Navigation – Plan du site
Dossier

Une girafe à la ville (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue

A Giraffe in the City (1826-1827). Writing About Encounters from the Animal’s Point of View
Eine Giraffe in der Stadt (1826-1827). Die Begegnung von ihrem Standpunkt aus beschreiben
Éric Baratay
p. 47-62

Résumés

À l’automne 1826, la girafe offerte à Charles X par le Pacha d’Égypte débarque à Marseille où elle hiverne et s’acclimate aux habitants. Ensuite, elle traverse de nombreuses cités, notamment Aix et Lyon, au printemps 1827, lors de sa montée pédestre sur Paris, et cette première girafe vivante en France fait sensation. Après avoir traité de la question des documents pour aborder l’histoire du point de vue animal et rééquilibrer ainsi l’étude des relations entre les hommes et les animaux, l’article évoque les modalités de la rencontre entre deux mondes, sauvage et urbain, du côté des humains et du côté de l’individu animal, en soulignant les craintes, les incompréhensions, les passions, les ajustements réciproques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les sources en question
L’arrivée à Marseille
Craintes, incompréhensions et ajustements
D’Aix à Paris, les affres du voyage

Aperçu du début du texte

Offerte en cadeau diplomatique au roi Charles X par le Pacha d’Égypte, la girafe arrive en octobre 1826 à Marseille où elle reste tout l’hiver pour s’acclimater. Elle est promenée chaque après-midi au milieu d’un public important et des réceptions mondaines sont données en son honneur les soirs. Le 20 mai 1827, elle prend à sabot le chemin de Paris, escortée du naturaliste Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, de cornacs, de gendarmes et de voitures d’intendance. Les foules se précipitent le long du chemin et lui réservent un accueil triomphal qui marque longtemps les mémoires, tant cet animal agite les curiosités, les imaginations, les passions. La presse publie des relations du voyage et le roi est régulièrement informé. Entrée à Paris le 30 juin, la girafe lui est présentée le 9 juillet à Saint-Cloud. Au Jardin des Plantes, 600 000 visiteurs, venus des quatre coins du pays, se bousculent jusqu’en décembre pour assister à sa flânerie de l’après-midi. La sensation est au niveau de l’évén...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Baratay, « Une girafe à la ville (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue », Revue d'histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 47-62.

Référence électronique

Éric Baratay, « Une girafe à la ville (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5184 ; DOI : 10.4000/rh19.5184

Haut de page

Auteur

Éric Baratay

Éric Baratay est professeur d’histoire contemporaine, Université de Lyon - Jean Moulin.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page