Navigation – Plan du site
Document

La hantise comme « œuvre du siècle » : un projet de maison hantée pour l’Exposition universelle de 1900

Haunting as the “work of the century”: the haunted house project for the 1900 Paris world fair
Spuken als „Jahrhundertwerk“: das Projekt eines Geisterhauses für die Weltausstellung 1900
Caroline Callard et Stéphanie Sauget
p. 163-178

Résumés

Cet article est né de la découverte fortuite dans les archives nationales d’un document étonnant : le projet non réalisé d’une attraction destinée à l’Exposition universelle de Paris en 1900, intitulée « La maison hantée. L’œuvre du siècle ». Dans le manoir de fête foraine imaginé par le dramaturge et entrepreneur de spectacle Maurice Magnier, le public était invité à réfléchir sur le passage du XIXe au XXe siècle, par le biais d’évocations plus ou moins spectaculaires du passé de la France. Dans cette scénographie, le XIXe siècle s’y définissait comme hanté. Deux regards, deux types d’analyses se sont confrontés à ce singulier projet : le premier a cherché à en reconstituer l’archéologie sur un temps long remontant, notamment, aux XVIe et XVIIe siècles. Prenant la « hantise » au sens littéral, il s’est agi d’en expliciter les contenus latents. Le second, ancré dans l’histoire des sensibilités, a tenté de reconstituer les sensations commandées par l’attraction. Il a cherché à mieux comprendre le fonctionnement d’une architecture destinée à produire de la hantise, pour ainsi la réinscrire dans l’histoire du rapport ambivalent et inquiet des individus à l’espace domestique, tel qu’il s’exprime en cette fin de siècle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’archéologie savante d’un manoir de fête foraine
Une architecture à hanter

Aperçu du début du texte

Le 15 mai 1897, Maurice Magnier envoie un projet d’attraction au commissariat de l’Exposition universelle qui doit se tenir à Paris en 1900. Le dossier, intitulé La Maison hantée. « L’œuvre du siècle », comporte d’une part une notice descriptive de quatre pages recto-verso et un tract publicitaire venant en appui du projet et, d’autre part, une grande planche de quatre plans et deux dessins de la façade réalisés par l’architecte Louis Dauvergne. Ces documents sont aujourd’hui conservés aux Archives nationales dans les fonds consacrés aux Expositions universelles (série F 12). Maurice Magnier se propose de construire, sur une surface de 450 mètres carrés, un pavillon en forme de manoir néo-gothique délabré chargé de « rappeler aux visiteurs de l’Exposition universelle de 1900 les grands travaux du siècle sous une forme pittoresque ; frapper leur imagination pour y implanter un souvenir durable ; élever à nos gloires françaises un monument digne d’elles »...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Callard et Stéphanie Sauget, « La hantise comme « œuvre du siècle » : un projet de maison hantée pour l’Exposition universelle de 1900 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 163-178.

Référence électronique

Caroline Callard et Stéphanie Sauget, « La hantise comme « œuvre du siècle » : un projet de maison hantée pour l’Exposition universelle de 1900 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5197

Haut de page

Auteurs

Caroline Callard

Caroline Callard est maîtresse de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne.

Stéphanie Sauget

Stéphanie Sauget est maîtresse de conférences à l’Université François Rabelais de Tours.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page