Navigation – Plan du site
Lectures

Michel Letté, Henry Le Chatelier (1850-1936) ou la science appliquée à l’industrie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, 259 p. ISBN : 2-7535-0019-3.19 euros.

François Jarrige
p. 169-232

Texte intégral

1Dans ce livre, qui constitue la version remaniée d’une thèse soutenue en 1998, Michel Letté propose de revenir sur la genèse de l’un des grands rêves scientistes et industrialistes du XIXe siècle : l’application de la science à l’industrie. À travers la biographie de Henry Le Chatelier, l’un des principaux promoteurs de cette ambition en France, l’auteur propose à la fois une histoire sociale du milieu des ingénieurs rationalisateurs, une histoire des sciences et de certaines des principales institutions scientifiques de la Troisième République, et une histoire de la genèse de la préoccupation rationalisatrice en France avant 1914.

2L’auteur a fait le choix d’une analyse chronologique de la carrière et de l’œuvre de Le Chatelier, dévoilant progressivement l’émergence de ce projet d’application des théories scientifiques au monde industriel. Henry le Chatelier est d’abord un héritier : son père ingénieur le destinait à l’industrie. En tant que membre de l’élite de la bourgeoisie parisienne, il passe par la plus prestigieuse des grandes écoles de la République (Polytechnique). Il s’oriente rapidement vers la recherche scientifique : ce sont d’abord les travaux sur le grisou qui lui donnent l’occasion de ses premières expériences scientifiques et industrielles ; dans les années 1880, il s’impose comme une autorité scientifique dans les milieux industriels grâce à ses recherches sur les liants (une thèse en Sorbonne sur les ciments en 1887). Ce qu’il appellera par la suite la « science industrielle », c’est-à-dire une science conçue comme le modèle d’association théorique et opérationnel de la production scientifique et de la pratique industrielle, se fait jour dans ces premiers travaux. Pour lui, seule cette science industrielle était utile : par ses méthodes d’analyse systématiques permettant l’élaboration de lois mathématiques, cette « science industrielle » méritait tout autant que la recherche fondamentale la qualification de science.

3Henry Le Chatelier est également un homme d’influence. Il utilise certaines des institutions phares de l’époque pour propager sa conception de la recherche scientifique appliquée à l’industrie. Au sein de la société d’encouragement pour l’industrie nationale tout d’abord, dont il devient le président en 1904, il tente – sans le succès espéré – de réformer son organisation en faveur d’une plus grande professionnalisation et d’une aide plus directe à la recherche appliquée. Il crée également ses propres espaces de liaison entre la production scientifique et la pratique industrielle, ce sera notamment La Revue de métallurgie créée en 1904. L’animation de cette revue de 1904 à 1914 constitue, selon Michel Letté, une étape décisive dans la construction puis la diffusion de la pensée de Henry Le Chatelier ; c’est elle qui publie aussi les premiers comptes rendus du travail de l’ingénieur américain Taylor. Soucieux de reconnaissance symbolique et officielle – comme le montrent ses multiples candidatures à l’Académie – Le Chatelier contribue également à faire pénétrer la science industrielle dans les milieux plus académiques où seule la recherche fondamentale était prestigieuse : notamment le Collège de France et la Sorbonne où il sera successivement professeur. Il met également en pratique ces liens entre science et industrie en s’impliquant dans certaines affaires industrielles comme ingénieur conseil.

  • 1 . Odile Henry, « Le Chatelier et le taylorisme », dans Actes de la recherche en sciences sociales, (...)
  • 2 . Aimée Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation de l’industrie française dans l’en (...)

4Le Chatelier reste surtout connu aujourd’hui comme l’un des promoteurs du taylorisme en France, cette dimension de son œuvre a d’ailleurs suscité d’autres recherches importantes1. Dès 1904, il découvre Taylor, par la suite il obtient le droit exclusif de traduire et de publier ses écrits. Le Chatelier fut l’un des acteurs décisifs de l’introduction et de la sacralisation de l’œuvre de Taylor en France. La rationalisation de la production au sein de l’usine, telle que la définit l’ingénieur américain, constituait un aboutissement du projet rationalisateur de la science industrielle telle que la concevait Le Chatelier. Michel Letté montre bien comment Taylor fut relu par Le Chatelier, comment ce dernier utilisa la popularité des États-Unis et de son organisation technico-économique pour défendre et diffuser ses propres conceptions. Certes, l’auteur est sans doute trop rapide en ce qui concerne les années 1920 et les tentatives pour appliquer les nouvelles méthodes à la reconstitution de l’économie. Mais cette période a donné lieu aux travaux importants de Aimée Moutet 2 notamment et l’essentiel était ailleurs : comprendre la genèse d’une pensée rationalisatrice qui triomphe après la grande guerre, mais qui s’est constituée avant 1914.

5Cette étude riche éclaire également les liens entre le conservatisme social et politique de Le Chatelier (qui était à la fois nationaliste et anti-dreyfusard) et son projet industriel. Cette dimension majeure aurait sans doute pu être questionnée plus longuement tant elle se révèle riche pour scruter le milieu des ingénieurs de la Troisième République. Le Chatelier donne en effet une version très autoritaire du taylorisme, dans laquelle le travailleur est perçu comme un simple rouage qu’il faudrait régler en vue de l’obtention du rendement maximum. Ses conceptions du monde social et politique sont modelées par l’imaginaire scientiste de l’efficacité et par le souci d’optimiser le rendement de chacun. Chez lui, le progrès est identifié à l’accroissement de la production. Cette riche étude trace finalement les linéaments d’une tradition technocratique toujours vivace où la science et l’industrie sont au service d’un projet politique et d’un choix de société autoritaire.

Haut de page

Notes

1 . Odile Henry, « Le Chatelier et le taylorisme », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 133, 2000, p. 79-88.

2 . Aimée Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation de l’industrie française dans l’entre-deux-guerres,Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997, 500 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jarrige, « Michel Letté, Henry Le Chatelier (1850-1936) ou la science appliquée à l’industrie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, 259 p. ISBN : 2-7535-0019-3.19 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 33 | 2006, 169-232.

Référence électronique

François Jarrige, « Michel Letté, Henry Le Chatelier (1850-1936) ou la science appliquée à l’industrie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, 259 p. ISBN : 2-7535-0019-3.19 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 33 | 2006, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/1171

Haut de page

Auteur

François Jarrige

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page