Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Thierry Menuelle, Le Charivari contre Proudhon, Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006, 339 p. ISBN : 2-906096-31-0. 18 euros.

Fabrice Erre
p. 161-208

Texte intégral

1La campagne satirique contre les « communistes » qui se déchaîne en 1848 constitue sans doute le fait le plus marquant du rire politique de la Deuxième République. Les théories socialistes font irruption dans la sphère publique et suscitent des représentations durables. Menée par Le Charivari, cette campagne permet de lier pendant quelques mois la satire politique à la satire sociale. Les attaques contre Proudhon, figure centrale des « utopistes », en composent le socle et leur étude est une entrée essentielle pour en comprendre les ressorts et la portée.

2Le livre de Thierry Menuelle nous propose donc cette entrée, en mettant à notre disposition une exceptionnelle collection de dessins publiés en 1848-1849. On y détecte les procédés comiques récurrents destinés à tourner en ridicule les principales idées du penseur, concernant la propriété et la famille en particulier. C’est aussi l’occasion de (re)découvrir le très populaire Cham, alors principal animateur du Charivari. Bien qu’une grande partie de ses dessins ait un aspect répétitif, Cham fait preuve d’une grande inventivité quand il transforme sa cible en personnage burlesque (série « P.-J. Proudhon en voyage »), expérimentant par ce transfert de la réalité vers la fiction comique une nouveauté stylistique dans la satire (le personnage fictif l’emporte sur le personnage réel et gagne une vie propre), en usant des codes naissants de la bande dessinée. Il est intéressant d’assister à ce processus de mise en perspective comique des théories défendues par Proudhon, passées au crible du « rire bourgeois » pratiqué par Le Charivari.

3L’auteur accompagne ce corpus d’une courte présentation où il donne des clés de compréhension en rapport avec le contexte historique. On regrettera le caractère un peu rapide et disparate de ces commentaires. L’auteur s’accorde des digressions qui l’éloignent de son propos, au détriment de remarques très intéressantes mais trop peu développées (réinvestissement de la satire contre Proudhon au théâtre, attitude du principal intéressé face aux dessins du Charivari). Il serait appréciable de replacer les slogans proudhoniens détournés par les satiristes (« la propriété c’est le vol », « la famille n’est qu’un mot ») dans l’œuvre du penseur pour en évaluer l’importance, mesurer l’efficacité et la légitimité de ces attaques. D’autre part, certains choix de dessins peuvent être contestables : beaucoup d’entre eux n’ont pas de rapport direct avec le sujet principal, alors que des personnages importants comme Étienne Cabet sont quasiment oubliés. Enfin, l’auteur n’accorde pas d’attention aux articles qui participent, en relation étroite avec les caricatures, à cette campagne satirique.

4Le livre de Thierry Menuelle laisse donc au lecteur le soin d’analyser lui-même le matériau mis à sa disposition, et se présente comme une introduction au sujet passionnant qu’il soulève sans l’épuiser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Erre, « Thierry Menuelle, Le Charivari contre Proudhon, Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006, 339 p. ISBN : 2-906096-31-0. 18 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 35 | 2007, 161-208.

Référence électronique

Fabrice Erre, « Thierry Menuelle, Le Charivari contre Proudhon, Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006, 339 p. ISBN : 2-906096-31-0. 18 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 35 | 2007, mis en ligne le 03 janvier 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/2022

Haut de page

Auteur

Fabrice Erre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page