Navigation – Plan du site
Deuils

Hommage à Pierre Lenoël (1947-2017)

Frédéric Chauvaud
p. 11-12

Pierre Lenoël, emporté par un cancer foudroyant, a eu plusieurs vies mais un engagement constant. Juriste de formation, avocat, il avait ouvert, avec d’autres, un cabinet d’avocats à Montreuil, dans la banlieue parisienne. Dans le sillage des années 1968, où les idées de démocratie renouvelée et d’autogestion étaient dans l’air du temps, tous les membres du « Cabinet Barbusse », situé dans la rue du même nom, percevaient le même salaire, qu’ils soient secrétaires ou avocats. Plus tard, membre de la Mission de Recherche Droit et Justice du ministère de la Justice, il s’était efforcé d’ajouter à chaque programme, ou appel d’offre, un volet historique ouvert aux sciences humaines, particulièrement sur la carte judicaire, l’expertise, la justice de proximité, etc. Membre actif de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848, notamment pendant les années où notre société était placée sous les présidences de Philippe Vigier puis d’Alain Corbin, il avait été élu au Conseil d’administration et avait accepté d’en être le trésorier adjoint. Il était d’une grande générosité intellectuelle, n’attendant rien en retour. Discret et bienveillant, ses qualités humaines en faisaient un sociétaire avec qui il était toujours stimulant d’échanger. On en sortait toujours grandi. Lors de la nouvelle série du Bulletin de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, devenu, dès 1985, 1848 : révolutions et mutations au XIXe siècle, il avait participé au Comité de rédaction, puis, à la fin des années 1990, il avait été secrétaire de la rédaction et co-responsable de la rubrique « Actualités ».

Animé par un idéal de justice, capable de chanter en Occitan, il s’était aussi passionné pour le travail en archives, fréquentant notamment les « papiers » de Raspail conservés à Carpentras. Avec Yves Lemoine, il avait publié en 1984 Les avenues de la République. Mémoires fictifs de Raspail, ce livre proposait une approche originale, redonnant à François-Vincent Raspail, chimiste et républicain, une nouvelle actualité, tout en questionnant la manière d’écrire l’histoire. Pierre Lenoël avait aussi, très tôt, œuvré pour la justice des mineurs et lorsque la revue L’Enfance irrégulière fut lancée, il devint membre de son comité de rédaction. En 1987, il signait un petit livre militant : Moins de dix-huit ans, vos droits, guide à destination des mineurs publié chez Lieu commun. Dix ans plus tard, il publiait, en collaboration, Protéger l’enfant. Raison juridique et pratiques socio-judiciaires XIXe-XXe siècles. D’une grande curiosité intellectuelle, Pierre Lenoël a été aussi un passeur, animant, avec Éric Pierre, une émission de radio qui a accueilli notamment Maurice Agulhon ou Michelle Perrot.

Son grand livre, ouvrage encore aujourd’hui de référence, co-écrit avec Pierre Lascoumes et Pierrette Poncela, est sans nul doute Au nom de l’ordre. Il s’agit d’une histoire politique du Code pénal, celui de 1791 comme celui de 1810. L’approche, novatrice, consiste à se demander quelles sont les incriminations que le législateur entend punir en priorité : les atteintes aux biens, les atteintes aux personnes ou encore les atteintes à la chose publique ? Toutes les infractions ne sont pas sanctionnées de la même manière et les législateurs ont d’abord voulu défendre les institutions publiques. Le livre restitue également des débats portant sur les formes du châtiment : la prison, les travaux forcés, la peine de mort. Un tel ouvrage est encore indispensable au moment où la question du droit de punir, et de ses modalités, s’avère d’une actualité brûlante.

li[incef]er --> /o("b>(); ").h>