Navigation – Plan du site
II. Germanité, judaïté, sexualité

Le péché contre le sang : la syphilis et la construction de l’identité juive1

Jay Geller
Traduction de N. Robatel
p. 141-164

Résumés

L’article étudie la relation entre les représentations de la syphilis et du Juif depuis les années 1880 jusqu’à la rédaction de Mein Kampf. Il retrace les étapes de constitution d’un discours antisémite fondé sur l’image du sang. Les dermatologues et bactériologistes juifs finirent par être identifiés à la maladie sur laquelle ils avaient engagé la recherche. Le rituel de la circoncision a en outre été lui-même interprété comme une cause de la contamination syphilitique. Les effets de la syphilis et de la sexualité entre les races sont ainsi progressivement rapprochés. Dans le roman raciste de Dinter Le péché contre le sang qui connut un très grand succès à la fin de la première guerre, la souillure du mélange des races frappe plusieurs générations et ne peut plus être réparée. L’assimilation de l’identité raciale à la sexualité morbide trouve son achèvement dans la rhétorique hitlérienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette recherche a été menée sous les auspices du Center for the Critical Analysis of Contem-porary (...)

Le terme Syphilis n’est qu’un nom pour la dissolution dont l’homme est victime s’il entre en contact avec l’incarnation de son inconscient dévorant. Mais c’est un nom particulièrement pertinent, un code qui recouvre tout à la fois les corrosions de la féminité, la judaïté, l’épidémie, la criminalité (la contagion est internationale) et la mort émasculant.
Klaus Theweleit, Male Fantasies.

Dans la mesure où elle ronge les corps, masque les différences entre les organes, rompant les membranes, provoquant des abcès et des chancres, la syphilis est une analogie pathologique appropriée de la crise de la différenciation sexuelle.
Charles Bernheimer, Figures of Ill Repute.

  • 2  Jacob Katz, From Préjudice to Destruction : Anti-Semitism, 1700-1933, Cambridge, Harvard Universit (...)
  • 3  Wilhelm Marr, Der Sieg des Judentums über das Germanentum, éd. Berne, 1879.
  • 4  A propos de l’« émergence » du terme Antisemitismus dans le Cercle de Marr en 1879, cf. Reinhard R (...)
  • 5  Adolf Stoecker, Unsere Forderungen an das moderne Judentum, Christlich Sozial,Reden und Aufsàtze, (...)
  • 6 Ibid., p. 154.
  • 7  Heinrich von Treitschke, Unsere Aussichten, in Der Berliner Antisemitismusstreit, éd. par W. Boehl (...)

1Dans son histoire de l’antisémitisme européen, Jacob Katz décrit l’année 1879 comme une phase décisive de l’histoire juive moderne: « Elle marque le début de l’antisémitisme moderne2. » Au cours de cette année, une série d’événements ont entraîné une activité antisémite importante et donné aux propos antisémites le statut d’un discours légitime. Ce fut l’année de la parution du pamphlet à succès, La victoire du judaïsme sur le germanisme3 Wilhelm Marr qui lança ensuite un journal, Deutsche Wache, puis fonda une association qui se fit connaître sous le nom de Ligue antisémite. Dans le cercle des collaborateurs et des sympathisants de Marr, le néologisme, antisémitisme, devint d’un usage courant4. A la suite de Marr, le pasteur de la cour Adolf Stoecker fit son premier discours antisémite « Nos exigences à l’égard du judaïsme moderne » : « Des symptômes de maladie sont là ; des maux sociaux ont pénétré tous les membres de notre peuple et la haine sociale n’est jamais sans fondement5. » Cette « gangrène », prétendait-il, était « l’enjuivement » de l’esprit allemand6. Une troisième étape fut franchie avec la parution de Nos perspectives de Heinrich von Treitschke. Quand cet historien célèbre, député du Reichstag, affirma que « jusque dans les cercles les plus cultivés, chez des hommes qui repousseraient avec dégoût toute idée d’intolérance religieuse ou d’arrogance nationale on entend dire aujourd’hui comme d’une seule voix : les Juifs sont notre malheur ! »7, les opinions antisémites devinrent respectables.

  • 8  Jonathan Hutchinson, Address on syphilis as an imitator, British Médical Journal, 1, 1879, p. 499- (...)
  • 9  Alain Corbin, L’hérédosyphilis ou l’impossible rédemption : contribution à l’histoire de l’hérédit (...)

2L’émergence de cet antisémitisme politique, assorti d’une rhétorique d’origine souvent biologique, coïncida avec plusieurs percées dans le domaine de la syphiligraphie et dans le champ du discours biopolitique. Ce fut d’abord l’identification, par le dermatologue Albert Neisser, du gonocoque, la bactérie qui est la cause de la gonorrhée. Le second événement significatif fut le cours sur la syphilis de Sir Jonathan Hutchinson, à la section du Lancashire et Cheshire de l’Association britannique de médecine. Hutchinson, le plus grand spécialiste de la syphilis dans l’Angleterre du xixe siècle, caractérisa la maladie de « Grande Imitatrice », affirmant qu’il ne fallait pas écarter la possibilité d’une origine syphilitique de toute pathologie organique8. Le troisième événement fut la publication d’Étude sur la syphilis héréditaire tardive de Victor Augagneur. Celui-ci fut le premier9 à affirmer explicitement que l’apparition de symptômes syphilitiques chez les nourrissons de trois mois prouvait le caractère héréditaire de la maladie. C’est Augagneur qui suggéra aussi pour la première fois que les effets du « péché du père » pouvaient être retardés pour une durée indéterminée et pouvaient même sauter une génération. Ses observations aboutirent à la constitution d’une nouvelle catégorie, l’hérédosyphilis.

  • 10  Claude Quétel, Le mal de Naples. Histoire de la syphilis, Paris, Seghers, 1986, p. 169. Quétel con (...)

3Le caractère supposé héréditaire, bactériologique et protéiforme de la maladie fit de l’hérédosyphilis l’objet d’une discipline médicale. Le fait d’identifier la maladie et d’apprendre qu’elle pouvait même atteindre les nouveau-nés modifia l’image publique de la maladie vénérienne. Le discours sur la syphilis se déplaça : il ne porta plus sur un acte honteux et immoral, propre aux classes populaires et assimilé à un crime, mais sur un corps malade qui nécessitait des soins. Le corrélat institutionnel de ce tournant discursif marqua la quatrième étape : la première chaire de dermatologie et de syphiligraphie fut créée à l’hôpital Saint-Louis et inaugura, avec son premier titulaire, le Dr Alfred Fournier, la « promotion de la syphilis au rang d’une discipline médicale »10.

  • 11  Selon Kenneth P. Wilcox (On the construction of stereotypes, the problem of induction, and philoso (...)

4Cet article traite des liens entre l’antisémitisme et la syphiligraphie. Après avoir étudié cette conjoncture historique dans laquelle sont remises en cause les classes, les cultures et les identités et d’où naissent un mouvement politique et une discipline médicale qui lui est apparemment étrangère, j’examine les corrélations historiques et culturelles entre les Juifs et la syphilis. Je m’attacherai plus particulièrement aux représentations du vénérologue juif, du circonciseur (le mohel) qui suce le sang et de la prostituée masquée et porteuse de la maladie — causes manifestes de l’épidémie qui menaçait de ravager la bourgeoisie. J’étudie ensuite la convergence des discours sur la syphilis et l’antisémitisme vers un récit commun de la reproduction morbide, lequel structure deux textes dont l’analyse conclut cette étude des représentations des Juifs et de la syphilis : Le péché contre le sang, roman d’Artur Dinter qui fut un succès de librairie11, et Mein Kampf d’Adolf Hitler. A la lumière de ces observations, je démontre qu’on ne peut pas comprendre uniquement en termes de médecine et de race comment s’est constituée cette figure du Juif malade. Plus précisément, les représentations de la syphilis et du Juif renvoient à la question de l’identité sexuelle et de la sexualité et on ne peut déterminer aucun signe d’identité, qu’il s’agisse de la maladie, de la race, du genre ou de la sexualité, sans identifier ce qui les unit les uns aux autres.

La conjoncture

  • 12  Ce bref aperçu de l’évolution sociale et économique de l’Allemagne à la fin du xixe siècle provien (...)

5En 1879, l’Europe centrale ne s’était pas encore remise de la crise boursière survenue six ans auparavant et, parallèlement, l’industrialisation rapide avait entraîné une restructuration sociale radicale. Du fait d’une immigration massive, composée majoritairement d’hommes quittant les campagnes appauvries pour les villes, la surpopulation urbaine allait de pair avec le déclin agricole. Les activités traditionnelles des classes moyennes, les perspectives d’emploi pour les femmes des classes populaires étaient remises en cause. Les changements de politique économique ébranlèrent l’économie humaine ; l’aliénation, le désespoir, la pauvreté, la prostitution et les troubles sociaux augmentèrent fortement12.

  • 13  Cf. Annelise Maugue, L’identité masculine en crise au tournant du siècle 1871-1914, Marseille, Riv (...)

6La grande dépression démontra l’inadéquation du libéralisme à faire face à un tel désarroi social et institua le règne de l’expertise, des politiques de santé publique et des mécanismes d’aide sociale. Les professionnels, qui peuplaient les couloirs de ce nouveau régime administratif, détenaient le monopole du discours scientifique qui leur permettait de surveiller les groupes marginaux. C’est ainsi que les corps des groupes sociaux dangereux — la classe ouvrière, les femmes sans travail, les prostituées, les premières féministes de la bourgeoisie et les hommes juifs nouvellement émancipés – firent désormais l’objet d’une surveillance publique. Leur introduction dans la sphère publique accentua les crises d’identité sexuelle et d’identité nationale qui touchaient la bourgeoisie d’Europe centrale13. En désignant d’autres catégories comme les agents de l’infection, menaçant la santé publique et, donc, défiant l’ordre social, les professionnels les maintinrent assujettis.

7A la peur suscitée par ces corps malades s’ajoutait la menace que faisaient peser sur les propres corps de la bourgeoisie l’augmentation de la mortalité et la baisse du taux de natalité. En outre, la prostitution qui s’étendait et les maladies vénériennes qu’on croyait de nature épidémique donnaient l’impression aux hommes (et aux femmes) que l’intégrité sexuelle et reproductive de la bourgeoisie était menacée. L’apparition de l’hérédosyphilis exacerba la situation. Soudain, la santé des descendants de la bourgeoisie devint problématique. Le corps social en vint à craindre que la dépopulation ou l’affaiblissement congénital de la population masculine aient des effets néfastes sur le niveau de préparation militaire de la nation et sur son sens de la virilité. Afin de désavouer, et plus encore de prévenir ces atteintes à l’identité et l’autorité de la bourgeoisie, les discours, syphiligraphique et antisémite, de nature scientifique ou populaire, portèrent sur le corps des autres.

  • 14  Michel Foucault, Histoire de la sexualité, t. I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.
  • 15  Elisabeth Roudinesco, La bataille de cent ans : Histoire de la psychanalyse en France, t. I : 1885 (...)
  • 16  Maxime du Camp, Paris : Ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du xixe siècle (...)

8Le croisement de ces deux discours engendra un nouveau récit, également menaçant pour l’avenir de l’ordre bourgeois. La bourgeoisie se percevait comme l’aboutissement d’une histoire évolutionniste qu’elle maîtrisait grâce à la transmission patrimoniale d’un capital eugénique aussi bien qu’économique14. L’avènement de l’hérédosyphilis donna naissance à une autre histoire de la reproduction morbide : celle de sélections contre nature opérées par des géniteurs qui transmettaient leur infection avec leur plasmagène, produisant finalement une population de monstres. Ce scénario engendra la peur d’une maladie débilitante qui s’enracina dans l’idéologie bourgeoise du maintien de l’ordre et il devint paradigmatique pour le discours de la dégénérescence15. Dans une image qui date de 1872 et anticipe sur la convergence de la syphiligraphie et de l’antisémitisme, Maxime du Camp ressuscita la calomnie du Moyen Age envers les juifs : la syphilis « empoisonna [la nation, c’est-à-dire la société bourgeoise] aux sources mêmes de la vie »16.

Origines et causes

  • 17  De nombreuses théories sur les origines de la syphilis associent la première éruption en Europe à (...)

9Les prétendus empoisonneurs, les Juifs, ne purent généralement pas être accusés d’être à l’origine de la syphilis17, mais ils portèrent la responsabilité de son émergence dans le champ scientifique. Le rôle déterminant des dermatologues ou autres spécialistes juifs dans la recherche des causes et des traitements de la syphilis finit par aboutir à leur identification éponyme avec la maladie.

  • 18  Sander L. Gilman, The struggle of psychiatry with psychoanalysis : Who won ?, Critical Inquiry, 13 (...)
  • 19  Weindling, op. cit., p. 169.
  • 20  Crissey et Parish, op. cit., p. 179-181.

10Au cours du xviiie et du xixe siècle, ce sont les dermatologues qui diagnostiquaient la syphilis et qui la constituèrent comme telle. C’est en partie pour cette raison que la dermatologie avait un statut inférieur au sein de la profession médicale d’Europe centrale, fortement hiérarchisée. Elle devint donc une des rares spécialités que les Juifs étaient, légalement ou non, autorisés à pratiquer. La dermatologie était même connue sous le nom de Judenhaut, « peau de juif »18. C’est un dermatologue juif, Albert Neisser, qui, après avoir découvert le gonocoque, se consacra à l’étude de cette autre maladie vénérienne, plus redoutée, qu’était la syphilis. « En 1895, inspiré par le succès de [Emile] Behring avec le sérum antidiphtérique, [Neisser] injecta à de jeunes prostituées — la plus jeune avait dix ans — un sérum de syphilis... dans l’espoir de les immuniser19. » Non seulement il n’y parvint pas mais certaines furent infectées par la syphilis. En 1898, cet échec devint un scandale public. Celui qui avait découvert l’agent infectieux devenait lui-même la source de l’infection et on commença à reprocher aux Juifs de transmettre la syphilis aux prostituées20.

  • 21  A propos de la campagne contre l’usage du Salvarsan dans les pamphlets et les journaux antisémites (...)

11Ce fut finalement un bactériologiste juif, Paul Ehrlich, qui mit au point le premier traitement efficace contre la syphilis, un composé à base d’arsenic baptisé « Salvarsan ». Mais même si cette thérapie constitua un progrès significatif par rapport à l’utilisation du mercure, les résultats ne furent pas entièrement couronnés de succès. Elle avait des effets secondaires nombreux, mortels dans certains cas. Les effets annexes du traitement furent là encore à l’origine d’un foyer de polémique antisémite21, et on décrivit la « balle magique » du Dr Ehrlich comme une arme mortelle.

12Ce qui manquait à Neisser et ce qui rendit le traitement d’Ehrlich possible fut la découverte, en 1905, de la cause de la syphilis, le spirochète, et, un an plus tard, des moyens de détection par le bactériologiste juif, August Wasserman. Le test de fixation de complément de Wasserman procura en outre une autre forme de visibilité à la maladie : un nom.

  • 22  Quétel, op. cit., p. 68-69.
  • 23  Bloch, t. II, op. cit., p. 297-307. Il donne une liste exhaustive des noms.
  • 24  Dans Berliner Kindheit um Neunzehnhundert, Gesammelte Schriften, éd. par Tillman Rexroth, Francfor (...)
  • 25  Cf. Jill Harsin, Syphilis, wives, and physicians : Medical ethics and the family in late nineteent (...)
  • 26  Ainsi, la tache morale de la syphilis ne se cache plus derrière l’appellation de tabès, qui est au (...)
  • 27  A propos de cette association, cf. Sander Gilman, Plague in Germany, 1939-1989 : Cultural images o (...)

13Le mal gardera les stigmates de cette appellation : le terme « syphilis » provient d’un poème de Girolamo Frascatoro qui date de 1530, Syphilis sive morbus gallicus, dans lequel le berger Syphilus, ayant blasphémé le Dieu Soleil, est affligé d’une peste pustuleuse et atrocement douloureuse22. Cette souillure indélébile entraîna un déplacement ou une dissimulation de l’origine de la maladie dans la terminologie médicale. La syphilis était souvent connue sous le nom de mal français (excepté en France) ou de mal espagnol (excepté en Espagne) ; on l’assimilait à la vérole, en évoquant toute une série de maladies qui n’avaient aucun rapport entre elles ; on l’appelait lue, la peste, un terme sans aucune valeur descriptive ou explicative23. Quand il s’agissait, au xixe siècle, d’enfants24 ou de femmes contaminées par leur mari et soumises à des traitements au mercure, on ne la nommait pas25. Avec l’exploitation du test de fixation de complément, le terme « Wasserman positif » devint synonyme de syphilis. La maladie trouva ainsi un nouveau nom dont les connotations médicales échappaient à la tache morale. Mais si, dans les cercles médicaux, le test de Wasserman fit passer le discours sur la syphilis du stade de la dissimulation à celui de l’étiologie26, pour les profanes, un nom juif devint le symbole de la présence cachée de la maladie27.

  • 28  Ludwik Fleck, Genesis and Development of a Scientific Fact, éd. orig. 1935, trad. américaine, Chic (...)
  • 29  La confirmation prétendument scientifique du caractère empoisonné du sang juif faisait l’objet d’a (...)
  • 30  Fleck, op. cit., p. 41. L’édition américaine attire l’attention sur ce passage de Faust (vers 1740 (...)

14La recherche médicale sur les causes de la syphilis fut également à l’origine d’une autre corrélation entre les représentations des Juifs et celles de la maladie. La recherche sur les sources de la maladie rejoignait l’objet d’investigation des théories raciales sur les origines juives, à savoir le sang. L’historien des sciences, Ludwik Fleck, a décrit comment les recherches se sont concentrées sur le « sang souillé28 » qui apparaissait comme le foyer de l’infection. Fleck montre que la rhétorique qui accompagne le diagnostic et la découverte de la maladie met en relation le sang avec le poison, avec l’essence humaine et avec la reproduction de l’espèce. De telles images concordaient avec l’obsession du sang juif empoisonné29 qui hantait les théoriciens des races. Faisant écho à la « vox populi [pour laquelle] le sang est une humeur avec des caractéristiques particulières » ou à son corollaire littéraire, l’apophtegme de Goethe « le sang est une liqueur tout à fait particulière »30, le discours sur la syphilis et le discours antisémite définirent le sang comme la cause de la syphilis et de l’origine du judaïsme.

La circoncision

  • 31  Dr M. G. Salomon, Die Beschneidung : Historisch und medizinisch beleuchtet, Braunschweig, 1844, p. (...)
  • 32  Cette assimilation réglementaire, en Allemagne, entre la judaïté et la circoncision trouve son équ (...)

15La syphilis porta également préjudice à la volonté des Juifs du xixe siècle de se forger une identité dans une Europe qui exigeait souvent leur assimilation comme prix de leur émancipation. La peur de l’infection par la syphilis affecta les débats politiques, médicaux et religieux qui avaient lieu à propos du signe distinctif le plus évident des hommes juifs : la circoncision. La plupart des États allemands de l’époque déterminaient l’affiliation religieuse de chaque enfant (mâle) à la naissance ; aussi un fils devait-il être baptisé ou circoncis31. Être circoncis signifiait devenir juif32.

  • 33  L. Duncan Bulkley, Syphilis in the Innocent (Syphilis Insontium), New York, Bailey & Fair-child, 1 (...)

16L’obligation de circoncision fut sérieusement reconsidérée quand, en 1805 à Cracovie, un mohel syphilitique infecta plusieurs nourrissons en célébrant une metsitsah, cérémonie rituelle au cours de laquelle le circonciseur prend le pénis qui vient d’être circoncis dans sa bouche et en suce le sang. Dans son ouvrage, La syphilis chez l’innocent, L. Duncan Bulkley signale au moins huit épidémies de syphilis, entre 1805 et 1886 (avec au moins 100 cas pour celle de Cracovie en 1833), attribuées à des circonciseurs syphilitiques33. Alors que l’État n’avait pas pour tradition d’intervenir dans la vie religieuse juive, ces cas suscitèrent des réactions gouvernementales à l’égard des pratiques rituelles juives. En raison de ces défaillances sanitaires, un certain nombre d’États allemands réglementèrent l’activité des circonciseurs et exigèrent la présence d’un médecin à la bris.

  • 34  Salomon, op. cit., VIII-IX.

17Parallèlement à ces interventions de nature hygiéniste se développait une littérature scientifique qui cherchait, du moins implicitement, à intégrer la circoncision dans le discours médical et à la placer sous le contrôle des médecins. Des médecins juifs s’efforcèrent de définir la circoncision comme une « opération » qui relevait du « domaine de la science médicale ». L’étude du Dr M. G. Salomon, La circoncision, à la lumière de l’histoire et de la médecine, parue en 1844, illustre ce passage de la loi mosaïque à la médecine. Salomon voulait que la circoncision soit confiée à un médecin et à « l’examen de son regard ». Lui-même préconisait d’adopter « une perspective de police sanitaire » par rapport à la circoncision, face à « l’œil de plus en plus attentif » des autorités concernées34.

  • 35  Salomon ne se préoccupe pas explicitement de l’analogie avec la fellation.
  • 36  Selon Corbin (op. cit., p. 84), le Dr L. Fiaux (La police des mœurs en France et dans les principa (...)
  • 37  Cf. la description du mohel dans Salomon, op. cit., p. 63-64.

18Tout en se préoccupant de tous les aspects de l’opération, Salomon centra son propos sur les implications morales et médicales de la metsitsah. La description graphique qu’il fait de la procédure représente l’élément central de son œuvre. Les critères de la bourgeoisie, de la bienséance et de la morale s’y mêlent aux inquiétudes touchant la syphilis, Lustseuche, et l’identité juive. La metsitsah devient le lieu de tout ce qui est inutile, dégoûtant et dangereux dans le rituel et dans le peuple juifs. Salomon qualifie ce spectacle de « répugnant » : le circonciseur est sale, son corps est couvert de plaies, la succion incite le bébé à uriner dans sa bouche35. En se livrant à ces « attouchements les plus intimes », le circonciseur représentait une menace vénérienne pour l’enfant. La description du mohel fait inévitablement penser au stéréotype de la prostituée : l’un et l’autre font fonction d’égout, pour l’urine ou le sperme36, se livrent à un acte intime, et donc implicitement de nature sexuelle, et propagent la syphilis. Cette image du mohel syphilitique, crasseux et de basse extraction, aspirant le sang et accomplissant cet acte essentiel et répugnant de l’inscription rituelle de l’identité juive, personnifia la différence juive dans toute son abjection. Si les Juifs voulaient intégrer la bourgeoisie européenne, il fallait mettre fin à cet acte de différenciation qui n’était pas seulement agressif sur le plan sensoriel mais qui représentait également une menace vitale. Aussi, alors qu’il ne suggère que des changements d’ordre hygiénique dans la formation et le matériel relatifs aux autres étapes de la circoncision, Salomon déclare explicitement que la metsitsah est une pratique nuisible qu’il faut interdire. En fait, il recommande même qu’on interdise les circoncisions à tout mohel qui serait surpris à pratiquer une metsitsah37.

  • 38  Cf. David Philipson, The Reform Movement in Judaism, New York, Macmillan, 1907, p. 181-192, 260, 3 (...)
  • 39  Carl Alexander, Die hygienische Bedeutung der Beschneidung, Breslau, Th. Schatzky, 1902, p. 20 ; J (...)

19Plusieurs assemblées rabbiniques réformistes se firent l’écho des mêmes préoccupations touchant aux risques sanitaires de la circoncision et à son caractère primitif, et en vinrent, dans les années 1840, à envisager l’abandon de cette pratique38. Cependant, la circoncision avait également de nombreux partisans qui en vantaient les mérites prophylactiques par rapport à la syphilis, à condition que soit résolu le problème de la contamination par les mohels. Ainsi, dans La valeur hygiénique de la circoncision, le Dr Cari Alexander compare la loi mosaïque sur la circoncision à la vaccination obligatoire. Le syphiligraphe Johan Almkvist, dans son Histoire de la circoncision, suggère que les médecins pratiqueraient beaucoup plus souvent la circoncision s’ils réalisaient à quel point cette intervention diminue la fréquence de la syphilis39.

20Qu’il s’agisse de leurs rapports à l’État, à leurs coreligionnaires ou au monde médical, le signe de leur engagement n’a donc pas seulement défini les Juifs par rapport à Dieu, à leur communauté et à leur identité. Il a également scellé leur lien avec la syphilis.

« Business is business »

  • 40  Cf. Bernheimer, passim ; en plus de ses autres travaux déjà cités, cf. aussi Gilman, AIDS and syph (...)
  • 41  Par exemple, Esther Gobseck, la prostituée au cœur d’or dans Balzac, Splendeur et misères des cour (...)
  • 42  A propos de l’immigration juive, cf. Steven E. Ascheim, Brothers and Strangers : The East European (...)

21Comme on a pu le voir à propos du mohel malade de Salomon, la corrélation entre le discours vénérologique et la construction de l’identité juive fut également déterminée par l’influence des liens entre Juifs et prostitution, que ceux-ci aient été fondés empiriquement ou fantasmes. La médecine, la morale, la littérature et les arts plastiques40 représentaient la prostituée comme la source de la contamination syphilitique. Elle infectait les hommes de la bourgeoisie. C’est le père qui péchait mais c’est la prostituée qui était à blâmer. Et cette prostituée, qui répandait la maladie, prenait fréquemment l’apparence d’une Juive41. Les grandes migrations des Juifs d’Europe de l’Est, poussés par la pauvreté et les pogromes, contribuèrent à alimenter cette vision de femmes juives abandonnant leur espace privé pour devenir des filles publiques42. De fait, la situation désastreuse de l’Europe de l’Est provoqua bien une augmentation importante de la prostitution juive.

  • 43  Sur la surévaluation des statistiques, cf. Alain Corbin, Le péril vénérien au début du siècle : pr (...)

22Le discours antisémite désigna un autre domaine propre à l’infection juive : la traite des blanches, qui, à cette époque, venait en seconde position derrière le péril vénérien parmi les sujets qui faisaient l’objet de reportages à sensation dans la presse populaire43.

  • 44  A propos du thème de l’« ethnie-putain », Michel Herszlikowicz, dans La philosophie de l’antisémit (...)
  • 45  Cf. Edward J. Bristow, Prostitution and Préjudice : The Jewish Fight against White Slavery 1870-19 (...)

23Les journaux régalaient leurs lecteurs d’histoires dans lesquelles la prostituée, atteinte de syphilis, était elle-même la victime de criminels malfaisants. Dans la presse antisémite, la prostituée était jeune, innocente et chrétienne, et les trafiquants qui l’avaient enlevée, trompée et/ou séduite étaient juifs44. Le fameux procès de Lvov au cours duquel, en 1892, 27 proxénètes de Galicie furent accusés de trafic de femmes, dont certaines n’étaient pas juives, conforta ces accusations45. La persistance de ces stéréotypes pernicieux de la prostituée juive et du trafiquant est illustrée par le récit que fit Hitler, quelques dizaines d’années plus tard, de la façon dont il devint antisémite. Il le rattache directement au fait qu’il a observé « l’exploitation révoltante du vice dans la lie des... rues et ruelles de Leopoldstadt [quartier ouvrier et majoritairement juif de Vienne] ».

  • 46  Adolf Hider, Mein Kampf, op. cit.

24Et il ajoute : « Je n’avais plus peur d’élucider la question juive. Oui, je me donnerais cette tâche46. »

  • 47  A propos des caractéristiques de la « prostituée-née », cf. Corbin, Les filles, op. cit., p. 440-4 (...)
  • 48  Cf. Frisch, Handbuch, op. cit., p. 31. Il ajoute que cela explique pourquoi les femmes juives joua (...)

25Dans ce type de discours, les caractéristiques typiques de la prostituée sont dans une large mesure assimilées à celles du Juif. Chacun de ces deux porteurs de la maladie est un menteur, qui refuse toute activité productive, qui manque de modestie et de pudeur. Ils sont tous deux marqués par leur atavisme et leur physionomie se rapproche de celle du sexe opposé47. La prostituée masculine de Lombroso trouvait son complément dans le mâle juif féminisé décrit par les polémistes antisémites comme Theodor Frisch. Celui-ci dénonçait ce qu’il considérait comme une perversion particulière des Juifs : le soi-disant « nivellement de la différence sexuelle » : « On rencontre [chez les Juifs] un grand nombre d’hommes féminins et de femmes masculines. Cela vaut aussi bien sur le plan physique que sur le plan moral48. »

  • 49  Corbin, Les filles, op. cit., p. 123.
  • 50  Cf. Gilman, Who Won ?, op. cit., p. 301, et Bernheimer, op. cit., p. 246, sur les rapports entre l (...)
  • 51  Et leur incapacité correspondante à produire quoi que ce soit d’original. Cf. Hans Blü-her, Secess (...)
  • 52  Selon Vern Bullough et Bonnie Bullough, Women and Prostitution : A Social History, Buf-falo, Prome (...)

26Comme la syphilis, ou la « Grande Imitatrice », selon les mots de Hutchinson, qu’ils propageaient l’un et l’autre, la prostituée et le Juif étaient dépeints comme masqués. La prostituée se caractérisait par son maquillage. L’usage qu’elle faisait de « morceaux de baudruche colorés »49 pour couvrir les lésions syphilitiques révélait son identité tout autant que le pénis circoncis caché révélait l’identité du mâle juif50. La prétendue capacité des Juifs à dissimuler leur véritable nature en mimant ou en reproduisant l’aspect des Européens était une composante essentielle de la construction de l’identité juive au xixe siècle. Le don pour les arts mimétiques51 faisait fonction de signifiant pour le Juif de la fin du siècle comme la rouelle en avait été la marque visible dans l’Allemagne médiévale52.

  • 53  Cf. Corbin, Les filles, op. cit., p. 197 et s. ; Bernheimer, op. cit.,passim ; et Artur Dinter, Di (...)
  • 54  A propos de cette menace, cf. Bernheimer, op. cit., p. 26-28.

27Ces signifiants négatifs associés à la prostitution et à l’identité juive revinrent à nouveau hanter la bourgeoisie. A la fin du xixe, la plupart des prostituées s’efforçaient de ressembler aux bourgeoises tandis que de nombreux Juifs aspiraient à l’acculturation ou à l’assimilation à la bourgeoisie non juive. Mais cette duplicité qu’on leur prêtait faisait qu’ils pouvaient à la fois être partout et invisibles aux yeux des gentils. On redoutait beaucoup les femmes galantes et les Juifs qui donnaient l’impression d’avoir infiltré les espaces publics de la culture bourgeoise, comme le théâtre ou l’opéra53. Ils menaçaient de subvenir les distinctions de classe, de race et de morale autant que les distinctions entre la sphère publique et privée54.

  • 55  Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, trad. franc., Paris, Gallimard, 1950, p. 328-329. Dans Das Jud (...)

28Cette corrélation entre les femmes et les Juifs se retrouve dans un passage célèbre du Gai Savoir de Nietzsche55 : « Quant aux Juifs, peuple par excellence des artistes de l’adaptation..., une sorte d’institution historique destinée à la formation d’acteurs dans l’histoire universelle, une vraie pépinière mondiale de comédiens... Les femmes enfin : qu’on songe un peu à leur histoire : ne faut-il pas qu’elles soient d’abord, qu’elles soient surtout des comédiennes ?... Qu’elles « donnent » un rôle, alors même qu’elles se donnent... »

  • 56  Flévy d’Urville, Les ordures de Paris, Paris, Sartorius, 1874, p. 26, cité par Corbin, Les filles, (...)
  • 57  Le thème de l’échange stérile remonte à Aristote. L’argent issu de l’échange, c’est-à-dire de l’us (...)
  • 58  L’Hermite, L’anti-pape : Drumont-Démon, Issoudun, 1899, cité par Stephen Wilson, Ideo-logy and exp (...)
  • 59  Wilson, op. cit., p. 97. Toute l’activité économique des Juifs est représentée comme stérile, exté (...)

29La façon dont Nietzsche joue sur l’opposition implicite entre la ruse des Juifs et celle des femmes d’une part, et le caractère soi-disant naturel de la reproduction sexuelle de l’autre, renvoie de façon ironique au parallèle qui est fait par ailleurs entre la prostituée et le Juif : tous deux sont des parasites stériles56 car chacun dépend de l’échange et de la circulation de l’argent57. Comme L’Hermite l’écrit en 1899 : « Est-ce que toutes les prostituées ne sont pas des « Juifs », des usuriers à leur façon, puisque ce qu’elles prêtent, elles le prêtent contre une somme importante d’argent ?58 » En outre, comme l’activité sexuelle des prostituées n’est pas destinée à produire un héritier, elle ne produit que de l’argent. Steven Wilson fait le commentaire suivant : « On rejetait également les des juifs comme la sexualité pure car elles ne produisaient rien, elles étaient stériles59. » Parmi les nombreuses associations entre les Juifs et les prostituées que nous avons analysées, ce thème de la reproduction contre nature, stérile ou morbide eut une très grande influence sur la représentation des juifs.

La reproduction morbide

  • 60  L’Exode, 20, 4-5, La Sainte Bible, Paris, éd. du Cerf, 1955, p. 19.
  • 61  Ten German commandments of lawful self-defense, Antisemiten-Katechismus, Leipzig, Hammer, 1883, p. (...)

30La théorie des effets de la syphilis et de la sexualité interraciale sur la reproduction s’est construite sur l’interprétation du commandement biblique contre l’idolâtrie : « Tu ne te feras aucune image sculptée... ; tu ne te prosterneras pas devant ces images ni ne les serviras, car moi, Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants et les petits-enfants pour ceux qui me haïssent60. » Ce commandement est à l’origine de l’imagerie et de l’interdit religieux qui structurent une grande partie du discours moral sur la syphilis. Après la découverte de l’hérédosyphilis, la phrase de la Bible concernant « les péchés des pères » devint une litanie. Et la syphilis vint conforter cette assimilation de la sexualité non reproductive à l’idolâtrie, c’est-à-dire à l’adoration d’un corps au lieu de Dieu. En 1883, Theodor Frisch réécrivit le commandement en liant explicitement l’idolâtrie à la sexualité : « Tu devras garder ton sang pur. Considère comme un crime de souiller la noble race aryenne de ton peuple en la mêlant à la race juive. Car tu dois savoir que le sang juif est éternel, apposant la marque juive sur le corps et l’âme jusqu’aux générations les plus éloignées61. »

31L’infection syphilitique et le métissage produisaient ainsi les mêmes fruits.

  • 62  Cf. Diday qui soumettait cette thèse dans son Traité de la syphilis des nouveau-nés et des enfants (...)
  • 63  Bernheimer, Figures, op. cit., p. 271. Cf. aussi Jules Michelet, L’amour, Œuvres complètes, Paris, (...)

32La syphiligraphie et l’antisémitisme puisèrent dans un certain nombre de théories de l’hérédité, aujourd’hui discréditées, pour justifier leurs affirmations à propos de l’hérédosyphilis et des conséquences du métissage. Par le soi-disant « héritage de sperme », le germe de la syphilis était supposé altérer ou empoisonner la descendance du géniteur sans nécessairement contaminer la mère62. C’est pourquoi, dans un certain nombre de contes moraux, un seul contact avec une femme atteinte de syphilis condamnait un homme et son épouse à engendrer des enfants mort-nés et/ou monstrueux. Quant à la femme infectée par un homme, elle transmettait la maladie à toute sa descendance, quel qu’en soit le père. En insistant sur le fait qu’un seul contact suffisait, on cherchait à la fois à contrôler toute déviance par rapport à la norme – à contrôler la sexualité des femmes (et dans une certaine mesure celle des hommes) – et à imposer le caractère inévitable de la loi naturelle, c’est-à-dire scientifique. L’impact de cet acte isolé et son effet pernicieux sur les gamètes constituent l’une des théories récurrentes propres aux récits antisémites, comme celui de Dinter, Le péché contre le sang, à savoir que « les enfants porteront l’empreinte génétique du premier amant de leur mère »63.

  • 64  Evans, op. cit., p. 107.
  • 65  Cf. Corbin, Les filles, op. cit., p. 294.

33Le thème du premier contact est également manifeste dans le discours syphiligraphique et antisémite sur la virginité. Les craintes concernant le capital racial ou génétique concouraient inévitablement à la préservation de la virginité, depuis que, pour la bourgeoisie du xixe siècle, la virginité de la femme « donnait l’impression d’être la seule garantie efficace d’un héritage sain du père au fils »64. La syphilis ainsi que le Juif représentaient une menace pour l’intégrité des fonctions reproductives et sexuelles de la bourgeoise innocente. Mais l’accent portait moins sur l’empoisonnement de la femme que sur celui de son ventre. Quand l’un des partenaires d’un couple était malade, leur héritier, frappé d’hérédosyphilis, était perçu comme plus atteint, comme dégénéré. La survalorisation de la virginité donna également à la vierge un rôle rédempteur dans les croyances populaires sur la syphilis. On imaginait que la relation sexuelle avec une vierge pouvait guérir l’homme syphilitique dont la souillure se reportait sur sa partenaire : les vierges étaient donc très recherchées65.

  • 66  Streicher continue : « Maintenant nous savons pourquoi le Juif utilise tous les artifices de la sé (...)

34On retrouve de telles positions sur les conséquences de l’accouplement entre des mâles juifs et des vierges chrétiennes chez les théoriciens des races. La vierge jouait là encore un rôle salvateur. On pensait que les hommes juifs recherchaient déjeunes vierges aryennes, non pas parce qu’ils étaient malades mais pour leur transmettre les germes de leur race et s’assurer de cette façon que les futurs enfants de leur victime seraient sémites, d’apparence et de caractère. Julius Streicher, l’éditeur de l’organe officiel du parti nazi de Nuremberg, le fameux hebdomadaire Der Stürmer, se faisait régulièrement le porte-parole de telles thèses. Il soutenait la théorie de « l’albumine étrangère à la race » : « Le sperme de l’homme durant le rapport est partiellement ou totalement absorbé par la femme et pénètre ainsi son système sanguin. Un seul rapport entre un Juif et une femme aryenne suffit à empoisonner le sang pour toujours. En même temps que l’albumine étrangère, elle a absorbé l’âme de l’étranger. Elle ne pourra plus jamais donner naissance à de purs aryens, même si elle en épouse un...66 »

  • 67  Dr Martin Staemmler, Aufgaben und Ziele der Rassenpflege, Ziel und Weg, 14, 1933, p. 417 et 421.

35La relation congénitale entre le Juif et la syphilis trouva son aboutissement médical et régulateur chez les médecins nazis. La connaissance des effets et de la prophylaxie de la maladie vénérienne va leur servir de modèle pour leur entreprise de traitement des autres races (c’est-à-dire des Juifs). Le Dr Martin Staemmler écrivit dans le journal officiel de la Ligue des médecins nationaux-socialistes, Ziel und Weg, que « les maladies vénériennes, nous le savons, pervertissent la race. Nous avons trouvé des centaines de moyens pour réduire les dangers de la contamination. Mais nous avons oublié que l’incontinence sexuelle tue tout sentiment de la race »67. Il suggérait donc qu’on applique le principe de l’interdiction du mariage en vigueur pour les malades vénériens à tous ceux qui ne convenaient pas sur le plan racial.

36Avant cette période, où la syphiligraphie et l’antisémitisme vont converger si dramatiquement, on trouve déjà les thèmes du Juif, de la prostituée et de la syphilis réunis dans deux best-sellers allemands de l’entre-deux-guerres : Le péché contre le sang d’Artur Dinter et Mein Kampf d’Adolf Hitler. Le système de représentations de la syphilis et du Juif, fondé sur des déterminations parallèles et des associations systématiques, que l’on vient de décrire pour le xixe et le début du xxe siècle, y est popularisé sous la forme d’une narration unique de la reproduction morbide. Les deux œuvres sont centrées sur la peur de la dégénérescence raciale que représente la sexualité du Juif monstrueux, de la race bâtarde.

Le péché contre le sang

37En fait, tout le répertoire des représentations antisémites transparaît dans le roman de Dinter de 1917. Le péché contre le sang décrit le rite de passage purificateur qui mène Hermann Kämpfer vers une autre destinée : après une jeunesse idyllique à la campagne, il devient « l’instrument modeste » de Dieu, pour lutter contre le « Vampire juif » (p. 268) et pour le peuple allemand. L’histoire d’Hermann commence quand l’usurier juif Levisohn saisit la ferme familiale et provoque le suicide de ses parents et de sa sœur. Il se réfugie alors dans la recherche scientifique pour essayer de dériver une protéine (l’albumine), « le porteur de toutes les vies terrestres » (p. 3), d’un corps inorganique. Déçu dans ses efforts mais charmé par le visage d’« une blonde à la beauté frappante » (p. 38), il abandonne ses recherches et commence à travailler pour le conseiller de commerce Burghamer, dans l’espoir de gagner le corps et le cœur de cette « blonde » car Elisabeth est la fille métisse de Burghamer. Pour « l’amour honnête d’un honnête homme » (p. 67), Hermann, celle-ci rompt ses fiançailles avec le baron, un juif converti. Malheureusement, après le mariage, Elisabeth renoue par atavisme avec la sensualité féminine juive, l’impudeur et la tromperie. Neuf mois après, elle met au monde un enfant qui est l’image de son propre père. Pour comprendre cet événement horrible, Hermann entreprend d’étudier la question juive et la théorie des races.

38Quand Burghamer meurt, Hermann découvre que l’industriel a séduit des centaines de jeunes vierges blondes, qu’il a engendré 117 enfants, la plupart des garçons à son image, et laissé le poison de sa race dans les entrailles des mères. Hermann apprend également que Burghamer était à la tête d’une conspiration juive internationale dont les manipulations reproductives, culturelles et économiques « devaient contaminer et empoisonner le peuple allemand » (p. 224). Cette découverte provoquera l’accouchement d’Elisabeth qui donne le jour à un second enfant, « un garçon de type juif, brun, plus beau que le précédent » (p. 204), et meurt en voyant son fils, lequel la suit de près dans la tombe. Après cette série de morts, Hermann décide d’utiliser l’argent dont il a hérité pour lutter contre la juiverie, afin d’« expier le péché contre le sang » (p. 227), mais il en est empêché par Alljuda, « l’Hydre juive » (p. 259). Hermann, qui était physiquement et financièrement ruiné, est sauvé par l’amour d’une infirmière, Johanna, et fonde une nouvelle famille. Mais Johanna met au monde un « pur enfant juif » (p. 265) car elle avait été séduite, dix ans auparavant, par un officier juif qui a empoisonné ses entrailles. Hermann part à la recherche de l’officier et le tue, poussé plutôt par la volonté de provoquer un procès exemplaire qui serve son réquisitoire contre les Juifs que par l’esprit de vengeance. On le déclare innocent et il poursuit l’œuvre de Dieu.

39Dinter utilise le discours de la sexualité morbide, de la reproduction et de l’hérédité comme un moyen rhétorique mais aussi pour alimenter ses polémiques antisémites. Il ne fait cependant qu’une seule référence explicite à la syphilis et la maladie, comme d’habitude, n’est pas nommée. Dans la scène capitale, la discussion entre Elisabeth et le baron à propos de leurs éventuelles fiançailles illustre, à travers l’ironie et les déplacements symptomatiques, la façon dont de tels discours structurent celui de Dinter. Pour mener à bien leur mariage, ils doivent surmonter la double menace de la syphilis et de l’identité juive. Elisabeth affirme que les histoires d’amour passées du baron n’ont aucune importance ; l’essentiel étant que, « pour l’instant, ils n’ont pas encore besoin de s’administrer du Salvarsan » (p. 69). Elle ajoute: « Tout le reste concernant votre passé ne m’intéresse pas. A part une chose, peut-être, mais pour laquelle vous ne pouvez rien. » Elle se réfère en fait explicitement au nom du baron, Werheim, qui a été forgé en enlevant la lettre t de la première syllabe Wert. Il a essayé d’occulter sa judaïté mais cela n’a aucune valeur (Wertlos), car « dans cette affaire [c’est-à-dire le raccourcissement du nom] on remarque quand même la circoncision » (p. 70). Un nom circoncis révèle son origine juive tout autant qu’un pénis circoncis.

  • 68  Le jeu de mots sur bescheiden/beschneiden continue quand la mère d’Elisabeth raconte l’histoire de (...)

40Le jeu sur la circoncision continue, et, avec lui, les allusions ironiques aux conséquences que peuvent avoir les origines. Par exemple, faisant allusion à la propre descendance d’Elisabeth, le baron fait une remarque, « en toute modestie » (in aller Bescheidenheit), à propos de gens qui « sont assis dans la serre » : dans modestie (Bescheidenheit), la circoncision (Beschneidung) est circoncise, c’est-à-dire que la lettre n, comme ses origines, est cachée, tranchée. Elisabeth répond avec une « froideur tranchante (schneidender) » et lui, à son tour, a un « rictus tranchant (schnei-dend) » (p. 70). Le baron révèle alors à Elisabeth que son père à, lui aussi, subi « une petite opération du nom »68. Ces jeux de mots sur la circoncision, qui opèrent un déplacement du corps, de la biologie vers le langage, anticipent la menace qui pèse sur la descendance, analogue à celle que représente la syphilis. La transformation des noms n’est pas plus efficace que le maquillage ou les euphémismes pour camoufler les corps malades ou les pénis transmetteurs de poison. Il n’y a pas de vaccination contre la judaïté.

  • 69  Dinter continue : « Tout ce qu’il y a de grand et de bien, de pur et de vrai, de noble et de profo (...)

41L’aspect d’Elisabeth, blonde d’une beauté frappante, paraît pourtant contradictoire avec la menace que représente l’hérédité juive ; son seul signe physique révélateur est sa lèvre inférieure « un peu épaisse et quelque peu pendante » (p. 74), stéréotype signifiant du Juif autant que de la sensualité féminine. Malheureusement pour Elisabeth et son futur époux, Hermann Kämpfer, l’apparence ne laisse pas toujours prévoir les effets du mal. Parce que « son sang allemand devait être souillé par des éléments étrangers et impurs, issus d’un mélange très obscur de races » (p. 79), la vie instinctuelle d’Elisabeth est divisée (Zwiespältigkeit) (p. 178). Sa moitié juive atavique se manifeste de la même façon que chez une prostituée-née : « La passion et la sensualité, le besoin irrépressible de jouissance, les restes hérités de notre histoire animale étaient accentués par ce maudit mélange de sang69. »

42Tout au long du roman, les théories de la dégénérescence et de l’hérédosyphilis sous-tendent la description du caractère ambivalent d’Elisabeth, sur le plan mental et physique. Ce sont elles qui expliquent les anomalies de ses enfants et des enfants de Johanna, la deuxième épouse d’Hermann. Ainsi Heinrich, le premier enfant d’Hermann et d’Elisabeth, qui ressemblait à un Juif, est décrit en des termes qui renvoient à l’atavisme et à l’hérédité dégénérée : « Atavisme, régression, dégénérescence, le fait que les caractéristiques de générations antérieures réapparaissent brutalement chez un individu bien qu’elles ne se soient pas manifestées chez ses parents. Des caractéristiques sont par exemple transmises par la fille au petit-fils bien qu’on ne les reconnaisse pas chez la fille. Le phénomène est particulièrement frappant quand des individus de races différentes (y compris de races humaines) se croisent. Alors que la première génération mélange les types des deux parents, dès la seconde génération quelques individus retrouvent le type de l’un des grands-parents » (p. 182).

43Hermann en conclut qu’« un Allemand qui épouse une Juive ou une Allemande qui épouse un Juif ne commet pas seulement un crime contre le peuple allemand mais accumule d’infinies souffrances morales et physiques sur ses propres enfants et petits-enfants. Le péché contre le sang déchaîne une terrible vengeance » (p. 186).

  • 70  Diday, Traité de la syphilis, cité par Corbin, L’hérédosyphilis, op. cit., p. 135.

44Toutes les naissances qui vont suivre trouvent leur explication dans une autre théorie, celle de l’« hérédité d’imprégnation », selon laquelle « une femme demeure influencée très longtemps par le sperme du premier partenaire avec lequel elle a eu un enfant, à tel point que les enfants conçus avec son successeur portent la marque du précédent [partenaire] »70. Ainsi, quand Hermann demande à Elisabeth un nouvel héritier, qui lui ressemblerait, celle-ci demande : « Ne m’as-tu pas montré que le système génétique des êtres créatures nobles est plus complexe, raffiné et donc sensible que celui des créatures inférieures et que par conséquent un simple contact avec elles le modifie et même le détruit ? » (p. 197). Le produit de leur union apporterait une réponse positive à sa question. Elisabeth donne naissance, comme on l’a vu, à un « enfant de type juif, brun, mais cette fois très beau » (p. 204).

45Le fait que son père, Burghamer, ait fécondé systématiquement et avec succès des jeunes filles, vierges et blondes, semble également renvoyer à cette même théorie, laquelle se trouve vérifiée dans les suites de son entreprise puisque la grande majorité de ses descendants sont à son image. Les efforts de Burghamer pour « empoisonner la race » soulignent les correspondances qui existent entre l’imprégnation, l’empoisonnement et l’infection ; le croisement entre races est malsain et une telle sexualité est productrice de maladie.

  • 71  Dans le processus, Dinter remplace le sperme par le sang, la sexualité morbide par la race. Il fai (...)

46Hermann voudrait rattacher la théorie de l’hérédité d’imprégnation à l’expérience de l’élevage, c’est-à-dire à la télégonie, afin d’expliquer les caractéristiques de l’enfant qu’il a eu avec Johanna, qui est allemande71. Il relie la naissance de cet « enfant aux cheveux noirs et frisés, à la peau et aux yeux sombres, un vrai enfant juif » (p. 265) au fait que Johanna ait été trompée, séduite puis fécondée par un officier juif, dix ans auparavant. En conséquence : « Une femelle de noble race [comme Johanna] devient à jamais inapte à assurer une noble reproduction, si elle est fécondée, fût-ce une seule fois, par un mâle de race inférieure. Une telle maternité produite par un sang masculin inférieur empoisonne tout l’organisme de la créature féminine de noble race et le transforme selon le modèle de la race inférieure si bien qu’elle ne peut plus mettre au monde que des descendants inférieurs, même si elle est fécondée par un mâle de race noble. Plus un être vivant est développé et plus cette loi de la race se manifeste : elle atteint naturellement son impact maximal chez l’homme » (p. 266).

47Quand, à la fin du roman, Hermann est jugé pour le meurtre de l’officier qui a empoisonné le ventre de Johanna, c’est avec succès qu’il fonde sa défense sur cette loi raciale : « son effet le plus lourd de conséquences » impliquerait la dégénérescence, et même la destruction du peuple allemand. Il s’est senti pour mission d’attirer l’attention de tous sur la menace que le métissage représentait pour la « pureté de la race ».

Péché originel

  • 72  Showalter, op. cit., p. 196.

48Les théories de la sexualité et de l’hérédité morbides avec lesquelles Dinter justifie les actes de ses personnages se retrouvent dans les discours et les articles de Julius Streicher. Der Stürmer ne cessait de reprendre, en prose ou en vers, le raisonnement développé par Dinter dans son roman, Le péché contre le sang, qui était devenu un classique72. On trouvait des publicités pour l’œuvre de Dinter dans presque chaque numéro du journal.

  • 73  Cf. par exemple, Lutz Winckler, Studie zur geselhchaftlichen Funktion faschistischer Sprache, Fran (...)

49Celui-ci faisait également la publicité d’un ouvrage du dirigeant du parti de Streicher, Mein Kampf d’Adolf Hitler. Dans Mein Kampf, le trope idéalisé de Dinter, le péché contre le sang, prend la forme du péché originel : « le péché originel... le péché contre le sang » (p. 247). Une analyse du traité d’Hitler montre la convergence des représentations de la syphilis et des Juifs. D’autres études ont souligné sa rhétorique pestilentielle et biologisante73. Ajoutons qu’on ne peut séparer celle-ci de sa codification en termes de genre, de race et de sexe.

50L’utilisation du thème de la syphilis dans l’analyse de l’effondrement du IIe Reich illustre les nombreux registres du système de représentations d’Hitler. Après avoir décrit la façon dont « le poison » des idées libérales, anti-militaristes et anti-étatiques diffusées par la presse juive « put, sans que rien ne s’y opposât, pénétrer dans la circulation du sang de notre peuple et agir sans que l’État possédât la force de maîtriser la maladie » (p. 244), il reproche aux dirigeants d’avant guerre leur pusillanimité à combattre « l’empoisonnement épouvantable qui s’exerçait sur le peuple » (p. 245) dans cette « terrible épidémie » (p. 246) des grandes villes, la syphilis. La syphilis est le corrélat de la dévastation morale opérée par la « prostitution de l’amour » (p. 246). Puis, il racialise cette peste médico-morale : « Cette judaïsation (Verjudung) de notre vie spirituelle et cette transformation de l’instinct d’accouplement en une affaire d’argent porteront tôt ou tard dommage à toute notre descendance ; au lieu de vigoureux enfants nés d’un sentiment naturel, nous ne verrons plus que les produits lamentables d’une rationalité financière. Celle-ci demeurera, en effet, de plus en plus la base et la seule condition préalable de nos mariages » (p. 245-246).

  • 74  Cf. Foucault, t. I, op. cit., p. 164 : « L’aristocratie nobiliaire avait, elle aussi, affirmé la s (...)
  • 75  Parmi d’autres, cf. les travaux de Sander Gilman, par exemple, Jews and mental illness : Médical m (...)

51Hitler décrit la prostitution de l’amour par rapport à des logiques de classe qui croisent inévitablement celles de la race. La noblesse emprunte l’une de ces deux voies. Certains se marient par « contrainte mondaine » (p. 246) ; c’est-à-dire que les aristocrates, qui sont toujours soumis à la symbolique du sang, se marient entre eux sur la base de classes artificielles (ou généalogiques) plutôt que sur la base de raisons naturelles de race (ou d’hérédité)74. D’autres épousent des Juifs : « Car toutes les Juives de magasin ont la réputation d’être aptes à assurer à Son Altesse une descendance – qui porte alors tous les signes de son origine ! (103). » La bourgeoisie, se plaint Hitler, prend la même voie, qui repose sur une logique de classe. Pour « la population des grandes villes » (p. 246), les symboliques du sang et du mariage sont déplacées sur la sexualité et ses conséquences ; la femme de l’aristocratie est implicitement remplacée par la prostituée des classes populaires. Dans un chapitre précédent de Mein Kampf, Hitler avait désigné les Juifs comme les « chefs » de la traite des blanches « menant leurs affaires habilement, sans honte et froidement », mais, dans ce passage, il ne précise pas la source de cette « infection constante et progressive de notre vie sexuelle » (p. 247) et ne différencie pas la prostituée syphilitique de la femme juive. Celle-ci a donc la position de la prostituée, dans la mesure où elle est à l’origine de la peste et de ses conséquences, une « parfaite dégénérescence » (p. 247) : « Les résultats les plus évidents... on peut les reconnaître, d’un côté, dans les maisons d’aliénés... » (p. 246). En effet, la paralysie générale et le tabès provoqués par la syphilis condamnaient de nombreux malades à finir leurs jours dans des asiles de fous et la prédisposition des Juifs aux maladies mentales a longtemps été un dogme central du discours antisémite75. Hitler indique alors le second lieu de manifestation de l’infection : « ... d’un autre côté, hélas ! chez nos enfants » (p. 246).

52Hitler poursuit la description de cette « épidémie impie » (p. 247) sans en déterminer l’origine, puis il l’identifie au péché originel : « Le péché contre le sang et la race est le péché originel de ce monde et marque la fin d’une humanité qui s’y adonne » (p. 247). L’aboutissement de cette transgression est qu’ils « expient jusqu’à la dixième génération » (p. 247). Le plan d’Hitler pour combattre cette « syphilisation de la masse populaire » (p. 247) suit une chaîne signifiante qui remonte jusqu’au problème de la race, au problème de « l’enjuivement » (Verjudung) de la société.

53Il commence par affirmer que « le combat contre la syphilis exige la lutte contre la prostitution » (p. 249). Puis, après avoir énuméré toute une série de prétendues solutions, qui vont du mariage précoce à l’éducation, il en arrive à l’essentiel : « Non, qui veut supprimer la prostitution doit tout d’abord éliminer les causes morales dont elle résulte. Il devra éliminer les ordures liées à l’empestement moral de la civilisation dans les grandes villes... Cette purification de notre civilisation doit s’étendre sur presque tous les domaines. Théâtre, art, littérature, cinéma, presse, affiches et étalages doivent être nettoyés d’un monde en voie de putréfaction » (p. 253-254).

54Ces miasmes culturels et spirituels émanent des excroissances de l’art bolchevique, qui est lui-même une « maladie juive » (p. 252), et du mercantilisme juif.

  • 76  Wilhelm Reich, La psychologie de masse du fascisme, Paris, Payot, 1972, p. 89. Reich ajoute : « Un (...)
  • 77  L’identification symptomatique de la syphilisation et de l’enjuivement est elle-même symptomatique (...)

55Le discours d’Hitler sur la syphilis devient le lieu, selon Wilhelm Reich, d’une « mise en parallèle systématique entre empoisonnement de la race et empoisonnement du sang »76. En s’inspirant du discours sur la syphilis et la syphilophobie, Hitler délimite un espace circonscrit par la « prostitution de l’amour » et la « syphilisation de la masse populaire » dans lequel il situe la problématique de la question juive liée au sexe, à la reproduction et au genre. Les discours sur l’empestement, l’infection et l’empoisonnement qui traversent Mein Kampf représentent des déplacements désexualisés, d’une peste plus originelle, la syphilisation, et ce dernier est elle-même symptomatique de l’enjuivement77sexualisé. Le Juif, « parasite type... qui, tel un bacille nuisible, s’étend toujours plus loin, sitôt qu’un sol nourricier favorable l’y invite » (p. 304), reproduit le spirochète qui propage l’infection dégénérative. Mais, chez Hitler, le modèle est devenu la copie. La menace d’une reproduction morbide et d’une identité sexuelle problématique qui marque le corps d’Alljuda fait redouter pour le peuple allemand un destin à la Dinter : « Cet empoisonnement de notre sang... est aujourd’hui conduit systématiquement par le Juif. Systématiquement ces noirs parasites souillent nos jeunes filles blondes et inexpérimentées et détruisent ainsi quelque chose qui ne pourra plus être remplacé en ce monde » (p. 630).

  • 78  Avec la notion de « discours social », Marc Angenot a exploré la façon dont la logique culturelle (...)

56Ainsi, les corrélations entre le Juif et la syphilis qui ont pu être observées ne concernent pas uniquement la figure traditionnelle du Juif porteur de peste ou celle, plus occasionnelle, du savant et du circonciseur juifs ou de la prostituée juive. Nous constatons plutôt qu’elles s’inscrivent dans un modèle de représentations, qui peuvent être parallèles ou parfois se chevaucher, et que ce modèle traverse une grande variété de contextes culturels. L’assimilation de l’identité raciale à la sexualité morbide, typique de tout le discours social78 de la fin du xixe et du début du xxe siècle en Europe centrale, atteint son apogée dans les récits que font Dinter et Hitler de la menace sexuelle juive pour l’avenir du peuple allemand. Ainsi que le montrent ces textes, dans le discours de l’antisémitisme, l’homme juif, de même que la prostituée, étaient représentés comme l’origine et le vecteur de ce qui décomposait l’identité sexuelle et contaminait la reproduction.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche a été menée sous les auspices du Center for the Critical Analysis of Contem-porary Culture (CCACC), New Brunswick, université de Rutgers. Une version anglaise plus courte de cet article est parue dans Fautline, 1, 1992.

2  Jacob Katz, From Préjudice to Destruction : Anti-Semitism, 1700-1933, Cambridge, Harvard University Press, 1980, p. 245. La description qui suit est tirée de cet ouvrage.

3  Wilhelm Marr, Der Sieg des Judentums über das Germanentum, éd. Berne, 1879.

4  A propos de l’« émergence » du terme Antisemitismus dans le Cercle de Marr en 1879, cf. Reinhard Rürup (et Thomas Nipperdey), Antisemitismus-Entstehung, Funktion und Geschichte eines Begriffs, Emanzipation und Antisemitismus : Studien zur Judenfrage des bürgerlichen Gesellschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1975, p. 95-114 et spécialement p. 101-103.

5  Adolf Stoecker, Unsere Forderungen an das moderne Judentum, Christlich Sozial,Reden und Aufsàtze, Bielefeld & Leipzig, Verlhagen & Klasing, 1885, p. 143.

6 Ibid., p. 154.

7  Heinrich von Treitschke, Unsere Aussichten, in Der Berliner Antisemitismusstreit, éd. par W. Boehlich, Francfort, Insel, 1965, p. 13. Les contributions de Treitschke au débat antisémite ont ensuite été rassemblées dans la rubrique « Ein Wort liber unser Judentum ». Puis, son slogan a été agité à chaque numéro de cette feuille haineuse qu’était Der Stürmer.

8  Jonathan Hutchinson, Address on syphilis as an imitator, British Médical Journal, 1, 1879, p. 499-501, 541-542. Cf. aussi John Thorne Crissey et Lawrence Charles Parish, The Dermatology and Syphilology of the Nineteenth Century, New York, Praeger, 1981, p. 217.

9  Alain Corbin, L’hérédosyphilis ou l’impossible rédemption : contribution à l’histoire de l’hérédité morbide, Romantisme, 31, 1981, p. 138 et 141.

10  Claude Quétel, Le mal de Naples. Histoire de la syphilis, Paris, Seghers, 1986, p. 169. Quétel continue ainsi : « ... et son inféodation, riche d’ambiguïtés pour l’avenir, à une pathologie qui n’en est après tout que la manifestation la plus apparente. »

11  Selon Kenneth P. Wilcox (On the construction of stereotypes, the problem of induction, and philosophical idealism, University of Dayton Review, 15, 1, 1981, p. 10), il se vendit à plus de 260000 exemplaires entre 1918 et 1936, eut plus de 1,5 million de lecteurs et figura parmi les quatre ou cinq romans à succès de l’époque.

12  Ce bref aperçu de l’évolution sociale et économique de l’Allemagne à la fin du xixe siècle provient essentiellement de l’ouvrage de Paul Weindling, Health, Race and German Politics between National Unification and Nazism 1870-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; cf. aussi Richard Evans, Prostitution : State and society in impérial Germany, Past and Présent, 70, 1976, p. 106-129.

13  Cf. Annelise Maugue, L’identité masculine en crise au tournant du siècle 1871-1914, Marseille, Rivages, 1987 ; Jacques Le Rider, Modernité viennoise et crises de l’identité, Paris, PUF, 1990 ; John Fout, Sexual politics in Wilhelmine Germany. The male gender crisis, moral politics, and homo-phobia, Journal of the History of Sexuality, 2, 1992, p. 388-421.

14  Michel Foucault, Histoire de la sexualité, t. I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

15  Elisabeth Roudinesco, La bataille de cent ans : Histoire de la psychanalyse en France, t. I : 1885-1939, Paris, Ramsay, 1982, p. 208. Celle-ci voit le Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine de Bénédict Augustin Morel, qui a inauguré le discours de la dégénérescence en 1857, comme une réponse à la syphilis, « fléau majeur de la société moderne ».

16  Maxime du Camp, Paris : Ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du xixe siècle, Paris, Hachette, 1872, t. III, p. 490, cité par Alain Corbin, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (xixe siècle), Paris, Flammarion, 1982, p. 36.

17  De nombreuses théories sur les origines de la syphilis associent la première éruption en Europe à l’épidémie qui frappa les armées de Charles VIII, au siège de Naples en 1495, et la rapprochent d’autres événements concomitants d’une très grande importance. Il s’agit tout d’abord du voyage de Christophe Colomb et la plupart des explications reposent sur la soi-disant « théorie du Nouveau Monde ». Cf. Iwan Bloch, Der Ursprung der Syphilis : Fine medizinische und kulturgeschichtliche Untersuchung, Jena, Gustav Fischer, 1901-1911, et Quétel, op. cit., p. 9-58. Mais un autre événement contemporain, l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492, a également donné naissance à une théorie de l’origine. On a associé la syphilis à ce qui était connu sous le nom de « peste marrane ». Les historiens n’ont cependant pas accordé beaucoup de crédit à cette théorie. Cf. Bloch, op. cit., t. I, p. 56, et Henry Friedenwald, A Hebrew reference to the épidémic of the gallic disease at the end of the 15th century and the accusation that the marranos caused its spread, Jews and Medicine, Baltimore, John Hopkins University Press, 1944, t. II, p. 531.

18  Sander L. Gilman, The struggle of psychiatry with psychoanalysis : Who won ?, Critical Inquiry, 13, 1987, p. 299. Également Dr Reiter, Nationalsozialistische Révolution in Medizin und Gesundheitspolitik, Ziel uni Weg, 14, 1933, p. 422-427. Celui-ci suggère que cette pénétration étrangère dans les rangs des dermatologues, ainsi que des gynécologues et psychanalystes, s’explique par le caractère instinctuel propre à leur race.

19  Weindling, op. cit., p. 169.

20  Crissey et Parish, op. cit., p. 179-181.

21  A propos de la campagne contre l’usage du Salvarsan dans les pamphlets et les journaux antisémites, tels que Der Stürmer, ainsi que dans les sociétés homéopathiques souvent antisémites, comme les Jaegervereine, cf. Dennis Showalter, Little Man, What Now ? Der Stürmer in the Weimar Republic, Hamden, CT, Archon Books, 1982, p. 198. Cf. aussi Adolf Hitler, Mein Kampf, trad. franc., Paris, 1934. Hitler, en faisant allusion au Salvarsan, met en cause son efficacité et en même temps le désigne comme juif.

22  Quétel, op. cit., p. 68-69.

23  Bloch, t. II, op. cit., p. 297-307. Il donne une liste exhaustive des noms.

24  Dans Berliner Kindheit um Neunzehnhundert, Gesammelte Schriften, éd. par Tillman Rexroth, Francfort/Main, Suhrkamp, 1972, t. IV, I, p. 252, Walter Benjamin se rappelle comment son père apprit à son fils de cinq ans la mort de son cousin avec force détails ennuyeux ; c’est seulement de nombreuses années plus tard que Benjamin apprit la seule chose que son père avait omise dans son récit : le cousin était mort de la syphilis.

25  Cf. Jill Harsin, Syphilis, wives, and physicians : Medical ethics and the family in late nineteenth-century France, French Historical Studies, 16, 1, 1989, p. 72-95. Dans les présentations dramatiques des effets de la maladie sur la reproduction, telles que Les revenants d’Ibsen, elle n’est pas nommée, ou bien elle apparaît sous la forme d’un euphémisme, sans référence à la tache morale, comme dans Les avariés de Brieux.

26  Ainsi, la tache morale de la syphilis ne se cache plus derrière l’appellation de tabès, qui est au contraire défini comme le symptôme clinique d’une syphilis tertiaire.

27  A propos de cette association, cf. Sander Gilman, Plague in Germany, 1939-1989 : Cultural images of race, space and disease, MLN, 104, 1989, p. 1148, citant Theodor Frisch, Handbuch des Judenfrage : Die wichtigsten Tatsachen zur Beurteilung des jüdischen Volkes, Leipzig, Ham-mer Verlag, 1935, p. 408.

28  Ludwik Fleck, Genesis and Development of a Scientific Fact, éd. orig. 1935, trad. américaine, Chicago, University of Chicago, 1979, p. 12-13. En 1872, la recherche de l’agent de la syphilis impliquait « l’examen du sang des syphilitiques à l’aide de tous les moyens chimiques et microscopiques disponibles ». Sur la persistance de la « symbolique du sang » dans un domaine marqué par l’« analytique de la sexualité », cf. Foucault, op. cit., p. 195.

29  La confirmation prétendument scientifique du caractère empoisonné du sang juif faisait l’objet d’articles réguliers dans Der Stürmer, par exemple Judenblut : Wissenschaftliche Blut-forschungen und ihren Ergebnisse, DS, 35, 1926, ou Blut und Rasse. Der Mischling folgt der ärgeren Hand, DS, 31, 1936. Cf. Fred Hahn, Lieber Stürmer : Leserbriefe an das NS-Kampfblatt 1924 bis 1945, Stuttgart, Seewald Verlag, 1978, p. 84-87.

30  Fleck, op. cit., p. 41. L’édition américaine attire l’attention sur ce passage de Faust (vers 1740). Comme le slogan de Treitschke, ce vers était souvent utilisé dans Der Stiirmer.

31  Dr M. G. Salomon, Die Beschneidung : Historisch und medizinisch beleuchtet, Braunschweig, 1844, p. 73, et Solomon Abraham Trier (dir.), Rabbinische Gutachten über die Beschneidung Francfort/Main, J.-F. Bach, 1844, t. XV.

32  Cette assimilation réglementaire, en Allemagne, entre la judaïté et la circoncision trouve son équivalent dans la formule juive « Pratiquer la circoncision se dit en judéo-allemand « judai-ser » ». Cf. Richard Andrée, Zur Volkskunde der Juden, Bielefeld & Leipzig, Verlhagen & Klasing, 1881, p. 157, n. 1.

33  L. Duncan Bulkley, Syphilis in the Innocent (Syphilis Insontium), New York, Bailey & Fair-child, 1894, p. 117-122 (tableau VI). Il énumère des cas de syphilis provoqués par la circoncision en Silésie, Prusse, Rhénanie, Autriche, Angleterre et Pologne.

34  Salomon, op. cit., VIII-IX.

35  Salomon ne se préoccupe pas explicitement de l’analogie avec la fellation.

36  Selon Corbin (op. cit., p. 84), le Dr L. Fiaux (La police des mœurs en France et dans les principaux pays de l’Europe, Paris, E. Dentu, 1988, t. I, p. 212) forge l’expression « égout séminal » pour décrire les maisons de tolérance. Fiaux décrit également les rabbins qui transmettent la syphilis au cours des circoncisions (t. I, p. 340), cité par Charles Bernheimer, Figures of Ill Repute : Representing Prostitution in Nineteenth Century France, Cambridge, Harvard University Press, 1989, p. 313, n. 5.

37  Cf. la description du mohel dans Salomon, op. cit., p. 63-64.

38  Cf. David Philipson, The Reform Movement in Judaism, New York, Macmillan, 1907, p. 181-192, 260, 305 ; Michael A. Meyer, Response to Modernity : A History of the Reform Movement Judaism, New York, Oxford University Press, 1988, p. 138-139, 163, 166 ; Sander Gilman, The Jews Body, New York, Routledge, 1991, p. 93.

39  Carl Alexander, Die hygienische Bedeutung der Beschneidung, Breslau, Th. Schatzky, 1902, p. 20 ; Johan Almkvist, Zur Geschichte der Circumcision, Janus, 30, 1926, p. 163 ; cf. aussi Gilman, The Jew’s, op. cit., p. 97-98.

40  Cf. Bernheimer, passim ; en plus de ses autres travaux déjà cités, cf. aussi Gilman, AIDS and syphilis : The iconography of disease, Aids : Cultural Analysis Cultural Activism, éd. par D. Crimp, 1987, Cambridge, MIT Press, 1988, et I’m down on whores : Race and gender in Vic-torian literature, Anatomy of Racism, éd. par D. T. Goldberg, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1990, p. 160-164.

41  Par exemple, Esther Gobseck, la prostituée au cœur d’or dans Balzac, Splendeur et misères des courtisanes. Cf. l’analyse de Bernheimer, op. cit., chap. 2. Chaque bordel avait sa « belle juive », selon J. K. Huysmans (A Rebours, Paris, Gallimard, 1977, p. 68) : « ... avait ajouté une grande brune, aux yeux à fleur de tête, au nez busqué, qui remplissait chez Madame Laure l’indispensable rôle de la belle Juive. »

42  A propos de l’immigration juive, cf. Steven E. Ascheim, Brothers and Strangers : The East European Jew in German and German Jewish Consciousness, 1800-1923, Madison, University of Wiscon-sin Press, 1982.

43  Sur la surévaluation des statistiques, cf. Alain Corbin, Le péril vénérien au début du siècle : prophylaxie sanitaire et prophylaxie morale, Recherches, 29, 1977, p. 253.

44  A propos du thème de l’« ethnie-putain », Michel Herszlikowicz, dans La philosophie de l’antisémitisme (Paris, PUF, 1985, p. 109), cite A. Berg, Judenbordelle : Enthüllungen aus dunklem Haü-sern, Berlin, 1890, p. 10, à propos de la soi-disant domination des Juifs sur la traite des blanches. Cf. aussi Showalter, op. cit., chap. 4, « The Jew as Sex Offender ».

45  Cf. Edward J. Bristow, Prostitution and Préjudice : The Jewish Fight against White Slavery 1870-1939, New York, Schocken Books, 1983, p. 73, et Corbin, Les filles, op. cit., p. 426. Au tournant du siècle, les défenseurs des Juifs reconnurent la participation de Juifs dans de telles affaires mais soulignèrent l’opposition générale de la communauté juive, insistant sur le caractère œcuménique du trafic et soutenant que les individus doivent être considérés en tant que tels et non comme représentatifs de tout un peuple. Cf. par exemple Verein zur Abwehr des Antisemitismus, Antisemiten-Spiegel : Die Antisemiten im Lichte des Christentums, des Rechtes, und der Wissenchaft, Danzig, Kasermann, 1900, 2e éd., p. 98-102. Cependant la traite des blanches demeura un sujet principal de la presse antisémite. Cf. à ce sujet les analyses de Julius Streicher et de son organe, Der Stürmer, par Dennis Showalter et Fred Hahn, op. cit. Un exemple typique en est l’histoire qui fait la Une du n° 30, en 1926, « Mädchenfleisch-Handel ».

46  Adolf Hider, Mein Kampf, op. cit.

47  A propos des caractéristiques de la « prostituée-née », cf. Corbin, Les filles, op. cit., p. 440-452.

48  Cf. Frisch, Handbuch, op. cit., p. 31. Il ajoute que cela explique pourquoi les femmes juives jouaient un si grand rôle en politique, spécialement dans le mouvement féministe.

49  Corbin, Les filles, op. cit., p. 123.

50  Cf. Gilman, Who Won ?, op. cit., p. 301, et Bernheimer, op. cit., p. 246, sur les rapports entre la castration et les lésions syphilitiques.

51  Et leur incapacité correspondante à produire quoi que ce soit d’original. Cf. Hans Blü-her, Secessio Judaica : Philosophiscke Grundlegung der historischen Situation des Judentums und der antise-mitischen Bewegung, Berlin, Der weisse Ritter Verlag, 1922. Celui-ci commence ainsi son propos sur « L’erreur juive » : « Les Juifs sont le seul peuple qui s’adonne à l’imitation. L’imitation du sang, du nom et des formes... L’imitation juive est ancrée dans le destin de la race, c’est-à-dire dans l’idée dejuda » (p. 19).

52  Selon Vern Bullough et Bonnie Bullough, Women and Prostitution : A Social History, Buf-falo, Prometheus Books, 1987 : « L’une des raisons pour faire porter la rouelle aux Juifs, par ordre de l’Église, était que les prostituées non juives pouvaient ainsi reconnaître leur client et le refuser » (p. 127). La prostituée, femme publique, se situait aux marges de la société, entre le chrétien et le juif. Sa sexualité était une occasion de contact, de contamination : l’Église ne redoutait pas tant la maladie et l’immoralité que l’apostasie. Le lien entre sexualité et blasphème conduisit à cet « encodage » visible du juif.

53  Cf. Corbin, Les filles, op. cit., p. 197 et s. ; Bernheimer, op. cit.,passim ; et Artur Dinter, Die Sünde wider das Blut, Leipzig, Mathes & Thost, 1920 : « Sur tous les sièges et tous les fauteuils [l’ombre noire de l’enfant si peu naturel d’Hermann et Elisabeth] leur lançait ses grimaces car tous les théâtres et toutes les salles de concert de la grande ville semblaient avoir été affermés par cette race inquiétante » (p. 195).

54  A propos de cette menace, cf. Bernheimer, op. cit., p. 26-28.

55  Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, trad. franc., Paris, Gallimard, 1950, p. 328-329. Dans Das Judentum in Gegenwart und Zukunft, Leipzig et Berlin, Wilhelm Friedrich, 1885, Edouard Hartmann, qui caractérise les Juifs d’experts en camouflage (Verhüllung) et en arts de l’imitation, tels que le mime ou la virtuosité musicale, c’est-à-dire ceux qui « ne demandent rien de plus que de la reproduction » (p. 168), fait implicitement l’analogie entre les Juifs qui sont facilement entrés dans le journalisme et les actrices inconvenantes, car « des natures honnêtes ne se décident qu’à contrecœur à s’adonner entièrement au service de la presse de même qu’une fille honnête ne se décide qu’à contrecœur à monter sur scène » (p. 171).

56  Flévy d’Urville, Les ordures de Paris, Paris, Sartorius, 1874, p. 26, cité par Corbin, Les filles, op. cit., p. 36. Cf. aussi Alex Bein, The Jewish parasite, Leo Baeck Yearbook, 9, 1964, p. 3-40.

57  Le thème de l’échange stérile remonte à Aristote. L’argent issu de l’échange, c’est-à-dire de l’usure, est le produit monstrueux d’une relation incestueuse : « C’est même là l’origine du terme intérêt ; car les êtres engendrés sont semblables à leurs parents, et l’intérêt est une monnaie née d’une monnaie. Par conséquent, l’intérêt est de tous les modes d’acquisition le plus contraire à la nature », cité par Thomas Laqueur, The social evil, The solitary vice and pouring tea, Fragments of a History of the Human Body, M. Feher et R. Naddaff et N. Tazi, t. III, p. 338.

58  L’Hermite, L’anti-pape : Drumont-Démon, Issoudun, 1899, cité par Stephen Wilson, Ideo-logy and expérience : Antisemitism in France at the Time of the Dreyfus Affair, Madison, NJ, Farleigh Dickinson University Press, 1982, p. 592.

59  Wilson, op. cit., p. 97. Toute l’activité économique des Juifs est représentée comme stérile, extérieure au domaine de la production. Les Juifs sont bien entendu incapables de toute activité fructueuse, telle que l’agriculture. Dans Le péché, Dinter écrit qu’ils sont incapables « de produire eux-mêmes des valeurs fécondes et constructives » (p. 185). Hartmann fait également le lien habituel entre la production et le travail par rapport aux juifs et aux prostituées (p. 101-102) en parlant des réticences des Juifs à l’égard du travail : la prostitution entraîne également une « production qui n’est pas un travail ».

60  L’Exode, 20, 4-5, La Sainte Bible, Paris, éd. du Cerf, 1955, p. 19.

61  Ten German commandments of lawful self-defense, Antisemiten-Katechismus, Leipzig, Hammer, 1883, p. 358-360, cité et traduit par Massing, p. 306. Frisch peut également faire allusion au caractère idolâtre de l’homme juif, car la circoncision est par essence un acte d’idolâtrie. Dans The problem of the fetish, II, RES, 13, 1987, William Pietz résume la théorie augustinienne de l’idolâtrie : « La transformation volontaire de corps humains pour des motifs religieux était idolâtre dans la mesure où cela défigurait les formes naturelles que Dieu leur avait données, les transformant en images d’une spiritualité frauduleuse » (p. 28).

62  Cf. Diday qui soumettait cette thèse dans son Traité de la syphilis des nouveau-nés et des enfants à la mamelle, 1854, selon Crissey et Parish, op. cit., p. 92.

63  Bernheimer, Figures, op. cit., p. 271. Cf. aussi Jules Michelet, L’amour, Œuvres complètes, Paris, Flammarion, 1985, t. XVIII, p. 226-229, et Faguet, Le féminisme, 1910, cité par Maugue, op. cit., p. 24 : « ... les enfants d’un successeur [le dernier inséminateur] ressemblent presque toujours à Monsieur le premier. » Cf. aussi une longue analyse dans Léon Poliakov, Le mythe aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Paris, Calmann-Lévy, 1971, p. 293-294.

64  Evans, op. cit., p. 107.

65  Cf. Corbin, Les filles, op. cit., p. 294.

66  Streicher continue : « Maintenant nous savons pourquoi le Juif utilise tous les artifices de la séduction pour posséder les Allemandes, aussi jeunes que possible, pourquoi le médecin juif viole ses patientes quand elles sont sous anesthésie. Il veut que la jeune fille et la femme allemandes absorbent le sperme étranger du Juif. » Cité par G. M. Gilbert, Nuremberg Diary, New York, Farrar, Strauss & Co., 1947, p. 117. Streicher avait développé sa théorie dans un certain nombre d’articles parus dans Der.Stürmer avant ce débat, quand il était en procès à Nuremberg. Cf. par exemple Schûtz die deutsche Frau vor dem Tier im Juden, DS, 48, novembre 1925 ; Der Jud im Familienbad. Ein Kapitel zur Rassenfrage, DS, 37, septembre 1926 ; et Deutsche Volksge-sundheit aus Blut und Boden 3, 1er janvier 1935, p. 3. Cf. également Hahn, op. cit., p. 19 et 81, et D. Showalter, op. cit., p. 196. Selon Cornelia Behring, Die Sprache des Nationalsozialismus, Zietschrift für deutsche Wortforschung, 1, 1960 : « Ce qui est étranger à la race c’est ce qui entre en contradiction avec la race, a un effet « corrupteur » » (p. 82).

67  Dr Martin Staemmler, Aufgaben und Ziele der Rassenpflege, Ziel und Weg, 14, 1933, p. 417 et 421.

68  Le jeu de mots sur bescheiden/beschneiden continue quand la mère d’Elisabeth raconte l’histoire de sa séduction par Burghamer. Elle fait référence deux fois à sa modeste (bescheidene) situation (p. 76-77). Les permutations de bescheiden et schneiden traversent tout le roman. Par exemple, confronté aux fiançailles d’Elisabeth et du baron, Hermann remet en cause son départ du laboratoire. Pour continuer à se consacrer à la science, il doit « se cantonner [bescheiden] à un seul côté des choses » et admettre la nécessité de « se tailler [herausschneiden] un étroit domaine de spécialité (p. 86, 87, 89). L’infirmière Johanna commence par opposer un refus, einem ablehnenden Bescheid, à la demande en mariage d’Hermann car elle a eu un enfant illégitime après avoir été séduite par un officier juif, c’est-à-dire beschnittenen. A la fin, Hermann trouve son destin comme « instrument modeste », bescheidenes Werkzeug, de Dieu dans la lutte contre cette « puissance infernale », Höllenmacht, que sont les Juifs. Dans le judaïsme, Hermann se rappelle une époque où « la modestie », Bescheidenheit, masquait la réalité de « la circoncision », Beschneidung : « Quand j’étais enfant par exemple la relation entre les camarades de classe juifs et non juifs était tout à fait amicale et exempte d’antipathie, car les élèves juifs représentaient une infime minorité et étaient de ce fait tenus à la modestie [Bescheidenheit] » (p. 87-88). De la même façon, la première chose que réclame Adolf Stoecker de la communauté juive moderne est qu’elle soit « un petit peu plus modeste [bescheidener] » (Unsere Forderungen, op. cit., p. 146).

69  Dinter continue : « Tout ce qu’il y a de grand et de bien, de pur et de vrai, de noble et de profond, tout ce qui aspire à quitter la sphère animale pour pénétrer celle de l’esprit était humilié, paralysé ou étouffé. C’était la malédiction du péché contre le sang auquel elle devait son existence » (p. 138-139). Sur la théorie de Lombroso, selon laquelle l’excitation sexuelle révèle la perversité naturelle de la femme (c’est-à-dire que, quand une femme est excitée, elle est active et donc masculinisée), cf. Hilde Olrik, Le sang impur : Notes sur le concept de prostituée-née chez Lombroso, Romantisme, 31, 1981, p. 170-172, et Bernheimer, op. cit., p. 259.

70  Diday, Traité de la syphilis, cité par Corbin, L’hérédosyphilis, op. cit., p. 135.

71  Dans le processus, Dinter remplace le sperme par le sang, la sexualité morbide par la race. Il fait peut-être appel à la théorie des humeurs qui définit le sperme comme du sang surchauffé. A propos de cette théorie, cf. Thomas Laqueur, Orgasm, génération, and the politics of reproductive biology, The making of the Modem Body : Sexuality and Society in the Nineteenth Century, Catherine Gallagher et Thomas Laqueur (eds), 1986, Berkeley, University of California Press, 1987, p. 7-9.

72  Showalter, op. cit., p. 196.

73  Cf. par exemple, Lutz Winckler, Studie zur geselhchaftlichen Funktion faschistischer Sprache, Francfort/Main, Suhrkamp, 1970.

74  Cf. Foucault, t. I, op. cit., p. 164 : « L’aristocratie nobiliaire avait, elle aussi, affirmé la spécificité de son corps ; mais c’était sous la forme du sang, c’est-à-dire de l’ancienneté des ascendances et de la valeur des alliances ; la bourgeoisie pour se donner un corps a regardé à l’inverse du côté de sa descendance et de la santé de son organisme. Le « sang » de la bourgeoisie, ce fut son sexe... le souci généalogique est devenu préoccupation de l’hérédité. »

75  Parmi d’autres, cf. les travaux de Sander Gilman, par exemple, Jews and mental illness : Médical metaphors, anti-semitism, and the Jewish response, Journal of the History of the Behavioral Sciences, 20, 1984, p. 150-159, et Jan Goldstein, The wandering jew and the problem of psychiatrie anti-semitism in fin de siècle France, Journal of Contemporary History, 20, 1985, p. 521-551.

76  Wilhelm Reich, La psychologie de masse du fascisme, Paris, Payot, 1972, p. 89. Reich ajoute : « Une des sources les plus puissantes de l’idéologie politique et de l’antisémitisme nationaux-socialistes est la sphère irrationnelle de la phobie syphilitique » (p. 90). Mais pour Reich, la peur provoquée par la syphilis vient du fait que « [derrière l’idée] du mélange avec des races étrangères... [Se cache] l’idée des rapports sexuels avec les membres des classes opprimées » (p. 99).

77  L’identification symptomatique de la syphilisation et de l’enjuivement est elle-même symptomatique du rapprochement, tout au long du siècle, entre la représentation du mâle juif et celle de la femme juive, ou plus précisément celle du non-mâle. Quand avec l’émancipation, les hommes juifs pénétrèrent plus aisément la sphère publique, la représentation surdéterminée du mâle juif occupa la position de la fille publique. Sur ce sujet, cf. Jay Geller, (G)nos(e)logy : The cultural construction of the other, in Howard Eilberg-Schwartz (éd.), The People of the Body, Albany, SUNY Press, 1992.

78  Avec la notion de « discours social », Marc Angenot a exploré la façon dont la logique culturelle hégémonique pénètre les énoncés de discours et de disciplines, disparates et apparemment sans rapport, d’une société donnée. Cf. Angenot, Ce que l’on dit des Juifs en 1889. Antisémitisme et discours social, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jay Geller, « Le péché contre le sang : la syphilis et la construction de l’identité juive », Revue germanique internationale, 5 | 1996, 141-164.

Référence électronique

Jay Geller, « Le péché contre le sang : la syphilis et la construction de l’identité juive », Revue germanique internationale [En ligne], 5 | 1996, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/562 ; DOI : 10.4000/rgi.562

Haut de page

Auteur

Jay Geller

Professeur à l’Université de Princeton

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals