orientalistes. Alger 1905. Ie Partie, Paris, Leroux, 1906, p. 106.

50 Le prospectus annonçant les sections du Congrès de Saint-Pétersbourg spécifiait : « La session sera consacrée principalement aux études relatives à l’Asie russe ». À Berlin en 1881, August Dillmann évoqua le congrès précédent de Saint-Pétersbourg, « antichambre de l’Asie » et rappela que le Tsar avait tenu à la présence de « représentants des peuples variés de l’Asie, les Ostiaks et les Iakoutes, les Géorgiens […], les Bourates et les Japonais avec leurs costumes et leurs outils » pour montrer « la masse de matériaux et de moyens de recherche que recèle cet immense empire » (Verhandlungen des fünften… Congresses. Erster Theil, p. 34).

51 AN F/17/3092/2, Congrès de Copenhague 1908, lettre du ministère de l’Instruction publique au ministère des Colonies, Paris, 31 janvier 1908.

52 Actes du XIVe congrès des orientalistes, p. 40.

53 Ibid., p. 41.

54 AN F/17/3092/2, Congrès d’Alger 1905, lettre de R. Basset au Ministère de l’Instruction, Alger, 31 janvier 1904.

55 Alain Messaoudi, « Usages de la science allemande de Paris à Alger, v. 1840-v. 1920. Relire les textes, objectiver les choses arabes », in : Pascale Rabault-Feuerhahn, Céline Trautmann-Waller (éds.), Itinéraires orientalistes entre France et Allemagne. Revue germanique internationale 7, 2008, p. 185-199.

56 Ibid., p. 195, 197. Giacomo de Gregorio, délégué italien, voit aussi l’acculturation sous un jour positif. Selon lui, l’Italie « n’éprouve pas le besoin de paraître une grande nation colonisatrice » car elle l’a suffisamment été dans le passé. Si donc elle envoie des délégués aux congrès des orientalistes, c’est plutôt pour « maintenir sa glorieuse tradition de nation civilisatrice », et « c’est en vertu précisément de cet attachement à la civilisation que tout Italien qui pose le pied en Algérie, siège du congrès actuel, ne regrette aucunement que l’ancienne Numidie […] soit à l’ombre du drapeau français. […] La France est l’alliée naturelle de l’Italie dans l’œuvre de diffusion de la civilisation par les peuples. » (ibid., p. 82-83).

57 Pour A. Weber, le bénéfice des congrès est d’ordre « moral sur le plan de l’âme » et « instructif sur le plan scientifique » (ein gemüthlich moralischer sowohl wie ein wissenschaftlich belehrender). Cf. Actes du sixième congrès... Ie partie, p. 226.

58 F. Max Müller, « The Aryan Section. Address », p. 180. Signe des relations complexes entre orientalisme et politique, il insistait dans ce même texte sur les effets positifs de l’indianisme occidental en Inde même, où il avait provoqué une renaissance littéraire et religieuse et fait prendre conscience aux Indiens qu’ils étaient bien égaux aux colonisateurs britanniques sur le plan intellectuel (ibid., p. 189).

59 AN F/17/3092/2, Congrès de Rome 1899, prospectus du 10 mars 1898.

60 Les patrons politiques des congrès n’y étaient pas insensibles. Cf. E. Richard, président du Conseil d’État du Canton de Genève et président d’honneur du congrès de 1894 : « Vos études fécondes découvrent les anneaux de la chaîne sans fin qui dans l’espace et le temps relie le berceau de la pensée à son épanouissement actuel. […] Au travers de cet ensemble, […] nous apercevons nettement la marche expansive de la civilisation dont l’aurore parut aux pays même où se lève le soleil. […] Ce que vous poursuivez, en effet, dans ce dédale multiforme, c’est l’esprit humain, c’est l’homme lui-même ou plutôt son âme, sujet éternellement épuisé de nos études, but suprême de toutes nos recherches. »

61 Berichte des VII.… Congresses, p. 47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Rabault-Feuerhahn, « « Les grandes assises de l’orientalisme ». La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes (1873-1912) », Revue germanique internationale, 12 | 2010, 47-67.

Référence électronique

Pascale Rabault-Feuerhahn, « « Les grandes assises de l’orientalisme ». La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes (1873-1912) », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/259 ; DOI : 10.4000/rgi.259

Haut de page

Auteur

Pascale Rabault-Feuerhahn

Chercheur au CNRS (UMR 8547, Pays germaniques), Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals