Navigation – Plan du site
Dossier

Une histoire coloniale de l’Ouest américain : chevaux et bisons dans les Grandes Plaines, 1750-1900

A Colonial History of the American West: Horses and Buffaloes in the Great Plains, 1750-1900
Eine koloniale Geschichte des amerikanischen Westens. Pferde und Bisons in den Great Plains, 1750-1900
Tangi Villerbu
p. 95-111

Résumés

Les historiens de l’Ouest américain se heurtent à un problème de périodisation et de compréhension des dynamiques du XIXe siècle. Passer par les chevaux et les bisons doit permettre de repenser la question et de dégager des axes forts dans le cadre d’une histoire coloniale de l’Ouest, et donc des Etats-Unis, nation décolonisée et colonisatrice. Deux temps sont donc scrutés : entre la fin du XVIIIe siècle et le début du suivant d’abord, temps de reconfigurations globales du monde des chevaux et des bisons, dans un entre-deux où les Amérindiens peuvent encore imposer leurs logiques ; entre les années 1830 et la fin du XIXe siècle ensuite, quand le double processus de conquête et de colonisation de peuplement étasuniennes s’intensifie, annihilant le monde du bison et important de nouvelles cultures équestres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Des années 1750 aux années 1830 : entre deux mondes
Des années 1830 aux années 1890 : une victoire coloniale

Aperçu du début du texte

Les historiens de l’Ouest américain se heurtent aujourd’hui à un problème de périodisation, donc de structuration cohérente de leur récit. Le fondateur, Turner, avait postulé, par son hypothèse de la frontière, que 1890 marquait la fin de la conquête puisque l’ensemble de l’Ouest était dorénavant occupé par un peuplement colon. Mais la New Western History du tournant des années 1980-1990 avait rejeté cette « Frontière » : pour ses praticiens celle-ci ne reflétait qu’une vision blanche, raciste et exceptionnaliste de l’histoire et, au fond, les éléments de continuité dominaient. Force est de constater que si ce courant l’a largement emporté et si le champ lui doit encore ses traits majeurs, sur cette question précisément les interprétations ont été forcées par une volonté excessive de rupture avec les ancêtres. Au bout d’un long cheminement historiographique, de middle ground en borderlands, certains en sont arrivés à tellement poser l’Ouest en espace de fluidité que tout poids des É...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tangi Villerbu, « Une histoire coloniale de l’Ouest américain : chevaux et bisons dans les Grandes Plaines, 1750-1900 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 95-111.

Référence électronique

Tangi Villerbu, « Une histoire coloniale de l’Ouest américain : chevaux et bisons dans les Grandes Plaines, 1750-1900 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5190 ; DOI : 10.4000/rh19.5190

Haut de page

Auteur

Tangi Villerbu

Tangi Villerbu est maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine à l’Université de La Rochelle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page