Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gordon WRIGHT, Between the Guillotine and Liberty. Two Centuries of the Crime Problem in France

New York/Oxford, Oxford University Press, 1983, IX + 290 p.
Jean-Claude Caron

Texte intégral

Le livre de Gordon Wright constitue une bonne synthèse d'une question très à la mode. S'il aborde effectivement l'histoire du système français de justice criminelle durant deux siècles --rappelant notamment les idées philanthropiques du Siècle des Lumières, mais aussi les réformes les plus récentes de l'actuel Ministre de la Justice--, G. Wright consacre l'essentiel de son ouvrage au XIX siècle. Notre société a joué un rôle important sur l'étude de la prison 1, l'un des thèmes centraux de Between the guillotine and liberty. G. Wright montre la mise en place et la hiérarchisation du système carcéral sous le Premier Empire, le débat passionné entre "cellulaires" et "anti-cellulaires" entre 1814 et 1848, mais aussi sur le bagne, la chaîne, la délinquance juvénile. Rappelons quelques noms : La Rochefoucauld-Liancourt, Beaumont, Tocqueville et deux dates : 1825-1836, la Petite Roquette ; 1840, Mettray.

Sur la période 1848-1870, le livre de G. Wright peut surprendre, montrant la Seconde République comme une période de discours généreux, mais peu suivis de réformes concrètes, alors que le Second Empire coïncide avec la suppression du Mont Saint-Michel --pour des raisons politiques--, l'abandon de la contrainte par corps --déjà réclamé par Balzac-- et la construction de la prison de la Santé en 1867 --"prison modèle de l'époque.

La période 1871-1914 est dominée par trois grands problèmes : le débat entre "incarcérateurs" et "transporteurs", notamment après la Commune ; la victoire définitive de la cellule en 1875 ; la finalité de la prison --c'est l'âge d'or de l'enfermement qui vise tous les errants-- et l'exploitation des prisonniers par le système de la concession à des entrepreneurs.

Bien évidemment, la question de la peine de mort reste le point de discussion --pour ne pas dire d'affrontement-- le plus brutal entre abolitionnistes --Lamartine, Hugo, Reinach, Jaurès-- et anti-abolitionnistes, dont Barrès se fait le chantre.

II faudra attendre l'Entre-deux-guerres (assez curieusement, G. Wright laisse de côté les deux guerres mondiales) pour que des réformes importantes soient réalisées : fermeture des prisons les plus vétustes, suppression du système des entrepreneurs en 1937 ; fermeture également des bagnes coloniaux (1938-1942) et de Mettray, devenu bagne d'enfants (1939). Le rôle de Charles Péan et d'Albert Londres, et plus récemment de J.-P. Domenach et de Michel Foucauld fut important pour la sensibilisation de l'opinion publique.

G. Wright a réussi un travail remarquable, non pas de remise en question du problème étudié, mais de présentation de l'état actuel de ce problème. À ce titre, son ouvrage est susceptible d'intéresser tous ceux qui sont passionnés par l'histoire de la justice criminelle et du système carcéral en France.

Haut de page

Notes

1 Michelle PERROT [dir.], L'Impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Gordon WRIGHT, Between the Guillotine and Liberty. Two Centuries of the Crime Problem in France », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 1 | 1985, mis en ligne le 28 octobre 2002, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/357

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page