Navigation – Plan du site
Pistes et débats

Du déclin à la transformation
Réflexions sur un nouveau paradigme en histoire ottomane

From Decline to Transformation. Reflections on a New Paradigm in Ottoman History
Vom Niedergang zur Transformation. Überlegungen zum neuen Paradigma in der Geschichte des Osmanischen Reiches
Olivier Bouquet
p. 117-136

Résumés

Cet article propose une réflexion historiographique sur l’émergence d’un nouveau paradigme dans les études ottomanes : la transformation. Il examine le lien entre deux moments historiographiques successifs, rattachés à deux périodes différentes de l’histoire ottomane et qui ont suscité une production de nature et d’importance différentes : d’une part, la critique des théories du déclin ottoman très largement étayée par les études ottomanes des XVIe-XVIIIe siècle conduites au cours des trois dernières décennies du XXe siècle ; d’autre part, la caractérisation du XIXe siècle comme un nouvel âge d’or de la transformation dans des articles et ouvrages parus en nombre croissant depuis quinze ans. Après avoir interrogé la nouveauté de ce paradigme à la lumière des thématiques dominantes et pourtant écornées (crise de l’État, échec de la réforme), il propose de mesure son utilité au regard des enjeux et des perspectives de la recherche. Au total, il apparaît que si le transformationnisme diffère du déclinisme en ce qu’il se défend de proposer un modèle d’explication global au devenir général de l’Empire ottoman, il le prolonge en ce qu’il reste marqué par deux traits dominants qu’il entend pourtant dépasser : la toute-puissance de l’histoire des institutions ; une pensée de la modernisation qui ne dit pas son nom. Bref, sous couvert d’appel au renouvellement paradigmatique, la pétition de principe reproduit les habitudes de la profession.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie vivement Marc Aymes pour sa relecture attentive du présent texte et ses précieuses suggestions, ainsi que G. Carré, F. Langue et B. Fliche pour leurs réflexions comparatives et leur aide bibliographique.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Critiques du déclin à l’époque moderne
Le déclin est mort…
…Vive la transformation
Le xixe siècle ou l’ « âge des transformations »
L’ère des Tanzimat (1839-1878)
Rythmes et amplitude de la transformation
Enjeux et perspectives de recherche
L’État, au cœur
L’échec, encore

Aperçu du début du texte

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau »
Anaxore de Clazomènes

Seule la seconde formule est restée célèbre. Reprise concise et percutante de la première par le père de la loi sur la conservation de la matière, elle fut longtemps apprise par cœur par tous les collégiens de France et de Navarre initiés à une science autrement plus complexe que le principe censé la fonder, à savoir la thermodynamique. Pourquoi l’appliquer à un empire qui – si l’on en croit une littérature qualifiée d’orientaliste – aurait détruit plus que créé, consommé plus que produit, imité plus qu’inventé ? Parce qu’elle offre une clé d’entrée à un problème a priori simple mais dominant en histoire ottomane : la substitution d’un paradigme (le déclin) par un autre (la transformation) opérée dans le dernier quart du XXe siècle et étayée depuis par des études parues en nombre croissant, outre-Atlantique principalement.

Depuis une dizaine d’années, la transfo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bouquet, « Du déclin à la transformation
Réflexions sur un nouveau paradigme en histoire ottomane
 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 53 | 2016, 117-136.

Référence électronique

Olivier Bouquet, « Du déclin à la transformation
Réflexions sur un nouveau paradigme en histoire ottomane
 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5108 ; DOI : 10.4000/rh19.5108

Haut de page

Auteur

Olivier Bouquet

Olivier Bouquet est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université Paris 7 – Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page