Navigation – Plan du site

Cultures historiques et politique scientifique. Les congrès internationaux des historiens avant la Première Guerre mondiale

Gangolf Hübinger, Barbara Picht et Ewa Dabrowska
Traduction de Wolf Feuerhahn
p. 175-191

Résumés

Les congrès internationaux d’historiens ont lieu depuis 1898. Un diplomate français fut à l’origine de la première initiative. L’idée fut reprise dès après la tenue du premier congrès à La Haye, par les représentants des sciences historiques déjà bien établies. Les représentants de nombreux pays se réunirent entre 1900 et 1913 dans quatre capitales européennes, Paris, Rome, Berlin et Londres avant que la Première Guerre Mondiale n’interrompe pour un certain temps la régularité des rencontres internationales des historiens. Les congrès sont devenus le lieu d’intenses transferts culturels et scientifiques. Une certaine tension traversait toutefois les discussions dans la mesure où « l’histoire » couvre toujours deux domaines distincts. Soit l’historiographie est étroitement liée au politique et sert à l’interprétation d’une culture nationale, soit elle développe de nouveaux concepts méthodologiques dans le strict cadre des sciences humaines. Dans le cadre public offert par les congrès, les historiens ont contribué, comme interprètes légitimes ou critiques du passé ou du présent, à créer et étoffer des réseaux mondiaux autour de 1900, alors que le monde connaissait à la fois une internationalisation accélérée et un nouveau nationalisme.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Wolf Feuerhahn

Texte intégral

  • 1  Cette contribution s’inscrit dans le cadre de notre projet de recherche intitulé « Vergleich und V (...)
  • 2  Adolf Harnack, « Der vierte Internationale Kongreß für historische Wissenschaften zu Berlin (6.-12 (...)

1Le professeur de théologie berlinois Adolf von Harnack salua l’idée d’organiser en 1908 le congrès international des sciences historiques à Berlin1. Il y voyait un événement culturel particulier parce que « la science historique crée de la concorde même entre des esprits que tout sépare2 ».

  • 3  Karl Dietrich Erdmann, Die Ökumene der Historiker. Geschichte der Internationalen Historikerkongre (...)

2C’est sous le signe de cette « concorde » internationale que l’historien allemand Karl Dietrich Erdmann, ancien président du Comité international des sciences historiques, a placé son ouvrage de référence sur l’histoire des congrès internationaux des historiens. Intitulée Ökumene der Historiker (Ecoumène des historiens), cette étude exhaustive s’appuie sur une exploitation minutieuse des sources. Erdmann y retrace les différents congrès internationaux tenus depuis La Haye (1898) jusqu’à Madrid (1990) sous trois aspects principaux. Il écrit l’histoire de l’institution, c’est-à-dire du Comité international des sciences historiques constitué en 1926, qui existe encore aujourd’hui et organise le 21e congrès international des historiens en 2010 à Amsterdam. Il examine les débats historiques qui ont eu lieu en son sein en analysant leurs présupposés et leurs finalités politiques. Il traite, enfin, de la capacité des historiens à se familiariser, à travers les échanges internationaux, avec de nouvelles méthodes et de nouveaux domaines de recherches3.

3Adolf von Harnack et ses contemporains avaient déjà appelé de leurs vœux la constitution d’un écoumène international des historiens. Mais en ce qui concerne la science historique autour de 1900, les termes de « concorde » ou d’« écoumène » ne suffisent pas pour rendre compte de la situation politique et culturelle spécifique de l’époque, marquée par la tension entre internationalisation et impérialisme.

  • 4  La culture historique désigne « la totalité des formes dans lesquelles le savoir historique est pr (...)

4Dans les congrès internationaux, les intervenants sont particulièrement perçus comme des représentants de la culture historique de leurs pays respectifs4. C’est pourquoi les sciences historiques faisaient l’objet d’une attention particulière dans la politique scientifique des États. Et les congrès n’ont cessé d’exprimer les tensions entre la justification de lieux de mémoires nationaux et l’exigence transfrontalière de critères de recherches internationaux.

5Ce lien entre la culture historique et la politique scientifique constitue l’objet de cet article. Il s’agit d’interroger la signification des congrès internationaux des historiens comme lieux de transferts culturels avant la Première Guerre mondiale : ceux de Paris en 1900, Rome en 1903, Berlin en 1908 et Londres en 1913. Dans cette perspective, les tensions caractéristiques au cœur desquelles se trouvait l’« histoire » aussi bien dans la culture politique de l’époque qu’au sein des sciences de l’homme jouent un rôle central. Au xixe siècle, l’« histoire » comptait parmi les sciences humaines les plus puissantes. Même au moment de la fondation des congrès internationaux des historiens, elle a été le canal par lequel les états et les sociétés ont cherché à éclairer leurs propres ordres et leurs propres problèmes. Ainsi se trouvait programmée au moins à trois niveaux une querelle d’historiens durable et véritablement productive, querelle dont les congrès internationaux des historiens témoignent parfaitement.

  • 5  L’importance des intellectuels dans les luttes de pouvoir autour des « biens symboliques », dont r (...)

6En premier lieu, les historiens sont toujours dans la situation précaire qui consiste à se former un jugement sur les règles politiques dont ils décrivent la genèse et la structure. En règle générale, toute historiographie comporte des éléments de légitimation ou au contraire de critique. L’interprétation de l’histoire dans l’espace public « est, en dernier ressort, une lutte pour le pouvoir symbolique et culturel5 » et les congrès d’historiens en sont une bonne preuve.

  • 6  Voir : Dieter Langewiesche, Nation, Nationalismus, Nationalstaat in Deutschland und Europa, Munich (...)
  • 7  Voir : Michael Mann (éd.), Globale Geschichtsschreibung um 1900, Periplus. Jahrbuch für außereurop (...)

7En second lieu, dans les controverses d’avant la Première Guerre mondiale sur la manière adéquate de présenter le passé pour le présent, la « nation » servait incontestablement de point de repère ultime pour l’ordonnancement de la réalité historique par la pensée6. Du point de vue de l’État national qui affirme sa puissance, de la nation inachevée ou à recréer, autour de 1900, les historiens se consacraient à l’« établissement d’un réseau mondial et à la densification du monde ». Ils inventaient des traditions nationales, justifiaient des ambitions coloniales ou démontraient le caractère exemplaire de la civilisation européenne7.

  • 8  Reinhart Koselleck a décrit de façon pénétrante ses conséquences sur la mise par écrit, la continu (...)
  • 9  À propos des différents aspects de ces transferts culturels voir : David Blackbourn, « Das Kaiserr (...)

8En troisième lieu, autour de 1900 les nations industrielles étaient particulièrement soumises à un changement accéléré de leur vécu8. L’internationalisation croissante et le « nouveau nationalisme » sont les deux faces d’une même « mondialisation »9. Quels en sont les effets sur la rencontre d’historiens issus de différentes cultures scientifiques et de différents contextes politiques ? Dans quelle mesure les spécialistes de la médiation du passé dans le présent sont-ils capables, à cet égard, d’une introspection accrue ? En tant que lieux d’échanges internationaux, les congrès des historiens sont tout à fait appropriés pour chercher des réponses à ces questions.

  • 10  Voir Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 18 sq.

9Ce n’est pas un hasard si c’est la société pour l’histoire de la diplomatie qui donna l’impulsion aux congrès internationaux des historiens tels qu’ils ont lieu depuis 1898. C’est entre les nations que s’exerce l’art diplomatique ; selon le souhait de leur fondateur René de Maulde-La Clavière, les congrès devaient expressément se situer dans la tension entre science et politique10.

Le Congrès de Paris (1900) comme étendard de l’école d’histoire comparée

  • 11  Eckhardt Fuchs, « Wissenschaft, Kongressbewegung und Weltausstellungen : Zu den Anfängen der Wisse (...)

10La rencontre de La Haye en 1898 ne fut considérée que comme un prologue. Le premier « véritable » congrès international des sciences historiques eut lieu à Paris en 1900, en lien avec l’exposition universelle. Les expositions universelles présentaient avant la Première Guerre mondiale des conditions idéales pour mettre en scène une « articulation entre science, société et technique » dans l’esprit du progrès de la civilisation11.

  • 12  Philipp Blom, Der taumelnde Kontinent. Europa 1900-1914, Munich, Hanser, 2008, p. 23, avec une pho (...)

11Quelles pouvaient bien être les impressions des spécialistes d’histoire en descendant la Seine en bateau le long de l’espace d’exposition ? Les pavillons qui s’offraient à eux étaient un concentré, sur un espace des plus restreints, de l’iconologie propre à l’historicisme de chaque nation : le gothique pour l’Empire allemand, le Jacobean style pour l’Angleterre, des habits Renaissance pour l’Italie, l’Espagne mauresque, une reconstitution de ce bâtiment de style classique qu’est le Capitole pour les États-Unis. Cela contrastait fortement avec les machines les plus modernes et les inventions techniques qui étaient montrées derrière ces façades12.

  • 13  Là aussi la tension entre un soin accordé de manière démonstrative à la tradition et la mise en œu (...)
  • 14  Pour une présentation exhaustive, voir Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 26-37.

12Le congrès des historiens se réunissait lui-même dans l’honorable Collège de France13. La mise en scène politique comme scientifique était assurée entièrement par les Français. Et l’éclat de l’exposition universelle confortait les historiens français, qui se présentaient comme l’avant-garde de la recherche internationale, dans leur assurance. C’est sur cet aspect que nous nous concentrerons dans ce qui suit14.

  • 15  Annales Internationales d′Histoire (AIH).Congrès de Paris 1900, Paris, Congrès d’Histoire Comparée (...)
  • 16  Ibid., p. 5.
  • 17  Ibid., p. 6.
  • 18  « Le collectionneur de faits n′est pas plus estimable que le collectionneur de timbres-poste ou de (...)

13De façon très habile, la direction du congrès indiquait dès le titre – congrès international d’histoire comparée – le nouvel ordre de marche qu’elle comptait imposer. Dans les actes du congrès il n’était même plus question que du « congrès d’histoire comparée », en abrégé15. Un méthode comparative reposant sur une base purement factuelle, telle était l’exigeante devise du congrès, qui au fond semble de nos jours aussi moderne qu’au début du xxe siècle. Le conflit des méthodes qui naquit plutôt indirectement de cette devise était d’abord un conflit franco-français. Dans son discours d’ouverture, Henry Houssaye, le président de la première section dédiée à l’« Histoire générale et diplomatique » annonça : « La méthode historique a été renouvelée16. » Selon lui, elle l’avait été en France par rapport à l’écriture littéraire de l’histoire, et plus encore en Allemagne par rapport à l’écriture philosophico-spéculative de l’histoire. Mais alors, de quelle manière ? « Des faits, des faits, des faits qui portent en eux-mêmes leur enseignement et leur philosophie17. » Dans le style de pensée d’Auguste Comte, cette invitation était pensée de façon beaucoup plus radicale que ce qu’avait voulu dire Ranke, qui s’exprimait dans le cadre de la culture scientifique allemande, lorsqu’il avait exhorté de rapporter la « vérité nue ». La critique centrale à l’encontre du pur positivisme factuel se manifesta moins à vrai dire dans le congrès lui-même que dans l’avant-propos programmatique d’une nouvelle revue qui avait été fondée en marge du congrès : la Revue de synthèse historique d’Henri Berr18. Berr en appelait à une double synthèse : entre les généralistes analytiques et les spécialistes empiriques de l’« histoire » comme discipline d’une part, et entre disciplines d’autre part. L’invitation à travailler de façon internationale et interdisciplinaire s’adressait en premier lieu aux représentants d’une psychologie empirique et à la nouvelle école sociologique d’Émile Durkheim.

  • 19  Roger Chickering, « Das Leipziger “Positivisten-Kränzchen” um die Jahrhundertwende », in : Gangolf (...)
  • 20  Henri Berr, « Sur notre programme », p. 2.

14À titre de transfert d’idées, le « cercle positiviste » de Leipzig en Saxe qui comprenait le psychologue des peuples Wilhelm Wundt, le chimiste Wilhelm Ostwald, le géographe Friedrich Ratzel, l’économiste Karl Bücher et l’historien Karl Lamprecht semblait intéressant à Berr19. La « psychologie des peuples » de Wundt allait dans la bonne direction. « La Völkerkunde, la Kulturgeschichte » telles qu’elles étaient pratiquées en Allemagne étaient encore « vagues » d’un point de vue conceptuel et leur objet, la nation, était « trop vaste ». Ce dont la « nouvelle histoire » avait besoin, c’était d’« études de psychologie provinciale20 ». En accord avec le mot d’ordre du congrès, l’idée naissait ici de comparer non pas des nations, mais des régions, une idée qui allait faire plus tard le succès mondial de l’école des Annales.

  • 21  La troisième section du Congrès de Paris en donne déjà une première impression : AIH. Congrès de P (...)
  • 22  Le bref rapport de la Historische Vierteljahrschrift (HV) 4, 1901, p. 155 sq. confirme cette impre (...)
  • 23  À ce propos, voir également Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 32 sq.
  • 24  Les deux historiens considéraient ainsi la recherche de la vérité comme le but ultime de l’écritur (...)
  • 25  Voir Maurice Darvaï, « La Hongrie », p. 108.
  • 26  Darvaï n’est pas le seul à avoir fourni une interprétation normative des rencontres d’historiens. (...)
  • 27  Voir Ernst Troeltsch, « Der Krieg und die Internationalität der geistigen Kultur », IWfWKuT 9, 191 (...)

15Malgré de premières tentatives en ce sens21 la construction conceptuelle de la « nation », à forte valeur symbolique, s’avéra encore dominante au Congrès de Paris22. Le débat déclenché par l’historien roumain Xenopol montre combien à Paris en l’an 1900 les problèmes théoriques étaient liés à des questions de formation de l’identité nationale. Xenopol développait dans son exposé une thèse audacieuse à propos de l’histoire nationale roumaine23 : il affirmait qu’il existait une continuité ethnique entre les habitants de la province roumaine de Dacie et ceux de la nation roumaine. Il formulait des hypothèses qui lui permettaient de sauter plusieurs siècles dans son argumentation. L’historien hongrois Maurice Darvaï lui reprocha alors d’avoir renoncé à la source principale de la « vérité historique », c’est-à-dire aux documents qui s’étaient transmis, et cela à des fins politiques douteuses24. En revanche, Darvaï, le critique de Xenopol, ne contestait pas le lien fondamental entre écriture de l’histoire et politique. Il se montrait seulement surpris que Xenopol blesse de façon irréfléchie une sensibilité nationale, hongroise en l’occurrence25. Cette objection était elle-même étonnante. Darvaï faisait comme si, dans un congrès international des historiens, l’on ne pouvait s’attendre qu’à des propos diplomatiques du fait de la concurrence entre les différentes histoires nationales et des implications politiques souvent épineuses des sujets de recherches26. C’était en effet tout le contraire. L’espace de discussion ouvert par le congrès était utilisé par les participants pour se faire valoir et pour mettre en exergue l’histoire de leurs nations respectives. À Paris, ce sont en particulier les représentants des « peuples des marges » qui s’efforcèrent d’attirer l’attention sur leurs nations27.

  • 28  Xenopol recommandait que la science historique ait recours au moyen logique de l’« inférence » qui (...)

16La présence nombreuse des représentants des « petits pays » en était déjà un signe. Ils sortaient en outre de l’ombre des « grandes nations » par le grand nombre de leurs contributions. Les controverses propres à l’Europe centrale et du Sud Est sur la formation des nations constituaient une part importante de la section du congrès intitulée « Histoire générale et diplomatique ». Les retardataires de l’Europe orientale maîtrisaient ainsi bien les règles du jeu de l’écriture nationale de l’histoire. L’exemple de Xenopol montre combien il semblait évident de projeter la perspective moderne des nations sur le passé pré-moderne. Ce n’est que parce qu’il percevait la formation des nations comme une évolution historique nécessaire et universelle qu’il pouvait considérer, en recourant à une méthode contestable, les témoignages isolés du cours de l’histoire comme s’ils étaient forcément soumis à la logique de l’histoire nationale28.

Le Congrès de Rome (1903) ou les aléas de la méthode allemande de critique des sources

  • 29  Ces confrontations méritent qu’on y prête attention non pas en tant que telles, mais parce qu’elle (...)
  • 30  Ceci est présenté de façon exhaustive dans Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 38 sq.
  • 31  Sur les années d’études de Pais à Berlin, voir également : G. Nenci, « Gli anni berlinesi di Ettor (...)
  • 32  Leandro Polverini, « L’Impero Romano – antico e moderno », in : Beat Näf, Antike und Altertumswiss (...)

17Trois ans plus tard, le congrès qui se tint à Rome illustra à nouveau les désordres que l’activité scientifique peut créer dans le champ politique29. En 1903, en amont du congrès, de violents affrontements eurent lieu autour de la personne et des thèses scientifiques de l’historien de l’Antiquité italien Ettore Pais30. Ce dernier avait fait ses études à Berlin entre 1881 et 1883 et avait été mis à contribution par Mommsen pour le Corpus Inscriptionum Latinarum31. Avoir été l’étudiant de Mommsen revenait selon les usages de l’époque à pouvoir revendiquer à bon droit une chaire d’histoire romaine32.

  • 33  Voir IWfWKuT 1, 1907, p. 291.

18Formé à Berlin à la méthode de critique des sources, Pais défendait une autre conception des débuts de Rome que la plupart de ses collègues. Il était d’accord avec Mommsen, qui ne faisait pas remonter la naissance de Rome à sa supposée fondation par Romulus en 753 avant Jésus Christ, mais seulement à l’afflux progressifs d’Italiques au cinquième siècle avant Jésus Christ. Ainsi le mythe fondateur de la ville se trouvait désenchanté et la plupart des spécialistes italiens de l’Antiquité, profondément indignés. Le conflit ainsi déclenché dura des années. L’expression peu amène d’« hypercritique alémanique » se répandit alors33. Ce qui était en jeu, ce n’était pas seulement une thèse scientifique, mais le droit ou la prétention des Allemands à toucher à la compréhension que les Italiens avaient d’eux-mêmes.

  • 34  Voir à ce propos aussi IWfWKuT 1, 1907, p. 293.

19Le fait que Pais, auquel on reprochait de ne pas représenter les intérêts italiens34, appartenait au comité organisateur du congrès international des historiens programmé pour 1902 semblait insupportable à ses opposants. Ils avaient sous les yeux la perspective d’une rencontre internationale dans la ville éternelle. Ils prédisaient que Pais ne pourrait avoir aucun succès dans un tel cadre et que ses thèses scientifiques ne pourraient rencontrer aucun écho. À mesure que le congrès des historiens approchait, le conflit, qui touchait à des points de vue proprement scientifiques, prit une tournure de plus en plus politique. Les opposants à Pais obtinrent finalement que le congrès, pour lequel des invitations avaient déjà été envoyées, soit effectivement annulé, qu’il ne se tienne que l’année suivante et que Pais démissionne de son poste de membre du comité préparatoire.

20Un transfert scientifique réussi et reconnu, celui de la méthode de Mommsen, atteignit donc ses limites ou du moins rencontra la critique parce qu’il entrait en conflit avec la compréhension historique que les Italiens avaient d’eux-mêmes.

  • 35  L’esprit de la revue est particulièrement manifeste dans un article de Hugo Münsterberg qui enseig (...)
  • 36  Voir IWfWKuT 1, 1908, p. 291-294. On fixe actuellement l’an 650 avant Jésus Christ comme l’année d (...)

21La Internationale Wochenschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik (Revue internationale hebdomadaire des sciences, des arts et des techniques) fondée en 1907 et qui s’assignait pour mission de prendre conscience de la « tâche culturelle ancienne de l’Allemagne » consistant à jouer le rôle d’intermédiaire entre les nations du monde ne se priva pas de revenir encore une fois sur le congrès qui avait eu lieu quatre ans plus tôt et sur le conflit germano-italien35. Selon les auteurs, les découvertes archéologiques avaient entre-temps confirmé la date de fondation plus tardive36. La revue associait – sans colère, mais non sans triomphe – ce regard rétrospectif à un regard prospectif vers l’année 1908, date à laquelle le prochain congrès international des historiens devait avoir lieu, cette fois à Berlin.

Le Congrès de Berlin (1908). À propos de la constitution d’une politique scientifique nationale

  • 37  À ce propos et sur ce qui suit, voir : Charles H. Haskins, « The International Historical Congress (...)

22Berlin apparaît au médiéviste américain Charles H. Haskins, rapporteur du congrès pour la American Historical Review, comme la ville la plus opposée qu’on puisse imaginer à Rome, tout du moins aux yeux d’un historien. D’un côté, la vieille ville noble, synonyme avec Athènes de l’Antiquité classique, de l’autre, Berlin l’agitée, dont l’histoire était brève, les constructions modernes et les éditions du guide Baedeker rapidement périmées37. Si Berlin n’avait pas valeur d’emblème historique, ce n’en était pas moins un lieu symbolique. Berlin, c’était Mommsen, Ranke et Niebuhr, c’était l’Université Friedrich-Wilhelm et l’Académie royale des sciences de Prusse. Les hôtes conviés se trouvaient en un haut-lieu de l’historiographie.

  • 38  Pétition à l’attention du Ministre des affaires du culte, de l’éducation et de la médecine du 31.7 (...)
  • 39  La pétition était signée par Theodor Mommsen, Otto Hirschfeld, Max Lenz, Dietrich Schäfer, Hans De (...)
  • 40  Ces fruits scientifiques importèrent sans doute particulièrement à Theodor Mommsen qui, deux année (...)

23Cela n’empêcha pas qu’une partie des historiens berlinois n’aient pas été enthousiasmés par les projets de congrès et qu’ils tentèrent même de s’y opposer. Ils protestèrent contre le fait que le prochain congrès ait lieu à Berlin en 1908 dans une pétition adressée au ministère prussien de l’éducation. À l’appui de leur protestation, ils invoquaient la science historique elle-même. À l’exception de l’Antiquité, l’histoire était trop fortement influencée par des oppositions politiques et nationales pour que l’on puisse présupposer un terrain commun sur lequel bâtir l’entente internationale38. Les signataires39 n’attendaient pas grand-chose de la rencontre internationale qui était prévue et ils se référaient là encore à l’expérience des Congrès de La Haye et de Paris. Même le Congrès de Rome n’avait pas porté, selon eux, les fruits scientifiques attendus40.

  • 41  Rüdiger vom Bruch, Björn Hofmeister, Hans-Christoph Liess, Gelehrtenpolitik, Sozialwissenschaften (...)
  • 42  Voir Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 65.

24Rüdiger vom Bruch a interprété cet événement comme la manifestation de l’opposition d’une « histoire disciplinaire [certes] réputée mais pas véritablement pionnière » contre les représentants, innovants et sûrs d’eux-mêmes, d’une science historique de la culture qui prétendait aller du même pas que « l’Empire conquérant qui aspire à mener une politique mondiale et qui s’efforce d’obtenir un rang de puissance mondiale41 ». Les représentants de cette aspiration à aller de l’avant étaient précisément les partisans du congrès : le théologien Adolf von Harnack, le juriste Otto von Gierke et le philologue Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff. Ils se tournèrent vers le ministère de l’Education 24 jours avant leurs collègues afin de militer en faveur du congrès planifié42.

  • 43  Bernhard vom Brocke, « Die Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft im Kaiserreich. Vorgeschichte, Gründung und (...)
  • 44  Voir Bernhard vom Brocke, « Internationale Wissenschaftsbeziehungen und die Anfänge einer deutsche (...)

25Mais il ne s’agissait pas simplement d’une innovation de méthode, d’un côté, et d’une défense de ce qui avait fait ses preuves, d’un autre côté. Harnack, en particulier, se plaçait pour défendre le congrès sur un tout autre plan argumentatif que ses collègues qui y étaient opposés. Ce n’est pas un hasard si c’est de nouveau l’Internationale Wochenschrift qui, dans sa deuxième année, publia l’annonce par Harnack du congrès international des sciences historiques de Berlin. Cette revue hebdomadaire avait été fondée par Friedrich Althoff, l’homme politique chargé des affaires culturelles le plus important de l’Empire. L’association de la science et de la formation/culture (Bildung) avait été perçue comme la « quatrième force productive » à côté du sol, du capital et du travail dès avant son mandat de ministre43. Depuis la fondation de l’Empire avait été mise en place, dans le contexte de l’aspiration au rayonnement culturel, à l’auto-interprétation culturelle et à l’expansion culturelle, une démarche à laquelle Harnack fut le premier à donner un nom en 1900 : la politique scientifique44.

  • 45  Voir Rudolf Vierhaus, « Im Großbetrieb der Wissenschaft. Adolf von Harnack als Wissenschaftsorgani (...)
  • 46  Voir Adolf von Harnack, « Der vierte Internationale Kongreß », in : IWfWKuT 2, 1908, (p. 513-520), (...)

26Harnack pensait comme Althoff qu’il fallait réussir à tisser des liens plus étroits entre les intérêts scientifiques, économiques et politiques45. La science était un bien commun, « une fugue mondiale dont les premières portées avaient été composées il y a des millénaires et dans laquelle les voix des peuples nouveaux-venus qui s’ajoutaient sans cesse se sont fait valoir, et qui a enfin la force de contraindre toutes les dissonances qui se manifestent à consonner46 ».

  • 47  Voir Rudolf Vierhaus, « Im Großbetrieb der Wissenschaft », p. 430.

27Il en allait de l’entente internationale et de la garantie de la paix – et on n’attendait pas peu de la science puisqu’elle devait contraindre toutes les dissonances internationales à former une grande consonance commune – et de la place de l’Empire allemand dans la concurrence des sciences nationales47.

  • 48  Les échanges entre professeurs allemands et américains initiés par Althoff étaient eux aussi conçu (...)
  • 49  Voir Adolf von Harnack, « Der vierte Internationale Kongreß », in : IWfWKuT 2, 1908, (p. 513-520), (...)

28Le Congrès de Berlin n’avait pas été suscité par Harnack ni Althoff mais tous deux l’avaient salué. Il s’insérait de façon idéale dans la politique universitaire et éducative promue et conduite par eux48. Harnack concevait l’histoire comme le point de vue non seulement le plus général, mais aussi le plus collectif, permettant de se retrouver au-delà des frontières disciplinaires et nationales. Car c’est là que naissait par l’action internationale conjointe quelque chose qui certes ne réunissait pas les connaissances les plus profondes, quelque chose qui laissait aussi libre cours aux jugements de valeur, mais qui était pourtant un bien d’une valeur inestimable : la réunion de faits historiques sûrs49.

  • 50  On peut douter que la fusion entre un savoir historique fiable et l’internationalisme se fasse aut (...)
  • 51  À ce propos, voir aussi Dietrich Schäfer, Mein Leben, Berlin, Leipzig, Koehler, 1926, p. 163 : « L (...)
  • 52  Voir aussi à ce propos Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 67 sq.

29La querelle autour de la date de fondation de Rome aurait pu enseigner à Harnack que même des faits sûrs ne préservent pas la science historique des querelles et que le concert international n’empêche pas les fausses notes50. Mais à Berlin en 1907, la pétition à laquelle Althoff allait donner suite, des deux qui avaient atterri sur son bureau, ne faisait aucun doute. C’est ainsi que les historiens tinrent congrès en août 1908 à Berlin avec, pour ainsi dire, la bénédiction politique. Les protestataires ne refusèrent finalement pas de participer, et en cela ils étaient aussi guidés par des raisons politiques. Même si l’utilité scientifique du congrès ne leur semblait pas suffisante51, ils voulaient à tout prix éviter les dommages politiques que leur rejet du congrès risquerait de causer52.

Variations méthodologiques autour de l’évolutionnisme et de l’approche synthétique au Congrès de Londres en 1913

  • 53  « The International Congress of Historical Studies, Held at London », AHR 18, 1913, (p. 679-691), (...)
  • 54  Voir le discours d’accueil de Wilamowitz-Moellendorf au Congrès de Londres cité d’après Karl Dietr (...)
  • 55  « La flotte a eu une telle influence sur le développement de la vie nationale de l’Angleterre qu’o (...)

30Puisque le choix du lieu des congrès internationaux des historiens reflétait une hiérarchie symbolique en science comme en politique, Londres succéda à Berlin. Même si l’on ne reconnaissait à l’« individualisme britannique » aucun talent d’organisation53 et si les historiens britanniques avaient la réputation d’être des « dilettantes »54, Londres était à beaucoup d’égards le cadre parfait pour une rencontre institutionnalisée des historiens. Mais les hôtes n’élaborèrent pas le programme scientifique sans arrière-pensées de politique scientifique ni de politique tout court. Ainsi une importance particulière fut-elle attribuée à l’histoire coloniale ainsi qu’à celle des guerres maritimes, qui, malgré certains travaux pionniers présentés lors du congrès, était décrite comme une grave lacune de la recherche55.

31Mais dans l’ensemble, le congrès fut tout autre chose qu’un rule Britannia avec des moyens historiques. Les débats disciplinaires autour de la recherche historique comparative y furent poursuivis à un niveau élevé. Sous la direction de l’historien russe du droit Paul Vinogradoff, la section consacrée à la comparaison historique du droit fit explicitement du transfert de doctrines et d’institutions juridiques le thème de ses débats :

  • 56  Pour protester contre la censure, Vinogradoff avait renoncé à sa chaire de Moscou en 1901 et accep (...)

Il est des courants de doctrines et des faits institutionnels qui traversent les époques et franchissent les frontières nationales d’une formation historique à une autre. Ils constituent ce qu’on peut appeler le courant de la tradition culturelle […]. La continuité de la culture et de la jurisprudence comparée produit l’atmosphère de ce que l’on aurait pu nommer le droit international, si le terme n’avait pas été affecté à un autre usage56.

  • 57  Paul Vinogradoff (éd.), Essays in Legal History. Read before the International Congress of Histori (...)
  • 58  Ce que dit Erdmann dans son rapport, par ailleurs pertinent, sur le Congrès de Londres : Karl Diet (...)
  • 59  Karl Lamprecht, « Neue Kulturgeschichte », in : David Sarason (éd.), Das Jahr 1913. Ein Gesamtbild (...)

32C’est dans l’attente d’une telle internationalisation du droit que Vinogradoff ouvrit la section57. Un autre thème dominait encore en filigrane le Congrès de Londres. Le lien entre l’évolution humaine, la civilisation moderne et les conflits étatiques fut sans cesse abordé, au point que Charles Darwin faisait parfois figure d’invité invisible. Le contenu exact de l’exposé de l’historien allemand Karl Lamprecht sur « les courants intellectuels les plus récents en Allemagne » a disparu mais ses observations à propos du siècle nerveux de l’« irritabilité » n’ont certainement pas été purement « grotesques »58. Ce dont Lamprecht faisait la propagande en 1913 sous le nom de « nouvelle histoire culturelle » et qu’il voulait ancrer dans les écoles et les universités était un mode évolutionniste d’accès à l’histoire universelle qui devait sembler assez familier aux historiens anglo-saxons : « La jeunesse s’intéresse de nos jours à des liens organiques, à une pensée du développement historique, à de vastes phénomènes de masse ». Cela la relie « à une faim vivace d’extension de l’horizon historique jusque dans le domaine au moins de l’histoire européenne et de l’expansion des peuples européens dans le monde, et très souvent aussi à un besoin de connaissance des cultures les plus hautes par le biais de l’étude de l’ethnologie »59.

33Cette pensée évolutionniste qui reliait la préhistoire et l’Antiquité au présent dans un processus régi par des lois, distinguait les peuples et les races et identifiait les stades plus ou moins avancés de la civilisation, était moins inhabituelle dans la culture historique britannique et américaine que parmi les historiens allemands.

  • 60  Bryce qui devait enseigner le droit civil à Oxford jusqu’en 1907 avait eu du succès comme historie (...)
  • 61  Bryce avait été élu vice-président à Rome, mais il ne put pas être personnellement présent au Cong (...)
  • 62  Sur la pensée de l’histoire de Bryce, voir la présentation exhaustive dans : Thomas Kleinknecht, I (...)

34L’historien anglais James Bryce lui-même en fournit la preuve, lui qui était à l’époque ambassadeur britannique aux États-Unis60. Bryce avait un message insistant à faire passer concernant les tâches cosmopolites de l’historien61. Pour lui, le grand défi consistait dans la double extension du champ de travail en regard d’une histoire politique événementielle et institutionnelle62. Il militait pour « l’importance du facteur économique dans le développement national et pour une perception plus juste de ce que l’on peut retirer de l’étude de la psychologie des races et des peuples dans les stades successifs de leur croissance ».

  • 63  James Bryce, Presidential Address, p. 15.
  • 64 Ibid., p. 12.
  • 65 Ibid., p. 16 et 17.
  • 66 Ibid., p. 17.

35Il n’échappa sans doute pas aux auditeurs attentifs que, sur cette base, Bryce tenait particulièrement à ce que les historiens utilisent leurs outils archéologiques, ethnographiques, socio-économiques et d’analyse culturelle pour reconstituer avec exactitude trois processus distincts qui avaient tous une signification transnationale, voire universelle. Le premier de ces processus était l’émergence et la diversité des communautés ethniques et politiques : « Aucun problème historique n’est plus obscur que les processus par lesquels les races se sont différenciées les unes des autres63. » Ce changement de perspective vis-à-vis du primat des « grandes puissances » était désormais familier aux historiens formés à l’école de Herbert Spencer ou de Charles Darwin. Ce qui leur était moins familier, c’était la thèse que défendait Bryce à propos de la démocratie dans les nations industrialisées, telle qu’il l’avait étudiée aux États-Unis à la suite d’Alexis de Tocqueville : « Il ne faut pas non plus oublier qu’avec le transfert du pouvoir du petit nombre vers le grand nombre dans certains pays s’est développé un intérêt plus rapide pour la condition, à des époques plus anciennes, de ceux que Carlyle nommait les “populations muettes”64. » Bryce considère que ces tendances sont surdéterminées par un processus puissant pour lequel autour de 1900 le mot de « mondialisation » n’avait pas encore été inventé : « le monde devient un en un sens tout à fait nouveau ». On saisissait déjà à l’époque le cœur du problème : « Les marchés monétaires sont affectés de façon simultanée. Toute grande puissance, qu’elle soit européenne, asiatique ou américaine est en contact étroit avec toutes les autres65. » Lorsqu’il encourageait la communauté internationale des historiens à adopter une perspective d’histoire universelle, Bryce parlait en tant qu’historien et en tant qu’homme d’État : « L’histoire du monde tend à devenir une seule et même histoire66. »

  • 67  Voir : Revue Historique (RH) 13, 1913, p. 216-218. La revue irlandaise Studies : An Irish Quarterl (...)
  • 68  Jan Karol Kochanowski, Polska w świetle psychiki własnej i obcej [la Pologne au regard de son prop (...)
  • 69  Jan Karol Kochanowski, « Rzut oka na upadek Rzeczpospolitej », Rok Polski 4 (1-2), 1919, p. 16. Vo (...)
  • 70  La même année, il publia le résulta de ses travaux comparatifs sur l’histoire médiévale de la vall (...)

36En lien avec le Congrès de Londres, la Revue historique mentionne l’historien, philosophe de l’histoire et sociologue polonais Jan Karol Kochanowski qui présente un cas particulièrement intéressant pour la recherche historiques sur les transferts de savoirs67. À vrai dire, lui-même n’aurait guère aimé être rangé dans une telle catégorie scientifique car il prenait explicitement ses distances vis-à-vis de l’idée selon laquelle on pourrait expliquer une œuvre scientifique par l’influence d’autres œuvres contemporaines68. Il considérait plutôt la science nationale comme le produit endogène d’une culture nationale particulière, voire de « l’âme nationale », et non comme le résultat d’influences étrangères, même s’il évoquait à l’occasion le caractère synthétique de la culture polonaise69. Et pourtant, son œuvre peut très aisément être mise en rapport avec les tendances intellectuelles de l’époque. Ceci vaut aussi pour la perspective dans laquelle il opérait ses recherches sur le Moyen Âge, perspective qu’il présenta à Londres et qui était inspirée par la sociologie et la psychologie des peuples70. Il résulte de cette perspective une explication plausible des différences de développement entre l’Allemagne et la Pologne comme, de façon générale, entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale et orientale. Cette explication renvoyait à l’ancrage inégal de l’État dans ces deux sociétés, à un individualisme plus ou moins prononcé dans un cas et dans l’autre et à l’absence de féodalisme au sens occidental du terme en Europe centrale et orientale. Le couple catégoriel individu vs. masse servait à Kochanowski à éclairer les développements historiques à une micro-échelle et sur une longue période. Il insistait sur le fait que la race comme le milieu étaient des éléments prégnants du développement des sociétés, mais que leur influence était difficilement mesurable, et qu’ils ne pouvaient donc servir de variables explicatives qu’à certaines conditions.

  • 71  Il recommanda à René Worms (secrétaire général de l’Institut international de sociologie) d’inclur (...)
  • 72  Voir : Jan Kaczyński, Studia z historii idei w Polsce : Edward Abramowski i Jan Kochanowski, Olszt (...)
  • 73  Ewa Czerwińska-Schupp, « Recepcja myśli Ludwika Gumplowicza w Polsce », Archiwum historii filozofi (...)
  • 74  Voir : RH 13, 1913, p. 216-218, HZ 15, 1913, p. 464-468, HV 16, 1913, AHR 18, 1913, p. 679-691.

37Ce bref aperçu de l’œuvre de Kochanowski suffit à témoigner du transfert réussi des idées de Lamprecht et de son ami Gumplowicz, qui le protégeait71. Le Bon, Taine et Bergson étaient outre parmi les auteurs les plus cités par Kochanowski72. Que ce soit de manière directe, en éditant les œuvres de Gumplowicz et en diffusant ses théories en Pologne73, ou de manière indirecte en reprenant les méthodes sociologiques et les thèses philosophiques des auteurs cités, Kochanowski a introduit la sociologie et l’histoire culturelle contemporaines, évolutionnistes et déterministes, dans la science polonaise. Sa participation à de nombreux congrès internationaux de sociologues (Londres 1906, Berne 1909, Rome 1912) ne fut certainement pas sans importance dans ce contexte. Toutefois, au congrès des historiens de Londres, Kochanowski ne fit pas une aussi forte impression que l’historien roumain Nicolae Iorga74.

  • 75  Iorga a fait deux interventions à Londres. Voir Nicolae Iorga, Les Bases nécessaires d’une nouvell (...)
  • 76  Nicolae Iorga, Les Bases, p. 5.
  • 77  Ibid., p. 7
  • 78  Ibid., p. 10

38Il est difficile de juger dans quelle mesure l’exposé de Iorga sur « les bases nécessaires d’une nouvelle histoire du Moyen Âge » fut déjà perçu comme innovant pendant le congrès75. Avec cet exposé, Iorga contribuait au débat contemporain sur la synthèse comme méthode de la science historique. La synthèse répondait, selon lui, au « besoin d’histoire » de l’homme contemporain, c’est-à-dire à mettre au point la signification du cours de l’histoire pour la société actuelle76. Il considérait qu’il était légitime de rassembler à cette fin en une synthèse des connaissances empruntées à d’autres domaines d’étude et de ne pas toujours recourir directement aux sources77. Conformément à cette exigence, l’histoire du Moyen Âge devait aussi être reconsidérée sous l’angle du présent. Iorga constatait la tendance caractéristique de son époque à morceler l’Europe médiévale en unités territoriales « ethnographiques » correspondant à la trame nationale moderne, ce qui conduisait à perdre de vue ou à négliger les évolutions communes78. Une histoire du Moyen Âge innovante et adaptée à l’esprit de l’époque devait au contraire tendre vers une synthèse de cette période dans laquelle la culture commune de l’Europe, forgée par l’héritage romain et la chrétienté, était nettement visible.

  • 79  Voir : Eugen Stănescu, « Le cadre européen de la culture roumaine dans la vision historique de Nic (...)

39Iorga choisit comme motif fondamental de son historiographie des récits qui permettaient d’indiquer la place de la Roumaine dans l’histoire culturelle de l’Europe. Comme l’histoire de l’Europe centrale et du Sud Est ne peut être appréhendée avec la catégorie du national, il lui aurait de toutes façons été quasiment impossible d’écrire une histoire nationale roumaine « idéal-typique ». Mais c’est sans doute en s’en rendant compte qu’il eut l’idée de présenter la culture nationale et l’histoire nationale de la Roumaine comme étant étroitement imbriquées dans la culture et l’histoire de l’Europe et ainsi de louer non seulement le noyau national, l’« âme de la nation » selon ses termes, mais aussi des influences étrangères79.

  • 80  Nicolae Iorga, Schriften und Briefe, Bucarest, Kriterion Verlag, 1978, p. 172.
  • 81  Ibid., p. 170.
  • 82  AHR 18, 1913, p. 682.

40Le Congrès de Londres fut aussi pour Iorga l’occasion de rencontrer Karl Lamprecht, dont il s’était inspiré depuis ses études de doctorat à Leipzig80. Iorga louait l’effort de Lamprecht de « faire l’expérience non pas de la vérité des faits, mais de la vérité dans les faits81 ». Puisque les deux historiens partageaient cette conception normative de l’histoire, Iorga put écrire le volume sur l’histoire de la Roumanie (Geschichte Rumäniens) puis celui sur l’histoire de l’Empire ottoman (Geschichte des osmanischen Reiches) dans la série de Lamprecht intitulée Allgemeine Staatengeschichte (Histoire universelle des États). De façon générale, il semble qu’au Congrès de Londres, la gloire de Lamprecht n’avait pas encore faibli aux yeux de nombreux historiens non allemands ; en effet, le rapporteur du congrès pour l’American Historical Review évoqua sa rencontre avec Lamprecht comme « plus qu’un simple plaisir82 ».

41Dans les congrès internationaux des historiens, les sciences historiques dévoilaient leur double visage. Les participants prirent conscience de la nécessité de travailler ensemble pour documenter les sources historiques et furent réceptifs à l’usage des méthodes comparatives pour l’analyse historique. Cette ouverture méthodologique était plus facile pour les historiens de l’économie et du droit que pour les experts de l’histoire politique, domaine dans lequel on opposait fréquemment représentations nationales de l’histoire (nationale Geschichtsbilder) et « récits » (Narrative), dans la droite ligne des schèmes de pensée classiques de l’historisme. Mais cette situation n’est pas très étonnante car, jusqu’à nos jours, le thème de « l’histoire et la mémoire » renvoie à de nombreuses questions sur la manière de penser cette relation. L’importance considérable des congrès internationaux d’historiens réside au premier chef dans le fait qu’ils ont proposé dès avant la Première Guerre mondiale un forum où l’on pouvait discuter ouvertement de cette tension fondamentale entre « l’histoire » comprise comme un continuum hétérogène de la formation d’hypothèses scientifiques ou au contraire comme un continuum homogène de la formation d’identités politiques.

  • 83  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf, Erinnerungen 1848-1914, Leipzig, Koehler Verlag, 1928, p. 311 s (...)

42Cette tension s’était clairement manifestée dans les discussions de Londres en 1913. Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf rappelle à ce propos dans ses Mémoires : « Ce sont en particulier les Russes qui commerçaient avec nous autres Allemands et qui acceptèrent l’invitation à organiser le congrès en 1918 à Saint-Pétersbourg. L’un d’entre eux me dit : “D’ici là nous aurons eu une guerre, mais ensuite tout sera rentré dans l’ordre”83. » Tout ne rentra pas dans l’ordre aussi vite que cela. Le premier congrès de l’après-guerre eut lieu en 1923 à Bruxelles, les historiens allemands ne furent réinvités qu’en 1928 à Oslo.

Haut de page

Notes

1  Cette contribution s’inscrit dans le cadre de notre projet de recherche intitulé « Vergleich und Verflechtung europäischer Wissenschaftskulturen » (Comparaison et entrelacement de cultures scientifiques européennes) subventionné par la fondation germano-polonaise pour la science (Deutsch-Polnische Wissenschaftsstiftung).

2  Adolf Harnack, « Der vierte Internationale Kongreß für historische Wissenschaften zu Berlin (6.-12. August 1908) », in : Internationale Wochenschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik (IWfWKuT) 2, 1908, (p. 514-518), p. 514 sq., à propos du Congrès de Berlin de 1908 voir plus bas.

3  Karl Dietrich Erdmann, Die Ökumene der Historiker. Geschichte der Internationalen Historikerkongresse und des Comité International des Sciences Historiques, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1987, p. 5 ; on trouve en annexe (p. 449-480) une présentation détaillée des participants des différents pays et des membres du Comité. Une traduction complétée d’un épilogue qui va jusqu’en l’an 2000 a été publiée dans : Karl Dietrich Erdmann, Jürgen Kocka, Wolfgang J. Mommsen, Agnes Blänsdorf, Towards a global community of historians : the International Historical Congresses and the International Committee of Historical Sciences 1898-2000, New York, Berghahn Books, 2005. Entre-temps la représentation d’une internationale historique comme « écoumène » est devenue un topos très répandu. Voir Ulrich Pfleil (éd.), Die Rückkehr der deutschen Geschichtswissenschaft in die « Ökumene der Historiker ». Ein wissenschaftsgeschichtlicher Ansatz, Pariser Historische Studien, Tome 89, Munich, Oldenburg, 2008.

4  La culture historique désigne « la totalité des formes dans lesquelles le savoir historique est présent dans une société » (Wolfgang Hardtwig, Geschichtskultur und Wissenschaft, Munich, DTV, 1990 ; Wolfgang Hardtwig, « Geschichtskultur », in : Stefan Jordan (éd.), Lexikon Geschichtswissenschaft. Hundert Grundbegriffe, Stuttgart, Reclam, 2002, (p. 112-115), p. 112), et donc pas uniquement la découverte de faits à l’aide de la critique des sources, mais aussi la défense des lieux de mémoires d’une communauté ou de ses mythes fondateurs.

5  L’importance des intellectuels dans les luttes de pouvoir autour des « biens symboliques », dont relève aussi la détention de l’interprétation souveraine du passé est décrite dans : Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au xixe siècle, Paris, Seuil, 1996, p. 18 et 25.

6  Voir : Dieter Langewiesche, Nation, Nationalismus, Nationalstaat in Deutschland und Europa, Munich, Beck, 2000 ; Dieter Langewiesche, Reich, Nation, Föderation. Deutschland und Europa, Munich, Beck, 2008.

7  Voir : Michael Mann (éd.), Globale Geschichtsschreibung um 1900, Periplus. Jahrbuch für außereuropäische Geschichte 18, 2008.

8  Reinhart Koselleck a décrit de façon pénétrante ses conséquences sur la mise par écrit, la continuation de l’écriture et la réécriture de l’histoire dans « Erfahrungswandel und Methodenwechsel. Eine anthropologische Skizze », in : Reinhart Koselleck, Zeitschichten. Studien zur Historik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2000, p. 27-77.

9  À propos des différents aspects de ces transferts culturels voir : David Blackbourn, « Das Kaiserreich transnational. Eine Skizze », in : Sebastian Conrad, Jürgen Osterhammel (éd.), Das Kaiserreich transnational. Deutschland in der Welt 1871-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004, p. 302-324.

10  Voir Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 18 sq.

11  Eckhardt Fuchs, « Wissenschaft, Kongressbewegung und Weltausstellungen : Zu den Anfängen der Wissenschaftsinternationale vor dem Ersten Weltkrieg », in : Gerald Diesener, Matthias Middell (éd.), Historikertage im Vergleich, Comparativ 6, Leipzig, Leipziger Univ.-Verl., 1996, (p. 156-177), p. 157. Le congrès des historiens n’était que l’un des plus de deux cents congrès internationaux qui furent organisés autour de l’exposition universelle de Paris.

12  Philipp Blom, Der taumelnde Kontinent. Europa 1900-1914, Munich, Hanser, 2008, p. 23, avec une photographie.

13  Là aussi la tension entre un soin accordé de manière démonstrative à la tradition et la mise en œuvre de nouveaux critères de méthode était tangible.

14  Pour une présentation exhaustive, voir Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 26-37.

15  Annales Internationales d′Histoire (AIH).Congrès de Paris 1900, Paris, Congrès d’Histoire Comparée, 1900.

16  Ibid., p. 5.

17  Ibid., p. 6.

18  « Le collectionneur de faits n′est pas plus estimable que le collectionneur de timbres-poste ou de coquillages », Henri Berr, « Sur notre programme », in : Revue de Synthese Historique (RSH) 1, 1900, (p. 1-8), p. 5.

19  Roger Chickering, « Das Leipziger “Positivisten-Kränzchen” um die Jahrhundertwende », in : Gangolf Hübinger, Rüdiger vom Bruch, Friedrich Wilhelm Graf (éd.), Kultur und Kulturwissenschaften, tome 2 : Idealismus und Positivismus, Stuttgart, Steiner, 1997, p. 227-245.

20  Henri Berr, « Sur notre programme », p. 2.

21  La troisième section du Congrès de Paris en donne déjà une première impression : AIH. Congrès de Paris 1900. 3e Section : Histoire Comparée de l′Economie Sociale, Paris, Congrès d’Histoire Comparée, 1902.

22  Le bref rapport de la Historische Vierteljahrschrift (HV) 4, 1901, p. 155 sq. confirme cette impression. Henri Berr en tira la conclusion sans doute juste qu’il ne fallait pas considérer l’« histoire » en général comme la discipline pionnière d’un transfert culturel réussi dans le domaine scientifique. D’après lui, il valait mieux fonder une « section d′histoire des sciences » puisque toutes les nations étaient confrontées au problème de la « diffusion des sciences » (voir Michel Blay, « Henri Berr et l’histoire des sciences », in : Agnès Biard, Dominique Bourel, Eric Brian (éd.), Henri Berr et la culture du xxe siècle : histoire, science et philosophie, Paris, Albin Michel/Centre international de synthèse, 1997, (p. 121-138), p. 133.) C’est pourquoi on en vint dans l’Entre-deux-guerres à lier le congrès international des historiens à Oslo en 1928 au congrès international d’histoire des sciences fondé à Paris en 1929.

23  À ce propos, voir également Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 32 sq.

24  Les deux historiens considéraient ainsi la recherche de la vérité comme le but ultime de l’écriture de l’histoire. Voir Alexandru Dimitrie Xenopol, « L’hypothèse dans l’histoire », in : AIH. Congrès de Paris 1900. 1re Section : Histoire Générale et Diplomatique, Paris, Congrès d’Histoire Comparée, 1900, (p. 39-50), p. 48 ; Maurice Darvaï, « La Hongrie et ses premiers vassaux roumains », in : AIH, (p. 107-118), p. 109. Parce qu’il avait emprunté à Karl Lamprecht l’idée que l’essentialisation de la race et du milieu naturel étaient des déterminants du processus historique (national), Xenopol se sentait notoirement libéré de l’obligation incombant aux sciences historiques de procéder à une critique des sources, surtout qu’il ne disposait pas de sources documentant l’histoire roumaine au Moyen Âge (voir Alexandru Dimitrie Xenopol, Les principes fondamentaux de l’histoire, Paris, E. Leroux, 1899, p. 72).

25  Voir Maurice Darvaï, « La Hongrie », p. 108.

26  Darvaï n’est pas le seul à avoir fourni une interprétation normative des rencontres d’historiens. Dans d’autres contextes également, la prétendue harmonie censée accompagner les congrès d’historiens est soulignée par endroits. Voir par exemple Adolf Harnack, « Der vierte Internationale Kongreß », p. 514 ; Adolphus William Ward, « Closing Remarks », in : James Bryce, Presidential Address, Londres, 1913, (p. 19-28), p. 28 ; American Historical Review (AHR) 18, 1913, (p. 679-691), p. 682.

27  Voir Ernst Troeltsch, « Der Krieg und die Internationalität der geistigen Kultur », IWfWKuT 9, 1914, (p. 51-58), p. 51.

28  Xenopol recommandait que la science historique ait recours au moyen logique de l’« inférence » qui consiste à tirer une conclusion à partir d’une seule observation ou d’un seul fait et d’un fait universel. Il concevait notoirement la formation des nations comme un fait de ce dernier type et qui le conduisait à des conclusions rétrospectives « logiques ». Voir Alexandru Dimitrie Xenopol, « L’inférence en histoire », in : RSH 20, 1911, p. 256-268.

29  Ces confrontations méritent qu’on y prête attention non pas en tant que telles, mais parce qu’elles manifestent de façon exemplaire l’influence des forces politiques et de la société sur la manière dont les sciences s’auto-définissent. Le fait qu’on en soit arrivé à un conflit tient à la suffisance des historiens qui prétendent forger et, là où cela est nécessaire, corriger la perception que la discipline historique mais aussi les nations ont d’elles-mêmes.

30  Ceci est présenté de façon exhaustive dans Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 38 sq.

31  Sur les années d’études de Pais à Berlin, voir également : G. Nenci, « Gli anni berlinesi di Ettore Pais nella corrispondenza con Girolamo Vitelli », in : Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Classe di Lettere e Filosofia 12 (2), 1982, p. 589-602.

32  Leandro Polverini, « L’Impero Romano – antico e moderno », in : Beat Näf, Antike und Altertumswissenschaft in der Zeit von Faschismus und Nationalsozialismus, Mandelbachtal-Cambridge, Edition Cicero, 2001, (p. 145-163), p. 147. En Allemagne, Pais n’a pas seulement suivi les enseignements de Mommsen, il a aussi eu des discussions scientifiques avec Emil Hübner, Carl Robert, Adolph Kirchhoff, Heinrich Kiepert, Hermann Diels et Gustav Droysen (voir G. Nenci, « Gli Anni Berlinesi », p. 589).

33  Voir IWfWKuT 1, 1907, p. 291.

34  Voir à ce propos aussi IWfWKuT 1, 1907, p. 293.

35  L’esprit de la revue est particulièrement manifeste dans un article de Hugo Münsterberg qui enseignait depuis 1893 comme professeur de psychologie expérimentale à l’Université Harvard et qui avait organisé le congrès scientifique de l’exposition universelle de St. Louis en 1904, auquel avaient pris part des savants allemands de premier plan comme Adolf Harnack, Max Weber, Ernst Troeltsch et Karl Lamprecht : « Die internationalen Kulturbeziehungen und das nationale Bewusstsein », IWfWKuT 5, 1911, p. 399-412. Sur le Congrès de Saint Louis, voir la contribution de Wolf Feuerhahn dans le présent volume.

36  Voir IWfWKuT 1, 1908, p. 291-294. On fixe actuellement l’an 650 avant Jésus Christ comme l’année de fondation de la ville (voir l’article « Roma », in : Der Kleine Pauly. Lexikon der Antike, Munich, DTV, 1979 et l’article « Rom », in : Lexikon der Alten Welt, Zurich, Munich, Artemis-Verlag, 1990).

37  À ce propos et sur ce qui suit, voir : Charles H. Haskins, « The International Historical Congress at Berlin », AHR 14, 1908, p. 1-8.

38  Pétition à l’attention du Ministre des affaires du culte, de l’éducation et de la médecine du 31.7.1903, cité d’après Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 66 sq.

39  La pétition était signée par Theodor Mommsen, Otto Hirschfeld, Max Lenz, Dietrich Schäfer, Hans Delbrück, Reinhold Koser, Eduard Meyer, Michael Tangl et Otto Hintze ; voir Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 67.

40  Ces fruits scientifiques importèrent sans doute particulièrement à Theodor Mommsen qui, deux années auparavant seulement, avait participé à Paris comme délégué de l’Académie de Berlin au premier congrès international de l’Association internationale des Académies, dont la mise en place lui tenait beaucoup à cœur (voir Stefan Rebenich, Theodor Mommsen. Eine Biographie, Munich, Beck, 2002, p. 142). On ne peut donc aucunement conclure du fait qu’il ait signé la pétition berlinoise qu’il s’opposait par principe à une coopération scientifique internationale institutionnalisée. C’est l’utilité scientifique de l’entreprise qui était décisive à ses yeux.

41  Rüdiger vom Bruch, Björn Hofmeister, Hans-Christoph Liess, Gelehrtenpolitik, Sozialwissenschaften und akademische Diskurse in Deutschland im 19. und 20. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner, 2006, p. 169.

42  Voir Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 65.

43  Bernhard vom Brocke, « Die Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft im Kaiserreich. Vorgeschichte, Gründung und Entwicklung bis zum Ausbruch des Ersten Weltkrieges », in : Rudolf Vierhaus, Bernhard vom Brocke (éd.), Forschung im Spannungsfeld von Politik und Gesellschaft. Geschichte und Struktur der Kaiser-Wilhelm-/Max-Planck-Gesellschaft, Stuttgart, DVA, 1990, (p. 17-162), p. 20.

44  Voir Bernhard vom Brocke, « Internationale Wissenschaftsbeziehungen und die Anfänge einer deutschen auswärtigen Kulturpolitik : Der Professorenaustausch mit Nordamerika », in : Bernhard vom Brocke (éd.), Wissenschaftsgeschichte und Wissenschaftspolitik im Industriezeitalter. Das « System Althoff » in historischer Perspektive, Hildesheim, Lax, 1991, (p. 185-242), p. 185 et 187.

45  Voir Rudolf Vierhaus, « Im Großbetrieb der Wissenschaft. Adolf von Harnack als Wissenschaftsorganisator und Wissenschaftspolitiker », in : Kurt Nowak, Otto Gerhard Oexle (éd.), Adolf von Harnack. Theologe, Historiker, Wissenschaftspolitiker, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, Tome 161, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, (p. 419-441), p. 428.

46  Voir Adolf von Harnack, « Der vierte Internationale Kongreß », in : IWfWKuT 2, 1908, (p. 513-520), p. 513 sq.

47  Voir Rudolf Vierhaus, « Im Großbetrieb der Wissenschaft », p. 430.

48  Les échanges entre professeurs allemands et américains initiés par Althoff étaient eux aussi conçus dans le cadre d’un effort pour assurer la paix et la compréhension entre les peuples d’une part, et le rayonnement à l’étranger d’une Allemagne sûre d’elle-même d’autre part ; ils entraient donc aussi dans le domaine de la grande stratégie ; voir Bernhard vom Brocke, « Internationale Wissenschaftsbeziehungen ».

49  Voir Adolf von Harnack, « Der vierte Internationale Kongreß », in : IWfWKuT 2, 1908, (p. 513-520), p. 515.

50  On peut douter que la fusion entre un savoir historique fiable et l’internationalisme se fasse automatiquement avec profit ; en outre se pose la question de savoir quelle forme doit prendre la science historique si elle veut pouvoir être comprise comme participant à la « tâche culturelle allemande ancienne » qui consiste à faire la médiation entre les nations du monde, et si elle doit en même temps former avec l’armée le deuxième solide pilier soutenant la grandeur allemande.

51  À ce propos, voir aussi Dietrich Schäfer, Mein Leben, Berlin, Leipzig, Koehler, 1926, p. 163 : « L’histoire n’est pas une science qui, au-delà de la simplification des conditions dans lesquelles s’effectue la recherche, pourrait recevoir un secours essentiel du travail international. Les convictions nationales seront toujours déterminantes pour ses conceptions. »

52  Voir aussi à ce propos Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 67 sq.

53  « The International Congress of Historical Studies, Held at London », AHR 18, 1913, (p. 679-691), p. 682.

54  Voir le discours d’accueil de Wilamowitz-Moellendorf au Congrès de Londres cité d’après Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 95.

55  « La flotte a eu une telle influence sur le développement de la vie nationale de l’Angleterre qu’on ne peut qu’être surpris de découvrir que […] nos historiens y ont accordé peu d’attention », John K. Laughton, « Historians and naval history », in : John K. Laughton, Naval and Military Essays, Londres, Oxford University Press, 1913, (p. 3-23), p. 3. Voir également : Historische Zeitschrift (HZ) 15, 1913, (p. 464-468), p. 466. Mais la référence au traitement insuffisant de ce champ thématique dans les sciences historiques ne pouvait faire illusion quant au « but secondaire » de cette section du programme, à savoir présenter aux hôtes la glorieuse histoire des batailles maritimes anglaises.

56  Pour protester contre la censure, Vinogradoff avait renoncé à sa chaire de Moscou en 1901 et accepté celle que lui offrait la faculté de droit d’Oxford.

57  Paul Vinogradoff (éd.), Essays in Legal History. Read before the International Congress of Historical Studies Held in London in 1913, Londres, Oxford University Press, 1913, p. 4.

58  Ce que dit Erdmann dans son rapport, par ailleurs pertinent, sur le Congrès de Londres : Karl Dietrich Erdmann, op. cit., p. 94.

59  Karl Lamprecht, « Neue Kulturgeschichte », in : David Sarason (éd.), Das Jahr 1913. Ein Gesamtbild der Kulturentwicklung, Leipzig, Teubner, 1913, (p. 449-464), p. 449 sq.

60  Bryce qui devait enseigner le droit civil à Oxford jusqu’en 1907 avait eu du succès comme historien avec son œuvre de jeunesse The Holy Roman Empire. Son étude en trois volumes The American Commonwealth, dans laquelle il examinait notamment l’effet conjoint de la domination démocratique et du système des partis, a exercé un rôle très stimulant sur les études de sociologie politique. Voir James Bryce, The Holy Roman Empire, Oxford, 1864, et la version fortement augmentée : Londres, Macmillan, 1870 ; James Bryce, The American Commonwealth, 3 volumes, Londres, Macmillan, 1888.

61  Bryce avait été élu vice-président à Rome, mais il ne put pas être personnellement présent au Congrès de Londres et son discours d’ouverture dut être lu. Le Président de la British Academy et organisateur du congrès, Adolphus William Ward, se chargea de cette tâche.

62  Sur la pensée de l’histoire de Bryce, voir la présentation exhaustive dans : Thomas Kleinknecht, Imperiale und internationale Ordnung. Eine Untersuchung zum anglo-amerikanischen Gelehrtenliberalismus am Beispiel von James Bryce (1838-1922), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985, en particulier p. 22-58 ; en outre : John T. Seaman, A Citizen of the World. The Life of James Bryce, Londres, Tauris, 2006.

63  James Bryce, Presidential Address, p. 15.

64 Ibid., p. 12.

65 Ibid., p. 16 et 17.

66 Ibid., p. 17.

67  Voir : Revue Historique (RH) 13, 1913, p. 216-218. La revue irlandaise Studies : An Irish Quarterly Review prêta aussi attention à la délégation polonaise sans toutefois citer le nom de Kochanowski ; voir : J. M. O’Sullivan, M. T. Hayden, « The Congress of Historical Studies », Studies 2, 1913, p. 92-102.

68  Jan Karol Kochanowski, Polska w świetle psychiki własnej i obcej [la Pologne au regard de son propre psychisme et du psychisme de l’étranger], Częstochowa, A. Gmachowski, 1925, p. 18-20.

69  Jan Karol Kochanowski, « Rzut oka na upadek Rzeczpospolitej », Rok Polski 4 (1-2), 1919, p. 16. Voir aussi : Grażyna Szumera, « Teoria narodu według Jana Karola Kochanowskiego », Archiwum historii filozofii i myśli społecznej 52, 2007, p. 251-270.

70  La même année, il publia le résulta de ses travaux comparatifs sur l’histoire médiévale de la vallée du Rhin et la région de la Vistule. Voir : Jan Karol Kochanowski, Nad Renem i Wisłą. Antyteza dziejowa. [Sur le Rhin et la Vistule. L’antithèse historique], Varsovie, Wende, 1913.

71  Il recommanda à René Worms (secrétaire général de l’Institut international de sociologie) d’inclure dans le programme du congrès des sociologues de Londres en 1906 l’article de Kochanowski : « Echa prawieku i błyskawice praw dziejowych na tle teraźniejszości » (qui avait été traduit en allemand par Gumplowicz lui-même : « Urzeitklänge und Wetterleuchten geschichtlicher Gesetze in den Ereignissen der Gegenwart » et dont le titre français était : « Les échos des temps primitifs et les éclairs des droits historiques dans les phénomènes de la vie moderne »). Gumplowicz loua Kochanowski auprès de Lester F. Ward qui était également hôte du congrès. Voir : Bernhard J. Stern, « The Letters of Ludwig Gumplowicz to Lester F. Ward », Sociologus. Zeitschrift für Völkerpsychologie und Soziologie, 1933, p. 21 sq.

72  Voir : Jan Kaczyński, Studia z historii idei w Polsce : Edward Abramowski i Jan Kochanowski, Olsztyn, Wydawnictwo Wyższej Szkoły Pedagogicznej, 1989.

73  Ewa Czerwińska-Schupp, « Recepcja myśli Ludwika Gumplowicza w Polsce », Archiwum historii filozofii i myśli społecznej 52, 2007, (p. 231-250), p. 235.

74  Voir : RH 13, 1913, p. 216-218, HZ 15, 1913, p. 464-468, HV 16, 1913, AHR 18, 1913, p. 679-691.

75  Iorga a fait deux interventions à Londres. Voir Nicolae Iorga, Les Bases nécessaires d’une nouvelle histoire du Moyen Âge. La survivance byzantine dans les pays roumains, deux communications faites 1913 à Londres, Bucarest, Ministère de l’instruction publique, 1913. Les Bases est sans doute celle qui a eu le plus d’échos. Le compte rendu publié dans l’American History Review, qui critique l’exposé de Iorga et le présente comme peu convaincant, relativise certes le rayonnement de la pensée de Iorga (AHR 18, 1913, p. 685 sq.). Mais Erdmann loue quant à lui la contribution générale de Iorga aux congrès internationaux d’historiens (auxquels Iorga devait régulièrement participer y compris après la Première Guerre mondiale) et il souligne l’originalité de ses pensées qui n’ont pas été sans faire débat (voir William O. Oldson, The Historical and Nationalistic Thought of Nicolae Iorga, East European Quarterly, New York, Boulder, 1973). Sur Iorga, voir aussi la contribution de Sandrine Maufroy dans le présent volume.

76  Nicolae Iorga, Les Bases, p. 5.

77  Ibid., p. 7

78  Ibid., p. 10

79  Voir : Eugen Stănescu, « Le cadre européen de la culture roumaine dans la vision historique de Nicolas Iorga », in : D. M. Pippidi (éd.), Nicolas Iorga l’homme et l’œuvre, Bucarest, Éditions de l’Académie de la République socialiste de Roumanie, 1972, p. 333-344.

80  Nicolae Iorga, Schriften und Briefe, Bucarest, Kriterion Verlag, 1978, p. 172.

81  Ibid., p. 170.

82  AHR 18, 1913, p. 682.

83  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf, Erinnerungen 1848-1914, Leipzig, Koehler Verlag, 1928, p. 311 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gangolf Hübinger, Barbara Picht et Ewa Dabrowska, « Cultures historiques et politique scientifique. Les congrès internationaux des historiens avant la Première Guerre mondiale », Revue germanique internationale, 12 | 2010, 175-191.

Référence électronique

Gangolf Hübinger, Barbara Picht et Ewa Dabrowska, « Cultures historiques et politique scientifique. Les congrès internationaux des historiens avant la Première Guerre mondiale », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/280 ; DOI : 10.4000/rgi.280

Haut de page

Auteurs

Gangolf Hübinger

Professeur d’histoire culturelle comparée des temps modernes, Université européenne Viadrina de Francfort-sur-l’Oder.

Barbara Picht

Historienne, Université européenne Viadrina de Francfort-sur-l’Oder.

Ewa Dabrowska

Doctorante en histoire, Université européenne Viadrina de Francfort-sur-l’Oder.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals