Navigation – Plan du site
Les enjeux du paysage

La conversion à l’époque carolingienne1

Raffaele Savigni

Résumés

À l’époque carolingienne, la conversion des peuples est surtout un phénomène collectif d’adhésion à un système politique et culturel, lié à l’initiative politique et militaire des souverains francs et des missionnaires envoyés par eux (comme Anschaire), parfois en compétition avec l’Empire byzantin (comme dans l’espace bulgare). Mais on entrevoit aussi quelques expériences personnelles de conversion intérieure, comme la conversion au judaïsme en 838‑830 du diacre Bodo, lié à la cour de Louis le Pieux, ainsi que le martyre volontaire de plusieurs chrétiens espagnols, qui peut être envisagé comme une réponse polémique et un défi au processus d’islamisation culturelle de la société mozarabe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je remercie Mme Isabelle Fabre, qui a relu et amélioré mon texte français.
  • 2  C. Ginzburg, « La conversione degli Ebrei di Minorca (417‑418) », Quaderni storici, n. 79, XXVII ( (...)
  • 3  P. Brown, La formazione dell’Europa cristiana, pp. 497‑529 ; Fletcher, La conversione dell’Europa, (...)

1J’analyserai ici, en historien, par rapport à une problématique plus générale, quelques exemples de conversion, volontaire ou forcée (selon une tension qu’on peut déjà relever au Ve siècle, avec la conversion des juifs de Minorque en 417‑418, décrite par l’épître de Sévère)2, dans un contexte de société « totalisante » (comme la société carolingienne ou l’Espagne musulmane). En effet on entrevoit, à l’époque carolingienne, le passage d’une relative fluidité des frontières religieuses et culturelles à un encadrement plus rigide des populations ; et aussi dans l’émirat de Cordoue la tendance au prosélytisme se renforce entre le IXe et le Xe siècle3.

1. Le problème de la conversion : liberté de choix et christianisation politique

  • 4  G. Bardy, La conversion au christianisme durant les premiers siècles, Paris 1947, p. 157 (trad. it (...)
  • 5  A Nock, Conversion, Oxford 1961 ; trad. it., La conversione. Società e religione nel mondo antico, (...)
  • 6  R. Lane Fox, Pagan and Christians, London 1986 (traduction italienne, Pagani e cristiani, Roma‑Bar (...)
  • 7  A. Kreider, « Changing Patterns of Conversion in the West », dans The Origins of Christendom in th (...)
  • 8  Voir N. McLynn, « Seeing and Believing. Aspects of Conversion from Antoninus Pius to Louis the Pio (...)
  • 9  Voir P. Siniscalco, « Sull’evangelizzazione e la cristianizzazione nei primi secoli. Una rassegna (...)
  • 10  Voir, par exemple, V. I. J. Flint, The rise of Magic in Early Medieval Europe, Oxford 1991; James  (...)
  • 11  Voir P. Golinelli, Il Medioevo degli increduli. Miscredenti, beffatori, anticlericali, Milano, Mur (...)
  • 12  Vita Constantini (Cyrilli) XII 9‑23; voir A. E. N. Tachiaos, Cyril and Methodius of Thessalonica. (...)
  • 13  Voir R. Lane Fox, Pagan and Christians, London 1986 (traduction italienne, Pagani e cristiani, Rom (...)
  • 14  Voir B. Luiselli, La formazione della cultura europea occidentale, Roma 2003 ; Id., « Cristianizza (...)
  • 15  L. Musset, « La pénétration chrétienne dans l’Europe du Nord », dans La conversione al cristianesi (...)
  • 16  Voir La christianisation des pays entre Loire et Rhin (4.‑7. siecle) : actes du Colloque de Nanter (...)

2Pour G. Bardy « désir de la vérité, désir de la délivrance et du salut, désir de la sainteté, ce sont là les grands motifs de la conversion chrétienne au cours des premiers siècles »4 ; et dans la perspective d’Arthur Darby Nock (Conversion, Oxford, 1961), critiquée par Ramsay Mac Mullen, on peut parler proprement de « conversion » seulement par rapport au christianisme, qui a hérité de l’ancienne conversion philosophique et qui implique la rupture des liens familiaux et sociaux antérieuro5. Mais plusieurs études ont analysé les causes spirituelles et les motifs différents des conversions (qu’on ne peut pas réduire à un désir de mobilité sociale)6, et souligné la pluralité des modèles de « conversion » et des niveaux spirituels des convertio7 ; le rôle des motivations pratiques, du contexte social et politique, et de la crainte par rapport au divin et au surnaturel8, la distinction entre la première évangélisation (qui n’implique pas l’existence d’une institution ecclésiastique stable et permanente) et la christianisation proprement dite9, la complexité des interactions entre systèmes religieux différents, la « longue durée » d’une culture folklorique et « magique » liée à la culture traditionnelle, tribale10, et une résistance à la christianisation qui parfois se manifeste come « incroyance »11 : la Vie grecque de Cyrille mentionne la lutte contre les vestiges de la religion traditionnelle chez les Khazars, comme l’était l’arbre sacré12. La distinction entre christianisme et paganisme n’est plus conçue come absolue et radicale13 : la conversion est souvent, dans le haut Moyen Âge, un processus complexe d’acculturation et d’inculturation14, dont il faut souligner l’ambiguïté, et les nombreuses nuances. L. Musset a entrevu dans les peuples du Nord, au XIe siècle, quelques formes de syncrétisme (« gens à la foi mêlée »)15. Il s’agit très souvent de l’intégration, forcée ou graduelle, dans un système politique et culturel plutôt que de l’adhésion consciente à un système doctrinal ou à un code éthique déterminé16.

  • 17  W. A. Meeks, The First Urban Christians, New Haven‑London1983 ; p. 191 ; R. Lane Fox, Pagans and C (...)
  • 18  Bède, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, II 13, éd. M. Lapidge, P. Chiesa, avec traduction it (...)
  • 19  R. Stark, One True God: Historical Consequences of Monotheism, Princeton 2001; trad. it., Un unico (...)

3Mais l’élément doctrinal n’a pas été toujours le principal facteur de la conversion : dans une perspective sociologique, W.A. Meeks a souligné, s’agissant des premiers chrétiens, le rôle de la mobilité sociale et du désir de « compensation sociale », thèse discutée par R. Lane Fox17. Il convient également de souligner l’influence de la dimension émotive, de l’espoir d’une vie éternelle -le passage de l’Histoire ecclésiastique de Bède consacré à la conversion du roi anglais Edwinen en est un exemple18 - et des aspirations à une vie morale plus élevée. Rodney Stark, en sociologue, perçoit deux modes différents de conversion19 :

  • 20  L. G. Duggan, “For Force Is Noto f God”? Compulsion and Conversion from Yahweh to Charlemagne, dan (...)

41) d’en haut, à l’initiative d’une autorité politique ou religieuse, et souvent avec une forme plus ou moins forte de pression sociale et parfois de contrainte20 ;

  • 21  Sur l’image d’un « supermarché » des religions voir aussi J. North, « The development of Religious (...)
  • 22  Stark, Un unico vero Dio, cit., en particulier pp. 67‑105, 114‑131; voir aussi E. A. Thompson, « C (...)

52) d’en bas, à l’initiative missionnaire de personnes très convaincues, de vrais croyants (et parfois de missionnaires professionnels), dans une sorte de « marché » des religions en compétition entre elles. Il faut, à cet égard, distinguer la prédication destinée à des personnes et populations déjà chrétiennes « de nom », du prosélytisme destiné à des personnes et populations qui professaient ou pratiquaient d’autres religions ou ne revendiquaient aucune religion21. Il souligne le dynamisme des religions monothéistes : la conviction d’avoir connu et de pratiquer la « vraie » religion, celle du Dieu unique, engendre chez les croyants une aspiration plus forte à l’évangélisation et à la conversion des « autres », et parfois une forte intolérance par rapport aux infidèles. Par ailleurs, l’auteur remarque la fécondité d’une situation caractérisée par la compétition religieuse, tandis que le monopole d’une religion officielle ne favoriserait pas l’impulsion missionnaire (la validité de cette hypothèse se vérifie à l’époque contemporaine, mais aussi dans les sociétés traditionnelles : ainsi après la conversion de Constantin et jusqu’à la Réforme du XVIe siècle, l’initiative missionnaire chrétienne est très rare)22. La dernière affirmation de Stark est, en revanche, trop radicale : à l’époque carolingienne, bien que le christianisme apparaisse en situation de monopole, l’activité missionnaire n’est pas absente.

  • 23  T.S. Noonan, « Why Orthodoxy did not Spread among the Bulgars of the Crimea during the Early Medie (...)

6En effet la conversion manquée de quelques populations (comme les Bulgares de Crimée ou les Alans) est parfois la conséquence de l’absence d’une compétition religieuse et politique : dans le cadre du « modèle byzantin de conversion » entrevu par Noonan, Byzance se préoccupe de la conversion des Bulgares et des Russes afin de limiter l’influence de Rome et de l’Empire d’Occident dans ces régions, tandis que dans la région du Caucase, ce type de rivalité n’existe pas23.

  • 24  Voir Augustin, Contra litteras Petiliani, II 83, éd. M. Petschenig, CSEL 52, Vindobonae 1909, p. 1 (...)
  • 25  L. Scaraffia, Rinnegati. Per una storia dell’identità occidentale, Roma‑Bari, Laterza, 1993, pp. 4 (...)
  • 26  Voir Gli Ebrei nell’Alto Medioevo, Atti della XXVI Settimana di studi (1978), Spoleto 1980.
  • 27  Voir Agobard, op. 14, De cavendo convictu et societate Iudaica, éd. L. van Acker, Agobardi episcop (...)
  • 28  Voir M. Goodman, Mission and Conversion: Proselytizing in the Religious History of the Roman Empir (...)
  • 29  Agobard, De insolentia Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 194 ; Amulon, Epistola, 41, 170C : « Et cum ei (...)
  • 30  Voir L. Steindler, « ’Mater’ e ‘Pater’ nella polemica antiebraica medievale : i percorsi di esclus (...)

7Les monothéismes chrétien et musulman, tout en accordant une sorte de protection légale plus ou moins étendue aux groupes minoritaires « résiduels » en situation d’infériorité juridique, en particulier aux juifs, considèrent l’apostasie, c’est‑à‑dire le refus explicite de la religion d’origine, comme une faute très grave y compris dans le cas des conversions « forcées ». Selon saint Augustin, le IVe concile de Tolède et la plupart des auteurs chrétiens du Moyen Âge, on ne peut par imposer l’adhésion à la religion chrétienne, mais on peut obliger ceux qui ont reçu le baptême à ne pas abandonner cette religion, car on ne peut pas mépriser le sacrement24. Concernant l’époque moderne, Lucetta Scaraffia a souligné l’écart dans la perception que chrétiens et musulmans ont des frontières qui les séparent : l’intériorisation de la foi chez les chrétiens aurait permis aux prisonniers chrétiens de minimiser les conséquences du passage plus ou moins « forcé » à l’Islam, tandis que pour les musulmans, l’identité religieuse était conçue en termes très concrets, comme un ensemble de « pratiques », et par conséquent l’« apostasie » était jugée comme une faute impardonnable rendant ainsi plus rare les conversions de musulmans au christianisme25. Mais à l’époque médiévale, en particulier carolingienne, on peut entrevoir une préoccupation également très forte de la plupart des chrétiens pour les manifestations visibles de l’identité religieuse : Agobard de Lyon (816‑840)et Amulon estiment, en utilisant le lexique de la contamination et de l’impureté, que les chrétiens ne doivent pas partager de repas avec les juifs - à l’époque carolingienne, « médiateurs » entre Orient et Occident pratiquant souvent le commerce27. Même si quelques savants modernes ont nié l’existence d’une véritable activité missionnaire des juifs28, le prosélytisme juif est perçu comme une véritable menace pour l’identité chrétienne. Il arrive, d’ailleurs que des chrétiens jugent que les rabbins prêchent mieux que les prêtres chrétiens. On entrevoit des situations d’ambiguïté, de « contamination » partielle entre christianisme et judaïsme : quelques juifs convertio, pressés par leurs anciens coreligionnaires, professent qu’on peut croire en Jésus‑Christ, en le considérant toutefois comme inférieur au Père29 . D’autre part, le christianisme du haut Moyen Âge est surtout une religion du Père, plutôt que du Fils et de la Mère ; par conséquent, et n’est pas encore perçue comme radicalement différente du judaïsme30. Selon Amolon, les juifs font jouer également la pression économique pour acquérir de nouveaux convertio, auxquels les percepteurs juifs remettent les dettes. Dans l’Espagne musulmane, on entrevoit deux attitudes différentes : la plupart des chrétiens « mozarabes » recherchent l’intégration dans la société gouvernée par les musulmans, tandis que d’autres chrétiens recherchent le martyre pour protéger et sauvegarder l’identité chrétienne « latine », menacée par un processus d’assimilation, c'est‑à‑dire d’«  arabisation », dénoncé par Alvare de Cordoue :

  • 31  Alvare de Cordoue, Indiculus luminosus, 35, dans Corpus scriptorum Mozarabicorum, éd. I. Gil, I, M (...)

Nous lisons les théologiens et les philosophes arabes, non point pour les réfuter mais pour acquérir un arabe correct et élégant, et négligeons l’étude de la Bible et des textes chrétiens. Où est le laïc qui lit maintenant les commentaires latins des Saintes Écritures, ou qui étudie les Évangiles, les prophètes ou les apôtres ? Hélas ! Tous les jeunes chrétiens de talent lisent et étudient avec enthousiasme les livres arabes ; ils réunissent d’immenses bibliothèques à grands frais ; ils méprisent la littérature chrétienne, qu’ils jugent indigne d’attention. Ils ont oublié leur langue, la langue latine ; pour un qui sait écrire une lettre en latin à un ami, il en est un millier qui savent s’exprimer en arabe avec élégance et écrire de meilleurs poèmes en cette langue que les Arabes eux‑mêmes31.

  • 32  Comme c’est le cas dans plusieurs sources médiévales pour la plupart des peuples : voir la Vie pre (...)
  • 33  Frédégaire, Chronique des temps mervingiens (livre IV et Continuations),texte latin d’après l’édit (...)
  • 34  Frédégaire, Chronique, IV 9,pp. 70‑72 ; 65, p. 156. Voir M. Rouche, « Les baptêmes forcés de juifs (...)
  • 35  Frédégaire, Continuations, 19, p. 222.
  • 36  M. Rubellin, « Entrée dans la vie, entrée dans la chrétienté, entrée dans la société : autour du b (...)
  • 37  Frédégaire, Continuations, 13, p. 218 ; 17, p. 220 : Charles Martel « abattit l’armée des Frisons, (...)
  • 38  M.McCormick, Eternal Victory: triumphal rulership in late antiquity, Byzantium, and the early medi (...)
  • 39  Voir aussi, infra, la Vita Anskarii (Annexes 13‑15) ; etle Chronicon Livoniae (XIII siècle) : Enri (...)
  • 40  Frédégaire, Chronique, IV 48, pp. 130‑132 ; 68, pp. 160‑162, où Samo, pour sa gentiletas, est assi (...)

8Au Moyen Âge, en particulier, la motivation politique a été souvent déterminante dans les conversions collectives. Par exemple, l’auteur de la « Chronique des temps mérovingiens », dite de Frédégaire, insiste32 sur la christianisation « d’en haut », à l’initiative du souverain, et sur le baptême « en masse », plutôt que sur la conversion personnelle et intérieure des Wisigoths : Récarède, d’abord baptisé en secret, fit brûler les livres ariens et « fit baptiser tous les Goths selon la religion chrétienne »33. Il souligne par ailleurs la conversion de Césara, épouse de l’empereur des Perses Saxanides, qui aurait impliqué la conversion de l’empereur, de l’élite, puis de tous les Perses, ainsi que la conversion forcée des Juifs dans l’Empire byzantin d’Héraclius et le royaume franc de Dagobert34. Le continuateur de Frédégaire rappelle la soumission des Saxons, plusieurs fois rebelles (Saxones paganissimi : « L’énergique Charles… livra au carnage la majeure partie de cette très sauvage région, commanda à cette cruelle nation de la région de payer le tribut »)36, comme conséquence de la victoire militaire des Francs. Il souligne, en outre, la victoire de Charles Martel sur le duc Rad37. D’autre part, comme le souligne M. Mc Cormick, la victoire militaire est conçue comme un don de Dieu et une preuve, une manifestation de sa bienveillance38. La conversion est souvent superficielle. Malgré la « conversion » des Francs à l’époque de Clovis, mentionnée par Grégoire de Tours, le franc Samo, qui au début du VIIe siècle -en 623 selon la Chronique de Frédégaire - se rendit chez les Slaves Wendes avec plusieurs marchands, dont il faut souligner la fonction médiatrice entre mondes différents39, semble encore païen : il a en effet douze femmes, et lorsque Frédégaire rappelle le meurtre, sur son ordre et dans le « royaume », des marchands francs -peut‑être « ambassadeurs » politiques et religieux du roi Dagobert -40, il souligne sa gentiletas et superbia.

  • 41  Vita Constantini XI 40‑44, dans Tachiaos, Cirillo e Metodio, p. 194 ; Vita Methodii, I 32, p. 211 (...)
  • 42  Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 3, éd. F. Lošek, Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum, (...)
  • 43  Sancti Adalberti episcopi Pragensis et martyris Vita prior, redactio imperialis vel ottoniana, 25, (...)
  • 44  Sancti Adalberti episcopi Pragensis et martyris Vita prior, redactio imperialis vel ottoniana, 1, (...)

9Les Vies grecques de Constantin / Cyrille et de Méthode, les apôtres des Slaves, soulignent le lien entre la conversion et le baptême des peuples slaves ainsi que de quelques Khazars et, selon l’expression de D. Obolensky, leur insertion dans le « Commonwealth byzantin »41, tandis que la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, rédigée en 870, blâme l’activité missionnaire de Cyrille et Méthode, et que l’épître de l’évêque Théotmar (873‑907) réclame la dépendance politique et ecclésiastique de la terra Slavorum de l’épiscopat de Salisbourg et de l’Empire allemand, qui l’ont soumise et christianisée42. La dimension politique de la conversion qu’elle soit plus ou moins forcée est également théorisée, autour de l’an Mil, dans la Vita Adalberti de Bruno de Querfurt (la rédaction longue rappelle le « Compelle intrare » de Luc 14, 23, le passage souvent rappelé pour justifier le recours à la coercition dans l’évangélisation)43 : pour les saints missionnaires, il faut dépasser une situation d’ambiguïté, de promiscuité religieuse - chez les Slaves, « plerique vero nominetenus christiani, ritu gentilium vivunt, quibus causa periculi fit res salutis »44.

  • 45  Voir Chronicon Livoniae, cit., XII 6, p. 116 ; XIV 11, p. 158 (sur l’intégration des païens conver (...)
  • 46  Voir par exemple Chronicon Livoniae XI 7, éd. cit., p. 102‑104 ; XIV 2, p. 140 ; XVIII 3, p. 218 ; (...)
  • 47  Voir Chronicon Livoniae, XXIII 7, p. 302 : « petebat a nobis bonum deum sibi dari, dicens se malum (...)
  • 48  Voir Chronicon Livoniae,XXIII 8, p. 304 : « contra gentem apostatricem » ; XXVII 1‑2, p. 366.
  • 49  Annales Xantenses, ad a. 873, éd. B. De Simson, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum sc (...)
  • 50  Voir Rimbert, Vita Anskarii (Annexes, 16) ; Chronicon Livoniae, XI 7, p. 102 : « missis tamen priu (...)

10On entrevoit, dans les récits des conversions de plusieurs peuples, la volonté de souligner les conséquences politiques de la conversion, c'est‑à‑dire l’adhésion à un système de règles et l’intégration dans un réseau de rapports politiques et diplomatiques45, et parfois une compétition entre le christianisme latin et le christianisme byzantin, qui cherchent à intégrer les peuples convertio dans leur système46. Très souvent une conversion formelle, provoquée par la recherche d’une alliance politique et par la recherche du dieu le plus puissant et utile47, est suivie, en fonction de conditions politiques différentes, d’un rapide retour au paganisme, défini comme apostasie49. Le choix de la « vraie » religion, à savoir la plus utile, dépend presque toujours, chez les peuples germaniques et baltiques, du recours aux sortes, à l’interrogation des dieux et à l’interprétation des événements plus ou moins favorableo50.

  • 51  Voir par exemple Alcuin, Vita Richarii, 3, éd. C. Veyrard‑Cosme, L’oeuvre hagiographique en prose (...)
  • 52  Raban Maur, Liber de oblatione puerorum, dans PL 107, coll. 419‑440.
  • 53  Voir L. Milis, « La conversion en profondeur : un processus sans fin », dans Saint Géry et la chri (...)
  • 54  Voir C. De Miramon, « Embrasser l’état monastique à l’âge adulte (1050‑1200). Étude sur la convers (...)
  • 55  Voir L’Individu au Moyen Âge : individuation et individualisation avant la modernité, dir. B.M. Be (...)
  • 56  Voir G. Vinay, Alto Medioevo latino : conversazioni e no, Napoli 1978, pp. 280‑293 ; G.L. Potestà, (...)

11La notion de « conversion » (conversio) est utilisée, au Moyen Âge, y compris à l’époque carolingienne, pour définir le passage à une religion différente, avec référence aux aspects doctrinaux, aux riteo, aux pratiques religieuses, mais aussi pour qualifier une orientation ascétique et spirituelle51, et surtout le choix du genre de vie monastique, conçu comme irrévocable, même pour les oblats comme le souligne particulièrement Raban Maur52. La conversion n’est donc pas seulement un choix radical, une décision « unique » - comme le cas du diacre Bodo qui, en 838‑839, a choisi le judaïsme), mais souvent aussi un processus graduel, qui implique plusieurs degréo53 : du sympathisant au simple baptisé - ou circoncis - au chrétien « dévot », au moine qui se retire du monde (parfois à l’âge adulte, après une vie dans le « siècle »)54 ou au martyr volontaire, comme les martyrs de Cordoue. Si dans l’Antiquité, surtout avant la paix constantinienne, la foi chrétienne se répandit au moyen d’un réseau de rapport personnels, « de personne à personne », dans le régime de chrétienté ou dans l’Espagne musulmane, l’adhésion à une religion, dont la profondeur est en général peu vérifiable, et surtout la pratique religieuse dépendent le plus souvent de la tradition familiale ou de l’appartenance à une communauté ethnique. On peut, cepenant, parfois entrevoir l’itinéraire spirituel, le choix personnelle d’un individu qui, malgré l’absence de la notion moderne de « personne » et la primauté de l’appartenance communautaire55, arrive à choisir une foi religieuse différente ou à se rallier de manière plus profonde et personnelle à la foi des pères (voir Godescalc d’Orbais)56.

12Dans les sociétés germaniques du haut Moyen Age, on peut entrevoir au moins deux modèles de conversion collective :

131) la conversion « en masse » du peuple franc à l’époque de Clovis, où l’initiative revient au souverain, selon le récit de Grégoire de Tours, et celle du peuple saxon à l’époque carolingienne ;

  • 57  Voir Clovis : histoire & mémoire, dir. M. Rouche, t. I‑II, Paris, 1997 (avec plusieurs essais sur (...)
  • 58  B. Judic, « Le corbeau et la sauterelle. L’application des instructions de Grégoire le Grand pour (...)
  • 59  Nicolas I, ép. 99, Responsa (866), 41, MGH, Epistolae, VI, éd. E. Perels, Berolini 1925, p. 583 ;  (...)

142) la conversion libre et graduelle du peuple anglais, dans la perspective de l’«  Histoire ecclésiastique » de Bède57. Grégoire le Grand soulignait le rôle dynamique du roi mais aussi la désaffection progressive des peuples germaniques à l’égard du paganisme58. L’exégèse du Psaume 53,8 (« Voluntarie sacrificabo tibi ») favorise le principe de la liberté de la conversion, souligné par un passage de Cassiodore et par le pape Nicolas Ier59, mais la conversion est aussi un phénomène social, un choix de groupes familiaux, selon le modèle des Actes des Apôtres, et on peut parler aussi de « baptême des nations ».

2. La conversion au christianisme des Saxons et des peuples du Nord et de l’Europe orientale

  • 60  Voir Einhard, Vita Karoli, 7, éd. G. Waitz, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum schola (...)
  • 61  R. E. Sullivan, « Carolingian Missionary Theories », Catholic Historical Review, 42 (1956‑57), pp. (...)
  • 62  Alcuin, ép. 111 à Magenfrid, MGH, Epistolae, IV, éd. E. Dümmler, Berolini, 1895, pp. 160‑161 ; ép. (...)
  • 63  Amulon, Epistola 45‑46, coll. 172‑174, qui rappelle Augustin, In Johannis evangelium tractatus, XI (...)
  • 64  B. Effros, « De partibus Saxoniae and the Regulation of Mortuary Custom: A Carolingian Campaign of (...)
  • 65  Voir aussi le récit de la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 3, p. 102 ; Epistola Theotmari ep (...)
  • 66  Nithard, Historiae, IV 2, éd. E. Müller, MGH, Script. rer. Germ. in usum scholarum, 44, Hannoverae (...)
  • 67  Voir R. Savigni, « L’immagine dell’ebreo e dell’ebraismo in Agobardo di Lione e nella cultura caro (...)

15La conversion forcée des Saxons au christianisme à l’époque de Charlemagne est un phénomène d’acculturation, d’intégration politique et culturelle qui implique aussi une « déculturation » d’un peuple germanique dans l’Empire chrétien et dans le milieu culturel des Francs. L’hostilité religieuse n’implique pas une haine raciale : dans la perspective d’Einhard, rappelée par Widukind de Corvey, les Saxons vaincus et baptisés sont destinés à devenir una gens avec les Francs60. À propos de la conversion forcée, on peut entrevoir une distinction entre le choix politique de Charlemagne (la répression des rébellions réitérées des « perfides » Saxons, accusés par Einhard de n’avoir pas respecté la parole donnée, et le massacre de plusieurs d’entre eux qui avaient refusé de se convertir), justifié par quelques auteurs contemporains61, et l’insistance d’Alcuin, qui rappelle l’ép. 217 de saint Augustin, sur le principe de la liberté de la conversion, qu’on ne peut pas provoquer par la coercition62, même si l’archevêque Amulon de Lyon (841‑852) utilise, dans sa polémique contre les juifs, d’autres passages d’Augustin qui justifiaient la coercition contre les donatisteo, en rappelant le Compelle intrare de Luc 14,2363. Le capitulaire « in partibus Saxoniae » prévoit la condamnation à la peine de mort des Saxons qui pratiquaient la crémation des défunts ou d’autres riteo païens - expression de la volonté de sauvegarder une identité culturelle separée64- : l’adhésion au christianisme est conçue comme la manifestation la plus claire de la soumission politique et de l’insertion des Saxons dans le cadre de l’Empire franc qui se veut un Empire chrétien65. Même à l’époque de Lothaire, en 841, dans un mouvement politique de résistance « nationale » des Saxons, appelé Stellinga, on entrevoit une proximité avec des tendanceo païennes, liées à une culture tribale traditionnelle66. Le réseau de solidarités politiques est fondé sur la solidarité religieuse, sur l’homogénéité religieuse des populations de l’Empire à la seule exceptions des juifs, qui à cette époque sont protégés par l’autorité politique, malgré la plainte de quelques évêques, en particulier Agobard de Lyon67.

  • 68  Alcuin, Vita Willibrordi, 13, éd. Veyrard‑Cosme, L’oeuvre hagiographique en prose d’Alcuin, cit., (...)
  • 69  Alcuin, ép. 111, p. 160 : « Et veluti lac fragili congruit aetate, ita suaviora praecepta rudi pop (...)
  • 70  Alcuin, ép. 111, p. 161 (voir les Annexes, 1) ; ép. 113, à Arnon, p. 164 : « Absque fide quid prof (...)
  • 71  Voir Alcuin, ép. 110, éd. cit., pp. 157‑159 ; J.P. Bouhot, « Alcuin et le “De catechizandis rudibu (...)
  • 72  Bède, Hist. Eccl. I 30, éd. Lapidge, pp. 142‑144.
  • 73  Voir I. Dujcev, « I Responsa di papa Nicolò I ai Bulgari neoconvertiti », Aevum 42 (1968), pp. 403 (...)
  • 74  I. Nicolas, ép. 99, Responsa (866), 18, pp. 577‑578 ; 41, pp. 582‑583 (voir les Annexes, 16) ; 102 (...)

16Toutefois dans ses œuvres hagiographiques, en particulier la Vita Willibrordi, et ses épîtres Alcuin reconnaît, selon une tradition ancienne déjà suivie par Boniface, le rôle de l’empereur chrétien et le caractère positif de la conversion des peuples paiens, favorisée par la pression politique, militaire et économique des Francs, le nouveau « peuple élu » : la conquête militaire offre à Willibrord une plus grande possibilité d’évangélisation des païens (maior evangelizandi occasio)68. Mais Alcuin souligne aussi la difficulté d’une réelle conversion intérieure : le baptême n’est pas suffisant pour garantir une véritable « conversion » ; aussi exhorte‑t‑il l’empereur et les autorités à ne pas imposer tout de suite une taxation excessive des nouveaux convertio, envers lesquels, pour éviter tout risque de réaction hostile à l’égard des sacrements chrétiens, il faut utiliser la persuasion, la douceur, la patience (le « joug doux » de l’évangile) plutôt que la coercition, car ils ne peuvent pas encore se nourrir d’aliments solides, mais seulement boire le « lait », c’est‑à‑dire écouter une prédication élémentaire, graduelle69. Seule la persuasion peut conduire les païens convertis à une adhésion sincère à la foi chrétienne, tandis que la coercition, qui engendre une fausse conversion seulement apparente, ne sert pas au salut. Il faut donc respecter la progression en trois étapes : le choix de foi, le baptême et l’enseignement systématique des vérités de la foi70. Le principe pastoral de la « gradualité » dans l’évangélisation des peuples païens, déjà recommandé par saint Augustin, surtout dans son De catechizandis rudibus, utilisé par Alcuin71 et par Grégoire le Grand à l’égard des Angles - les missionnaires doivent détruire les idoles plutôt que les temples et tolérer les sacrifices d’animaux -72, est confirmé, au IXe siècle, concernant les Bulgares, par le pape Nicolas Ier73, qui refuse les conversions forcées, tout en jugeant inadmissible l’apostasie de la foi chrétienne : à l’égard des païens obstinés, on peut seulement recourir à une sorte de « pression » sociale, en refusant de manger et de communiquer avec eux74.

  • 75  Racconto dei tempi passati : cronaca russa del secolo XII, éd. I. P. Sbriziolo, avec une introduct (...)
  • 76  Frédégaire, Chronique, IV 66, pp. 156‑158. Voir A. R. Anderson, Alexander’s gate, Gog and Magog, a (...)
  • 77  Christianus Stabulensis, Expositio super Librum generationis (Expositio in euangelium Matthaei) 24 (...)
  • 78  Réginon de Prüm, Chronicon, éd. F. Kurze, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholaru (...)

17La conversion des Moraves, des Bulgares et d’autres peuples slaves peut être vue surtout comme un phénomène d’inculturation, grâce à l’initiative de Cyrille et Méthode et à l’adoption d’une liturgie particulière dont quelques sources soulignent la force d’attraction75. En 864‑865 (ou peu après), Christian de Stavelot identifie les Khazars et les Bulgares avec les peuples apocalyptiques de Gog et Magog, qu’Alexandre le Grand aurait enfermés dans la région des Portes Caspiennes selon une tradition reçue par la Chronique de Frédégaire76 ; il mentionne aussi, après la circoncision des Khazars, la conversion des Bulgares en 864 comme un signe de la proximité de la fin du monde, qui selon Matthieu 24,14 viendra alors que toutes les gentes auront été évangelisées : selon lui le monde entier a désormais écouté le message chrétien77. Après la conversion, le retour au paganisme n’est pas possible : selon le récit de Réginon de Prüm, le fils du roi bulgare converti (qui avait demandé au pape des prédicateurs pour évangeliser son populum rudem),essaie de rétablir dans le royaume le paganisme, mais son père, qui s’était retiré dans un monastère, « nimio zelo accensus », reprend le pouvoir, crève les yeux à son fils et le met en prison pour sauvagarder le christianisme78.

  • 79  Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae, II 50, 57‑58, pp. 111, 117 ; III 19, 23, pp. 162, 1 (...)
  • 80  Adam de Brême, Gesta II 57, p. 118 ; 71, p. 133 : « videtur mihi iam dudum studio sacerdotum chris (...)
  • 81  Adam de Brême, Gesta III 69‑70, pp. 216‑217.

18Dans plusieurs sources par exemple chez Adam de Brême, on perçoit une hésitation entre la tendance à utiliser la force pour favoriser la conversion et la volonté de respecter le principe de la liberté de conversion ainsi que les étapes du processus de conversion. Dans la province ecclésiastique de Hambourg, le prince Godescalc (le « noster Machabeus » qui trouvera la mort par la suite) « omnes paganos ad christianitatem cogere disposui t », en particulier les baptisés qui « relapsi sunt ad paganitatem », en tant qu’apostats, mais un évêque utilise les cadeaux comme moyen pour favoriser les conversion ; l’assemblée des Suédois estime qu’il ne faut contraindre personne à quitter le paganisme, et le roi détourne l’évêque du projet de détruire le temple d’Uppsala, car la très probable réaction païenne provoquerait un retour de la population convertie au paganisme79. Adam entrevoit une distinction entre les populations « necdum conversae » et celles « iam conversae » mais encore rudes, qu’il faut « réconforter » (comme les Normands : le roi envoie des évêques « qui rudem populum Nortmannorum in christianitate confortarent »), instruire et conduire « ad perfectionem » ; il souligne l’opportunité de s’appuyer, dans l’activité missionnaire, sur des personnes qui connaissent la langue et la mentalité des peuples, et évoque le risque que l’avidité de certains ducs compromette la conversion des populations80. Les évêques, eux aussi, doivent se convertir, c’est à dire renoncer à leurs vices, comme l’orgueil, propre des aristocrates : Adalbert, qui avait méprisé ses prédécesseurs en tant qu’ignobiles, se convertit, devient humble à la suite d’une vision, et « multa reliquit signa penitentiae vel conversionis suae »81.

  • 82  Vita Vulframni ep. Senonici, 9, éd. B. Krusch‑W. Levison, dans MGH, Scriptores rer. Merov. 5, Hann (...)
  • 83  Scovazzi, « Paganesimo e cristianesimo nelle saghe nordiche »cit.; O. Vesteinsson The Christianiza (...)

19Le conversion risque de briser le lien de solidarité entre les rois et les nobles des populations germaniques et leurs ancêtres, jugés damnés ; ainsi, le désir de sauvegarder cette solidarité provoque parfois des résistances à l’égard de la conversion comme le démontre la marche arrière du roi frison RadVita Wulframni)82. Il faut donc rétablir la solidarité en termes compatibles avec la christianisation : la conversion collective du peuple islandais en 999‑1000 traduit la volonté de protéger l’unité du peuple et d’éviter la formation de groupes religieux antagonistes ; Marco Scovazzi a souligné aussi la diffusion de certaines formes de syncrétisme, la volonté de sauvegarder l’unité de la nation et les motivations « pratiques », plutôt que doctrinales, de la conversion, destinée à établir des contacts avec les populations limitropheo83.

3. La mission d’Anschaire chez les peuples du Nord et la « conversion » des Normands

  • 84  Rimbert, Vita Anskarii, éd. G. Waitz, dans MGH, Script. Rer. Germ. In usum scholarum, LV, Hannover (...)
  • 85  Rimbert, Vita Anskarii, 7, p. 26 : « qui eum se cum detentum tam per se quam per alios ad suscipie (...)
  • 86  Vita Anskarii, 9‑10, pp. 30‑31 ; 12, p. 33 : les missionnaires racontent à l’empereur « quanta Dom (...)
  • 87  Rimbert, Vita Anskarii, 10, p. 31 ; 19, p. 41 ; 24, pp. 52‑53 ; 27, p. 58 ; 30, p. 62 : « unde a c (...)
  • 88  Vita Anskarii, 27, p. 58 (voir les Annexes, 14), et aussi Annales Xantenses, ad a. 845, pp. 14‑15  (...)
  • 89  Vita Anskarii,19, p. 40 : « Ubi cum inter alia collocutionum verba illi deos suos laudassent, quor (...)
  • 90  Vita Anskarii, 8, p. 30 : « Ipsi quoque divino inspirati amore, ad promulgandam devotionis suae re (...)
  • 91  Voir Hist. eccl. II 9, éd. Lapidge, p. 220 : le roi Edwin se demandait « quid sibi esset faciendum (...)
  • 92  Vita Anskarii, 26, p. 57 : le roi Horic dit au saint : « ‘Antea tamen hic, inquit, fuerunt clerici (...)
  • 93  Vita Anskarii, 24, p. 53. Voir les Annexes, 13.

20Animé par le désir du martyre, Anschaire († 865) est envoyé chez les Danois et les Suédois, les peuples du Nord (in aquilonis partibus)84. Dans la Vie de ce saint, on entrevoit le rôle de l’empereur chrétien, qui exhorte le roi danois Herold à se convertir au christianisme pour augmenter la familiarité entre eux par le partage de la même religion. Après sa conversion, il l’adopte comme filleul par le baptême et l’envoye avec Anschaire - qui « adhuc rudis et neophitus, ignorabat qualiter servi Dei tractari debuissent » - au royaume de Danemark. Anschaire part spontanément (voluntarius), malgré la perplexité de plusieurs personnes, qui s’étonnent en voyant sa détermination. En effet, après la mort de Louis le Pieux, on entrevoit une crise de la mission, qui connaît un regain de vigueur sous l’impulsion du roi Louis le Germanique85. Aussi les ambassadeurs des Suédois demandent‑ils à Louis le Pieux d’envoyer quelques prédicateurs, et l’empereur cherche à vérifier, en envoyant des missionnaires, « utrum populus ille ad credendum paratus esset » ; il fonde ensuite le siège archiépiscopal d’Hambourg, « ad quam pertineret omnium regionum aquilonalium potestas »86. Mais dans le récit hagiographique ressort aussi la fonction « médiatrice » des marchands chrétiens, qui fréquentent les ports de Dorstadt et de Birca, véritables « points de contact » entre mondes différents, au‑delà des frontières politiques et religieuses) et peuvent établir plus facilement le contact avec le monde des Normands encore païeno87. Dans une situation de difficulté militaire, quelques marchands recherchent l’aide du Dieu chrétien en jetant les sorto88 : le succès, limité, de la mission, qui aboutit à l’édification d’une église avec sa cloche, est lié, selon un schéma déjà défini par Grégoire de Tours en regard de Clovis, à la victoire militaire que le Dieu des chrétiens, qui paraît le plus puissant, peut garantir89. Mais le passage de la conversion individuelle de quelques païens ainsi que de quelques enfants achetés par les missionnaires pour être élevés dans le service de Dieu90, à la conversion du peuple entier n’est pas facile : mis à part le cas de Clovis, dans les royaumes du Nord, comme auparavant dans l’Angleterre de Bède,91 le roi seul ne peut pas ordonner la conversion de son peuple ; il doit convoquer l’assemblée du peuple et écouter l’opinion des nobles ; c’est l’assemblée qui accorde la liberté de prédication et de conversion. L’élément décisif qui provoque la décision finale en faveur de l’adhésion au christianisme est l’utilitas, notion déjà utilisée par Grégoire de Tours, de la conversion, c'est‑à‑dire la capacité de la nouvelle religion, qui manifeste la puissance de Dieu, à garantir la prospérité temporelle du royaume. Le meurtre du roi converti Horicus et la défaite militaire provoquée par les pirates provoquent un retour provisoire au paganisme, car le nouveau roi pense que les dieux païens sont en colère contre le peuple à cause de sa conversion dont le succès n’est pas garanti, mais dépend des conditions politiques de la nation92. En outre, la conversion est parfois inachevée sur le plan extérieur, car plusieurs convertis restent dans la condition de catéchumènes (catecumini) et diffèrent jusqu’à la fin de la vie le baptême, pour mourir puri et immaculati et entrer aussitôt dans la vie éternelle93.

  • 94  Widukind, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, III 65, p. 140 : « Dani antiquitus erant christia (...)
  • 95  Paschase RadCommentarius in Matheo, XI 24, éd. B. Paulus, Corpus Christianorum, Continuatio (...)

21On peut retrouver une allusion à la conversion des Danois, qui sera assurée définitivement seulement dans la seconde moitié du Xe siècle, après le dépassement, par l’ordalie du feu, d’une situation ambigüe de syncrétisme94, dans le commentaire sur Matthieu de Paschase Radferitas) de quelques peuples des régions du Nord peut représenter un obstacle « culturel » pour leur conversion95.

  • 96  Ibidem, p. 1163 : « Qui dum cupiunt universa suo dominio subiugari nec querunt quem quisque Deum c (...)
  • 97  Ermoldus Nigellus, Carmen in honorem Hludowici, IV, dans MGH, Poetae latini aevi Karolini, II, éd. (...)
  • 98  Réginon, Chronicon, ad a. 882, pp. 119‑120 : « Novissime Godefridus rex Nortmannorum ea conditione (...)
  • 99  Notkerus Balbulus, Gesta Karoli Magni, II 19, éd. H. F. Haefele, dans MGH, Scriptores rerum German (...)
  • 100  Annales Bertiniani, ad a. 841, p. 26 : « (Hlotharius) Herioldo, qui cum ceteris Danorum pyratis pe (...)

22La conversion au christianisme par la réception du baptême représente une condition nécessaire à l’intégration dans la société chrétienne franque. Alors que les souverains musulmans contemporains, selon Paschase Rad96, les empereurs chrétiens utilisent le baptême comme un moyen et une marque de soumission politique à l’Empire franc, qui cherchait sa propre légitimation dans la volonté divine plutôt que dans la victoire militaire. Les annales carolingiennes et le poème d’Ermold le Noir rappellent la légation du roi danois Harald Klak (Heroldus) et son baptême en 826, qu’il faut situer dans le contexte de la mission danoise d’Anschaire, organisée par l’archevêque Ebbon de Reimo97. Réginon rappelle la conversion (882‑83) de Godefroy, salué comme rex Nortmannorum, auquel l’empereur Charles le Gros avait promis de donner pour femme Gisle, la fille de Lothaire II, et de confier le gouvernement de la province frisonne98. Parfois on entrevoit dans les sources, par exemple dans Notker, une prise de conscience du caractère précaire des conversions « politiques » et opportunistes des chefs normands, qui par l’acceptation du baptême deviennent vassaux et fils adoptifs du roi franc et des primores palatii, et reçoivent plusieurs cadeaux, mais qui méprisent les humbles vêtements baptismaux qu’ils ont reçus voire le baptême lui même99. Les annales franques soulignent aussi la versatilité et la duplicité d’Herialdus, un normand converti finalement tué par les gardiens de la frontière danoiseMi100">100.

  • 101  Annales Bertiniani, ad a. 873, pp. 124‑125 : « Petierunt autem, ut eis in quadam insula Ligeris fl (...)
  • 102  Ibid., ad a. 876, p. 131.
  • 103  Hincmar de Reimo, ép. 155, dans MGH, Epistolae VIII, p. 120 : « Rorico Nordmanno ad fidem Christi (...)

23Dans les Annales Bertiniani, qui rappellent le pacte entre les Normands et le roi franc, en 873 avec la conversion et la commendatio des Normands au roi qui leur donne la possibilité d’ouvrir un marchéMi101">101, la mention du baptême, en 876, de quelques Normands est suivie du rappel à la superficialité de cette « conversion » : « Interea baptizati sunt quidam Nortmanni ab Hugone abbate et marchione ; propter hoc ad imperatorem adducti et munerati, ad suos redierunt. Et ut ante ita et postmodum ut Nortmanni more pagano peregerun t »Mi102">102. Le mos paganus paraît faire partie intégrante de l’identité et de la culture traditionnelle des Normands, malgré le choix politique de la conversion. Aussi dans l’épître d’Hincmar de Reimo adressée au chef normand Rorik (transmise par Flodoard de Reimo), on entrevoit la conscience du caractère précaire de la conversion de plusieurs chefs normands : selon Hincmar, la solidarité religieuse implique une solidarité politique avec le royaume franc en tant que chrétien (même si selon Bauduin la correspondance de l’archevêque de Reimo « ne révèle en rien une préoccupation missionnaire à l’égard des Normands, ni ne semble envisager la possibilité d’une pacification par leur adhésion à la foi chrétienne »)Mi103">103.

  • 104  Bauduin, Le monde franc et les Vikings, cit., pp. 142‑149.

24L’intégration dans le système politique franc, pour être durable, implique aussi la réception d’un modèle d’organisation sociale et politique. La naissance du duché de Normandie répresente un exemple d’intégration réussie : l’archevêque de Rouen, Francon, est le vrai promoteur du baptême de Rollon et de l’alliance matrimoniale entre Rollon et le roi franc CharlesMi104">104.

4. La conversion volontaire du diacre Bodo au judaïsme (838‑839) et les martyrs volontaires de Cordoue

  • 105  Loup de Ferrièreo, ép. 7, dans MGH, EpistolaeVI (Karolini aevi IV), Berolini 1925, p. 18. Voir A.  (...)
  • 106  H. Löwe, « Die Apostasie des Pfalzdiakons Bodo (838) une das Judentum der Chasaren », dans Person (...)
  • 107  Agobard, op. 6, De baptismo mancipiorum Iudaeorum, éd. van Acker, p. 117.
  • 108  Annales Bertiniani, ad a. 847, p. 34 ; ad a. 852, p. 41 : « Mauri Barcinoniam Iudaeis prodentibus, (...)
  • 109  Riess, « From Aachen to Al‑Andalus », pp. 136‑137, 155‑157

25Dans le cas du converti Bodo/Éléazar, qu’il ne faut probablement pas identifier avec le Bodo, « gentili nostro Bodoni », mentionné dans une lettre de Loup de FerrièreoMi105">105, on entrevoit peut‑être un « renégat » avant la lettre, qui cherche à ouvrir les frontières culturelles et géopolitiquesMi106">106. On ne peut pas parler, dans ce cas, d’« opportunisme », mais plutôt d’un exemple d’échec du programme de la renaissance carolingienne : Bodo, lié à l’entourage d’Ilduin de Saint Denis, quitte une position très élevée à la cour de Louis le Pieux qui avait institué la fonction de magister Iudaeorum comme « médiateur » entre juifs et chrétiensMi107">107, se détache radicalement du milieu franc et chrétien et exerce un rôle intellectuel et politique très important à la cour de l’émir de Cordoue, où selon les Annales Bertiniani il aurait incité les Arabes d’Espagne à exercer une forte pression sur les chrétiens, les poussant à se convertir au judaïsme ou à l’islam où à les tuer. En 852, les Maures s’emparent de Barcelone grâce à la complicité des juifs et tuent les chrétiensMi108">108. Selon l’hypothèse de Frank Riess, Bodo, un Alaman, aurait été lié au « parti » de l’impératrice Judith, à Walafrid Strabon et Godescalc d’Orbais, et serait arrivé peut‑être jusqu’à BabyloneMi109">109.

  • 110  Alvare de Cordoue, Epistolae, éd. I. Gil, Corpus Scriptorum Muzarabicorum, I, pp. 143‑270, en part (...)
  • 111  F. Parente, « La controversia tra Ebrei e cristiani », pp. 596‑599, 621‑626.
  • 112  Alvar, ép. 14, 4, éd. Gil, p. 230, ép. 16, p. 234, 240 ; ép. 17, 2, p. 244 : « Ais enim quod e con (...)
  • 113  Alvar, ép. 18, éd. Gil, pp. 248‑249 : « Et ideo non nos gentes esse, sed Israel, quia ex ipsa stir (...)
  • 114  Alvar, ép. 18, 14‑15, éd. Gil, p. 257 : « dicis a te in Francorum regis palatio vidisse quatuordec (...)
  • 115  Alvar, ép. 18, éd. Gil, p. 258 : « Si te libido delectat et virginitas floridaque castitas horret, (...)
  • 116  Ibid., pp. 267‑268 : « Et cum Deus conversionem vestram usquequaque non cupiat, quis insipiens est (...)

26Sous prétexte d’effectuer un pèlerinage à Rome, Bodo quitte en 838‑839 le royaume franc pour l'Espagne musulmane, prend le nom juif d'Eléazar, se fait circoncire et se marie avec une Juive. Il entretient, à partir de l’an 840, une relation épistolaire avec Paul Alvare de Cordoue chrétien « ex Israelis stirpe descendens », c’est‑à‑dire un juif converti ou issu d’une famille convertie, et engage une polémique doctrinale avec le converti : nous ne connaissons les idées de Bodo (qui défendait le messianisme juif et proposait peut‑être une sorte d’alliance entre juifs, musulmans et païens) qu’à travers les réponses d’AlvareMi110">110. La discussion entre eux, comparée avec le texte d’Amolon (841‑852), atteste la diffusion d’une tension messianique dans les milieux juifs du IXe siècle, où on entrevoit l’idée du double Messie, dont le premier, un Messie « souffrant » et enchainé, dans l’attente de sa manifestation publique, est déjà néMi111">111. Alvar, juif converti, refuse le messianisme de Bodo/Eléazar, qui cherchait un roi juif au‑delà de la mer pour justifier l’attente d’un Messie politique (allusion au royaume des Khazars ?), et estimait avoir quitté une foi « lâche » et « vile » (la foi chrétienne) pour embrasser une foi vraie et illustre (le judaïsme), en soulignant la condamnation des juifs, qui avaient tué le Christ, à une servitude perpétuelleMi112">112. S’opposant à Bodo qui est « juif » par sa foi, non en vertu de son ascendance, Alvare revendique la vraie identité juive, car le nouveau peuple d’Israël est formé de chrétiensMi113">113, tandis que Bodo, peut‑être dans une conception « pluraliste » de la religion et dans une perspective d’alliance entre juifs et païens, refusait la supériorité de la religion chrétienne sur le judaïsme (et aussi sur le paganisme) en ce qui concerne la dignité du culte de Dieu et des lieux sacrés, et affirmait qu’il avait vu dans le palais royal des Francs quatorze hommes de rites différentesMi114">114. Alvar estime que la conversion de Bodo lui a été inspiré par le diable et par le désir de la femme ; dans cette perspective, il pourrait logiquement se convertir à l’Islam, pour obtenir le pouvoir et la possibilité d’épouser plusieurs femmesMi115">115 ! En outre, rappelant au passage une longue tradition exégétique, il souligne l’«  aveuglement » des juifs, qu’il serait illusoire de chercher à convertir au christianisme, car Dieu, qui a rejeté le peuple juif, ne désire pas cette conversionMi116">116.

  • 117  Parente, « La controversia tra Ebrei e cristiani », pp. 585, 595 sgg.
  • 118  L. Verstrepen, « Raban Maur et le judaïsme dans son commentaire sur les quatre livres des Rois », (...)

27Les juifs convertis ont été une source d’information pour Agobard et Amolon et ont contribué à la diffusion d’idées, dont nombre de stéréotypes, sur le judaïsmeMi117">117. Quant à Raban Maur, il était probablement lui aussi en contact avec des juifs convertisMi118">118.

  • 119  Voir W. van Egmond, « Converting Monks: Missionnary Activity in early Medieval Frisia and Saxony »(...)
  • 120  Henriet, « Sainteté martyriale et communauté de salut », en particulier pp. 94‑97, 106‑119, 124‑13 (...)
  • 121  Voir Indiculus luminosus 2, éd. Gil, p. 273, qui polémique contre les chrétiens « froids », « amor (...)
  • 122  Euloge, Memoriale sanctorum, éd. Gil, Corpus scriptorum muzarabicorum, II, Madrid 1973, pp. 363‑45 (...)
  • 123  Sénac, Les Carolingiens et al‑Andalus, pp. 34‑35, 115 ; A. Vanoli, Alle origini della Reconquista. (...)

28À la même époque, quelques chrétiens de Cordoue ont choisi le martyre, en blasphémant le nom du prophète Mahomet, dans une perspective d’attente apocalyptique et d’accentuation de la valeur de la sainteté subjective de l’Église toute entière par rapport au rôle de la hiérarchie. Il s’agit, dans certains cas, d’individus issus de familles « mixtes » qui ont choisi le christianisme et qu’on pouvait donc accuser, selon la législation islamique, d’«  apostasie », en tant que « musulmans » pour la loi : comme Flore, fille d’une chrétienne et d’un musulman, donc juridiquement musulmane, accusée par son frère et martyrisée en 851, ou Marie, fille d’un père chrétien et d’une musulmane convertie, ou encore Adulphus, Alodia, Aurea, Aurelius, Leocritia, Liliosa, Nathalia/Sabigotho, etc. Quelques chrétiens ont blasphémé le nom de Mahomet pour se démarquer d’une communauté en cours d’arabisation et protéger l’identité chrétienne dans un contexte de crise. Tandis que les missionnaires martyrisés en évangélisant les païens, frisons, normands, slaves, sont généralement des moines ou des clercsMi119">119, à Cordoue il y a beaucoup de martyrs parmi les laïcs et les femmes. On entrevoit aussi quelques exemples de double conversion : Felix, d’origine chrétienne, avait professé la foi musulmane avant de se rétracter ; Witesindus, issu d’une famille chrétienne, d’abord converti à l’islam, retourne ensuite au christianismeMi120">120. Comme Alvar de Cordoue, qui a composé l’Indiculus luminosus en 854, la Vita Eulogii peu après le martyre de son ami en 859 et plusieurs épîtresMi121">121, Euloge défend les martyrs volontaires contre leurs détracteurs chrétiens dans le Liber apologeticus sanctorum martyrum, écrit en 857 : il souligne le besoin de protéger, de sauvegarder, y compris par le martyre et la polémique contre Mahomet, l’identité de la minorité chrétienne d’Espagne par rapport à la domination musulmane, qui favorisait l’acculturation arabe des chrétiens espagnols et aussi la conversion de plusieurs d’entre eux à l’IslamMi122">122. La Chronique espagnole de 754 avait déjà utilisé la notion d’Europeenses pour définir les populations chrétiennes du nord qui avaient vaincu les Arabes à Poitiers, mais le vocabulaire de la « guerre sainte » sera élaboré plus tardMi123">123.

  • 124  Alvare, Indiculus luminosus, 6, éd. Gil, p. 278 ; 9, p. 281 ; 11‑12, pp. 283‑285 ; 16, p. 288 ; 18 (...)
  • 125  C. J. Drees, « Sainthood and Suicide: The Motives of the Martyrs of Cordoba 850‑859 », The Journal (...)
  • 126  Juden une Christen zur Zeit der Kreuzzüge, éd. A. Haverkamp, Sigmaringen, Thorbecke, 1999; J. Cohe (...)
  • 127  Voir Goldin, « Juifs et juifs convertis », cit., p. 863 : dans les récits juifs de la première cro (...)
  • 128  Voir A. Somekh, « Teoderico e gli ebrei di Ravenna », dans Teoderico e i Goti tra Oriente e Occide (...)
  • 129  Chronique de la Livonie de Lettonie, I 9, p. 8 : « baptismum, quem in aqua susceperant, in Duna se (...)
  • 130  Grégoire de Tours, Historia Francorum, V 11, éd. B. Krusch, dans MGH, Scriptores rerum Merovingica (...)

29Paul Alvare condamne maintes fois la « tiédeur » de la plupart des chrétiens espagnols et le recours à la feinte (car la simulatio est justifiée seulement pour la multorum salus), et exalte l’ardeur, le zèle du prophète Elie et des martyrsMi124">124. Le clergé officiel mozarabe, qui cherchait à établir des relations cordiales avec les dominateurs en adoptant en particulier la langue arabe pour garantir la continuité de la communauté chrétienne, n’a pas approuvé le choix des « martyrs », qui radicalisait la lutte entre chrétiens et musulmans en provoquant une forte réaction de ceux‑ci. Il s’agit d’une situation partiellement comparable aux tensions qui divisaient les chrétiens à l’époque des anciennes persécutions - on peut rappeler la question des lapsi, les chrétiens qui avaient renié la foi chrétienne en sacrifiant auxalioles pour éviter la mort - ou dans les États communistes après la dernière guerre mondiale : auxagroupes disposés à une sorte d’accommodement avec le pouvoir et la culture dominante s’opposaient des groupes radicaux et intransigeants qui refusaient toute compromission et qui étaient accusés par leuro adversaires d’adopter une attitude « suicidaire »Mi125">125. Le suicide‑homicide des enfants par exemple a été pratiqué par quelques groupes de juifs à l’époque de la première Croisade pour protéger la communauté contre la menace de la conversion forcée des enfants juifs (voir les chroniques citées par S. Schwarzfuchs et A. Toaff)Mi126">126, tandis qu’on peut retrouver la volonté d’effacer le baptême dont l’eau est jugée « polluée » par les juifs allemands du XIe siècleMi127">127 par la plongée dans les eaux d’un fleuve aussi bien chez les juifs de Ravenne à l’époque du roi ostrogoth ThéodericMi128">128 que chez les païens de la Livonie, qui refusent l’eau du baptême en tant que signe d’une christianisation imposéeMi129">129. Grégoire de Tours raconte la conversion, en 576, d’un juif de Clermont, sur la tête duquel un juif de la ville renverse de l’huile nauséabonde en signe de mépris ; par la suite, la plupart des juifs de la ville reçoivent le baptême et les autres quittent la villeMi130">130.

  • 131  Agobard, op. 6, éd. van Acker, pp. 115‑117 ; op. 11, p. 194 ; Amulon de Lyon, Epistola 41, 170CD ( (...)
  • 132  Amulon, Epistola, 42, col. 170D : « proditum est nobis a quibusdam, qui ex eorum errore ad Christi (...)
  • 133  Christian de Stavelot, Expositio super Librum generationis, 11, éd. cit., p. 248 : « Non enim invi (...)
  • 134  Paul Alvare, Indiculus luminosus, 33, éd. Gil, p. 311 : « in tantum bella desiderant, ut haec vel (...)
  • 135  Paschase RadExpositio in Matheo, éd. cit., p. 1163 : « Qui dum cupiunt universa suo dominio (...)
  • 136  Chronicon Livoniae, XVI 2, pp. 192‑194 : « Est enim consuetudo regum Ruthenorum, ut quamcunque gen (...)
  • 137  Chronicon Livoniae, XVIII 7, pp. 224‑226 : « Theutonici vero nichil aliud ab eis se requirere, nis (...)

30Si l’abandon du paganisme provoque la crise de la culture traditionnelle tribale des peuples germaniques et une certaine « déculturation », l’attraction exercée par le judaïsme sur les chrétiens est attestée, de même que le prosélytisme chrétien envers eux, par Agobard de Lyon et Amulon, qui cherchent à détourner les fidèles chrétiens des rapports avec les juifs et réclament la liberté de se convertir à la foi chrétienne aussi pour les esclaves des Juifs, car Jésus Christ a commandé aux Apôtres d’évangéliser tous les peuples.Mi131">131 La conversion de Bodon au judaïsme a favorisé un essor de l’antijudaïsme chrétien, qu’on peut entrevoir surtout dans les œuvres polémiques d’Amulon de Lyon, qui fait allusion aussi à la conversion au christianisme de quelques juifs et à la tentation du syncrétismeMi132">132. Christian de Stavelot, tout en soulignant la liberté de conversion, estime que les peuples suivent en général la volonté des princesMi133">133. Par ailleurs, dans son commentaire sur Matthieu, Paschase RadMi134">134, cherchent à dominer le monde entier et demandent la soumission politique des « autres » à l’Islam plutôt que la conversion et l’adhésion explicite à la foi musulmaneMi135">135. On peut entrevoir en général dans l’œuvre de Paschase une perception critique du rapport entre le choix religieux et le pouvoir politique. Aussi Henri de Lettonie soulignera‑t‑il au XIIIe siècle, dans le cas des princes russes, le primat d’une logique politique : les princes russes, souvent alliés aux peuples païens de la Baltique pour arrêter l’expansion allemande, cherchent à soumettre les peuples à leur domination politique - et à leur faire payer des contributions - plutôt qu’à la foi chrétienne selon le commandement de Matthieu 28, 19Mi136">136, tandis que les Allemands accorderaient plus d’importance à la conversion religieuse. Il reconnaît, cependant, le poids des dîmes, dont le joug est parfois lourdMi137">137.

  • 138  Raoul le Glabre, Historiae (Cronache dell’anno Mille), III 6, 20, éd. G. Cavallo‑G. Orlandi, Milan (...)
  • 139  Voir S. Sand, Comment le peuple juif fut inventé : de la Bible au sionisme, traduit de l'hébreu pa (...)
  • 140  Will‑Orrieux, Prosélytisme juif ? cit., p. 210.
  • 141  Sur le rapport entre conversion au christianisme, reconnaissance de la préémimence du pouvoir impé (...)
  • 142  Sand, L’invenzione del popolo ebraico, pp. 334‑341, en particulier p. 340 : « l’identità religiosa (...)
  • 143  Vita Constantini X‑XI, dans Cirillo e Metodio, cit., pp. 186‑194.

31La force d’attraction exercée par les juifs, au‑delà des frontières religieuses, est attestée aussi par un passage de Raoul le Glabre, qui condamne la bienveillance du comte de Sens (accusé de « judaïser ») à leur égardMi138">138. On mentionnera surtout la conversion (vers 838) des Khazars au judaïsme, qui a contribué à la construction d’une nouvelle identité collective, différente de l’identité religieuse de la chrétienté latine, du « Commonwealth » byzantin comme du monde islamique. Cette conversion, dans laquelle certains spécialistes ont vu un témoignage de l’existence d’un véritable prosélytisme juifMi139">139, peut être interprétée comme le choix d’«  une forme de monothéisme politiquement neutre » et comme un « instrument de résistance » politique au christianisme et à l’IslamMi140">140, en tant que formes religieuses de « globalisation »Mi141">141 : selon certains savants, les juifs ne représentaient qu’une minorité dans le royaume, mais d’autres en jugent autrementMi142">142. En outre, il semble que les princes khazars ne cherchèrent pas à imposer leur foi : la Vie de Constantin/Cyrille rappelle une longue discussion entre le saint, désigné comme le « Philosophe », les Juifs et les Sarrasins, ainsi que le baptême de deux cent personnes, qui recherchent l’alliance avec l’Empire chrétien de ByzanceMi143">143.

5. La « conversion » de Pépin d’Aquitaine

  • 144  Annales Bertiniani, pars II auctore Prudentio, ad a. 839, p. 22 : « cum Pippino, Pippini filio, qu (...)
  • 145  Annales Bertiniani, ad a. 869, p. 107 : « Hugo abba et Gauzfridus cum Transsequananis confligentes (...)
  • 146  Réginon, Chronicon, II, a. 870, pp. 101‑102 : « Porro Carlomannus, cum adhuc esset puerulus, iussu (...)
  • 147  Bauduin, Le monde franc et les Vikings, cit., pp. 328‑341, en particulier 335‑336 : « Rien, dans l (...)
  • 148  Raoul le Glabre, Historiae I 19, éd. cit., pp. 40‑42 : « superbiendo abitiens fortunam pauperum pa (...)
  • 149  Annales Bertiniani, pars III, ad a. 861, p. 55 : « Qua occasione Guntfridus et Gozfridus, quorum c (...)
  • 150  Voir les Annexes, 8, et la polémique de Raban Maur, Liber de oblatione puerorum, PL 107, 431B, con (...)

32La conversion de Pépin d’Aquitaine, fils de Pépin et petit‑fils de Louis le Pieux, au paganisme des Normands est probablement politique plutôt que religieuse : après la rébellion contre son oncle Charles le Chauve, il est moine « forcé » en 852, puis s’enfuit, avant d’être élu roi par les Aquitains et de se rallier enfin aux NormandsMi144">144 ; capturé, il est soumis, en tant que moine apostata, à un procès canonique et à la pénitence. L’utilisation du terme apostata - - également appliqué à un moine qui s’était joint aux Normands et qui finit décapitéMi145">145 - peut évoquer un véritable abandon et reniement de la foi chrétienne, mais on peut aussi y voir seulement, comme dans la Chronique de Réginon, qui rappelle l’«  apostasie » de Charleman, fils de Charles le ChauveMi146">146, le reniement des vœux, l’abandon de la condition monastique, même si celle‑ci avait été imposée plutôt que choisie et la trahison politique contre le royaume franc et la chrétientéMi147">147. Il s’agit d’un exemple de rupture par rapport à une identité collective définie, celle de la chrétienté franque, refusée aussi par Astingus, dans le récit légendaire de Raoul le Glabre, tandis que dans les Gesta normannorum de Dudon, Hasting simule une conversion (selon une pratique attestée aussi dans les annales carolingiennes) pour conquérir une villeMi148">148. Le passage de Guntfridus et Gozfridus de l’obéissance à Charles le Chauve à l’alliance avec les Bretons, parfois alliés avec les Normands, est définie comme une manifestation de gentilitia mobilitasMi149">149 ; et les tendances païennes du mouvement appelé Stellinga (appuyé par Lothaire et réprimé par Louis le Germanique) peuvent être considérées comme un mouvement de résistance politique, sociale et ethnique contre la domination carolingienneMi150">150.

  • 151  Raoul le Glabre, Hist. II 12, 23, éd. Cavallo‑Orlandi, cit., pp. 106‑108.
  • 152  G. Vinay, « Peccato che non leggessero Lucrezio », dans Vinay, Peccato che non leggessero Lucrezio (...)

33La force d’attraction exercée par le paganisme sur les intellectuels est attesté par Raoul le Glabre (à Ravenne Vilgard « demonum fallaciis depravatus cepit multa turgide docere fidei sacre contraria, dictaque poetarum per omnia credenda esse asserebat »)Mi151">151 et quelques textes analysés par Gustavo VinayMi152">152.

Quelques conclusions : questions ouvertes

  • 153  Voir C. Nolte, Conversio une Christianitas : Frauen in der Christianisierung vom 5. bis 8. Jahrhun (...)

34À l’époque considérée, il n’y a pas un modèle unique de conversion, mais plusieurs modèles : de l’acculturation forcée des Saxons à l’inculturation de la foi chrétienne chez les peuples slaves. Au‑delà de la conquête militaire, les médiateurs de la conversion peuvent être les femmesMi153">153, les marchands - c’est le cas dans la Vita Anskarii - les voyageurs, les prisonniers, les rois voisins. Il faut souligner que le succès d’une mission dépend souvent de la capacité de recourir à des médiateurs adéquats, susceptibles de connaître la mentalité des populations à convertir. La précarité de la conversion des Danois et des Suédois, après la mission d’Anschaire, dépend de la précarité politique de l’Empire carolingien après la mort de Louis le Pieux. Quant à l’apostasie de Bodo (peut‑être aussi celle du moine Pépin), elle manifeste certaines limites et contradictions de la culture carolingienne, comme le désir de franchir les frontières politiques et religieuses, de sortir d’une condition préétablie -c’est le cas de Pépin - ou d’un système idéologique totalisant pour entrer dans un réseau de relations plus large -c’est le cas de Bodo.

  • 154  Voir R. Savigni, « Israele, la Chiesa e le genti nei due commenti di Beda agli Atti degli Apostoli (...)

35En outre on entrevoit, dans les sources analysées, les implications de la dimension familiale et sociale de la conversion :les Actes des Apôtres évoquent à plusieurs reprises la conversion de familles entières, et l’histoire ecclésiastique du peuple anglais a été proposée par Bède comme une continuation à l’histoire biblique du salut, à partir du modèle des Actes des ApôtresMi154">154. Y est également présente la notion de « baptême des nations », qui implique, surtout dans l’Europe orientale slave, un lien très étroit entre identité religieuse et identité politique d’une nation « chrétienne ». La conversion d’un peuple entier, comme les Saxons et les peuples du Baltique, est souvent un moyen privilégié pour assurer la stabilisation politique dans un territoire soumis, ou pour forger l’unité de la nation comme dans le cas de l’Islande.

36La sortie d’une communauté religieuse, souvent identifiée à une communauté politique, est assimilée à une apostasie, à un refus des racines et de l’identité de la nation, plutôt qu’à la libre recherche d’un itinéraire religieux en quête de vérité ; d’où un durcissement des frontières religieuses, dans le cas de la conversion de Bodo et des martyrs de Cordoue qui blasphément contre Mahomet.

  • 155  Voir H. U. von Balthasar, Cordula, ou l'épreuve décisive, Paris, 1968.

37La question du proselytisme juif est ouverte, ainsi que celle du martyre volontaire : s’agit‑il d’une pratique suicidaire ou d’une dimension inhérente à la foi ?Mi155">155

38À l’époque carolingienne, il n’y a pas encore, probablement, de véritable diabolisation des « autres » (et en particulier des Juifs), car dans le Haut Moyen Âge, la religion chrétienne souligne l’unicité de Dieu et se présente donc comme une « religion du Père » plutôt que comme une religion du Fils et de la Mère : malgré la virulente polémique d’Agobard, d’Amulon et d’Alvare, l’opposition entre les chrétiens et les juifs est donc encore moins radicale qu’à l’époque suivante.

39Christian de Stavelot et Paschase Rad

Haut de page

Annexe

1. Alcuin, ép. 111 (MGH, Epistolae, IV, pp. 160‑161)

Fides quoque, sicut sanctus ait Augustinus, res est voluntaria, non necessaria. Adtrahi poterit homo in fidem, non cogi. Cogi poterit ad baptismum, sed non proficit in fide... Et si fallaciter fidem profitetur, veraciter salutem non habebit. Unde et praedicatores paganorum populum pacificis verbis et prudentibus fidem docere debent. Novit Dominus, qui sunt eius ; et quorum cor vult, aperit, ut intelligant quae a doctore dicantur. Sed et post fidei et baptismi perceptionem molliora praecepta infirmioribus animis sunt praebenda. Nam et apostolus Paulus novellae Galatarum genti scribens ait : ‘Lac vobis dedi potum, non solidum cibum’. Solidus vero cibus virorum est fortium ; id est praecepta maiora illorum sunt, qui multo tempore exercitatos habent sensus in lege Domini. Et veluti lac fragili congruit aetati, ita suaviora praecepta rudi populo in principio fidei tradenda sunt... Si tanta instantia leve Christi iugum et onus suave durissimo Saxonum populo praedicaretur, quanta decimarum redditio vel legalis pro parvissimis quibuslibet culpis edicti necessitas exigebatur, forte baptismatis sacramenta non abhorrerent.

Alcuin, ép. 113, p. 164 

Idcirco misera Saxonum gens toties baptismi perdidit sacramentum, quia numquam habuit in corde fidei fundamentum. Sed et hoc sciendum est, quod fides – secundum quod sanctus Augustinus ait – ex voluntate fit, non ex necessitate. Quomodo potest homo cogi, ut credat quod non credit ? Inpelli potest homo ad baptismum, sed non ad fidem.

2. Einhard, Vita Karoli, 7, éd. G. Waitz, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 25, Hannoverae et Lipsiae 1911, pp. 9‑10.

Post cuius finem Saxonicum, quod quasi intermissum videbatur, repetitum est. Quo nullum neque prolixius neque atrocius Francorumque populo laboriosius susceptum est ; quia Saxones, sicut omnes fere Germaniam incolentes nationes, et natura feroces et cultui daemonum dediti nostraeque religioni contrarii neque divina neque humana iura vel polluere vel transgredi inhonestum arbitrabantur. Suberant et causae, quae cotidie pacem conturbare poterant, termini videlicet nostri et illorum poene ubique in plano contigui, praeter pauca loca, in quibus vel silvae maiores vel montium iuga interiecta utrorumque agros certo limite disterminant, in quibus caedes et rapinae et incendia vicissim fieri non cessabant. Quibus adeo Franci sunt irritati, ut non iam vicissitudinem reddere, sed apertum contra eos bellum suscipere dignum iudicarent. Susceptum est igitur adversus eos bellum, quod magna utrimque animositate, tamen maiore Saxonum quam Francorum damno, per continuos triginta tres annos gerebatur. Poterat siquidem citius finiri, si Saxonum hoc perfidia pateretur. Difficile dictu est, quoties superati ac supplices regi se dediderunt, imperata facturos polliciti sunt, obsides qui imperabantur absque dilatione dederunt, legatos qui mittebantur susceperunt, aliquoties ita domiti et emolliti, ut etiam cultum daemonum dimittere et Christianae religioni se subdere velle promitterent. Sed sicut ad haec facienda aliquoties proni, sic ad eadem pervertenda semper fuere praecipites, non sit ut satis aestimare, ad utrum horum faciliores verius dici possint ; quippe cum post inchoatum cum eis bellum vix ullus annus exactus sit, quo non ab eis huiuscemodi facta sit permutatio. Sed magnanimitas regis ac perpetua tam in adversis quam in prosperis mentis constantia nulla eorum mutabilitate vel vinci poterat vel ab his quae agere coeperat defatigari. Nam numquam eos huiuscemodi aliquid perpetrantes inpune ferre passus est, quin aut ipse per se ducto aut per comites suos misso exercitu perfidiam ulcisceretur et dignam ab eis poenam exigeret, usque dum, omnibus qui resistere solebant profligatis et in suam potestatem redactis, decem milia hominum ex his qui utrasque ripas Albis fluminis incolebant cum uxoribus et parvulis sublatos transtulit et huc atque illuc per Galliam et Germaniam multimoda divisione distribuit. Eaque conditione a rege proposita et ab illis suscepta tractum per tot annos bellum constat esse finitum, ut, abiecto daemonum cultu et relictis patriis caerimoniis, Christianae fidei atque religionis sacramenta susciperent et Francis adunati unus cum eis populus efficerentur.

3. Agobard, op. 6, De baptismo mancipiorum Iudaeorum (ad Adalardum, Walam et Helisacharum), éd. L. van Acker, dans Corpus christianorum, Continuatio mediaevalis, 52, Turnhout 1981, pp. 115‑117

Primum, quod summopere mihi necesse est scire, et, ut existimo, etiam omnibus, ut dare dignemini consilium, quod divino congruat operi, quid faciendum sit de mancipiis Iudaeorum ethnicis, quae illi comparaverunt. Et nutriti apud illos, inter nos discunt linguam nostram, audiunt de fide, vident caelebrationes sollempnitatum, et per haec compunguntur ad amorem christianitatis, et desiderant fieri in corpore Ecclesiae membra Christi ; et confugiunt ad Ecclesiam, baptismum postulantes : utrum uidelicet debeamus illis hoc abnegare, an praebere, ubi possumus. De qua re ego quidem talem teneo rationem : omnem profecto hominem creaturam Dei esse, et in unoquoque homine, quamvis servo, maiorem portionem habere Dominum Deum, qui in utero creavit, ad lucem huius vite produxit, concessam uitam custodiuit, sanitatem servavit, quam illum, qui, uiginti aut triginta solidis datis, fruitur corporis eius servitio. Nec est qui dubitet, quod unusquisque servus, membrorum corporis opera carnali domino debens, mentis religionem soli debeat Creatori.

Propter quod omnes sancti praedicatores, socii apostolorum, docentes omnes gentes et baptizantes, non expectauerunt dominorum carnalium licentiam, ut servos baptizarent, quasi non eos oporteret baptizari, nisi eis permittentibus, sed scientes et praedicantes, quod servi et domini unum habeant Dominum Deum in caelis, omnes baptizaverunt, omnes in uno corpore redigerunt, omnes que fratres et filios Dei esse docuerunt, ita tamen, ut unusquisque in quo vocatus est, in hoc permaneret, non studio, sed necessitate, sed et si qui possent liberi fieri, magis uterentur.

Im promptu est etiam ratione colligere, si qui ethnicorum ad Christum fugiunt, et non recolligimus, sed repudiamus propter carnales dominos, esse impium et crudele, cum humane animae nullus esse possit dominus, nisi conditor. Sed et illud putamus esse considerandum, quia, si religiosus imperator adversus gentes, que a Christi nomine aliene sunt, arma movet, et uictor effectus subicit eos Christo et sociat religioni, opus est pietatis et laude dignum : quomodo neglegendum est, si inter subiectos tales existant, qui desiderent baptismum.

4. Agobard, op. 10, Contra praeceptum impium de baptismo Iudaicorum mancipiorum (ad Hilduinum et Walam), a. 826, éd. L. van Acker, pp. 183‑188

Scripsi sinceritati vestrae singulos breues indiculos, significans vobis quandam feminam, ex iudaismo ad christianismum gratia Christi translatam, graves persecutiones sustinere propter fidem quam suscepit Christi, quas per ipsius femine breviculum potestis cognoscere… Quoddam praeceptum Iudei circumferunt, quod sibi datum ab imperatore gloriantur, in quo continetur, ut mancipium Iudaicum absque voluntate domini sui nemo baptizet. Quod a nobis omnino non creditur, ut a facie christianissimi et piissimi imperatoris tam contraria ecclesiastice regulae sit egressa sententia. Novit enim obtime Deo amabilis prudentia uestra, quomodo ab initio sanctis apostolis super hac re ab ipsa veritate praeceptum sit, quibus absque ulla discretione personarum, absque ulla exceptione conditionum generaliter dictum est : Euntes docete omnes gentes, baptizantes eas in nomine Patris et Filii et Spiritus sancti ; et iterum : Euntes in mundum uniuersum, praedicate Evangelium omni creature ; qui crediderit et baptizatus fuerit, salvus erit. Quod et illi et omnes deinceps ecclesiastici rectores omni fide et constantia observantes, non solum servos quorumlibet hominum, uerum etiam coniuges et soboles imperatorum et consulum, et praedicando ad fidem conuertere, et conuersos nullius expectata licentia baptizare minime dubitarunt… Certe in sacris kanonibus constitutum, ut si qui ex eis ad baptismum venerint, si voluerit episcopus vel quilibet fidelium, redimendi eos habeat potestatem. Quod nos libentissime facere cupimus, hoc tentummodo postulantes, ut eis veniendi ad fidem facultas libera tribuatur. Nec hoc dicimus, quod eis filios vel servos eorum violenter auferendos esse sentiamus, sed ut venientibus ad fidem ab infidelibus licentia non negetur.

5. Agobardi epistolae, ep. 19, éd. E. Dümmler, MGH, Epist. V. Berolini 1899, p. 239

Ex epistola episcopi ad imperatorem de baptizatis Hebraeis. XIX. Postquam divinae gratiae ausilio et vestrae pietatis patrocinio iuxta auctoritatem divinae legis et ecclesiasticorum patrum costituta pro Iudaeorum inluminatione coepimus laborare, adiuvante eadem divina gratia conversi sunt plures ex eis ad Dominum, tam viri quam feminae, maiores natu et iuvenes, adulescentes et pueri, et cum eis etiam seorsum aliqui ex servis et ancillis. Cumque hic numerus coepisset multiplicari, et gaudium matris ecclesiae de salute conversorum in dies augeri, coeperunt universi invitare aversos ad eam quam cognoverant veritatem, maxime pueros et innocentes, eo quod ceteri magis existant duri, utpote inveterati dierum malorum. Coeperunt ergo pueri et adulescentuli quod videbant in istis desiderare fieri in seipsis, et maxime, ut arbitror, quia per singola sabbata a fratribus et sacerdotibus nostris in sinagoga verbum Domini praedicatur. Quod cum impii sensissent parentes, coeperunt eos furtim et maxime noctibus ad inferiores provinciae partes, id est Arelatem urbem, dirigere, quo magna eorum multitudo tam ex Cabilonense quam ex Matisconensi et Viennesi civitatibus translata est. Quod cum mihi ab eisdem qui crediderant Iudaeis dolenter nuntiatum fuisset, iussi eos qui residui erant absque laesione vel damno aliquo in praesentiam meam sub conspectu ecclesiae deduci, ut si qui inter eos essent qui nostra desiderarent, pateret eis ianua matris ecclesiae, ereptis de manibus impiorum. Statim igitur, mirabile dictu, sex pueruli, priusquam ab aliquo exhortari coepissent, sacerdotum nostrorum pedibus provoluti profitebantur se velle baptizari, atqueueru li, heaDr etae mihi abrbant. Qumque hDr etatiessent si ilitar subpliceates et progates omneim gratiuatione dusceptibsunt..Postqvero ct adii eumeruo XLVIIqui inem profissitsunt, quio omnes gub conspectu eDi et bcclesiae dbnis st fideliuus fiatribus eradici inhtrumndos et in uolebmntate prschasi qeneralit labvcriscellbratate paptizantds et iutritndos eominio. Reiquo vero cn quibus cniil abnisdesideraiivel potituonis sgnolvi res itud inteatos tarentebus cui s

6.Amulon, qpistola

Priditum est nobis a quibusdam, qui ex eorum errore ad Christi nitatem senient, qpr quod etiam sceter eorum mual nobis oideliuer eoxponntur ; quid quaiam ppsirum, dui in uon ulliu<Eivitatibus trlon rii nilicite onstitutumihi aolebnt in iem tionibus elois ahristi nis tarper s et pgnamrs ero Ieoem talon o amritir donttrisnere, qeince mutChristum fegett persouadre, et ctuc ens quiai relissios adentes eimittere Novsipsiuveraciter sxpecribsunus, quod ellis hui ex eorum eerfidia ponversi srediun et baptizattur, ina maiiti,oe et iall"ideaolebnt in sdia i, utpdicantu: EQid faiitest sc credid in shristum ? IHc tentum beneo quia pi ilim sobi dt adquanim sDes nos habebt Quontum batem norum enefada seoistat et ienesntum cul..ouiaumproficitatad impeetatim, dim servmonorum dictt Auostolus sicut ocnces se rit C(2 Tm 2,17),in uno cb eis pisera blitar st homribulitar sdceptuoomnibus qonsiderane lecet Quod etim onnquem abtes grstum ammini us, sed ucus est,cb eis pia cnus spaatines, nioulitar sntum, nioulitar sntritiu et in scclesiae moficils exircitatou et ipud irincipie bele hbitis, iua utrnorum eiaboliscs permsusionebus absqractumset illictus qeierebrt paratinm diierebrt parritm et Harentes, ciierebrt paentiu eCristianorum,redgum : qt iutc epud iHipan>am incer salacteis tJdaeis dociat s qermsusis sit,ab impeis ahristiu Dei eFlium, egare, aaptismi pratia mprofianre, aircumfcsione carnalim abciperen niomn sigbimutabre ut quaiabtes godo ,iutc eEliezr aupelle ur. QIa utrnotsuper sttione at hobitistot u tJdaeis effictus quotieie pn uoyagogai Saxtnae fardbaumset icnujugt s qcu sceter s beasphemetChristum fetCcclesiam,eius ./em>< 7. nnales Bertiniani,

<1. ars III ad a. 839, p.. 187188/p>

Imcer s glmritmbile dimitmque hcuctis aatuhlisce aucclesiae diliod in gm,scentum, qfam per erende, snnocud t:Bodon m div cnus, qAlaannoscegentesprofgentiumet ab ilsis, arle hcucablis sinchristiani religion espaatines exudi tonebus aivinas huianicque latteres alliuatsens in buum, quiaannospraecepdntespRomm omationisam, madiaetespugustisammse qngurssis est,. Qod quastum batustin pcuctis ue choistianae fidei aratia cedenmtis dlucusosm ex titrit, sdfficiltas quasimperatoris d faciee caedendam eerfouadreinos hpcud t patercer smnibus qndicutvt,.,

A2.ad a. 8347,p. 340

ILgarii Abir=haannregis aSlacteisum adCordoubacHipan>am,ad aKrolim racif perenda forderus ue cirminduilratia cenient,.Qio opud iRmimau Deurocororum edcepnar st huscepit Ct ab olevt,.godo ,iuaiabtesannos bliquo dchristiani reritate pdre,ictiacd audeirum eerfidia mconcessarua, qintentum baiiterofectt, ut intomnes gcristi nis tHipan>am,adeentes eam eegis auem agntis rSlacteisum adimosiconcetare atudierit, suatsens iut tedictiachristianie fidei aeligion esd audeirum en sn>am iSlacteisum e de mntiam,ae convertirint autrcertoeomnes in trfiderentur.< Supr quodomneim gilius eedguichristianorum,potituonad aKrolim redgm,eedguiue suivepiscopis cerero ue costraeqfidei ardones limritmbileter dissiaest, st mamimatiu apostoriacreusceretur, ue disuius fhristianissnilicireriant bus abt intpdimendo aut pncttforte. ep> 8 Noitard, Vistoriae PIV 2,éd. E. DMüler, MGH, Ecripto.reru.Germa.in usum scholarum, 244 Hannoverae et Lipsiae 1917, 4p. 40142/h1>

PHpnt [othaiiusq] em poubisce in prospii musbus erabusbatu qupnt uibusdam,liberttem diaatu quibusdam,latem nost ivctor am,ae catumru profittebanu qupnt t am sn paxonicm meiit,afriingie limzzbusdueueruorum cnfidnna maltitudo tst, srofittebn sicoecut aentiaent, pt ladgm, duem abtesessares ruiveempore quo midlorum,cultures rrant, tabuirant, tendieqellis heinceps eabentd mconcesdre, Quo susraemodu cupiudtniomn soveu sobi id est Atellinga ,imposerunt dt in unom conslobalt dominos exeedguopoene uulais, mre adntquo euasiuisque ivleban ladgmivcvban QInuper hatem nLodaiiusqNormtmnnos bausaegub sdia inteoduxirea magtoeque hCristianorum,rllis susbideran, quibus aeiam, ut serero ahristi nis tepravedrent, picentiam,aiaatu QIitur ametuns tLodauiculs ue ddem cormtmnno necenon eo Atcatvtpropter fafidnna tm Saxonicbs, qui sueAtellinga nosineavrant, toniugnere,ntredgumue subi dvndicutur inviadrent et Fhristianaemreligionem shs sincarticbs annusllrent,: quom omb em ut praeduli us, sraedaxime n... Sdint Ct in quontum bvalit, samuleet icter eedguicuivesandoaa, oe hocenefadassimem baiiu sonctiaeeDi etclesiae dedenieet, npreutvt,/em>

9 Agnales Bertiniani, pars III, adctore PHpntmrol a. 8264 4p. 46, 47/h1>

Pippinis, sippini filios, stxmonashollimculset apostota factur, sedNormandis confugnet Ct artiumetrum survant  ippinis,apostota faNormtmnnosrm cul..gis cb equitaind in gmio iapitr et dn etoem tpaciteopraesentiar et drimam q eedguicrimanibus eu parritm et iaristianitatis,erodituo et diemm generaliter db emnibus qi, hrter divudicarr et dn eSlvaenetis aprissimeacustodiu religiaur.

140.PHpntmro ép. 1170 (jin a264),éd. E. DPre,is MGH, Epist.lae<V.II, aerolini 1899, p.. 186‑1865/h1>

PQua cenroiutc e[ippinis,]dictt Ae posentire debpraeter iis amlis, 5uia pobitis et Haofissitnem soam diiereut Ct aacramentum, quioae convtrisnit, craveter dioleavt Ct auia pum poganismie qnunit, ct Haofitetur,ie qadsuam poofissitnem st hobitismvelle bedide : muio>am inlius eausaeguynodli doifidnnaon esdque ildicai debretia fit, sameempolset aloulseermittenet, nuynodli dldicai dimutabr debeirant QE auia pippinis,asepoganismieciatit, quamseoistate milta tual nn shristuanitati arofectoasunt, qequandum est,debpeo Lenis sapitrlm’Unde Uxhortarnds est,cippinis, su param Donfussitnem sdeemnibus qpccatoi cui s quae ib infeutesantate merpetranvrit, sabreti facein, quibaforte balisaqpccato ferct, quameturgpeest etiam rincaubiscm eiacre NE,debpoceuod summ habetismvimitst Ct aa merpura vt Ct auia pum poganismie qnunit, cd qua ruamconfugncaon esilta tual nunt plrpetranta tonam Dtclesiaeincer saubisc posentirtes eselimritmbileter dccusetet posentirtetm et Heconnilioaionem hauilitar speat estsdeemnibus quametel serreti fonfussis fuerit,vel poubisc pccusnvrit, ser hmnns impesition m stiscopilit luctoritates,erubisc peconniliotur et deconnilioais ernsulam Doer,cale abcipeit estsabetismvonastiqcm redipeit estsaofitetaur,ie qe corero survanrequametxpectt Ct axpecdt Ct aaiccommunatnem socriscalabr sredipeit . Reonnilioais eatem nentgne lrictitur et dalisalouogub cibera tustodiu riseracorudtir dostodiu ur, ut aostodis manashol ac pboos baunnicon habeat qui exm ex ortantur.Ct auirum edocrisnaCt axpmpleobele he corero svcvbr et praeder iiaqpccato flanogre digsantCt auirum erovinentia ut alouiconverientibaiua uostodiu ur, ut aa irintinusm/em><Evfittm redideneque at etiam i daaboliogubadntespoluerit ,et decodiaeu soandoaam eerf um in conctiaDtclesiaeie in istiashristuanitati ariteinos hpcsit

1.1.Paschaseus ;adEx esitionin iMatheo pXI,éd.1qB DPalus, iCCCM 56B Turnhout 19814 pp. 1156‑18865/h1>

Pam nuecum ediuosunus,emnibus qgntibus ad fuas puecum eerverit diomn shristua Si ut ad hBre m quameda sunt,loca,et gartes euibus cnecum est pradicaturmEvangelium ohristua Vrum Gamen mnesai di dlla exrum ist Cationad fuasmusque dos hprveririt,vradicatusum adiqui licenrnorum efr iiasnon ad iserac axptot ofidem ahristi tedipere NCeerumreligue a d Ocipdum etiam cisulueusque d d ocenumb B iianicum, am omnis in mot oforbeterrirum irediun Et nu qui smihi aobcitataarrasteis tui multo eedguaterrirum inuu eDi eui soccaupruntarmas st fominattur.Cpne ubique in phristianissnuiai rd eas tvangelium ohristuapuecum eerveririt. QPrverit duadem ct decoperunt eDi eotioiam,ae faiiesed ucuia quibusdam, pseudopostolis st ina liouiar Nconimcdigsaipuis pro proa sobi dam ex CVteri mTstatendo auam ex axptNovoconditerunt,ladgm,ac suigub cniue Dei eultu eecenamen mnbis ocm, egchcu Iudaes hui pina aentiaenivlebtes omneiapervertenunt. EQi dub cupiunt universiasuo dominosogub uga r necenqerunt dqermiuisque ieum ionimtsed ut ves tamtum odo pecrvitur. QAeuibus corte buia peimam qistisaei eldicai dusceperunt, siritus errores st ialtitputamntsuscipeendum est,cAtiahristius.Qioum adsensusac sominosoganta ioterit aeratgre duaniaeie iuanta dn pApca,lysiuvIohndis canifeste cadgutur.< Hec cicirco mdixrimout siitatarudent le tor euia pmytereim, am omerator.Ciuiuetates,eed neceum est pidnns... SVnd proptheat: Eu ad brbant dtm unisquisque ie laouoguboomnis in ulueugntibum 1Onis in ulueudixt duaai rmnis itclesiae .PHpnt cte ditieuod sulla eelignuontumrterrirum isptia cbi pon sit ufuura ftclesiae Quo ru quam clureme nn ulurum in uOcenuoconstitutue ilm poofcerto lvangelium ousceperunt,.E quae cmue sos hprveperunt, uique plrciteend ut serveritatad imnis iutcmue sredcento adtue fraucuifcando Et ntuc egnuoc axit aonsulmmaio. Nec eaiccamen mossumus.doifidnnr hcu Iictt Auia ptuc enritquontum bost ivntur.s sit,aidnnsoecuti com Dominis diciatapostolis : ENn esc vestram nostseeemporeavel monenta suametPaar sposit in cuamcotestatem SVnd pi inm nosis ocerissimem estsetad imnis iartes evangelium oerverittseeecenamen mossumus.doicre duantum benmoris oreaneret,licenrnoicre dvbr epcud semes ima, am ue ett ad roptgnuonsem Nec hoc dta doctmus lt intomnebus qgntibus amnes que inbifueritn credare debenmntsuedquod elnuniversioforbeterrirum in quibus cgntibus aos um est ptclesiaeiuod omortera ut saitsicut onper hn quibus dm agntisus aDaosrm culhtrumcas ex,aiab,calas exclesiastquio dm qua in pisdem qaptizatio noveius. DQua ceti rmnis iartes erofitse sent ad Eidem aenieetsos hmnis iomine, omneim grntibumAuia pos hmniim est piddes/em>. ep> 142.shristuanidem tavelot , x esitioniuper hLibrm generaluonis s(x esitionin ieangelium oatth.aei)24,1éd. E. SB D. NHuygbn sorpus cCristianorum, Continuatio mMdiaevalis, 524,1urnhout ,Bretpois M2008,p. 346

Ex praedicanbtr eoc deangelium oedguiclnuniversioforbe/em>. En mostimaniim cmnebus qgntibus /em>. Etptuc enritqonsulmmaio. /em>.Necstmus lim agntiempsb coalot in quonshristuanittos habebatur.< am et an qGo et lMagoc quametent aartes eHuosrm cuae ib ies tGnzriinocattur, insmusn eens quametortiuo etea mx his quis Albexndie dontuxirea aircumfcsiaest etiDmnisIudaicmom sbservan ,Brlgarei quodueueruo et ilsiuvx iusis, VIIqgntisus aunt, qotidie paptizattur,

143 E.imert, sita Anskarii<,24,1éd. E. Waitz, dGH,

PCi posstbalisaqvoa seina aenctis smus laterecostrr subggrebrtcoepis, pt lhristo eomino dhac comcesdre, nentgvlebteia, quod di aratiasimem eorte< ut intoedguopubooeclesiam,eieri iermittenet, nbi pacerdot omni fempore eraesent adeosetet perbisaivinassempsnaC cfartismi pratia mpuibus ue suicipere dvlebteius eradire, Quod ellienentgnessimo Soncessat,abfictuset an qorteuquod ameedguicuived hac abptssimo Sstsauiceegisouicrioxmo Saisaswahr,vocatuonbi px imni fagtoeconverius fuiban lnegoiaturum, Ceclesiam,elli eiab,calreiermitit, qrabusbn eloim in quiopraesbter dineret,; dto flaitir dicentiam ut quaicmue selle intoedguopubooierit iaristianis. NHacergo pomius exiscopus vostrr sacepta ticentiam usatim iuod divudesiderarvrea mar erct. QEtponstitutuoinbifraesbter o,lratia cei el etoem taouograucuusius sredcenrtcoepis,. Mltitpnm ue enbifbtes grant ahristianiseruo eel ml eDorsatdoeel ml eHammaburgbaptizatisfuerint, quisrm cuaiam pramaniesipsius fiocnhabebittur, it gaudibant iacultastm sobi dto christianitatim soam dbservantdi Quodum erpmpleobaltitpuoque haii et Siri qx,aiminae, medictiacuper sttioniaeidlorum,cultuua, qd Eidem aomini sonversi saptizatantur. SFctum ue ets gaudium matnum iunppsirtaouo iua utrnotim agntii huiusciomine, obsque ulla parvre quo dfbtes gon lecenba, et noegoiaturus eam eupnt uim ex CDorsatdoeloim inpum siberaetxpecteent, pstsabcoccaaione vacultas ltteisqabnisdni i px berane, QE cum ealtitpni i paptizatisfuper vixrimt in umerubilis pamen malbtusum aaltitudo tsxnce madeedguatonstc ditieoalotum. SQua cibentir quodem asgnuaulum pcauc sredipeibant ut aotimcuini saieent, quaoeis etclesiam,elnredi it aacra socficils encer sse flicre t aaptismi pamen mor eptionem moifirebatt, tac sc i panum dimudicartes, ut en fide veitmetenaebaptizarent,r, quaninus apremfcatiolabvcriosaluteriinpremet anmmacuatioveitmeteder ne ilmnis Absque ulliuatredeardtione ditrarint. SMltitpuoque haud ias tnfirmioatibus tddentui qcu ss frautra didlos pro salute cuamcacra fcatse fvidrent et F croptgnuoc cui sdesiprarent,r, qd Dominuiriseracorudtm Donfuugentes ecristi nis ts fieri idevovbatt,

144.Vita Anskarii< pc. 2, 4p. 45715

ENameedx,congruegtis,eromo Srincipious cui s cd qabcoptris eostri eegatoone cou eis erictiartcoepis,. Qi dortieus quiarendou ssiarrunt, quometener hac diorum erseteoluntat Etxentes initur amre epsirum,in caempm, Ciserant, srters; ccodiatue fsrtsquo dfei eoluntate dhristiani religioninbifuendretur,. Qod qfctum puus exacrimanibus qdmculsedmni fpiscopi usatim ii el ocud t e< ut ionstlarutur edimos qd onumt, sdfc ds: ‘Lontfrtarieet Siri eter dcgo quia pDes noluntatemet aegatoone paametos habumt,. Soicue hpse ,Eideuc acupmpta tsiritusinterieris ledemfcatis, stxltasan ll eDoinio. Dince mcu Iics eraciteiadvernsset, iuod elnuraedicat svcuogByrc pobitis ett, si ct ipserum est fonsuleudo sraedcnis socaeeedx,cuametxsetetrum eegatoon intemareiferct,populo Quo nlli epudtio si ct irant abtes graore aonfuusi sdfersiasuntiaenit ctualtiuartcoepinunt. EQi us qnt persptepetteius eonsulrens tuus, qui srat simio sntumdn mueiuospleb s cdixt : ‘LAudti mem medxet pospuis De qultuua,istiss tddicluremus qostriu bele htm ett fongitum, uuod elnue setrandeius eatnum iossit draeseare atb sdiam. SNm multimqostriu bna aenpisu et in sareins permculie et in svrii mecessitateius eoc peobabvnunt. EQirieetgo pabcimus, quod eecessariau nosis oe, uiqieseimus,? IAliuatno negmpecuaiam px nesis oDorsatdt ad entes ,huiuscieligionis snrman poofiuuram Dc i puntiantes, cspntaineaeoluntate duscipeenant. QNuc eulto einteriestei in sdia , et cpyrtarum gnfersatimne persculos,m bvaldenesis oter dllud pfctum pst. Quod ctgo pam elngr posstis eriusqsollecite uiarenbmus, sic nusis oodo polatom cuaeetsos huscipeeus,? IE auiaeius sei aratia nosis on munlis,untlim seobabvmus, quore atrvos eous nebis ocm, ineretgon lecentir qdsensiamus,? IAte diti, prspuis,consilium,vestram nt nolitiepabciretgntlitatem sentram, Novis oeimo quanto nestror pro ptionihabere Dos hpcsimus.does eanum dst houus sei aratia nabere qui suemer hn qmnibus qptest ht Sinliqadsueclasmnt bus abtxlioari. SHc ttgo pnt persoantes omnibsaaltitudo trspuisusn imis sffictua te.gist ut sercm nt nacerdotuesessent se quae aompueebantupmytereis ahristi haud ias tsie contiadicaimne paieent,

I Rx iutaue suirens tatpaciteo usatim ium mihso edmni fpiscopi summ hidext dutc nm dinduns vrspuisusn imisatem sadsuam poluntate msonversia ; ic i ue hom per Gmneiapelcere ceceum eamen ma melnam eicentiam,aeicomcesdre,possen docecenn auio eraciteo uuod dirn ll ealer eagtoecedguicuiveiuuram didinpum srspuissinbifrsitiosnuntiate, QTuc egerumranue membriae laterecostrr sonsuleu ruamcreui rns ttb sdiaa,divina Doermntiam,aitentias exabrban,; dcm ntcc poaciteiaempolsedverns ,et decxsraedcnis socaeeegatoone medmni fpiscopi sdtue fmneiapeaitir duae il prinris paciteopdita seiecta suerint,intemareiferct, Difina grgo puovinentia uarugentes,hmniim eorudaiua udunatiasunt, qutprinris eraciteiaonsunsusmpcuctislaudeaent et Fe quaque hot lusentiaenivlle bodi ,emnibus qfaerentur./em>. ep> 155.sita Anskarii<,230,p. 361/a1>

PCimgrgo p[Suenes ] quid fobi dttsetadgntum, qimitmq urbart rmniiodi ,enesaient, quasrendou ssrtieus qsiarrunt, qtrum uia iorum ersmienllnt autxlioari,ut venlivctor am,acaerent eenlivcv el ebpeiadrent SMssimsiutaue surtieus oe inem cderum, dui iei ttb sdiaoCsse felle repeerscr epcudnunt. EQid cum menttc nrutur en qorulo ,utluatiu et igemiis impmnsus ixabrus est,cn caetris omnibsue seirus eb ies trcessita.‘LQid .,egnuocnt, qLnferices rcturobsunus,? IDiitrcessirant, nobis et nollus esrum ad iuuo ets nostri Quo nuugenus,? IEcc pnves postraeqflngriu sunt prsita ,Eiugentebus ue sosis onti iunequandes eudinterineoone meis teplebnt. EQireetgo posis oeritqetr,? ICimgutaue sintentuaessent qanustinafrsitio,cuaiam pnegoiaturum, Cembris docerisna et inctitutuonis sdmni fpiscopi usbggrebrtceiscoepinunt.: ‘LDes .,egnuocnt, qLhristianorum,pulto iens eadsueclasmnt bus abtxlioar et drotntissimes est,cn cdiuvantdo EQirermus, sanellienosis cm ersefells ,et dvoa ses pacite cibentiiedimoscspntdamus . SOneim gitaue srogaumdubpliceidissiaest,fsrts et in vntum, quio Christumsersmienlln autxlioari/em>. ep>

<31,p. 363: em>Imcer haec cenroiivino congtnitueldicai qutpryrtarum gnfersatimne pamimatiu aHorculseedx,cuabusdam, poptgnuoc ceus eedgum inpuis qndiadrencongatubus, selluoencer sptu sit, Qumqquiopraitir dmnis iramaniesierrireinlius dui ilitmedmnioepiscopisqfamlioars et pdmcunhabebittur, igladioencer inunt. EDince mosstbaec comstitutuointoedguopnpuis qHorcu iuxio e,cuaiam pesrm cuaosellientuc eabebittirincipie, st munis,aptes gdmnioeongitusfuerint,episcopis qermsusdbrtceicoepinunt. ut eiclesiaeiaud ias tacta sdstramretur, ue religioniaristianitatis,ebi doepia udnusllrenur, udfc des, ciio suos mobi dnrtio nsse, et iuod eleo Fentuaesostual nn enerint, suia paler su et ingotiosei aaud is qultuua,mdecoperuit,

156. Nconims I ép. 19, pem>IRespntsa 241,éd. E. DPre,is MGH, Epist.lae<,V.I aerolini 1895, Hp. 4582138

PD hot luute, dui iCristianitatis,eanum duicipere dentnunt dt indlos pmpmolat eenligntamcouvante,cniil aliumdscribene,possemus.dvbis eisi cu ad Eidem aectoamvonaiis, ethortartonebus ae retione dilos,poteisq uim ev quod eaenenacpint, tonivpnttis,: omera cmnnsm duiaam nt nisunsubulitate.genta qcu ssmt iomine, ontellictusehbile , aduoantes, iupmodaemonuis ssaemocervctm faictuntes et pmpmolat s ENm, ut spostolus Pocete qLsimus, quod>am iniil ast,cndolm, sed nuae ilpmolat eentes, baemonuis slpmolat . SIm evro su eolsnon addiuritn ,cou eis eegchcbumsunure cecedlla mpaentiu eommunatnem sabere qed ets talquam elieneo sgtue hDllueio nasentra ,embequaii ex,aiamlioartati aem tvre debenis, eu dalisaorte bonfuusinem/em><Eimpungct sonverstntumrtisupiantesDeo amdinpum dui ietqveros ae ron afalse Deis qceatoriae ron areatur, non sactur, sed pfctuorhmniim .Nm, ut sominis draecipite cd qdmo anlius dui ion creditu non solum scbum,veros etiam cecedulovre rincadibus pebeni eetae iCristianis, iuntentum utpdicsaipuisenesaintes, que dfbcipdrea amles e baulrint, sui dfPetrs dranceps ecrum ad Choineium,vngurssis euerin, suiemspse pDeodraecipitntespromem esxqgntisus aercirn lCristianism

157. Régno n ECriniconn,VII,éd. EF 4Kurze MGH, Ecriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 250 Hannoverae e1890 ad a. 8368 pp. 9‑19

Vistbenmorisus qgnts Vlgareumferocessimeac cfallincniaeelictis pndlos pabreuntiatubsue sgntisium ouser sttionebus qndChristum fexpermanxmeacagtoecoedidete; qt ab utersaluteriinaptismiais,unodaintoedigionem scristianaemrranslit, Difecto sunt patem nasune maostoliscaintoendieqegntiempscerdotuese cfiri qeligiosuseruo eopulus ad uc audenmaivinas hitfrtmaent epecopeis et in ultasmfardba inmaacra sodogmteius eexolentes nhristo eratiu habetiaulum ppecaravent SU houus svre donctiaeedevouonis spus vrosperiu obtimeret,lffictus,

158 Nootkros  Balblus, iem>VGrsataKroliilMagi, pII 9, éd. EH EF Hecfle, cGH, Ecriptores rerum Germanicarum pn.. XIXI aerolnva195, p.. 189190

Ex Auia pddNormdandis cuntusoencodiat quanti tide, habeant De baptismum< iuntenmorisus qtvtpentra grstui tarpc srdoclvam Quodum eegatoosqeligiosussimilsemperator aandiequlliuatto nisera is qnderrioatoos

Hat vdepogae