Navigation – Plan du site
Dossier

Exil, finances internationales et construction de l’ Etat : les libéraux et « joséphins » espagnols (1813-1851)

Exile, International Finance and Statebuilding : the Spanish ’Joséphins’ and Liberals (1813-1851)
Exil, internationales Finanzwesen und Staatsbildung: Die Liberalen und die spanischen «Josephinen » 1813-1851
Juan Pan-Montojo et Juan Luis Simal
p. 59-77

Résumés

Cet article analyse les dimensions financières de l’exil espagnol entre 1823 et 1833, pour mettre en lumière les projets libéraux de construction de l’État et de la nation, en relation avec l’histoire des finances internationales. Parmi les exilés espagnols, on comptait des hommes d’affaires, des banquiers et d’anciens ministres des finances, qui mettaient leur expertise au service du projet libéral, en lui fournissant un discours attractif pour obtenir ressources et appui parmi les publics étrangers. Ils défendaient l’idée que le triomphe libéral engagerait le gouvernement à payer les dettes des gouvernements constitutionnels antérieurs et à promouvoir des opportunités que l’ouverture de l’économie espagnole produirait. Ils créèrent en plus des instruments financiers spéciaux qui rassemblaient les intérêts politiques et économiques. En plus d’exiger des investisseurs étrangers leur engagement politique en faveur du libéralisme et de refuser l’achat des titres du gouvernement « tyrannique » espagnol, les libéraux en exil émirent leur propres bons et demandèrent aux investisseurs de les acheter pour financer leurs actions insurrectionnelles. Toutes ces activités des libéraux et de leurs ennemis auront des conséquences importantes sur les institutions et les politiques mises en place par les libéraux au pouvoir après 1830.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les activités financières des exilés espagnols
Les investisseurs étrangers
Discours et transferts  : innovations culturelles et institutionnelles
En guise de conclusion  : perspectives de recherche

Aperçu du début du texte

Les caractéristiques politiques et discursives de l’internationalisme libéral du XIXe siècle ont été décrites par plusieurs historiens qui ont montré combien l’exil et la mobilité constituent des facteurs clés pour leur juste compréhension. Toutefois, les dimensions économiques et, plus concrètement, les dimensions financières de l’émigration politique, n’ont p fait l’objet d’une étude approfondie. Cet article propose une analyse financière de l’exil espagnol durant les restaurations absolutistes du règne de Ferdinand VII (1813-1833) et de ses conséquences ultérieures en termes politiques et institutionnels. On ne fera pas seulement référence par là aux activités économiques réalisées par les exilés, mais aussi aux interactions qui ont existé entre leurs projets politiques et leurs efforts pour trouver des financements, ainsi qu’aux traces que leurs activités financières ont laissées dans différents domaines de la monarchie espagnole. Aussi s’intéressera-t-on à la façon dont les pro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Pan-Montojo et Juan Luis Simal, « Exil, finances internationales et construction de l’ Etat : les libéraux et « joséphins » espagnols (1813-1851) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 53 | 2016, 59-77.

Référence électronique

Juan Pan-Montojo et Juan Luis Simal, « Exil, finances internationales et construction de l’ Etat : les libéraux et « joséphins » espagnols (1813-1851) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5089 ; DOI : 10.4000/rh19.5089

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page