Navigation – Plan du site

Quand la Suède dominait la Baltique orientale

Jean-François Battail
p. 25-40

Résumés

Selon l’historiographie traditionnelle, l’« ère de grande puissance » suédoise commence avec le règne de Gustave II Adolphe (1611) et s’achève avec la mort de Charles XII (1718). En fait, l’annexion des « provinces suédoises de la Baltique » s’est amorcée dès 1571, après quoi elles ont été définitivement perdues au profit de la Russie en 1710. Le présent article dresse un bilan schématique de l’apport historique de la Suède à ces régions et tente d’évaluer le poids d’un héritage qui a pu servir de contrepoids à la double influence allemande et russe.

Haut de page

Texte intégral

1Avant que les grands travaux d’infrastructure entrepris dans la seconde moitié du XIXe siècle ne désenclavent des régions où les communications terrestres étaient souvent malaisées, la mer et les voies d’eau ont été le trait d’union le plus naturel entre les peuples, pour le meilleur et pour le pire. La Baltique en offre un exemple intéressant. De dimension modeste, elle ne représente que 0,1 % des mers du globe et sa superficie est légèrement inférieure à celle de la Suède actuelle, d’où les faibles distances entre les villes établies sur ses rivages. La proximité géographique n’a cependant qu’une valeur explicative limitée. À l’époque soviétique, les Pays baltes, si proches et pourtant si lointains, semblaient appartenir à un autre monde. L’histoire particulièrement tumultueuse de cette région d’Europe a pesé lourd sur les relations que les populations autochtones ont entretenues avec leurs voisins occidentaux et orientaux. Enjeux commerciaux et préoccupations stratégiques ont mis aux prises diverses puissances rivales dans l’espace baltique. Parmi celles-ci, la Suède, objet du présent article. Mais avant d’évoquer la présence suédoise qui a laissé des traces profondes dans cette région, un bref rappel de l’arrière-plan historique permettra de donner un aperçu des forces en présence.

2L’existence de contacts très anciens entre peuples riverains de la Baltique, sur le mode de l’échange ou de l’affrontement, est largement attestée tant par l’archéologie que par de vieilles chroniques ou inscriptions. Conquérants des mers, les Vikings étaient aussi des commerçants avisés qui maniaient aussi bien la balance que l’épée. Lorsque le christianisme se répand dans le Septentrion aux alentours de l’an mil, les contrées orientales demeurées païennes apparaissent tout à la fois comme des terres de mission, des marchés à conquérir et des points stratégiques à contrôler. S’enclenche alors un vaste mouvement d’expansion vers l’Est des peuples germaniques et scandinaves qui mènent de front christianisation et colonisation. Les Allemands se montrent particulièrement dominateurs, notamment sur le territoire de l’actuelle Lettonie où la ville et évêché de Riga sont fondés en 1201. Dès l’année suivante, l’histoire de cette région historique comprise entre la Baltique, la Dvina et le lac des Tchoudes se confond avec celle des chevaliers porte-glaive, bientôt rattachés à l’Ordre teutonique. De 1237 à 1561, la Confédération livonienne qui regroupe les chevaliers porte-glaive et les quatre évêchés de la province va exercer un pouvoir féodal particulièrement autoritaire.

3Le commerce est également dominé par les Allemands. En 1158, les Lübeckois avaient jeté les bases d’une organisation tentaculaire qui à terme allait inclure Riga, Reval et Dorpat. Cette Ligue hanséatique connaît au cours du Moyen Âge une belle floraison économique et culturelle, elle contribue aussi, en un sens, à une coexistence relativement pacifique entre les peuples et les puissances d’Europe du Nord, mais en imposant son propre système économique, commercial et juridique.

4Toutefois, les Scandinaves avaient aussi des ambitions dans ces régions. Au milieu du XIIe siècle, saint Erik est l’initiateur des premières croisades suédoises en Finlande – finalement incorporée à la Suède en 1323, après de nombreux affrontements avec la principauté de Novgorod. Pour les royaumes nordiques, l’Estonie et la Livonie présentent aussi un grand intérêt. Il s’agit tout à la fois d’y combattre le paganisme, de freiner l’expansion allemande et d’exercer un contrôle sur le commerce russe. À la suite d’une expédition conduite par Valdemar Sejr en 1219, les Danois fondent Reval (son nom actuel, Tallinn, signifie « ville danoise ») et ils se rendent maîtres de l’Estonie l’année suivante. Cette ère danoise prend fin en 1346, date à laquelle Valdemar Atterdag, qui a besoin d’argent, vend l’Estonie à l’Ordre teutonique. À la fin du XIVe siècle, les pays nordiques s’unissent sous un même sceptre, notamment dans l’espoir de contrecarrer l’emprise de plus en plus pesante des Allemands en Europe du Nord et de l’Est, mais sans parvenir, sauf épisodiquement, à reprendre pied en Estonie. En fait, le retour des Scandinaves sur la scène baltique est essentiellement dû à l’effondrement de l’Ordre teutonique au milieu du XVIe siècle. Simple mosaïque de particularismes, celui-ci est alors en proie à des dissensions religieuses consécutives à la Réforme. La guerre russo-livonienne de 1558 lui porte le coup de grâce. Les puissances riveraines de la Baltique, dont les deux royaumes scandinaves, entendent bien s’en partager les dépouilles. Le Danemark acquiert l’île d’Ösel en 1559 en la rachetant à l’évêque du lieu, mais l’Estonie lui échappe ; s’amorce alors la montée en puissance de « l’ennemi héréditaire » suédois.

5Dans l’historiographie suédoise, on appelle « ère de grande puissance » la période qui s’étend de l’avènement au trône de Gustave II Adolphe (1611) à la mort de Charles XII (1718). Grâce à une série de conquêtes territoriales, la Suède était alors presque parvenue à faire de la Baltique un lac intérieur. En fait, cette phase d’expansion avait commencé un demi-siècle plus tôt, et il est intéressant à noter que l’âge de grandeur de la Suède a commencé et s’est achevé dans les provinces baltiques. De puissants impératifs géostratégiques l’incitaient à être présente dans cette région d’Europe. Après le démantèlement de l’Ordre teutonique, il fallait en premier lieu empêcher que l’Estonie, tête de pont vers la Finlande (alors province orientale du royaume suédois), ne tombe entre les mains du Danemark, de la Russie ou de la Pologne. Une Estonie danoise aurait impliqué un encerclement complet de la Suède, et un lien direct entre alliés danois et russes, les deux ennemis héréditaires ! Une Estonie russe aurait rendu singulièrement compliquée la défense de la Finlande. Quant à la Pologne, alors grande puissance régionale et bastion du catholicisme, elle représentait un danger permanent pour les États protestants du Nord. À quoi s’ajoutaient un enjeu économique majeur, le contrôle du commerce entre l’Est et l’Ouest.

6En 1561, les régions estoniennes de Reval, Harrien et Virland se placent sous la protection du monarque suédois, Erik XIV, au grand dam du Danemark. Le différend entre les deux royaumes scandinaves est l’une des causes de la guerre Nordique de Sept Ans (1563-70), à l’issue de laquelle la Suède acquiert les régions estoniennes de Vik et de Dagö. Le reste du pays sera conquis par les armes, la chute de Narva en 1581 marquant l’aboutissement de ce processus. De nombreuses escarmouches avec les Russes qui occupent des territoires à l’Est entraînent diverses fluctuations territoriales, mais le traité de Stolbova (1617) sanctionne la suprématie suédoise. L’Ingrie et une partie de la Carélie (Kexholm) sont incorporées au royaume de Suède, si bien que la Russie n’a plus de débouchés sur la Baltique. Reste la Pologne, qu’un lourd contentieux politique, dynastique et religieux oppose à la Suède. La Livonie était sous la domination du roi de Pologne depuis 1561, date à laquelle le maître de l’Ordre et l’archevêque de Riga s’étaient placés sous sa protection. Gustave II Adolphe conquiert Riga en 1621, négocie avec les bourgeois, reconnaît les droits des commerçants allemands, autorise même l’envoi de représentants au Riksdag suédois. Dorpat tombe aux mains des Suédois en 1625, et bientôt toute la Livonie polonaise. La noblesse allemande protestante se rallie au roi de Suède. Cette conquête suédoise est sanctionnée par la trêve suédo-polonaise signée à Altmark en 1629. À cette date, la Suède possède l’ensemble des anciens territoires de l’Ordre teutonique excepté le duché de Courlande qui demeure un fief polonais. Excepté aussi l’île d’Ösel, toujours danoise, mais que les Suédois vont acquérir en 1645 à l’issue d’une guerre victorieuse contre le Danemark.

7La première période de domination suédoise, de 1561 à 1629, est marquée par des combats incessants. Au cours de ces années-là, la paix n’a jamais duré plus de trois ans. D’où les souffrances des populations, victimes également d’épidémies et de malnutrition. De nombreuses fermes ayant été abandonnées, le gouvernement doit prendre des mesures pour repeupler les régions les plus sinistrées en y envoyant des colons suédois et finlandais – processus en partie lié à la militarisation des frontières, de Kexholm à Kokenhusen (Koknese) sur la Duna, au sud-est de Riga. Autant dire que la conjoncture ne se prêtait pas à une réorganisation en profondeur de ces provinces.

8Mais les choses se présentent plus favorablement après le traité d’Altmark. S’amorce alors une période capitale de réformes dont les effets vont se faire sentir jusqu’à la vague de russification de la seconde moitié du XIXe siècle. Les efforts tendent à instaurer dans ces terres meurtries une administration efficace sur le modèle suédois, de les sécuriser à l’aide de places fortifiées, de mettre en place un système scolaire et judiciaire calqué sur celui de la métropole et de veiller à ce que l’ordre ecclésiastique soit conforme aux principes du luthéranisme. L’un des problèmes majeurs était lié au fait que la structure sociale ne rappelait en rien celle de la Suède – État de droit au sein duquel les paysans avaient toujours préservé leur liberté. Dans ces contrées avant tout agraires régnait un ordre féodal. L’aristocratie locale disposait de prérogatives officielles et exerçait une domination sans partage. Quelle que fût son origine – germano-balte, allemande ou suédoise – cette noblesse terrienne, face aux exigences de la couronne, défendait ses intérêts de classe avec un fort esprit corporatiste. Un abîme la séparait des paysans, réduits pour la plupart au servage. Les villes – d’importance capitale pour renforcer le contrôle du gouvernement – étaient dominées par les commerçants allemands, Riga notamment qui avec ses 30 000 habitants et ses élites prospères était la première ville du royaume suédois à l’« ère de grande puissance ». Les bourgeois n’étaient pas en reste pour défendre les privilèges que leur octroyaient d’anciennes chartes. Dès l’époque d’Erik XIV, le pouvoir suédois s’était attaqué aux privilèges municipaux. Ainsi, Reval avait dû renoncer à son monopole sur le commerce russe. Même si un contrôle total du commerce avec l’Est s’avérait impossible – une nouvelle route maritime reliant l’Europe de l’Ouest à Arkhangelsk permettant d’éviter le golfe de Finlande –, le pouvoir suédois parvint progressivement à purger le monde baltique des obstacles et restrictions hérités du Moyen Âge, ce qui eut des effets économiques positifs. À l’« ère de grande puissance », les taxes perçues sur le négoce s’effectuant par les ports de la Baltique constituèrent une importante source de revenus pour la couronne suédoise.

9La politique suédoise consista donc à tenter d’imposer sa loi face à ces particularismes multiples, à remédier aux inégalités les plus criantes, à transformer les paysans asservis en sujets de la couronne ou du moins à limiter le pouvoir des propriétaires terriens en exerçant un contrôle strict sur les privilèges qu’ils invoquaient. Vaste chantier, puisqu’il s’agissait de transformer la société tout entière pour en faire un instrument au service des intérêts suédois ! En tant que gouverneur général de la Livonie (1629-34), Johan Skytte, ancien précepteur de Gustave II Adolphe, fut l’architecte des réformes qui s’imposaient pour renforcer le pouvoir central face à la noblesse germano-balte toujours dominatrice. Skytte avait été affolé par l’état de cette province ravagée par 70 ans de guerres ; le paganisme qui régnait dans les campagnes, la brutalité de l’aristocratie, l’indigence de la culture dont on ne trouvait trace qu’à Riga et Reval, tout cela n’était à ses yeux que « pure barbarie ». Plutôt que Riga, dominée par une puissante bourgeoisie, ce fut Dorpat qu’il choisit pour en faire le centre intellectuel et judiciaire de la province. Dès 1630 furent mises en place deux institutions importantes, une cour d’appel (hovrätt) et un lycée, suivi d’une université deux ans plus tard. Hormis une attaque russe en 1656 qui causa des désordres, la Livonie put jouir d’une tranquillité relative pendant quelques décennies, ce qui facilita la tâche des réformateurs.

10Pièce maîtresse du dispositif suédois, la Livonie (à laquelle l’île d’Ösel était administrativement rattachée) n’était cependant pas la seule des « provinces suédoises de la Baltique » (Östersjöprovinser) qu’il fallait maintenant administrer. Il y avait aussi l’Estonie, la région carélienne de Kexholm (intégrée au gouvernement d’Ingrie à partir de 1642). Ces provinces qui formaient un ensemble hétérogène étaient juridiquement unies à la Suède de différentes manières. Les lois et le système judiciaire suédois s’appliquaient intégralement à l’Ingrie et à Kexholm qui étaient des terres conquises, tandis que les autres possessions étaient dotées d’une administration et d’une législation propres. Certes, la Livonie avait elle aussi été conquise, mais des accords garantissaient les privilèges de l’élite locale. De fait, l’Estonie et les villes de Livonie gardèrent donc leur ancien système judiciaire, mais sous contrôle attentif des gouverneurs suédois qui s’efforcèrent d’établir un équilibre entre intégration et reconnaissance des particularismes.

11Les efforts de suédisation qui furent déployés n’impliquaient nullement un programme national d’homogénéisation, la couronne n’ayant d’autre exigence que d’avoir des sujets loyaux. Le suédois n’était langue administrative que dans la métropole et en Finlande. Le multilinguisme régnait dans ce conglomérat qu’était la « grande Suède », notamment dans les marches orientales. Au sud du golfe de Finlande, l’Ingrie, entre le lac Ladoga et la rivière Narva, était une zone frontalière où se côtoyaient, pas toujours pacifiquement pour cause de divergences d’intérêts et d’appartenance à des confessions différentes, Estoniens, Russes, Suédois, Finlandais et Allemands – au total, quelque 40.000 habitants au milieu du XVIIe siècle. Comme en Estonie depuis 1561 et en Livonie depuis 1621, un gouverneur général doté de prérogatives civiles et militaires représentait le pouvoir suédois, la langue administrative étant l’allemand. Dans l’isthme de Carélie, la ville de Vyborg (Viipuri), qui marque la limite orientale de la diffusion du suédois comme grande langue régionale, offre un exemple saisissant du brassage linguistique et culturel qui peut s’opérer dans une ville ouverte à tous les vents. Au sein de la bourgeoisie, les germanophones étaient les plus riches, les fennophones les plus nombreux, les suédophones les plus proches du pouvoir, et le chemin de la prospérité passait par la maîtrise de ces trois langues, et même d’une quatrième, le russe, utile pour le commerce. Le finnois faisait couramment office de lingua franca, mais l’allemand était langue administrative et allait le demeurer au cours de la période russe qui s’ouvrit en 1710. L’allemand était également utile, voire indispensable, dans les relations avec les autres provinces baltiques. Au total, le gouvernement de Stockholm n’essaya nullement d’imposer la langue de la mère patrie. Au contraire, la politique suédoise de normalisation à la fin du XVIIe siècle consista à traduire en allemand les lois civiles et ecclésiastiques, non sans maladresse. À l inverse du Danemark qui disposait des services d’une chancellerie allemande à Copenhague même, la Suède s’en remit aux gouverneurs des provinces pour exécuter cette tâche. Leur allemand, entaché maintes fois de suédicismes par souci de suivre l’original au plus près, n’est pas toujours compréhensible pour ceux qui ne connaissaient pas la langue source ; de tels calques sont fréquents dans la terminologie juridique.

12En fait, la religion était bien plus importante que la langue. Dans ce domaine, le pluralisme était perçu comme un danger pour le royaume. Instaurer un ordre ecclésiastique conforme aux principes du luthéranisme constituait un impératif. La contre-réforme avait été bien implantée en Livonie, notamment avec des jésuites très actifs à Dorpat, et il fallait donc dresser un rempart contre les papistes toujours menaçants. Quant à l’Ingrie, où une fraction de la population était de religion orthodoxe, elle était considérée comme terre de mission. On y envoya des pasteurs luthériens, pas toujours suédophones, mais censés connaître le finnois et surtout le russe. Le petit catéchisme de Luther fut traduit dans cette langue. À Nyen, capitale du gouvernorat d’ Ingrie-Kexholm à partir de 1642 (et ancêtre de Saint-Pétersbourg), un surintendant, autrement dit un évêque luthérien, fut chargé d’assister le gouverneur. Les résultats furent maigres, d’autant que de nombreux orthodoxes russophones émigrèrent vers la Russie tant pour échapper à une lourde fiscalité que pour pratiquer en paix leur religion.

13À terme, l’objectif visé était sans doute d’uniformiser les diverses composantes du royaume en y faisant appliquer la législation suédoise. En Livonie, Skytte exprimait ce programme à l’aide de la maxime « Unus rex, una lex, et rex unus », mais jusqu’à nouvel ordre, l’opposition de la noblesse germano-balte et de l’aristocratie suédoise implantée localement rendait nécessaire la recherche de compromis. C’est en tout cas par le droit et la justice que le modèle suédois devait tenter de s’imposer en faisant table rase des prérogatives anciennes, des droits féodaux, d’une justice locale indépendante du roi de Suède. Le monarque devait être l’arbitre ultime des conflits, celui qui luttait contre les injustices seigneuriales et limitait le pouvoir judiciaire des bourgeois. Erik XIV avait déjà manifesté cette volonté à la fois politique et morale, mais il s’agissait d’un combat de longue haleine. Une première victoire avait été obtenue en 1614, date à laquelle les appels judiciaires en Estonie devaient dorénavant être portés à Stockholm et non plus à Lübeck (Reval, rappelons-le, appartenait à la ligue hanséatique). Une étape essentielle fut franchie en 1630 avec la création de la cour d’appel de Dorpat sur le modèle de Svea Hovrätt, le tribunal suprême de Stockholm. En 1632 fut promulguée une nouvelle ordonnance qui limitait le champ des justices seigneuriales et donnait aux paysans le droit de se pourvoir en justice contre les abus qu’ils subissaient. Même si ce droit était plus théorique que réel – comment des gens illettrés et durement traités auraient-ils pu ou osé en faire usage ? –, il s’agissait d’une révolution dans les mentalités puisque chacun, sans condition de naissance ou de fortune, avait en principe la possibilité de s’adresser à une cour impartiale ou encore de solliciter du roi l’ouverture d’une enquête en cas de litige. Certes, le servage ne fut jamais totalement aboli – des mesures purement législatives ne pouvaient y suffire – mais des efforts furent accomplis pour transformer les serfs en sujets du roi, notamment en contrôlant les corvées imposées aux paysans estoniens et livoniens, en veillant au respect des accords établis et en procédant à des enquêtes poussées sur la façon dont les propriétaires terriens s’étaient procuré leurs droits. Cette amélioration de la condition paysanne obéissait à des motifs tant moraux que pragmatiques. D’une part, le servage était incompatible avec l’éthique chrétienne, de l’autre, les paysans qu’on en délivrait constituaient une ressource pour la couronne et entre autres un vivier de recrutement pour l’armée. Le règlement militaire fut traduit en estonien et en letton ; la lutte contre le servage eut donc comme effet secondaire de contribuer à la promotion des langues vernaculaires.

14Les mesures les plus énergiques pour mettre au pas l’aristocratie locale furent prises sous le régime absolutiste de Charles XI. Ce monarque procéda d’une main de fer à ce qu’on a appelé la réduction. En liaison avec les conquêtes, la couronne avait acquis de nouvelles propriétés, mais la plupart de ces terres avaient bientôt été données en fief à des aristocrates suédois ou autres. Arguant de l’inaliénabilité des terres de la couronne, Charles XI décida que toutes les donations de ce type devraient être restituées à l’État. Entreprise en Livonie en 1681, en Estonie en 1687, la réduction se heurta à la forte hostilité de la noblesse locale, notamment livonienne, qui contestait la légalité des décisions du Riksdag suédois où elle n’était pas représentée. À l’issue de ce processus (1694), l’aristocratie avait perdu bon nombre de ses privilèges et la condition paysanne s’était améliorée. Les terres restituées furent exploitées par des métayers de la couronne dûment contrôlés. Certains hobereaux se révoltèrent, le plus connu étant Patkul qui fomenta des complots contre la Suède au moment où la grande guerre du Nord était sur le point de se déclencher. Cette guerre, on le sait, marqua la fin de la grande puissance suédoise, sanctionnée en 1721 par le traité de Nystad. La Suède perdait officiellement toutes ses provinces baltiques au profit de la Russie. De fait, Pierre le Grand s’était rendu maître de toute cette région dès 1710, date à laquelle la noblesse livonienne s’était ralliée à lui sans états d’âme. Elle servait ainsi ses propres intérêts puisque les institutions suédoises furent démantelées, les lois de Charles XI abrogées, de sorte que l’aristocratie locale recouvra la totalité de ses anciens privilèges.

15Ouvrons une parenthèse sur une minorité intéressante à plus d’un titre, les « Suédois d’Estonie », établis dans ce pays bien avant son rattachement à la couronne suédoise. Les premiers documents sûrs concernant l’établissement de paysans et pêcheurs suédois dans la bande côtière de l’Estonie sont datés de la fin du XIIIe siècle. Au milieu du XVIIe siècle, ils étaient environ 12.000, ce qui selon des estimations forcément approximatives représenterait de 5 % à 10 % de la population totale. Le suédois était donc depuis longtemps une langue autochtone en Estonie. Cependant, ce n’est pas sur le plan linguistique que ces ruraux tirèrent profit de leurs racines suédoises (pour eux aussi, la langue administrative était l’allemand), mais sur le plan juridique. Concernant les terres qu’ils avaient pu acquérir au Moyen Âge, certains contrats se réfèrent explicitement au « ius svecicum », ce qui semble suggérer qu’ils s’étaient vu reconnaître un statut particulier. Des documents montrent aussi qu’ils se sont à maintes reprises adressé au roi de Suède pour exprimer diverses doléances, notamment en matière fiscale. À l’inverse des paysans estoniens réduits au servage au cours du XVe siècle, ils sont parvenus à préserver leur liberté. Des droits leur ont donc été reconnus, mais uniquement dans les « territoires suédois » (essentiellement les régions de Vik, Dagö et Harrien), ainsi qu’il est précisé dans des actes datés de 1508 et 1509.

16La minorité suédophone, pourrait-on penser, aurait dû tirer profit du rattachement politique de l’Estonie à sa patrie d’origine. En fait, la réalité est plus nuancée. Elle connut aussi le sang et les larmes au cours de cette période, surtout au début du fait des guerres, des épidémies, du pillage des troupes et des ravages en tout genre qui entraînèrent une forte mortalité. Dans les années 1620 et 1630, l’État suédois dut même procéder à une véritable recolonisation en dirigeant des familles suédoises et finnoises vers les territoires abandonnées. Plus tard, il y eut aussi la terrible peste de 1657, puis les famines consécutives aux mauvaises récoltes des années 1695-97. Les Suédois d’Estonie ne s’efforcèrent pas moins de mettre à profit la conjoncture politique pour garantir le statut juridique qu’ils avait acquis jadis. Il s’agissait pour eux de faire reconnaître officiellement par la Suède d’anciens privilèges attestés par divers documents. Hélas, la couronne suédoise céda ou vendit des terres, soit pour récompenser militaires et financiers, soit pour se procurer de l’argent frais. L’aristocratie, de plus en plus puissante, ne tarda pas à remettre en cause les droits des Suédois d’Estonie. L’intérêt des grands propriétaires terriens – y compris de puissantes familles suédoises de métropole qui possédaient des biens dans cette province comme les Oxenstierna ou les De la Gardie – était de les traiter comme le reste des Estoniens. Aussi ne tinrent-il pas compte des vieilles lettres de privilèges sur les impôts, les corvées, etc. dont faisait état la cette minorité. D’où les plaintes récurrentes de ces populations qui se sentaient bafouées. Ces entorses aux droits traditionnels suscitèrent nombre de plaintes et suppliques adressées au roi de Suède, ainsi que divers actes de résistance sur place. Le gouvernement suédois n’y fut pas insensible, mais les vieux documents sur lesquels s’appuyaient les Suédois d’Estonie recelaient pas mal d’obscurités, si bien qu’il était souvent difficile de prouver quoi que ce soit. Cet acte politique fort que fut la réduction de Charles XI n’eut pas non plus les conséquences positives qu’ils auraient pu en attendre. Une commission spéciale nommée en 1684 par le monarque se pencha sur leurs revendications. Leur liberté fut certes réaffirmée, mais un droit de disposition fut reconnu aux propriétaires terriens dont ils dépendaient. Bref, ils pouvaient partir s’ils le voulaient, mais pour aller où ?

17Le domaine dans lequel les effets positifs de la tutelle suédoise se firent le plus clairement sentir fut celui de l’éducation. Des collèges furent fondés à Riga, Reval, Pernau, mais c’est surtout Dorpat, centre de l’administration et lieu de résidence du gouverneur, qui connut un rayonnement exceptionnel. Dès 1630 y fut créé un lycée (gymnasium) dont l’organisation fut confiée à Johannes Raicus, professeur de médecine à l’université d’Uppsala qu’on fit venir de Suède pour l’occasion. Jusqu’alors, le royaume ne disposait que d’une seule université, l’alma mater upsalienne fondée en 1477. À l’« ère de grande puissance », il s’avéra opportun de renforcer ce potentiel, notamment en divers endroits stratégiques placés à la périphérie de la grande Suède. Dorpat fut la première université créée à cette époque – huit ans avant celle d’Åbo, en terre finlandaise. En juin 1632, alors que la guerre de Trente Ans battait son plein, Gustave II Adolphe avait signé le document fondateur dans son quartier général de Nuremberg. Le « lion du Nord », célèbre dans toute l’Europe pour ses exploits guerriers, l’est moins pour la politique culturelle volontariste, sans équivalent dans l’histoire de Suède, qui assura notamment la prospérité de l’université d’Uppsala grâce à une riche donation en nature de la couronne (quelque 400 fermes). De même, la jeune université livonienne devait être financée par les revenus de propriétés agricoles situées en Ingrie. Cet acte culturel décisif fut aussi le dernier du souverain suédois qui trouva la mort quelques mois plus tard à la bataille de Lützen.

18Mais le véritable architecte de l’ Academia Gustaviana fut sans conteste Johan Skytte. Sur le plan politique, l’ objectif était de faire prévaloir un ordre suédois dans une province nouvellement annexée et de dresser une ultime citadelle de la civilisation occidentale face aux Russes. L’université de Dorpat est un microcosme à partir duquel on peut aisément retracer les grandes lignes de l’histoire tumultueuse de l’Estonie et de la Livonie. À l’époque suédoise, elle reflète les aspirations politiques du nouveau pouvoir et les tensions sociales qui en résultent. Aussi n’est-il pas inutile d’examiner plus en détail comment elle a fonctionné pour tenter de remplir sa mission civilisatrice.

19L’inauguration solennelle eut lieu le 15 octobre 1632. Le bâtiment choisi était un ancien collège de jésuites de Dorpat – un symbole fort pour signifier que toute trace de papisme devait s’effacer devant la « pure religion évangélique ». Skytte, gouverneur de Livonie et chancelier de l’université, prononça à cette occasion une oraison devenue célèbre. Il soulignait que l’enseignement dispensé ne s’adressait pas qu’à la noblesse et à la haute bourgeoisie, mais aussi aux classes rurales maintenues jusqu’alors dans l’ignorance, et il formait le vœu qu’une nouvelle lumière se répande dans cette province jusqu’alors marquée par la barbarie. Ces accents démocratiques s’accordaient bien avec la politique éducative très volontariste que menait alors la Suède. Ainsi, Uppsala comptait bien plus d’étudiants issus des classes paysannes (bondestudenter) que n’importe quelle autre université européenne. Les statuts et privilèges de la jeune académie de Dorpat étaient du reste identiques à ceux de l’alma mater, révisés en 1626 par ce même Johan Skytte dans un esprit humaniste, utilitariste et antiscolastique. En revanche, les ressources de l’université livonienne étaient nettement plus limitées.

20Même s’il ne dirigea l’Academia Gustaviana que peu de temps, Skytte la marqua durablement de son sceau, notamment en en déterminant l’orientation intellectuelle et scientifique. Ramiste enthousiaste, adepte d’une philosophie socratique violemment opposée au formalisme scolastique, il professait une forme d’utilitarisme impliquant entre autres le devoir d’enseigner « sine omnibus prorsus Scholasticorum perplexitatibus metaphysicisque speculationibus, tricis et subtilitatibus ». Le ramisme, qui connut une fortune non négligeable en terre luthérienne, fit donc ici office de doctrine officielle. Il était même précisé que le professeur chargé d’enseigner la rhétorique et la logique devrait s’en tenir aux écrits de Ramus. À vrai dire, la philosophie de ce huguenot victime de la Saint-Barthélemy peut s’interpréter de bien des manières, mais son orientation pratique ne fait aucun doute. On retrouve ce trait à l’université de Dorpat qui s’est avant tout illustré dans l’humanisme politique et les sciences de la nature. La conjoncture historique explique que l’accent ait été mis sur l’éloquence et les sciences politiques d’une part, de l’autre sur les disciplines scientifiques susceptibles de recevoir des applications techniques, civiles ou militaires.

21Les ambitions initiales étaient élevées, mais il fallut rapidement les revoir à la baisse sous la pression des réalités économiques. L’on avait songé à dix-sept chaires réparties sur les quatre facultés, mais ce nombre fut ramené à douze, et encore ne furent-elles pas toutes pourvues – il n’y eut jamais plus d’une dizaine de professeurs simultanément en fonction. La faculté de philosophie, chargée d’un enseignement propédeutique, en fut la plus affectée – six chaires au lieu des onze prévues. L’offre pédagogique ne demeura pas moins assez diversifiée car plusieurs chaires en vinrent à englober deux disciplines – histoire et sciences politiques, rhétorique et poésie, logique et éthique, grec et hébreu.... Les facultés supérieures, qui comptaient peu d’étudiants, disposaient de cinq professorats : deux en droit, deux en théologie et un en médecine.

22Les restrictions budgétaires étaient cependant moins graves que les résistances locales qui risquaient de miner le projet de l’intérieur. Après la mort de Gustave Adolphe (1632) et le départ de Skytte peu de temps après – la finalité même de l’Académie fut remise en question par le nouveau gouverneur, Bengt Oxenstierna. À l’inverse de Skytte, fils d’artisan, il était issu d’une grande famille noble. Statutairement chancelier de la jeune université, il la jugeait inutile et coûteuse, ce qu’il ne manqua pas de faire connaître aux régents de Stockholm (la princesse héritière Christine n’était alors qu’une enfant). Il soulignait, ce qui n’était pas faux, que peu d’étudiants autochtones s’inscrivaient à l’Academia gustaviana, la noblesse préférant envoyer ses fils dans les lycées de Reval et de Riga. Soutenu par une pétition de l’aristocratie germano-balte, il préconisait de créer à la place un Gymnasium illlustrius pour les jeunes nobles. Ce faible recrutement local était certes problématique, mais Oxenstierna, qui résida à Riga jusqu’à sa mort (1643), ne disposait que d’informations de deuxième main, souvent tendancieuses. Par chance, ses rapports alarmistes n’empêchèrent pas les pouvoirs publics suédois de tenir le cap, si bien que l’Académie connut un développement somme toute satisfaisant, sauf sur un point essentiel. L’idée généreuse d’ouvrir l’université aux jeunes ruraux de la province s’avéra utopique. L’espoir qu’ils pourraient s’émanciper grâce au savoir achoppa sur le fait que les fils de paysans ne disposaient pas des bases nécessaires pour entreprendre de telles études ; par ailleurs, l’attitude des hautes classes rendait problématique tout brassage social.

23D’où un changement de cap très pragmatique. Les dirigeants suédois assignèrent une nouvelle mission à l’académie de Dorpat, celle d’absorber le trop-plein d’étudiants qui résultait d’une politique culturelle encourageant vivement l’accès aux études supérieures. Jadis, l’université se limitait pour l’essentiel à former le personnel ecclésiastique, mais la « grande Suède » avait un besoin croissant de fonctionnaires civils et militaires qu’il fallait éduquer. Uppsala ne pouvant répondre seule à ces besoins, de nombreux Suédois et Finlandais furent canalisés vers Dorpat, notamment à l’aide de bourses. Sur les 1061 étudiants immatriculés au cours de la première phase (1632-1656), plus de 600 venaient de Suède-Finlande. Cette immigration sélective présentait aussi l’intérêt de renforcer la suédisation culturelle et politique de la province. Quant aux professeurs qui enseignèrent au cours de cette première phase, ce furent essentiellement des Allemands, certains d’entre eux assez renommés. Les Suédois étaient moins nombreux, mais quelques-uns firent parler d’eux, tel Johannes Gezelius, helléniste réputé, futur évêque d’Åbo, où encore Johan Stiernstråle qui fit briller à Dorpat les sciences de la nature. Dans des disciplines comme la logique, l’éthique et la physique, les nombreuses dissertations produites à Dorpat n’étaient souvent que des commentaires d’Aristote et notamment de sa physique. Mais Johan Stiernstråle, fils de bourgeois nommé professeur en 1641, anobli en 1656, avait des ambitions plus élevées. Dans des thèses soutenues sous sa direction, comme par exemple De astronomia in genere (1645), il est fait mention des systèmes de Copernic et de Tycho Brahe, avec même cette précision que l’hypothèse de Copernic fournirait une bonne explication à la plupart des phénomènes célestes si elle n’avait le tort d’être inconciliable avec les écritures saintes. Certains travaux se rattachent à la conception néoplatonicienne et hermétique de la nature revivifiée par Paracelse. L’historien Menius, contraint à la fuite sous l’accusation de bigamie et finalement emprisonné à Stockholm pour hérésie, s’était rallié à une philosophie de la nature inspirée de Comenius, tandis que son collègue juriste Heinrich Heinius professait des convictions mystiques et hermétiques analogues, de même que le Dalécarlien Georg Stiernhielm, le « père de la poésie suédoise », qui fut assesseur à la cour d’appel de Dorpat dans les années 1630 et collabora avec l’université. Le premier professeur de médecine, Johannes Raicus, originaire de Bohême, était lui aussi un paracelsien convaincu.

24Dans l’optique suédoise, trois disciplines revêtaient une importance particulière : l’histoire, la théologie et le droit. Elles étaient étroitement liées aux efforts d’intégration que déployaient les pouvoirs publics. L’histoire d’abord, qui devait servir la gloire du royaume suédois. À l’époque, on mesurait volontiers la grandeur d’un pays à l’aune de son ancienneté, et des historiographes patriotes, amalgamant des fables remontant à l’Antiquité, avaient élaboré par touches successives une idéologie patriotique, le göticisme, qui faisait remonter les origines du royaume suédois au petit-fils de Noé. Dans Historia de omnibus gothorum sveonumque regibus (1554), Johannes Magnus avait dressé un inventaire fantastique des souverains qui se seraient succédé dans sa patrie, après quoi le mythe n’avait fait que s’enrichir de nouveaux éléments. À l’époque de Gustave II Adolphe, le göticisme faisait fonction d’idéologie officielle. Il fallait donc l’enseigner jusque dans les marches du royaume. Les statuts de l’université de Dorpat imposaient l’obligation d’inscrire au programme « historia Regum Sveciae et Gothorum ». Le hic, c’est que les professeurs, généralement allemands, n’étaient guère versés dans le göticisme. Il leur fallut s’y mettre, car magnifier le glorieux passé de la Suède était un devoir patriotique, ce qui leur fut rappelé à l’occasion. Indépendamment de ces fantasmes historiographiques, des travaux sérieux virent aussi le jour au sein de la jeune Académie. Ainsi, le Mecklembourgeois Friedrich Menius étudia de près les sources pouvant servir à l’histoire de la Livonie et joua ainsi un rôle de pionnier.

25La théologie était non moins essentielle. À une époque où l’unité confessionnelle était jugée indispensable pour assurer la cohérence d’un royaume, la Livonie devait être le bastion inexpugnable de la « pure religion évangélique », elle aussi instrument de suédisation. Les professeurs étaient certes tous allemands, mais cela ne posa aucun problème, car ils prêchaient l’orthodoxie luthérienne la plus intransigeante. Le ramisme cher à Skytte avait pu s’allier un temps avec la théologie protestante, mais à mesure que les querelles religieuses se radicalisaient, l’aristotélisme s’ímposa à nouveau comme armature philosophique ; la logique d’Aristote apparaissait décidément irremplaçable pour argumenter dans les controverses avec d’autres confessions. Outre leurs tâches intellectuelles et pédagogiques, les théologiens avaient également une mission pastorale. Pour répandre la bonne parole dans le peuple, il fallait connaître sa langue. Georg Manzel, professeur de théologie de 1632 à 1637, put établir des contacts directs avec les Lettons, majoritaires en Livonie, grâce à ses connaissances linguistiques. On lui doit, parmi d’autres ouvrages, une traduction lettone du Livre des proverbes et un dictionnaire pratique (Lettus). C’est par le biais de la religion que l’estonien et le letton, à la fin du XVIIe siècle, devinrent des langues littéraires se prêtant à la traduction des saintes écritures. En 1689, la Bible fut traduite en letton, mais il faudra attendre encore quarante ans pour que les Estoniens en possèdent une version dans leur langue.

26Le droit, enfin, avait une importance stratégique évidente dans le dispositif suédois. Même si elle comptait peu d’étudiants, la faculté de droit possédait deux chaires, dont l’une était dévolue au droit civil suédois comparé au droit romain et au droit canon, ce qui posait problème aux professeurs allemands, en général ignorants de la tradition juridique suédoise. D’où certains manquements qui provoquèrent des rappels à l’ordre ; en 1653, par exemple, le vice-chancelier Klingius les incita vigoureusement à ne pas négliger leurs devoirs envers la couronne. Depuis 1614, l’université d’Uppsala possédait une chaire dévolue au Jus patrium – la première du genre en Europe. Cependant, Dorpat était dans une situation qui ne pouvait se comparer à celle de la vieille alma mater. Les juristes locaux devaient s’adapter aux conditions particulières qui régnaient en Livonie, puisqu’ils avaient pour mission de former des fonctionnaires appelés à servir dans une province possédant déjà ses propres pratiques et usages judiciaires. Ceux-ci, de nature en partie féodale, étaient tout à fait étrangers à la législation suédoise, la seule désormais en vigueur, du moins formellement. Les principes durent être ajustés aux réalités, car il s’avéra impossible d’imposer sur-le-champ des modifications radicales. Jusqu’à un certain point, il fallut donc prendre en compte les règles et les coutumes existantes, et des liens étroits furent établis entre la faculté de droit et la cour d’appel pour tâcher de trouver des compromis acceptables.

27Au cours des premières décennies de son existence, l’université livonienne avait donc manifesté sa vitalité intellectuelle, malgré un contexte peu favorable, car des tensions politiques et sociales s’étaient manifestées à tous les niveaux. Les pouvoirs locaux, dominés par l’aristocratie germano-balte et les corporations, n’avaient guère envie de se plier à l’ordre suédois. Il y eut de nombreuses échauffourées entre nobles et roturiers, entre Suédois et Germano-Baltes. En une occasion, le Suédois Stiernhielm, juriste et grand poète, fut tellement maltraité qu’il en perdit l’usage de sa main droite. En 1656, l’invasion russe qui entraîna la capitulation de Dorpat mit fin à ces querelles intestines, et plus généralement aux activités de l’Académie qui fut désertée. Grâce à un sauf-conduit, les universitaires et le personnel judiciaire purent trouver refuge à Reval, ville fortifiée, mais les circonstances rendaient pratiquement impossible toute vie intellectuelle organisée.

28Les activités de l’université de Dorpat n’allaient reprendre qu’en août 1690. Charles XI étant à présent roi de Suède, elle fut rebaptisée Academia gustavo-carolina. Malgré le volontarisme du gouvernement qui prit des mesures énergiques pour en faire un authentique foyer de culture suédoise en Livonie, elle se trouva confrontée à de nombreuses difficultés. L’objectif étant de former des fonctionnaires loyaux – professeurs, juristes, pasteurs – au service de l’absolutisme royal, ce furent cette fois presque exclusivement des Suédois qui occupèrent les différentes chaires. Il y eut parmi eux quelques personnalités qui ont laissé une trace dans l’histoire culturelle de leur pays, tels l’humaniste Olof Hermelin ou le théologien Lars Molin. Toutefois, les tensions entre Suédois de souche et aristocrates germano-baltes ne firent que s’exacerber. Ces derniers préféraient envoyer leurs rejetons dans des universités allemandes, d’où les difficultés économiques que connut l’académie de Dorpat, contrainte de renoncer à divers projets de modernisation tels salle d’anatomie, observatoire, ou encore achat d’instruments scientifiques.

29Cela n’empêcha pas l’académie de Dorpat de se montrer très ouverte aux idées les plus avancées de l’époque, comme en témoignent les programmes d’enseignement et les thèses (disputationes) soutenues. Dès 1695-96, le mathématicien Sven Dimberg exposa le système de Newton dont les Principia mathematica ne remontaient qu’à 1687. Nulle part ailleurs, pas même en Angleterre, l’on avait été aussi prompt à diffuser cette œuvre fondatrice qui a si profondément marqué les temps modernes. Les théories du droit naturel gagnèrent aussi droit de cité à Dorpat, du moins en version conservatrice, car l’absolutisme régnant ne pouvait s’accommoder de doctrines jugées subversives. L’absolutisme religieux, tout aussi présent, fit barrage au piétisme qui se répandait alors en Europe du Nord. Venu de Halle, ce courant religieux se heurta rapidement à l’hostilité de l’orthodoxie luthérienne qui le jugea hérétique. Il demeure que malgré sa situation périphérique et ses dimensions modestes, l’université de Dorpat fut un authentique foyer de culture dont les activités intellectuelles multiples reflètent largement l’évolution des idées européennes – sécularisation et différenciation croissante du savoir, émancipation progressive de la philosophie par rapport à la théologie, des sciences de la nature par rapport à la philosophie. Alors que la grande guerre du Nord était sur le point de se déclencher, l’Académie connut à nouveau des temps dramatiques. En 1699, elle fut transférée à Pernau, ville côtière jugée moins exposée que Dorpat. Quand le conflit éclata l’année suivante, l’Academia Pernoviensis fonctionna dans des conditions de plus en plus précaires, puis elle ferma définitivement ses portes quand les Russes envahirent la cité en 1710. À cette date, Dorpat, depuis quelques années déjà, était une ville en ruine. Ainsi prit fin l’époque suédoise.

30L’effondrement de ce colosse aux pieds d’argile qu’avait été la grande Suède permit à la Russie de dominer la Baltique orientale pour longtemps – domination politique plus que culturelle, l’influence allemande et luthérienne demeurant prépondérante. La période suédoise, qui avait duré près de cent cinquante ans, laissa elle aussi des traces indélébiles qui marquèrent les siècles à venir et qui demeurent perceptibles aujourd’hui encore. La paix de Nystad de 1721 accordait une certaine autonomie aux provinces baltiques. La reconnaissance de leurs particularités et la reconduction des anciens droits et privilèges avaient surtout favorisé les grands propriétaires terriens au détriment des paysans, mais certaines caractéristiques de l’administration suédoise allaient subsister, par exemple l’autonomie des collectivités locales qui s’avéra bien utile lorsque les tentatives de russification ou de soviétisation se firent pressantes.

31La présence continue de suédophones en terre estonienne – jusqu’à l’exode dramatique de la plupart d’entre eux en 1943-1944 – favorisa aussi le rayonnement et la diffusion d’une culture démocratique de type scandinave, même si leur faible nombre (environ 8.000) et leur implantation localisée dans la bande côtière limita leur rayon d’action. Mais au XIXe siècle, cette minorité jusqu’alors typiquement rurale et quelque peu autarcique noua des contacts accrus avec la Suède et la Finlande. Elle se montra particulièrement active sur le front de l’éducation populaire – une grande tradition nordique – et œuvra énergiquement à la promotion du suédois, non sans se heurter à de nombreux obstacles. Sous le règne d’Alexandre III, le processus de russification s’intensifia, et le suédois ne fut toléré que pour les écrits religieux. Malgré de nombreuses tracasseries bureaucratiques, les

32Suédois d’Estonie s’obstinèrent. Ils parvinrent à fonder en 1909 une association culturelle, « Svenska odlingens vänner » (Les amis de la culture suédoise), qui eut un fort impact, Puis vint le tour en 1917 d’une organisation politique, « Det svenska folkförbundet i Östersjöprovinserna » (La fédération populaire suédoise dans les provinces baltiques), à l’heure où l’Estonie allait connaître sa première période d’indépendance. La minorité suédophone entendait bien participer à la construction de la nouvelle Estonie. Elle veilla à ce que le suédois soit enseigné à Reval, et elle se dota en 1918 d’un journal, Kustbon (L’habitant de la côte) dont le dernier numéro fut publié le 20 juillet 1940 – après quoi l’Union soviétique lança un organe de propagande en suédois, Sovjet-Estland, qui ne fit que renforcer l’aversion à l’égard de l’occupant.

33L’université livonienne de Dorpat (Tartu), si importante comme symbole national, n’a jamais vraiment rompu avec ses racines suédoises, même si elle a connu des destinées variées au cours de l’histoire. Après une interruption de près d’un siècle, elle avait rouvert ses portes en 1802 sous l’égide de l’empire russe, mais l’enseignement était dispensé en langue allemande. Après quoi elle s’était vu imposer le russe (ainsi que l’école polytechnique de Riga) sous le règne d’Alexandre III (l’allemand n’était autorisé qu’à la faculté de théologie). Dorpat s’était même un temps appelé Iouriev. Puis les années 1919-1920 marquent le début de l’université estonienne de Tartu, indépendante pendant deux décennies, soviétisée ensuite, libre à nouveau après l’effondrement de l’empire soviétique. Un Institut d’études scandinaves créé en 1930 avait dû cesser ses activités en 1940 : il allait les reprendre après la chute du mur de Berlin, grâce à une donation de l’État suédois. Une des plus hautes distinctions que décerne l’université est la « médaille Skytte », ce qui est révélateur.

34L’influence suédoise en Estonie (qui dans ses frontières actuelles comprend aussi le nord de l’ancienne Livonie) demeure telle qu’on peut légitimement parler de passé vivant. Dans la conscience collective estonienne, la Suède se taille la part du lion, à tel point qu’on évoque volontiers « le bon vieux temps suédois ». Cela peut surprendre, car cette époque a aussi été marquée par de dures épreuves et de grands sacrifices pour les populations autochtones, mais à la lumière d’expériences plus récentes, elle tend à apparaître comme la seule relativement positive. Positive sur le plan social, l’administration suédoise s’étant efforcée de soustraire le peuple aux abus de l’aristocratie, positive aussi sur le plan politique en permettant aux Estoniens et Livoniens d’exister face aux hautes classes germano-baltes. En ce sens, l’indépendance récente de l’Estonie se rattache au legs suédois.

35La mémoire collective est faite d’oublis autant que de souvenirs. Ernest Renan l’avait déjà soutenu en 1882 dans une conférence célèbre (« Qu’est ce qu’une nation ?), et Maurice Halbwachs allait le confirmer dans son célèbre ouvrage sur les Cadres sociaux de la mémoire (1925). L’exemple de l’Estonie actuelle ne peut que renforcer cette thèse. Alors qu’en Suède même, Gustave II Adolphe souffre d’un certain discrédit (les conquérants du passé n’ont guère la cote aujourd’hui), le fondateur de l’Academia Gustaviana fait figure ici de héros, non seulement à Tartu, où sa statue orne le parc qui jouxte l’université, mais dans tout le pays. Difficile de trouver une brochure touristique qui ne porte son effigie ! C’est son œuvre culturelle et civilisatrice qui est mise en avant, non ses exploits guerriers.

36La dimension nordique (et pas seulement balte) de l’Estonie s’est affirmée de bien des manières. Après la déclaration d’indépendance de 1918, Jaan Tõnisson suggérait la création d’un État fédéral balto-scandinave, et cette idée a été reprise sous différentes formes dans l’entre-deux-guerres. Les symboles jouent un rôle capital dans cette démarche identitaire qui consiste à souligner les affinités de l’Estonie avec le monde nordique. Un politicien a ainsi suggéré de remplacer le drapeau actuel – trois bandes horizontales – par le modèle scandinave à croix ; un autre a estimé que le nom international d’Estonie (Estonia) évoquait par trop des pays non-occidentaux (du genre Zambie ou Yacoutie), et qu’il serait opportun de lui substituer celui d’Estlande (Estland) – avec le même suffixe que dans « Finlande ». Ce sont des exemples anecdotiques, certes, mais qui n’ont pas moins valeur de symptôme. Comme quoi Jean Monnet, l’un des pères de l’Europe, avait bien raison de dire à la fin de sa vie que si tout était à refaire, il faudrait commencer par la culture.

Haut de page

Bibliographie

Aspects d’une dynamique régionale : les pays nordiques dans le contexte de la Baltique, Marc Auchet et Annie Bourguignon (dir.), Presses Universitaires de Nancy, 2001.

Battail, Jean-François, « Le Nord triomphant », dans Le Nord, latitudes imaginaires, Monique Dubar et Jean-Marc Moura (dir.), Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2000.

Id., « Orthodoxie luthérienne et libertas philosophandi dans la Suède du xviie siècle. Quelques remarques sur le rôle du ramisme et du cartésianisme », dans Influences, Gunnar von Proschwitz (dir.), Paris et Göteborg, 1988.

Behre, Göran, Larsson, Lars-Olof et Österberg, Eva, Sveriges historia, 1521-1809, Stockholm 1994.

Bergman, Johan, Universitetet i Dorpat under svenska tiden, 1932.

De skandinaviska länderna och Estland, Stig Örjan Ohlsson & Juhan Tuldava (dir.), Nordistica Tartuensia no 5, Tartu, 2002.

En bok om Estlandssvenskar, Edvin Lagman (dir.), Svenska odlingens vänner, Stockholm, 1961.

Eng, Torbjörn : Det svenska väldet. Ett konglomerat av uttrycksformer och begrepp från Vasa till Bernadotte, Uppsala, 2001.

Kirby, David : Northern Europa in the Early Modern Period. The Baltic World, 1492-1772, Londres & New York, 1990.

Lindroth, Sten : Svensk lärdomshistoria. II. Stormaktstiden, Stockholm, 1975.

Loit, Alexander & Piirimäe, Helmut (dir.) : Die schwedischen Ostseeprovinzen Estland und Livland im 16.-18. Jahrhundert, Uppsala, 1993.

Nordiques no 12 : « Les pays baltes – culture et sociéte », hiver 2006-2207.

Nordmann, Claude : Grandeur et liberté de la Suède (1660-1792), Paris-Louvain 1971.

Rausch, Georg von : Die Universität Dorpat und das Eindringen der frühen Aufklärung in Livland 1690-1710, 1943.

Sainio, Matti A. : Dissertationen und Orationen der Universität Dorpat 1632-1656, Årsböcker i svensk undervisningshistoria, no 141, Stockholm, 1978.

Sandblad, Henrik : Dorpats universitet under dess äldsta skede. 1632-1656, Lych-nos, 1975-1976.

Svenska språkets historia i Östersjöområdet, Nordistica Tartuensia no 7, Tartu, 2002.

Vasar, Juhan : Quellen zur Geschichte der Universität Tartu 1, Acta et commenta-tiones Universitatis Tartuensis, 1932.

Wirgo, E. et al. : Det nya Estland. Dess land, folk och kultur, Stockholm 1928.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Battail, « Quand la Suède dominait la Baltique orientale », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 25-40.

Référence électronique

Jean-François Battail, « Quand la Suède dominait la Baltique orientale », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/291 ; DOI : 10.4000/rgi.291

Haut de page

Auteur

Jean-François Battail

Professeur émérite à l’Université de Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals