Navigation – Plan du site

Présentation

Michael Werner
p. 5-9

Texte intégral

  • 1  Heinrich Heine, Die Romantik [1820], in Heinrich Heine, Sämtliche Werke. Düsseldorfer Ausgabe, éd. (...)

1Quiconque tente de définir l’originalité de la position littéraire de Heine a vite fait d’identifier la poésie et l’histoire comme deux registres essentiels de son activité créatrice. Les deux domaines étaient, en fait, rapportés d’emblée l’un à l’autre. Les débuts poétiques de Heine se situent à un moment où les Allemands découvrent la dimension historique du fait littéraire. Après les premières traductions et adaptations du xviie siècle inaugurées par Bodmer, August Wilhelm Schlegel a ouvert la voie à une véritable philologie de l’épopée des Nibelungen et, plus généralement, à l’étude historique des textes en ancien et moyen haut allemand. Heine a suivi à l’université de Bonn, pendant le semestre d’été 1820, le cours que Schlegel a consacré à « l’exégèse historique et critique de la chanson des Nibelungen ». De façon générale, l’enseignement de Schlegel a exercé un effet durable sur la formation poétique de Heine, à la fois sur le plan technique, notamment en ce qui concerne l’art de la rime, et pour le regard porté sur la littérature. Dans un article rédigé à la même époque et intitulé « Le romantisme », Heine esquisse un tableau historique où l’émergence d’une littérature « romantique » en Europe est mise en relation avec les effets culturels produits par la religion chrétienne1. Ce petit texte, qui constitue sa première intervention publique en prose, montre par ailleurs que, chez Heine, la vision de l’histoire se traduit toujours en un programme littéraire. En 1820, il prône la conciliation entre styles « romantique » et « plastique ». Par là, il entend, d’une part, le perspectivisme introduit par la dimension « sentimentale », par une profondeur affective particulière, et, d’autre part, une esthétique fondée sur la plasticité et la concision. Dès cette époque, il défend donc le principe d’une convergence nécessaire entre réflexion historique et écriture poétique.

  • 2  Heinrich Heine, De la France, trad. Jean-Louis Besson, Paris, Éditions du Cerf, 1996, p. 311.

2Mais la vision de l’histoire ne lui sert pas seulement de cadre pour la construction d’une poétique moderne ; elle implique également que cette poésie entretient un rapport décisif au présent. Cette contemporanéité de la poésie et des questions intellectuelles, politiques, sociales du moment caractérise l’ensemble de la production lyrique de Heine : l’esthétique n’existe jamais pour elle-même. Si, à certains moments, il a postulé « l’autonomie de l’art », celle-ci devait toujours s’insérer dans une conception de l’histoire qui établit une relation avec le déploiement des idées et le développement social. Il s’agit donc d’une autonomie relative qui se définit d’abord par le refus d’une instrumentalisation de l’art au service de la politique ou de la religion : « Je suis (...) pour l’autonomie de l’art ; il ne doit être le valet ni de la religion ni de la politique, il est lui-même sa fin ultime, comme le monde. »2

  • 3  Lettre à Gutzkow du 23 août 1838, in Heinrich Heine, Werke, Briefe, Lebenszeugnisse. Säkular-ausga (...)
  • 4  Trad. Céline Trautmann-Waller, cf. ici même p. 192.

3Dans une lettre rédigée en 1838, Heine rapproche le principe moteur de l’art et celui qui est à la base de la vie : « Ma devise reste : l’art est la fin ultime de l’art, tout comme l’amour est la fin de l’amour, voire, comme la vie est la fin de la vie elle-même. »3 Par ces assertions, qui ne sont tautologiques qu’en apparence, Heine voudrait se faire le porte-parole d’une certaine conception du droit de la vie et à la vie. Les formules constituent, en fait, un développement des dernières phrases du bref texte intitulé « Sur les différentes manières de considérer l’histoire » rédigé vers 1833. Ce fragment, inédit en français et que nous publions en fin de volume, se conclut par une sorte de profession de foi historiographique, où Heine affirme notamment : « La vie n’est ni fin ni moyen ; la vie est un droit. La vie veut faire valoir ce droit contre la mort engourdissante, contre le passé et ce faire valoir c’est la révolution. »4 Opposant des rapports au temps qui voudraient asservir le présent au passé, à la manière des historicistes, ou au contraire à l’avenir, comme le font les protagonistes d’une théorie du progrès, Heine insiste donc sur l’autonomie – ici encore relative — du présent, sur le droit du présent à trouver sa raison d’être en lui-même. Les logiques respectives de l’art, de la vie, du temps présent et de la révolution forment donc un ensemble. Elles organisent, dans des combinaisons à géométrie variable, la façon dont Heine envisage à la fois son activité d’écrivain et son rapport à l’histoire.

  • 5  Heinrich Heine, Über den Denuncianten, in DHA XI, 154.
  • 6  Lettre à Varnhagen du 4 février 1830, HSA XX, 385.

4A partir de la Révolution de 1830, Heine a considéré, dans un premier temps, que l’époque de la poésie était révolue. L’avenir paraissait, dorénavant, réservé à la prose : « Ma période poétique a touché à sa fin, et je ne suis, à vrai dire, plus capable de mettre au jour un poème valable », écrit-il en 1837. Et d’ajouter, en visant rétrospectivement le début des années 1830 : « J’ai dû admettre depuis longtemps déjà, qu’il n’était plus possible de faire de véritables progrès en vers. Voilà pourquoi je me suis mis à écrire de la bonne prose. »5 Le combat politique devait être mené avec les armes affûtées du publiciste et du chroniqueur. Heine avait l’impression d’être entré dans une nouvelle période de l’histoire. Celle-ci exigeait de l’écrivain des moyens de lutte appropriés : « La guerre à coups de Xénies de Schiller et de Goethe n’était qu’un tournoi de bucolique ; c’était alors la période de l’art, il s’agissait de l’apparence de la vie, et non pas de la vie elle-même. Aujourd’hui ce sont les plus hauts intérêts de la vie qui sont en jeu, la révolution fait son entrée dans la littérature et la guerre devient sérieuse. »6 Ce sont donc, de nouveau, les valeurs de la « vie » qu’invoque Heine pour justifier, cette fois-ci, la primauté du prosaïste sur le poète. L’histoire, sous la forme d’une historiographie du présent, semble définitivement prendre le pas sur la poésie.

  • 7  Lettre à Gutzkow, HSA XXI, 292.

5On constate cependant que pendant toute cette période de la « guerre des idées », Heine n’a cessé d’écrire des poèmes. Même s’il ne lui accorde, provisoirement, qu’une place secondaire, il ne saurait renoncer à la réflexivité poétique. Au travail du poète, il ouvre de nouveaux champs d’application : la vie dans la métropole avec ses « amours non banales »7, transcrites dans le cycle intitulé « Femmes diverses », ainsi que l’histoire singulière à laquelle il consacre une série de « romances », poésies à caractère narratif qui anticipent sur le recueil du Romancero. Ces poésies, rédigées pendant les années 1830, attestent, si besoin en était, la permanence de la recherche poétique chez Heine. Elle porte à la fois sur une réalité toujours changeante, qu’il tente d’appréhender, en focalisant sur des modes de perception variés, et sur le sujet-auteur, le « moi » poétique qui vit et saisit ce monde extérieur en se transformant à son tour. Le poème « Der Tannhäuser » (1836), qui mêle légende et actualité, autobiographie et mythe, constitue un bon exemple de ce type d’appropration réciproque. En se terminant sur le récit satirique d’un voyage à travers l’Allemagne contemporaine, il montre en même temps les possibilités nouvelles d’une politisation du genre, que Heine réalisera, à plus grande échelle, dans les « poésies actuelles » des années 1840.

  • 8  Heine, Lutezia, art. 54, DHA XIV, 48.

6Le renouveau poétique qui s’opère à ce moment, presque parallèlement à raffinement, dans les chroniques pour la Gazette d’Augsbourg, du concept d’historiographie du présent, montre que l’espace d’intervention du poète, loin de s’opposer aux exigences de l’actualité, ménage au contraire des perspectives originales sur la réalité politique et sociale de l’époque. On observe, cependant, que la satire n’est pas réservée aux seuls adversaires réactionnaires, aux maîtres de l’Allemagne épinglés, par exemple, dans Deutschland. Ein Wintermärchen. Atta Troll et de nombreuses poésies montrent que Heine s’en prend également, avec une ironie tout aussi féroce, à certains de ses amis politiques, aux poètes « engagés », coupables, selon lui, de confondre bonne opinion et bonne expression. La morale ne saurait se substituer à l’esthétique. De plus, leur manque de culture poétique trahit, de fait, les limites de leur horizon politique. Incapables de saisir les véritables enjeux du présent, ces « chantres les plus effrénés et les plus hardis de la liberté ne sont, pour la plupart, à les regarder de près, que des natures bornées, mesquines, étriquées, des philistins du passé dont la vieille queue est mal cachée sous le bonnet rouge ». La ligne de partage dessinée par Heine ne dissocie plus le poète de l’historien et du publiciste. Elle consiste à distinguer les grands et les médiocres, ceux qui sont à la hauteur de leur époque et ceux qui défaillent devant la tâche de l’histoire. Aussi peut-il affirmer : « Les vrais grands poètes ont toujours traité des grands intérêts de leur temps autrement que dans des articles de journaux rimes. »8 Le véritable poète et l’historien digne de ce nom sont, chacun à sa manière, mus par la grande idée de l’accomplissement de l’esprit dans l’histoire.

  • 9  Heine, article du 10 mars 1848, DHA XIV, 290.
  • 10  DHA XV, 198 ( « Waterloo. Fragment » ).

7La nouvelle association de la poésie et de l’histoire du temps présent se heurtera, cependant, à l’expérience concrète de la Révolution de 1848. Si, tout au début, Heine a pu encore célébrer, dans Lamartine, l’unité du poète, de l’homme politique et de l’historien, s’il a pu saluer en lui l’esprit proche, auquel il se sentait lié par une sorte d’affinité élective9, il fut bientôt obligé de constater l’échec de ses espoirs. La révolution ne lui apparaissait pas seulement comme la caricature de ce qu’elle aurait dû être, un monde à l’envers ; elle avait aussi, en consacrant partout en Europe la victoire de la réaction moderne, profondément affecté sa confiance dans la « ruse de la raison » hégélienne. Rétrospectivement, Lamartine est devenu un « faux frère », un personnage ridicule, dont la pose lyrique faisait ricaner les esprits « prosaïques » de ce monde. Mais la faute n’en revint pas pour autant au titre de poète dont s’était affublé Lamartine : au contraire, « les grands poètes furent souvent aussi de grands hommes d’Etat, et les muses sont innocentes de l’ineptie gouvernementale de cet homme équivoque, à qui on peut contester la qualité de grand poète. Ses belles phrases, sa brillante faconde rappellent plutôt un grand rhéteur »10. En le rabaissant au rôle d’orateur, Heine prive Lamartine de la qualité de poète. S’il a échoué en politique, c’est qu’il a manqué d’énergie et de conviction, c’est-à-dire des ingrédients essentiels de l’action poétique.

8Dans ces conditions, on est amené à inverser les rapports : c’est précisément l’échec de la Révolution qui institue de nouveau le poète dans son rôle d’historien du monde contemporain. Les poésies du Romancero, des « Histoires » aux « Mélodies hébraïques » en passant par les « Lamentarions », traduisent l’idée que l’action poétique est seule à même de donner une expression authentique à la déchirure du monde moderne ouverte par le choc de 1848. Si elles montrent, d’une part, que cette déchirure est ancienne, qu’elle remonte aux confins de l’histoire, ces poésies donnent, de l’autre, à entendre qu’elle traverse l’actualité la plus brûlante : la maladie physique de Heine y apparaît comme mal, symbolique, du poète malade de son époque. Au point de croisement de cette double déchirure se situent le cœur brisé de l’« Enfant perdu » — qui succombe sans que ses armes soient vaincues – ou encore le chant de Yehuda ben Halevy, qui verse des larmes sur les ruines de Jérusalem, sa bien-aimée. La pratique poétique de l’auteur du Romancero ne permet plus d’établir une relation immédiate de l’activité littéraire à la réalité historique. Elle ne peut mettre en scène que la douloureuse contradiction entre le caractère universel du geste poétique et la singularité de la situation historique qu’il désigne. Dans « Im Oktober 1849 », Heine montre que l’histoire moderne se refuse à l’épopée. En lieu et place des Nibelungen, évoqués à propos de la défaite des Hongrois, on ne voit que des parodies de héros et les spécimens grotesques d’un bestiaire moderne. En ce sens, poésie et histoire sont réajustées l’une sur l’autre, à l’aune de l’expérience postrévolutionnaire.

Haut de page

Notes

1  Heinrich Heine, Die Romantik [1820], in Heinrich Heine, Sämtliche Werke. Düsseldorfer Ausgabe, éd. Manfred Windfuhr, Hamburg, Hoffmann & Campe, 1973-1997 (sigle : DHA), ici t. X, p. 194-196.

2  Heinrich Heine, De la France, trad. Jean-Louis Besson, Paris, Éditions du Cerf, 1996, p. 311.

3  Lettre à Gutzkow du 23 août 1838, in Heinrich Heine, Werke, Briefe, Lebenszeugnisse. Säkular-ausgabe, Berlin, Akademie Verlag, Paris, Éditions du CNRS, 1970 sq. (sigle : HSA), t. XXI, 292.

4  Trad. Céline Trautmann-Waller, cf. ici même p. 192.

5  Heinrich Heine, Über den Denuncianten, in DHA XI, 154.

6  Lettre à Varnhagen du 4 février 1830, HSA XX, 385.

7  Lettre à Gutzkow, HSA XXI, 292.

8  Heine, Lutezia, art. 54, DHA XIV, 48.

9  Heine, article du 10 mars 1848, DHA XIV, 290.

10  DHA XV, 198 ( « Waterloo. Fragment » ).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « Présentation », Revue germanique internationale, 9 | 1998, 5-9.

Référence électronique

Michael Werner, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rgi/660 ; DOI : 10.4000/rgi.660

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Directeur d’études à l’EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals